Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-14%
Le deal à ne pas rater :
Console Sony PS5 Slim Edition Standard Blanc et Noir
474.99 € 549.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Cruelles Intentions [ft. Nemo]

Ismerie
Messages : 73
Date d'inscription : 19/10/2022
Crédits : Ilya Kuvshinov

Univers fétiche : Tous, pas de préférence
Préférence de jeu : Femme
Valise 2
https://www.letempsdunrp.com/t5413-propositions-en-vrac-ok-mai-2023#109032 https://www.letempsdunrp.com/t5396-presentation-ismerie#108661
Ismerie
Mar 6 Fév - 17:49
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Denisa est l'ultime nepo baby, née dans une bonne famille dont la fortune a été construite suite au départ de ses grand-parents paternels de l'Albanie pour les États Unis, élevée pour être une enfant pourrie gâtée comme on en supporte peu, Denisa n'a jamais connu les 'non' durant la majeure partie de son enfance. Elle avait après tout bien le droit de profiter des privilèges dans lesquels elle était née, car personne ne cracherait dessus. Elle avait fait des études oui, obtenu un diplôme de droit pour leur faire plaisir, mais le travail, c'était bien l'obligation des pauvres non ? L'oisiveté, le privilège des riches. Mais non, il fallait honorer les grand-parents partis de rien, et faire en sorte de les rendre fière. Alors ils allaient la faire travailler. Travailler. Dans un cinéma en plus. Guichetière, et puis quoi encore ? Caissière dans un Wallmart ? C'était l’humiliation ultime, et il n'était pas question que la jeune femme accepte cette situation. Lorsqu'elle décida de s'en plaindre en ligne cependant, impossible pour elle de se douter que des gens mal intentionnés, et un homme en particulier, la repérerait bien vite.

Contexte provenant de cette recherche



Denisa
Berisha

J'ai 25 ans et je vis dans un appartement miteux à New-York. Dans la vie, je suis héritière d'une fortune qui m'a été retirée et je suis donc devenue guichetière dans un cinéma et je m'en sors extrêmement mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis un peu célèbre sur TikTok et je c'est plutôt cool.

Informations supplémentaires ici.
Elle avait craqué, et elle avait ouvert un compte TikTok, d'abord, c'était parce qu'elle s'était dite qu'elle possédait un physique suffisamment avantageux pour pouvoir rameuter pas mal de followers et espérer quelques partenariats, mais les vidéos de danse et de moues face à la caméra de son téléphone s'étaient transformées en plaintes. Elle avait commencé à parler de sa famille, de son passé, de sa situation actuelle, et étrangement, ces petits 'épisodes' durant lesquels elle tenait son public informé de ses déboires avec ses parents semblaient beaucoup intéresser les gens. Les gens étaient-ils si voyeurs que cela ? Apparemment oui, pour une jeune femme qui, en réalité, se fichait bien de salir le nom de ceux qui l'avaient jeté dehors si cela lui permettait d'acquérir une certaine notoriété. Cela pouvait bien sûr attirer les mauvaises personnes, mais Denisa n'était pas réellement sur ses gardes, car après tout, une bourge fauchée ne rapporte pas d'argent, si ? Ses parents ne paieraient jamais pour la récupérer, ça, elle en était certaine. Du moins, sa colère envers eux lui faisait croire que le scénario se déroulerait comme elle l'imaginait. Ce soir, elle venait de terminer sa journée, elle avait joué à la guichetière dans ce cinéma de quartier. Jouer ouais, parce qu'elle refusait encore d'appeler une telle occupation son métier. C'était encore impensable pour elle de se regarder dans le miroir avec cette... tenue, ce petit badge, sa casquette vissée sur la tête, c'était une faute de goût et une humiliation quotidienne qu'elle avait du mal à supporter. Alors ce soir, elle allait boire, elle allait se maquiller et revêtir sa plus belle robe, ses plus hauts talents, elle allait se sentir belle et féminine, une chose que son travail ne permettait pas de faire. Ce soir, c'était sa bouffée d'oxygène, et elle allait s'amuser. Pas question qu'on la voit avec des 'collègues' de travail, qu'on la mette dans le même sac que tous ces pauvres qu'elle côtoyait trop. Ils étaient sympas oui, ils étaient mignons, comme des petits chiots qu'on prend dans ses bras pendant un instant... mais qui nous tape vite sur les nerfs lorsqu'il s'agit de se les coltiner au quotidien.

Direction la boîte du coin, une boîte pas très chic, ni très chère non plus. Mais c'était le juste prix, pour une jeune femme qui ne disposait plus des ressources nécessaires pour de toute façon se rendre dans des lieux un peu sélect. Alors ce soir, elle allait se faire payer les verres qu'elle n'avait pas la possibilité de s'offrir elle-même. C'était bien un domaine dans lequel elle excellait, alors autant profiter de ses quelques talents. Petits sourires charmeurs, rire aux éclats aux blagues pas drôle, danse sur le bar, elle avait tout fait lors de sa folle jeunesse. Ce soir cependant, elle était plus sage, et elle attendait au bar, une main tortillant quelques mèches de cheveux de manière distraite. Ce soir, elle ressemblait moins à une jeune femme pleine de vie prête à faire la fête qu'à une gamine complètement paumée, à faire le point sur sa vie en espérant pourtant échapper à son quotidien. Elle échappa un soupir que bien des gens autour avaient dû entendre.

« Quelle putain de vie. »

Finit-elle par lâcher, les yeux dans son verre, totalement paumée, encore une fois. Ce n'est cependant pas cela qu'elle dit lorsqu'elle déverrouilla son téléphone et commença à se filmer pour son compte TikTok. Elle affichait un large sourire tandis qu'elle disait s'éclater comme une folle, loin de sa famille toxique. La boîte dans laquelle elle se trouvait était facilement repérable dans cette courte vidéo, mais ça non plus, elle n'y pensait pas. Et puis, si deux ou trois personnes souhaitaient la rejoindre pour éviter qu'elle ne s'ennuie à devoir draguer des inconnus pour pouvoir se désaltérer, c'était toujours ça de gagner. Un jour, il lui arriverait des bricoles, à ne pas être prudente ainsi, mais c'était ça maintenant, sa vie.
Nemo
Messages : 445
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo
Mar 20 Fév - 23:36
Les pires techniques de drague, volume 1
Elyan Wood
32 ans
Membre d’un gang des bas-fonds
New York, USA
Célibataire

La clope au bec, je déambule dans les rues d’un quartier populaire de New York. Mes semelles foulent le béton comme si je souhaitais y laisser la trace de mon passage. Passage des plus précipités d’ailleurs, car je ne reste jamais bien longtemps au même endroit. On pourrait croire que j’ai la bougeotte, ou même le feu aux fessiers, mais c’est surtout que je ne dois pas me montrer trop aux yeux de la société, directement en contact avec les forces de l’ordre. Car je suis un bandit, ouais, un vilain « bad boy ». Depuis mon plus jeune âge, dirons-nous. Pas que ce soit une volonté de ma part, pas vraiment… Je dirais plutôt que le cours des évènements m’a mené à ce point précis de mon histoire, sans que je n’y puisse quoique ce soit. Et ce point précis de mon histoire n’est pas des plus intéressants. Ce soir, je m’emmerde. Je n’ai strictement rien à faire, et pourtant la ville est grande et bondée d’innocents en tout genre. Alors… quoi de mieux que de se mettre une belle murge ?

J’entre le pas lourd -toujours- dans un bar en coin de rue. Celui que j’ai vu dès que j’ai levé la tête. Ça évite des ronds de jambes pour choisir dans quel bâtiment tu décides de te prendre la cuite de ta vie. Sérieux, se torcher dans des chiottes miteuses ou dans un palace cinq étoiles, y’a quoi de différent ? La galette finira toujours sur le tapis.
L’intérieur est cosy, dans le genre proprio qui se la jouent jeunes mais pas trop. Enfin, il serait cosy si on évacuait d’urgence l’assemblée qui s’agglutine comme des moutons devant leurs abreuvoirs. Et j’en suis un, de mouton. Je m’agglutine aussi, collé contre des peaux moites et chaudes. J’attrape à la volée mon breuvage servi dans une pinte en plastique qui peuplera ensuite les caniveaux.
C’est ainsi que se déroule ma piteuse soirée, je traine, choisi un bar, m’agglutine, bois et repars. Les regards des autres sur ma personne, qu’ils soient envieux ou blindés de pitié, ne m’effleurent même pas. C’est ma vie, tu veux quoi, un autographe ? Plus j’entame la fin de la rue, moins mes pas sont assurés. J’ai une excellente descente, mais à un moment, il faut bien que ça flanche.

Et puis mon cerveau prend la décision de continuer la nuit dans une toute autre ambiance. Et si on allait se niquer les tympans en plus de se niquer le foie, mh ? J’achète.
Même principe : je lève la tête et choisi une boîte de nuit. Bon, il faut dire qu’il y en cinq fois moins à la ronde. Du coup je n’ai pas trop d’autre choix que d’aller me présenter vers le bâtiment ayant la musique la plus forte.
Une boîte de nuit, pas très chic, pas très chère non plus. Le juste prix. C’est sans aucun doute comme ça que les autres qualifieraient cette boîte. Mais moi je m’en fou du prix. Je prends et je repars. Quand ça m’arrange, et quand c’est possible. Il ne faut tout de même pas trop faire de vagues. Et alors que l’alcool commence à me monter à la tête, je me dis que je vais peut-être devoir payer la suite de mes consommations, histoire d’éviter les emmerdes.

Me voilà planté sur un tabouret, remuant les phalanges absolument pas en rythme avec la musique inécoutable qui passe. Nombreux sont ceux qui me bousculent et à qui je lance un beau majeur redressé, une fois qu’ils se sont retournés. On a dit pas de vague, Elyan.

- M’en parle pas… Marmonné-je en écho à une plainte soupirée non loin de moi.

Les gens ont tendance à venir se noyer et s’abreuver dans des endroits totalement inappropriés lorsqu’ils se sentent mal. C’est fou.
Je suis sorti de la noyade dans ma pinte par une énième bousculade, cette fois parfumée et hurlante. Je relève la tête vers mon agresseur et tombe sur une nana dévoilant la totalité de sa vie à une communauté imaginaire peuplée uniquement d’hypocrites. Et que je me sens bien, et que je suis trop belle, et que de toute façon j’ai pas besoin d’argent parce que des tas de mecs me paieront des verres, et qu’en plus je m’en fout parce que mon porte-monnaie est blindé, au même titre que ma putain de famille. Je lève un sourcil, intéressé. Ça plairait à Billy ça. Peut-être que je vais jouer l’admirateur secret et lui payer un verre à cette pétasse richissime.
J’attends qu’elle finisse son monologue, sans m’arrêter de lui lancer des œillades, discrètes ou pas. Alors qu’elle raccroche, j’ai eu le temps de finir une pinte puis une seconde. Ce qu’elle pouvait en avoir des choses à dire… Mais la voilà à nouveau seule, une fois le rideau d’étoiles tombé. Seule et triste ? Bichette.
J’envoie le barman lui offrir un verre de cocktail de ma part et lui fait un signe de main lorsqu’elle prend note de ma présence. Je lui offre mon plus beau sourire pour l’inviter à venir. Ça ne devrait pas être trop dur de la convaincre, vu que c’est ce qu’elle attend…

- Tu étais beaucoup plus jolie quand tu souriais devant tes fans. Lui dis-je en agrémentant la touche d’un clin d’œil lorsqu’elle s’approche.

Ouais… La drague c’est pas mon fort. Je crois que t’as encore loupé ton coup Elyan. On va dire que si je ne me prends rien dans la tronche, ce sera déjà un exploit.
@ Nemo


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


Cruelles Intentions [ft. Nemo]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Je jure solennellement que nos intentions sont mauvaises
» Je jure solennement que mes intentions sont mauvaises !
» Une souris et des hommes. [ft. Nemo] [+18]
» ❆ nemo ❆
» Le monde de Nemo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: