Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Anciennes rancœurs et cœurs brisés (ft Wolfie)

Azylth
Messages : 222
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
Sabrina
Azylth
Ven 24 Mar - 15:19
Le contexte du RP
Mise en situation

Londres, 1820. Elisa est la fille d'un ouvrier qui a réussi à améliorer sa condition sociale et à grimper les échelons de la société. Elle est promise à Charles, un brillant jeune homme dont la carrière politique est déjà toute tracée. Quand sa famille se fait sauvagement assassiner, Elisa ne pense plus qu'à retrouver l'auteur du crime. Elle rencontre Thalys, un simple constructeur de locomotives, qui pourra peut-être l'aider à y voir plus clair, que ce soit à propos du meurtre ou de sa relation avec Charles.

Azylth
Messages : 222
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
Sabrina
Azylth
Sam 25 Mar - 12:26

Thalys Larsson
J'ai 26 ans et je vis à Londres. Dans la vie, je suis constructeur de locomotives et je m'en sors plutôt bien.


Depuis qu’Appleby avait eu cette promotion il y a dix ans… son père, Kjell, avait radicalement changé. Il était devenu complètement fou, leur répétant sans cesse qu’il avait volé ses plans, volé son invention, volé sa gloire. Son visage s’imprégnait de dégoût à chaque fois que son nom apparaissait dans le journal, ou bien lorsque qui que ce soit prononçait ces trois syllabes devant lui. Une rancoeur amère l’avait rongé toutes ses années et c’était comme si une chape de ténèbres émanait de lui en permanence depuis ce jour.

Thalys avait quinze ou seize ans lorsque cela c’était produit. Il se souvenait d’Appleby comme l’homme généreux qu’il était lorsqu’il venait à la maison avec des tartes pour lui et son frère, Ake. Le plus souvent, il était seul et passait en coup de vent. D’autres fois, il venait avec le reste de sa famille. Cela faisait un bout de temps déjà qu’il ne les avait plus revus, mais il se souvenait encore d’eux. Et d’Elisa, surtout d’Elisa.

Ils avaient tous fini par s’habituer à la morosité de son père. Ca les avait rendus tristes, surtout sa mère. Ils étaient partis de Suède pour prendre un nouveau départ, mais le rêve s’était transformé en cauchemar. Ake avait trouvé un boulot dans une usine ferroviaire, et quelques années plus tard il s’était fait embaucher à son tour. Et la vie avait suivi son cours, tout simplement.

Sauf que ce foutu Appleby avait encore fait parler de lui. Dix ans après avoir posé un brevet pour sa remarquable « montgolfière », il inventait un nouveau brûleur, plus efficace et plus économique en propane. Aujourd’hui, il tenait une conférence de presse pour parler de son invention. Thalys avait du mal à envisager qu’il avait pu se construire un empire aussi grand à partir d’un simple ballon volant.

Avec le temps, ils en étaient tous venus à détester ce vilain bonhomme. Il mettait Kjell dans un état proche de la démence et transformait leur quotidien tranquille en existence maussade. Et lorsqu’il était devenu riche, il leur avait tourné le dos du jour au lendemain. Il savait pourtant qu’ils avaient du mal à gagner leur nourriture, surtout depuis que Kjell s’était cassé la jambe suite à un accident au travail. Alors forcément… ils avaient du mal à continuer à l’apprécier, tous autant qu’ils étaient.

Ce soir là, ils mangeaient tous en silence. Ake avait vaguement énoncé qu’il avait rencontré une fille et sa mère avait posé quelques questions. Mais l’humeur n’y était pas. Son père regardait son assiette comme s’il allait l’étrangler. Honnêtement, ça lui foutait les jetons. Ses yeux étaient terrifiants, à peine humains. Ils avaient tous préféré se dépêcher de terminer leur repas et Thalys était sortit dehors avec son frère juste après pour profiter de l’air de la nuit. Et ensuite ils étaient rentrés, comme tous les soirs. Et personne n’avait réellement fait attention à Kjell cette nuit là.

Azylth
Messages : 222
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
Sabrina
Azylth
Sam 25 Mar - 12:53

Charles Stonesen
J'ai 28 ans et je vis à Londres. Dans la vie, je travaille dans la politique et je m'en sors très bien.

Ils étaient tranquillement installés sur la terrasse du grand manoir Stonesen, qui appartenait à sa famille depuis des générations. Elisa était magnifique, comme toujours. Elle était assise à la table qui avait été montée sur le sol pavé. Lui, il était adossé à la balustrade, en train de fumer en regardant sa fiancée.

Tout lui avait réussi dans la vie. Il était certes né chanceux, avec un destin fabuleux et brillant écrit à l’avance, mais il restait quelqu’un qui avait du mérite. Il avait par exemple entreprit de racheter les entreprises qui travaillaient dans le domaine ferroviaire. Il sentait que ces petits bijoux allaient avoir de l’avenir, alors il avait eu la merveilleuse idée d’investir de suite. Et il fallait absolument qu’il raconte à Elisa comment il avait eu un jour cette incroyable idée.

-… c’est comme ça que j’ai réussi à racheter l’entreprise. Ingénieux, non ? Il lui jeta un autre coup d’œil. Elisa préférait regarder les fleurs. Elisa, tu m’écoutes ?
Wolfie
Messages : 39
Date d'inscription : 13/04/2021
Région : Bourgogne
Crédits : angie

Univers fétiche : Harry Potter, université, city
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Wolfie
Mar 28 Mar - 17:33

Elisa Appleby
J'ai 26 ans et je vis à Londres. Dans la vie, je suis fille d'un riche homme d'affaire et je m'en sors très bien (pour l'instant).


Elisa n'en pouvait plus. Que ce rencard était ennuyant. Que Charles était ennuyant. Il n'arrêtait pas de parler. Encore et encore. Elle ne se doutait pas de ce qu'il se passait à l'autre bout de la ville et, encore moins, qu'elle ne serait au courant que bien trop tard. Beaucoup trop tard, en fait. Et s'il y avait bien une chose que la jeune femme détestait : c'était être mise au courant en dernier. Vraiment...c'était insupportable. Naturellement, Elisa ne faisait pas de caprices, mais elle avait un fort caractère et c'était assez peu probable pour les autres de ne pas être surpris quand elle hausse le ton. Le ton qui n'a rien de mauvais, en soit, mais un ton qui "en impose", comme dirait son père. En revanche elle ne le fait que dans la sphère familiale. Ou tout du moins quand une personne de la famille est là.

Lorsqu'elle reprit toute conscience du fait qu'elle était avec Charles, qu'il lui parlait, elle se redressa et le regarda, léger sourire sur le visage. "Si, je suis désolée j'avais l'air dans mes pensées, mais ce n'était pas tout à fait le cas.". Si, c'était tout à fait le cas. Cet homme était ennuyant. Mais ennuyant. Oui je me répète, mais c'est la vérité. Il parlait tout le temps de son entreprise. En fait il radotait sans cesse. Il radotait encore et encore. "Les fleurs sont belles, n'est-ce pas ?". Mais qu'est-ce qu'il lui prenait de parler des fleurs, franchement ? Les fleurs ? Oui, elle adorait ça, mais elle n'allait pas non plus parler d'elles. En revanche elle voyait déjà arriver le "Oui. Donc je disais...". Et ce serait barbant. Encore. Elle voulait rentrer, retrouver sa famille, prendre ses frères et soeurs dans ses bras, prendre un livre, se coucher et dormir. Mais elle ne s'attendait certainement pas à ce qu'il était en train de se passer.

Le sang devait sûrement déjà couler. Il y avait des chances pour qu'Elisa s'effondre en apprenant la nouvelle. Il y avait également des chances pour qu'elle sorte de chez Charles et demande à aller les voir, même si leur corps était inanimé. "Pouvons nous rentrer, Charles ?" dit-elle alors. "Je me sens fatiguée.".

Azylth
Messages : 222
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
Sabrina
Azylth
Mer 29 Mar - 12:05

Charles Stonesen
J'ai 28 ans et je vis à Londres. Dans la vie, je travaille dans la politique et je m'en sors très bien.

Charles regarda le visage d'Elisa un moment, essayant de déchiffrer son joli masque. En vain. Il avait beau être excellent lorsqu'il s'agissait de gagner un débat, il n'arrivait jamais à cerner Elisa complètement. Ca le mettait parfois mal à l'aise, mais à chaque fois il se rappelait qu'elle était belle, et qu'elle était un excellent parti. Et puis, il ne doutait pas que cela s'arrangerait lorsqu'ils seraient mariés, ils prendraient un nouveau départ et il pourrait la rendre vraiment heureuse.

Il aurait bien voulu terminer son histoire, mais elle voulait rentrer. Elle ne l'écoutait jamais jusqu'au bout. C'était parfois agaçant... Mais là aussi, il se rappelait qu'il lui suffisait d'être patient, et que tout serait bientôt parfait pour eux. Bientôt. Dans deux mois, ils seraient mariés.

- Bien sûr, lui assura-t-il en écrasant sa cigarette avant de lui tendre galamment son bras pour l'aider à se relever.

Ils rentrèrent à l'intérieur, descendirent les escaliers... Et ce fut le dernier moment de paix qu'ils connurent. En bas, près de la porte principale, se tenait un homme visiblement mal à l'aise. Il se dandinait sur place, triturant les bords de son couvre chef entre ses doigts nerveux. Il essayait de convaincre son majordome d'aller le chercher. Il les aperçut, puis se figea en posant ses yeux sur la demoiselle qui accompagnait Charles.

- Oui ?, demanda ce dernier avec un ton un poil impatient.

A bien y regarder... il lui semblait connaître le nouveau venu. Probablement une connaissance ou un voisin de la famille de sa promise.

- J-je... Je suis navré, Ma Dame..., commença-t-il en bredouillant, s'adressant directement à Elisa. Je... Qu'est ce que c'était long. Il avait envie de lui dire de se dépêcher un peu. Il est arrivé quelque chose. Quelque chose de terrible...

L'homme se tut un moment, incapable d'aller plus loin. Charles arriva au pied des escaliers, envahi par un pressentiment pour le moins oppressant. Il ordonna à l'homme de continuer d'un regard particulièrement pointu.

- Un individu s'est introduit chez vous. Votre famille... Ils ont tenté de se défendre. Mais ça n'a pas été suffisant. Je suis désolé..., souffla le bonhomme, aussi choqué que tout à l'heure, lorsqu'il l'avait appris de la part de la police.

Charles se figea. Ca alors. C'était... c'était complètement inimaginable. Trop choqué pour présenter à son tour ses condoléances à Elisa, il resta muet comme une carpe. Quelque part dans son esprit, la pensée immonde que sans son père, Elisa ne valait plus rien, s'infiltra et s'imposa à lui comme un problème majeur. Elle fut aussitôt remplacée par l'idée perfide d'utiliser son malheur pour gagner en notoriété. Il secoua la tête pour arrêter ses bêtises, dégoûté par ses propres pensées.
Wolfie
Messages : 39
Date d'inscription : 13/04/2021
Région : Bourgogne
Crédits : angie

Univers fétiche : Harry Potter, université, city
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Wolfie
Ven 31 Mar - 15:06

Elisa Appleby
J'ai 26 ans et je vis à Londres. Dans la vie, je suis fille d'un riche homme d'affaire et je m'en sors très bien (pour l'instant).


Elisa ne s'attendait clairement pas à une telle nouvelle. Elle prit donc le chemin de chez Charles avec ce dernier et, lorsqu'ils arrivèrent, ils tombèrent des nu. Enfin...lui tomba des nu. La jolie rousse ne comprenait pas tout à fait pourquoi il faisait cette tête en la regardant. En fait, si elle ne comprenait pas, c'était simplement parce qu'elle ne voulait pas comprendre. Quelque chose de terrible...Se défendre...Non, c'était impossible. Les larmes lui vint aux yeux lorsqu'elle commença à penser à sa famille, toute sa famille, sa mère, son père, ses frères et soeurs terrorisés. Elle ne connaissait pas la tête de son père terrorisé, mais elle avait une petite idée de ce qu'il avait pu faire. Quelqu'un s'était introduit dans la maison ? Il avait dû défendre sa famille, prendre le fusil de chasse, essayer de tirer sur la personne, mais la personne avait été trop rapide. Elle imaginait aisément Nola sous son lit, Marc derrière son père, sa mère essayant de consoler ses deux plus jeunes enfants. Oui, elle imaginait aisément cela. Et cela lui brisait le coeur. En fait elle avait trop d'imagination. Ou peut-être connaissait-elle un peu trop bien sa famille. Quoi que...connaissons-nous réellement TROP sa famille ?

Les poings serrés, l'envie de retrouver cette personne, de la tuer, de lui faire la peau...Se dire qu'elle est seule, maintenant, contre tous. Elle sait. Elle sait que Charles n'est plus aussi intéressé par elle. Alors elle le regarde, droit dans les yeux, déterminée, sur le point de pleurer mais s'en empêchant : "Je veux les voir.". C'était à ses risques et périls, elle le savait. Mais elle se faisait une scène dans sa tête. Une scène qui était si désagréable, beaucoup trop horrible pour une jeune femme de son âge. Une jeune femme qui venait de tout perdre. Elle sait que Charles va la laisser tomber, mais s'il peut la conduire chez elle, là où ça s'est passé...ou bien à l'hôpital ou n'importe où peuvent être ses parents et ses frères et soeurs. C'est trop important pour elle. Et s'il refusait, s'il osait refuser, elle irait à pied. Même s'il faisait nuit, même si une jeune femme dans la rue, seule, à cette heure-ci, c'était dangereux...et bien elle le ferait. Elisa était une femme déterminée. Une femme. Oui. Plus une jeune fille. A partir de ce moment, elle était une femme. Une femme qui devait assumer d'être seule. Elle n'était plus cette fille à papa. Mais mon Dieu ce que cela était horrible d'y penser. Alors finalement, oui, enfin, elle fini par s'effondrer. Après une bonne dizaine de minutes, sans même laisser le temps à Charles de répondre à sa précédente demande. Elle s'effondra, mais préféra sortir de la pièce et s'enfermer dans une autre. Collée contre la porte, debout, s'agrippant aux coins, elle essaya de respirer. Oui, elle faisait une crise de panique. Alors elle essaya encore de respirer, mais les larmes coulaient, sa respiration restaient saccadée. Seule sa mère pouvait la calmer dans ses moments là.

Une bonne vingtaine de minutes passèrent avant qu'elle finisse par sortir de la pièce. Elle avait les yeux rouges, les joues aussi, les yeux gonflés et n'était clairement pas très belle à voir. Mais elle demanda à s'éclipser pour arranger ça et le fit. Rapidement. Une dame se devait de ne pas se montrer dans un tel état en public. Bien qu'elle s'effondrerait de nouveau si elle voyait l'état de la maison. Et les corps inanimés des membres de sa famille.

"Charles, s'il vous plaît. Allons y.". C'était à la fois une demande ainsi qu'un ordre. Elle, Elisa Appleby, donnait désormais des ordres. C'était irréaliste. Mais comment réagir dans une telle situation ? Alors que les larmes menaçaient de couler sans arrêt ? Même maintenant. Elle voulait pleurer. Encore et encore. Mais elle s'en empêchait. Pourtant...oui...pourtant...elle n'était pas loin de recraquer.
Azylth
Messages : 222
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
Sabrina
Azylth
Lun 3 Avr - 17:06

Charles Stonesen
J'ai 28 ans et je vis à Londres. Dans la vie, je travaille dans la politique et je m'en sors très bien.

Charles regarda les yeux de sa promise se remplir de larmes au ralenti et il s'en voulut de ne pas savoir comment réagir. Elle voulait les voir. Non, il ne la laisserait pas faire ça. Hors de question ! Elle était trop fragile, et puis, personne ne devait voir ce genre d'horreurs. Autant la préserver des cauchemars. Elisa finit inévitablement par craquer et elle lui échappa avant qu'il ne puisse la retenir. Elle s'enfuit en pleurant dans la pièce d'à côté et referma la porte derrière elle. La seconde d'après, Charles était de l'autre côté de la porte en train d'essayer de l'ouvrir. Impossible ,elle avait fermé derrière elle.

- Elisa !, s'exclama-t-il inutilement. Elle n'ouvrait pas.

Alors il attendit, impuissant, l'écoutant pleurer seule derrière la porte. Son cœur était serré. Qui avait fait ça ?! Il avait ruiné l'existence de sa belle fiancée en à peine quelques secondes. Il allait retrouver ce monstre et l'amener devant la justice !
Ving minutes plus tard, Elisa ouvrait enfin la porte. Charles se précipita vers elle pour la prendre dans ses bras, mais Elisa préférait arranger son visage. Elle le repoussa et il se retrouva seul dans le couloir, comme un abruti... Quand elle revint, elle arborait un air froid pour espérer cacher sa peine.

- Charles, s'il vous plaît. Allons y.
Comment cela ? Elle voulait réellement y aller ?
- Je ne peux pas vous laisser faire ça..., lui souffla doucement Charles en lui prenant les mains. Il essaya d'ajouter quelque chose, mais toutes les phrases qui lui venaient en tête étaient plus stupides les unes que les autres.
Wolfie
Messages : 39
Date d'inscription : 13/04/2021
Région : Bourgogne
Crédits : angie

Univers fétiche : Harry Potter, université, city
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Wolfie
Jeu 20 Avr - 13:51

Elisa Appleby
J'ai 26 ans et je vis à Londres. Dans la vie, je suis fille d'un riche homme d'affaire et je m'en sors très bien (pour l'instant).


Comment ça il ne pouvait pas la laisser faire ça ? Bien sûr que si. Enfin...il n'avait pas vraiment le choix. Tout de même. Il s'agissait de sa famille. Sa famille qu'elle n'avait plus...Alors elle se dégagea des mains de son promis avant de sortir en trombe de la demeure et de courir dans la nuit vers la maison qui était la sienne jusqu'à ce soir. Peut-être, sûrement, lui revenait-elle de droit, mais la jeune femme ne voulait pas encore y penser.

Sa robe fendait l'air comme s'il n'y avait plus rien d'autre qui comptait. Rien du tout. Bon, non, une robe ne pense pas, un tissu non plus. Après tout, même si les couturières aimaient dire que les tissus leur parlaient, Elisa trouvait cela stupide. Complètement stupide. N'y avait pas plus bête comme déclaration ? Enfin...peu importe. Elle n'arriva pas à l'endroit qu'elle escomptait, se perdant en pleine nuit. Elle qui connaissait si bien cette ville. Elle se croyait dans un cauchemars. Alors elle fit ce qu'une personne plutôt encensée pourrait faire et se pinça. La rousse ne se réveillant pas, elle s'arrêta, ferma les yeux, mais fut projeté contre un mur. "Alors chère demoiselle ? Vous n'êtes pas chez vous, à cette heure-ci de la soirée ? Savez-vous que c'est dangereux de rester seule ici ?". Oui, maintenant elle le savait. Et, malgré la douleur qu'elle ressentait dans ton le dos, elle partit en courant et se heurta, cette fois-ci, à quelqu'un. Non, mais ce n'est pas possible. Allait-elle mourir ce soir, elle aussi ? Ce ne serait, pour le coup, pas plus idiot. Après tout elle avait tout perdue, ce soir.

Azylth
Messages : 222
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
Sabrina
Azylth
Mar 2 Mai - 10:24

Charles Stonesen
J'ai 28 ans et je vis à Londres. Dans la vie, je travaille dans la politique et je m'en sors très bien.


- Elisa !!, cria Charles en s’élançant derrière elle.
Sauf qu’Elisa avait déjà pris de l’avance. Il la perdit rapidement de vue, mais n’abandonna pas pour autant. Il fallait qu’elle la retrouve avant que quelqu’un d’autre de moins attentionné ne le fasse !

Azylth
Messages : 222
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
Sabrina
Azylth
Mar 2 Mai - 10:31

Thalys Larsson
J'ai 26 ans et je vis à Londres. Dans la vie, je suis constructeur de locomotives et je m'en sors plutôt bien.


Impossible de dormir. Son père était rentré, et depuis, il était terrifiant. Il chuchotait tout seul et agitait ses mains de manière fébrile, avec des petits spasmes. Alors il était sorti prendre l’air, parce que l’atmosphère à la maison était étouffante.

Il entendit des éclats de voix non loin de là. Rien d’alarmant, la ville vivait la nuit. Par contre, la fille qui lui fonça dessus était plus alarmante. Thalys recula instinctivement d’un pas en refermant ses mains sur les épaules de la dame. Il… se passait quoi ?

- Vous êtes inconsciente de sortir à cette heure ?, s’inquiéta Thalys. Etes vous blessée ?

Impossible pour lui de reconnaître son amie d’enfance. Elle avait tellement changé et ils ne s’étaient pas vus depuis une éternité.

Contenu sponsorisé
Anciennes rancœurs et cœurs brisés (ft Wolfie)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Coeurs brisés à Kumandra Ft. Blue & Bloody Mary
» Just the two of us [PV Wolfie]
» Wolfie - be brave, be you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers historique :: Contemporain-
Sauter vers: