Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Madness is just another reality (ft Gäa)
"Boys, I was shaped for the fury." /! \ -18 ft. Arthécate EmptyAujourd'hui à 20:15 par Senara

» {+18}À l'ombre de la malédiction [PV - Foxdream]
"Boys, I was shaped for the fury." /! \ -18 ft. Arthécate EmptyAujourd'hui à 20:09 par Arthécate

» Maybe a new start? ft Arthécate
"Boys, I was shaped for the fury." /! \ -18 ft. Arthécate EmptyAujourd'hui à 19:57 par Arthécate

» The Shape of Freedom (pyra x lulu)
"Boys, I was shaped for the fury." /! \ -18 ft. Arthécate EmptyAujourd'hui à 19:51 par Pyramid Rouge

» Focus, baby, focus, I can change your life
"Boys, I was shaped for the fury." /! \ -18 ft. Arthécate EmptyAujourd'hui à 19:43 par Ananas

» Help me, He's gone !
"Boys, I was shaped for the fury." /! \ -18 ft. Arthécate EmptyAujourd'hui à 19:26 par Manhattan Redlish

» hope it gives you hell
"Boys, I was shaped for the fury." /! \ -18 ft. Arthécate EmptyAujourd'hui à 18:58 par the pretty reckless

» Prête moi ta main
"Boys, I was shaped for the fury." /! \ -18 ft. Arthécate EmptyAujourd'hui à 18:56 par Beloved

» Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste)
"Boys, I was shaped for the fury." /! \ -18 ft. Arthécate EmptyAujourd'hui à 18:07 par KRWN

Le deal à ne pas rater :
Manga Fire Force : une jaquette Collector pour le Tome 32 de Fire ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

"Boys, I was shaped for the fury." /! \ -18 ft. Arthécate

Paddy
Messages : 183
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Lun 31 Juil - 15:03

Rebecca J. Lloyd
J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis maitre d'œuvre et je m'en sors très bien puisque je possède mon propre cabinet. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Elle est originaire de Londres • Elle a fait ses études dans la capitale du royaume uni. • Elle a déjà voyagé pour le travail mais jamais pour le plaisir • Elle a rencontré son homme au tir à l'arc et en était folle amoureuse • Elle s'est vite rendue compte que cet homme en question est en fait un fainéant de première. • Amoureuse, elle l'a abrité chez elle dans son appartement à Londres avec la réticence de ses parents • Elle a rompu avec lui très récemment et le vit plutôt mal • Elle a un chat, un siamois, qui s'appelle Seth.

« Did you really think, I'd just forgive and forget...»



Elle se sentait mal, misérable. Elle n'aimait pas faire du mal aux autres. Et là, le voir supplier de ne pas le mettre dehors, qu'il changerait pour elle, qu'il ferait des efforts, il faisait tomber les unes après les autres, toutes les barrières qu'elle s'était mise pendant des jours.

En vérité, depuis la soirée qu'elle a passé avec Morgan, elle sentait terriblement mal. Morgan avait été d'une grande aide pour elle. Et même si elle lui avait dit après par message qu'elle dormirait, elle n'avais jamais put fermer l'œil d'elle même. Elle était tout simplement tombée de fatigue. Le lendemain avait été encore pire. Tout tournait dans son esprit. Elle n'avait pas été efficace dans son travail. C'était comme si elle n'était plus qu'un pantin vide.

Elle avait réfléchit et été arrivée à la conclusion que Morgan avait raison. Ce n'était pas une vie que de vivre comme ça. Ils n'avaient pas du tout les mêmes ambitions. Alors un soir, elle l'avait attendue dans la cuisine alors qu'il était sorti. Elle était là, avec son café, ses yeux ne reflétant aucune émotion, l'attendant simplement. Puis elle lui avait dit cette fameuse phrase que tout le monde redoute.

« Faut qu'on parle. »

Et elle avait vidé son sac. Elle avait dit qu'elle l'avait aimé. Plus que n'importe quel homme. Qu'elle regrettait de prendre cette décision mais que c'était le mieux pour eux deux. Qu'elle devait penser aussi à elle et qu'elle n'était plus heureuse avec lui. C'est là qu'il est devenu violent. Non pas dans ses gestes, il n'as jamais levé le petit doigt. Mais dans ses mots. Il lui a reproché d'être trop têtue, d'être trop, toujours trop. Il lui reprochait de ne pas lui avoir laissé suffisamment d'espace et de temps. D'avoir agit comme une mère plus qu'un partenaire. Que c'était une emmerdeuse qui ferait mieux de rester seule parce qu'elle ne trouverait pas mieux que lui. Elle lui a redemandé les clefs. La colère était monté et les disputes et les insultes ont fusées. Les reproches avec.

Rebecca n'aimait pas le conflit. Alors quand il est parti avec sa valise chez un ami parce qu'il ne supporterait pas de rester une minute de plus avec elle, c'était comme si il l'abandonnait. Et elle se sentait misérable. Elle avait appelée Sienna, sa meilleure amie, en pleurs, incapable de se calmer. Incapable de faire tarir les larmes et les blessures dans son esprit et son cœur.

Elle avait passée la journée en pyjama dans son lit, seule. Heureusement, il y avait toujours son chat. Mais la douleur était trop présente pour qu'elle apprécie pleinement les ronronnements rassurant de son compagnon poilus. Jusqu'à ce qu'elle entende frapper à la porte. C'était Sienna qui s'inquiétait de l'état de Rebecca. Elle avait prit sa meilleure amie dans ses bras.

Mais Sienna ne la laissa pas se démonter. Elle avait fouillé son armoire pendant que Rebecca la regardait faire. Avoir une présence humaine lui faisait du bien. Pouvoir dialoguer avec quelqu'un, se sortir de l'émotion première, cela apaisait la blonde. Sienna lui avait préparé une tenue. Quelque chose de simple et facile à porter. Mais avec beaucoup d'élégance. Puis elle frappa la cuisse de sa meilleure amie, enroulée sous la couette.

« Allez bouge ton gros cul ! Je te sors ce soir ! Tu vas pas te morfondre toute ta vie pour ce connard ! Alors tu te fais belle, tu met du parfum, ta plus belle lingerie là ! Allez hop hop hop ! ET PREND UNE DOUCHE BON SANG ! »

Rebecca s'était levée en grognant et fit un doigt d'honneur depuis la salle de bain à sa meilleure amie. C'était toujours comme ça avec elle. Franche, directe, mais toujours là si on avait besoin. Sienna était presque une sœur pour la blonde.

La douche lui avait fait du bien. Elle laissa l'eau chaude ruisseler sur son corps, comme si cela la purifiait complètement. Il avait été une étape dans sa vie. Il l'avait aidé à savoir ce qu'elle ne voulait pas, à se connaître elle même et à l'assumer. Maintenant, elle avait toujours cet impression d'être retournée à la case départ. Sienna la rappela à l'ordre. Elles devaient partir.

Sienna n'avait pas fait les choses à la légère. Elle avait invité Ava et Emily en plus. Elles avaient réservées une table dans un restaurant et avait même payé la part de Rebecca pour la consoler. Les rires des jeunes femmes aidèrent la blonde à se sentir un peu mieux. Et puis il y a eu un premier verre. Et un deuxième. Elle a arrêté de compter quand la deuxième bouteille est venue sur la table.

La deuxième partie de la soirée, elles allèrent au Black Rock, un bar à Whisky assez prisée dans la capitale londonienne. Une table était libre dans le fond, une banquette en angle servant d'assise devant une table recouverte d'un tapis vert. Les quatre jeunes femmes s'installèrent là. Puis Rebecca eu le malheur de parler de Morgan, le réparateur, à Sienna et Ava.

Quand elle comprit son erreur, il était déjà trop tard.

« Sienna, j'te vois venir ! NON ! C'est hors de question ! »

Rebecca avait tenté de désamorcer la bombe mais trop tard. Sienna avait attrapée son téléphone. Puis, d'une voix puissamment hautaine et autoritaire elle fixa Rebecca.

« Becca, ma chérie. Si tu le fais pas, c'est moi qui m'en charge. Donc tu lui envoie un message, tu lui dis de venir ici et de passer une belle soirée avec toi. Vous finissez au pieux, je te l'avais dit que cette dentelle te servirai, et tu passes un bon moment. Tu lui dis demain, merci c'était une super soirée mais je préfère rester amie avec toi. Et tout rentre dans l'ordre. Mais t'as besoin de te détendre. »

Rebecca avait rattrapé son téléphone à temps. Mais elle avait sentit son cœur s'emballer quand Sienna avait parlé de coucher avec Morgan. Aussi ivre qu'elle était maintenant, sentant sa tête tourner, elle ne se permettrait pas de coucher avec Morgan. Elle ne briserai pas une amitié pour une histoire de baise. Alors elle avait envoyé un simple texto pour contenter Sienna. Ava rajouta une couche.

« Passe le bonjour au plan cul ! »

Rebecca avait levé les yeux au ciel mais elle rit avec ses meilleures amies. C'est vrai que cette journée avait terriblement mal commencé mais plaisanter avec les filles lui remontaient le moral. Jusqu'à ce qu'il lui dise qu'il arrivait.

« Oh merde, les filles, il arrive. »

Sienna, Emily et Ava avaient fait un high five sous le regard indéchiffrable de Rebecca. Elle commanda une bière brune un peu avant son arrivée alors qu'une autre tournée de whisky arrivait sur la table en même temps qu'une bière. Elle n'avait pas vu l'heure passer. Jusqu'à ce que quelqu'un s'approche de sa table. Elle leva les yeux et un immense sourire passa sur ses lèvres alors que ses yeux pétillaient de malice - et d'alcool aussi.

« HEY MOMO ! »

Rebecca se leva pour le saluer mais le sol n'était pas très stable. Ou c'était elle qui ne l'était plus. En tout cas, elle failli s'écrouler en avant sur Morgan non sans donner un coup dans la table dans sa maladresse. Elle se rattrapa à son épaule, hilare tout comme les filles, ayant certainement trop bu. Elle garda les bras croisées sur son épaule, comme un point d'appui alors qu'elle gardait son air malicieux. Elle se recula un peu cependant et fit les présentations.

« J'te présente... Sienna, Emily et Ava !» Elle montra tour à tour la femme à la peau chocolat, la petite rousse de l'autre côté et au milieu celle aux cheveux bruns. Elle le saluèrent en retour. Rebecca s'assit sur la banquette à sa place à côté de Sienna, laissant le fauteuil en face d'elle, libre, la bière fraîche sur la table.
Arthécate
Messages : 398
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate En ligne
Lun 31 Juil - 15:31

Morgan Fraser
J'ai 39 ans et je vis à Londres, capitale de l'Angleterre, enfin, il paraît. Dans la vie, je suis technicien en informatique, je répare des ordinateurs pour trois fois rien quoi. Je m'en sors pas trop mal . Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis né et j'ai grandi à Londres, ville que je n'ai, au fond, jamais réellement quittée. Plus jeune, j'ai voulu faire des études, mais ayant dû m'occuper de ma mère malade, je me suis vu contraint de tout arrêter. L'informatique a toujours été mon dada. Monter, démonter des ordinateurs, j'ai toujours trouvé cela intéressant. Alors j'en ai fait mon métier. Aujourd'hui, je travaille pour une petite société nommée Falcon. Le patron Arnold Jenkins, n'y connaît rien, mais il est plutôt sympa. Faut bien gagner sa croûte, comme on dit.
Je me suis récemment séparé de la "compagne", si on peut vraiment la qualifier ainsi. Après tout, je ne suis pas certain que se contenter de vivre en se regardant chaque soir dans le blanc des yeux peut vraiment être appelé "une relation".



Il était pas loin de deux heures lorsque j'ai reçu un message des plus étranges venant d'une fameuse Tornade blonde :
"Heeeeeyyyyyy Momo !!!! Sienna m'as mise au déffi de t'envoyer un message... Jsé même pas ourquoi j'fais ça !"
Je dormais jusqu'à ce que la sonnerie franchement agaçante de mon téléphone ne m'arrache au sommeil. Aussi, lorsque je l'ai lu, la première fois, j'ai mis une éternité pour comprendre ce qu'il y avait d'écrit. Tout cela me paraissait trop enjoué pour une heure aussi tardive… Trop plein de fautes bizarres pour avoir été écrit par une personne ayant les yeux en face des trous… Non, ce message puait l'alcool à plein nez aussi répondis-je pour m'assurer que tout allait bien pour elle.

C'est là qu'elle m'expliqua qu'elle fêtait son célibat avec ses copines… "Fêter", ouais… En gros, elle taquinait une bouteille dans un bar, accompagnée de nanas qui devaient probablement être dans le même état qu'elle.

Super… grognais-je en sortant de mon lit, prêt à m'habiller.

Hors de question pour moi de laisser ces filles se bourrer la gueule à cette heure, dans un bar aussi pourrit et mal fréquenté que le Black Rock. Je le connaissais moi, ce foutu bar et la misérable fréquentation de ce dernier. Cela ne me disait rien qui vaille, non… Rien du tout.

Je lui annonçais mon départ et pris le chemin du Black Rock, la boule au ventre…

Personne n'avait réellement envie de rejoindre un groupe de nana bourrées. Non, personne. Leur voix aiguë portée au plus haut de leur répertoire et leur bouche pâteuse… Elle m'avait même donné un surnom : "Momo". Avec un blaze pareil, j'imaginais bien ma fierté se barrer à grande vitesse juste pour ne pas avoir à affronter cette honte. Mais bref, je me voyais mal lui tourner le dos non plus. Des filles bourrées, ça représentait aussi des cibles faciles. Des victimes potentielles pour tous les tordus du Royaume Uni. Mieux valait s'assurer que tout se passerait bien pour elle.

Je ne mis guère de temps à les rejoindre… La Tornade se trouvait bien là… Totalement ivre… Elle ne tenait même pas sur ses guiboles. Lorsqu'elle vint m'accueillir avec un autre "Momo" trop haut perché pour mes oreilles, la blonde dû carrément se retenir à mon bras pour ne pas tomber…

Je grognais en les dévisageant, toutes les quatre, l'une après l'autre, clairement mécontent de les trouver ainsi.

Morgan, je m'appelle Morgan, précisais-je avant d'aller m'asseoir devant la bière que je n'avais clairement pas envie de boire. Vous en êtes à combien de verres ? Ou de bouteilles plutôt ? demandais-je tout en observant la salle et les regards qui se détournaient chaque fois que je les croisais… Des hommes déçus, dommage pour eux.

J'avais envie de les enguirlander, sincèrement… Mais je préférais garder mes remontrances pour plus tard. Dans leur état, elles ne comprendraient pas grand-chose et se braqueraient forcément. Autant éviter de faire une scène au milieu d'un bar.
Paddy
Messages : 183
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Lun 31 Juil - 16:25

Rebecca J. Lloyd
J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis maitre d'œuvre et je m'en sors très bien puisque je possède mon propre cabinet. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Elle est originaire de Londres • Elle a fait ses études dans la capitale du royaume uni. • Elle a déjà voyagé pour le travail mais jamais pour le plaisir • Elle a rencontré son homme au tir à l'arc et en était folle amoureuse • Elle s'est vite rendue compte que cet homme en question est en fait un fainéant de première. • Amoureuse, elle l'a abrité chez elle dans son appartement à Londres avec la réticence de ses parents • Elle a rompu avec lui très récemment et le vit plutôt mal • Elle a un chat, un siamois, qui s'appelle Seth.

« Did you really think, I'd just forgive and forget...»



Morgan s'installa sur la chaise en face d'elle et elle put lire la colère dans son regard. Et elle n'était pas prête pour cela. Pas maintenant, alors qu'elle passait une si bonne soirée. Quand Morgan précisa son vrai prénom, Sienna lui lança un air de dire "on est au courant boy" mais Rebecca lui lança un coup de coude et la foudroya du regard. Pas la peine de se le mettre à dos maintenant !

Sienna comprit le message et quand il demanda à combien de verre ou de bouteilles elles étaient, se fut Emily, la rousse assise à côté de Morgan qui répondit, haussant un sourcil inquisiteur.

« Si on compte au restaurant, on a bu trois bouteilles et là, c'est notre deuxième verre ici. Mais Rebecca a bu bien plus que nous ! »

Elle souriait à Morgan mais se fut Ava qui se pencha en avant pour lui demander sur un ton extrêmement provocant. Rebecca n'eut pas le temps de s'exprimer.

« Pourquoi cette question ? C'est pas comme si on était de jeune demoiselle en détresse ! Et puis, Becca en a besoin. Elle a enfin lâché le connard qui lui servaient de colocataire donc on fête enfin cet évènement ! On a prévu de la ramener de toute façon. »

Les trois traitresses trinquèrent ensemble alors que Rebecca se tapait la honte devant Morgan. Et ce fut la goutte de trop quand Sienna finit la phrase de Ava, dans un regard complice à peine dissimulée.

« A moins que tu veuilles t'en charger ! »

Okay, elles étaient de véritables démones quand elles s'y mettaient les trois ! Et là, elle n'aidait absolument pas la blonde. Cette dernière était surement la plus éméchée des quatre mais la colère à moitié dissimulée de Morgan, les regards qui se tournaient subitement vers elles et les trois folles qui voulaient absolument mettre dans le lit de Rebecca, l'homme en face d'elle, c'était vraiment pas la fin de soirée qu'elle avait prévue.

Et cela eu le don de la faire dessouler aussi rapidement qu'elle était devenue ivre. Et la tristesse prit place avec elle, en même temps que sa descente. Elle fixa son verre, préférant se plonger dans les couleurs et les reflets miel et orangé du liquide. Elle se tourna alors vers les filles, jetant ses cheveux en arrière pour se donner contenance.

« Sérieusement les filles, vous êtes pénibles ! »

Là, elle voulait juste s'isoler avec Morgan, ou toute seule. C'était bien aussi. Elle n'était pas prête, elle n'était pas dans le mental et encore moins avec Morgan. Pas qu'elle ne le trouvait pas à son gout. C'était même le contraire. Le gringalet avait laissé place à un homme aux larges épaules solides, un visage pas difficile à regarder et en plus, il en avait dans la tête. Oui, il pouvait aisément attirer les regards. Mais elle ne voulait pas pour la simple et bonne raison qu'elle voulait conserver simplement son amitié. En tout cas pour le moment. Et elle ne se plongerait pas dans une relation pansement avec lui, tout simplement parce qu'il méritait mieux que cela. Et elle aussi.

Sa réflexion était accompagné d'un silence de sa part alors que les filles jacassaient à côté d'elle. Elle se tourna alors vers Morgan, cherchant un semblant de lucidité dans la brume de son ivresse.

« Désolée pour ça. Elles peuvent être brute de décoffrage quand elles s'y mettent... Aie ! Sienna t'es chiante meuf ! »

Sienna lui avait frappé l'épaule pour contredire les paroles de Rebecca. Elle lui avait lancé un regard noir. Rebecca était bien plus vulgaire quand elle était ivre. Elle se retenait pas mal dans son langage quand elle ne buvait pas, cherchant constamment les bons mots. Mais là, elle était en roue libre. A son niveau.

« Sérieusement Becca, tu devrais sauter de joie d'avoir laissé ce trouduc. »

Elle se tourna alors vers Morgan, comme pour le mettre dans la confidence.
« Sienna non tais toi ! »
« Laisse ma biche. En gros, j'sais pas si vous en avez parlé mais elle était avec un vrai connard pendant plus de six ans et elle eu ENFIN le courage de le larguer ce matin. Mais au lieu de se sentir soulagée parce qu'enfin elle va pouvoir profiter de la vie, là voilà qui déprime ! »

Rebecca poussa Sienna sur le côté et lui lança un autre regard noir.

« On en a déjà discuté alors étale pas ma vie en public s'il te plait ! »

Rebecca ne termina pas son verre. Elle le repoussa, comme soudainement dégoutée de l'alcool. Elle était une vraie éponge à émotion et la journée avait été trop dure pour elle. La froideur et la manipulation de son ex compagnon ce matin, puis Sienna qui en faisait des caisses pour l'aider - l'action était louable, pas la pratique - et maintenant la colère de Morgan. Elle ne savait plus gérer. Et tout partait de travers. Alors elle tenta de se calmer, passant une main sur ses cheveux, se redressant un peu. Tout tournait autour d'elle. Elle allait avoir du mal à marcher droit....
Arthécate
Messages : 398
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate En ligne
Lun 31 Juil - 16:46

Morgan Fraser
J'ai 39 ans et je vis à Londres, capitale de l'Angleterre, enfin, il paraît. Dans la vie, je suis technicien en informatique, je répare des ordinateurs pour trois fois rien quoi. Je m'en sors pas trop mal . Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis né et j'ai grandi à Londres, ville que je n'ai, au fond, jamais réellement quittée. Plus jeune, j'ai voulu faire des études, mais ayant dû m'occuper de ma mère malade, je me suis vu contraint de tout arrêter. L'informatique a toujours été mon dada. Monter, démonter des ordinateurs, j'ai toujours trouvé cela intéressant. Alors j'en ai fait mon métier. Aujourd'hui, je travaille pour une petite société nommée Falcon. Le patron Arnold Jenkins, n'y connaît rien, mais il est plutôt sympa. Faut bien gagner sa croûte, comme on dit.
Je me suis récemment séparé de la "compagne", si on peut vraiment la qualifier ainsi. Après tout, je ne suis pas certain que se contenter de vivre en se regardant chaque soir dans le blanc des yeux peut vraiment être appelé "une relation".



Je ne me doutais pas un seul instant que mon arrivée jetterait un tel froid. Enfin, sans doute aurais-je dû. Après tout, j'arrivais avec ma mauvaise humeur et ma voix grave alors qu'elles étaient toutes plus guillerettes les unes que les autres. Mais je ne me démontais pas pour autant et me contentais gentiment de prendre la place du chien de garde. Il en fallait au moins un… Surtout face au groupe de six mecs attablés autour de trois bouteilles vides qui ne cessaient de se donner des coups de coudes en observant les quatres demoiselles éméchées…

Je leur demandais où en était leur consommation, non pas pour les contrôler mais seulement pour jauger leur lucidité. À voir leurs réponses, je compris qu'elles n'en étaient certainement pas à leur coup d'essai et qu'elles tenaient plutôt bien l'alcool…

–Pourquoi cette question ? C'est pas comme si on était de jeunes demoiselles en détresse ! Et puis, Becca en a besoin. Elle a enfin lâché le connard qui lui servait de colocataire donc on fête enfin cet évènement ! On a prévu de la ramener de toute façon, me dit l'autre blonde du groupe.
–A moins que tu veuilles t'en charger ! ajouta Ava.

J'ignorais sa dernière remarque. Loin de moi l'idée de me lancer dans ce genre de défi déguisé.

Pourvu que ça dure, rétorquais-je en désignant le groupe de mecs qui continuaient de regarder dans notre direction tout en chuchotant. Vous auriez pu aller au Sunset ou au Middle, les deux sont bien plus safe que ce taudis.

Je n'exagérais qu'à moitié. La plupart des hommes qui fréquentaient ce bar semblaient faire partie des célibataires affamés. Vous savez ces hommes courageux qui attendent la fin de soirée pour ramasser les demoiselles qui, le lendemain, entreprendraient la marche de la honte en sortant de l'appartement de ces inconnus qui ne prendraient même pas la peine de leur demander leur prénom. Bref…

Je soupirais.

La Tornade semblait gênée et, en soi, il y avait de quoi. Ses copines ne cessaient de glousser en formulant des "sous-entendus" plutôt grossier… Elles attendaient quoi au juste ? Pour qui me prenaient-elles ? Autant me contenter de les ignorer pour mieux me concentrer sur la blonde qui commençait à se décomposer sur place. Aucune rupture n'est facile, pas même les plus logiques ou les plus évidentes. Il fallait faire une croix sur toute une partie de sa vie et j'estime que seuls les idiots sont capables de se réjouir aussi rapidement.

Comment tu vas ? me contentais-je de lui demander avant d'ajouter. Tu veux qu'on s'en aille ?



Paddy
Messages : 183
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Lun 31 Juil - 18:35

Rebecca J. Lloyd
J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis maitre d'œuvre et je m'en sors très bien puisque je possède mon propre cabinet. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Elle est originaire de Londres • Elle a fait ses études dans la capitale du royaume uni. • Elle a déjà voyagé pour le travail mais jamais pour le plaisir • Elle a rencontré son homme au tir à l'arc et en était folle amoureuse • Elle s'est vite rendue compte que cet homme en question est en fait un fainéant de première. • Amoureuse, elle l'a abrité chez elle dans son appartement à Londres avec la réticence de ses parents • Elle a rompu avec lui très récemment et le vit plutôt mal • Elle a un chat, un siamois, qui s'appelle Seth.

« Did you really think, I'd just forgive and forget...»



C'est seulement quand Morgan désigna le groupe d'hommes que Rebecca se rendit compte de l'endroit où ils se trouvaient, et des fréquentations douteuses. Elle n'avait pas choisit. C'était les filles qui s'était dit "tiens si on allait là ?". Elle lui avait juré que c'était un bar huppé parce que Sienna et Ava avait déjà été ici.

Elle ne prêta pas attention aux gloussements de ses amis qui lui mettaient soudainement la honte. Les émotions négatives de la journée, chassées par l'euphorie de l'alcool remontaient en surface et elle se sentait soudainement de trop. Sienna n'avait pas prêté attention à son malheur grandissant, elle était trop euphorique pour ça. Mais Rebecca avait la descente raide et tout remontait d'un coup. Elle avait besoin d'air frais. Rapidement.

Morgan l'avait remarqué, lui. Il lui avait demandé si ça allait, comme si il s'inquiétait réellement pour elle. Elle sentait les larmes venir. Non, pas maintenant. Elle ferma les yeux un court instant. Et il prononça la phrase magique. Elle se redressa subitement sur sa chaise, piquée sur le vif. L'espoir avait naquit dans ses yeux.

« Oui, je veux bien. »

Cependant, elle ne pouvait pas laisser ses amies comme ça. Pas avec les pervers derrière eux qui les mataient comme des bouts de viandes. Elle attrapa son téléphone mais l'écran était trop floue. Elle ferma les yeux un instant et les frotta quelques secondes pour discerner ce qu'elle faisait. Elle composa un numéro de taxi et en commanda au nom de Sienna, Ava et Emily. Elle interpella son amie en grande conversation avec les deux autres filles.

« Je vais y aller, merci pour la soirée. Je vous ai commandé un taxi. Vous m'envoyez un sms quand vous êtes chez vous, hin ? »

Les trois en coeurs, le sourire jusqu'aux lèvres.

« Oui oui, promis ma belle ! »

Rebecca lança un regard suspicieux au trois, pas du tout convaincues par leurs soudaine non protestation. Sentant qu'elle était tombée dans un piège qu'elle n'avait pas su déceler, elle roula des yeux et attrapa son manteau et son sac. Elle avait déjà réglé les verres de toute façon. Elle se leva, prenant appui sur la table pour ne pas tomber. Elle souffla un coup. La pièce tournait vraiment beaucoup trop. Et l'air était étouffant. Elle posa son sac sur son épaule, et tenta de marcher droit jusqu'au bout du bar. Elle ne comprit pas comment la porte s'ouvrit mais l'air froid de Londres la frappa de plein fouet.

Il devait être tard, il n'y avait pas beaucoup de mondes dehors. Ou alors ils étaient aussi éméchés que Rebecca. Les sorties des bars et les venus en boite animaient un peu la ville. Heureusement, c'était la pleine semaine et les rues n'étaient pas aussi pleine que le weekend. Elle fit quelques pas dans la rue et tourna dans un angle pour s'arrêter subitement et souffler un coup. L'air froid la dessoulait encore plus rapidement que ses propres émotions négatives.

Jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'elle était de nouveau seule. Elle refusait de rentrer chez elle, de retrouver son appartement vide. La solitude. C'était ça dont elle avait si peur. Il était passé par là. Comprenait il son désarroi ? Elle se tournait vers lui, les yeux grands ouverts sous l'étonnement de sa propre réflexion profonde.

« Je peux pas. Je peux pas rentrer chez moi. »

Le formuler à voix haute était encore pire. Elle pourrait prendre une chambre d'hotel pour cette nuit ? Attendre Sienna devant chez elle ?

« Je suis désolée je... je n'aurais pas du. Je ... Je vais voir si il y a un hotel dans le coin et ... »

Elle tenait des propos complètement incohérent. Elle le savait. Mais la panique de retrouver cet appartement vide la terrifiait.
Arthécate
Messages : 398
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate En ligne
Lun 31 Juil - 22:06

Morgan Fraser
J'ai 39 ans et je vis à Londres, capitale de l'Angleterre, enfin, il paraît. Dans la vie, je suis technicien en informatique, je répare des ordinateurs pour trois fois rien quoi. Je m'en sors pas trop mal . Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis né et j'ai grandi à Londres, ville que je n'ai, au fond, jamais réellement quittée. Plus jeune, j'ai voulu faire des études, mais ayant dû m'occuper de ma mère malade, je me suis vu contraint de tout arrêter. L'informatique a toujours été mon dada. Monter, démonter des ordinateurs, j'ai toujours trouvé cela intéressant. Alors j'en ai fait mon métier. Aujourd'hui, je travaille pour une petite société nommée Falcon. Le patron Arnold Jenkins, n'y connaît rien, mais il est plutôt sympa. Faut bien gagner sa croûte, comme on dit.
Je me suis récemment séparé de la "compagne", si on peut vraiment la qualifier ainsi. Après tout, je ne suis pas certain que se contenter de vivre en se regardant chaque soir dans le blanc des yeux peut vraiment être appelé "une relation".



À l'évidence, le temps n'était plus à la fête. Pas pour elle en tout cas. Et même si ses amies, probablement trop enivrées s'en apercevoir, continuaient à glousser, la blonde préféra s'enfermer dans une sorte de mutisme gêné. En cet instant, Rébecca n'avait plus rien d'une tornade. Elle m'inspirait plutôt une brise… un souffle léger d'une étrange discrétion.

Je lui proposais donc de sortir. De quitter cet endroit pour prendre l'air… Ou partir tout court. Elle accepta sans rechigner. Au contraire, elle semblait même plutôt soulagée. Je la laissais régler ses affaires de son côté et m'occupais de signaler au groupe exclusivement masculin de rester dans leur coin. Un regard appuyé suffisait généralement. Ces gars-là n'avaient pas le moindre courage. C'est ce qui expliquait leur technique de drague franchement discutable…

Une fois que Rébecca fut prête, je la guidais jusqu'à l'extérieur sans oublier de saluer les filles qui nous lançais quelques oeillades étranges… Ouais, elles se faisaient forcément des idées, mais tant pis.

Nous marchâmes quelques minutes en silence, progressant très lentement histoire d'éviter une chute de blonde ivre sur les pavés humide. Puis, brusquement, elle s'immobilisa, le regard dans le vide… Ça, c'était juste avant qu'elle se mette à paniquer et déclarant qu'elle ne pouvait pas rentrer chez elle.

Je soupirais… Évidemment qu'elle ne voulait pas rentrer. Affronter un appartement vide en pleine nuit, ce n'est clairement pas ce qu'il y a de plus aisé. Pour autant, elle devrait pourtant franchir le pas, un jour ou l'autre… Bon, d'accord, pas ce soir. Pas en étant bourrée et triste… Finalement, elle se mit à bredouiller qu'elle pouvait chercher un hôtel dans le coin.

A nouveau, je soupirais.

C'est la solitude qui te dérange, pas vraiment l'endroit… Non ? lui demandais-je tout en penchant la tête pour chercher son regard. Tu peux venir chez moi si tu veux. Je dormirai sur le canapé. Ça ne me pose pas de problème, j'ai l'habitude. Et puis je viens de changer les draps, ça tombe plutôt bien.


Paddy
Messages : 183
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Lun 31 Juil - 23:56

Rebecca J. Lloyd
J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis maitre d'œuvre et je m'en sors très bien puisque je possède mon propre cabinet. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Elle est originaire de Londres • Elle a fait ses études dans la capitale du royaume uni. • Elle a déjà voyagé pour le travail mais jamais pour le plaisir • Elle a rencontré son homme au tir à l'arc et en était folle amoureuse • Elle s'est vite rendue compte que cet homme en question est en fait un fainéant de première. • Amoureuse, elle l'a abrité chez elle dans son appartement à Londres avec la réticence de ses parents • Elle a rompu avec lui très récemment et le vit plutôt mal • Elle a un chat, un siamois, qui s'appelle Seth.

« Did you really think, I'd just forgive and forget...»



Elle paniquait complètement. Elle ne voulait pas retrouver un silence. Même si il y avait son chat, elle ne voulait pas affronter la réalité. Il était parti comme si il l'abandonnait. C'était si étrange parce que c'était elle qui l'avait mis dehors. Mais il avait réussit à lui retourner le cerveau pour lui implanter cette idée que c'état lui qui la lâchait. Que c'était lui qui partait. Elle se sentait soudainement encore plus misérable que ce matin. Parce qu'en plus, dans son inconscience, elle avait tiré du lit Morgan et l'avait dérangé pour des broutilles. Qu'est ce qui lui avait prit ?

Elle le fixa, incrédule quand il s'approcha d'elle en soupirant. Il avait comprit. C'était la solitude. Balayer un pan de sa vie complète comme ça, comme Sienna lui demandait de faire c'était impossible. Pas quand il y avait encore des affaires à lui dans son appartement. Elle pouvait sentir son cœur tambouriner très fort dans sa poitrine. Elle pouvait sentir l'angoisse arriver. Mais elle souffla pour se calmer. Il pencha la tête pour chercher son regard. Elle le fixa et ne décrocha pas ses pupilles de son regard, comme si c'était une bouée de sauvetage dans la pleine tempête de son esprit. Il lui proposait un échappatoire. Pour cette nuit.

Honnêtement, elle voulait refuser. Elle voulait lui dire que ce n'était pas la peine. Elle allait ouvrir la bouche pour lui signifier son refus. Elle ne voulait pas le déranger. Mais... Elle ne voulait pas être seule. Pas ce soir. Alors, elle se ravisa et ne prononça rien.

« Je refuse de t'arracher à ton lit. Je prendrais le canapé et une couverture. »

Elle s'approcha de lui. Il était plus grand qu'elle, d'une tête au moins. Elle baissa la tête, comme une enfant prise en faute. Elle finit par poser son front sur son torse, soupirant, fermant les yeux.

« Merci... pour tout. Encore. »

Décidément, il était bien trop gentil avec elle. Elle se redressa après un moment à se calmer. Elle inspira à fond et décida de suivre Morgan. De toute façon, même si elle dessoulait progressivement, elle était trop ivre pour rentrer toute seule jusque chez elle. Et il venait de lui éviter une crise de panique.
Arthécate
Messages : 398
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate En ligne
Mar 1 Aoû - 9:46

Morgan Fraser
J'ai 39 ans et je vis à Londres, capitale de l'Angleterre, enfin, il paraît. Dans la vie, je suis technicien en informatique, je répare des ordinateurs pour trois fois rien quoi. Je m'en sors pas trop mal . Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis né et j'ai grandi à Londres, ville que je n'ai, au fond, jamais réellement quittée. Plus jeune, j'ai voulu faire des études, mais ayant dû m'occuper de ma mère malade, je me suis vu contraint de tout arrêter. L'informatique a toujours été mon dada. Monter, démonter des ordinateurs, j'ai toujours trouvé cela intéressant. Alors j'en ai fait mon métier. Aujourd'hui, je travaille pour une petite société nommée Falcon. Le patron Arnold Jenkins, n'y connaît rien, mais il est plutôt sympa. Faut bien gagner sa croûte, comme on dit.
Je me suis récemment séparé de la "compagne", si on peut vraiment la qualifier ainsi. Après tout, je ne suis pas certain que se contenter de vivre en se regardant chaque soir dans le blanc des yeux peut vraiment être appelé "une relation".



Et tu n'as aucun scrupule à m'arracher au sacro-saint canapé ? raillais-je gentiment avant de lui adresser une pichenette sur le front pour la pousser à relever la tête. Tu prendras le lit, un point c'est tout.

Mon sourire s'étira tout doucement. Je ne voulais pas qu'elle pense que j'étais là pour la réprimander. Ce n'était pas mon rôle et je ne tenais pas à endosser la posture du méchant pote. Je peux être rude, parfois. Autant dans mes gestes que dans mes paroles. Mais jamais au grand jamais je ne cherche à faire mal ou à blesser d'une quelconque manière.

Allez viens, c'est par là, lui dis-je en l'invitant à me suivre.

Quelques minutes plus tard, j'ouvrais la porte de mon appartement et allumais la lumière. La pièce principale était plutôt petite et quelque peu encombrée par toutes mes affaires. Plus particulièrement par mon matériel de peinture qui prenait au moins un tiers du salon avec table de travail, chevalet, les divers outils que j'utilisais etc. Le vieux canapé en cuir trônait au milieu de la pièce, diverses toiles adossées au mur de brique se trouvant juste derrière. On peut dire que c'était ma zone de stockage… On fait ce qu'on peut avec la place que l'on a…
Je ne m'encombrais pas de meubles en revanche. Canapé, table basse, une commode datée sur laquelle reposait la télé et une bibliothèque pleine à craquer, voilà tout. En revanche, tout se trouvait bien à sa place et l'endroit était propre. Hors de question pour moi de vivre dans une poubelle…

C'est petit, mais confortable, dis-je comme pour me justifier. Installe-toi, je t'apporte un café.

Je posais mes clés à leur place et disparu dans la petite cuisine adjacente. Cette pièce non plus, n'avait rien de bien intéressant et ne contenait que le strict nécessaire. Je préparais rapidement deux cafés, puis retournais dans le salon.

Voilà pour toi. Il est plutôt fort, de quoi te requinquer un peu.

Je posais le tout sur la table basse et m'installais par terre… Ouais, j'aime bien m'asseoir par terre.

Question : avais-tu réellement envie de fêter ton célibat ? Enfin… de le fêter comme ça ?



Paddy
Messages : 183
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Mer 2 Aoû - 14:36

Rebecca J. Lloyd
J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis maitre d'œuvre et je m'en sors très bien puisque je possède mon propre cabinet. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Elle est originaire de Londres • Elle a fait ses études dans la capitale du royaume uni. • Elle a déjà voyagé pour le travail mais jamais pour le plaisir • Elle a rencontré son homme au tir à l'arc et en était folle amoureuse • Elle s'est vite rendue compte que cet homme en question est en fait un fainéant de première. • Amoureuse, elle l'a abrité chez elle dans son appartement à Londres avec la réticence de ses parents • Elle a rompu avec lui très récemment et le vit plutôt mal • Elle a un chat, un siamois, qui s'appelle Seth.

« Did you really think, I'd just forgive and forget...»



Elle sourit quand il parla de son canapé comme un objet sacré. Il lui avait adressé une pichenette sur le front et elle se redressa. Elle lui lança un regard furieux bien vite remplacé par un sourire quand elle vit le sien sur son visage. Il insistait pour qu'elle prenne le lit. Pas la peine de discuter, elle n'avait pas la force, là, de rétorquer.

Rebecca pouvait être très têtue quand elle avait décidée de quelque chose mais en même temps, il y avait des passages vides de toute volonté. Et là, sous l'emprise du Whisky, c'était le cas. Elle suivit Morgan quand il lui indiqua le chemin. Elle croisa les bras sur son corps, réalisant que la nuit était froide et que l'air était brumeux et humide. Elle se sentait soudainement en sécurité à côté de l'homme. Heureusement qu'il était là finalement, même si elle se sentait toujours coupable de l'avoir dérangé pour si peu.

L'immeuble où il habitait n'était pas très large. Il poussa la porte d'entrée de son appartement et là, Rebecca tomba des nues. Il était à l'antipode de son propre appartement. Elle ne put cacher sa surprise. Elle posa son sac sur le canapé en voyant la pièce extrêmement encombrée et pourtant si chaleureuse et vivante. Cela n'avait rien à voir avec son appartement qui était vide mais sorti tout droit d'un magasine de décoration. Elle se rendit compte alors que cela pouvait donner une image d'une personne froide et vide. Sa réflexion l'emmena trop loin. Et elle aimait déjà cette ambiance chaleureuse. Elle se promit qu'elle rendrait son appartement plus personnel. Elle fit le tour, comme si elle découvrait une œuvre d'art interactive. Tout lui procurait de la curiosité. Et il y avait du matériel de peinture et surtout une toile recouverte d'un drap. Elle s'approcha, curieuse. Mais elle se refusa à la tentation de soulever le drap pour voir ce qu'il y avait dessous.

Morgan lui parla et elle hocha la tête en signe de compréhension. Cependant, elle ne put s'empêcher de rétorquer.

« C'est plus que confortable ! C'est chaleureux ! »

Elle avait parlé sans réfléchir, laissant son instinct prendre le dessus devant la découverte de cet intérieur. Elle revint vers le canapé pour empêcher sa main de découvrir la toile. Et elle se sentit de trop. Il gravitait dans un univers qui n'était pas le sien. Mais elle n'avait connu que ça toute sa vie. Là, c'était comme découvrir une autre planète. Il revient dans le salon avec une tasse de café. Elle lui sourit chaleureusement.

« Merci. »

Elle observa la tasse et arqua un sourcil. Le liquide noir et sans sucre qui ressemblait à du pétrole était très loin de comment elle buvait son café. Mais là, à cet instant, c'était ce dont elle avait besoin. Alors ne dit rien et cacha sa grimace quand elle avala une gorgée du liquide noir. Il était chaud. Elle posa la tasse sur la table basse, attendant qu'i refroidisse quelques instants. Morgan s'était assit par terre en face d'elle. Il lui demanda si c'était comme ça qu'elle voulait fêter son célibat. Elle haussa les épaules à la question.

« T'es passé par là toi aussi. Alors tu sais que non. Mais Sienna a tellement insisté. Honnêtement, je n'ai pas pu dire non. Dire que cette soirée était un fiasco serait mentir. Elles sont précieuses dans ma vie et elles savent me remonter le moral, à leurs manières. »

Elle sourit à Morgan, lui lançant tout de même un regard d'excuses pour le comportement des filles à son égard. Il est vrai qu'elle avait lâché qu'elle trouvait Morgan séduisant mais Sienna est tout de suite partie dans les tours. Elle pouvait être agaçante mais elle aimait comme une sœur la jeune femme. Et Rebecca sait que l'inverse est tout aussi vrai.

« C'est une de tes toiles alors ? » Elle montra le cadre avec le chevalet. La curiosité se lisait surement sur son visage. « Est ce que je peux voir ? A moins que tu veuilles pas. Je comprendrais. »

Elle attrapa sa tasse de nouveau et souffla sur le café pour se donner contenance. C'était tellement étrange de se trouver là... En tout cas, pour elle.
Arthécate
Messages : 398
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate En ligne
Mer 2 Aoû - 15:14

Morgan Fraser
J'ai 39 ans et je vis à Londres, capitale de l'Angleterre, enfin, il paraît. Dans la vie, je suis technicien en informatique, je répare des ordinateurs pour trois fois rien quoi. Je m'en sors pas trop mal . Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis né et j'ai grandi à Londres, ville que je n'ai, au fond, jamais réellement quittée. Plus jeune, j'ai voulu faire des études, mais ayant dû m'occuper de ma mère malade, je me suis vu contraint de tout arrêter. L'informatique a toujours été mon dada. Monter, démonter des ordinateurs, j'ai toujours trouvé cela intéressant. Alors j'en ai fait mon métier. Aujourd'hui, je travaille pour une petite société nommée Falcon. Le patron Arnold Jenkins, n'y connaît rien, mais il est plutôt sympa. Faut bien gagner sa croûte, comme on dit.
Je me suis récemment séparé de la "compagne", si on peut vraiment la qualifier ainsi. Après tout, je ne suis pas certain que se contenter de vivre en se regardant chaque soir dans le blanc des yeux peut vraiment être appelé "une relation".



"Chaleureux"
C'est donc ainsi qu'elle voyait mon petit appartement. Cet adjectif me poussa à observer les lieux avec un peu plus d'attention. Le mur en brique devait certes égayer un peu plus la pièce, surtout si on devait le comparer à ses congénères recouverts de plâtre quelque peu terni avec le temps. Mes meubles ne venaient pas de l'une de ces enseignes qui vendent des meubles en kit. Les miens, venaient de brocantes ou de boutiques d'occasions. Ils étaient en bois et dataient de plusieurs décennies. Je les avais tous retapé avec soin afin de leur offrir une seconde vie. Je les trouvais bien plus beaux que tout ce que notre époque pouvait offrir à ses consommateurs… Tout cela apportait probablement un peu de vie aux yeux de l'architecte qui évoluait dans un monde perclus de règles claires et précises.

Finalement, je lui demandais si cette soirée représentait réellement un bon moyen de fêter son célibat et elle me répondit que non. La Tornade avait donc cédé à l'insistance de son amie…

Je vois, dis-je en buvant une gorgée de mon épouvantable café… Son goût, trop amer, m'arracha une grimace… Le genre qui est très naturel chez un gosse, pas vraiment chez un homme adulte. Je reposais ma tasse sur la table basse. Et que faisais-tu avant qu'elle le pousse à sortir faire la fête ?

J'imaginais bien la blonde couchée dans son lit un pot de glace à la main. Une vision tout droit sortie d'une série américaine… Je ne suis pas certain qu'une femme en pleine déprime se comporte réellement comme ça.

Son attention se porta ensuite sur la toile inachevée qui attendait sagement dans le coin. Curieuse, elle me demanda si elle pouvait y jeter un coup d'œil, je lui souris.

Bien sûr, vas-y. Mais elle est loin d'être terminée.

Je l'avais commencé plusieurs semaines auparavant. Néanmoins, le manque de temps et la fatigue m'en avaient tenu éloigné. Il s'agissait de la représentation de ma rue, un soir de pluie. Rien de bien exceptionnel en soi, mais j'avais envie de jouer avec la lumière et les couleurs.

Si tu n'es pas habituée à ce genre de technique, cela risque de te piquer un peu les yeux, raillais-je gentiment.


Contenu sponsorisé
"Boys, I was shaped for the fury." /! \ -18 ft. Arthécate
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» heart-shaped box.
» heart shaped box
» Mad Max Fury Road (en cours)
» i am their fury, i am their patience, i am a conversation + ruphire
» boys and girls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: