Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» “La neige ne brise jamais la branche du saule.” avec Gäa
Tout ce que tu m’offres - ft. maioral EmptyAujourd'hui à 18:39 par Clionestra

» En attendant l'hiver
Tout ce que tu m’offres - ft. maioral EmptyAujourd'hui à 18:26 par Arthécate

» Destins croisés [Ft Clionestra] (TW+18)
Tout ce que tu m’offres - ft. maioral EmptyAujourd'hui à 18:21 par Clionestra

» Inspire-moi {+18}
Tout ce que tu m’offres - ft. maioral EmptyAujourd'hui à 17:03 par Elwin

» Funambule feat Manhattan Redlish
Tout ce que tu m’offres - ft. maioral EmptyAujourd'hui à 16:21 par Manhattan Redlish

» Elle attendait, comme on attend à la gare. Que quelqu'un arrive, que quelqu'un la répare… (ft Laecca)
Tout ce que tu m’offres - ft. maioral EmptyAujourd'hui à 15:11 par Laecca

» hope it gives you hell
Tout ce que tu m’offres - ft. maioral EmptyAujourd'hui à 15:04 par Lojzo

» a little bit of hell, but she got me in heaven (Clionestra)
Tout ce que tu m’offres - ft. maioral EmptyAujourd'hui à 14:29 par tillmidnight

» La Gaufre une fois!
Tout ce que tu m’offres - ft. maioral EmptyAujourd'hui à 13:49 par Nemo

Le deal à ne pas rater :
Ecran PC Gamer 34″ VA Incurvé – AOC – CU34G2X/BK (UWQHD 1ms ...
329.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Tout ce que tu m’offres - ft. maioral

Nemo
Messages : 444
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo
Mer 13 Sep - 16:43
Tout ce que tu m’offres
Mise en situation


Tout ce que tu m’offres - ft. maioral K4tyc3

Aisling est la princesse de la seigneurie de Birmingham. Elle est aimée, voire idolâtrée. Elle ne se doute pas un seul instant que quelqu’un puisse lui faire du mal, protégée au sein du château. Pourtant, un soir, alors que le château est endormi, elle se fait enlever sans que personne ne s’en rende compte. Pensant que sa vie allait devenir un enfer, elle est surprise en voyant que son kidnappeur la prend sous son aile, sans la traiter comme une esclave. Elle apprend à vivre comme un citoyen, sans richesse, comme tous ceux qui venaient lui offrir des bijoux et des cadeaux. Elle va également apprendre que ce que lui apprenait ses parents n’était pas tout à fait la réalité…

Mais qui est cet étrange homme ? Et surtout, que lui veut-il ?

De son côté, Nephirio a de sombres desseins. La petite princesse naïve entre ses mains, il sait qu’il peut tout faire, maintenant.

Contexte provenant de cette recherche


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


Nemo
Messages : 444
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo
Mer 13 Sep - 16:54
Monstres abominables
Aisling Bermingham
16 ans
Princesse héritière du titre de seigneurie de Birmingham
Birmingham, Angleterre
Promise à un homme plus âgé qu’elle

Ensevelie sous les draps du matelas que j’occupe, j’enfourne ma tête encore plus en profondeur dans l’oreiller miteux, sali par la crasse d’autres prisonniers. Au début, je n’avais même pas osé le toucher, tellement cette immondice me répugnait. Habituée aux couettes et couvertures en laine et soie, j’étais tombée bien bas. Mais comment ces gens pouvaient-ils se contenter de ça ? C’est atroce.
Tremblante, je regarde les murs vides et froids autour de moi. La pièce est exiguë, uniquement composée d’un matelas souillé et d’un seau pour… je ne veux même pas y repenser. J’ai cru y laisser ma dignité à chaque fois que j’ai dû l’utiliser. Le mur face à moi a été remplacé par de larges barres de fer, rendant ma demeure semblable à un cachot.
Pourtant, les gens d’ici ne me font pas de mal. Je suis mal nourrie, mais je suis nourrie. Je ne suis pas attachée et parfois même on me tient compagnie. J’aurais juste aimé… un peu plus de propreté et de richesse. Peut-être une chambre plus grande, des draps plus soyeux…

*
Quelques semaines auparavant

Après avoir souhaité la bonne nuit à mes parents, ma servante m’accompagne dans ma chambre pour me préparer à la nuit. Comme à notre habitude, nous parlons de beaucoup de sujets : de mon futur, du sien, de son passé. Père n’apprécie pas du tout le rapport que nous avons toutes les deux. Il me dit que je ne devrais pas avoir de relation avec une bonne et qu’elle devrait se taire et s’occuper de moi au lieu de discuter de bouffonneries. Ce sont ses mots et je ne les ai jamais vraiment compris. Une servante est la personne la plus proche de sa maîtresse, non ?

Mère dit que je suis encore trop jeune pour comprendre les choses de la vie et les engrenages de la société. Pourtant, elle n’a pas hésité une seule seconde avant de me vendre à un vieil homme à marier. Mais je me dis qu’elle a sans doute raison, que je ne comprends pas encore et que c’est pour mon bien ainsi que le leur.

Alors que la nuit s’entame, je me fais légèrement réveiller par un bruit sourd au niveau de la fenêtre. Mais c’est lorsque je sens une présence inconnue à mon chevet que je me réveille en sursaut. J’essaie de crier mais une large main me barre la bouche. Ses yeux brillants dans l’obscurité me glacent le sang et je crois, à ce moment-là, que je vis mes derniers instants. Pourtant, il ne me fait pas de mal. Il m’enfonce un bâillon entre les dents qu’il noue derrière ma tête, puis m’attache les poignets dans mon dos. Il finit par m’emporter sous le bras en passant par la fenêtre brisée. Je n’ose pas me débattre tout le long du trajet et laisse libre court à mes larmes de terreur.
Si on m’adresse la parole, je n’entends rien. Perdu dans mon esprit divaguant, j’imagine les pires choses qui peuvent m’arriver. Et étant donné que mes parents m’ont toujours appris que les gens de l’extérieur du château sont des monstres qui voudraient ma mort, je suis sur le point de m’évanouir à tout instant.

J’ai ensuite perdu la notion du temps et me suis retrouvée dans cette pièce carrée et barrée, prisonnière de monstres effrayants.

*
Retour au présent

Il ne m’a pas fallu longtemps pour me rendre compte qu’ils n’étaient en rien des monstres. Peut-être un peu effrayants par moment, mais en aucun cas le genre de terreurs sanguinaires dont mes parents me parlaient. Sur qui étais-je tombée alors ? Était-ce finalement des gens du château ? Je ne les avais pourtant jamais vus, et je connais tous les gens du château.

Roulée en boule sur le matelas, je décide de me lever, posant mes pieds nus sur le sol glacé. Je jette un œil à ma robe de nuit qui me donne la nausée. Je ne me suis pas changée depuis que je suis ici ! Il doit émaner de moi une odeur épouvantable.
La mine renfrognée, je serre mes petits poings et m’approche des barreaux. Je sais que l’homme qui m’a enlevée de ma chambre et de ma famille n’est jamais très loin. « S’il vous plaît ! » Je réitère ma demande jusqu’à temps que quelqu’un fasse surface.

Un air de soulagement se dessine sur mon visage quand il arrive. Pourtant, je parviens à froncer les sourcils et illustrer de la colère sur mes traits. « Il va falloir que vous me donniez des vêtements propres pour me changer, monsieur. Et je vais devoir me baigner aussi, pour ôter toute cette crasse que vous transportez partout. Et puis, tant que j’y suis, la nourriture que vous me donnez n’est pas vraiment des plus exquises. Si vous voulez, je connais quelqu’un qui cuisine merveilleusement bien ! C’est le cuisinier du château, vous… vous le connaissez ? » Intimidée par le regard qu’il pose sur moi, je baisse le mien vers mes orteils. « S’il vous plait, est-ce que vous pouvez me ramener chez moi ? »
@ Nemo


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


maioral
Messages : 188
Date d'inscription : 28/01/2022
Région : Belgique
Crédits : fays

Univers fétiche : dystopie, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5312-prete-moi-ta-plume#106129
maioral
Mar 19 Sep - 23:54

Nephirio
Redgrave

J'ai 33 ans et je vis à Birmingham, en Angleterre. Dans la vie, je suis baron et rentier et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



(c) henry cavill (tudors)
"La princesse a disparu. La princesse a disparu. La princesse a disparu."

Le petit et le grand peuple n'avaient plus que ces mots-là à la bouche.  La ville de Birmingham était sens dessus dessous. La garde royale avait retourné de nombreux foyers pour retrouver la tendre et douce Aisling. Sans succès, puisque la demoiselle se trouvait désormais en dehors de l'enceinte de la ville.

Nephirio le savait bien, car il avait été à la tête de son enlèvement. Il avait réfléchi jusqu'au dernier détail pour mettre ce plan à exécution et compter sur les loyaux services de son palefrenier William. Enfin, palefrenier... Cela faisait bien longtemps que William était devenu bien plus que cela.

— Votre grâce, croyez-moi quand je vous dis que la disparition de votre bien aimée fille m'afflige tout autant que vous. J'ai hélas nombre besognes qui m'attendent au domaine de Redgrave et qui nécessitent ma présence...

Le roi balaya d'une main ces quelques futilités.  

— Je sais bien tout cela, répondit le monarque.

Nephirio, le buste penché vers l'avant, leva la tête pour déchiffrer les traits du père épleuré sur son trône.  

— Vous m'excuserez donc si je vous quitte en de si mauvais instants ? préféra-t-il préciser pour s'assurer ses bonnes grâces.

— Quand reviendrez-vous ? demanda le roi pour signer son accord.

Le noble se redressa, un bras placé solennellement devant son plastron finement ornementé.

— Le plus rapidement possible, vous avez ma parole, lui garantit Nephirio. Si d'aventure je croise votre fille durant mon périple, sachez que j'enverrais ma plus fidèle et vaillante garnison pour la ramener à vous.

Pure mensonge, bien évidemment. Cela ne l'empêchait guère de minauder des airs sincères et accablés pour le couple royal. Le roi de Birmingham se leva de son siège pour offrir une accolade à son ami.

— Ne perdez pas espoir, l'encouragea Nephirio en acceptant son étreinte presque fraternelle.
— Cela faisait bien trop longtemps que nous ne nous étions plus vus, je déplore qu'une telle catastrophe soit arrivée pendant votre séjour à Birmingham. Je n'ai pas été un très bon hôte...

Le roi se recula pour regarder son ami, les larmes commençaient à poindre au bord de ses yeux.

— Ne vous en blâmez pas, j'en suis le premier navré. Vous aviez d'autres chats, bien plus importants, à fouetter. Je vous souhaite de la retrouver rapidement, saine et sauve.

Nephirio prit ainsi congé. Il avait la possibilité de sortir de la ville en toute quiétude, trois jours après le rapt. De quoi le laver de tout soupçon. Il avait été présent aux premières loges durant l'incident. Présent pour la famille royale ainsi dépouillé de leur enfant. Leur unique enfant. L'épouse du roi n'ayant jamais fait que de fausses couches durant les années qui ont suivi, les privant d'un héritier mâle. Quelle tristesse. Néphirio devrait se rapprocher du roi son ami, pour attirer ses bonnes grâces, et qui sait ? Peut-être s'attribuer quelques louanges et mérites... Une place de choix, dans la régence du pays...

Mais tout cela dépendra bien évidemment de comment évolueraient les événements futurs, et du comportement de leur bien jolie fille Aisling. Était-elle aussi gracieuse et innocente qu'ils le prétendaient ? Incarnait-elle vraiment la pureté de la Vierge Marie ? Il tardait à Nephirio de voir cela. Il ordonna à ses serviteurs en voyage avec lui de presser le pas avec l'attelage et les vivres. Une grosse journée les attendait avant d'atteindre leur destination.

Bientôt arrivé à la fermette de ses alliés, Nephirio ne tint plus d'attendre que ces lourds chevaux de traits n'avalent les derniers kilomètres pour rencontrer la pièce maîtresse de ses desseins. Il lança son propre cheval au galop, à bride abattue, laissant l'attroupement terminer le chemin sans lui. Il prit ainsi de l'avance et trouva la petite maisonnette, la grange et le puits.

Le noble mit pied à terre et sans égard pour les propriétaires, il laissa son cheval à un jeune garçon avant de s'avancer vers les jardins où se trouvait cette étrange basse-fosse. Celle qui contenait les oubliettes, rarement utilisée depuis que le lieu était devenu une ferme plutôt qu'une prison, il y a de cela plusieurs générations.

Il entendit, en descendant les escaliers, qu'une jeune femme à la voix aiguë parlait. Non, ordonnait. Un sourire naquit sur les lèvres du noble.

— William ? appela Nephirio avec nonchalance, de sa voix grave.

Un silence se fit dans le couloir. Nephirio arriva au bas des escaliers.  William, toujours aussi muet qu'une tombe, tourna la tête vers son supérieur. Il inclina la tête dans un geste poli pour le saluer.

— Messire Redgrave, vous voici rentré.

Nephirio s'approcha de lui, posa une main sur son épaule.

— Oui, me voici.

Il détourna rapidement son attention vers l'adolescente dans sa prison bien miteuse. Son sourire s'agrandit sur ses lèvres. Il aurait pu paraître sadique un instant, puis Nephirio se reprit rapidement pour adoucir ses traits.

— Ma chère et tendre... Voilà un lieu qui ne sied pas à une personne aussi importante que vous.

Le noble jeta un regard vers William et montra sa main ouverte dans l'attente d'y récupérer un objet.

— Faites donc plaisir à cette gente dame. Allons lui offrir un bon repas et un bon lit pour cette nuit.

William rendit les clés de la cellule à Nephirio.

Désormais, l'avenir d'Aisling était entre ses mains.
Nemo
Messages : 444
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo
Dim 8 Oct - 10:43
Messire Redgrave
Aisling Bermingham
16 ans
Princesse héritière du titre de seigneurie de Birmingham
Birmingham, Angleterre
Promise à un homme plus âgé qu’elle

Il n’avait rien fait d’autre que m’observer avec un sourire en coin. Aucune réponse, aucune réaction à mes paroles. Je ne savais pas vraiment comment réagir, coincée entre l’envie de bouder et la terreur qui me tiraillait les côtes. Ce sourire ne valait rien de bon. Cet homme me faisait peur et dans mon for intérieur, les paroles de mes parents résonnaient en continu. Fais attention, les gens de l’extérieur te voudront du mal. Un frisson parcourt l’échine de mon dos et je retourne m’asseoir sur mon lit, serrant les draps sales de toutes mes forces.

Une princesse ne doit pas pleurer. Elle doit rester forte et courageuse. La faiblesse ne résoudra rien, au contraire.

Je récite ces quelques mots, inculqués par mon maître, en fermant les paupières, espérant qu’ils me donnent une once de courage. Pourtant, je sais pertinemment que le courage ne fait pas vraiment partie de moi. J’ai peur et je veux juste rentrer chez moi, revoir mes parents et courir dans leurs bras.
Je sais bien pourtant que ce n’est pas en agissant de la sorte que je pourrais les revoir. Non, je ne dois pas attendre d’être sauvée, je dois m’enfuir toute seule, devenir une femme forte.
Résolue, je saute à nouveau sur mes pieds et, les sourcils froncés, j’empoigne les barreaux dans mes petites mains. Je fixe l’autre dans les yeux et la colère se dessine sur mes traits fins.

« C’en est assez ! Vous ne pouvez pas enlever les princesses comme ça ! Sortez-moi d’ici ! Père vous fera pendre quand je lui dirai ce que vous m’avez fait ! »

Le garde se lève et s’apprête à répliquer, avant qu’une voix grave ne fende le silence en deux. Une voix froide, qui donnerait des frissons au plus grand des soldats. Mon courage et ma colère se dissipent aussi vite qu’ils sont apparus. L’autre s’approche du bas de l’escalier, vers l’homme à la voix d’outre-tombe camouflé dans l’ombre de la pièce. Messire Redgrave ? Ce nom me dit vaguement quelque chose sans pour autant que je puisse mettre la main dessus. Est-il un homme important ? Voue-t-il corps et âme à Père, comme le font tant d’autres ? Une lueur d’espoir nait dans mon regard. Peut-être est-il venu me secourir ?

Lorsqu’il s’approche de ma cage, je peux enfin le découvrir. Je ne l’ai jamais vu, mais il semble assez bien vêtu pour être de la Cour. Cela me rassure fortement, mais pas autant que son sourire qui me vend un homme doté d’une bienséance exemplaire. Je recule, plaçant mes mains croisées devant ma robe sale. J’essaie de paraître adéquate face à lui, même si la tâche s’avère ardue avec tant de saleté autour de moi.
Le soulagement se peint sur mon visage lorsque j’entends les mots de l’homme à mon égard. Enfin une personne qui comprend mes attentes ! Je ne lâche pas des yeux les clés de ma délivrance passant de mains en mains, jusqu’à la serrure de ma prison. Je calme mon envie de sauter au cou de mon sauveur et me contente de sourire calmement en mimant une légère révérence à son égard. Lorsque la porte s’ouvre, je ne me fais pas prier et en sors immédiatement comme si le sol était brûlant.

« Vous avez toute ma gratitude, Messire Redgrave ? Si j’ai bien entendu. »

Je le suis vers l’escalier, jetant un dernier regard mauvais vers l’autre homme. J’espère du fond du cœur qu’il se fera remonter les bretelles. On n’a pas idée de me traiter de la sorte, moi, la princesse du Comté. Arrivé en haut de l’escalier, je soupire en sentant la chaleur de la pièce effleurer ma peau refroidie. Je me tourne prestement vers l’homme et lui offre mon plus beau sourire.

« Je vous suis très reconnaissante de m’avoir sortie de là. Soyez certain d’être gracié et couvert d’or. Cependant, si j’ose vous demander un ultime service… Pourriez-vous m’accompagner au plus vite au château ? Père et Mère doivent être extrêmement inquiets, je ne voudrais pas leur infliger plus de peine. »

Une odeur de nourriture parvient soudainement à mes narines et mon estomac gargouille instantanément. Je me raidis et rougis, honteuse. J’ai actuellement envie de m’enfoncer au plus profond de la terre, en compagnie des vers et des asticots.
@ Nemo


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


maioral
Messages : 188
Date d'inscription : 28/01/2022
Région : Belgique
Crédits : fays

Univers fétiche : dystopie, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5312-prete-moi-ta-plume#106129
maioral
Ven 17 Nov - 21:26

Nephirio
Redgrave

J'ai 33 ans et je vis à Birmingham, en Angleterre. Dans la vie, je suis baron et rentier et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



(c) henry cavill (tudors)
Aisling parut soulagée à la vue du baron. L'espoir brillait dans ses petits yeux. Ses traits presque poupins lui conférait cette aura angélique et naïve. Terriblement naïve... Sûrement parce qu'elle l'était.

Cela amusait Nephirio, même s'il conservait son sérieux sur son faciès. Elle s'exprimait comme une dame, comme une petite dame écervelée, mais une dame quand même. Le baron afficha un sourire avenant et lui ouvrit la porte de sa cellule. Aisling s'en montra reconnaissante, non sans déjà faire part de son envie de partir. L'envie démangea Nephirio de lui administrer une belle petite claque sur son doux minois en la traitant de sotte... Mais comment pourrait-il lui inspirer confiance s'il agissait de la sorte ? Il devait jouer son rôle à la perfection, pour réussir à l'amadouer.


— C'est bien cela, affirma Néphirio, mais vous pouvez m'appelez Nephirio lorsque nous sommes en privé... Mademoiselle... ?

Il laissa son nom en suspens, faisant mine de ne pas connaître sa réelle identité. Il pourrait feindre l'étonnement en l'apprenant. D'ailleurs, elle ne fut pas longue à donner des indices.

— Vous reconduire au château ? répondit Nephirio en haussant les sourcils de surprise.

Il jaugea William un moment, puis reconsidéra à nouveau la princesse d'un air incrédule. Cette dernière vint à monter les escaliers, pressée de retourner chez ses parents. Nephirio attrapa son bras avant qu'elle ne sorte entièrement de la cage escalier.

— Vous êtes... la princesse ?

Il attendit qu'elle confirme. Toujours en tenant sa main, il se pencha vers elle.

— Je vous conseille de garder cette information pour vous ici... Vous risqueriez d'attirer les mauvaises personnes.

Il posa une main sur l'épaule chétive de la jeune fille. Une paume chaude et rassurante.

— Je vous aiderais... Mais il vous faut d'abord trouver de vêtements convenables. La route est longue, nous l'entamerons seulement demain. Mangez et dormez à votre satiété d'abord, princesse.
Nemo
Messages : 444
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo
Ven 26 Jan - 14:14
me vouloir du mal ?
Aisling Bermingham
16 ans
Princesse héritière du titre de seigneurie de Birmingham
Birmingham, Angleterre
Promise à un homme plus âgé qu’elle

Mes muscles se raidissent et le rouge me monte aux joues. Quelle sotte ! Ne pas me présenter à mon sauveur, quelle indignité. Sans perdre une seconde de plus, je plie légèrement les genoux en une petite révérence face à l’homme.

- Aisling Bermingham. Pardonnez-moi, avec tous ces rebondissements, j’en oublie les rudiments de la politesse. Je suis la fille du Seigneur Bermingham, ce qui fait de moi la princesse, en effet.

Je me relève en souriant, avant que celui-ci ne se transforme en une mine surprise et presque apeurée. Garder mon identité secrète ? Attirer les mauvaises personnes ? Je sens mon sang ne faire qu’un tour et un frisson me parcourt la totalité du corps. Qui voudrait me faire du mal, et dans quel but ? Je n’ai fait de mal à personne.

- Comment ? Vous… vous pensez vraiment que des gens pourraient s’en prendre à moi en apprenant mon rang ?

Tout ceci n’a aucun sens pour moi. J’ai été élevé dans la famille la plus aimante qui soit, couverte sans cesse de cadeaux par mes proches et par le peuple. J’en ai conclu que tout le monde m’appréciait, que tout le monde ne souhaitait que mon bonheur. Et tous ces gens paraissaient heureux eux aussi ! En quoi de « mauvaises personnes » pourraient me vouloir du mal ? J’avais beau réfléchir, je n’y comprenais rien.
Frustrée, je me renfrogne et soupire, le regard éteint. La voix de l’homme me sors de ma léthargie lorsqu’il me propose un repas et un lit. Sans trop de peine, mon sourire revient à la charge. Je ne sais comment remercie cet homme, un véritable chevalier.

- Je vous remercie Messire.

*

Le lendemain, le pur bonheur de me réveiller repue dans des draps propres m’accueille avec grâce. Finalement, cela ne me dérangerait pas de vivre ici, il ne manque que Père et Mère, bien que cela me fasse un peu de bien de me retrouver sans eux, le temps de quelques jours. Je me lève, enfile les vêtements que j’avais choisi la veille et descend dans la grande salle. Il est temps de partir et j’espère de tout cœur que Messire Redgrave m’accompagne.

Saluant les quelques personnes que je croise, je cherche des yeux le propriétaire des lieux, en vain. Un homme grisonnant me pointe finalement un couloir du doigt. Je le remercie et file dans la direction avant de rentrer de plein fouet dans l’homme que je cherchais.
Une fois n’est pas coutume, ma peau devient rouge pivoine et la honte me submerge. Pourquoi dois-je me montrer aussi empotée face à lui ?

- Oh, toutes mes excuses. Je suis confuse… Je vous cherchais, vous n’étiez plus là hier soir, je n’ai pas pu vous remercier autant que je l’aurai voulu. Alors, je vous remercie pour tout ce que vous avez fait pour moi.

Une lueur espiègle traverse mon regard. Je me redresse et, la mine sûre, je demande calmement :

- Maintenant que je suis correctement vêtue, que je suis reposée et repue, auriez-vous l’amabilité de me reconduire au château ? Père doit avoir envoyé plusieurs dizaines de chevaliers à ma rescousse. Je ne veux pas leur causer tant de soucis.
@ Nemo


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


Contenu sponsorisé
Tout ce que tu m’offres - ft. maioral
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Si tout le monde dansait, qui serait spectateur ? - ft maioral
» De Héro en Zéro. [ft. Maioral] /!\ +18
» ↠ the hope to your despair ((maioral))
» I want to recognize your beauty is not just a mask (ft. Maioral)
» Relent or Resist ? Seems the monster always wins [ft Maioral]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers historique :: Moyen-Âge-
Sauter vers: