Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-40%
Le deal à ne pas rater :
Machine à café avec broyeur KRUPS YY4384FD Essential
357.99 € 599.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Some kind of monster [PV Lullaby]

Lullaby
Messages : 1872
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby
Mer 10 Mar - 10:05
20121001192678.jpg
Lisa Turpin
J'ai 17 ans et je vis à Poudlard , Ecosse  . Dans la vie, je suis étudiante de septième année à Serdaigle  et je m'en sors très bien . Du reste, je suis demie-velane. Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire  et je le vis plutôt moyennement, d'autant plus qu'en revanche je suis amoureuse.


Lisa est anglaise, elle est fille d'une vélane et d'un sang-mêlé. • Lisa est douée en potions, DCFM et sortilèges. En revanche elle déteste la divination. • Lisa est fille unique. • Elle joue dans l'équipe de quidditch au poste d'attrapeuse. • Elle n'est pas encore bien fixée sur son avenir mais réfléchie à devenir chercheuse. • Elle est généreuse, douce, fidèle et intelligente mais aussi fêtarde, parfois trop sérieuse et peut se montrer critique envers elle-même. • Elle est amie avec George Weasley de par leur côté fêtard. Une amitié qui ne tient pas sur un terrain de quidditch. • Elle craque pour le professeur Lupin.


avatar :copyright: Kathleen


Lisa remarquant les plaies encore sanguinolentes de son professeur, elle ne comprend pas vraiment pourquoi l'infirmière ne les a pas encore soignée. Un manque de temps, sûrement. Lisa peut sûrement s’en charger, ne pouvant le laisser dans un tel état alors qu’elle imagine que ses plaies doivent le faire atrocement souffrir. Il a l’air si fatigué, si endolori, que Lisa ne peut se résoudre à ne rien faire, à le laisser avoir mal. Alors elle fait voleter jusqu’à elle une petite bassine d’eau, un linge propre, entreprenant de nettoyer les plaies de son professeur non sans délicatesse, prenant garde à ne pas lui faire mal. Mais quand il réalise ce qu’elle fait, l’homme retire le linge, empêchant Lisa d’aller plus loin en affirmant qu’elle ne devait pas regarder cela, contraignant la bleu et bronze à relever les yeux vers son visage, à croiser son regard. Est-ce qu’il… avait peur ? D’elle ? De ce qu’elle pourrait penser ? Lisa le suppose, en percevant l’affolement de son professeur, dans le mouvement de retrait qu’il avait eu. Il n’avait pourtant pas à s’en faire de la part de Lisa. Elle ne comptait pas ébruiter ce qu’elle avait vécu dans la cabane. Elle ne comptait pas non plus faire part de ses découvertes à qui que ce soit. Et elle ne le jugerait pas, non plus. Peut-être parce qu’elle était elle-même issue d’un métissage. Ou parce qu’elle n’était pas le genre de personne qui aime à détruire une vie, une personne. Leur professeur était ce qu’il était. Cela ne remettait pas en cause la personne qu’il était ou l’enseignement qu’il leur apportait et il était évident, après l’avoir croisé dans la cabane hurlante, que tout était mis en œuvre pour la sécurité des élèves. Il n’y avait que lui-même que l’homme blessait ces nuits-là, à en juger par les stigmates laissés sur son corps.

“- Je sais…” souffle Lisa sans le quitter des yeux. “Je sais ce que vous êtes.” avoue la demoiselle.

Elle n’en était pas encore tout à fait certaine, mais tous les éléments étaient là, sous ses yeux, lui indiquant la même direction. Il ne lui restait qu’à ce que son professeur confirme ses soupçons ce qui, à en juger par son air inquiet, ne risquait pas d’arriver. Lisa ne pouvait, à vrai dire, pas l’en blâmer. Elle n’avait jamais rencontré de loup-garou avant, c’est vrai. Mais ça ne devait pas être facile ni à vivre, ni à assumer. Inutile de se demander pourquoi. Les hommes avaient, pour beaucoup, une incroyable capacité à juger les autres, à se croire foncièrement meilleur qu'autrui, cherchant bien souvent un moyen de s’élever par rapport aux autres.

“- Et ça ne change rien du tout.” affirme Lisa, rattrapant le linge sur le sol pour le rincer dans la bassine, minutieusement, avant de l’appliquer de nouveau sur le bras de son professeur, tapotant doucement sa peau pour en retirer le sang, s’évertuant à lui imposer le moins de douleur possible.
Kathleen
Messages : 166
Date d'inscription : 04/12/2020
Crédits : Moi-même

Univers fétiche : Dur de choisir, yen a plein
Préférence de jeu : Les deux
tea
Kathleen
Mer 10 Mar - 22:12
20121001192678.jpg
Remus Lupin
J'ai 33 ans et je vis à Poudlard , Ecosse  . Dans la vie, je suis Prof de Défense Contre les Forces du Mal  et je m'en sors bien . Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire  et je le vis plutôt moyennement.


Remus était un petit garçon débordant de joie de vivre, qui manifestait déjà des signes précoces de magie. Peu avant son cinquième anniversaire, Greyback força la fenêtre de sa chambre et l'attaqua sauvagement. Remus devint loup-garou. Après avoir été envoyé à Gryffondor par le Choixpeau magique, Remus Lupin se lia rapidement d’amitié avec trois jeunes garçons de sa maison, James Potter, Sirius Black et Peter Pettigrow. Ils formèrent le groupe des Maraudeurs et ses amis devinrent Animagus pour l’épauler après avoir appris sa vraie nature. Après ses études, il entra dans l'Ordre du Phénix, tout comme ses anciens camarades de classe.
La chute de Voldemort fut, pour Remus, une longue période de solitude et de tristesse. Il entama alors une existence précaire. Heureusement, une découverte importante apporta à Remus une bouffée d’espoir : l’invention de la potion Tue-loup.

Albus Dumbledore changea la vie de Remus Lupin une deuxième fois. Ravi de revoir son ancien directeur, Remus fut stupéfait d’apprendre que Dumbledore souhaitait lui confier le poste de professeur de Défense contre les forces du Mal. Malgré ses réticences, il finit par accepter quand Dumbledore lui expliqua qu'il mettrait à sa disposition un stock illimité de potion Tue-loup, grâce à l’aide du maître des Potions de Poudlard : Severus Rogue.


avatar :copyright: Kathleen

Au moment où il croisa son regard sans savoir si elle avait compris ou pas mais espérant que ce n'était pas le cas, les yeux de Lisa Turpin s’engouffrèrent dans les siens. L'instant qui précéda sa prise de parole sembla une éternité aux yeux de Remus. Et quand elle affirma qu'elle savait ce qu'il était, son cœur manqua aussitôt un battement. Une panique envahit son cœur et il brisa le lien visuel, aussitôt, détournant les yeux comme il était persuadé qu'elle aurait dû détourner les yeux de lui, honteux et inquiet pour ce qu'elle allait bien pouvoir penser de lui.

« Ça devait arriver… », murmura-t-il sans même être sûr d'être entendu.

Cela ne devait pas être le cas car elle enchaîna en précisant que ça n'avait pas d'importance pour elle. C’était peut-être la chose la plus importante de son histoire, la chose dont elle aurait dû tenir compte pour sa propre sécurité. Si elle savait, elle aurait dû s'enfuir à toutes jambes et non pas rester ici à s'occuper de lui comme si le méritait qu'on soigne les blessures qu'il s'était lui-même infligées. Il ne pensait pas le mériter. Et le doute le prit soudain. Elle n'avait pas dit ce qu'elle était censée savoir. Elle devait forcément se tromper et c'était pour cette raison qu'elle ne s'enfuyait pas.

Il ne retira pas son bras quand elle se remit à le soigner mais tout tournait dans son esprit. La sensation du linge humide et froid sur son bras se mélangea à la sensation de nausée qu'il ressentait face à ce qu'il était. Il garda les yeux détournés, n’osant faire face à la jeune femme. Il hésitait à la mettre devant l'évidence, au risque de se dévoiler, mais il était trop tard pour renoncer. De toute façon, cela se saurait tôt ou tard et il n'avait déjà que trop profité de sa gentillesse et de sa bienveillance. Il était temps de mettre carte sur table.

« Je doute que vous ayez réellement compris ce qu'il se passe ici. Si tel était le cas, vous ne seriez pas ici, à prendre soin de moi. Vous vous seriez déjà enfuie. »



Some kind of monster [PV Lullaby] - Page 2 Giphy.gif?cid=ecf05e47ijnjjpcoy67xmz0tghdgyutjcpp5ihv33lr3zhg3&rid=giphy
Lullaby
Messages : 1872
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby
Jeu 11 Mar - 0:17
20121001192678.jpg
Lisa Turpin
J'ai 17 ans et je vis à Poudlard , Ecosse  . Dans la vie, je suis étudiante de septième année à Serdaigle  et je m'en sors très bien . Du reste, je suis demie-velane. Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire  et je le vis plutôt moyennement, d'autant plus qu'en revanche je suis amoureuse.


Lisa est anglaise, elle est fille d'une vélane et d'un sang-mêlé. • Lisa est douée en potions, DCFM et sortilèges. En revanche elle déteste la divination. • Lisa est fille unique. • Elle joue dans l'équipe de quidditch au poste d'attrapeuse. • Elle n'est pas encore bien fixée sur son avenir mais réfléchie à devenir chercheuse. • Elle est généreuse, douce, fidèle et intelligente mais aussi fêtarde, parfois trop sérieuse et peut se montrer critique envers elle-même. • Elle est amie avec George Weasley de par leur côté fêtard. Une amitié qui ne tient pas sur un terrain de quidditch. • Elle craque pour le professeur Lupin.


avatar :copyright: Kathleen


Comme le professeur affirme douloureusement que cela devait arriver, Lisa se sent envahi d'une tristesse infinie à son égard, en considérant le désespoir qui semble être celui de l'enseignant, tandis qu'il comprend que la jeune femme sait ce qu'il est. Peut-être se fait-elle des idées, mais Lisa a vraiment l'impression que l'homme panique à ces mots, alors qu'il a détourné le regard. Comme si c'était vraiment horrible que Lisa ai compris quelque chose. Cela n'avait rien à voir avec elle, seulement avec le fait que quelqu'un soit au courant de son secret bien sûr, mais le voir dans cet état la touchait bien plus qu'elle ne saurait l'exprimer. Il était évident que l'homme n'assumait pas ce qu'il était, qu'il ne dévoilqit pas sa condition sur tous les toits. Lisa ne pouvait que le comprendre. Si elle-même ne le jugeait pas pour ce qu'il était en réalité, elle sait bien que de par le monde sorcier, il y en a tout un tas qui ne pourrait pas s'empêcher de le pointer du doigt.

Lisa essaie de le rassurer, un peu comme elle peut, en affirmant que ce qu'elle a découvert ne change rien pour elle, ne change rien à l'estime qu'elle a pour lui, ne change rien à ce qu'elle pense de lui. C'est la vérité. Lisa n'avait pas fui en découvrant sa condition, elle n'avait pas changé d'avis à son sujet. Il n'était pas soudainement devenu monstrueux à ses yeux. Quoi qu'il puisse être, une fois par mois, quand la lune devenait sa pire ennemie, il n'en était pas moins le professeur bienveillant qu'il était tout le reste du temps. Il n'en n'était pas moins un homme, qui avait ses failles, ses faiblesses. Il ne pouvait pas se réduire à sa seule condition de loup-garou. Il était bien plus que cela.

Comme Lisa s'applique sur son bras, terminant de nettoyer le sang qui a séché ou qui s'écoule encore des plaies, son professeur reprend la parole, affirmant que si elle avait réellement découvert la vérité, elle ne serait pas ici. Elle aurait fuit. Mais ce n'était pas le cas. Et elle ne comptait pas le faire à présent. Attrapant sa baguette, Lisa entreprend de soigner chacune de ses blessures, une à une, en lui répondant.

"- J'ai vu la pleine lune." remarque Lisa. "Je sais que vous êtes un loup-garou." déclare la demoiselle sans se démonter, baissant sa voix de deux octaves, au cas où les portes auraient des oreilles.
Kathleen
Messages : 166
Date d'inscription : 04/12/2020
Crédits : Moi-même

Univers fétiche : Dur de choisir, yen a plein
Préférence de jeu : Les deux
tea
Kathleen
Ven 12 Mar - 2:04
20121001192678.jpg
Remus Lupin
J'ai 33 ans et je vis à Poudlard , Ecosse  . Dans la vie, je suis Prof de Défense Contre les Forces du Mal  et je m'en sors bien . Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire  et je le vis plutôt moyennement.


Remus était un petit garçon débordant de joie de vivre, qui manifestait déjà des signes précoces de magie. Peu avant son cinquième anniversaire, Greyback força la fenêtre de sa chambre et l'attaqua sauvagement. Remus devint loup-garou. Après avoir été envoyé à Gryffondor par le Choixpeau magique, Remus Lupin se lia rapidement d’amitié avec trois jeunes garçons de sa maison, James Potter, Sirius Black et Peter Pettigrow. Ils formèrent le groupe des Maraudeurs et ses amis devinrent Animagus pour l’épauler après avoir appris sa vraie nature. Après ses études, il entra dans l'Ordre du Phénix, tout comme ses anciens camarades de classe.
La chute de Voldemort fut, pour Remus, une longue période de solitude et de tristesse. Il entama alors une existence précaire. Heureusement, une découverte importante apporta à Remus une bouffée d’espoir : l’invention de la potion Tue-loup.

Albus Dumbledore changea la vie de Remus Lupin une deuxième fois. Ravi de revoir son ancien directeur, Remus fut stupéfait d’apprendre que Dumbledore souhaitait lui confier le poste de professeur de Défense contre les forces du Mal. Malgré ses réticences, il finit par accepter quand Dumbledore lui expliqua qu'il mettrait à sa disposition un stock illimité de potion Tue-loup, grâce à l’aide du maître des Potions de Poudlard : Severus Rogue.


avatar :copyright: Kathleen

Elle savait. Elle avait deviné et elle était toujours là à le soigner. La force de ses convictions qui s'effondrait, alors qu'il comprenait qu'elle savait depuis le début, eut raison des quelques forces mentales qu'il restait au lycanthrope. Sentant qu'il aller craquer, le cœur gros, il détourna complètement le regard et s'autorisa à laisser quelques larmes couler le long de ses joues, espérant contre toute évidence qu'elle ne s'en apercevrait pas. Il aurait dû dire quelque chose, tenter de se justifier, s'excuser d'être ce qu'il était mais aucun mot ne lui vint. Il resta donc silencieux face à la réalité.

La honte qui le submergeait, il en avait conscience, ne provenait pas de Lisa mais bel et bien de lui-même. Elle ne l'avait pas accusé, ni même jugé, mais lui se jugeait si détestable qu'il ne comprenait pas qu'elle ne se soit pas déjà enfuie en courant, puisqu'elle avait réellement compris la vérité. Il avait déjà ressenti ça lorsque ses amis, les maraudeurs, ne s'étaient pas enfui eux non plus. Ils avaient même trouvé un moyen pour rendre ses transformations plus supportables. Mais de telles personnes étaient rares et il savait que la plupart des gens ne lui pardonneraient pas d'avoir été la cible de Fenrir Greyback.

Il n'aurait su dire combien de temps il resta recroquevillé sur lui-même à pleurer en silence toutes les larmes de son corps, mais il savait que ça ne pouvait pas durer. Il ne pouvait pas rester prostré sur lui-même face à cette jeune fille qui faisait plus qu'un pas vers lui. Encore une fois, il s'efforça de se remémorer qu'il était l'adulte et qu'il devait garder le contrôle de ses émotions. Mais cela lui était particulièrement difficile, d'autant qu'il n'avait plus l'habitude de ces nuits sans potion où il perdait sa lucidité et de la douleur conséquente qui en résultait.

Ce ne fut qu’après avoir retrouvé un semblant de calme qu'il songea à réaborder le sujet avec sa jeune élève, toutefois sur un ton moins sombre afin de ne pas replonger dans ses émotions profondes. Il était temps de partir sur une note plus douce, afin qu'elle retrouve le professeur qu'elle connaissait en classe et qui ne lui faisait pas peur. Bien entendu, il avait conscience que seul lui entretenait ce mythe de la peur que l'élève pourrait ressentir à son égard, mais c'était plus fort que lui.

« Eh bien, je vous remercie de prendre ainsi soin de moi, Miss Turpin. Y a-t-il quoi que ce soit que je puisse faire pour vous remercier ? »



Some kind of monster [PV Lullaby] - Page 2 Giphy.gif?cid=ecf05e47ijnjjpcoy67xmz0tghdgyutjcpp5ihv33lr3zhg3&rid=giphy
Lullaby
Messages : 1872
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby
Sam 13 Mar - 8:47
20121001192678.jpg
Lisa Turpin
J'ai 17 ans et je vis à Poudlard , Ecosse  . Dans la vie, je suis étudiante de septième année à Serdaigle  et je m'en sors très bien . Du reste, je suis demie-velane. Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire  et je le vis plutôt moyennement, d'autant plus qu'en revanche je suis amoureuse.


Lisa est anglaise, elle est fille d'une vélane et d'un sang-mêlé. • Lisa est douée en potions, DCFM et sortilèges. En revanche elle déteste la divination. • Lisa est fille unique. • Elle joue dans l'équipe de quidditch au poste d'attrapeuse. • Elle n'est pas encore bien fixée sur son avenir mais réfléchie à devenir chercheuse. • Elle est généreuse, douce, fidèle et intelligente mais aussi fêtarde, parfois trop sérieuse et peut se montrer critique envers elle-même. • Elle est amie avec George Weasley de par leur côté fêtard. Une amitié qui ne tient pas sur un terrain de quidditch. • Elle craque pour le professeur Lupin.


avatar :copyright: Kathleen


Lisa n'avait pas peur. Pas le moins du monde. Peu importe ce que son professeur peut être une fois par mois, l'important c'est ce qu'il est tout le reste du temps. Loup-garou ne le définit pas. Pas seulement. Il est aussi tout un tas d’autres choses. Ce qu’il peut être n’efface pas tout le reste. Pourquoi devrait-elle avoir plus peur de lui aujourd’hui que la veille ? Il ne lui avait rien fait. Il avait même fait ce qu’il pouvait pour ne pas la blesser, pour qu’elle fuit. Il ne vagabondait pas tranquillement dans la nuit, prêt à faire des victimes. Il s’enfermait. Il restait seul toute une nuit à se blesser lui-même. Elle n’avait pas à avoir peur de lui. Toutes les mesures étaient mises en place pour assurer la sécurité des élèves. Le professeur Lupin n'était un danger que pour lui-même, à constater les blessures qu'il s'infligeait, qui la peinent, alors qu'elle tâche de le soigner. Comment aurait-elle pu avoir peur de lui, en constatant ces blessures, en connaissant la manière qu'il avait de vivre cette expérience ? Ce n'était pas possible. Pas après avoir vu ce qu'elle avait vu, pas en étant là auprès de lui, à tâcher de le soigner, passant, maintenant qu'elle les voyait mieux, sa baguette sur les plaies restantes sur ses bras pour les effacer d'un Episkey.

C'était à lui d'avoir peur. Peur des hommes. Peur de leurs esprits étriqués, de leurs jugements. À lui de redouter la bêtise humaine dont certains sont capables. Lisa a bien conscience de tout ce que l'on pourrait dire de lui en apprenant la nouvelle. Elle a bien conscience d'à quel point tout le monde ne se comporterait pas comme elle en apprenant la nouvelle. C'est vrai. C'est désolant.

La silence se fait entre eux et Lisa le laisse accepter la nouvelle alors qu'il détourne le regard face à son annonce. Et le temps se suspend. Le coeur de Lisa bat la chamade. Là tout de suite, il lui semblait si vulnérable. Peut-être parce qu'elle comprend, elle devine, l'impact qu'a sur lui la découverte de son secret. Alors elle le laisse, silencieuse, le laissant digérer la situation. Et sa main, réconfortante, vient trouver celle de son professeur.

Comme il reprend la parole, brisant le silence, inquiet de savoir s'il pourrait faire quelque chose pour remercier la demoiselle, Lisa suspend son geste. Voulait-il vraiment la remercier de faire quelque chose d'aussi normal que de venir en aide à quelqu'un dans le besoin ? Il était blessé, il souffrait, comment aurait-elle pu rester de marbre ? Comment aurait-elle plus ne pas chercher à l'aider ? Il lui semblait que ce qu'elle faisait était normal. Elle n'avait pas besoin d'être remerciée plus que de raison pour cela. Ses remerciements suffisaient.

"- Non professeur, il n'y a rien que vous ayez besoin de faire." répond Lisa. Ce qu'elle voulait ne se donnait pas comme ça. Ce qu'elle voulait était inaccessible.

Lisa pose son linge sur le buste de son professeur à présent, nettoyant une plaie en rougissant légèrement. C'était autre chose que de s'occuper des plaies sur ses bras. Lisa se mord la lèvre inférieure.
Kathleen
Messages : 166
Date d'inscription : 04/12/2020
Crédits : Moi-même

Univers fétiche : Dur de choisir, yen a plein
Préférence de jeu : Les deux
tea
Kathleen
Dim 14 Mar - 3:52
20121001192678.jpg
Remus Lupin
J'ai 33 ans et je vis à Poudlard , Ecosse  . Dans la vie, je suis Prof de Défense Contre les Forces du Mal  et je m'en sors bien . Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire  et je le vis plutôt moyennement.


Remus était un petit garçon débordant de joie de vivre, qui manifestait déjà des signes précoces de magie. Peu avant son cinquième anniversaire, Greyback força la fenêtre de sa chambre et l'attaqua sauvagement. Remus devint loup-garou. Après avoir été envoyé à Gryffondor par le Choixpeau magique, Remus Lupin se lia rapidement d’amitié avec trois jeunes garçons de sa maison, James Potter, Sirius Black et Peter Pettigrow. Ils formèrent le groupe des Maraudeurs et ses amis devinrent Animagus pour l’épauler après avoir appris sa vraie nature. Après ses études, il entra dans l'Ordre du Phénix, tout comme ses anciens camarades de classe.
La chute de Voldemort fut, pour Remus, une longue période de solitude et de tristesse. Il entama alors une existence précaire. Heureusement, une découverte importante apporta à Remus une bouffée d’espoir : l’invention de la potion Tue-loup.

Albus Dumbledore changea la vie de Remus Lupin une deuxième fois. Ravi de revoir son ancien directeur, Remus fut stupéfait d’apprendre que Dumbledore souhaitait lui confier le poste de professeur de Défense contre les forces du Mal. Malgré ses réticences, il finit par accepter quand Dumbledore lui expliqua qu'il mettrait à sa disposition un stock illimité de potion Tue-loup, grâce à l’aide du maître des Potions de Poudlard : Severus Rogue.


avatar :copyright: Kathleen

Il fallait qu'il se reprenne et qu'il réagisse. Il ne pouvait pas rester comme ça à se reprocher qu'elle prenne soin de lui alors que c'était son choix à elle. Il ne se sentait pas légitime de ce soin qu'elle prenait mais était-il celui qui était à même d'en juger ? Après tout, c'était elle qui choisissait de prendre soin de lui en cet instant. Il ne lui avait rien demandé. Et elle insistait même pour qu'il accepte son aide sans faire de difficulté. Elle réagissait de façon infiniment plus mature que lui et il n'était pas assez mal en point pour ne pas s'en rendre compte. Il n'était plus question de débattre sur ce qu'il était et ce qu'il méritait, mais d'accepter que cette jeune fille ait le désir d'aider un homme blessé. Après tout, il en aurait fait autant.

Avec un geste de la tête, il la pria silencieusement de poursuivre les soins de son bras, acceptant enfin l'aide qu'elle lui témoignait depuis le début. Sa nature profonde étant ce qu'elle était, il ne put faire autrement que de lui demander de quelle façon il pouvait lui exprimer sa reconnaissance. Mais elle affirma que ce n'était pas nécessaire. Pourtant, il était décidé à faire preuve de sa gratitude. Mais il songea qu’il pouvait parfaitement s'y prendre autrement et manifester sa gratitude, sans au préalable lui avoir demandé comment faire. Il n’ajouta donc rien.

« Vous êtes une jeune fille généreuse », déclara-t-il pensivement. « Vous me rappelez quelqu'un que j'ai bien connu et qui, comme vous, ne voyait pas la bête. »

Tandis qu'il parlait elle commença à nettoyer des plaies un peu plus intimes, celles de son torse. La proximité de la jeune étudiante ne dérangeait pas le professeur, qui avait l'habitude de ces soins, prodigués d'ordinaire par une infirmière. Il ne se rendit pas vraiment compte de la gêne de la jeune fille elle-même. Il ne put s'empêcher de gémir, quand elle effleura une plaie un peu trop profonde. En baissant les yeux sur elle, il constata la rougeur de sa joue. Se méprenant sur la raison qui le provoquait, il lui retira le chiffon des mains, gardant celles-ci dans les siennes.

« Vous ne semblez pas aller très bien, vous avez peut-être de la fièvre. Étiez-vous à l'infirmerie parce que vous étiez malade ? Je sais que vous tenez à vous occuper de moi, mais il serait irresponsable que je sois la cause d'un malaise. »

Ses yeux se fixèrent sur son élève, son regard profond, sincèrement préoccupé par son bien-être. La proximité de la jeune fille rendait leurs regards très proches et il vit quelque chose qu'il ne parvint pas à traduire en mots.

« Je me rends bien compte que vous tenez à moi, c'est agréable de se sentir apprécié par ses élèves, mais je vous en prie, ne vous rendez pas malade. »



Some kind of monster [PV Lullaby] - Page 2 Giphy.gif?cid=ecf05e47ijnjjpcoy67xmz0tghdgyutjcpp5ihv33lr3zhg3&rid=giphy
Lullaby
Messages : 1872
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby
Mar 16 Mar - 12:20
20121001192678.jpg
Lisa Turpin
J'ai 17 ans et je vis à Poudlard , Ecosse  . Dans la vie, je suis étudiante de septième année à Serdaigle  et je m'en sors très bien . Du reste, je suis demie-velane. Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire  et je le vis plutôt moyennement, d'autant plus qu'en revanche je suis amoureuse.


Lisa est anglaise, elle est fille d'une vélane et d'un sang-mêlé. • Lisa est douée en potions, DCFM et sortilèges. En revanche elle déteste la divination. • Lisa est fille unique. • Elle joue dans l'équipe de quidditch au poste d'attrapeuse. • Elle n'est pas encore bien fixée sur son avenir mais réfléchie à devenir chercheuse. • Elle est généreuse, douce, fidèle et intelligente mais aussi fêtarde, parfois trop sérieuse et peut se montrer critique envers elle-même. • Elle est amie avec George Weasley de par leur côté fêtard. Une amitié qui ne tient pas sur un terrain de quidditch. • Elle craque pour le professeur Lupin.


avatar :copyright: Kathleen


Elle voulait prendre soin de lui. Elle voulait le soigner. Elle voulait pouvoir faire ça pour lui. Mais s'occuper de son torse, devoir passer son linge sur ses plaies à cet endroit précis, c'est plus délicat. Cela ne le serait pas si l'homme ne lui faisait aucun effet, si elle n'était pas sensible quand il s'agit de son professeur. Mais le fait est qu'elle l'est, que l'homme ne la laisse pas de marbre, qu'il ne la laisse pas indifférente. Cela ne serait pas un problème, si elle pouvait prétendre n'avoir jamais rêvé de lui et ne pas nourrir à son égard des sentiments interdis. Mais il lui plaisait. Il lui plaisait et là, tout de suite, ça compliquait tout, faisant naître une certaine rougeur sur ses joues. Une rougeur qu'elle aurait voulu pouvoir dissimuler tout en sachant que cela lui était impossible. Et il confirme ses doutes en venant retirer le linge de ses doigts, prenant la main de la demoiselle dans la sienne. Alors, naturellement, la rougeur sur les joues de la demoiselle s'accentue.

"- Non professeur je... Je ne suis pas malade. Je vais très bien, je vous assure." affirme Lisa. "Je me suis seulement légèrement blessé en cours de potions mais ce n'est rien de grave, Miss Pomfresh s'est déjà occupé de me soigner."

Oh non elle n'est pas malade Lisa et elle n'a pas de fièvre, non plus. Pas comme il l'entend, en tout cas. Pour le malaise, en revanche, peut-être n'en est-elle pas très loin. S'il ne retire pas sa main de la sienne, s'il ne cesse pas d'être aussi doux à son égard, la jeune femme n'est pas certaine de pouvoir masquer bien longtemps les sentiments qui se bousculent dans son cœur.

Je me rend bien compte que vous tenez à moi. Lisa déglutie. Avait-il comprit quelque chose ? Leurs corps sont si proches, leurs regards si emmêlés l'un dans l'autre que ce n'était peut-être plus très difficile de comprendre ce qu'elle pouvait ressentir. Plus très difficile de lire en elle. Et cette idée l'angoisse. Elle a bien conscience de l'interdit de ses sentiments. Elle a bien conscience qu'il serait stupide d'espérer qu'il les partage. Elle a bien conscience qu'elle se devait d'oublier tout ça, sans y parvenir. S'il avait comprit quoi que ce soit, cela pouvait être terrible, pour elle. D'une gêne infinie. Et pourquoi alors fallait-il qu'elle fixe ses lèvres, lui donnant des indices dont elle ferait mieux de le préserver ? Lisa se morigène, parvenant à relever le regard vers lui, sans plus savoir à quel moment elle l'avait perdu.

"- Je vais très bien, professeur." assure Lisa.
Kathleen
Messages : 166
Date d'inscription : 04/12/2020
Crédits : Moi-même

Univers fétiche : Dur de choisir, yen a plein
Préférence de jeu : Les deux
tea
Kathleen
Mar 16 Mar - 18:33
20121001192678.jpg
Remus Lupin
J'ai 33 ans et je vis à Poudlard , Ecosse  . Dans la vie, je suis Prof de Défense Contre les Forces du Mal  et je m'en sors bien . Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire  et je le vis plutôt moyennement.


Remus était un petit garçon débordant de joie de vivre, qui manifestait déjà des signes précoces de magie. Peu avant son cinquième anniversaire, Greyback força la fenêtre de sa chambre et l'attaqua sauvagement. Remus devint loup-garou. Après avoir été envoyé à Gryffondor par le Choixpeau magique, Remus Lupin se lia rapidement d’amitié avec trois jeunes garçons de sa maison, James Potter, Sirius Black et Peter Pettigrow. Ils formèrent le groupe des Maraudeurs et ses amis devinrent Animagus pour l’épauler après avoir appris sa vraie nature. Après ses études, il entra dans l'Ordre du Phénix, tout comme ses anciens camarades de classe.
La chute de Voldemort fut, pour Remus, une longue période de solitude et de tristesse. Il entama alors une existence précaire. Heureusement, une découverte importante apporta à Remus une bouffée d’espoir : l’invention de la potion Tue-loup.

Albus Dumbledore changea la vie de Remus Lupin une deuxième fois. Ravi de revoir son ancien directeur, Remus fut stupéfait d’apprendre que Dumbledore souhaitait lui confier le poste de professeur de Défense contre les forces du Mal. Malgré ses réticences, il finit par accepter quand Dumbledore lui expliqua qu'il mettrait à sa disposition un stock illimité de potion Tue-loup, grâce à l’aide du maître des Potions de Poudlard : Severus Rogue.


avatar :copyright: Kathleen

Elle n'était pas malade et apparemment, même si elle avait été un peu blessée, elle avait été soignée. Cela rassura le professeur qui se demanda quand même pour quelle raison elle avait les joues aussi rouges mais tant qu'elle n'avait rien c'était le plus important. Rassuré, il la laissa soigner ses blessures en surveillant tout de même qu'elle allait bien. Il n'avait même pas perçu le trouble de son élève, car il ne pouvait lui venir à l'idée qu'elle put être amoureuse de lui. Il ne se posait même pas la question de savoir si elle le troublait ou pas. Il était son professeur et, de base, dans son esprit, une telle chose était impossible. Elle ne resterait donc une élève qui le soignait et rien de plus.

Mais alors qu’il lui laissait libre champ pour l'aider, la porte s'ouvrit brusquement sur l'infirmière de l'école qui fronça les sourcils en apercevant la jeune fille auprès du loup-garou. Elle semblait folle de rage et Remus put apercevoir dans son visage l'expression d'une inquiétude qui le concernait directement. Nul doute que l'infirmier craignait que l'élève ne découvre la vérité au sujet de son professeur. Remus hésita à lui dire qu'il était déjà trop tard et qu'elle était au courant. Il se demanda s'il valait mieux ne pas ébruiter ce qu'elle savait, histoire qu'elle ne se retrouve pas à devoir être oubliettée, alors qu'elle était aussi attentive avec lui.

« Miss Turpin, que faites-vous ici ? Vous n'avez rien à faire dans cette pièce. D’ailleurs, le professeur Lupin doit se reposer. Je vous prie de sortir, à présent, et si vous vous sentez mieux, retournez donc en classe. »

« Ne soyez pas trop sévère avec elle », déclara gentiment le professeur. « Elle ne pensait pas à mal. »

« Je suis désolée, mais le règlement est le même pour tout le monde, professeur Lupin »

Alors, qu'elle mettait littéralement Lisa Turpin dehors, le professeur adressa à la jeune fille un sourire à mi-chemin entre la reconnaissance et la compassion. Alors qu’elle se faisait mettre dehors, Il ne put s’empêcher de lui faire un léger clin d’œil.

Rémus prit le temps de se remettre complètement puis il fut temps de reprendre le travail mais il prit également le temps de passer à pré-au-lard pour un petit projet qu'il avait eu en tête il tenait en effet à remercier sa jeune élève pour avoir pris soin de lui et également pour avoir accepté de garder son secret. De fait, il lui avait trouvé un petit présent destiné à lui faire part de sa reconnaissance il lui avait également demander de venir dans son bureau afin de le lui remettre. il se sentait beaucoup mieux et il était tout à fait prêt à reprendre son travail dès le lendemain.


Some kind of monster [PV Lullaby] - Page 2 Giphy.gif?cid=ecf05e47ijnjjpcoy67xmz0tghdgyutjcpp5ihv33lr3zhg3&rid=giphy
Lullaby
Messages : 1872
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby
Mer 17 Mar - 2:43
20121001192678.jpg
Lisa Turpin
J'ai 17 ans et je vis à Poudlard , Ecosse  . Dans la vie, je suis étudiante de septième année à Serdaigle  et je m'en sors très bien . Du reste, je suis demie-velane. Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire  et je le vis plutôt moyennement, d'autant plus qu'en revanche je suis amoureuse.


Lisa est anglaise, elle est fille d'une vélane et d'un sang-mêlé. • Lisa est douée en potions, DCFM et sortilèges. En revanche elle déteste la divination. • Lisa est fille unique. • Elle joue dans l'équipe de quidditch au poste d'attrapeuse. • Elle n'est pas encore bien fixée sur son avenir mais réfléchie à devenir chercheuse. • Elle est généreuse, douce, fidèle et intelligente mais aussi fêtarde, parfois trop sérieuse et peut se montrer critique envers elle-même. • Elle est amie avec George Weasley de par leur côté fêtard. Une amitié qui ne tient pas sur un terrain de quidditch. • Elle craque pour le professeur Lupin.


avatar :copyright: Kathleen


Après l'épisode de l'infirmerie et la brusque intervention de l'infirmière, Lisa n'avait pas osé y remettre un orteil, malgré son inquiétude et l'absence persistante de leur professeur. La jeune femme ne pouvait rien faire d'autre que d'attendre que le temps passe, que l'homme puisse reprendre ses fonctions, afin d'être assuré qu'il se portait bien. Si l'infirmière la surprenait de nouveau auprès de lui, à son chevet, les choses ne se passeraient probablement pas aussi bien pour Lisa que la première fois. Elle avait échappé de peu à une retenue en bonne et due forme et avait perdu quelques points pour sa maison, cette fois. La prochaine, elle ne pourrait sûrement pas espérer passer à côté d'une punition plus sévère.

Finalement, sa patience était récompensée. Alors qu'elle était sans nouvelles de son professeur depuis quelques jours, une lettre de ce dernier la convoquait dans son bureau le jour même, sans lui indiquer le motif de cette entrevue. Si la jeune femme peut le deviner sans trop de mal, l'idée de se retrouver de nouveau auprès de lui l'angoisse un peu. Ce n'est pas parce qu'il est un loup-garou, bien entendu, mais parce qu'elle se souvient parfaitement de cet état dans lequel elle s'était trouvée plongée lors de leur dernière entrevue. Elle s'était sentie si vulnérable, si facilement déchiffrable, qu'elle avait eu peur qu'il comprenne les sentiments qu'elle pouvait nourrir pour lui, ces sentiments interdits qu'elle se savait ne pas devoir nourrir, sans pouvoir s'en empêcher. Si elle se retrouvait de nouveau seule avec lui, ne courrirait-elle pas, alors, le risque d'être découverte pour de bon cette fois ? Certainement. Mais elle ne pouvait décliner. Son professeur penserai peut-être que sa nature de loup-garou était la cause de son refus et Lisa ne pouvait pas lui laisser penser cela. Elle avait bien vu sa détresse la dernière fois, en évoquant sa nature, lui laissant à penser que celle-ci était difficile à vivre pour lui. Elle ne pouvait pas lui laisser croire, d'une manière ou d'une autre, que cela changeait quelque chose pour elle, alors que ça n'était pas le cas comme elle le lui avait affirmé.

Toquant alors à la porte du bureau un peu plus tard dans la journée, Lisa sent son cœur battre la chamade dans sa cage thoracique, alors que l'anxiété la gagne. Une voix l'invitant à entrer, la demoiselle tente pourtant de laisser tout cela à la porte, pour pénétrer dans le bureau de son enseignant.

"- Bonjour professeur." le salut Lisa. "Vous semblez aller bien mieux !"
Kathleen
Messages : 166
Date d'inscription : 04/12/2020
Crédits : Moi-même

Univers fétiche : Dur de choisir, yen a plein
Préférence de jeu : Les deux
tea
Kathleen
Jeu 8 Avr - 3:41
20121001192678.jpg
Remus Lupin
J'ai 33 ans et je vis à Poudlard , Ecosse  . Dans la vie, je suis Prof de Défense Contre les Forces du Mal  et je m'en sors bien . Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire  et je le vis plutôt moyennement.


Remus était un petit garçon débordant de joie de vivre, qui manifestait déjà des signes précoces de magie. Peu avant son cinquième anniversaire, Greyback força la fenêtre de sa chambre et l'attaqua sauvagement. Remus devint loup-garou. Après avoir été envoyé à Gryffondor par le Choixpeau magique, Remus Lupin se lia rapidement d’amitié avec trois jeunes garçons de sa maison, James Potter, Sirius Black et Peter Pettigrow. Ils formèrent le groupe des Maraudeurs et ses amis devinrent Animagus pour l’épauler après avoir appris sa vraie nature. Après ses études, il entra dans l'Ordre du Phénix, tout comme ses anciens camarades de classe.
La chute de Voldemort fut, pour Remus, une longue période de solitude et de tristesse. Il entama alors une existence précaire. Heureusement, une découverte importante apporta à Remus une bouffée d’espoir : l’invention de la potion Tue-loup.

Albus Dumbledore changea la vie de Remus Lupin une deuxième fois. Ravi de revoir son ancien directeur, Remus fut stupéfait d’apprendre que Dumbledore souhaitait lui confier le poste de professeur de Défense contre les forces du Mal. Malgré ses réticences, il finit par accepter quand Dumbledore lui expliqua qu'il mettrait à sa disposition un stock illimité de potion Tue-loup, grâce à l’aide du maître des Potions de Poudlard : Severus Rogue.


avatar :copyright: Kathleen

Quand la jeune Lisa entra dans la pièce, elle avait le sourire aux lèvres et ne semblait pas du tout offusquée de la manière dont l'infirmière l’avait mise à la porte de son infirmerie le jour où elle était venue en aide à Remus Lupin. Le lycanthrope en était soulagé car il avait trouvé que Mrs Pomfresh manquait singulièrement de reconnaissance envers une jeune personne qui lui était venue en aide. De son côté, le professeur savait parfaitement honorer ses dettes et c'était dans ce but qu'il avait fait venir la jeune étudiante dans son bureau. Souriant, il l’invita à s'asseoir et à prendre un morceau de chocolat et une tasse du thé qu'il avait préparé lui-même.

« Servez-vous, n'hésitez pas ! »

Il fut touché que la première préoccupation de la jeune femme soit sa santé. Elle avait montré qu'elle tenait beaucoup à lui et il était rare d'avoir des élèves aussi attentionnés envers leur professeur. Le fait qu'elle n'ait pas repoussé Remus après avoir compris le secret de sa lycanthropie rajoutait à la reconnaissance qu'il avait pour elle. Elle ne s'arrêtait visiblement pas aux apparences et cela prouvait au professeur la profondeur de la bienveillance de sa jeune élève. Il sourit donc à la question qu'elle lui posa le plus naturellement du monde.

« Je vais beaucoup mieux, merci. Je suis heureusement tranquille pour quelques semaines à présent. J’espère que vous allez bien vous-même. »

Il attendit qu'elle se fût installée et restaurée. Lui-même prit une tasse de thé et quelques biscuits et prit le temps de réfléchir à la façon de formuler sa reconnaissance. Il ne voulait pas qu'elle se sente traitée différemment des autres étudiants, pourtant, ce qu'elle avait fait pour lui était en soi quelque chose que peu d'entre eux auraient pu faire sans en éprouver aucune répulsion. La tolérance et la gentillesse à un tel niveau se devait d'être encouragée et récompensée. C’était la raison pour laquelle le lycanthrope avait prévu un présent destinée à la jeune femme. Il sortit une sorte de petit survêtement magique à placer sur une combinaison de Quidditch et qui permettait de résister plus longtemps au contact d'un Cognard. Cet ajout était suffisamment léger pour n'empêcher aucunement l'attrapeuse de faire sa tâche.

« J'ai pensé que ceci vous serait utile. C’est un petit cadeau pour vous remercier de la gentillesse que vous avez eue envers moi. Ne le dites pas à tout le monde, je ne voudrais pas que vos camarades soient jaloux », déclara-t-il avec un petit air amusé.


Some kind of monster [PV Lullaby] - Page 2 Giphy.gif?cid=ecf05e47ijnjjpcoy67xmz0tghdgyutjcpp5ihv33lr3zhg3&rid=giphy
Contenu sponsorisé
Some kind of monster [PV Lullaby]
Page 2 sur 6
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Sujets similaires
-
» When is a monster not a monster ? ft Lunatique
» I'm a one-of-a-kind collectible
» (tw) Then am I the monster? (Carter)
» dooweedo -- always try to be nice but never fail to be kind
» some kind of madness has started to evolve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: