Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» You make me better > Lexis
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 EmptyAujourd'hui à 18:50 par Lexis

» ...just enough of a bastard to be worth knowing | Tarock vs Jane, Eldar & friends?
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 EmptyAujourd'hui à 18:33 par Val

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 EmptyAujourd'hui à 18:02 par Charly

» Everyone’s a whore. We just sell different parts of ourselves.
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 EmptyAujourd'hui à 11:33 par Azylth

» Marche noire au bord du gouffre (feat. Azylth)
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 EmptyAujourd'hui à 11:20 par Azylth

» Dusk till dawn ((stormy dream))
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 EmptyHier à 21:20 par Stormy Dream

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 EmptyHier à 21:19 par Lulu

» Love isn't soft, like those poets say. ... (avec Gina)
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 EmptyHier à 18:04 par Clionestra

» a song of ice and fire (valentino & alec)
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 EmptyLun 22 Juil - 11:13 par Rainbow D.Ashe

Le deal à ne pas rater :
Display Pokémon japonaise Terastal Festival Ex : où la ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly

Manhattan Redlish
Messages : 3939
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Devientart

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Dim 23 Juin - 13:57

Edward A. Wyler
J'ai 42 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis adjoint du maire et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, bien.

Je suis un pur produit européen qui a pourtant vu le jour à New York. Mon père est Louis Wyler, un britannique, qui a accru sa fortune pourtant outrecuidante, en créant sa propre marque de montre de luxe mondialement connue aujourd’hui. À l’image d’un célèbre Suisse. Quant à ma mère, Nella Vitali, est, avant d’être une conseillère pour la Banque Mondiale, une italienne fière de ses origines qui aime faire ses courses à Little Italy. J’ai également une jeune sœur, Iris, qui sera prochainement associée de Shaw & Crane, un grand cabinet d’affaires New York et disposant des succursales dans le monde entier. Et moi, diriez-vous ? Je suis Edward Andrea Wyler, adjoint au maire de New York et je brigue le poste de sénateur de New York, porté par les espoirs de réussite de ma famille, alors que chaque jour, je m’interroge sur le sens que j’ai donné à ma vie.

"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pmayxmx0bG1r09d6po6_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pqpj3hciNz1r09d6po6_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pk871nOKDF1r09d6po5_400

Avatar : Missouille / Gif : MyGifFactory



Une femme qui réussirait à briser chacune de mes barrières, même les plus ancrées profondément en moi, pour m’insuffler une définition différente de l’amour. Edward s’en souvenait comme s’il avait prononcé des mots la veille au soir. Cependant, lorsqu’il avait dévoilé sa propre vision de l’amour à Adam, avec pour seul témoin la jeune femme, il n’avait pas envisagé que ça serait nulle autre qu’elle qui y parviendrait. À présent, il semblait vouer son temps et son énergie à anéantir ce qu’ils avaient construit ces derniers jours au nom de ses propres craintes. « Je le sais mieux que quiconque, et je n’ai jamais prétendu le contraire Angelica ». Edward ne se sentait pas le produit d’une quelconque manipulation de la part de l’influenceuse. Si elle avait eu à choisir à la place de son cœur, il ne faisait nul doute qu’elle aurait jeté son dévolu sur un autre homme que lui. Pourtant, Angelica semblait la seule à ne jamais éprouver de doute à l’égard de leur union. Si confiante. Edward resta silencieux à ses mots, et préféra lui avouer qu’il avait la sensation de ne pas la mériter. Ce fut à son tour de rester sans mot dire, bien que son langage corporel parlait suffisamment pour elle en cet instant. La contraction de sa mâchoire ne passa pas inaperçue. Cette conversation commençait lentement à agacer son interlocutrice, c’était presque palpable. « Je le saurais inéluctablement à certains moments Angelica ». L’homme qu’il avait été des années durant ne pouvait disparaître parce qu’elle était entrée dans sa vie. Parfois, son naturel acariâtre ressurgirait inévitablement.

Pour autant, Angelica était prête à endurer la dualité qui subsistait en lui, vacillant entre ombre et tendresse. Elle saurait mettre un terme à leur échange, à son comportement, si elle considérait qu’il avait atteint le point de non-retour « C’est ce que j’avais besoin d’entendre. Je veux savoir que tu seras prête à me contrer si je vais trop loin ». Ainsi, le politicien voulait s’assurer que l’influenceuse ne serait pas aveuglée par ses sentiments, et qu’elle saurait s’opposer à lui si nécessaire, avant qu’il ne commette l’irréparable et ne la blesse d’une manière ou d’une autre. Son regard azuriens fixé sur elle, Edward se renferma dans son mutisme par la suite, ne tentant pas de la retenir à lui. Angelica avait besoin de s’éloigner. Il lui laissait donc l’espace nécessaire pour cela. Il ne détourna le regard de sa silhouette, et continua d’observer l’entrée du couloir encore quelques secondes. Il se décida à activer la machine à café, laissant le liquide brun emplir la tasse claire qu’il avait disposé à cet effet, puis récupéra sa chemise recouvrant le dossier du tabouret. D’un pas trainant, Edward rejoignit son bureau. Lorsqu’il eut reboutonné chacun des boutons de sa chemise, il s’accroupit au sol et rassembla l’ensemble des documents éparpillés au sol. A l’issue, le politicien reprit place à son bureau et aucun sourire nostalgique n’étira ses lèvres en observant le bois sur lequel ils avaient fait sauvagement l’amour. Seulement un cœur serré.

Toute la nuit durant, Edward avait peiné à se concentrer pleinement sur les documents qui jonchaient devant lui. Il n’avait de cesse de penser à ces dernières semaines passées avec Angelica, de leur rencontre à aujourd’hui. Le soleil filtrant au travers de la fenêtre dans son dos lui indiqua qu’une nouvelle journée s’amorçait. Il referma le dossier devant lui, rassembla l’ensemble des documents et quitta enfin son antre pour rejoindre sa chambre. Angelica n’avait pas dormi dans son lit … Involontairement, il jeta un coup d’œil à la porte face à la sienne, et laissa échapper un soupir. Il se délecta quelques minutes sous le jet puissant de sa douche, les deux mains contre la faïence, la tête dans les épaules. Il revêtit un costume trois pièces, et tandis qu’il terminait de bouton son gilet, il adressa un regard à ses cravates convenablement pliées, et abandonna l’idée de nouer son cou. Sa montre au poignet indiquée bientôt sept heures. D’un pas trainant, il s’avança jusqu’à la porte d’Angelica et hésita un instant, puis se décida à franchir le seuil de la porte à pas de loup. Elle était si belle, dormant du sommeil du juste. Edward prit place sur le rebord du lit, s’appuyant sur sa main reposant de l’autre côté de la silhouette de la jolie rousse, et se pencha pour déposer ses lèvres sur sa tempe « La mia luce » murmura-t-il, et dégagea une mèche de cheveux rebelle du bout des doigts « Bonjour » souffla-t-il avec douceur « Je ne vais pas tarder à me rendre au travail » déclara-t-il comme pour justifier sa présence ici-même, à ses côtés. « J’ai tout gâché, n’est-ce pas ? » finit-il par lâcher après un léger silence « Je vais être impossible les jours prochains, et je crains que notre relation en pâtisse si tu restes ici. Tu pourrais passer la semaine à ton autre appartement ou chez Flynn… » et déposa ses lèvres contre son front, lorsqu’il fut interrompu par la sonnette de la porte d’entrée « Ne bouge pas. Je reviens ». Il s’éclipsa, échangea une signature contre un colis, et revint sur ses pas tout en reprenant place sur le rebord du lit d’Angelica « C’est pour nous deux » et lui tendit la boite cartonnée contenant leurs souvenirs. Il avait fait encadrer les photos qu’Angelica avait pris d’eux deux alors qu’ils n’étaient à l’époque que collaborateur, jusqu’à aujourd’hui, ainsi que celles issues de la séance photo « Je dois y aller… ».



Charly
Messages : 3818
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
lune 2
Charly
Dim 23 Juin - 21:04

Angelica Gordon
J'ai 35 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis influenceuse et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, bien.

Femme indépendante, qui adore croquer la vie à pleine dents. Elle sourit beaucoup, rit fort, danse pour fêter ses victoires... Angy est une influenceuse dont la renommé grimpe peu à peu. Sur ses réseaux, elle donne des conseils, elle pousse à la positivité, à se réinventer. Fille unique d'un couple divorcé alors qu'elle n'avait que 6 ans, elle a souffert des engueulades de ses parents, se pensait responsable de tout ça. Elle n'aime pas la colère. Elle fait tout pour ne jamais ressentir cette émotion, poussant le curseur joie au max, même si cela peut en agacer certains. Grâce à son image sur les réseaux et sa communauté, Angy a cette délicieuse sensation d'être aimer pour qui elle est.

"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_inline_ou9s3uaPri1rifr4k_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_n4dn8t2lAM1r94jnqo4_250

Avatar :Glass Skin/ Gif : Tumblr

« -tout comme je serai capable d’être la femme qui te réponds pour te remettre à ta place parce qu’elle aime avoir le dernier mot. » il semblait avoir oublié cette partie de la personnalité d’Angie. Elle avait comme la sensation qu’il était en train de saboter volontairement ce qui était né entre eux. Par peur. Elle lui affirma que s’il allait trop loin, elle ne se laisserait pas faire. Cela ne voulait pas dire qu’elle baisserait les bras ou que ses sentiments n’existeraient plus. Visiblement, c’était ce qu’attendait Edward, qu’elle lui confirme pouvoir faire face à cette part sombre de lui. Elle était peut-être tomber amoureuse, mais ça ne la rendait pas débile.

Angie préféra s’éloigner. Elle était agacée par cette conversation. Edward n’avait de cesse de lui dire qu’il allait se battre pour eux, et finalement, il ne semblait pas avoir besoin de son entourage pour venir saborder leur relation. Il y parvenait seul, parce qu’il écoutait seulement ses peurs et ses craintes. Il s’étai tellement encré dans la tête qu’il n’était pas un homme bien, qu’il n’avait sans doute pas droit à un peu de bonheur, qu’il préférait faire marche arrière. Face à son miroir, Angie finit par fermer les yeux. Elle ne pouvait pas se battre pour lui. Soit les choses se faisaient naturellement, comme c’était le cas depuis le départ, soit c’était à lui de prendre conscience de certaines choses. Il manquait tellement de confiance en lui, en l’homme doux et tendre qu’il pouvait être… Elle décida de prendre une douche, et laissa longtemps couler l’eau chaude sur son visage. Elle aimait se dire que l’eau avait le pouvoir d’effacer les choses. Laisser couler disait l’expression. Ça irait mieux demain.

Elle avait décidé de dormir dans sa chambre, convaincu qu’Edward resterait dans son bureau toute la nuit. Angie eut du mal à trouver le sommeil et au matin lorsqu’il vint la réveiller, elle eut bien du mal à ouvrir les yeux. « -bonjour… » souffla la jolie rousse en se retournant sur le dos pour lui faire face, s’étirant au passage. Et voilà qu’il recommençait… elle n’était même pas réveiller qu’il lui suggérait d’aller passer la semaine ailleurs. Elle posa sa main contre ses lèvres. « -chut… tu parles trop… » clairement oui, il y avait trop de mots qui sortaient de sa bouche. Des qu’elle ne voulait pas entendre en plus de ça. Un froncement de sourcils en entendant la porte. Manquerait plus qu’Ava débarque… Elle soupira en le laissant partir, se passant les deux mains sur le visage, avant de fixer le plafond.

Un regard pour le colis. Pour eux deux ? Là tout de suite, elle n’en avait pas grand-chose à faire. « -on verra ça ce soir… d’accord ? » proposa Angie qui s’était redresser afin d’être plus proche de lui. Elle le caressa du regard avant de lui demander en passant ses bras autour de son cou : « -embrasse-moi… » elle avança son visage et ses lèvres trouvèrent les siennes. Lorsqu’elle recula, elle plongea son regard dans le sien et souffla un : « -tu n’as rien gâché du tout. » elle caressa ses cheveux, l’observant avec douceur quelques secondes, avant d’ajouter : « -si tu préfères que je ne sois pas là durant la semaine… d’accord. A contre cœur… mais d’accord. » ça lui ferait peut-être du bien de retrouver son appartement durant quelques jours. « -si on ne se voit pas de la semaine, tu crois que tu pourrais m’accorder je sais pas… dix ou quinze minutes… » elle avait son idée derrière la tête et elle n’en avait rien à foutre qu’il soit déjà habillé, d'ailleurs elle était déjà en train de déboutonner son gilet, une lueur de désire dans le regard.

Manhattan Redlish
Messages : 3939
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Devientart

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Dim 23 Juin - 21:41

Edward A. Wyler
J'ai 42 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis adjoint du maire et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, bien.

Je suis un pur produit européen qui a pourtant vu le jour à New York. Mon père est Louis Wyler, un britannique, qui a accru sa fortune pourtant outrecuidante, en créant sa propre marque de montre de luxe mondialement connue aujourd’hui. À l’image d’un célèbre Suisse. Quant à ma mère, Nella Vitali, est, avant d’être une conseillère pour la Banque Mondiale, une italienne fière de ses origines qui aime faire ses courses à Little Italy. J’ai également une jeune sœur, Iris, qui sera prochainement associée de Shaw & Crane, un grand cabinet d’affaires New York et disposant des succursales dans le monde entier. Et moi, diriez-vous ? Je suis Edward Andrea Wyler, adjoint au maire de New York et je brigue le poste de sénateur de New York, porté par les espoirs de réussite de ma famille, alors que chaque jour, je m’interroge sur le sens que j’ai donné à ma vie.

"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pmayxmx0bG1r09d6po6_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pqpj3hciNz1r09d6po6_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pk871nOKDF1r09d6po5_400

Avatar : Missouille / Gif : MyGifFactory



Sous la bienveillance apparente, mais pour le moins sincère, d’Angelica, Edward omettait de temps à autre que la jeune femme disposait d’un caractère aguerri, et qu’elle ne faillirait pas face à lui. Fréquemment, elle avait su le confronter. Leurs sentiments mutuellement n’interféreraient pas si jamais elle considérait qu’il avait atteint le point de non-retour au cours de leur échange. Il voulait s’assurer qu’elle se sentirait prête à le contrer avant qu’il ne l’atteigne par ses mots ou son comportement. Ce qui ne faisait nul doute aux yeux de l’influenceuse qui, agacée par leur conversation nocturne, décida d’y mettre un terme. Une décision qu’il accepta sans mot dire, et décida de dédier sa nuit blanche à son travail, bien qu’elle fut parsemée de longues pensées introspectives sur sa relation avec la jolie rousse depuis cette première poignée de main sur le rooftop de l’Elyisum. La caresse des premiers rayons du soleil transperçant la baie vitrée derrière lui amorça la journée. Il aurait pu se rendre à la Mairie de New York sans effectuer un détour dans la chambre d’Angelica afin de l’extirper des bras de Morphée à cette heure plus que matinale. Pour autant, il lui avait fait une promesse la nuit dernière, dans son bureau. Donc, à la suite d’une brève hésitation, Edward pénétra dans la chambre de cette dernière à pas de loup et prit place sur le rebord du lit qu’ils auraient dû normalement partager et la réveilla avec douceur. Tandis qu’elle s’étirait félinement dans les draps de soie, le politicien ne put s’empêcher de la contempler en se rappelant à quel point il la trouvait belle avec ses cheveux en bataille, alors qu’elle luttait pour ouvrir les yeux.

Un petit rire échappa au politicien dès l’instant où Angelica déposa sa main contre ses lèvres pour le faire taire. Il se saisit délicatement de son poignet et embrassa la paume de sa main, avant qu’ils ne soient interrompus par la sonnette de la porte d’entrée, l’informant d’une visite inopinée. Ce n’était nul autre que le livreur qui lui délivra le colis qu’il avait commandé la veille au matin. Les mains chargées de la boite en carton, Edward reprit place sur le rebord du lit une nouvelle fois. Les sourcils au milieu du front, il déposa la boite au pied du lit « Bien ». Les jambes élégamment croisées, il s’appuya sur sa main qui venait de prendre place de l’autre côté des jambes de l’influenceuse qui s’était rapprochée de lui pour venir nouer ses bras autour de son cou. À sa demande, le candidat au Sénat ne se fit pas prier et laissa sa bouche prendre possession de celle d’Angelica, jusqu’à ce qu’elle y mette un terme. La caresse de ses doigts dans ses cheveux signait l’accord de paix après la conversation difficile de cette nuit. « Je ne te le demande pas de gaieté de cœur mon amour. Si j’étais certain d’être le plus agréable des petits-amis, je t’aurais gardé auprès de moi ». Toutefois, il avait la sensation que les nuits blanches allaient s’accumuler, le rendant particulièrement irascible. Un comportement qu’il ne désirait pas faire endurer à Angelica.

Arborant soudainement un sourire espiègle, Edward baissa ses prunelles azurées, s’assombrissant peu à peu sous l’effet du désir, sur les doigts d’Angelica qui s’affairait d’ores et déjà à défaire son gilet de costume. Il releva lentement son regard sur son visage « Je voulais arriver en avance, mais tes projets sont plus intéressants que les miens ». Pour étayer ses propos, il retira sa veste de costume qu’il laissa tomber à ses pieds, et prit possession de ses lèvres avec envie, sa langue se glissant jusqu’à celle d’Angelica. Son corps au-dessus du sien, il retira tour à tour ses chaussures et son gilet. Il était déjà dur pour elle. « Je me rattraperais ce week-end pour cette semaine » déclara-t-il entre deux baisers, et d’une voix déjà rauque.


Charly
Messages : 3818
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
lune 2
Charly
Dim 23 Juin - 22:23

Angelica Gordon
J'ai 35 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis influenceuse et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, bien.

Femme indépendante, qui adore croquer la vie à pleine dents. Elle sourit beaucoup, rit fort, danse pour fêter ses victoires... Angy est une influenceuse dont la renommé grimpe peu à peu. Sur ses réseaux, elle donne des conseils, elle pousse à la positivité, à se réinventer. Fille unique d'un couple divorcé alors qu'elle n'avait que 6 ans, elle a souffert des engueulades de ses parents, se pensait responsable de tout ça. Elle n'aime pas la colère. Elle fait tout pour ne jamais ressentir cette émotion, poussant le curseur joie au max, même si cela peut en agacer certains. Grâce à son image sur les réseaux et sa communauté, Angy a cette délicieuse sensation d'être aimer pour qui elle est.

"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_inline_ou9s3uaPri1rifr4k_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_n4dn8t2lAM1r94jnqo4_250

Avatar :Glass Skin/ Gif : Tumblr

Lorsqu’elle s’était couchée, Angie s’était dit qu’elle ne verrait pas Edward au matin. Qu’il allait partir sans venir la réveiller, comme ils en avaient parlé. Après tout, il pouvait parfaitement lui en vouloir d’avoir coupé la conversation. Il s’imaginait sans doute qu’elle lui en voulait. Ce n’était pas le cas. Elle avait seulement cherché à éviter un conflit qui n’avait pas lieu d’être. Et pourtant, c’était sa voix grave et chaude qui l’avait extirpé du sommeil qu’elle avait tant peiné à trouver. Rapidement, alors qu’elle avait du mal à ouvrir les yeux, elle avait posé ses doigts sur sa bouche. Il parlait trop. Et pensait mal. Elle aima son petit rire, un peu plus encore le baiser qu’il déposa sur son poignet. Angie le laissa se lever en priant pour que ça ne soit pas Ava. Elle n’avait pas la moindre envie de voir cette boule d’énergie débarquer ici. Elle voulait juste quelques minutes avec Edward, histoire de laisser la conversation du soir derrière eux.

Le colis attendrait. Ce n’était pas le moment. Elle n’était même pas curieuse de savoir ce qui se trouvait dans la boite. Ce qu’elle voulait, c’était faire comprendre à Edward qu’il se trompait. Il n’avait rien gâché. Elle lui signifia après l’avoir embrassé. Elle accepta sa demande d’éloignement pour les jours à venir. Il avait sans doute raison, ça serait mieux. Elle ne tenait pas à ce qu’ils se déchirent pour des bêtises. Un hochement de tête alors que petit à petit elle commençait à le dévorer des yeux. Si elle devait faire sa valise pour une semaine loin de lui, elle voulait quelques minutes ensemble. Et elle lui fit comprendre comment elle comptait les passer en déboutonnant son gilet. « -tu es bien trop habillé… » souffla Angie avec un sourire et surtout un regard plein de désir. Lorsqu’il retira sa veste, elle sourit et commenta : « -c’est déjà beaucoup mieux. » avant de s’allonger entre les draps, l’embrassant avec une envie certaine. Alors qu’il retirait son pantalon, elle en fit de même pour sa nuisette, se retrouvant totalement nue devant lui. Elle l’aida pour sa chemise, rapidement, comme si elle était experte en bouton.

Elle le laissa la retirer, glissant ses doigts autour de son membre en érection. De son autre main, elle l’invita à venir embrasser ses seins. Un soupire de plaisir glissa entre ses lèvres, alors qu’elle imprimait un va et vient avec son poignet. Elle glissa sa main libre dans les cheveux d’Edward, appuyant légèrement avant de souffler un : « -descends… » ce n’était pas un ordre, plus une demande. Cela faisait une éternité qu’un homme n’avait pas aventurer sa bouche entre ses cuisses. Elle en avait envie… Il voulait se faire pardonner? C'était le bon moyen.

Manhattan Redlish
Messages : 3939
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Devientart

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Dim 23 Juin - 22:45

Edward A. Wyler
J'ai 42 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis adjoint du maire et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, bien.

Je suis un pur produit européen qui a pourtant vu le jour à New York. Mon père est Louis Wyler, un britannique, qui a accru sa fortune pourtant outrecuidante, en créant sa propre marque de montre de luxe mondialement connue aujourd’hui. À l’image d’un célèbre Suisse. Quant à ma mère, Nella Vitali, est, avant d’être une conseillère pour la Banque Mondiale, une italienne fière de ses origines qui aime faire ses courses à Little Italy. J’ai également une jeune sœur, Iris, qui sera prochainement associée de Shaw & Crane, un grand cabinet d’affaires New York et disposant des succursales dans le monde entier. Et moi, diriez-vous ? Je suis Edward Andrea Wyler, adjoint au maire de New York et je brigue le poste de sénateur de New York, porté par les espoirs de réussite de ma famille, alors que chaque jour, je m’interroge sur le sens que j’ai donné à ma vie.

"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pmayxmx0bG1r09d6po6_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pqpj3hciNz1r09d6po6_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pk871nOKDF1r09d6po5_400

Avatar : Missouille / Gif : MyGifFactory






Charly
Messages : 3818
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
lune 2
Charly
Lun 24 Juin - 11:55

Angelica Gordon
J'ai 35 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis influenceuse et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, bien.

Femme indépendante, qui adore croquer la vie à pleine dents. Elle sourit beaucoup, rit fort, danse pour fêter ses victoires... Angy est une influenceuse dont la renommé grimpe peu à peu. Sur ses réseaux, elle donne des conseils, elle pousse à la positivité, à se réinventer. Fille unique d'un couple divorcé alors qu'elle n'avait que 6 ans, elle a souffert des engueulades de ses parents, se pensait responsable de tout ça. Elle n'aime pas la colère. Elle fait tout pour ne jamais ressentir cette émotion, poussant le curseur joie au max, même si cela peut en agacer certains. Grâce à son image sur les réseaux et sa communauté, Angy a cette délicieuse sensation d'être aimer pour qui elle est.

"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_inline_ou9s3uaPri1rifr4k_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_n4dn8t2lAM1r94jnqo4_250

Avatar :Glass Skin/ Gif : Tumblr



Manhattan Redlish
Messages : 3939
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Devientart

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Lun 24 Juin - 13:17

Edward A. Wyler
J'ai 42 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis adjoint du maire et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, bien.

Je suis un pur produit européen qui a pourtant vu le jour à New York. Mon père est Louis Wyler, un britannique, qui a accru sa fortune pourtant outrecuidante, en créant sa propre marque de montre de luxe mondialement connue aujourd’hui. À l’image d’un célèbre Suisse. Quant à ma mère, Nella Vitali, est, avant d’être une conseillère pour la Banque Mondiale, une italienne fière de ses origines qui aime faire ses courses à Little Italy. J’ai également une jeune sœur, Iris, qui sera prochainement associée de Shaw & Crane, un grand cabinet d’affaires New York et disposant des succursales dans le monde entier. Et moi, diriez-vous ? Je suis Edward Andrea Wyler, adjoint au maire de New York et je brigue le poste de sénateur de New York, porté par les espoirs de réussite de ma famille, alors que chaque jour, je m’interroge sur le sens que j’ai donné à ma vie.

"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pmayxmx0bG1r09d6po6_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pqpj3hciNz1r09d6po6_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pk871nOKDF1r09d6po5_400

Avatar : Missouille / Gif : MyGifFactory




Charly
Messages : 3818
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
lune 2
Charly
Mar 25 Juin - 9:13

Angelica Gordon
J'ai 35 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis influenceuse et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, bien.

Femme indépendante, qui adore croquer la vie à pleine dents. Elle sourit beaucoup, rit fort, danse pour fêter ses victoires... Angy est une influenceuse dont la renommé grimpe peu à peu. Sur ses réseaux, elle donne des conseils, elle pousse à la positivité, à se réinventer. Fille unique d'un couple divorcé alors qu'elle n'avait que 6 ans, elle a souffert des engueulades de ses parents, se pensait responsable de tout ça. Elle n'aime pas la colère. Elle fait tout pour ne jamais ressentir cette émotion, poussant le curseur joie au max, même si cela peut en agacer certains. Grâce à son image sur les réseaux et sa communauté, Angy a cette délicieuse sensation d'être aimer pour qui elle est.

"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_inline_ou9s3uaPri1rifr4k_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_n4dn8t2lAM1r94jnqo4_250

Avatar :Glass Skin/ Gif : Tumblr



Manhattan Redlish
Messages : 3939
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Devientart

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Mar 25 Juin - 11:16

Edward A. Wyler
J'ai 42 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis adjoint du maire et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, bien.

Je suis un pur produit européen qui a pourtant vu le jour à New York. Mon père est Louis Wyler, un britannique, qui a accru sa fortune pourtant outrecuidante, en créant sa propre marque de montre de luxe mondialement connue aujourd’hui. À l’image d’un célèbre Suisse. Quant à ma mère, Nella Vitali, est, avant d’être une conseillère pour la Banque Mondiale, une italienne fière de ses origines qui aime faire ses courses à Little Italy. J’ai également une jeune sœur, Iris, qui sera prochainement associée de Shaw & Crane, un grand cabinet d’affaires New York et disposant des succursales dans le monde entier. Et moi, diriez-vous ? Je suis Edward Andrea Wyler, adjoint au maire de New York et je brigue le poste de sénateur de New York, porté par les espoirs de réussite de ma famille, alors que chaque jour, je m’interroge sur le sens que j’ai donné à ma vie.

"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pmayxmx0bG1r09d6po6_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pqpj3hciNz1r09d6po6_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_pk871nOKDF1r09d6po5_400

Avatar : Missouille / Gif : MyGifFactory




Charly
Messages : 3818
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
lune 2
Charly
Mar 25 Juin - 12:29

Angelica Gordon
J'ai 35 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis influenceuse et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, bien.

Femme indépendante, qui adore croquer la vie à pleine dents. Elle sourit beaucoup, rit fort, danse pour fêter ses victoires... Angy est une influenceuse dont la renommé grimpe peu à peu. Sur ses réseaux, elle donne des conseils, elle pousse à la positivité, à se réinventer. Fille unique d'un couple divorcé alors qu'elle n'avait que 6 ans, elle a souffert des engueulades de ses parents, se pensait responsable de tout ça. Elle n'aime pas la colère. Elle fait tout pour ne jamais ressentir cette émotion, poussant le curseur joie au max, même si cela peut en agacer certains. Grâce à son image sur les réseaux et sa communauté, Angy a cette délicieuse sensation d'être aimer pour qui elle est.

"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_inline_ou9s3uaPri1rifr4k_540
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly - Page 35 Tumblr_n4dn8t2lAM1r94jnqo4_250

Avatar :Glass Skin/ Gif : Tumblr




Contenu sponsorisé
"Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Page 35 sur 48
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36 ... 41 ... 48  Suivant
Sujets similaires
-
» Jugée trop bien , l'humilité est toujours gênée alors que l'orgueil se verrait bien sans cesse arrosé de roses. (avec Earl)
» L'amour sans l'espoir devient une chose morte. L'amour est cette lueur d'espoir qui jaillit dans le noir. (Senara)
» partir un jour sans retour
» (m) rp Black Mirror épisode 3 saison 1 " retour sur image " (sans réponse)
» Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: