Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Promo Nike : -25% pour 2 articles achetés
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Cœurs ennemis ♣ Elsy

Lullaby
Messages : 2107
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
flower
Lullaby
Mer 5 Oct - 16:13
F8bL2CH.png
Elisabeth Heidegger
J'ai 27 ans et je vis à Dortmund, Allemagne. Dans la vie, je suis ancien étudiante en médecine et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancée et je le vis bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.

Après la défaite de l'Allemagne, et sa relation avec Matthias, un officier Allemand, Lizzie est dénoncée pour trahison par l'agent des postes. Emmenés comme d'autres coupables d'amour avec l'ennemi, la jeune femme est tondue et humiliée en place publique suite à quoi elle quitte la France pour retrouver Matthias.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia

videotogif_2021.03.18_21.16.52.gif

Si elle se sent un  peu gauche, si elle a l’impression de ne pas maîtriser tous les codes des relations humaines, ou plutôt charnelle, Lizzie se sent cependant parfaitement heureuse, au moment de concrétiser leur amour, leur désir et leur mariage. Cette ultime étape de la nuit de noce était la preuve inéluctable de leur mariage. La confirmation de celui-ci, de leur amour, de leur lien et de l’intensité de ce qu’ils avaient traversé, partagé. C’était un plongeon, aussi, dans l’inconnu. Dans l’après. Dans la possibilité de devenir non plus seulement un homme et une femme, un mari et une épouse, mais aussi un père et une mère. Cette pensée fugace lui traversant l’esprit, Lizzie esquisse un sourire discret. Avoir un enfant, des enfants, c’était quelque chose qu’elle n’avait pas envisagé au cours des dernières années, dans une Europe en guerre, incertaine. Maintenant… c’était un futur auquel elle avait droit. Auquel elle pouvait légitimement prétendre, alors qu’elle atteignait le respectable statut de femme mariée. Mattias en avait-il conscience lui aussi ? Et surtout était-il prêt à cette éventualité ? C’était le genre de choses que l’on attendait généralement d’une nuit de noce, comme des rapports entre époux. Mais y pensait-il à présent, en cet instant ? Elle ne saurait le dire.

Le moment est doux, agréable, bien supérieur à tout ce qu’elle avait pu se figurer sur cette nuit. On ne peut pas comprendre avant de le vivre, c’est une évidence. On ne peut pas savoir ce que c’est avant d’y être. Lizzie ne s’attendait pas à ça. Elle ne savait, à vrai dire, pas trop à quoi s’attendre. Ce n’était pas le genre de choses sur lesquelles les filles, surtout, étaient particulièrement instruites. Pas avant de le vivre par elle-même. Pas avant qu’elles ne puissent légitimement connaître ce genre de chose, dans le cadre sacré du mariage. Pas avant qu’elles puissent rester pantelantes, essoufflées, des ébats passionnés entre les bras de l’homme de leur vie, comme c’était son cas à présent. Homme de sa vie dont elle vient, du reste, embrasser la mâchoire tendrement.

”- Je t’aime…” murmure-t-elle à son oreille, avant d’appuyer sa tête sur son épaule, pour y dormir.
Elsy
Messages : 1342
Date d'inscription : 02/11/2019
Région : Alsace
Crédits : /

Univers fétiche : SF
Préférence de jeu : Homme
vol de nez
Elsy
Mer 16 Nov - 15:34
257baf20b94acc235dae7c663381deb2d71bd09b.png
Matthias
Heidegger

J'ai 28 ans et je vis à Dortmund, Allemagne. Dans la vie, je suis un ancien officier de l'armée allemande , désormais fermier et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureux d'une belle française et je le vis plutôt bien.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 34 3191486607_1_2_ybLBk4XU

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 34 60B5


Paul Welsey (c) Lullaby
C'est plus beau que tout ce que j'aurai pu imaginé. Plus parfait , même. Il n'y avait rien de comparable. Ce n'était plus tant une idée de consommer le mariage , ou même d'avoir des enfants , c'est bien au-delà. C'est une manière de montrer notre amour , et il n'y en a pas de mieux. Même si , bien sûr, je pense déjà aux bonheurs futurs que cela pourraient nous apporter.

Avant de la rencontrer , je ne pensais pas au fait d'avoir des enfants. J'avais d'autres préoccupations , puis je ne me suis jamais senti prêt à être père. Trop jeune , trop immature...
Aujourd'hui, je ne vois plus les choses de la même manière. Je ne ferai pas une obsession du fait d'avoir des enfants , mais je serai très heureux d'avoir le bonheur d'en élever. Surtout avec Elisabeth. Même si ce sera dur et effrayant...

"Je t'aime aussi." , je réponds en français , ivre de bonheur de l'avoir au creux de mes bras , un sourire sur les lèvres , prêt à me laisser aller dans les bras de Morphée , en sa compagnie.

***

La vie tentait de reprendre son cours normal , après des années de dévastation causée par la guerre. Ma femme et moi avions désormais notre propre chez nous, certes petit , et toujours dans la propriété familiale que je ne pouvais me résoudre à quitter , mais l'indépendance était essentielle.
Ma mère aimait peut être Liz , mais je sentais qu'il était difficile d'imposer notre présence à ma sœur. Un léger éloignement était donc nécessaire , surtout depuis que nous essayons plus sérieusement d'avoir des enfants.

En cette fin d'après midi ensoleillée , je travaillais dans les champs attendant avec impatience de terminer mon travail , et de voir Liz rentrer de ses activités...
Lullaby
Messages : 2107
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
flower
Lullaby
Mer 7 Déc - 12:56
F8bL2CH.png
Elisabeth Heidegger
J'ai 27 ans et je vis à Dortmund, Allemagne. Dans la vie, je suis ancien étudiante en médecine et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancée et je le vis bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.

Après la défaite de l'Allemagne, et sa relation avec Matthias, un officier Allemand, Lizzie est dénoncée pour trahison par l'agent des postes. Emmenés comme d'autres coupables d'amour avec l'ennemi, la jeune femme est tondue et humiliée en place publique suite à quoi elle quitte la France pour retrouver Matthias.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia

videotogif_2021.03.18_21.16.52.gif

Après la guerre, la vie avait tout simplement repris son cours, aussi simplement que cela. Le pays portait toujours les stigmates des affrontements passés, principalement dans l’esprit de ceux qui avaient pu revenir des batailles, mais petit à petit, la guerre avait fait place à la paix, le deuil à la joie, la souffrance au bonheur. Après leur mariage, Lizzie et son époux s’étaient tournés vers l’avenir, s’installant ensemble dans une charmante petite maison sur la propriété familiale, Matthias continuant d’y travailler corps et âme à l’entretiens des terres, tandis qu’elle-même avait choisit de prendre des cours d’allemands plus intensifs pendant quelques semaines, avant de finalement faire les démarches pour reprendre, en allemagne cette fois, ses études de médecine. Bien sûr, elle avait conscience qu’avec la barrière de la langue la chose n’était pas des plus évidentes mais ce défis ne lui avait pas fait peur et après avoir prouvé ce dont elle était déjà capable, elle avait pu rejoindre un groupe de future médecin de niveau équivalent au sien, pour perfectionner ses savoirs et ses méthodes.

Aujourd’hui, cependant, la journée avait été pour elle plus difficile que d’ordinaire, se sentant prise de nausées et de vertiges dès le début de matinée. En poste dans un cabinet de la ville pour se former sur le terrain, elle avait finalement terminé sa journée en passant elle-même sur le fauteuil du docteur, lequel l’avait examiné de longues minutes avant de la regarder d’un air grave, annonçant qu’elle devrait sûrement abandonner ses études. Comme ça, de but en blanc. Ces mots avaient choqués Lizzie, un instant, jusqu’à ce que le vieux docteur ne dessine un sourire sur ses lèvres, lui révélant qu’elle était enceinte. Enfin. Depuis qu’ils s’étaient installés dans leur maison, c’était un projet nouveau qu’ils avaient à cœur. Celui de fonder leur famille. Et le ciel avait entendu leurs prières.

Quittant le cabinet du docteur Setzer, Lizzie avait retrouvé le cheval dans l’écurie, grimpant sur le dos de celui-ci pour retourner au plus vite au domaine, pressée d’apprendre la nouvelle à son époux, dont elle devine sans mal la joie qu’il ressentirait. Descendant de cheval à peine arrivé devant la maison, attachant celui-ci à un arbre, elle se hâte ensuite de rejoindre Matthias dans les champs, l’appelant comme elle l'aperçoit sous le soleil de la fin d’après-midi.

Elsy
Messages : 1342
Date d'inscription : 02/11/2019
Région : Alsace
Crédits : /

Univers fétiche : SF
Préférence de jeu : Homme
vol de nez
Elsy
Mer 18 Jan - 22:04
257baf20b94acc235dae7c663381deb2d71bd09b.png
Matthias
Heidegger

J'ai 28 ans et je vis à Dortmund, Allemagne. Dans la vie, je suis un ancien officier de l'armée allemande , désormais fermier et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureux d'une belle française et je le vis plutôt bien.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 34 3191486607_1_2_ybLBk4XU

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 34 60B5


Paul Welsey (c) Lullaby
Le travail physique ne m'a jamais réellement dérangé. Bien au contraire , j'ai dû très tôt assumer beaucoup de choses à la maison , et ma mère m'a toujours donné l'exemple du travail bien accompli.
Nulle question de ménager mes efforts , ou de ne pas faire les choses correctement.

Puis , en ce moment-même , avec le soleil qui baisse doucement , je sais que Liz ne va pas tarder à rentrer de ses affaires , et que nous pourrons passer le reste de notre journée ensemble , au calme , à discuter , à profiter de la présence de l'autre.

Cette simple idée m'apporte un immense réconfort , ainsi qu'un grand sourire sur mon visage. J'ai hâte de pouvoir la serrer dans mes bras.

C'est quelques instants plus tard que je vois sa silhouette se dessinner à l'horizon. Je commence aussitôt à ranger mes outils dans le local à disposition , avant de me mettre à marcher vers elle. Je viens l'entourer de mes bras avec affection , déposant un doux baiser dans ses cheveux , respirant sa délicieuse odeur.

"Bonsoir , mon amour. Tu as l'air rayonnante ce soir. T'as journée s'est bien dérouléé ?" , que je lui souffle.


Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 34 9e38ee29f742895f78b842f01a0ce73aea85a3e4
《I need you.》
Lullaby
Messages : 2107
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
flower
Lullaby
Ven 20 Jan - 0:31
F8bL2CH.png
Elisabeth Heidegger
J'ai 27 ans et je vis à Dortmund, Allemagne. Dans la vie, je suis ancien étudiante en médecine et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancée et je le vis bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.

Après la défaite de l'Allemagne, et sa relation avec Matthias, un officier Allemand, Lizzie est dénoncée pour trahison par l'agent des postes. Emmenés comme d'autres coupables d'amour avec l'ennemi, la jeune femme est tondue et humiliée en place publique suite à quoi elle quitte la France pour retrouver Matthias.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia

videotogif_2021.03.18_21.16.52.gif

A dos de cheval, la blonde cavale, imaginant tout ce qu'elle pourrait dire à Matthias pour lui apprendre que leurs espoirs sont couronnés de succès. Se contenterait-elle de dire, dans un premier temps, qu'elle avait vu le docteur Setzer aujourd'hui ? Ou lui dirait-elle immédiatement qu'elle porte enfin le fruit de leur amour, un fils ou une fille qui viendra gambader dans les champs auprès de son père, grandissant tout en insouciance dans un monde enfin apaisé ? Il y a tant de façons d'annoncer une grossesse. Tant de manières qu'elle s'imagine tout au long du chemin qui la ramène à la maison si bien qu'en arrivant, alors qu'elle part retrouver son époux, elle ignore encore comment elle va le lui dire, le lui annoncer.

Comme il l'entoure bientôt tendrement de ses bras, déposant un baiser dans ses cheveux en remarquant qu'elle a l'air particulièrement rayonnante aujourd'hui, Lizzie se presse davantage contre lui et son cœur bat la chamade dans sa poitrine. Bien sûr qu'elle va bien ce soir, bien sûr qu'elle est rayonnante, que son visage irradie de bonheur. Sa journée s'est bien déroulée et se termine, même, en apothéose. Comme la sienne, dès qu'elle lui aura annoncé la nouvelle, qu'elle ne parvient pas à retenir plus longtemps, du reste.

"- J'attends un enfant !" souffle-t-elle le plus simplement du monde au creux de son oreille.

Un enfant, leur enfant. Un enfant de l'amour, qui naîtrait dans le monde de l'après-guerre. Qui naîtrait de l'amour qui avait germé entre deux camps, entre deux cœurs ennemis, que la guerre avait tout à la fois divisé puis rassemblé, avant de les unir.

"- J'attends un enfant." répète-t-elle encore, son cœur bondissant dans sa poitrine comme ces mots ajoutent de la réalité à la chose.
Contenu sponsorisé
Cœurs ennemis ♣ Elsy
Page 34 sur 34
Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34
Sujets similaires
-
» [Bordeciel] Sur la neige, le sang des ennemis gèle de la même façon.
» (m) meilleurs amis, meilleurs ennemis, meilleurs amants ? (terminée)
» Because I Would Die For You ft. Elsy
» Elsy
» I know I must try to live before I die. Ft Elsy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers historique :: Contemporain-
Sauter vers: