-53%
Le deal à ne pas rater :
GACHI Batterie Externe 26800mAh
24.94 € 52.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Once hate is gone, forced to deal with pain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

Once hate is gone, forced to deal with pain Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

I imagine one of the reasons people cling to their hates so stubbornly is because they sense, once hate is gone, they will be forced to deal with pain.
La situation

D'une façon ou d'une autre, l'appel du monde aurait été trop grand. L'inévitable devait arriver, tôt ou tard. Un élément déclencheur devait les pousser dehors, devait les forcer à affronter des bêtes plus féroces qu'eux, que lorsqu'ils se font front l'un et l'autre. De manière à savoir s'ils peuvent réellement se faire confiance, ils doivent vivre les expériences qui les attendent.



I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

Once hate is gone, forced to deal with pain Empty


Salomé
Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Née dans le Colorado le 19 novembre 1994, elle y a vécu toute sa vie avant que l'apocalypse zombie ne pointe le bout de son nez. Elle suivait des études en sécurité sanitaire. Sa mère était paysagiste, donc lui montrait les ficelles du métier.

Économe, méthodique, opportuniste, serviable, maladroite, manuelle, portée vers l'environnement.



Elle ne cherchait pas l'amour avant lui. Il est entré dans sa vie au tout début, lorsque tout partait en vrille. Elle a vu le pire en lui ; elle a craint le pire en lui. Plusieurs années plus tard, leur route s'est à nouveau croisée, mais cette fois, les choses avaient changé. Elle est tombée sous le charme du monstre, consciente que vivre pleinement pourrait cependant entraîner sa mort.


Alycia Debnam-Carey :copyright:️ Schizophrenic
Excusez-moi, savez-vous à quel moment la dame qui loge ici rentrera?

Salomé, elle s'adresse à un vieil homme, sagement et simplement installé dehors, assis sur une chaise en plastique devant la caravane voisine. L'homme semble réfléchir, tente de se souvenir qui vit à cet endroit. Pendant un court instant, la brune s'inquiète de savoir si sa question est trop complexe pour être comprise. Le vieil homme secoue la tête, pour répondre vaguement :

Pas vu depuis des jours!

Cette caravane, c'est celle de sa mère. Elle s'était enfin décidée à lui parler. Elle l'a croisée à quelques reprises, mais n'est jamais restée assez longtemps avec elle pour entamer une vraie discussion. Elle ne demande pas l'autorisation avant d'ouvrir la porte. Elle rentre, décidée à trouver une trace de sa mère, à prouver qu'elle continue de venir ici tous les jours. Surprenant, mais vrai : il n'y a aucun effet personnel, ni nourriture ni vêtement. Tout a été vidé. Et visiblement, personne n'a été prévenu, sinon d'autres habitants auraient eu la chance de s'y installer. Pire qu'une douche froide? Assurément.

Elle pourrait laisser couler, ignorer ce départ puisque, de toute manière, cette femme est restée hors de sa vue pendant des années. Mais cette colère, elle est plus forte que tout. C'est pas le genre de colère qu'elle ressent généralement contre Mason. Et une idée stupide germe soudainement dans son esprit.

Elle pourrait tenter de la retrouver, d'obtenir des réponses, voire même des excuses. La matinée passe tandis qu'elle y réfléchit. L'après-midi disparaît à mesure qu'elle se perd dans ses propres pensées. Lorsqu'elle se décide enfin, sans même avoir croisé Mason une seule fois, c'est à la fois un geste prémédité et insensé. Elle est retournée à son propre foyer, a préparé outils et sac, pour se diriger vers les véhicules. Elle ne sait pas conduire, ne sait pas où aller, mais elle sait qu'elle doit le faire, sait qu'elle reviendra avant qu'on ne remarque son absence. Il est certainement 17 h, un truc du genre. La tombée de la nuit, à cette période, ne survient que vers 21 h. L'automne approche, mais l'été persiste.

Elle vole discrètement une clé, s'installe dans le véhicule concerné, grand et robuste, puis balance son sac sur le siège arrière. Mais rapidement, elle est confrontée à l'incompréhension face aux nombreuses commandes. Et comme elle est tant concentrée dans sa tâche, elle ne voit pas la silhouette qui déboule à sa fenêtre descendue. Elle sursaute violemment, mais constate qu'il s'agit de Blaze, qui l'observe. Elle est coincée, mais rassurée qu'il s'agisse de lui plutôt qu'un autre.

Un peu complexe comme véhicule, non? Typiquement militaire, annonce-t-il fièrement.
J'avais pas l'intention de le voler, juste de l'emprunter.
J'sais bien, t'inquiète. Je t'apprécie beaucoup, Olsen, mais je vais quand même devoir passer un appel pour ça. On a des règles à respecter.

À quel moment a-t-elle imaginé que sortir de l'enceinte du village serait facile?

Elle hoche la tête pour faire comprendre au garde qu'elle comprend. Il donne une petite tape sur la portière au moment de s'éloigner de quelques pas, non sans quitter le véhicule des yeux. Il s'empare d'un talkie-walkie. Elle n'entend rien. Mais lui, il fait un appelle général pour que « Pope » gagne une fréquence privée, lui expliquant une « possible fuite », décrivant une jeune femme bien connue de l'ancien militaire, précisant la présence d'un sac bien garni.  

Sortir de cet endroit est plus complexe que prévu. Il est vrai, elle s'habitue à cet endroit, se familiarise avec les lieux et les gens, mais certaines fois, elle étouffe. Pourtant, sans qu'elle ne puisse vraiment l'avouer, elle apprécie les nuits où elle peut se blottir contre lui, même si elle se sent parfois obligée de se décaler parce qu'il fait trop chaud. Une dizaine de jours la sépare de cette fameuse nuit dans le bain, où la vulnérabilité de Mason l'avait déboussolée. Les nuits suivantes, elle a pu dormir à ses côtés, si elle ne dormait pas avant son arrivée. Des journées longues, où ils se voyaient par intermittent, chacun très occupé. Des nuits simples, allongés sur le même matelas, sans drame aucun. Était-ce un rêve? Salomé, elle reste assise dans le véhicule, fermant les yeux, attendant qu'un autre garde que Blaze vienne la chercher pour la réprimander de sa désinvolture.

Blaze revient à la fenêtre, prétextant s'ennuyer pour lui faire un brin de conversation et l'occuper un moment. Lui-même ne sait pas où se trouve Pope exactement. Elle répond donc à ses questions, sans vraiment développer. Non pas qu'elle ne lui fait pas confiance, mais ce n'est pas à lui qu'elle souhaite parler présentement. Au bout d'un moment, néanmoins, son esprit semble faire des liens, alors un sourire résolu étire ses lèvres.

C'est lui que t'as prévenu, pas vrai? J'aurais dû m'en douter.

Soulagée ou inquiète de sa réaction?


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Once hate is gone, forced to deal with pain Empty


Mason Pope
Mason est un ancien militaire qui traverse l'apocalypse depuis six ans. Aux côtés de son frère, Will, et de sa protégée Emily. Il est prêt à tout pour secourir le monde, alors qu'il est loin d'être le meilleur homme sur terre. Il n'est ni un bon soldat, ni un bon être humain.

Né dans le Colorado, Mason est un petit monstre depuis cette époque. Il n'a fait qu'évoluer dans cette direction, malgré ses bonnes intentions et ses bons sentiments. On dit qu'un être ne peut être ni tout blanc, ni tout noir. Qu'il est un mélange de gris. Mason, lui, est plus foncé que ça sans être quelqu'un de mauvais.


Once hate is gone, forced to deal with pain Tumblr_pqoomae3o91ynme1po1_250

Amoureux depuis des années de la même femme. Une qu'il a fait tant souffrir autant physiquement que mentalement. Un amour malsain qui n'a rien de correct. Mais ça ne l'empêche pas d'aimer dans la démesure.


Daniel Sharman :copyright:️doomdays
Les nuits ne sont pas assez longues pour récupérer les journées qui elles, le sont beaucoup trop. C’est comme s’il n’y avait plus que l’exercice dans la vie : mental et physique. Aux côtés du chef de ce petit village post-apocalyptique, Mason apprend de nombreuses choses. Il en partage aussi certaine, mais il recense plus de connaissances aujourd’hui que lorsqu’il n’était qu’un simple garde. Mason a toujours eu besoin d’être guidé, d’être tenu en laisse pour faire les choses correctement. Pour ne pas avoir les idées qui partent en vrille et le corps qui fait complètement n’importe quoi. C’est étonnant de se dire que Mason est mille fois mieux dans sa peau aujourd’hui, alors que le village est entouré par un campement ennemi, que lorsqu’il n’avait rien de sérieux pour occuper ses pensées. Il était devenu trop malsain, trop douloureux pour elle. Mason a besoin d’encadrement, d’autorité, pour être un homme bien. Un type normal. Il aurait tout donné pour être uniquement un bon soldat.

'' - J’suis en service là…”

A quelle heure, de quel jour, Mason est-il capable de répondre absent lorsqu’il s’agit de Salomé ? Un coup de talkie-walkie de la part de Blaze, c’est tout ce qui a suffit pour le mettre dans un état colérique. Blessé. A l’autre bout du village en train de tracer les plans d’une possible percée dans les lignes ennemies, Mason était bien. En train de travailler. En train de faire en sorte que le futur soit meilleur. N’est-ce pas ce qu’il a toujours voulu, au fond de lui ? Les premières bombes avaient été une catastrophe à ses yeux. Mason n’est pas prêt à perdre la partie. Il veut gagner contre le groupe extérieur. Veut montrer aux gens qui vivent ici qu’ils n’ont pas à craindre les gens de dehors. La vie en dehors du village n’est pas abominable ; ils peuvent avoir un endroit sécuritaire. Il faut se battre pour le garder. Il était sur cet optique jusqu’à ce que Blaze vienne tout chambouler.

'' Putain…” Qu’il soupire en venant pincer l'arête de son nez avec les doigts de sa main droite. La seule pensée qu’il peut avoir est la suivante ; d’où, elle se barre ? '' Laisse tomber. Garde-la. J’arrive.”

Lorsque Mason est blessé, il n’a pas la même façon de gérer la chose que la plupart des gens. Généralement, il reste en retrait. Au lieu de parler du problème il a plus la fâcheuse habitude de faire la gueule jusqu’à ce que ça passe. Pas qu’il n’aime pas la confrontation, mais il n’aime pas ça avec Salomé. Tout allait si bien ces derniers temps, à ses yeux, qu’il a l’impression de manquer un wagon en apprenant qu’elle a tenté de s’enfuir à l’aide d’un véhicule du village.

Il est plus vexé par ce départ qu’il n’a pas vu venir, que pour le fait derrière lequel il se cache. Mason n’aura pas honte de dire qu’il est en colère parce qu’elle le met dans une situation coquette. Par rapport aux autres membres du village, par rapport au chef surtout. Elle a emménagé dans sa caravane, Mason n’a pas honte de dire qu’il se passe quelque chose avec Salomé, qui s’occupe de mieux en mieux au sein de la communauté. Il serait un minimum responsable si sa moitié quittait le village en emmenant avec elle un véhicule plus qu’utile et nécessaire aux autres. Sans compter ce qu’elle a mis dans son sac, très bien décrit, lui aussi, par Blaze.

Alors Mason a échappé à ses obligations par un mensonge inventé de toutes pièces, dont il ne se souvient même pas lorsqu’il arrive, en trottant, près du parking des véhicules. Tout ce qui l’intéresse c’est le véhicule à côté duquel il voit Blaze. Le visage impassible, Mason continue à avancer mais cette fois-ci, il ne trottine plus. Il se contente de marcher en inspirant pour reprendre correctement son souffle. D’un geste de la tête, silencieux, il demande à Blaze de partir, ce que ce dernier fait tout en prenant soin de rester dans les parages auquel des cas les choses tourneraient encore au vinaigre entre eux. De toute façon, Mason comme Salomé savent qu’ils sont surveillés par le garde.

Il met un temps à oser la regarder. Mais lorsqu’il le fait, à travers de la portière, il n’a pas envie de montrer qu’il est blessé qu’elle puisse s’enfuir, avec ce sac auquel il lance un regard en biais, sans même lui avoir dit quelque chose avant. D’où, elle ne propose à Mason de la suivre ? Depuis quand n’est-elle plus prête à recevoir de l’aide ? Non, lorsqu’il pose ses yeux sur elle, Mason se concentre bien à ne faire ressortir que de la déception et de la colère. Il refuse de la regarder avec amour, comme ces dernières semaines. Il se sent trahi sans connaître la vérité.

'' - Sort de là...” Qu’il sort en s’adressant à un, en ajoutant un choc de sa main sur le toit du véhicule. Mason n’ouvre pas la portière ; il n’est pas encore à la tirer par force hors de la voiture. '' T’as rien à foutre dans ce véhicule, Salomé. ” D’un regard en arrière, on dirait qu’il cherche Blaze du regard. '' Sort de là avant qu’il appelle les gardes… c’est ce qu’il aurait du faire dès qu’il t’a vu toutes façons.” Des mots crus, toujours, venant d’un Mason vexé qui repose son attention sur elle, sans même chercher à savoir ce qui lui prend. '' Aller, dépêches toi… j’ai pas que ça à faire. ”
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

Once hate is gone, forced to deal with pain Empty


Salomé
Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Née dans le Colorado le 19 novembre 1994, elle y a vécu toute sa vie avant que l'apocalypse zombie ne pointe le bout de son nez. Elle suivait des études en sécurité sanitaire. Sa mère était paysagiste, donc lui montrait les ficelles du métier.

Économe, méthodique, opportuniste, serviable, maladroite, manuelle, portée vers l'environnement.



Elle ne cherchait pas l'amour avant lui. Il est entré dans sa vie au tout début, lorsque tout partait en vrille. Elle a vu le pire en lui ; elle a craint le pire en lui. Plusieurs années plus tard, leur route s'est à nouveau croisée, mais cette fois, les choses avaient changé. Elle est tombée sous le charme du monstre, consciente que vivre pleinement pourrait cependant entraîner sa mort.


Alycia Debnam-Carey :copyright:️ Schizophrenic
La main de Mason tape sur le dessus du véhicule, ce qui la fait sursauter malgré elle tant l'écho vibre fortement dans l'habitacle. Elle possède cet étrange pouvoir de le mettre en colère, peu importe ses décisions.

Sors de là avant qu’il appelle les gardes… c’est ce qu’il aurait du faire dès qu’il t’a vu.
Ouais, il aurait dû.

Pour le coup, elle se sait stupide. Elle n'aurait pas dû laisser l'inquiétude la gagner. Elle aurait dû faire comme la première fois, dans la maison au Colorado. Elle aurait dû attendre le retour de sa mère - qui n'est d'ailleurs jamais revenue. Est-ce pour ça qu'elle n'a pas réfléchi, qu'elle a voulu faire les choses différemment? Car la première fois, c'est Mason qui l'a trouvée. N'est-ce pas encore le cas, à cet instant? Elle fixait le vide devant elle, décidée à ne pas l'écouter, décidée à rester butée à son idée de s'enfermer dans le véhicule, mais à cette dernière réflexion, celle de sa stupidité, elle tourne légèrement la tête vers lui, incontestablement coupable.

Elle grimace dans un léger grognement. Pour une fois, elle n'attend pas qu'il pète les plombs. Ce n'était pas le but escompté. Elle glisse ses doigts à la poignée, hésitante, mais l'ouvre néanmoins. Lentement, mais sûrement, elle descend du véhicule. Ses yeux, contrairement à d'habitude, fixe les bottes de Mason. Elle referme la portière dans un mouvement quasi lourd. Elle maintient son appuie. D'ordinaire, elle n'hésite pas à le fusiller du regard lorsqu'il la traite ainsi. Elle déteste qu'il puisse se montrer brusque, irritant. Elle ne perçoit pas sa peine, son sentiment de déception. Elle imagine bêtement qu'il est juste un peu vexé. Un jour, qui sait, elle saura faire la différence.

Tu le savais, que sa caravane avait été vidée? ose-t-elle demander sans préciser celle de sa mère.

Cette fois, elle ose lever les yeux dans sa direction, mais doit légèrement les plisser. Non, comment pourrait-il le savoir. C'est un simple garde. Que peut-elle savoir de ses nombreuses occupations? Elle le sait certes occupé, mais pas au point d'avoir un poste si haut placé, désormais. Elle secoue la tête. Elle ne peut pas blâmer Mason pour la disparation de sa mère. Sans doute aurait-il eu les capacités de la faire disparaître, pour elle, pour se plier à ses demandes, mais pas cette fois-ci. Le vieil homme a précisé que la dame était partie de son plein gré.

Sur son visage, elle passe sa main libre, fermant les yeux, cherchant une explication logique qui n'existe pas. Sa mère est partie sans prévenir, point à la ligne. Elle mime se gratter le sourcil avant d'ouvrir à nouveau les yeux. Elle reste plantée là, fixant cette fois les habits de Mason, parfois si garnis qu'il ne risque pas de mourir de froid. A-t-il chaud, là-dessous? Elle se pose la question, car la réponse est certainement plus évidente que toutes les autres. Mais la distance qui les sépare la dérange. Ce n'est pas lui qu'elle déteste, présentement. Elle n'a aucune pensée désagréable à son sujet, étonnement, sauf peut-être le coup sur la voiture.

Elle s'approche de lui, puis laisse simplement tomber son front contre son torse. Pendant quelques secondes, elle hésite, mais elle finit par passer ses bras autour de ses flancs, joignant ses mains dans son dos. Une étreinte qu'ils n'ont pas échangé souvent, particulièrement en plein jour, dehors, loin de l'intimité de la caravane ou de la nuit. Mason, il devient plus que le type louche qu'elle a connu. Mason, il l’intègre dans une nouvelle famille, avec Will, avec Emily, avec tous ces gens. Qui aurait cru qu'il puisse porter ce rôle.

Elle est partie, encore. J'sais pas pourquoi j'ai pensé qu'essayer de la trouver m'aiderait à comprendre quoique ce soit. Elle est de ma famille, Mason. J'peux pas juste rester les bras croisés. Mais elle a choisi de partir.

À une époque, elle l'a fait, restée les bras croisés. Elle voudrait le faire. Voudrait attendre, égoïstement, pour sa sécurité. Mais vivre ici a changé de nombreuses perceptions. Et Mason, il fait tout pour que ça fonctionne. Elle se sent conne.

Et puis, où je serais allée exactement? J'ai jamais conduis de ma vie, se dénonce-t-elle, jetant un bref coup d'oeil en biais au véhicule.

Cette fois, elle inspire plutôt qu'elle n'expire, à la fois honteuse, et moqueuse à son propre sujet, redressant la tête pour tenter de voir son visage. Avant, elle ne pouvait compter que sur elle-même. Ici, elle s'est autorisée à demander plusieurs services à Mason, mais ils se sont toujours accompagnés de « quelque chose en retour. » Techniquement, elle ne veut dépendre de personne. Mais il est doué, dans son genre, pour montrer qu'on peut compter sur lui.

J'avais pas l'intention de partir. Je pensais revenir vite, précise-t-elle. Après quelques secondes, elle ajoute aussi : Je t'en ai déjà tellement demandé.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Once hate is gone, forced to deal with pain Empty


Mason Pope
Mason est un ancien militaire qui traverse l'apocalypse depuis six ans. Aux côtés de son frère, Will, et de sa protégée Emily. Il est prêt à tout pour secourir le monde, alors qu'il est loin d'être le meilleur homme sur terre. Il n'est ni un bon soldat, ni un bon être humain.

Né dans le Colorado, Mason est un petit monstre depuis cette époque. Il n'a fait qu'évoluer dans cette direction, malgré ses bonnes intentions et ses bons sentiments. On dit qu'un être ne peut être ni tout blanc, ni tout noir. Qu'il est un mélange de gris. Mason, lui, est plus foncé que ça sans être quelqu'un de mauvais.


Once hate is gone, forced to deal with pain Tumblr_pqoomae3o91ynme1po1_250

Amoureux depuis des années de la même femme. Une qu'il a fait tant souffrir autant physiquement que mentalement. Un amour malsain qui n'a rien de correct. Mais ça ne l'empêche pas d'aimer dans la démesure.


Daniel Sharman :copyright:️doomdays
Lorsqu’elle ouvre la portière d’elle-même; Salomé enlève un poids des épaules de Mason sans le savoir. Parce qu’il n’a pas envie de s’énerver plus qu’il ne l’est ; il n’avait pas envie de la faire sortir de force du véhicule, ni d’avoir une nouvelle scène en la confrontant encore une fois. La dernière fois qu’ils se sont pris la tête remonte à quelques temps maintenant, et Dieu seul sait à quel point Mason n’a pas envie de revenir à cette période. Il aime beaucoup trop ce qu’ils ont aujourd’hui -même si c’est étrange et plein d’incompréhensions et de mots non prononcés.

Pourtant, il n’apprécie pas la façon qu’elle a d’éviter son regard. D’habitude, elle est plus farouche. D’une certaine façon plus elle-même. Ca le fait bouillir encore plus qu’elle n’explose pas à cet instant. Mais ça le trouble aussi d’une étrange façon. Mason est troublé lorsqu’il se sent en supériorité face à elle, et qu’elle ose baisser les yeux de cette manière lui donne cette impression malaisante.

D’abord, il ne comprend pas de quoi Salomé parle. Il grimace à sa première question, en vient même à hausse une épaule comme s’il cherchait vraiment la réponse. Mais il se détend lorsqu’elle le regarde enfin. Pas parce qu’elle a dit quelque chose d’intéressant, mais parce que les traits de son visage le font pour elle. Elle semble plus perdue que lui, et même quand elle le regarde, il a l’impression qu’elle n’est pas vraiment là. C’est la première fois qu’il a cette impression. Et en une fraction de seconde il se sent lui-même piégé par sa colère. Pourtant libéré à la seconde où elle s’approche pour poser son front contre son torse, où elle l’encercle de ses bras. C’est un automatisme pour son propre corps ; ses muscles semblent plus détendus à l’instant où il l’enlace à son tour. Etrangement, c’est lui qui se sent gêné d’une telle proximité en public, mais Mason n’a clairement jamais eu ce genre de comportement. Avec Fany, les choses étaient trop différentes pour qu’il puisse les comparer. Jamais dans sa vie, il n’a eu ce genre d’étreinte sincère et naturelle avec elle, devant un public sain ou sans public du tout. Salomé est souvent une première.

” - J'avais pas l'intention de partir. Je pensais revenir vite.” C’est tout ce qu’il avait besoin d’entendre pour que la colère s’échappe. Soudainement il se sent plus stupide qu’autre chose de s’être imaginé au centre du monde de Salomé. Elle a d’autres chats à fouetter. Et ça lui fait du bien, ça le fait soupirer tout en levant une main pour venir caresser l’arrière des cheveux de cette femme qu’il aime tant. ” Je t'en ai déjà tellement demandé.”
” - Je t’en ai trop pris… ça compense, nan ?”

L’ancien militaire se permet de l’humour, uniquement parce que c’est sa façon de complètement se décontracter de tout ce qu’il a pu ressentir avant qu’elle n’explique la situation. Il est soulagé au fond, Mason, mais une grande partie de lui reste intolérante à cette mère qui s'enfuit. Mason ne pourrait pas être plus soulagé que de savoir qu’elle n’est plus là, contrairement à Salomé, il n’éprouve pas d’inquiétude pour cette femme. Simplement de la rancune. De la jalousie malsaine. Il tait ses pensées et veut les faire disparaître avec un baiser qu’il lui prend en passant ses doigts sous son menton.

” - J’ai cru que tu voulais me quitter moi…” Qu’il soupire à son oreille après ce baiser, en la serrant contre lui pour panser ses maux à lui. Mais lorsqu’il se redresse et lui fait face de nouveau, son regard est plus sérieux que décontracté. ” Tu m’expliques, comment tu vas sortir du village avec un véhicule que tu sais pas conduire… alors qu’on est encerclés par l’ennemi ?”

Il hausse un sourcil. Cette question, c’est sa manière à lui de dire qu’il est de la partie. Loin d’être heureux de partir à la recherche de cette épouvantable mère, mais plus paisible par le soulagement qu’il ressent. Est-ce d’ailleurs ce sentiment là, qui le fait oublier qu’il ne doit pas partir ? Il reste attendu à l’autre bout du campement, mais il passe outre ce jugement. A ses yeux le village n’est pas en danger. Du moins pas pour le moment. Les choses sont stables depuis quelques temps même si les rations ne sont plus les même qu’avant cette guerre froide. Un écart de sa part de ne pas être tant mauvais ? Le chef du village comprendra, il aura intérêt à le faire. Après tout, Mason n’est pas le dernier à faire des heures pour son compte. A prendre des risques.

” - On peut pas prendre ce véhicule… par contre. Je sais où on peut en trouver un à l’extérieur.” Il hausse les épaules, comme si cette information était normale. Mason s’est même écarté complètement d’elle pour attraper le sac qu’elle a mit à l’arrière de la voiture, et le passer à ses propres épaules. ” Vingt-quatre heures… j’te laisse vingt-quatre heures pour la retrouver. Sinon on rentre. J’dois être là demain soir, et il faut que je sois là.”

Ce n’est pas par cette voie qu’il faut sortir. Tout le monde pourrait les voir. Pour aucun des deux cette situation n’est bonne. Ils ont eu le choix de partir fut-un temps, Mason n’est pas sûr qu’on les laisserait rentrer s’ils étaient vu. Mais il connait un moyen de sortir discrètement du village. C’est d’ailleurs pour ça que le vieux chez a choisi cette endroit pour se construire ; un des bâtiments publics est relié à une autre maison à quelques kilomètres au sud, par un vieux tunnel. Ce conduit qu’il a déjà emprunté pour sortir pour le compte du village. Si Salomé voulait sortir pour retrouver sa mère, elle trouve aussi le moyen d’en apprendre plus sur son chez elle, et sur Mason.

” - Quand on s’est fait avoir, y avait une équipe dehors. Du coup, ils sont de l’autre côté. Avec leurs véhicules.” Le regard de Mason se pose sur Salomé alors qu’ils arrivent près des douches communes. Il sourit stupidement en ouvrant la porte pour qu’elle y entre. ” Y a qu’à traverser un tunnel. Tout petit. Mais d’ici trente minutes on sera de l’autre côté de l’ennemi.”

L’endroit n’est pas gardé parce qu’il est fermé à clé. Une clé que Mason a dans sa poche parce qu’il en a besoin lorsqu’il revient de l’extérieur. Mais il fait déjà sombre lorsqu’ils parviennent à cette dite porte parce qu’ils ont du descendre dans le sous-sol du vieux bâtiment. Mason a déjà sorti sa lampe de poche accrochée à sa ceinture. Sans elle et tout ce qu’il y porte, il ne serait pas sorti ainsi.

” - T’es sure de vouloir prendre le risque ?” Qu’il demande avant d’ouvrir la porte qui mène directement sur le tunnel ; quelque chose de pas bien plus large que la porte elle-même et de terriblement sombre. Mason ne s’est jamais demandé à quelle époque ce tunnel avait été construit, mais il sait par habitude que les riches aimaient bien ce genre de tunnel pour échapper à quelconque raffle. ” Clairement… je pense pas qu’elle partirait à ta recherche. Famille ou pas.”
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

Once hate is gone, forced to deal with pain Empty


Salomé
Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Née dans le Colorado le 19 novembre 1994, elle y a vécu toute sa vie avant que l'apocalypse zombie ne pointe le bout de son nez. Elle suivait des études en sécurité sanitaire. Sa mère était paysagiste, donc lui montrait les ficelles du métier.

Économe, méthodique, opportuniste, serviable, maladroite, manuelle, portée vers l'environnement.



Elle ne cherchait pas l'amour avant lui. Il est entré dans sa vie au tout début, lorsque tout partait en vrille. Elle a vu le pire en lui ; elle a craint le pire en lui. Plusieurs années plus tard, leur route s'est à nouveau croisée, mais cette fois, les choses avaient changé. Elle est tombée sous le charme du monstre, consciente que vivre pleinement pourrait cependant entraîner sa mort.


Alycia Debnam-Carey :copyright:️ Schizophrenic
Elle n'avait aucune attente en venant se loger dans ses bras, mais elle est bien heureuse qu'il referme ses bras autour de son corps. Si elle se demandait s'il avait chaud dans ces vêtements, elle constate que oui puisqu'il la réchauffe en quelques secondes à peine. Essaie-t-elle vraiment de trouver du réconfort dans ses bras à lui, elle qui a toujours pensé devoir tout gérer seule? Il caresse sa tignasse.

Je t'en ai trop pris.

Il capte son entière attention par ces paroles. D'une certaine façon, il n'a pas tort. Longtemps, elle lui a reproché de lui avoir tout volé. Pourtant, il a bien une chose qu'il ne lui a jamais prise. Il lui vole un baiser. Elle reste pourtant surprise de ce naturel dont ils n'ont jamais fait preuve auparavant. Ses sourcils sont froncés sous cette incompréhension. Mason, il vient de lui donner de nombreuses palpitations par ce geste si... normal? Voilà. C'est normal. L'instant d'une seconde, toutes pensées se sont envolées.

J’ai cru que tu voulais me quitter moi…

Elle n'avait pas anticipé lui donner cette impression. Elle reproche de nombreuses choses à Mason, constamment. Mais elle a toujours su qu'elle était un réel problème également. À son soupir, elle se sent frisonner, mais pas à cause du froid. Il lui donne chaud. Elle n'a pas l'habitude de prévenir les autres lorsqu'elle prend une décision. Elle reste hébétée, légèrement, même quand il se recule pour parler de la voiture, l'étonnant positivement en s'impliquant aussitôt dans sa quête. Il attrape le sac sans attendre qu'elle réponde. De toute manière, elle n'a pas l'intention de l'en dissuader. Il lui apporte un sentiment de sécurité qu'elle ne pensait jamais avoir en sa compagnie. Il était son pire cauchemar. Y a-t-il quelqu'un de mieux placer pour chasser la douleur de ses souvenirs? 24h.

Je ne demande pas davantage. Nous serons revenus, lui assure-t-elle.

Il la guide jusqu'aux douches. Elle plisse malgré elle les yeux en lui jetant un coup d'oeil en biais. Évidemment, elle se demande pourquoi ils passent par ici exactement. Les sensations n'ont pas quitté sa peau depuis cette nuit-là. Il mentionne le tunnel. Doit-elle encore se laisser surprendre par cet homme? Jamais il ne cesse de le faire. Il sort une clé, ce qui capte immédiatement son attention.

Décidément, t'as plus d'un tour dans ton sac, soulève-t-elle alors qu'ils descendent.
T’es sure de vouloir prendre le risque?
J'ai déjà pris des risques plus gros, non? souligne-t-elle, non sans cacher qu'elle parle de lui, et de ce qui vient avec. Peu importe que ma mère le fasse, ou non. Je sais prendre mes propres décisions, Mason. Et d'ailleurs... est-ce que je dois me demander d'où tu connais cet endroit?

Oui, c'était pour sortir et éviter l'ennemi, mais elle doute même que tous les gardes aient connaissance de ce passage. Pourquoi Mason. Avec une grande suspicion, mais une légère malice dans le regard, elle le confronte. Il lui cache des informations. Elle pourrait en mettre sa main au feu. Quand il est si docile avec elle, il est plus facile de le percer à jour. C'est ce qu'elle commence à constater, au fur et à mesure.

Un automatisme, elle vient prendre la lampe torche de ses mains masculines pour elle-même éclairer la voie. Elle est adossée contre la paroi de l'entrée, illuminant ce long couloir qui se dresse devant eux, courbant légèrement au fond. Ils ne peuvent voir l’extrémité à cette distance d'ailleurs. Curieusement, ça lui fait plaisir qu'il soit là.

J'en ai marre de traîner une ombre, Mason. J'ai besoin de mettre les choses au clair. avoue-t-elle en parlant de sa mère, de cette impression de soumission qu'elle ressent à l'égard de cette femme.

Elle se sent plus légère de le faire aujourd'hui, parce que le fardeau de Pope sur ses épaules s'est atténué, lui laissant le temps de mettre bien d'autres problématiques sur le tapis. Elle a toujours aimé sa mère, l'a toujours considérée avec beaucoup de respect. Mais les temps ont changé... et les besoins aussi. En pensant à ses propres besoins, elle ne sait pas pourquoi son regard s'attarde longuement sur Mason. Est-elle dupe au point de croire qu'elle peut dépendre, en partie, de lui? Il est là, en chair et en os.

Ses besoins à elle.

Elle se hisse sur la pointe des pieds, doigts glissés à son cou. La lampe, elle éclaire n'importe quoi dans cet angle. Mais elle souhaite l'embrasser pour s'excuser, sans s'excuser avec des mots. S'excuser de lui avoir donner l'impression qu'il était abandonné. Elle a promis qu'elle ne l'abandonnerait pas, même quand il commettait l’impensable. Elle prolonge ce baiser, parce qu'il noir de moitié, parce qu'ils ne sont pas regardés, parce qu'ils ne sont que tous les deux face au néant. Long. Ça, elle commence à l'apprécier, quand ça ne s'arrête jamais, ce sentiment de bien-être.

Je prends le relais, merci.

Décidée, elle se met en tête de ligne. Un peu comme cette sortie où elle dirigeait avec la carte. Elle est plus à l'aise de savoir où elle met les pieds, plus à l'aise de mener sans craindre l'inconnu. Jeune femme sans entraînement, on pourrait imaginer qu'elle préfère laisser les autres penser pour elle, mais c'est faux. Même quand elle fuit et se cache, ce n'est pas par lâcheté,- chose qu'elle ne comprend pas encore -, mais pour se protéger, elle. Ce sont des faits, même si elle le regrette parfois. Elle défile dans ce couloir, éclairant ses pas, s'assurant d'éviter des carcasses de rats. Le chemin est étroit, mais elle est moins large d'épaules que lui. Elle se faufile tellement mieux, sans rafler ses coudes.

Tu crois que c'est quelque chose qu'on doit officialiser? demande-t-elle au bout d'un moment, profitant qu'il soit derrière elle. Elle met un temps d'arrêt. Notre relation. Dans ce monde. C'est nécessaire, tu crois?

Avait-il officialiser quoique ce soit avec Fany? Considère-t-il qu'ils soient assez proches pour se considérer si intimes? Est-elle seulement un jouet, pour lui? Elle n'offre que sa personne à cet homme. Pour elle, il est clair qu'ils ont évolué... mais de quelle façon? Quand on dit « je t'aime », c'est qu'il y a forcément plus qu'une simple fréquentation? Veut-elle vraiment connaître sa réponse? Elle n'aurait jamais pensé lui demander ça.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Once hate is gone, forced to deal with pain Empty


Mason Pope
Mason est un ancien militaire qui traverse l'apocalypse depuis six ans. Aux côtés de son frère, Will, et de sa protégée Emily. Il est prêt à tout pour secourir le monde, alors qu'il est loin d'être le meilleur homme sur terre. Il n'est ni un bon soldat, ni un bon être humain.

Né dans le Colorado, Mason est un petit monstre depuis cette époque. Il n'a fait qu'évoluer dans cette direction, malgré ses bonnes intentions et ses bons sentiments. On dit qu'un être ne peut être ni tout blanc, ni tout noir. Qu'il est un mélange de gris. Mason, lui, est plus foncé que ça sans être quelqu'un de mauvais.


Once hate is gone, forced to deal with pain Tumblr_pqoomae3o91ynme1po1_250

Amoureux depuis des années de la même femme. Une qu'il a fait tant souffrir autant physiquement que mentalement. Un amour malsain qui n'a rien de correct. Mais ça ne l'empêche pas d'aimer dans la démesure.


Daniel Sharman :copyright:️doomdays
Mason se contente de sourire lorsqu'elle tente de savoir comment il connaît cet endroit. Il a envie de lui en parler depuis que le chef l'a nommé à ce poste. Mais la règle était de n'en parler à personne. Si son frère et Emily n'ont pas cet honneur, Salomé est à leur niveau. Pourtant, il voudrait le faire. Mais Mason est bien plus tenté par lui dire lorsque tout sera de nouveau comme avant. Tranquille. Sans ombre au tableau. A partir de demain soir les choses devraient commencer à changer. C'est pour ça qu'il travaille tant. Mason a envie de pouvoir la réveiller un matin, lui dire que tout va bien, qu'il s'en est assuré pour elle.  

Mais Salomé est capable de prendre soin d'elle. Elle a fait pendant des années avant qu'ils ne se retrouvent. C'est certainement pour ça qu'il continue à sourire lorsqu'elle lui prend la lampe torche pour être en avant : plus il apprend à la connaître, plus il la considère comme son égal si ce n'est plus. Il l'écoute, et Mason comprend qu'elle veut tourner la page. Elle ne veut plus de l'ombre de sa mère. Salomé veut l'affronter comme elle a su affronter Mason. Pourquoi est-ce que ça lui fait tant de bien ? Parce qu'il n'a plus l'impression d'être le monstre de cette histoire.

'' - Je prends le relais, merci.''
” - C'est bien... Je vais te coincer un quatre d'heure de plus ici sinon. ”

C'est tout ce qu'il est capable de répondre après ce baiser. Salomé l'a coupé parce qu'il n'aurait pas pu le faire. Elle l'entend avec ses mots, mais elle doit le sentir avec la main qu'il a posé sur sa hanche pour la presser contre lui. Il n'a pas envie qu'elle parte. Mais il s'en retrouve soulagé quand elle le fait : retrouver cette femme, c'est une chance d'avoir Salomé pour lui tout seul. Être le seul qu'elle considère comme de sa famille, car elle n'aurait plus que lui. Sans ce frère. Sans cette mère. Elle est à lui.

'' - [...] Notre relation. Dans ce monde. C'est nécessaire, tu crois?
” - Tu parles de mariage, là ?”

Ils n'ont pas fait cent mètres sous terre, et voilà qu'ils sont déjà dans leur bulle. Qu'il parle avant même d'avoir réfléchis aux mots qu'il prononce. Il est surpris de ses propres mots, mais bien plus de Salomé. Il ne comprend pas où elle veut ne venir. Leur relation est clair aux yeux des autres. A ceux qui sont importants. N'est-ce pas évident qu'elle est sienne, maintenant qu'ils partagent la même caravane ? Ils partagent le même lit depuis peu. Mais les pensées et sentiments de Mason n'ont pas changé entre le avant, et le après. S'il aime Salomé, s'il veut être avec elle comme il sait si bien le dire, il veut lui être totalement dévoué. Il pensait qu'elle l'avait déjà compris.

” - Parce que si tu veux m'épouser, j'en suis.”

Mason ne sait pas s'il a continué à marcher longtemps, si c'est lui qui a forcé Salomé à se retourner, ou si elle l'a fait d'elle même. Mais au moment où il reprend la parole après ces mots, il la regarde dans les yeux. Sérieux, un peu perdu. Mais doux. Mason cherche à comprendre ce qu'elle veut dire et aimer des hypothèses alors qu'il devrait simplement prendre le temps de l'écouter. La laisser s'expliquer. Encore. Mason ne prend pas assez le temps.

” - J'pensais que c'était clair entre toi et moi. Que t'allais m'avoir dans les pattes jusqu'à ce que l'un de nous crève.” Des mots durs, puissants, mais c'est sa façon de lui déclarer son amour. Mason n'a jamais su faire autrement avec elle. De toutes manières, il n'a jamais eu à faire ou à dire ce genre de chose à Fany. Salomé peut-elle voir qu'il se perd dans ses propres mots ? ” J'm'en fou de ce que les autres pensent. T'facon... Ils savent tous que tu m'appartiens. Pourquoi est-ce que tu crois qu'il nous a mis dans la même caravane ?”

Mason ne comprend pas ce qu'il y a à officialiser de plus. Ce qu'il a à faire pour atteindre ce qu'elle souhaite. Il argumenterait des heures pour lui expliquer que ça ne regarde qu'eux. Salomé est une grande partie de pourquoi il se bat tous les jours. C'est pour elle, qu'il veut garder le village. Parce que ça leur fait du bien, parce qu'elle est belle dans cet endroit. Parce qu'il ne pense pas être prêt à vivre autrement avec quel. Quel comportement ils pourraient avoir l'un envers l'autre dans un environnement différent.

” - Dis quelque chose. ” Il veut une reponse mais ne lui a pas vraiment laissé le temps de le faire. Déjà il ajoute quelque chose. ” Si c'est ce que tu veux, je t'épouse dès qu'on retourne au village. Devant tous les autres... Est-ce que ça rendrait les choses officielles pour toi ? ”
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

Once hate is gone, forced to deal with pain Empty


Salomé
Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Née dans le Colorado le 19 novembre 1994, elle y a vécu toute sa vie avant que l'apocalypse zombie ne pointe le bout de son nez. Elle suivait des études en sécurité sanitaire. Sa mère était paysagiste, donc lui montrait les ficelles du métier.

Économe, méthodique, opportuniste, serviable, maladroite, manuelle, portée vers l'environnement.



Elle ne cherchait pas l'amour avant lui. Il est entré dans sa vie au tout début, lorsque tout partait en vrille. Elle a vu le pire en lui ; elle a craint le pire en lui. Plusieurs années plus tard, leur route s'est à nouveau croisée, mais cette fois, les choses avaient changé. Elle est tombée sous le charme du monstre, consciente que vivre pleinement pourrait cependant entraîner sa mort.


Alycia Debnam-Carey :copyright:️ Schizophrenic
Tu parles de mariage là?

Elle manque de s'étouffer avec sa propre salive lorsqu'il pose cette question si spontanée. Elle ne parlait pas de mariage précisément, juste de mettre des mots plus concrets sur cette relation. Les autres, ils voient deux personnes qui se tournent autour et qui vivent ensemble, mais jamais ils n'ont précisé... davantage. Elle n'avait pas même penser à cette éventualité. Est-ce un engagement auquel lui pensait déjà? Sa gorge se noue.

Parce que si tu veux m'épouser, j'en suis.

S'il pouvait poser sa main sur son coeur à cet instant, il constaterait qu'il n'est plus du tout régulier. Elle n'anticipe jamais ses réactions. Elle a cessé de marcher, incapable de coordonner ses jambes et son esprit. Marcher aurait donner l’impression qu'elle voulait fuir la conversation. Et même si elle est douée pour fuir, elle n'a pas envie d'ignorer cette confrontation là, car ce n'est pas une mauvaise confrontation. Certaines confrontations sont positives et constructives.

Ils savent tous que tu m'appartiens.
Que je t'appartiens? sont les premiers mots qu'elle prononce enfin, qu'elle répète, haussant un sourcil, avec pourtant un léger sourire aux coins des lèvres.

Elle commence réellement à trouver intéressants tous les mots choisis par Mason pour s'adresser à elle. Certains l'offusquent moins qu'avant. D'autres l'excitent même et ce n'est pas volontaire. Certains blessent, mais elle s'en remet. Ils sont tellement vrais et tellement spontanés, que même si certains peuvent l'offenser, elle ne voudrait pas qu'il fasse autrement. Ils ont vécu beaucoup de choses, mais elle s'est tant ouverte à lui au niveau sentimental et émotionnel, même dans l'intimité, qu'il a carrément raison : elle lui appartient et ne souhaiterait être à personne d'autre. Elle trouve pourtant lourd le terme « appartenir ». Peut-être parce qu'elle a été seule si longtemps. Elle n'a cependant pas envie de le contredire.

Dis quelque chose...

Elle n'avait pas remarqué qu'elle était sous le choc, silencieuse, juste à le contempler dans la faible lueur émise par la lampe torche.

Si c'est ce que tu veux, je t'épouse dès qu'on retourne au village. Devant tous les autres...  Est-ce que ça rendrait les choses officielles pour toi?
Mason...

Elle passe une de ses mains à son cou. Elle ne pourrait pas chercher ses mots même si elle le voudrait. En général, quand on essaie de trouver les bons mots pour parler, c'est qu'on anticipe la réaction de l'autre. Pourtant... elle ne peut rien anticiper de lui, car ça vient comme ça vient selon des données complètement hors de son contrôle. Pourtant, elle alors pouvoir le contrôler pour le maîtriser. Souvent, les gens, ils peur de s'engager, car ils craignent de se séparer à cause de la maison, à cause des enfants, à cause des animaux, à cause des papiers du divorce. Mais, il n'y a rien de tout ça en ce monde. Son frère lui dirait juste « arrête de réfléchir, tu pourrais passer à cause de belles choses. » Qu'a-t-elle a perdre désormais? Il est clair que seule la mort puisse avoir le pouvoir de les séparer.

Je veux que ce soit officiel entre nous principalement, dit-elle, ayant le réflexe de glisser ses doigts dans les siens. Pas seulement une cohabitation. Pas seulement... un câlin de temps en temps.

Pourquoi est-elle gênée de dire « câlin » alors que lui peut dire « bite » sans problème? Elle cherche surtout à lui dire qu'elle posait la question pour effacer les ambiguïtés qui l'empêchent parfois d'être complètement ouverte avec lui, comme ce début un peu pèle-mêle dans la caravane quand elle dormait sur le canapé, qu'elle ignorait qu'il était enfin près à se pardonner à lui-même pour sa lourde maladresse. Elle a besoin d'une personne vraie, capable de ce qu'elle ne sait pas faire, pour se sentir réellement complète. Personne, hormis Mason, ne peut lui donner davantage. Et elle ne ressent pas l'envie d'avoir une première fois avec un autre. Il est vrai qu'ils sont ensembles, parce qu'ils se sont offerts à l'autre, parce qu'ils ont accepté l'autre. Pour elle qui n'a jamais vraiment eu de relation, il était peut-être important de mettre des mots dessus. Qu'est-ce qu'elle en sait? Elle est juste très contrôlante.

J'en suis.

Ses doigts compriment les siens.

J'en suis. Épouse-moi, Mason Pope. Ici ou au village. Personne n'a besoin de confirmer quoique ce soit. Mais... j'ai bien envie que les autres sachent que tu m'appartiens.

Ne pas réfléchir lui donne le vertige. Peut-être même des nausées. Elle bascule légèrement la tête vers l'arrière, puis se replace droite, faisant un peu pour être assez proche de lui. Elle est incapable de lâcher sa main par contre. C'est pas la peur, qu'elle ressent, qui serre sa gorge. C'est le traque. Une boule lourde et oppressante. Déstabilisante.

Je sais que... je t'ai promis une mort atroce, souvent... Trop souvent. Et aussi qu'on reste souvent derrière les non-dits... Mais... je suis sûre d'une chose. Je ne me suis jamais sentie plus vivante qu'aujourd'hui. Et t'y es pour beaucoup. Elle émet une petite grimace amusée, inclinant légèrement la tête. Le stresse, sans doute. C'est sensée que je dise oui?


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Once hate is gone, forced to deal with pain Empty


Mason Pope
Mason est un ancien militaire qui traverse l'apocalypse depuis six ans. Aux côtés de son frère, Will, et de sa protégée Emily. Il est prêt à tout pour secourir le monde, alors qu'il est loin d'être le meilleur homme sur terre. Il n'est ni un bon soldat, ni un bon être humain.

Né dans le Colorado, Mason est un petit monstre depuis cette époque. Il n'a fait qu'évoluer dans cette direction, malgré ses bonnes intentions et ses bons sentiments. On dit qu'un être ne peut être ni tout blanc, ni tout noir. Qu'il est un mélange de gris. Mason, lui, est plus foncé que ça sans être quelqu'un de mauvais.


Once hate is gone, forced to deal with pain Tumblr_pqoomae3o91ynme1po1_250

Amoureux depuis des années de la même femme. Une qu'il a fait tant souffrir autant physiquement que mentalement. Un amour malsain qui n'a rien de correct. Mais ça ne l'empêche pas d'aimer dans la démesure.


Daniel Sharman :copyright:️doomdays
Il l'a regardé agir, avec le peu de luminosité accordé par la lambe torche. Mason l'a plus senti passer cette main féminine passer à son cou qu'autre chose. D'habitude, dans ce tunnel, il aurait hurlé au moindre toucher. Il est censé être seul, mais la présence de Salomé chamboule tous les espaces. Même son prénom qu'elle a murmuré plus tôt chamboule son corps. Mason a directement eu peur qu'elle refuse. Même si sa demande n'était pas comme on peut imaginer une demande en mariage, même si ça n'a rien à voir avec les histoires romantiques qui se déroulaient autre fois.

Il a eu envie de répondre. De dire qu'à ses yeux, leur relation à toujours été officielle. Toujours été ainsi étrange mais concrète. Quand il l'a vu pour la première fois au village, l'ancien militaire savait déjà qu'il ne l'a lâcherait pas. Il l'a convoitait tout autant à l'époque. Ce serait mentir de dire que tout est différent aujourd'hui. Pour lui, aimer Salomé n'a rien à voir avec ce qu'ils peuvent faire ou non, dans l'intimité. Ça n'a rien de comparable avec les autres relations qu'il a pu avoir. S'il y a clairement montré une dépendance, Mason n'a pas besoin de sexe pour l'aimer. Pour apprécier être avec elle. Il prend ce qu'elle donne. Ce serait à nouveau mentir de dire qu'il n'a pas envie d'elle. A cet instant présent. Les autres avant aussi. Depuis cette nuit après le feu, contre l'arbre, Mason à envie de posséder Salomé alors qu'il était répugné par cette idée depuis la nuit dans la caravane. Qu'elle use du mot câlins le fait sourire. Le fait fondre. À ses côtés il a l'impression d'être un gamin qui tombe pour la première fois amoureux. C'est ce qui l'a fait rester silencieux d'ailleurs.

Toutes ses barrières tombent avec quelques mots bien choisi. J'en suis. Épouse moi, Mason Pope. Salomé à éteint un bouton que lui même ne savait pas exister. Mason lui-même ne savait pas qu'il avait envie d'entendre ces mots. Pourtant l'effet qu'elle lui procure en les prononçant est inimaginable. Mason à serré les doigts de Salomé comme s'ils avaient peur qu'elle le lâche. Il a eu peur de perdre ce contact parfait. Il a anticipé quelque chose qui ne se produit pas, qui aurait pu être banale alors qu'il n'a pas senti son érections monter d'une traite. La dernière fois qu'il s'est senti aussi dur, c'est lorsqu'elle tenait l'écharpe entre ses doigts, enroulée autour du cou de Mason. Mais cette fois-ci il n'en a pas honte. Il se contente de sourire parce qu'il n'y a pas un mot capable de sortir de sa bouche.

” - T'as déjà dis oui... Mais j'aime l'avoir entendu clairement. ” C'est tout ce qu'il est capable de dire. Mason se contente de sourire mais très vite, sa main glisse déjà sur la hanche de Salomé. Son corps est trop loin même si son visage semble si près dans le noir. ” Alors je suis censé dire que je t'aimerais toute ma vie ? Mais tu le sais déjà... Que la fin soit demain ou dans quarante ans. ” Parce qu'il ne veut pas sentir le bassin de Salomé échapper au siens, Mason décide de lâcher sa main et pas sa hanche. Il la pose désormais sur sa joue, l'embrasse d'abord tendrement. ” Surtout dans la maladie... Et un peu la pauvreté ? ”

Mason s'est mit légèrement à rire en caressant la joue de Salomé. Il n'y a pas assez de lumière pour qu'il la voit comme il le désirerait. Mais il aime les ombres qui se dessinent sur son visage. De nouveau il l'embrasse mais la tendresse n'est plus la même. C'est l'envie qui prend le dessus. C'est ce baiser caché, échangé par les mariés loin des regards, qu'il convoite. Plein de passion. Plein de fougue. Il veut accaparer la langue de Salomé parce qu'elle est sienne maintenant. Il veut profiter de ce qu'il a le droit de prendre. Elle veut plus qu'un câlin par-ci. Un baiser par là. Elle veut tout et il est prêt à lui offrir.

” - On va t'appeler Salomé Pope, maintenant... ” Qu'il soupire lorsqu'il l'a relâche pour qu'elle respire.

Cette simple phrase l'excite au plus haut point. Sur le coup, il semble oublier où ils se trouvent. Oublier qu'il touche les murs à chaque fois qu'il bouge trop. Mason s'est baissé pour passer ses mains sœur les cuisses de Salomé. Une impulsion qui ne mène pas bien loin ; certe, il la maintient à ses hanches mais il n'a pas la place de se tenir debout ainsi. Ses jambes sont arquées, une positon qui lui rappelle l'arbre contre lequel ils se sont déjà appuyés. Inconfortable, trop. Il soupire. Grogne même parce que ça ne fonctionne pas comme son impulsivité l'aurait souhaité.

” - T'as de la chance... ” Il soupire en la reposant à terre. A taton. Il ne voit rien, la lumière n'éclaire plus ce qui est important. ” Parce que là, tout de suite... J'ai envie de te prendre comme jamais. ”

Son sac le gêne. Mais il la retourne quand même. La lampe de poche finie complètement cacher par le corps de Salomé et ils ne voient plus rien. Mason grogne de nouveau car ainsi, aucune des courbes de Salomé ne sont visibles. Il les sent, avec ses mains qui tiennent à nouveau ces hanches féminines pour la coller à son bassin. Il voudrait voir son dos. Voudrait tout voir. A croire qu'il a oublié où ils se trouvent : sous la pièce même où il a dépucelé cette femme. Sauf qu'ici il n'y a ni lumière ni la chaleur de l'eau. Seulement le noir et les cadavres de rats au sol. Instinctivement, il enfouit son visage dans les cheveux de Salomé. Inspire fort son parfum comme si ça pouvait réellement l'aider à se calmer. Tout un état pour des mots prononces à la légère, mais sincères.

” - Je vais compter jusqu'à trois... Profites en pour m'échapper... Où ta mère pourra attendre quinze minutes de plus. ” Ses lèvres se glissent à l'oreille de Salomé. Les mots qu'il va prononcer, il a dû mal à les dire. L'excitation le fait parler, parce que même si c'est un compliment, aucun homme ne parierait sur ça pour plaire à une femme. ” Dix.. Et encore. Je vois grand. ”
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

Once hate is gone, forced to deal with pain Empty


Salomé
Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Née dans le Colorado le 19 novembre 1994, elle y a vécu toute sa vie avant que l'apocalypse zombie ne pointe le bout de son nez. Elle suivait des études en sécurité sanitaire. Sa mère était paysagiste, donc lui montrait les ficelles du métier.

Économe, méthodique, opportuniste, serviable, maladroite, manuelle, portée vers l'environnement.



Elle ne cherchait pas l'amour avant lui. Il est entré dans sa vie au tout début, lorsque tout partait en vrille. Elle a vu le pire en lui ; elle a craint le pire en lui. Plusieurs années plus tard, leur route s'est à nouveau croisée, mais cette fois, les choses avaient changé. Elle est tombée sous le charme du monstre, consciente que vivre pleinement pourrait cependant entraîner sa mort.


Alycia Debnam-Carey :copyright:️ Schizophrenic
Alors je suis censé dire que je t'aimerai toute ma vie? Mais tu le sais déjà... Que la fin soit demain ou dans quarante ans.

À  cette phrase, un sourire transparaît à ses lèvres entrouvertes pour ressentir le souffle de l'homme. Elle secoue la tête faiblement. Il n'a même pas besoin de parler, en fait. Maladie et pauvreté sont déjà leur quotidien. Elle considère assurément les actes plus que les mots. Ne l'a-t-il pas compris après six ans... sept ans? Elle est à la fois déboussolée, à la fois extasiée. Le baiser tendre du début se transformer en quelque chose de plus passionnée. Elle en oublie littéralement où elle se trouve. C'est la première fois qu'elle cherche à se point à fusionner avec sa bouche, consommant une promesse qu'ils viennent de se faire.

― [...] Salomé Pope, qu'il soupire, ce qui décroche néanmoins un rire bref et tendre de la part de la fille.
T'abuses... souffle-t-elle en retour.

Est-ce vraiment encore d'actualité que les femmes changent de nom de famille pour celui de l'époux? Elle digère déjà très mal d'avoir celui de son père. Mason en sait quelque chose ; elle l'a déjà frappé pour avoir posé trop de questions à ce sujet. Ça lui donne l'impression d'être enchaînée à la gente masculine. Elle n'y pense plus lorsqu'il cherche à la soulever par la cuisses, mais rigole de sa vaine tentative. Cet espace n'est pas adéquat pour ce genre d’acrobatie.

J'ai envie de te prendre comme jamais. [...] Je vais compter jusqu'à trois...

Quinze minutes. Dix minutes. C'est le temps qu'il estime pour faire ce qu'il souhaite faire. En trois secondes, elle n'a pas le temps de le fuir, pas ainsi retournée contre la paroi, en proie à la pression de son corps contre son corps. Si cette position a un jour été déstabilisante, elle ne l'est clairement plus. Ainsi, elle se sent transportée. La première fois qu'il s'est positionné ainsi dans le lit tandis qu'ils dormaient, elle a été incapable de se rendormir. Il s'est tourné, comme un automatisme et l'a longuement enlacée. Il ne le sait pas, mais elle a passé des heures à se blottir, suivant le rythme de sa respiration. Et c'est sûrement pour ça qu'elle reste bloquée là, incapable de protestation. Sa mère, elle a attendu une journée entière. Elle n'est pas en danger, seulement partie. Qu'est-ce que ça peut bien changer... quinze ou dix minutes? Salomé a toujours été un brin égoïste et profiteuse... ce n'est pas quelque chose qui a changé au fil des années. Il lui semble devoir choisir entre son passé et son avenir.

T'es trois secondes, elles sont passées.

Elle bascule sa tête sur son épaule.

Normalement, je devrais te dire que ce n'est pas raisonnable.

Mais il est assurément sa seule source de réconfort aujourd'hui. Elle s'est encore sentie abandonnée par sa mère. Et Mason, il lui promet littéralement un amour éternel. L'affection de la chair, elle est plutôt forte et persuasive. Mais c'est surtout sa présence qui compte ainsi que sa manière de la ramener parmi les vivants. Elle a vu ses nombreuses personnalités, et pourtant elle arrive à découvrir l'amour au travers de ses gestes. Cet amour qu'elle ne pensait pas connaître, et qui pourtant lui semble de plus en plus flagrante. Elle commence à sentir le manque de ses absences, lorsqu'il travaille trop. Elle se sent comme lui, lorsqu'il est accro. Elle ne mentait pas en disant qu'elle voulait qu'il lui appartienne. Elle n'a jamais ressenti ça, ce besoin. Et les mots lui brûleraient la langue si elle osait avouer qu'elle voudrait qu'il mette ses mots à exécution, qu'il la prenne comme jamais.

Ils n'ont parcouru qu'une centaine de mètres, non? Elle ne prend même pas la peine de se retourner. Elle glisse sa main dans la sienne pour rebrousser chemin. Dans l'autre sens, les minutes auraient été une éternité, et elle aurait perdu ce feu qui la démange depuis un bon moment maintenant. Il n'est plus le seul à frustrer pour ça. Et même si elle aurait pu se laisser aller dans le noir, la carcasse des rats l'enthousiasmaient moins. À peine arriver à la porte, elle se retourne enfin, balance la lampe torche dans un coin après l'avoir éteinte. Elle débarrasse Mason du sac et le tire ensuite vers elle en tirant ses vêtements. Elle aurait pu attendre qu'ils franchissent la porte. Elle cherche la poignée d'une main, ne sachant plus s'il la verrouillé avant qu'ils reprennent leur marche.

Baise-moi, qu'elle soupire à son oreille.

Elle aurait pu lui demander de lui faire l'amour, mais il y a ce truc de plus passionnel que la première fois, de moins agressif que la fois de la caravane. Pas faire l'amour. Pas violer. Baiser. Lorsque la porte s'ouvre enfin dans son dos, elle l'attire avec elle, voulant qu'il l'embrasse encore avec cette même passion. Dans le pire, ils se retrouveront dans l'escalier, au mieux ils trouveront un vestiaire. En général, elle fait attention à chaque geste, s'assurer de rester en contrôle, mais c'est la première fois qu'elle se sent elle-même si pressée.

9 minutes, qu'elle le met au défi.  


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Once hate is gone, forced to deal with pain Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Once hate is gone, forced to deal with pain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: