Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 9:20 par Manhattan Redlish

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 EmptyHier à 20:54 par Ezvana

» TOPS-SITES ¬ votez pour ltdr
Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 EmptyHier à 8:55 par Senara

» Raven and Bones
Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 23:49 par Lobscure

» Apocalypse Rouge [PV Opale Or]
Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 17:54 par Opale Or

» Silicon Heart ft. Lexis
Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 13:00 par Lexis

» Le sang des rois
Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 8:57 par Telanie

» Activité réduite
Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 4:22 par Raton

» Can't Get You Out of My Head (avec Rein)
Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 0:56 par Clionestra

Le deal à ne pas rater :
Manga Spy x Family Tome 13 édition Collector : où le précommander ?
14.50 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate)

Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Lun 11 Sep - 2:54

Phillip
Ford

J'ai 37 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis Enquêteur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyen.

Phillip est le bébé de famille et a toujours eu un sens aigu de la justice donc quand il a dit aux gens qu'il voulait rejoindre la police, ça n'a surpris personne. Phillip a tout miser sur ses études de police et il s'est donné à fond pour aboutir à ses fins. Il sort de l'école de police diplôme en main et il postule à la Chicago police. Il a tout fait. Du radar, de la patrouille, la circulation. Il a vu le beau mais aussi le très mauvais de Chicago. Il a vu une porte pour être enquêteur et il a appliqué pour obtenir les examens requis et ainsi quitter la patrouille. Depuis maintenant 4 ans il est enquêteur et il s'en sort vraiment bien. Dans sa vie personnelle, il a déjà été en couple pendant près de 5 ans et un jour, du jour au lendemain, il est revenu dans un appartement vide avec la simple note "Je te quitte" sans plus d'explication. Depuis il est célibataire, oui il lui arrive de ne pas avoir de nuits seul. Mais il est devenu un peu maladroit pour la drague.

Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 A47633b0b8193bf0_5
Je ne sais pas si c’était les meilleurs burgers de la ville mais au moins ils étaient près du poste donc on pourrait manger tranquille tout e discutant du cas. Enfin c’est ce que je croyais alors que j’avais pris une grosse bouchée de mon burger et que je lui posai la question. Non elle me fit comprendre qu’elle voulait finir son repas avant de parler. Je haussai un sourcil étant habitué avec Bill d’en parler même si on mangeait. Bon bien soit, on fera au plaisir de madame tiens. Je fini mon burger donc essuyant mes mains sur une serviette de papier et me calai dans ma chaise, les pieds sur le coin de mon bureau en grignotant mes frites attendant que la demoiselle daigne bien terminer son repas. quand elle prit la parole, enfin, c,est pour me dire qu’elle croyait que le trafic de la nourrice était encore actif… instinctivement parlant bien sûr.

- Je ne pourrais pas te dire s’il a été démantelé. C’est le département des crimes sexuels qui s’en occupe mais s’il a été inactif mon instinct me dit qu’il a dû reprendre du service.

Ce qui n’était pas impossible en fait. Je continuais de manger lentement alors qu’elle élaborait son idée su l’affaire. Oui chercher dans nos fichiers pour le fameux Jazz, ce qui était déjà prévu merci de me le rappeler. Encore là voir avec les policiers s’ils ont trouvé des preuves ou des indices, et force d’admettre que de mon côté.. mis à part un bazar du diable je n’ai rien vu d’inhabituel. Je hochais la tête pour tenter de voir pour des lettres ou une éventuelle correspondance. Je ne dis rien continuant mon sac de frites qui arrivait à sa fin, fit une boulette et la jeta dans une poubelle comme s’il s’agissait d’un ballon de basket. Je hochai la tête à tout ce qu’elle disait finissant par tourner mon regard vers le sien quand elle me demanda se que j’en pensais.

- J’avais pensé à tout ça. Pour la possible correspondance, c’est sûr qu’ils ont parlé en langage codé sinon ils se seraient fait grillé. À supposé qu’ils aient repris le réseau de prostitution. Sinon pour le rapport du légiste on l’aura soit très tard ce soir ou demain matin alors pour ça on devra attendre. Son parrain et son surveillant… je me demandes s’ils n’ont pas un truc bien louche à cacher, mais je me trompe peut-être.

À travailler comme enquêteur et voir la laideur des humains on en vient à voir du mal partout. J’espérais fortement de ne pas devenir cet enquêteur taciturne et blasé par la vie. En ce moment ça allait plutôt bien… enfin si par bien était que je n’avais pas de copines quelques maîtresses les soirs où je me sentais seul.

- Mais sa fille… depuis le début je ne la trouve pas nette. Je ne sais pas pourquoi. J’en suis même venu à me demander si ce n’était pas elle l’instigatrice de ce réseau. je poussai un soupir en secouant la tête, Puis je trouve curieux qu’elle ne sache pas de quoi sa mère vivait, c’est sa seule enfant. Clairement il faut la surveiller.

Je fronçai les sourcil en soupirant. Clairement c’est un cas qui me tournerait en tête et qui m’empêcherais de dormir donc, j’allais courir longtemps je le sens.

- Donc ce que j’en penses, je crois qu’on a des recherches à faire Taylor. Trouve ce que tu peux sur Jazz et moi sur son surveillant… je vais voir ce que je peux trouver.

Je remis mes pieds au sol et me tournai vers mon ordinateur pour pianoter dessus. Me tassant légèrement je fis un petit sourire à Taylor.

- Bon travail pour une bleue.


Dis-je pour la taquiner avant de tourner mon regard sur mon écran. En somme je ne trouvais rien de bien intéressant. Un homme de 45 ans, marié depuis 20 ans avec la même femme, père de jumelles. Pas de trace de casier judiciaire, rien de surprenant vu son emploi. Même pas un ticket à son dossier. Le profil un peu trop parfait pour ne pas aiguiller mes sens. Et s’il avait voulu un petit revenu supplémentaire? Ce n’était pas impossible ça non plus je le griffonnai dans mon calepin et continuai d,éplucher son dossier mais force d’admettre que je ne trouverais rien. Enfin, rien de visible mais peut-être que c’était un mec bien, un mec tout net en fait. Après un long moment je me frottai les yeux.

- Je n’ai rien trouvé concernant son surveillant. Donc soit c’est un mec bien comme il faut, soit il cache très bien son jeu. Tu as trouvé quelque chose sur Jazz?
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Lun 11 Sep - 10:38

Taylor Martinez
J'ai 34 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis enquêtrice et je m'en sors plutôt bien. Je suis célibataire et je le vis plutôt très bien!

Informations supplémentaires ici.


Je lui avais donc exposé mon point de vue, veillant à me montrer aussi consciencieuse que possible pour n'omettre aucun détail. Alors pourquoi me semblait-il aussi agacé ? J'avais cette étrange impression qu'il me voyait comme une sorte de menace qui marchait sur ses plates bandes. Comme si … Il essayait d'instaurer une sorte de hiérarchie entre nous, lui au-dessus, évidemment… Sinon pourquoi s'amuserait-il à me qualifier de "bleue" dès qu'il le pouvait ?

Je pris donc sur moi pour simplement travailler. Après tout, j'étais ici pour ça, pas pour livrer bataille contre un collègue franchement agaçant. Il voulait que je fasse des recherches sur Jazz, pas de soucis. Par contre, je ne comprenais pas pourquoi il voulait entreprendre des recherches sur le surveillant judiciaire de Maria… Enfin, il était toujours bon de se renseigner sur une personne avant de l'interroger, mais pour cela, il suffisait de se rendre au bureau dont dépendait la victime. Ils y avaient leur propres dossiers.

Enfin, plutôt que de le vexer avec mes remarques, je préférais me concentrer sur ma tâche en cherchant dans les différents casiers judiciaires lequel parmi nos petites frappes se faisait appeler Jazz.

Pablo Hernandez, alias Jazz. Arrêté en juin 2010, février 2012, mai 2015 et décembre 2018 pour faux. Pablo s'est spécialisé dans la réalisation de faux papiers d'identité et cartes vertes. Intéressant, non ? lui lançais-je finalement. Ce qui est étrange c'est que si cet homme correspond à la description des témoins… Il est censé être en prison depuis sa dernière arrestation.

Techniquement, ce ne pouvait donc pas être lui, sauf si cet homme s'était échappé de prison.. Or, dans ce cas-là, ceci serait noté sur le dossier, ce qui n'était pas le cas.

Je pense que nous devrions nous rapprocher de la brigade des mœurs… Peut-être ont-il déjà un agent sur l'affaire. Un Infiltré.

Ce ne serait pas une première… Après tout, ce genre d'agent pouvaient parfois être effacé des registres pour éviter de se faire dénoncer. Je ne savais pas si c'était le cas ici, cela dépendrait de la nature de l'enquête et des risques encourus par cet éventuel agent. Mais peut-être avaient-ils seulement des choses à nous apprendre. Même si je trouvais étonnant qu'ils ne se soient pas eux-mêmes rapprochés de nous en apprenant la mort de Maria… Sauf si ce n'était pas sur elle que se portait leur enquête.

Je réfléchissais peut-être un peu trop. J'allais souvent trop loin dans mes réflexions. Après tout, il pouvait également s'agir d'une erreur dans le dossier, d'un oubli à propos de la libération d'Hernandez… Mieux valait donc vérifier.

Commençons par le commencement : j'appelle la maison d'arrêt.

L'appel dura à peine quelques minutes. On me confirma très rapidement que ce Jazz était bel et bien incarcéré chez eux depuis 2018. Merde.

Ce n'est peut-être pas lui… Après tout "Jazz" c'est un pseudo assez banal quand on y pense.

Peut-être, oui… Mais je n'y croyais pas moi-même. Ça me dérangeait profondément.

Quel étage pour les mœurs , lui demandais-je en me relevant d'un bond.




Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Jeu 14 Sep - 3:26

Phillip
Ford

J'ai 37 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis Enquêteur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyen.

Phillip est le bébé de famille et a toujours eu un sens aigu de la justice donc quand il a dit aux gens qu'il voulait rejoindre la police, ça n'a surpris personne. Phillip a tout miser sur ses études de police et il s'est donné à fond pour aboutir à ses fins. Il sort de l'école de police diplôme en main et il postule à la Chicago police. Il a tout fait. Du radar, de la patrouille, la circulation. Il a vu le beau mais aussi le très mauvais de Chicago. Il a vu une porte pour être enquêteur et il a appliqué pour obtenir les examens requis et ainsi quitter la patrouille. Depuis maintenant 4 ans il est enquêteur et il s'en sort vraiment bien. Dans sa vie personnelle, il a déjà été en couple pendant près de 5 ans et un jour, du jour au lendemain, il est revenu dans un appartement vide avec la simple note "Je te quitte" sans plus d'explication. Depuis il est célibataire, oui il lui arrive de ne pas avoir de nuits seul. Mais il est devenu un peu maladroit pour la drague.

Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 A47633b0b8193bf0_5
Bon ma blague de “Bleue” n’avait visiblement pas passé. Noté: Cette fille n’avait aucun humour. Je poussai donc un soupir pour faire mes propres recherches car oui je suspectais tout le monde dans l’entourage de Maria même son contrôleur judiciaire. Cependant après de longues minutes je ne trouvais rien et j’en fis part à la jeune femme. Quand elle élabora sur le dit Jazz, je fronçai les sourcils attentif à ce qu’elle disait tournant un stylo entre mes mains. Cependant quand elle dit que si c,était bien notre type, il devait être en prison depuis sa dernière arrestation. Je me levai et fit le tour de mon bureau me penchant pour lire ce qu’il y avait sur l’écran. Il y a quelque chose qui ne collait pas avec ça.

- Si c’est bien lui, tu l’as dit toi-même il s’est spécialisé dans la production de faux papiers. Peut-être c’est il fait de faux papiers pour lui-même… quoique ça serait stupide qu’il ai des faux papiers et reste dans le coin.

Je réfléchissais tout haut en fait. Puis oui c’était bien pratique la fabrication de faux papiers. Surtout avec des mineures. Cependant quand elle parla d’aller voir la brigade des mœurs pour leur poser des questions sur le réseau. je tournai le regard vers elle surpris et riais doucement en reprenant ma place.

- Parce que tu crois qu’on a pas déjà essayé? dis-je en riant de plus belle. Cette brigade garde tout plus secret que le Pentagone et la CIA réunis. Je ne sais même pas s’il ont un infiltré alors pour le reste. Mais si tu veux y aller fais-toi plaisir….

Clairement je ne remettrais pas les pieds là pour éviter de me frotter au chef de brigade qui me foutrait dehors à grands coups de pied au train. Son surnom était “Pittbull” et il ne le portrait ps pour rien, il protégeait férocement ses enquêtes. Je la laissai appeler la maison d’arrêt espérant qu’on soit sur une piste et… non.

- Jazz est surtout un surnom débile. Bon bien on sait que ce n’est pas lui.

La voyant se lever d’un bond en me demandant l’étage pour les mœurs, je la regardai un moment. Ok… elle était sérieuse tout à l’heure! Je me levai et lui fis signe de me suivre et prit l'ascenseur jusqu’au troisième étage. J’avais beau ne pas vouloir de partenaire, je n’allais pas la laisser se faire bouffer par Pitbull. En arrivant à l’étage c’était inévitable que les regards se posèrent sur nous.

- Ford! Qu’est-ce que tu fais ici?!aboya le chef.

- Du calme Pitbull, on veut juste avoir des informations pour une enquête que l’on mène…

- Je t’ai dis que je ne voulais plus te voir ici. Et c’est qui elle?

- Elle, c’est ma partenaire, Taylor Martinez.


- Toi tu as une partenaire? Tu l’as déjà foutu dans ton lit…

Je pinçai les lèvres une seconde pour éviter de lui sauter à la gueule.

- Elle a juste quelques informations à te demander

Je me tournai vers elle en haussant un sourcil ayant l’air de dire “Je te l’avais dit”. Elle allait vraiment finir par croire qu’elle était tombée dans un poste de vieux connards. Le chef croisa les bras et attendit et il était loin d’être réceptif, il semblait même attendre pour faire une bouchée de Taylor.
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Jeu 14 Sep - 19:45

Taylor Martinez
J'ai 34 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis enquêtrice et je m'en sors plutôt bien. Je suis célibataire et je le vis plutôt très bien!

Informations supplémentaires ici.


– Si c’est bien lui, tu l’as dit toi-même il s’est spécialisé dans la production de faux papiers. Peut-être c’est il fait de faux papiers pour lui-même… quoique ça serait stupide qu’il ai des faux papiers et reste dans le coin.

Ce n'est pas vraiment ce qui me dérange le plus. Il peut falsifier ses papiers mais certainement pas ses empreintes digitales… Donc, forcément, le Jazz qui se trouve en prison est forcément le vrai … soupirais-je avant de froncer les sourcils. De plus, les détenus parlent … Entre eux mais aussi avec les visiteurs. La détention de Jazz n'a pas pu donc pas rester secrète…Il y a forcément anguille sous roche. Trop d'informations sont encore à vérifier…

Sans oublier le fait qu'il pouvait très bien s'agir d'un autre Jazz. Après tout, si les malfrats avaient de l'imagination, ça se saurait ! J'évoquais ensuite la brigade des mœurs et… merde, ce crétin se moqua carrément de moi.

– Parce que tu crois qu’on a pas déjà essayé?

Et qu'auriez-vous essayé, au juste ? lui demandais-je en croisant les bras. Ce type là me donnait envie de cogner. Parce que vous étiez déjà en train d'enquêter sur un type dont vous ignoriez l'existence ? C'est quoi ton délire au juste ? Je te trouve vachement pessimiste pour un mec qui sourit autant.

Et diablement agaçant aussi. C'était quoi cette attitude négative ? Depuis quand devait-on baisser les bras aussi vite. Dans la police, de surcroît. J'appelais donc la maison d'arrêt pour vérifier la première théorie… Et ce fut un échec. Pourtant, je n'arrivais pas à sortir cette idée de ma tête. Alors je me levais avec la ferme intention de vérifier, encore, cette foutue théorie qui ne manquerait pas de m'obséder. Je n'avais pas besoin de son aide, seulement d'une direction à prendre… et pourtant, Ford prit les devant…

Avant de grimper dans l'ascenseur, je pris le temps d'acheter un café au distributeur. Je choisis évidemment le meilleur, hors de question d'arriver là-haut les mains vides. Tandis que l'ascenseur grimpait les étages, je réfléchissais à la meilleure façon d'aborder un sujet aussi sensible … Mais ça, c'était sans compter le grand dadet qui m'accompagnait et qui… mis les pieds dans le plat.

Elle sait parler toute seule, merci. dis-je en leur offrant mon plus grand sourire hypocrite. C'est tout de même marrant d'entendre ce genre de propos sortir de la bouche d'un membre de cette brigade. C'est à croire que vous ne craignez pas le moindre procès pour harcèlement sexuel…

– Oh, bah, faut pas se formaliser pour ça, Martinez. Ce n'est qu'une plaisanterie.

Oh ? Cela ne vous gênerait donc pas qu'un homme parle ainsi de votre mère, de votre femme ou encore de votre fille…

– Euh… Et bien…

Je vous propose de recommencer depuis le début en mettant tout cela de côté, lui dis-je en lui tendant le café que je tenais en main. J'ai effectivement quelques petites questions à vous poser.

– Bien, dans mon bureau.

Nous nous dirigeâmes alors jusqu'au bureau du chef tordu de la brigade. Je ne cherchais pas à tourner autour du pot, nous étions tous beaucoup trop occupés pour ça.

A la question : Est-ce que Pablo Hernandez était bel et bien en prison ? La réponse fut oui. Pas de doute possible donc… Mais cela, je m'en doutais.
À la question : Est-ce qu'une enquête sur le réseau de trafic humain de la Nourrice est actuellement en cours ? La réponse fut également affirmative. Mais pour lui, il n'y avait aucun lien avec le décès de Maria… Je trouvais cela étonnant, mais décidais de ne pas pousser davantage. Nous verrons bien le moment venu.
À la question : Savez-vous qui est le Jazz dernièrement en couple avec notre victime ? Le chef de brigade me sourit, en silence.

– C'est Henrique Hernandez, le petit frère de Pablo. Nous le gardons à l'oeil depuis plusieurs mois.
A-t-il un lien avec les affaires de son frère ? Pourquoi prendre son pseudonyme ?
– Nous ne savons pas encore, justement. C'est pour cela que nous le gardons sous surveillance actuellement.

Je lançais un regard à Ford, le genre qui voulait dire "il ne nous dit clairement pas tout". Néanmoins, je décidais d'en rester là pour le moment… Histoire de ne pas pousser le bouchon trop loin. Je voulais que ce type là nous ait à la bonne.

Et bien, merci beaucoup capitaine, lui dis-je en lui tendant la main.
– Ce fut un plaisir, Martinez. N'hésitez pas à revenir nous saluer, me répondit-il avant de me serrer la main.

Arrivés dans l'ascenseur, j'attendis que les portes se referment pour arrêter l'appareil. Il fallait que je mette quelques petites choses au clair avec Ford.

Ne parle plus jamais à ma place, c'est clair ? Je suis tout à fait capable de me présenter sans ton aide. Je suis une grande fille, je ne suis plus une bleue depuis des lustres et j'espère bien que tu t'en rendras compte assez rapidement. Sans quoi, je te jure que travailler avec moi te seras très rapidement pénible. C'est clair ?!



Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Jeu 14 Sep - 22:33

Phillip
Ford

J'ai 37 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis Enquêteur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyen.

Phillip est le bébé de famille et a toujours eu un sens aigu de la justice donc quand il a dit aux gens qu'il voulait rejoindre la police, ça n'a surpris personne. Phillip a tout miser sur ses études de police et il s'est donné à fond pour aboutir à ses fins. Il sort de l'école de police diplôme en main et il postule à la Chicago police. Il a tout fait. Du radar, de la patrouille, la circulation. Il a vu le beau mais aussi le très mauvais de Chicago. Il a vu une porte pour être enquêteur et il a appliqué pour obtenir les examens requis et ainsi quitter la patrouille. Depuis maintenant 11 ans il est enquêteur et il s'en sort vraiment bien. Dans sa vie personnelle, il a déjà été en couple pendant près de 5 ans et un jour, du jour au lendemain, il est revenu dans un appartement vide avec la simple note "Je te quitte" sans plus d'explication. Depuis il est célibataire, oui il lui arrive de ne pas avoir de nuits seul. Mais il est devenu un peu maladroit pour la drague.

Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 A47633b0b8193bf0_5
Tout étais louche avec les gens qu’on enquêtaient. J’en avais tellement vu depuis que j’étais flic que même l’image d’une mère de famille bien banale allumait mes sens. Donc qu’un ait pris l’identité d’un autre ne me surprenait pas plus que ça je dirais même que j’aurais été presque déçu si ça n’avait pas été le cas. Mais quand la jeune femme parla de la brigade des moeurs, je rétorquais du tac au tac que nous avions déjà essayer de tâter le terrain avec eux par le passé. Cependant à sa réponse je fronçai des sourcils soudainement piqué au vif et encore plus piqué quand elle dit que j’étais pessimiste.

- On a essayé de savoir justement s’il y avait un infiltré dans le trafic pour ne pas aller empiéter sur le terrain et griller la couverture de l’agent s’il y en avait un. On a essayé de savoir s’il y avait des complices avec Maria parce qu’on ne trouvait rien. Alors je suis peut-être pessimiste mais je bosse ici depuis assez longtemps pour savoir comment sont les gens ici. Je te trouve sourde moi pour quelqu’un qui arrive.

Putin de merde! Elle n’allait pas me dire comment faire mon boulot quand même! Déjà 11 ans que je bossais à la criminelle je savais un peu comment était les gens ici merde! C’est pas une petite nouvelle qui allait me dire quoi faire et quand faire mon boulot! C’est la raison pourquoi je ne voulais pas de partenaire. Je n’avais pas à me faire chier. Je la laissai donc appeler détruisant une piste. Quand elle décida d’aller quand même aux moeurs, je décidais d’aller avec elle, non pas parce qu’elle était une incapable mais je connaissais le chef de brigade et même si je ne voulais pas de partenaire, c’était stupide de la laisser aller là seule. Bien sûr en arrivant je ne fus pas accueilli avec joie. Je tentais doucement de calmer le chef pour éviter qu’il ne fasse une bouchée de la jeune femme. C’était sans compter qu’il ne me ramène sur la gueule la rumeur tenace qui courait à mon sujet. Connard. Cependant je lui dit qu’elle n’avait que quelques informations à lui demander. Quand elle prit la parole, je savais que tout ça sonnait faux. Pff… ça m’apprendra tiens à vouloir l’aider.

Dans le bureau du chef, je m’appuyai au mur les bras croisés la laissant tout diriger C’était des choses qu’on se doutait déjà mais il le confirmait, donc… on avançait pas tant que ça. Quelques pas de souris seulement. Quand elle me jeta un regard je lui servis le mien “Je te l’avais dit” mais n'ouvrit pas la bouche. Elle serra sa main et lui, faux-cul, lui disait de revenir la saluer. Ouais… pour mieux ne rien lui dire. Je la laissai sortir et me penchai vers le chef pour lui murmurer

- Ne redis jamais ce que tu viens de dire Pitbull. Sinon moi aussi j’ai quelques secrets sur toi que je pourrais faire courir. Comme cette bouteille de whisky que tu caches. Ça se joue à deux ça.

Je sorti rejoignant Taylor à l’ascenseur et aussitôt les portes fermées, elle mit le tout en arrêt. De toute façon je n’avais pas le choix d’écouter si c’était le but mais sérieusement… elle me gonflait grave! Et en plus elle me menaçait? Ah ben la sal… Je pris une grande inspiration et plantai mon regard dans le sien, soudainement piqué au vif.

- Au cas où tu n’avais pas remarqué, je tentais d’adoucir les choses mais bon comme tu veux agir en grande fille, je ne ferais plus rien. Mais sache que c’est aussi ça être partenaire Martinez. Le “Bleue” que je t’ai dis était simplement pour te taquiner, pas ma faute si tu n’as aucun humour. Mais parfait on va être sérieux, tout le temps, jamais de blague.

J’appuyai sur le bouton pour que ça reparte avant de reprendre place les mains dans les poches.

- Puis ta menace ne me fais même pas peur. J’en ai vu des plus coriaces et des plus durs que toi.

Je ne dis plus rien, me la bouclant et une fois les portes ouvertes, je regagnai notre bureau et me laissai tomber dans ma chaise et fit mes recherches sur le parrain de Maria, le tout dans le plus grand silence. Valait mieux que je me la ferme, sinon ça serait la merde. Autant faire l’hypocrite comme elle devant les gens et que tout allait bien. Je ne trouvais rien de vraiment surprenant dans le dossier du parrain. Des années de consommations, quelques arrestation pour ivresse sur la voi publique, tapage nocturne, conduite en état d’ivresse. Après sa désintox, il est devenu blanc comme neige. Le parcours normal de tout parrain en désintox quoi.

- Ford! Martinez! Dans mon bureau!

Je poussai un soupir alors que je pris mes notes et suivit Taylor pour refermer la porte derrière nous.

- Alors, vous en êtes où dans votre enquête?

Je ne dis rien comme elle m’avait dit de ne pas parler à sa place. Mais vu le silence, il nous dévisagea tour à tour en haussant un sourcil.

- Alors? Vous avez mangé votre langue ou quoi?

- J’ai fais quelques recherches sur le surveillant et le parrain. Pour le surveillant il n’y a rien de louche dans son dossier mais ça il fallait s’y attendre. Cependant on va aller le voir pour savoir ce qu’on peut en tirer. Sinon pour le parrain, rien de bien surprenant non plus. Alcoolique, arrestation pour ivresse, conduite en état d’ébriété, tapage nocturne la normale quoi. Après sa désintox plus rien. Mais lui aussi on va aller voir ce qu’il sait sur Maria. Sinon pour le reste… je crois que Taylor peut vous le dire.

Je tournai mon regard vers elle. Allez… tu veux être une grande fille? Vas-y! Je ne dirais plus rien, comme tu me l’as si bien demandé.
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Ven 15 Sep - 18:19

Taylor Martinez
J'ai 34 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis enquêtrice et je m'en sors plutôt bien. Je suis célibataire et je le vis plutôt très bien!

Informations supplémentaires ici.


Si je le laissais me répondre sans réagir autrement qu'en souriant, je ne me privais pas de commenter ses propos pour moi-même. Mais quel culot il avait celui-ci …

Au cas où tu n’avais pas remarqué, je tentais d’adoucir les choses…
Mouais, non, je n'avais pas remarqué, en effet… Commencer par appeler le chef de la brigade des mœurs "Pitbull" c'est tout de même une drôle de manière d'arrondir les angles…

Mais bon comme tu veux agir en grande fille, je ne ferais plus rien.

Merci ! Et tu devrais peut-être essayer de prendre ce temps pour grandir un petit peu aussi. Oui, il me semble que tu en as bien besoin.

Mais sache que c’est aussi ça être partenaire Martinez.

Ah ? Être partenaire c'est mettre les pieds dans le plat et les bâtons dans les roues de l'autre ? Depuis quand au juste ?

La “Bleue” que je t’ai dit était simplement pour te taquiner, pas ma faute si tu n’as aucun humour. Mais parfait on va être sérieux, tout le temps, jamais de blague.

Oh que si j'ai de l'humour… Mais certainement d'un tout autre niveau. J'ai passé l'âge du Toc-Toc et des blagues à Toto, merci bien.

Puis ta menace ne me fait même pas peur. J’en ai vu des plus coriaces et des plus durs que toi.

Ouais… c'est bel et bien un gamin.

Je ne crois pas non… En tout cas, plus depuis le jardin d'enfant si je me base à tes réactions, raillais-je avant de le laisser sortir de l'ascenseur. Moh, comme il est pas content ce garçon…

Je continuais donc l'enquête de mon côté, me renseignant à propos de ce Henrique Hernandez. Visiblement, lui, son péché mignon, c'était la cocaïne. Lui aussi avait fait quelques séjours en prison, mais se tenait à carreau depuis quelques années. Il partageait le même surveillant judiciaire que Maria… Sans doute s'étaient-ils connus là-bas… Pourquoi avait-il emprunté le pseudonyme de son frère ? Aucune idée…

Je notais toutefois son adresse et trouvais les dates des prochaines réunions organisées par l'association de réadaptation. Cela me fera au moins une occupation…

Le chef nous héla subitement… Décidément, c'est fou ce que ce type là aimait gueuler. Il aurait dû faire carrière dans le journalisme. Je le voyais plutôt bien en rédacteur en chef. Lorsqu'il nous demanda où nous en étions dans notre enquête, Ford recommença son numéro de gamin. Il resta silencieux jusqu'à ce que le patron ne le houspille. Bordel, où étais-je tombée ? Je laissais donc le grand gosse s'exprimer sans l'interrompre et me contentais de poursuivre quand ce fut mon tour.

Pour ma part, je me suis renseignée sur le petit ami de la victime. Il s'appellerait Henrique Hernandez et serait un ancien trafiquant peu doué. Un ancien taulard qui serait suivi de la même manière que Maria. Même surveillant judiciaire, même parrain… Je suppose donc qu'ils se sont rencontrés lors de l'une des réunions de l'association. J'ai trouvé sa dernière adresse et noté les dates des prochaines réunions. Y'a plus qu'à…

– C'est tout ?

Pas vraiment. Nous attendons toujours les résultats de l'autopsie et nous devons encore interroger sa fille. Nous attendons également que l'on retrouve les lettres échangées par Maria et Henrique durant son incarcération.

– Je vois… Vous avancez plutôt bien ?
Vous rigolez ? sifflais-je en haussant les sourcils.
– Non, pas vraiment… Pourquoi semblez-vous aussi surprise ?
Oh, pour rien… Peut-être parce que les différents services ne sont pas fichus de travailler ensemble… Pas plus que certains de vos éléments, dis-je en pointant mon "partenaire" du pouce. Je peux savoir pourquoi vous m'avez collé avec ce gamin qui me méprise et qui, par orgueil, se met à bouder à la moindre remarque ?

Et là… Le chef éclate de rire.

– Je suis sûr que vous parviendrez à vous entendre. Même si ça risque de prendre du temps.
Mouais, j'en doute.

Je récupérais mes dossiers, saluais tout ce petit monde et quittais les bureaux. La journée était terminée.


Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Sam 16 Sep - 17:46

Phillip
Ford

J'ai 37 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis Enquêteur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyen.

Phillip est le bébé de famille et a toujours eu un sens aigu de la justice donc quand il a dit aux gens qu'il voulait rejoindre la police, ça n'a surpris personne. Phillip a tout miser sur ses études de police et il s'est donné à fond pour aboutir à ses fins. Il sort de l'école de police diplôme en main et il postule à la Chicago police. Il a tout fait. Du radar, de la patrouille, la circulation. Il a vu le beau mais aussi le très mauvais de Chicago. Il a vu une porte pour être enquêteur et il a appliqué pour obtenir les examens requis et ainsi quitter la patrouille. Depuis maintenant 4 ans il est enquêteur et il s'en sort vraiment bien. Dans sa vie personnelle, il a déjà été en couple pendant près de 5 ans et un jour, du jour au lendemain, il est revenu dans un appartement vide avec la simple note "Je te quitte" sans plus d'explication. Depuis il est célibataire, oui il lui arrive de ne pas avoir de nuits seul. Mais il est devenu un peu maladroit pour la drague.

Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 A47633b0b8193bf0_5
Elle me gonflait, vraiment! C’était une femme qui voulais quoi au juste? Mettre tout les hommes à sa main? Non merci j’ai déjà donné. Mais sa menace ne me faisait pas peur du tout, si elle pensait que elle à la grandeur d’un gnome allait me faire peur elle allait devoir… monter dans une échelle tiens. Pff… même pas une journée et déjà j’ai envie d’aller voir mon chef pour lui dire de me la dégager de là. Quand elle me répondit qu’elle ne pensait pas, je haussai un sourcil. Tu connais quoi de ma vie toi petit lutin de merde? Je sentis mon être flamber quand elle me qualifia, à mot à peine couverts, que j’étais un gamin. Compte-toi chanceuse d’être une femme pour ne pas que je t’en colle une. Assis à mon bureau je relevai le regard quand elle prit un ton narquois pour me dire “ce garçon”.

- Je ne savais pas que les gnomes étaient aussi bavards.

Je tournai mon regard sur mon écran pour continuer de bosser tentant de l’ignorer totalement. Le chef avait eu quoi dans le crâne de nous coller ensemble? Connard de chef. J’allais clairement me faire chier avec elle. À peine avais-je terminé mes recherches que le chef nous cria de venir. Putin… pourquoi encore coller avec elle dans une pièce exigüe? J’avais donné, je voulais me barrer chez-moi et juste… juste rien en fait, mais au moins je serais loin d’elle. Donc comme elle me l’avait fait “gentiment” remarqué, je la laissai faire la grande fille mais comme on ne parla ni un ni l’autre, je fini par parler de mes propres recherches laissant Taylor faire “la grande fille des gnomes”. On avançait plutôt bien…relatif quand j’avais plus envie de mettre du sel dans son café qu’elle arrête de me regarder comme un puceron. Je tournai la tête vers elle en la fusillant du regard quand elle me pointa du pouce. Hé oh! Je suis là le lutin ignoble! QUOI?! Je la méprise?? J’avais bien entendu? Putin mais j’avais tenté au mieux que son arrivée se passe bien et elle, elle voit ça comme du mépris? PUTAIN DE MERDE!!! SUR QUELLE CONNE J’ÉTAIS TOMBÉE! Je pinçait les lèvres tellement fort parce que je crois que là j’aurais été vraiment méchant, blessant et tiens disons-le sexiste. Cependant le chef lui trouvait ça foutrement drôle en ajoutant qu’on arriverait à s’entendre, Oui quand cette sorcière arrêtera de me dire comment faire mon boulot.

- Impossible.

J’allais quitter quand le chef m’arrêta sur le pas de la porte. Refermant celle-ci, je tournai mon regard vers mon supérieur.

- Pitbull m’a appelé.

- C’est clair qu’il le ferait,
dis-je en soupirant, pourquoi cette fois?

- Il n’a pas apprécié votre visite. Aussi gentille qu’a été Taylor, il n’a pas aimé.

- Je lui ai tout dit ça patron. Mais elle a un putin de tête de mule! J’ai été avec elle pour tenter d’adoucir notre venue et elle a vu que je la… maternait je ne sais pas comment le dire. Mais tu connais Pitbull…

- Oui je sais. Il a dit que tu l’a menacé de parler, de faire courir des rumeurs.


- Parce qu’il m’a jeté à la figure la rumeur qui coure à mon sujet. À savoir si je l’avais foutu dans mon lit. Tout le monde sait qu’il cache une bouteille de whisky et que ses cafés parfois sont un peu plus arrosés que d'autres.

- Je sais. Écoute, faites équipe tous les deux et ça devrait aller. Vous allez finir par vous entendre.

- Si elle arrête de voir du mal partout, je vais peut-être réussir. Mais je peux savoir pourquoi tu m’a collé un gnome pareil?


Il rigola une nouvelle fois et me chassa gentiment. Je soupirais en prenant mes affaires et direction mon appart où je savais que cette enquête me tiendrait éveillé.

****************
Les jours passaient et bien qu’on se prenait le chou dès qu’on pouvait, n’empêche que lors des interrogatoires, de l’enquête on formait un bon duo. Mais j’en avais marre de son air blasé, de ce regard qui semblait juger tout et tout le monde. À croire qu’elle était parfaite et que le reste du monde, en l'occurrence moi, on était des merdes. On avait eu le rapport d'autopsie, l'étranglement avait été la cause de la mort couplé à une hémorragie interne vu le nombre de coups portés à Maria. Le fait qu’on lui ait tranché la gorge avait été pour accélérer sa mort. Quoique inutile comme l’étranglement avait fait le reste. Du côté des interrogatoires du parrain et du surveillant on n'en avait pas tiré grand chose. Cependant je gardais un doute sur le parrain, je ne sais pas pourquoi, instinct probablement. Encore une fois on avait convoqué la fille et rien de plus encore une fois. Penché sur le dossier j’épluchai les interrogatoires, les recherches mais je ne trouvais rien.

- Je vais me chercher un café peut-être que je vais trouver quelque chose…

Information bien inutile mais je tentais fort de faire des efforts pour qu’on s’entende mais elle me donnait du fil à retordre. Elle était mignonne oui, et pas conne pour deux sous, le contraire des filles que je pouvais me taper parfois. Je pris donc deux gobelets pour au moins démontrer que je n’étais pas un sale con égoïste et lui en apporter un. Je savais même ce qu’elle mettait dedans pour l’avoir observé quelques fois.

- Hé Phil! Tu sais que la petite nouvelle c’est une promo canapé qu’elle a eue?

Je jetai un regard en coin vers mon collègue qui venait de s'adosser au comptoir de la cuisinette. Bon… une autre rumeur que voilà!

- J’en ai rien à battre Kurt. C’est des rumeurs…

- Non mais comme tu es un tombeur ça sera facile de la mettre dans ton lit…


Je sentis mon être se tendre d’un coup et je le fusillait du regard lui faisant perdre son sourire de connard.

- Fais attention à ce que tu dis Kurt… c’est de ma partenaire que tu parles.

- Ouais bon… elle est pas dégueulasse à…


Je me plantai devant lui les lèvres pincées mon regard planté dans le sien.

- Ce n’est pas parce que tu trompe ta femme avec la première connasse qui passe ton chemin que je fais pareil. Les rumeurs j’en ai rien à faire. C’est ma partenaire. Elle fait son boulot et elle le fait bien, ne t’avise même pas de dire une connerie pareille.

J’attrapai les gobelets et quittai la cuisinette pour retourner à mon dossier. Je posai le gobelet près de Taylor et m’assied à ma place. Je relevai le regard en me sentant regarder.

- J’ai pensé que tu aimerais en avoir un. dis-je en haussant les épaules, je l’ai fait comme tu aimes.

Je replongeai dans mon dossier et après de longues minutes je poussai un soupir long comme ma vie.

- Hypothèse. Admettons qu’on ai payé le parrain pour mettre Hernandez et la Nourrice dans le même groupe. On peut supposer que c’est pour reprendre le trafic de jeunes filles on peut même peut-être pousser au surveillant. Qui dans l’entourage de Maria pourrait bénéficier de l’argent des filles?

Oui je revenais toujours à sa fille parce que je ne la blairais pas une seconde. C’était fort mon instinct pour elle. Je réfléchissais rapidement car en fait, qui nous dit que c’est pas sa fille justement qui était l’instigatrice de ce réseau? Je proposai donc à Taylor qu’on aille en parler au chef comme on ne tirait rien de personne et qu’on tournait en rond. Aussitôt qu’il nomma la surveillance de la fille de Maria je sentais que ça serait la merde. Nous deux coincés dans une bagnole? On allait finir par s’entre-tuer oui! On se retrouva donc dans la rue noire, avec de quoi subsister toute la nuit à regarder une maison illuminée. Ça allait être long comme nuit si rien ne bougeait.

- Tu sais, j’ai aussi une autre hypothèse sur notre enquête. Si Hernandez et Victoria étaient ensemble mais que Hernandez jouait la comédie pour convaincre Maria de reprendre le business. Sa mort pourrait peut-être le résultat d’un refus ou la menace qu’elle les dénonce. Tu en penses quoi?

Je dormais mal depuis le début de cette enquête et je tournais tout dans tous les sens. Que je ne sais même plus si mes théories faisaient du sens au final.
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Sam 16 Sep - 18:50

Taylor Martinez
J'ai 34 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis enquêtrice et je m'en sors plutôt bien. Je suis célibataire et je le vis plutôt très bien!

Informations supplémentaires ici.


Je commençais à en avoir sérieusement marre de ce boulot, de mes collègues et de cette ville toute entière. J'étais venue ici pour avoir la paix, la vraie. Celle qui devait me faire tout oublier pour prendre un nouveau départ. Après plusieurs jours passés dans cet environnement, je commençais à me dire que le plus simple aurait été de changer de métier. À dire vrai, j'avais déjà débuté mes recherches afin d'explorer de nouvelles opportunités de carrière. Néanmoins, en attendant, il fallait que je continue de bosser pour la police et je tenais à le faire correctement.

Cette enquête tournait tout simplement en rond. Nos interrogatoires et nos investigations ne menaient à rien ou alors à pas grand-chose. Ford butait sur la fille de la victime et même si je ne pouvais lui donner tort, je ne pouvais pas non plus lui donner raison. Pas avec si peu d'éléments en notre possession. Nous passions finalement beaucoup de temps à relire nos notes et nos rapport afin de chercher la petite bête qui aurait pu nous échapper… Cette tâche, aussi compliquée que nécessaire ne nous apportait finalement rien hormis une grande fatigue et des migraines plutôt importantes.

– Je vais me chercher un café, peut-être que je vais trouver quelque chose…
Croisons les doigts, soupirais-je, épuisée.

Au fond, il avait raison. Prendre une petite pause ne serait-ce que pour aller chercher un café permettait de s'aérer l'esprit. Le mieux restait encore de prendre un peu l'air… Je me levais donc, afin de le rejoindre pour lui proposer de sortir lorsque j'entendis les bribes d'une conversation fort déplaisante.

Une promotion canapé ? Moi ? Mais d'où sortait-il une connerie pareille ? En même temps, si de tels bruits circulaient à mon propos, je comprenais mieux les œillades et les messes basses échangés par les collègues que je croisais dernièrement. Merde… J'ai beau être forte, il m'était difficile d'entendre pareilles inepties et de réaliser que tout le monde autour de moi y croyait. C'était douloureux de voir tous les efforts, mes années de travails acharnés être réduits à une partie de jambe en l'air avec un supérieur. Je n'ai même jamais fréquenté un collègue. Ce n'était pas dans ma mentalité.

Fait chier… J'avais carrément envie de vomir… Et puis… Ford a pris ma défense. Autant dire que je me retrouvais sur le cul.

"Elle fait son boulot et elle le fait bien, ne t’avise même pas de dire une connerie pareille."

Cette fois, l'on pouvait dire que j'étais touchée… Mais je ne devais pas rester là, je ne voulais pas que l'autre crétin me voie. Alors, c'est au pas de course que je retrouvais mon bureau.

–J’ai pensé que tu aimerais en avoir un, je l’ai fait comme tu aimes.

Il me fut très difficile de détacher mon regard du gobelet encore fumant… Encore plus difficile de ne pas pleurer comme une imbécile.

Merci beaucoup, Ford, lui dis-je en essayant tant bien que mal de contrôler ma voix.

Et puis, comme si de rien n'était, je me replongeais dans le travail. Quelques minutes plus tard, il m'exposa une nouvelle théorie.

–Hypothèse. Admettons qu’on ai payé le parrain pour mettre Hernandez et la Nourrice dans le même groupe. On peut supposer que c’est pour reprendre le trafic de jeunes filles on peut même peut-être pousser au surveillant. Qui dans l’entourage de Maria pourrait bénéficier de l’argent des filles?

Le surveillant judiciaire est un employé du gouvernement. Son dossier est même plus clean que le mien… Il est juste là pour s'assurer que ses sujets respectent bien les termes de leur libération. Je pense qu'on peut l'oublier.

D'autres anciens détenus nous auraient mené à lui. Mais nous n'avions trouvé aucun lien.

Quant au parrain, je ne sais pas trop. De ce que j'ai compris, ce n'est pas lui qui choisit ses filleuls. Chaque ancien se doit, à tour de rôle, de prendre un nouveau sous son aile. Henrique était son tout premier filleul…Maria est arrivée plusieurs années plus tard.

Il n'y avait d'ailleurs aucune obligation pour les anciens détenus d'adhérer à ce programme. Tous ne le faisaient pas… Seulement ceux qui voulaient réellement s'en sortir. Un peu à l'image des Alcooliques Anonymes.

On sait très bien qui dans l'entourage de la victime pouvait avoir envie de poursuivre le trafic. On a déjà tout épluché… J'attends toujours le mandat pour pouvoir fouiller son appartement… Je ne comprends vraiment pas pourquoi tout prend autant de temps par ici… Elle a largement eu la possibilité de faire disparaître les preuves maintenant.

Passablement découragée, je me laissais tomber sur mon bureau. Cette affaire allait forcément me rendre folle.

Plusieurs heures plus tard, nous nous retrouvâmes, tous les deux, enfermés dans une voiture garée devant le lieu de travail de Victoria. Il s'agissait d'un magasin de prêt à porter pour homme de classe moyenne. Le genre de boutique où l'on pouvait encore trouver des chemises à carreaux rouges et noirs.

–Tu sais, j’ai aussi une autre hypothèse sur notre enquête. Si Hernandez et Victoria étaient ensemble mais que Hernandez jouait la comédie pour convaincre Maria de reprendre le business. Sa mort pourrait peut-être le résultat d’un refus ou la menace qu’elle les dénonce. Tu en penses quoi?

J'en sais trop rien en réalité, soupirais-je. Le meurtre de Maria est… bordélique. Je n'ai jamais vu ça. Frapper quelqu'un à mort avant de l'étranger puis de l'égorger… On peut clairement sentir la haine du meurtrier… Mais je doute fort que ce ne soit que pour un simple refus… Sauf si…Maria avait volé du fric, par exemple.

Victoria quitta la boutique à ce moment-là, l'air de rien. Elle monta dans le bus numéro trente-six, celui-ci correspondait à la ligne qu'elle devait emprunter pour rentrer chez elle… Nous la suivîmes en silence jusqu'à son immeuble.

Dans ses lettres, Henrique disait vouloir tout reprendre à zéro avec elle… Et si cela n'avait strictement rien à voir avec le trafic ? Et si ce désir de vouloir mettre les voiles avait provoqué la colère de Victoria ou de ses associés ? Et si pour partir, Maria avait détourné quelques billets ? À ce stade, on peut encore tout imaginer… Il nous manque tellement d'éléments…


Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Sam 16 Sep - 21:44

Phillip
Ford

J'ai 37 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis Enquêteur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyen.

Phillip est le bébé de famille et a toujours eu un sens aigu de la justice donc quand il a dit aux gens qu'il voulait rejoindre la police, ça n'a surpris personne. Phillip a tout miser sur ses études de police et il s'est donné à fond pour aboutir à ses fins. Il sort de l'école de police diplôme en main et il postule à la Chicago police. Il a tout fait. Du radar, de la patrouille, la circulation. Il a vu le beau mais aussi le très mauvais de Chicago. Il a vu une porte pour être enquêteur et il a appliqué pour obtenir les examens requis et ainsi quitter la patrouille. Depuis maintenant 4 ans il est enquêteur et il s'en sort vraiment bien. Dans sa vie personnelle, il a déjà été en couple pendant près de 5 ans et un jour, du jour au lendemain, il est revenu dans un appartement vide avec la simple note "Je te quitte" sans plus d'explication. Depuis il est célibataire, oui il lui arrive de ne pas avoir de nuits seul. Mais il est devenu un peu maladroit pour la drague.

Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate) - Page 2 A47633b0b8193bf0_5
C’était à se péter la tête sur nos bureaux tellement on tournaient en rond. Combien de soirs on avait passé à revoir chaque petites choses pour… bien pour ne rien trouver finalement. C’était un putin de mystère. Même après avoir relu mes notes, tenter de trouver LA petite faille je fini par aller chercher un café avec l’intention d’en rapporter un à Taylor. C’était sans compter que Kurt viendrait me rapporter la nouvelle rumeur du jour, rumeur qui au final ne m’intéressait pas plus que ça. J’en étais victime moi-même. Pas que je n’ai pas tenté de me défendre mais plus je me défendais, plus ça persistait donc je laissais les gens croire ce qu’ils voulaient. Je passait bien plus de nuits seuls qu’accompagné. Mon boulot me bouffait mon temps et puis malgré tout je voulai avoir une copine stable, pas une de passage. Donc oui je pris la défense de Taylor parce qu’elle était oui ma partenaire mais aussi parce que c’était une fichue de bonne flic. Elle ne méritait pas que des rumeurs aussi connes soit dites sur elle. Est-ce que j’en pinçais pour elle? Disons qu’il m’arrivait de penser à elle mais pas en flic. Je me demandais surtout qu’elle genre de femme elle était en-dehors du boulot, ce qu’elle aimait faire. Au moins pendant ce temps-là, je donnais une pause d’enquête à ma tête.

- Fais plaisir Taylor.

Je lui fis un sourire gentil et retournai à mes notes mais j’en avais marre. Je voyais seulement les mots danser devant mes yeux et je fini par exposé une théorie à Taylor mais je haussai un sourcil quand elle dit que c’était un agent du gouvernement. Cependant je l’écoutais jusqu’au bout hochant lentement de la tête.

- Tu sais… même s’il est un employé du gouvernement, les pot-de-vin existe aussi. Ça ne serait pas le premier à être corrompu, Pour le parrain, ta théorie se tiens mais lui aussi aurait pu être fortement encouragé à prendre Maria moyennant un petit pactole.

Quand elle parla qu’on savait qui pourrait bénéficier de tout ça au moins je savais qu’on était sur la bonne voie… je pense. mais pour le mandat, j’avoue que là ça prenait un temps de malade. La voyant se coucher sur son bureau,je pinçai les lèvres un peu triste pour elle qui se démenait comme une diablesse.

- Laisse-moi passer un coup de fil pour le mandat… on pourrait l’avoir plus rapidement qui sait.

Vaine tentative pour tenter de lui remonter le moral. Déjà qu’on se foutait des migraines pas possible, si je pouvais éviter une crise de nerfs alors je le ferais. Je pris donc mon téléphone pour faire une légère - grosse - pression pour le mandat. Mais en attendant on se retrouva coincé dans une bagnole à regarder la vitrine d’un commerce de vêtement de travail et pour vrai… je me faisais chier. Rien ne bougeait, presque pas de clients. C’était peut-être le deuxième qu’on voyait sortir avant la fermeture. Pour combler l’ennui j’exposai une autre de mes théories qu’elle fit envolé en fumée. Bon alors on élimine celle-ci. Je grignotai un bout de réglisse quand on vit Victoria sortir du magasin et s’engouffrer dans le bus. Je le pris donc en filature la réglisse encore entre mes dents mon regard sur le bus.

- Pas bête. Ça se peut vraiment que Maria ait voulu reprendre sa vie en main finalement et qu’elle ait refusé de reprendre le réseau de jeunes filles. Hé mais… on a pas interroger ses copines de cellules!

Je me garai sur le bas côté à chaque arrêt du bus surveillant que notre cible ne débarque pas.

- Je suis certain qu’on pourrait en apprendre beaucoup par elle, à supposer qu’elles veuillent bien nous parler ceci dit.

Quand Victoria débarqua de son bus je ralenti jusqu’à me garer pour vir la rue qu’elle prenait. Ah ouais… elle ne reste pas dans les quartiers pauvre la demoiselle. Pas que ce soit un quartier bien riche c’était même un quartier familial donc le truc le plus banal du monde. Peut-être justement pour cacher sa double-vie. Je tournai dans la rue et me garai à deux maison de là question de bien observer le tout.

- Belle baraque.

Maison deux étages, un garage au fond de la cour. pelouse bien entretenue, des fleurs dans les parterres, tout propre… peut-être trop propre même pour mes suspicions de flics. Coupant le contact, je pris une nouvelle réglisse que je mâchouillai et sachant que la nuit pourrait être longue. Très longue. Je tournai mon regard vers Taylor et je devis dire qu’elle était très jolie dans la lumière sombre de la soirée qui débutait. Je retournai mon attention sur la maison tranquille avant de parler.

- Taylor, je vais être honnête avec toi. Il y a une rumeur qui court à ton sujet, je ne dis pas que je la crois. Même que ça serait le contraire. Je ne crois pas les bobards de poste, j’en ai même deux assez tenace à mon sujet mais je ne me bats plus pour dire le contraire. Alors ne t,en fais pas, fais ton boulot et laisse faire les racontars. C’est qu’ils sont jaloux parce qu’ils ont une vie misérable.

Je tournai mon regard vers elle et lui fit un petit sourire amical.

- Tu es une bonne flic Taylor, alors n’écoute pas ce que les autres disent. Puis si ça devient trop infernal, dis-le moi. Je vais aller prendre ta défense même si tu es une grande fille.


Ajoutais-je en riant doucement en reportant mon attention sur la maison où les lumières du sous-sol venaient de s’allumer me faisant froncer les sourcils. qui allait dans son sous-sol à une heure pareille? Ouais bien… ce n’était pas une preuve en soit mais je me penchai légèrement vers l’avant en plissant les yeux. J’étais trop loin pour distinguer quoique se soit et me rapprocher serait griller notre surveillance. Les rideaux étaient fermés, pas un son ne sortait de là et après vingt minutes les lumières du sous-sol se fermèrent. Elle faisait peut-être son lavage qui sait? Je m’appuyai sur l’appui-tête en soupirant en me frottant la tempe. Génial une migraine qui se pointait! Je pris des cachets et avalai une rasade de café fort en grimaçant.

- Cette enquête va me faire devenir dingue…

Mais bon faute de ne rien trouver… autant monter la garder et espérer que quelque chose bouge.
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Dim 17 Sep - 10:15

Taylor Martinez
J'ai 34 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis enquêtrice et je m'en sors plutôt bien. Je suis célibataire et je le vis plutôt très bien!

Informations supplémentaires ici.


J'ai la liste de ses anciennes "colocataires" sur mon bureau, dis-je avant de bâiller bruyamment. Deux sont sorties bien avant Maria, la troisième est encore au trou. Je ne suis pas sûre que la Nourrice se soit vraiment vantée de son petit trafic cela dit. Dans une prison pour femme, c'est assez délicat de parler de ce genre de chose…

On ne dirait pas comme ça, mais les prisons pour femme regorgent de féministes fortement engagées dans la cause. La plupart sont même emprisonnées pour le meurtre de leur époux ou de leur bourreaux, c'est dire.

Nous arrivâmes ensuite dans une sorte de quartier pavillonnaire… J'avais beau connaître l'adresse de Victoria, je n'aurais pourtant jamais imaginé qu'il s'agissait de ce genre de quartier… J'étais là à observer la maison avec grande attention lorsque Ford se mit à me parler de la fameuse rumeur qui circulait à mon sujet. Dire que je n'avais pas spécialement envie d'en parler serait un euphémisme… Néanmoins, je veillais à l'écouter jusqu'au bout, surprise d'entendre son opinion sur moi et aussi son désir de vouloir me défendre…

Ok, j'étais choquée.

Ford, c'est très gentil de ta part et, sincèrement, je t'en suis reconnaissante mais… Ne prends surtout pas ma défense, ça aggraverait notre cas à tous les deux.

Que penseraient-ils, ces crétins si le type qui avait la réputation de sauter sur tout ce qui bouge prenait la défense de celle qui avait couché avec son boss pour avoir sa place ? Rien de bon, à coup sûr.

Il y a toujours eu des rumeurs à mon sujet. Vraiment, depuis ma sortie de l'école de police. J'avais les meilleures notes, donc forcément, je le devais à mon cul. Ça ne leur viendrait pas à l'idée que je puisse bosser dur. J'ai changé plusieurs fois de service. C'est forcément parce que j'ai couché avec mes partenaires, évidemment… Certainement pas à cause du harcèlement sexuel que je subissait et encore moins parce que j'avais mérité la mutation que j'avais demandé. On dit aussi que j'ai poussé mon précédent coéquipier au suicide… Bah oui, c'est forcément de ma faute et pas de celle de son ex femme qui s'est enfuit à l'autre bout du monde avec son fric et ses gosses. J'ai quitté Détroit justement parce que j'avais besoin de changer d'air… C'est moi qui l'ai retrouvé mort, chez lui après trois jours d'absence sans motif… Crois-moi, ça fait quelque chose de retrouver un ami mort, assis en caleçon devant la télé allumée et la cervelle explosée que les murs… Mais non, si je suis là c'est forcément parce que je me suis tapée mon chef…

J'étais à bout de souffle pour avoir parlé très vite, mais aussi à bout de nerfs. J'en avais assez de ces rumeurs à la con. Vraiment assez. Peu importe ce que je pouvais faire, on inventait toujours des choses sur moi … Un peu comme si je n'avais jamais quitté le lycée.

Mais y'a pas que ça. Paraît aussi que mon père est un narcotrafiquant et qu'il est emprisonné je ne sais où. Que j'ai dû changer de nom pour qu'on ne puisse pas faire le lien entre lui et moi… Sauf que bon, suffit de faire quelques recherches pour réaliser que mon père est véto et que ma mère est institutrice. Mais ce n'est pas assez vendeur…

Si je devais écouter les gens, j'avais une vie des plus trépidante. Je pourrais même être l'héroïne d'une série HBO.

Bref, n'use surtout pas ta salive et tes nerfs pour me défendre. Je sais déjà qu'ils trouveront autre chose à dire sur moi. C'est plus simple que d'imaginer que je puisse être une bosseuse.

Je n'avais pas quitté la maison du regard. Même si j'étais en colère, je me devais de rester professionnelle avant tout. Mon collègue semblait tout aussi usé que moi… Il dû même prendre un médicament pour soulager sa migraine.

Dors un peu, je veille. Je te réveillerai s'il se passe quelque chose, ne t'en fais pas, dis-je avant de boire une énième gorgée de café.



Contenu sponsorisé
Quand le destin décide de se foutre de toi (Arthécate)
Page 2 sur 32
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 17 ... 32  Suivant
Sujets similaires
-
» decide who you are (ft. heovy)
» Maybe a new start? ft Arthécate
» Hell on wheels ft. Arthécate [/!\ -18]
» Accomplissez votre destin.
» (M & F ) Le destin nous ramène l'un à l'autre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: