Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-34%
Le deal à ne pas rater :
-34% LG OLED55B3 – TV OLED 4K 55″ 2023 – 100Hz HDR 10+, ...
919 € 1399 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Les doubles de stitchette- UC

Stitchette
Messages : 10
Date d'inscription : 27/06/2023
Région : Nord
Crédits : disney icon

Univers fétiche : city/fantastique/gang
Préférence de jeu : Homme
Valise
Stitchette
Mer 28 Juin - 10:47
Thomas Caldwell
feat. bill skarsgard


©️ crédit
Thomas est né en Angleterre, il y a trente ans d'un père styliste au caractère bien trempé et violent, d'une mère comédienne bien plus douce. Il a eu un frère avec qui il a quelques années d'écarts. Son père ne voulait jamais qu'il l'accompagne à son travail, il était turbulent. Il a été diagnostiqué d'abord bipolaire, puis bien longtemps après il s'est lui-même rendu compte qu'il avait plusieurs personnalité, il en a compté cinq, dont une particulièrement violente.

L'école à été une étape difficile pour lui, il a été harcelé parce qu'il n'était pas comme les autres, qu'il était aussi "fils de" mais il ne laissait pas faire. Il a été viré de plusieurs écoles, lycées surtout. Il fumait, il séchait les cours, c'était le vilain petit canard. Il n'en avait juste rien à faire de l'école. Il voulait que son père le remarque, mais il ne faisait que s'énerver contre lui et le frapper. Sa mère avait le même traitement.

Thomas à songé plusieurs fois à se suicider, déjà au lycée, il y pensait. Il en avait assez qu'on s'en prenne s'en arrêt à lui. Il en avait assez de se battre avec lui même.

Il s'est souvent disputé avec son père, il entendait aussi ses parents se disputer. Un jour alors qu'il rentrait avec son frère de l'école, lui avait seize ans, son petit frère en avait sept. Ils les a entendu fortement se disputer. Il savait qu'il avait levé la main sur elle. Il est allé voir et s'est interposé. Il s'est prit des coups. Son père avait une arme qu'il a pointé sur eux. Thomas s'en est saisi et l'a retourné contre son père. Ils ont fait croire à tout le monde que c'était un suicide. Une enquête à été mené et ils ont fini par croire leur versions.

Sa mère était complètement dévasté, bien qu'elle subissait aussi la violence de son mari, au fond d'elle, elle l'aimait, mais elle n'en voulait pas à Thomas. Elle lui a avoué qu'ils s'étaient disputé à cause de Lucas, le frère de Thomas, parce que le père avait découvert qu'il n'était pas de lui, donc c'était son demi frère mais ça ne changeait rien.

Thomas à fait comme si de rien durant des années, même si tout ça le ronge. Il fait semblant sans arrêt. Il boit, il se drogue. Il fait souvent la fête. En grandissant il est devenu accroc au sexe et il va souvent dans des clubs spéciaux.

Entre temps il est devenu connu, il chantait dans un groupe depuis la fin du lycée. Ils ont fait fureur pendant un an ou deux et son nom de scène est Cal, c'est en réalité une de ses personnalité qui prends le dessus lorsqu'il chante. Il a vécu sa vie de rock star à s'y noyer. Si bien que sa mère et son frère ne le voyait plus beaucoup. Quand il est revenu de tourné il a apprit que sa mère était malade, elle est décédé quelques mois après. Il avait la garde de son frère qui n'était pas tellement ravi. IIl essaie de faire des efforts pour son frère qui est encore en étude et qui a maintenant 23 ans.  


Leeroy Montez
feat. jorge Lopez


Univers City Gang /29 ans

Il est né en espagne, à Madrid, son père s'appelle Esteban Montez, il est issu d'une famille d'aristocrate espagnol, terni par les trafics de drogue et d'armes. Son père a toujours été discret, bien qu'on l'a souvent soupçonné, aucune preuves n'a été totalement faite et sa fortune viens de ces trafics. Sa mère était médecin, elle était espagnole aussi, un peu plus jeune que son mari. Elle est partie quand Leeroy, qui s'appelait alors Lilian avait six ans.

Il se souvient très bien du départ de sa mère. Il en était très proche, il n'a pas compris ce qu'il se passait. Il l'a vu faire ses valises. Il pensait qu'elle partait en voyage. Il lui a dit aurevoir et il ne l'a jamais revu. Il a toujours demandé après, son père disait qu'elle était partie, qu'ils s'étaient séparés. Il se souvient également avoir beaucoup pleuré quand on lui parlait de sa mère lorsqu'il était enfant. Il n'a jamais compris pourquoi elle ne lui a rien dit. Il l'a su quelques années plus tard, quand il a comprit qui était vraiment son père.

·Son père pouvait être attachant et dur avec lui. Il voulait le meilleur pour son fils, il le voulait trop. Il se montrait dur lorsqu'il avait des mauvaises notes, il devait être le meilleur partout et Lilian ne supportait pas ça. Il en a eu vite assez d'essayer d'être à la hauteur. Ce n'était jamais assez bien, alors ils ont commencé à ne plus réellement s'entendre, vers ses quinze ans, ils se disputaient beaucoup. Lilian avait sa période rebelle. Il cherchait à la fois l'attention et l'amour de son père et à la fois il lui en voulait de lui en demander toujours trop et surtout il comprenait que son père n'était pas un saint. Il voyait bien les allés et venus dans leur maison. Il savait que les rumeurs étaient vrais et ça commençait à le déranger.

Il était au lycée, quand il a vraiment demandé à son père ce qu'il faisait, si tout ce qu'on disait était vrai et qu'il a fini par lui dire. Qui lui a même avoué que c'était pour ça que sa mère était parti, qu'elle était finalement un poids pour lui. Lilian l'a très mal pris, aussi mal pris que si il lui disait qu'il en était un aussi et il a comprit rapidement qu'il devrait surement faire ce qu'il lui disait. Il avait dix-sept ans, quand il a commencé à travailler pour son père, à dealer, parce que son père voulait qu'il reprenne les rennes de son empire, il voulait le mettre à la page, qu'il soit opérationnel et qu'il ne soit pas un poids.

Lilian ne l'a pas très bien vécu, surtout qu'il avait tendance à ne pas être forcément discret, qu'il aimait beaucoup s'amuser et qu'il n'aimait pas avoir des ordres, ce n'était pas son truc, mais il n'avait pas le choix. Il n'avait plus que son père, il ne pouvait pas le décevoir encore. Il a fait tout ce qu'il voulait. Il a apprit les tuyaux. Ce n'était pas facile pour lui qui aurait voulu faire des études, il ne savait pas quoi réellement, mais il aurait préféré, plutôt que de travailler dans l'entreprise de son père, qui officiellement vendait des téléphones et des applications, mais qui officieusement blanchissait de l'argent .

Il a toujours cherché un moyen de s'échapper, de fuir, mais il n'arrivait pas à s'y résoudre. A ses dix-huit ans, ils se sont disputés. Lilian voulait faire une fête avec le peu d'amis qu'il avait gardé du lycée, son père voulait faire une grosse fête, invité tout le monde, faire savoir que son fils allait avoir dix-huit ans c'était comme un rituel finalement, Lilian n'en voulait pas. Il a tout fait pour le dissuadé, pourtant son père à quand même la fête qu'il voulait et donc Lilian s'est ramené à cette fête déjà ivre et drogué, il n'avait pas vraiment envie de cette soirée, il prenait déjà un peu de drogue avant ça, il en avait testé, c'était si facile d'en prendre, d'essayer d'échapper à cette réalité qu'il détestait. Son père lui a passé un savon. Ils se sont tant disputé que tout le monde à fini par partir petit à petit les laissant seul. Son père l'a poussé tant il était en colère et Lilian à fini par passer à travers la baie vitrée. Il s'est retrouvé aux urgences le jour de ses dix-huit ans.

Il a cherché à s'éloigner de son père après cet incident. Il savait qu'il pouvait être violent, mais ça devenait pénible pour lui de subir tout ça, toute la pression qu'il mettait sur ses épaules, alors qu'il n'avait pas envie d'être comme lui. Il s'est rapproché un peu du meilleur ami de son père, qui était un peu plus que son père, il avait une trentaine d'années. C'était son bras droit. Il était toujours là et Lilian l'aimait bien, il était plus souple. Il s'est rendu compte qu'il l'aimait plus qu'un peu. Il était amoureux de lui. Il ne savait pas tellement comment lui dire, parce qu'il sentait que c'était réciproque, mais il savait que son père n'apprécierait pas. Ils ont pourtant fini par sortir ensemble, en cachette. C'était mieux pour tous les deux.

(Ils se voyaient tout le temps et Lilian pensait bêtement que cette histoire se terminerait bien. Il y croyait, mais passé les premiers jours de leur idylles, Lilian s'est rendu compte que son petit ami était finalement comme son père, autant violent, autant borné et ça l'agaçait. Il était pourtant attaché à lui, il l'aimait beaucoup quand il n'était pas avec son père. C'était assez compliqué. Les choses ont empirés quand Lilian à compris que son petit ami était adepte de la violence, il avait beau dire non, ce n'était pas suffisant. Il l'a souvent repoussé, tout devenait infernal. Son ex aimait beaucoup le soumettre et il détestait ça. Il a eu de nombreuses marques, de nombreux coups. Il ne savait plus comment s'en dépêtrer, s'il parlait il savait que son père le déshériterais sans doute, qu'il passerait peut-être pour un menteur. Il a supporté ça sept ans avant de décider de fuir.

Il avait vingt-six ans quand il a fait croire à sa mort. C'était le seul moyen qu'il avait d'échapper à la fois à son père qui avait encore plus la folie des grandeurs et qui devenait incontrôlable aussi et d'échapper à son petit ami, dont leur histoire était toujours aussi secrète, ils avaient réussis à garder ça pour eux, sous couverts de faux semblants, ils faisaient souvent croire qu'ils sortaient avec des femmes, pour cacher ce qui se passait. Lilian n'en était pas très fière, il ne l'est toujours pas. Il était épuisé par son petit ami, moralement, physiquement, ce n'était plus vraiment le même et il en a eu tellement assez de subir tout ça, qu'il a demandé à un de ses meilleurs amis de l'aider à se faire passer pour mort. Il a accepté, il l'a fait disparaitre et lui a procurer une nouvelle carte d'identité. Il est devenu Leeroy Montez. Il a choisi ce prénom à cause de sa mère. Il s'était souvenu que son arrière grand père s'appelait ainsi et Montez il l'avait choisi à cause d'High school Musical, il était tombé amoureux fou de Gabriella Montez lorsqu'il était adolescent, même si cela peut paraître idiot, il l'a trouvait très belle.

Il est donc arrivé en Amérique à vingt-six ans. Il ne parlait pas un mot d'anglais. Il a atterrit en Californie. Il voulait être le plus loin possible de l'espagne. Qu'on ne puisse pas le retrouvé. Il avait un peu d'argent sur lui qui lui a permis d'avoir une chambre d'hôtel et il a cherché du travail, il ne parlait pas très bien anglais, il avait un accent à tirer au couteau et il avait du mal à comprendre ce qu'on lui demandait, mais il a trouvé un job dans un bar à côté de la frontière mexicaine. C'était inespéré. Il ignorait cependant que ce bar était le quartier général d'un gang de motard.

Ce gang l'a pris sous son aile, lui qui pourtant ne voulait plus faire dans l'illégal, il était servit, pourtant ça le dérangeait moins, dans le sens ou il trouvait qu'eux faisait ça pour la justice, oui il sait que c'est bizarre, mais il ne sait pas pourquoi expliquer il s'est senti proche d'eux, peut-être par ce qu'ils l'ont tout de suite accepté, même si il a passé quelques épreuves test, ils ne laissaient pas entrer quelqu'un comme ça dans le gang. Il a fait ses preuves et finalement ce que son père lui avait appris lui a servit beaucoup pour le gang, ils étaient surpris de savoir tout ce qu'il savait faire. Il n'avait pas peur. Il est donc redevenu dealer pour leur compte. Il savait trouver les bons clients, ceux qui pouvaient payer le prix fort pour un peu de drogue.

Il est resté deux ans en Californie, sa vie semblait repartie sur de bonnes rails, du moins il était mieux. Il avait l'impression d'avoir une vraie famille. Mais tout n'était pas tellement merveilleux, non, les attaques entre gangs étaient nombreuses, c'était à qui se battait le mieux. Lee pourtant aimait beaucoup sa nouvelle famille et il les aurait défendu au péril de sa vie et c'est ce qu'il a fait. Il a été enlevé par un gang adverse, pour des histoires d'informations, de complots, de choses qui ne le consternait pas vraiment, dont il n'était pas au courant, mais il était le petit nouveau, le dernier entré dans la bande, le seul qui pouvait parler selon ses adversaires. Ils pensaient qu'il craquerait vite, sauf qu'il avait déjà vu pire, ou presque. Finalement il se demande encore ce qui était pire, ce qu'il avait vécu avec son ex ou leur séance de torture.

Il est resté deux jours dans une cave à être torturé, deux jours durant lesquels il s'est cru mourir. Il pensait que c'était fini, mais à chaque fois quelque chose le ramenait. Ils sont venus le chercher dès qu'ils ont su ou il se trouvait, dès qu'ils ont eu des indices. Ils n'ont pas hésité, même s'il était là depuis peu, un frère reste un frère. Ils l'ont sauvé et ont tout saccagé derrière eux, tuer quelques personnes, Lee n'a rien vu de tout ça. Il s'est réveillé bien après, il était mal en point, ils avaient un médecin particulier qui venait le voir et qui s'occupait de lui. Ils l'ont laissé se reposer le temps qu'il fallait. Mais sa décision était prise. Il voulait partir. Il devait partir, fuir encore une fois la violence de la vie.

Il leur a expliqué et ils ont eu beaucoup de mal à le laisser faire, mais vu ce qui s'était passé, ils n'ont pas refusé. Ils lui ont fait compris que quoi qu'il arrive, s'il avait besoin d'eux ils seraient là et Lee est parti. Ils lui ont offert une moto, pour pouvoir voyager, c'était ce qu'il voulait, voir le monde et il est parti. Il a parcouru plusieurs état avant d'arriver à New-York ou finalement il avait toujours eu envie d'aller. Il avait encore un peu d'argent pour se poser et réfléchir à ce qu'il ferait de sa vie. Etre barman lui allait bien, enfin ... c'était dur de ne pas résister à boire et à se droguer, il a eu du mal à s'en défaire et il a encore du mal aujourd'hui. Mais il ne perds pas espoir d'un jour arriver à se sortir de là.

Il a trouvé du travail dans un bar de Manhattan, il ne pensait pas réellement qu'il serait accepté, mais son entretient s'est bien passé et il s'est toujours dit qu'il avait du taper dans l'œil de sa patronne qui l'a engagé. Elle disait que son côté exotique ramènerait surement quelques clients. Il n'avait pas tout compris. Il apprends encore l'anglais, mais il se débrouille de mieux en mieux. Il essaie de remonter la pente, bien que ça soit difficile avec ce qu'il a vécu. Il est claustrophobe et il déteste qu'on le bouscule, qu'on le touche. Il ne supporte plus beaucoup les contacts alors c'est parfois difficile pour lui de travailler dans un bar, mais il ne sait pas tellement ce qu'il pourrait faire d'autre, à presque trente ans, il ne sait toujours pas qui il est, mais il sait qu'il est vivant et c'est tout ce qui compte.

Il est devenu récemment propriétaire d'un sky bar, un bar tout en haut d'un gratte-ciel, il a également fait installé des love rooms dans son bar. La décadence est de mise, son bar est ouvert à tous.



©️ crédit
Stitchette
Messages : 10
Date d'inscription : 27/06/2023
Région : Nord
Crédits : disney icon

Univers fétiche : city/fantastique/gang
Préférence de jeu : Homme
Valise
Stitchette
Mer 28 Juin - 10:54
Silas Moretti
feat. Jaime Lorente / univers city gang


©️ crédit
Il est né en Italie à Rome précisément, son père était un Italien, tout ce qu'il y a de plus italien, il parlait fort, parlait avec les mains et quand il criait ou qu'il s'énervait il ne valait mieux pas être à côté de lui, c'était une véritable tornade. Sa mère elle, était espagnole, elle venait d'Andalousie. Ils s'étaient rencontré pendant des vacances, la famille de son père allait en Espagne régulièrement et ils sont tombé rapidement amoureux. Leur mariage a été vite célébré parce qu'elle était tombé enceintre de Silas et ça ravissait Monsieur Moretti, Sergio, il voulait un héritier avant tout. Parce qu'il voulait que son héritage lui revienne un jour. C'était très important pour lui. Il faisait parti de la Mafia Italienne. Il était un second, toujours en affaire. Il voulait un fils pour prendre sa place et peut-être un jour détrôner le patron, parce que Sergio était quelque peu jaloux de son chef, bien qu'ils soit un de ses meilleurs amis.

Sergio à été envoyé à New-York pour surveiller les trafiquant et les sous fifres italiens que son patron avait engagés là-bas, il envoyait des hommes dans tous les pays du monde, il voulait tout contrôler, même New-York, mais ce n'était pas tellement facile, il y avait beaucoup de concurrence. Sergio a eu du fil à retordre et il a d'ailleurs perdu sa femme dans un règlement de compte. Elle conduisait la voiture qu'il avait, c'était lui qui devait être dedans, mais ils ont changé d'avis et la voiture à sauté. Elle avait été trafiqué. Il n'a plus jamais été le même après ça. Il en voulait à tout le monde, son coeur c'était assombri encore plus et il le répercutait sur son fils, sur Silas. Il avait six ans quand sa mère est morte. Il se souvient d'avoir pleurer et son père lui a dit que c'était les faibles qui pleuraient. Il n'a jamais plus pleuré devant son père après ça.

Il avait peur de son père, il savait qu'il faisait des choses louches, il ne comprenait pas vraiment, il était trop jeune. Son père lui a appris à treize ans ce qu'il faisait vraiment et lui a dit qu'un jour il ferait pareil. Il l'initiait petit à petit, comme Silas était à l'école, dans une école de riche, il s'est souvent servit de lui pour faire passer la drogue a des parents, il était un peu une taupe. Silas avait la trouille de se faire prendre par ses professeurs. Il détestait cette école catholique et ça lui arrivait souvent de fumer un joint avec ses copains, il c'était fait prendre une fois et c'était comme ça que son père avait compris qu'il pouvait se faire une masse d'argent grâce aux gamins qui avaient de riches parents. Ca a duré jusqu'à ce que Silas se fasse prendre et renvoyer. Son père qui était pourtant à l'origine de ce "troc" lui a collé une gifle et lui a dit qu'il n'était qu'un crétin, qu'il devait faire plus attention.

Il a été dans une autre école ensuite puis au Lycée, son père voulait qu'il vende de la drogue, c'était parfait aussi pour s'infiltrer, mais il ne voulait plus qu'il se fasse prendre, alors Silas se montrait plus discret et il ne s'est jamais fait prendre. Il a commencé aussi à voler des voitures de luxes, c'était le deuxième "travail" de son père qui les revendait après à prix d'or. Il se faisait des couilles en or comme on dit. Silas c'était habitué, tout ça l'amusait. Il avait l'impression de pouvoir faire tout ce qu'il voulait et il voyait son père comme un héros, même si il en avait toujours peur. Ils se disputaient souvent, mais au fond ils s'adoraient.

Il a rencontré sa future femme au lycée, elle était intelligente, drôle, magnifique. Il est tombé amoureux rapidement, mais il n'osait pas aller la voir. Il ne voulait pas que son père sache qu'il aimait quelqu'un, parce qu'il savait qu'il devrait de tout façon lui mentir, mais il avait seize ans, il n'a pas pu s'empêcher d'aller la draguer et elle est finalement tombé sous son charme. Ils se sont vite entiché l'un de l'autre et Silas voyait la vie différemment. Il a beaucoup manqué ses missions pour son père qui se demandait ce qu'il avait. Il mentait sans arrêt. Son père a fini par savoir qu'il voyait quelqu'un et il lui a dit de ne plus la voir, sans compter qu'elle était fille d'un avocat. Il ne voulait pas qu'il découvre ce qu'il faisait, mais il n'a pas écouté. Ils se sont vu en cachette, avant que son père ne découvre le pot au roses. Il a finalement accepter qu'il la voit, se disant que ce n'était peut-être pas plus mal, on ne sait jamais, peut-être qu'un jour ça pouvait lui servir, mais ça ne plaisait pas à Silas que son père se mêle de sa vie amoureuse.

Ils se sont marié jeune, à vingt ans, trop tôt pour certains, mais ils s'aimaient et ils voulaient tellement être ensemble. Silas voulait s'échapper de son père. C'était l'option la plus évidente, parce qu'ils auraient une maison à deux et ils l'ont eu. Silas à demander à son père de le laisser partir, un temps, il voulait faire un vrai travail, parce qu'il ne voulait pas que sa femme sache qu'il était finalement qu'un menteur et qu'un dealer. Il a fini par accepter sous condition qu'il continue à mi temps de travailler avec lui. Il n'avait pas le choix de tout façon, un jour il dirait la vérité à sa femme. Il voulait vraiment lui dire. Ils ont eu un enfant rapidement aussi, neuf mois après leur mariage. Une petite fille, Silas était content, même si il ne voulait pas tout de suite d'enfant, c'était tôt, mais ils ont fait tout très tôt, alors il était heureux. Tellement heureux qu'il ne pensait pas que la foudre pourrait s'abattre sur lui.

Il travaillait dans une entreprise de vente de téléphone, il était simple vendeur et il voyait le patron du magasin pour les grandes réunions, ils ont sympathisé, il ne sait pas pourquoi mais le patron l'aimait bien. Régulièrement sa femme venait le chercher après qu'il ait fini sa journée et souvent le patron du magasin la voyait aussi, ils ont fait quelques soirées ensemble, ils étaient devenus amis, du moins c'est ce qu'il croyait. Un soir alors qu'il rentrait du travail seul, sa femme avait du rester à la maison avec leur fille qui était malade, il l'a retrouvé morte. Elle avait été tuée, il a appelle les secours, mais c'était trop tard, évidement on a retrouvé une arme ou il y avait ses empreintes, c'était la sienne, il en avait une avec ses activités illégales, mais ce n'était pas lui qui l'avait tué. Il avait beau dire qu'il n'avait rien fait, qu'il n'aurait jamais tué celle qu'il aimait. Il a été jugé et il a prix vingt ans. Seul son père semblait le croire innocent.

Il a donc engagé un détective privé pour prouver l'innocence de son fils, même si ils ont pu avoir des différents il l'aimait beaucoup et savait que son fils était incapable de tuer ou de faire du mal, il était bien trop gentil, il le savait. Il lui avait même dit, qu'il ne faudrait pas lui demander ça. Il avait donné une arme juste au cas où et finalement il a trouvé ça étrange qu'il puisse l'utiliser surtout contre sa femme qu'il aimait tant. Il savait que trop bien ce que c'était que d'aimer et de perdre quelqu'un. Ils finit par trouver des preuves et par incriminer le patron de Silas, le patron du magasin de vente qui était jaloux de Silas et amoureux de la femme de ce dernier. Elle avait refusé de sortir avec lui. Il a avoué après neuf ans de recherche. Silas a donc été libéré.

Il garde des séquelles de sa détention. Il a été poignardé à plusieurs reprise par des détenus qui connaissait son père et qui savait qui il était réellement. Eux le pensait coupable. Ils lui ont fait vivre un enfer. Il ne pouvait pas se balader seul sans qu'il n'y ait de bagarre malgré lui, sans qu'il ne soit menacé parce que son père avait touché à quelqu'un qu'un détendu connaissait. Il était une cible parfaite. Il a du être pendant un moment isolé tellement il était pris à parti. Lorsqu'il a su qu'il était libéré ça a été une délivrance pour lui. Il pouvait recevoir parfois de la visite, mais pas lorsqu'il y avait des bagarres même si ce n'était pas sa faute. Son père qui avait réussis à avoir la garde de sa petite fille l'emmenait parfois avec lui quand elle était plus grande. Il a toujours parlé de Silas, pour ne pas qu'elle pense qu'il soit quelqu'un de mauvais et il avait sa photo sous son oreiller.

Il a pu récupérer sa fille en sortant de prison, il n'était pas coupable après tout, son père avait fait en sorte qu'elle ne soit pas au courant de ses affaires illégales, ni que Silas avait été un des leurs, d'ailleurs c'est sans doute grâce à sa fille qu'il a fini par le laisser complètement quitter le "groupe". Il lui a laissé sa chance, il voulait qu'il se reconstruise. Il comprenait. Il a donc cherché du travail, mais il n'a trouvé qu'un poste de gardien de cimetière, personne ne voulait du poste, personne dans les autres enseignent voulait de lui. Il avait de la prison, ça suffisait qu'il soit coupable ou pas, il était mal vu. Ils ont accepté qu'il soit donc gardien de cimetière et fossoyeur, il a eu une petite formation de l'ancien gardien qui travaillait là. Un homme qui partait à la retraite, qui a laissé également sa maison ou il pourrait élever sa fille, comme un vrai père.

Il a apprit en faisant un malaise et en se retrouvant au urgences qu'il avait développé une tumeur au cerveau en prison. Il s'était déjà rendu compte qu'il était sujet au migraines, mais il ne voulait pas en parler, il ne voulait pas qu'on lui dise qu'il était une chochotte ou qu'il se plaignait pour rien. Il l'a toujours gardé pour lui. On lui a découvert une tumeur au cerveau. Une petite, mais elle était tout de même là. On lui a dit qu'il pouvait se faire soigner et qu'on pouvait lui enlever. Il a eu peur. Il n'a pas voulu tout de suite se faire opérer.

Plus les jours passaient, plus il se sentait mal. Il buvait beaucoup à cette période là, tellement que son père a fini par lui retirer la garde sa fille et qu'il essayait de le secouer pour se faire soigner, mais Silas ne voulait pas. Il perdait un peu la tête, la plupart du temps, tout est allé assez vite en quelques mois de temps son comportement changeait. Il n'était plus tellement lui même.

Il s'est rendu compte de son comportement après une dispute avec son père, il l'a frappé, alors qu'il ne c'était jamais lui qui frappait avant, il avait un peu bu. Il était ivre et Silas supporte mal l'alcool. Il a aperçut sa fille qui les observait et il s'en est beaucoup voulu. Il est rentré chez lui et lui a un peu craqué, beaucoup même. Il en avait marre. Il a prit tout ce qu'il avait sous la main comme médicament qu'on lui avait donné pour atténuer un peu la douleur des migraines. Il ne se souvenait plus qu'il avait également allumé l'arrivé du gaz parce qu'il faisait frais et que la chaudière marchait au gaz, mais qu'il ne l'avait pas bien refermé. Il a laissé une lettre sur la table pour sa fille et pour son père. Il voulait partir. Il voulait que tout ça se finisse. Il allait sortir pour remettre les lettres sur le buffet pour qu'on les trouve, lorsque le sous sol à explosé. Il était au niveau de la cave, et l'escalier s'est écroulé l'entrainant avec lui. Il a perdu connaissance rapidement, le feu à pris dans la cave et les pompiers sont arrivés.

Les pompiers ont trouvé les lettres dans l'entrée. Ils les ont donné à son père. Ils ont emmené Silas aux urgences. Il était dans un état grave, par chance il n'a pas été brûlé, mais la fumée l'a asphyxié. Il a été quelque jours dans le coma. Lorsqu'il s'est réveillé, il a fini par accepté qu'on l'opère, il est donc resté à l'hôpital quelque semaines.

Sa maison ayant été partiellement détruite, il vit dans un appartement en location pour le moment. Il pourrait aller chez son père mais ne veut pas, il ne veut pas retomber dans ses magouilles, même si il sait qu'ils s'entendent mieux et qu'il l'a beaucoup aidé. Il n'oublie pas qu'il fait parti de la mafia et il espère récupérer bientôt sa fille. Il espère que tout redevienne plus simple.

Lorsqu'il était en prison il a eu une aventure avec un des gardien qui l'avait pris d'affection. Il n'était pas tellement intéressé au début. Il ne pensait même pas pouvoir aimer les hommes. Il s'était toujours dit que ce n'était pas pour lui, que c'était mal quelque part, c'était ce qu'il avait entendu de son père. Il a fini par répondre aux avances du gardien qui lui plaisait bien, il ne savait pas tellement comment se sentir vis à vis de ça. Il ne l'a jamais dis à personne. Il ne préfère pas trop en parler, mais il sait qu'il aime aussi les hommes. Il a peur d'en parler à son père. Surtout que depuis sa tentative de suicide son père a du mal à lui faire confiance, il lui en veut et il a du mal à vouloir lui rendre sa fille. Il a d'ailleurs engagé une procédure pour qu'il ne puisse pas la garder et ça le met en colère. Il connait son père, il l'a aidé jusque là et ne comprends pas ce qu'il cherche à faire, au fond, il sait il voudrait que sa fille soit son héritière, mais Silas refuse qu'elle soit entraîné dans toutes les magouilles de Sergio.


Il se bat pour récupérer sa fille et se demande si il ne doit pas dénoncer son père et ses activités, mais il craint que ça ne l'incrimine aussi. Il en veut pas retourner en prison. Il veut seulement qu'on lui fiche la paix, qu'il retrouve une vie normale, qu'il récupère sa fille c'est tout ce qui compte pour lui. Il a le droit de la voir une fois par semaine, le juge à décidé que c'était comme ça pour le moment, que vu ses antécédant il valait mieux qu'elle grandisse dans un endroit plus "sain" si il savait ... mais si il dénonce son père, il serait comme un traite et il risquerait gros, alors il ne dit rien après tout ce n'est pas la première fois qu'il ment, ça ne sera pas la dernière. Il a du mal également à arrêter de boire, il noie son chagrin dans l'alcool.



William ( je me souviens plus du nom de famille, faut que je retrouve)
feat. Patrick Wilson / univers city

Il est journaliste d'investigations. Il a grandit et vécu à New-York. Son rêve à toujours été d'être journaliste. Il aimait mener l'enquête, déjà tout petit il adorait jouer aux détective, même si il préférait être journaliste plutôt que détective.

Il s'est marié et à eu deux enfants, une fille qui a aujourd'hui dix-sept ans et une petite dernière qui n'était pas prévue de cinq ans. Ils ont été très heureux de l'avoir et de redevenir parents, c'était inespéré. Sa femme partait souvent en voyage, elle était musicienne.

Elle est morte il y a quatre ans, leur fille n'avait que un an, dans un accident de voiture dans lequel il était impliqué. Il avait dénoncé juste avant une entreprise qui blanchissait de l'argent, sans savoir à qui il avait réellement à faire. Il est presque certains que ce n'est pas une coïncidence. Il élève ses deux filles seul depuis quatre ans et il a du mal à passer à autre choses. Il veut prouver que ce n'était pas un accident, qu'on s'est attaqué directement à lui. Son journal avait été brûlé quelques jours avant l'accident. Il a son propre journal depuis quelques années, il a démarré au New York Times mais ne se sentait pas assez libre d'exploiter ce qu'il voulait. Il a fini par démissionner et créer son journal.

Il travail de chez lui le temps que son entreprise se remette sur pied, il est quelques peu irritable et il lui arrive régulièrement de boire ce qui fait que sa fille plus âgé est souvent fâchée après lui. Elle lui en veut. Il s'en veut également. Il se sent coupable de la mort de sa femme. Il n'est pas passé à autre chose.

©️ crédit




Dorian MCKIDDLE
feat. Grant Gustin/ Univers harry potter


©️ crédit
Epic cheeseburgers come in all kinds of manifestations, but we want them in and around our mouth no matter what. Slide those smashed patties with the gently caramelized meat fat between a toasted brioche bun and pass it over. You fall in love with the cheeseburger itself but the journey ain’t half bad either.

They’re the childhood friend that knows your highest highs and lowest lows. They’ve been with you through thick and thin and they’re the best at keeping secrets. Whether it’s dressed up or informal, cheeseburgers have your back.

Sometimes we lose sight of what really matters in life. There’s something to be said for a gourmet brie and truffle burger paired with parmesan frites, but don’t let that make you forget about the ol’ faithful with American cheddar and a squishy bun. Lettuce remind you that cheeseburgers come in all forms - bun intended.

Pop quiz: what’s the greatest thing to happen to your mind, body, and soul in recent history? A cheeseburger, obviously. Cheeseburgers know that what you want can also be what you need.


Nom de ton personnage 2
feat. avatar

Epic cheeseburgers come in all kinds of manifestations, but we want them in and around our mouth no matter what. Slide those smashed patties with the gently caramelized meat fat between a toasted brioche bun and pass it over. You fall in love with the cheeseburger itself but the journey ain’t half bad either.

They’re the childhood friend that knows your highest highs and lowest lows. They’ve been with you through thick and thin and they’re the best at keeping secrets. Whether it’s dressed up or informal, cheeseburgers have your back.

Sometimes we lose sight of what really matters in life. There’s something to be said for a gourmet brie and truffle burger paired with parmesan frites, but don’t let that make you forget about the ol’ faithful with American cheddar and a squishy bun. Lettuce remind you that cheeseburgers come in all forms - bun intended.

Pop quiz: what’s the greatest thing to happen to your mind, body, and soul in recent history? A cheeseburger, obviously. Cheeseburgers know that what you want can also be what you need.

©️ crédit
Stitchette
Messages : 10
Date d'inscription : 27/06/2023
Région : Nord
Crédits : disney icon

Univers fétiche : city/fantastique/gang
Préférence de jeu : Homme
Valise
Stitchette
Mer 28 Juin - 10:55
Nom de ton personnage 1
feat. avatar


©️ crédit
Epic cheeseburgers come in all kinds of manifestations, but we want them in and around our mouth no matter what. Slide those smashed patties with the gently caramelized meat fat between a toasted brioche bun and pass it over. You fall in love with the cheeseburger itself but the journey ain’t half bad either.

They’re the childhood friend that knows your highest highs and lowest lows. They’ve been with you through thick and thin and they’re the best at keeping secrets. Whether it’s dressed up or informal, cheeseburgers have your back.

Sometimes we lose sight of what really matters in life. There’s something to be said for a gourmet brie and truffle burger paired with parmesan frites, but don’t let that make you forget about the ol’ faithful with American cheddar and a squishy bun. Lettuce remind you that cheeseburgers come in all forms - bun intended.

Pop quiz: what’s the greatest thing to happen to your mind, body, and soul in recent history? A cheeseburger, obviously. Cheeseburgers know that what you want can also be what you need.


Nom de ton personnage 2
feat. avatar

Epic cheeseburgers come in all kinds of manifestations, but we want them in and around our mouth no matter what. Slide those smashed patties with the gently caramelized meat fat between a toasted brioche bun and pass it over. You fall in love with the cheeseburger itself but the journey ain’t half bad either.

They’re the childhood friend that knows your highest highs and lowest lows. They’ve been with you through thick and thin and they’re the best at keeping secrets. Whether it’s dressed up or informal, cheeseburgers have your back.

Sometimes we lose sight of what really matters in life. There’s something to be said for a gourmet brie and truffle burger paired with parmesan frites, but don’t let that make you forget about the ol’ faithful with American cheddar and a squishy bun. Lettuce remind you that cheeseburgers come in all forms - bun intended.

Pop quiz: what’s the greatest thing to happen to your mind, body, and soul in recent history? A cheeseburger, obviously. Cheeseburgers know that what you want can also be what you need.

©️ crédit



Nom de ton personnage 1
feat. avatar


©️ crédit
Epic cheeseburgers come in all kinds of manifestations, but we want them in and around our mouth no matter what. Slide those smashed patties with the gently caramelized meat fat between a toasted brioche bun and pass it over. You fall in love with the cheeseburger itself but the journey ain’t half bad either.

They’re the childhood friend that knows your highest highs and lowest lows. They’ve been with you through thick and thin and they’re the best at keeping secrets. Whether it’s dressed up or informal, cheeseburgers have your back.

Sometimes we lose sight of what really matters in life. There’s something to be said for a gourmet brie and truffle burger paired with parmesan frites, but don’t let that make you forget about the ol’ faithful with American cheddar and a squishy bun. Lettuce remind you that cheeseburgers come in all forms - bun intended.

Pop quiz: what’s the greatest thing to happen to your mind, body, and soul in recent history? A cheeseburger, obviously. Cheeseburgers know that what you want can also be what you need.


Nom de ton personnage 2
feat. avatar

Epic cheeseburgers come in all kinds of manifestations, but we want them in and around our mouth no matter what. Slide those smashed patties with the gently caramelized meat fat between a toasted brioche bun and pass it over. You fall in love with the cheeseburger itself but the journey ain’t half bad either.

They’re the childhood friend that knows your highest highs and lowest lows. They’ve been with you through thick and thin and they’re the best at keeping secrets. Whether it’s dressed up or informal, cheeseburgers have your back.

Sometimes we lose sight of what really matters in life. There’s something to be said for a gourmet brie and truffle burger paired with parmesan frites, but don’t let that make you forget about the ol’ faithful with American cheddar and a squishy bun. Lettuce remind you that cheeseburgers come in all forms - bun intended.

Pop quiz: what’s the greatest thing to happen to your mind, body, and soul in recent history? A cheeseburger, obviously. Cheeseburgers know that what you want can also be what you need.

©️ crédit
Stitchette
Messages : 10
Date d'inscription : 27/06/2023
Région : Nord
Crédits : disney icon

Univers fétiche : city/fantastique/gang
Préférence de jeu : Homme
Valise
Stitchette
Mer 28 Juin - 19:14
à vous =)
Contenu sponsorisé
Les doubles de stitchette- UC
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Stitchette est nulle en titre
» les doubles/triples/quadruples personnalités de Wolfgang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: L'entrée :: Vos envies de RP :: RP et personnages :: Personnages-
Sauter vers: