Partagez | 
 
 
 

 looking through your eyes, I'll make you cry // (Ace&Cassiopea)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
avatar
dreamy
Féminin MESSAGES : 1071
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 23
RÉGION : Ile-de-France
CRÉDITS : SATURNIENNE (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t694-m-il-y-a-des-destins-parfois-inexplicables-incoherents-et-pourtant-inexorablement-enchevetres http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Licorne



Cassiopea V. Osanos
J'ai 21 ans et je vis dans le Royaume de Norta auprès de ma mère. Dans la vie, je suis une Noble Argentée et diplomate de la maison Osanos et je m'en sors très bien, je n'ai absolument pas à me plaindre. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée à un insupportable noble de la famille Calore, Ace, et je le vis plutôt mal, voir pire encore.

Capacité :
Cassie est en mesure de maitriser l'eau à sa guise, héritière de la maison Osanos. Elle peut la manipuler et l'employer, mais en aucun cas la générer. Il faut donc que la jeune fille ait une source d'eau à proximité d'elle.



Cassiopea parle en Orchid



Katherine Mcnamara © #CHEVALISSE


Tu le savais avant même de passer les portes de la salle de bal, tu le savais que c'était une mauvaise idée, tu savais que ça allait mal finir. Mais quitte à mal terminer, tu aurais cru être en train de le noyer, pas en train de le dévorer du regard. Eden Ace Calore. Arrogant, joueur, désagréable, des adjectifs que tu n'as eu de cesse de te répéter en boucle pour t'assurer de le haïr de tout ton être. Et pourtant, ce jeu qui se fait entre vous te fait sourire, sincèrement. Ce regard qu'il te porte te donne secrètement envie qu'il ne décroche plus ses prunelles des tiennes. Et au final, il est là, le réel danger, c'est pire encore que si tu te comportais mal avec lui devant toute l'assemblée. Et tu voudrais rebasculer vers cette Cassiopea que tu as façonné avec les années, mais tu sais déjà qu'il est trop tard. Vos regards accrochés, il semble te croire quand tu lui réaffirme que la famille royale a les yeux posés sur vous. Qu'importe, ce ne sont que des personnes parmi les autres ce soir, puisque la moitié de la salle vous observe à la dérobée tandis que votre danse s'achève. Vos corps sont enlacés, tes mains délicatement nouées autour de lui, jusqu'à ce que tu viennes dégager son regard bicolore d'une mèche blonde rebelle. Et c'est la première fois que tu t'autorise à t'y perdre vraiment, dans ce regard. Aussi original que captivant, une prunelle dorée, l'autre, partiellement d'un bleu profond. Tu te surprends même à esquisser un bref sourire alors que ta main s'éloigne à nouveau de son visage. Tu n'entends plus que la musique. Tu ne vois plus tous ces visages autour de vous, parce qu'à mesure que tu sens la paume de sa main se presser contre ta joue, tu ne sens plus que lui. Sa chaleur, son souffle qui balaie le tien, et ce jusqu'à ce que vos bouches se trouvent. Et pour la première fois, tu te retrouves en terrain inconnu, un peu perdue, un peu chamboulée, destabilisée. Il ne le sait probablement pas, mais c'est ton premier baiser. A ne jamais vouloir te laisser atteindre, tu avais fini par ne laisser personne t'approcher, surtout d'aussi près. Tu pourrais vaciller, si tu n'étais pas si fermement accrochée à lui, vos corps si proches que tu te demande un intant s'il ne peut pas sentir les battements frénétiques de ton coeur, affolée, comme un oiseau qu'on aurait coincé dans une cage. Jusqu'à la séparation.

Et quand tu recules, tu cherches ton équilibre, tu cherches la Cassie qui a passé les portes un peu plus tôt. Tu as l'impression d'avoir perdu une partie de cette dernière, d'avoir brûlé tes ailes au contact d'Ace. Et pourtant, tu essaies de te ressaisir, tu te redresse, tu inspires, tu expires. En fait, tu ne sais juste plus quoi faire, tant et si bien que tu prétextes avoir besoin d'air pour aller vers les jardins. Chose qu'il acccepte dans une humble révérence que tu lui retourne, sans le regarder dans les yeux. Tu en es bien incapable. Et tu t'enfuis, sans te retourner. Ta mère te regarde, soucieuse, mais tu te contente de lui adresser un vague geste de la main pour la rassurer, avant de passer les grandes portes menant à l'extérieur, tenant du bout des doigts les pans de ta robe qui brille d'une lueur bleutée et argentée sous la lueur nocturne. Quelques femmes parlent à la lueur qui filtre par les fenêtres, toi, tu préfères te retirer plus loin, loin des autres, loin de tout le monde, dans un coin éclairé par le seul faisceau de la Lune. Appuyée sur la fontaine, tes deux mains crispées, tu soupires. Et quand tu te redresses, c'est ta main droite que tu viens délicatement porter à tes lèvres, le bout de tes doigts venant effleurer ta lèvre inférieure. Comme si elle portait encore la trace indélebile de la bouche de ton fiancé. Dans un énième soupire, tu viens toucher l'eau du bout des doigts, ton reflet venant se troubler en de multiples vaguelettes brillantes. Dans le creux de ta main, tu prends un peu d'eau, laquelle circule le long de ton bras, tournoie avant de revenir à l'état de sphère brillante au creux de ta paume. Et tu te perds à la regarder. Aspect inoffensif de ton don, ce tour de passe passe t'a toujours apaisé. L'eau, de manière générale, te calme, et alors que tu fermes les yeux, tu envoies doucement la boule d'eau dans la fontaine, pour qu'elle retourne se mêler au reste. Jusqu'à ce que tu entendes à nouveau le son de sa voix.

« Tu te sens mieux ? » Tes prunelles vertes s'ouvrent à nouveau, pour te tourner et distinguer Ace, venu se poster à tes côtés. « Jusque maintenant, oui. » Ton ton est froid, automatiquement. Et d'habitude, tu serais fière de ta répartie. Sauf qu'un pincement au coeur t'arrête, alors que ton corps vient suivre ta tête pour venir faire face au blond. « J'avais vraiment besoin d'air.. » murmure, tentative de calmer ta tension. Tu inspires, soupire, lève brièvement tes yeux vers ceux de ton futur époux avant de détourner à nouveau ton regard. C'est comme si une trève s'était installée entre vous, à l'abris des regards. La rage et les obligations s'évaporent pour te laisser un bref instant privilégié, au cours duquel tu peux être toi-même. Tu te tournes vers la fontaine à nouveau, ton doigt venant à nouveau troubler l'eau. « Parfois, je me dis que nous sommes égoïstes. » Tous, les argentés, ceux qui, comme toi, comme lui, râlent pour une histoire de fiançailles. Doucement, l'eau commence à tournoyer autour de ton index toujours plongé dans l'eau, créant un syphon lentement au sein de la fontaine. « Je répète à ma mère que me marier, c'est me priver de ma liberté. Alors que si j'étais une rouge.. » Là, tu n'aurais aucune liberté. Rien. Obligée de servir tes pairs, tête baissée, comme tu les vois faire depuis ta plus tendre enfance. Tu secoues la tête, détache ton regard du syphon qui doucement, se disperse. « Peu importe. » Ton regard accroche à la tâche encore humide venue orner la cravate du blond. Tu t'approches de lui, préférant regarder le tissu pour ne pas risquer de te perdre à nouveau sur ses traits, te rappeler de ce contact entre vous qui t'a plu, beaucoup trop plu. Du bout du doigt, tu effleures la tâche, et les gouttes de champagne, une à une, semblent quitter le tissu, devenu sec. Et ta main retombe le long de ton corps, dans un nouveau soupir las. Tu as encore chaud, et tu ne saurais dire si cela résulte de la plaisanterie d'Ace tout à l'heure, ou de l'issue de votre danse. « Belle ironie, tout de même. J'ai grandi avec pour règle principale de ne pas me fier à un Calore - et je suis sûre que tes parents te disent de même pour nous - et voilà qu'ils veulent nous marier. » Tu ris jaune. Tu t'assois sur le rebord de la fontaine, observant Ace avec curiosité. « Sur quoi parient les autres, à ton avis ? Qui tuera l'autre en premier ? Quelle méthode sera employée? » Vous appartenez à deux mondes différents, deux familles opposées. Quel autre avenir peut vous attendre qu'un avenir ou vous vous déchirez ?

Un pan de ta robe a glissé dans l'eau sans que tu le veuilles. Tu hausses une épaule, et te déleste de tes chaussures pour venir passer tes jambes dans la fontaine, te moquant de tremper ta robe. De toute manière, tu pouvais te sécher en un geste.




we’ve been through a lot together you and I.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Texas-Flood
MESSAGES : 25
INSCRIPTION : 18/06/2017
RÉGION : Lorraine
CRÉDITS : zauber (icon), Astra (signa)

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, post-apocalyptique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1135-save-a-horse-ride-a-cowboy-tf http://www.letempsdunrp.com/t1137-i-came-in-like-a-wrecking-ball-tf#17130
Limace



Eden A. Calore
J'ai 25 ans et je vis au Palais Royal dans le Royaume de Norta. Dans la vie, je suis un Noble Argenté, soldat pour le compte du Roi et je m'en sors plutôt bien pour un riche de ma catégorie. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancé à une autre jeune noble, charmante jeune fille répondant au désagréable nom de Cassiopea et je le vis plutôt mal.

Capacité :
Maîtrise du feu, il est capable de le manipuler à sa guise, tout comme il est capable de faire grimper la température d'une pièce ou d'un corps. En aucun cas il ne peut créer de flammes, raison pour laquelle il se trimballe toujours avec un dispositif qui lui permet d'avoir des flammes ou des étincelles à disposition.



Ace parle en #5487b9



Dominic Sherwood © MISHMISH


Tu as toujours préféré qu’on t’appelle Ace, non pas parce que tu détestes ton veritable premier prénom, mais parce que tu le trouves bien plus court. Eden n’est en définitive que pour les grandes occasions ou lorsque que quelqu’un de ta famille décide de t’atteindre, te faire réaliser que sa demande est vraiment importante au point d’utiliser cette dénomination-ci. Au fond, Eden est un peu le prénom des réprimandes le plus souvent… Si tu continues néanmoins à te présenter avec ton identité complète, elles ne sont pas rares les fois où tu précises que l’on peut t’appeler Ace. Que l’on doit, même. Pour l’heure, tu ne te préoccupes nullement de ta réelle identité, perturbé par le baiser qui vient tout juste d’être échangé. Tu n’aurais pas cru que cela te complique autant la tâche, pour toi qui te voulais être fidèle à toi-même et tes envies indéniables de l’embêter à défaut de pouvoir la faire fuir. La voix de ton frère aîné résonne encore au creux de tes oreilles quand tu décides de t’échapper de la salle afin de prendre l’air à ton tour. Tu ne cherches nullement Cassiopea, c’est même le dernier de tes soucis pour l’instant, perdu dans tes réflexions et tes états d’âme personnels. Que diable t’arrive-t-il ? Agacé par de telles sensations, tu grognes intérieurement et te diriges vers les jardins, un Rouge te bousculant au passage et renversant du liquide alcoolisé sur ta cravate. Tu fulmines encore plus et c’est un regard noir que tu lui adresses, tes billes pouvant presque scintiller à l’image des flammes si tu en étais ne serait-ce que capable. Le servant ne se fait pas prier, s’excusant comme il le peut mais tu le congédies déjà. Tu n’es pas violent avec eux d’ordinaire, mais pas non plus d’une gentillesse profonde. Telle a été ton éducation. Tu les respectes un minimum mais l’idée même de considérer les Rouges comme ton égal ne te frôle nullement l’esprit, fléau de ton éducation d’Argenté voué à une soi-disant grande destinée.

Lorsqu’enfin tu arrives aux abords des jardins, tu reprends une démarche plus apaisée, soufflant réellement dans l’obscurité de la nuit. Quelques argentés sont ça et là mais la majorité se trouve à l’intérieur et cela n’est pas pour te déplaire. Jouer la comédie est éreintant, quand bien même tu ne sois pas certain que ce baiser qui était voué à les distraire et les combler, ne soit réellement qu’un jeu. Tu en es plus troublé que tu le devrais et tu n’aimes pas la tournure que prennent les choses. Et comme si le Destin semblait te jouer un mauvais tour, tes pas finissent par te mener à elle, quoi que tu fasses. Silencieux, tu n’avances pas encore. Pas tout de suite, l’observant utiliser son don avec l’eau de la fontaine aux paillettes d’argent. Penchant la tête sur le côté, tu sens tes lèvres finir par se pincer mais tu acceptes enfin d’avancer pour venir te placer à côté d’elle pour lui demander si elle se sent mieux. Simple question destinée à faire un semblant de conversation, car au fond tu ne sais que penser de tout cela, de tout ce jeu. Ca te fatigue de paraître comme le gendre idéal aux yeux de tous et le parfait petit argenté que tu devrais être, quand en définitive tu ne te sens n’être strictement rien de tout cela. Tu voudrais être toi, ce serait déjà bien suffisant à ton goût. Compliqué, aussi. Jusque maintenant, oui. Tu fronces légèrement les sourcils au ton employé et surtout aux mots. Elle ne veut pas de toi ici et ça se comprend, ne devrait même pas te surprendre mais pour une fois tu essayais simplement de te montrer sincèrement courtois. Pinçant les lèvres, tu hoches la tête en t’appuyant contre le bord de la fontaine, prêt à croiser les bras pour montrer que ça ne t’atteint pas. Pour jouer la comédie, une énième fois, mais tu ne les croises pas, te contentant de tourner ton regard étrange vers elle.

Cette sensation de trêve, tu la sens également, comme si vos chamailleries commençaient à s’essouffler doucement. Du moins pour cette soirée. Être observé n’est jamais une partie de plaisir et tu sais pertinemment qu’il en est de même pour elle. Vous devez faire honneur à chaque fois, être au summum de l’exemplarité mais diantre ce qu’il en coûte d’être aussi parfait aux yeux du monde. Muet comme une tombe, tu l’écoutes, Cassiopea paraît avoir envie de parler et tu ne l’y en empêcheras pas. Parfois, je me dis que nous sommes égoïstes. Je répète à ma mère que me marier, c'est me priver de ma liberté. Alors que si j'étais une rouge… La priver de sa liberté, si seulement tu te sentais capable de lui dire que tu la comprends sur ce point, mais tu ne le fais pas, ne voulant la couper dans son élan, elle qui, doucement crée un typhon dans la fontaine, et toi l’observant d’un air un tantinet absent, les flammes des quelques bougies allumées autour de l’eau pour éclairer les allées se mettant à s’effriter dans l’air comme de multiples étincelles inoffensives. Sans même que tu ne t’en rendes compte. Doucement, tu finis par croiser les bras, mais c’est à cet instant que la jeune Osanos vient te faire face, louchant sur la tâche humide de ta cravate. En à peine quelques secondes celle-ci disparait sous le traitement qu’elle lui inflige et tu ne peux t’empêcher d’admirer en silence ses capacités. A n’en pas douter, les Osanos ont un pouvoir magnifique, mais vos deux familles se détestent, comme elle tend subitement à te le rappeler, tes prunelles bicolores se relevant sur elle tandis que tu ne prononces toujours aucun mot, si ce n’est un merci qui s’envole d’un murmure de tes lippes.

Les palabres qui suivent te font sourire et réagir. Au fond, c’est doucement comique. Une véritable ironie comme elle le dit si bien. Elle prend place aux abords de la fontaine, venant tremper sa robe et ses pieds après avoir retiré ses chaussures. D’un œil curieux, l’un de tes sourcils se haussant sur la surprise alors que tu souris, tu restes à côté d’elle, simplement appuyé contre la fontaine. Sur quoi parient les autres, à ton avis ? Qui tuera l'autre en premier ? Quelle méthode sera employée ? Cette fois-ci, tu ne retiens pas ton rire franc avant de hausser les épaules, bras toujours croisés. « Je pense qu’ils parient que je vais finir noyé. Je parie même qu’ils le pensent là, tout de suite, étant donné la proximité avec la fontaine. Peut-être même qu’ils pensent que je ne survivrai pas d’ici le mariage. ». Tu ricanes en te penchant à son oreille. « Assassiné par ma future dulcinée. Ils en jubilent d’avance, pour sûr. ». Tu joues, clairement, innocemment cette fois. Lentement, tu te délaisses de tes chaussures et viens l’imiter, t’asseyant à ses côtés tandis que les fines étincelles scintillantes volent tout autour de vous. Puis tu baisses les yeux, comme perdu dans tes songes, tes traits se sont considérablement adoucis par rapport à bien des minutes plus tôt, la faute à l’alcool probablement, mais aussi à la pression qui ne règne plus sur tes épaules en ces lieux. « Bien évidemment qu’ils m’ont dit de ne jamais me fier à un Osanos, raison pour laquelle j’ai bien essayé de protester vis-à-vis de cette folle idée de mariage… Tout comme tu l’as fait, j’en suis certain. ». Tu souris en coin, elle a forcément essayé, comme toi. « Il semblerait toutefois qu’ils aient de plus grand desseins pour nous deux… Quoi qu’on en dise. ». Et quoi que tu en dises, tu ne peux nier que le courant électrique tu l’as bel et bien senti au moment où vos lèvres se sont touchées. Ce baiser n’était en définitive pas qu’un jeu, et ça te dérange. Profondément.  





CAUGHT OFF GUARD
Cut me deep, storm in the quiet ☽ Feel the fury closing in, all resistance wearing thin. Nowhere to run from all of this havoc. Nowhere to hide from all of this madness. I see that look in your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
dreamy
Féminin MESSAGES : 1071
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 23
RÉGION : Ile-de-France
CRÉDITS : SATURNIENNE (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t694-m-il-y-a-des-destins-parfois-inexplicables-incoherents-et-pourtant-inexorablement-enchevetres http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Licorne



Cassiopea V. Osanos
J'ai 21 ans et je vis dans le Royaume de Norta auprès de ma mère. Dans la vie, je suis une Noble Argentée et diplomate de la maison Osanos et je m'en sors très bien, je n'ai absolument pas à me plaindre. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée à un insupportable noble de la famille Calore, Ace, et je le vis plutôt mal, voir pire encore.

Capacité :
Cassie est en mesure de maitriser l'eau à sa guise, héritière de la maison Osanos. Elle peut la manipuler et l'employer, mais en aucun cas la générer. Il faut donc que la jeune fille ait une source d'eau à proximité d'elle.



Cassiopea parle en Orchid



Katherine Mcnamara © #CHEVALISSE


Ton premier réflexe est d'agir de manière offensive, comme si tu ne savais réagir que de cette manière. Ton père haïssait les Calore, aussi loin que tu te souviennes, et surtout qu'on t'ait raconté, puisque vous l'avez perdu quand tu n'avais que cinq ans. Ta mère a toujours regardé Lady Calore de loin, d'un air méprisant. Alors, automatiquement, tu as suivi. Tes regards mauvais envers Eden Calore. Tu n'as jamais compris pourquoi il rejetait ce prénom, mais curieusement, tu as fini par adopter naturellement le second. Mais ce ton froid que tu emploies ne s'éternise pas, ton regard perdu sur l'eau claire et brillante qui te fait face. L'eau t'adoucit, pour sûr. Les bulles du champagne, aussi, probablement, l'alcool filtrant dans tes veines, bien que n'ayant que peu bu. Et tu ne sais pas comment tu as commencé à parler, à te .. livrer à lui, inconsciemment. Il pourrait faire de chacun de tes mots une arme, s'il le voulait. Cet instant de faiblesse peut causer ta perte. Et tu suspens tes mots, finalement, après une longue inspiration. Ton fiancé n'a probablement ni besoin, ni l'envie de t'entendre râler après ton besoin de liberté. Coincée dans une cage argentée.

Puis finalement tu t'approches, à la fois féline et hésitante, pour venir, d'un geste, débarasser sa cravate dénouée d'une tâche récalcitrante. Il te semble presque avoir cessé de respirer, le temps que tu effectues ce geste, cette proximité rappelant curieusement votre danse... Et ce qui en a découlé. Tandis qu'il te remercie silencieusement, tu esquisses un sourire, pour mieux te détacher de lui, venir ôter tes chaussures pour plonger tes jambes fines dans l'eau claire et paillettée de la fontaine. Et c'est comme si le temps s'était suspendu, trêve de chamailleries et de tirs dans les jambes de l'autre, que tu commences à parler plus librement, libérée des entraves de la société, du regard de vos parents. Et t'as l'impression de découvrir son rire, de le découvrir, tout simplement. « Je pense qu’ils parient que je vais finir noyé. Je parie même qu’ils le pensent là, tout de suite, étant donné la proximité avec la fontaine. Peut-être même qu’ils pensent que je ne survivrai pas d’ici le mariage. » Tu souris, légèrement, un frisson remontant le long de ton échine quand son souffle se rapproche de ton oreille. « Assassiné par ma future dulcinée. Ils en jubilent d’avance, pour sûr. » Oh tu as voulu le tuer, oui. Puis, comprenant que tu ne pourrais échapper indemne à ces épousailles, tu as décidé simplement de lui mener la vie dure. Espiègle, ton visage se tourne vers le sien, vos souffles se balaient, brièvement, tandis que tu murmures: « Il n'y a pas assez d'eau dans cette fontaine. » Tu n'es pas sérieuse, évidemment. Et au fond, ce serait tellement facile pour toi, de le tuer avec un simple verre d'eau, par de multiples manières. Il le sait, probablement, l'eau se trouve tellement omniprésente dans vos vies que beaucoup savent que les nymphes sont des familles pouvant s'avérer dangereuses.

Tu te tournes légèrement vers lui, le voyant se mouvoir pour... retirer ses chaussures. Et il doit certainement lire la surprise sur tes traits, tandis qu'il vient à son tour s'asseoir au bord de la fontaine. Ton sourire, aussi, il le voit certainement. N'importe qui vous traiterait de sots, d'enfants, d'agir de la sorte. C'est indigne d'un argenté, et tu le sais, ayant grandi avec une ligne de conduite toute tracée. Mais tu aimes avoir tes instants de douceur, d'innocence. Ce à quoi tu ne t'attendais pas, c'était à ce qu'Ace t'imite. Tes doigts jouant toujours doucement avec l'eau, à demi courbée en avant, ton regard est désormais rivé sur lui, tu ne regarde même plus ce que tu fais, tandis qu'il confirme enfin que ses parents lui ont toujours dit de se méfier des nymphes. Eternel discours que vos familles se tiennent mutuellement depuis génération. Sauf que jusque maintenant, il n'y avait jamais eu de mariage en découlant. « J'ai protesté un temps. Mais je sais que ... lorsque ma mère prend une décision, je n'ai pas d'autre choix que de l'accepter. » Et tu te perds dans son regard, dans ce sourire bref qu'il esquisse, et que tu imites en entendant sa conclusion. « Que sont les paroles de deux enfants, comparés aux grands argentés de nos familles? » Une pointe d'ironie perce dans ta voix, mais tu sais qu'au fond, tu dis la vérité. Vous n'êtes que des enfants à leurs yeux, et ce quoique tu dises. C'est à ce moment là que tu réalises seulement, trop accaparée par les traits et les mots de ton futur époux, les étincelles qui, doucement, flottent autour de vous, comme une nuée de feux d'artifice qui ne vous touchent pas. Et ton regard s'y perd, un moment, intrigué. Tu as toujours vu les dons des Calore en action pour l'offensive, ou du moins, en a entendu parler. Mais ce soir, décidément... Tu découvres une facette différente de celle dont on t'a toujours parlé. Et progressivement, l'alcool, la fatigue, ton trouble vis à vis de ce baiser qui t'a plu plus que tu ne voudrais l'admettre te rend beaucoup plus docile, plus douce. « Ca ne peut.. pas nous toucher ? » Tu n'as pas spécialement peur du feu, mais tu n'as pas envie d'être brûlée. L'espace d'un instant, ton regard se pose à nouveau sur Ace, et tu t'efforces de rejeter, inlassablement, cette attraction qui plane entre vous deux. Tu le sais, tu la sens. Est-ce que lui aussi, seulement, vois les choses comme toi ?

Sans un mot, tu te redresses, le bas de ta longue robe ondulant dans l'eau agitée par tes gestes. Tes boucles rousses ont été désordonnées par les éclaboussures des jets d'eau, mais tu t'en moque, tu en ris même. Tu es dans ton élément, et ton moral s'en trouve toujours changé. C'est comme si tu retrouvais des couleurs, étrangement, et heureusement pour vous la plupart des autres argentés, au loin, sont retournés à l'intérieur. Il n'y a plus que vous deux, et tu t'en sens libérée, alors que tu t'accroupis pour plonger tes paumes jointes dans l'eau. Lorsque tu te redresses, c'est une nuée de goutelettes d'eau que tu projettes autour de vous, tes deux paumes restant en suspens dans les airs, l'eau rejoignant ainsi les étincelles. Tu abaisses progressivement tes mains, mais l'eau, elle, reste comme bloquée par une force invisible autour de vous, commençant à tournoyer à une vitesse mesurée. Et doucement, chaque goutte qui s'entrecroise avec une de ces petites lumières se reflette sur la fontaine, sur vous, inondant vos silhouettes d'une lumière tamisée tremblante, légère. Le regard levé, tu ne parviens - et à vraie dire, tu ne cherches - même pas à retenir ce sourire enfantin qui vient orner tes lèvres roses, tandis que tu avoues: « Je n'étais pas sûre que ça marcherait. » Avant de baisser ton regard émeraude sur le blond. Même dans l'obscurité, sous cette lumière vacillante, il reste beau, et à chaque seconde de plus que tu passes seule en sa compagnie, tu le réalise. Et tu sais pertinemment que le champagne n'est pas le seul en cause dans tes pensées qui dérivent, dangereusement.




we’ve been through a lot together you and I.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Texas-Flood
MESSAGES : 25
INSCRIPTION : 18/06/2017
RÉGION : Lorraine
CRÉDITS : zauber (icon), Astra (signa)

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, post-apocalyptique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1135-save-a-horse-ride-a-cowboy-tf http://www.letempsdunrp.com/t1137-i-came-in-like-a-wrecking-ball-tf#17130
Limace



Eden A. Calore
J'ai 25 ans et je vis au Palais Royal dans le Royaume de Norta. Dans la vie, je suis un Noble Argenté, soldat pour le compte du Roi et je m'en sors plutôt bien pour un riche de ma catégorie. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancé à une autre jeune noble, charmante jeune fille répondant au désagréable nom de Cassiopea et je le vis plutôt mal.

Capacité :
Maîtrise du feu, il est capable de le manipuler à sa guise, tout comme il est capable de faire grimper la température d'une pièce ou d'un corps. En aucun cas il ne peut créer de flammes, raison pour laquelle il se trimballe toujours avec un dispositif qui lui permet d'avoir des flammes ou des étincelles à disposition.



Ace parle en #5487b9



Dominic Sherwood © MISHMISH


Très rares sont ceux qui peuvent t’appeler par ton véritable prénom, celui pour lequel on te vouait à être appelé. Avec le temps, sans doute Cassiopea ferait-elle partie de ces rares exceptions mais ce n’est pas encore chose aisée. Votre haine envers vos familles respectives est bien trop ancrée dans vos chairs pour qu’un miracle s’opère à la seconde. Qui plus est, ce mariage forcé qui vous est tombé dessus n’aide en rien vos relations à devenir plus tamisée. En soi, c’est ce que tu avais cru, mais cette première soirée de bal a d’ores et déjà changé bien des choses. Tu as beau le nier et le rejeter en bloc, ton for intérieur voit déjà la différence et en prend note en silence. Tu te tiens à une distance raisonnable de la jeune Argentée mais c’est elle qui se rapproche de toi pour venir retirer le champagne venu tacher ta cravate. Ayant ainsi le loisir d’observer ses capacités, tu te surprends à y trouver de la magnificence dans cette dernière. Il faut dire que de par les différends de vos familles, tu n’avais jamais pris le temps d’observer le pouvoir qui est le leur, tout comme tu supposes qu’elle ne l’a pas fait non plus, peut-être à tort, ou probablement à raison. Lentement, tu te défais de tes chaussures et viens glisser tes pieds dans l’eau de la fontaine. La fraîcheur qui s’en dégage pourrait te faire frissonner, toi, celui qui est bien trop habitué à avoir le sang chaud, tout comme le corps. Il y a une trêve, entre vous, elle est sans doute infime et temporaire. Volatile. Mais elle est bien là, présente et tu ne craches pas dessus, au contraire, tu sembles même profiter du moment de calme, les épaules soudainement plus légères, à l’abri des regards trop oppressants. Aussi bien de la famille royale que de tous les autres Argentés de ce Royaume qui vous condamne l’un à l’autre.  

La question de la rouquine te fait rire bien plus qu’elle ne devrait. En soi, elle est toute légitime car tu sais pertinemment que dans votre dos certains s’en donnent à cœur joie pour prendre des paris idiots. Tu exposes alors ta théorie, te penchant même jusqu’à son oreille d’un sourire pour lui présenter les différentes options qui s’offrent à elle pour le tuer. Elle tourne son visage vers le tien et son souffle ricoche sur ta peau, ce qui te fait sourire davantage, une mèche tombant à nouveau près de tes yeux. Il n'y a pas assez d'eau dans cette fontaine. Tu ricanes avant de te redresser et de hausser les épaules en baissant tes yeux étranges sur l’eau de la fameuse fontaine. « Si quelqu’un est capable de s’étrangler avec une flûte de champagne, il m’est d’avis qu’il y a suffisamment d’eau ici, à moins que tu préfères avoir carrément tout un océan pour me noyer et m’y laisser couler ? ». Ton regard vient se perdre sur l’eau qui se met à tourner, typhon qui se creuse dans les volutes d’eau claire. Tu t’y perds un moment dans cette contemplation, ne sentant qu’à moitié son regard sur toi. Tes pieds dans l’eau ne bougent pas et tu ne te rends pas non plus compte des petites étincelles qui s’effritent et volent autour de vous. C’est ton pouvoir, flammes éclatées tout droit des différentes bougies allumées, comme une nuée de petites étoiles innocentes. L’eau peut tuer, le feu aussi, mais les deux éléments savent également être mer de beauté.

Vous évoquez alors les rancunes de vos familles et tu te montres sincère en lui révélant le fait que cela ne t’a pas plu d’être fiancé de force. Tu n’es toutefois pas idiot en pensant que Cassie a également vu la chose comme une sorte de trahison, chose qu’elle te confirme par le biais des mots et qui te fait pencher temporairement la tête sur le côté, daignant enfin la regarder. Elle te rend ton sourire qui s’esquisse au coin de tes lèvres, puis vous redevenez tous deux sérieux et songeurs. Oui, vous ne pouvez malheureusement pas dire grand-chose pour aller à l’encontre de la volonté de vos parents. Vous leur devez le respect, et c’en est ainsi depuis des générations avant vous. C’est l’étiquette Argentée. Vous êtes plus libres que les Rouges mais tout aussi emprisonnés lorsque cela concerne certains principes. Un sourire triste réapparaît sur ton visage quand elle mentionne le fait que vous n’êtes en définitive que des enfants. Oui, sans doute êtes-vous perçus comme tels, mais bientôt vous aurez d’autres devoir supplémentaires. Perpétrer une lignée, et ils auront constamment le nez sur ce détail. Il vous faudra être parents et à votre tour enseigner cette étiquette que vous ne portez pas nécessaire dans vos cœurs. Levant les yeux vers les étincelles qui virevoltent doucement autour de vous, tu viens attraper l’une d’entre elles dans ta main et la serre. « Non, au mieux tu sentiras un léger pic de chaleur, mais ça te brûlera pas. ». C’était justement fait pour ça. Elle ne ressentirait aucune douleur. Ta paume se rouvre et l’étincelle a disparue tandis qu’une autre vient doucement heurter ta joue gauche sans que cela ne te fasse sourciller, et tu souris de plus belle. Ainsi au calme, tu es libre de te rapprocher au plus près de celui que tu es uniquement aux yeux de certaines personnes. Bien plus Eden que Ace à cet instant.

Cassiopea se relève, pieds dans l’eau et elle avance, s’accroupit. Toujours assis sur le bord tu la regardes faire sans dire un seul mot, intrigué par sa manœuvre. Tu vois qu’elle est dans son élément. Elle parait plus légère, comme toi d’ailleurs, plus à même de sourire et de rire. De l’eau est lancée en l’air et ce sont bientôt plusieurs gouttelettes qui viennent se mêler à tes étincelles. Levant les yeux au ciel, tu en restes aussi incrédule qu’elle. Jamais encore tu n’avais vu cet aspect de leur capacité et vraiment ça te fascine. Tu le trouves magnifique, l’observant avec un œil nouveau. Ces mêmes yeux qui se posent sur la silhouette féminine pour constater non sans trouble qu’elle aussi, elle est en réalité magnifique. Tu déglutis, reportant ton attention sur les étincelles et les gouttes qui se lient, ne voyant pas son regard posé sur toi. Tu tentes d’exploser une bulle de ton index mais ça ne fonctionne pas et tu souris comme un enfant émerveillé toi aussi.

« Je n’aurais jamais cru dire ça un jour mais… Les deux se marient vraiment bien. ».

Et ça t’en laisse bouche bée. Doucement, tu te lèves à ton tour et te rapproche d’elle, poussé par une soudaine envie de te sentir plus près. Au fond de toi, tu sais au moment où tes billes hétérochromes croisent ses émeraudes que tu serais capable de l’embrasser une seconde fois. Mais pas pour te donner en spectacle.  





CAUGHT OFF GUARD
Cut me deep, storm in the quiet ☽ Feel the fury closing in, all resistance wearing thin. Nowhere to run from all of this havoc. Nowhere to hide from all of this madness. I see that look in your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
looking through your eyes, I'll make you cry // (Ace&Cassiopea)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» Myst eyes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy-
Sauter vers: