Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
(Beloved) but I hate you so much I think it must be true love - Page 2 EmptyAujourd'hui à 9:20 par Manhattan Redlish

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
(Beloved) but I hate you so much I think it must be true love - Page 2 EmptyHier à 20:54 par Ezvana

» TOPS-SITES ¬ votez pour ltdr
(Beloved) but I hate you so much I think it must be true love - Page 2 EmptyHier à 8:55 par Senara

» Raven and Bones
(Beloved) but I hate you so much I think it must be true love - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 23:49 par Lobscure

» Apocalypse Rouge [PV Opale Or]
(Beloved) but I hate you so much I think it must be true love - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 17:54 par Opale Or

» Silicon Heart ft. Lexis
(Beloved) but I hate you so much I think it must be true love - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 13:00 par Lexis

» Le sang des rois
(Beloved) but I hate you so much I think it must be true love - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 8:57 par Telanie

» Activité réduite
(Beloved) but I hate you so much I think it must be true love - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 4:22 par Raton

» Can't Get You Out of My Head (avec Rein)
(Beloved) but I hate you so much I think it must be true love - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 0:56 par Clionestra

Le Deal du moment : -22%
Acer Nitro QG241YM3BMIIPX – Ecran PC Gaming ...
Voir le deal
139.99 €

LE TEMPS D'UN RP

(Beloved) but I hate you so much I think it must be true love

Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Ven 17 Fév - 13:01

Sept Lambert
J'ai 25 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis pianiste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

- Son vrai nom est Septime Alexandre Lambert mais il préfére se faire appeler Sept.
- Il est aveugle de naissance
- Il joue du piano depuis l'âge de trois ans. Il a donné ses premiers concerts à l'âge de dix ans. Depuis l'âge de dix sept ans, il vit à plein temps de ses concerts.
- Il a toujours assumé son homosexualité. Avoir des relations sérieuses est compliqué pour lui à cause de son handicap. Il rêve de pouvoir se caser avec quelqu'un, avoir une vraie histoire d'amour, fonder une famille...


Je ne répondis rien alors qu'il me décrivait la vision de ses petites filles parfaites. Blond, brun, blanc, noir... tout ça n'était que des mots sans aucune signification derrière. Je ne pouvais les rattacher à rien. Ma vie n'était pas faite d'images mais de sensations, d'odeur, de sons... Je me souvenais d'une personne non pas pour son visage mais pour le son de sa voix, la mélodie de son rire, la douceur de sa peau ou de ses cheveux sous mes doigts. Pour moi des cheveux étaient doux, fin ou plus épais, boucles soyeuses ou petites mèches glissant entre mes doigts, ils n'étaient jamais blond ou brun. La petite fille de mes rêves n'était pas blonde. Elle avait une épaisse chevelure, des longs cheveux que je pourrais m'amuser à natter, qui viendraient me chatouiller le visage quand elle m'enlacerait.

- Il est peut être bien caché celui qui m'attend quelque part.

Je ris doucement à cette remarque. Peut être ne le trouverais je jamais. C'était une option plus que probable.

- Que ce soit la saint valentin demain ne changera pas grand chose. Je vais la passer comme toutes les autres de ma vie, seul chez moi. Je me commanderais un petit repas à livrer. Peut être des crêpes d'un petit restaurant que j'adore non loin de chez moi. Je n'en ai pas pris depuis longtemps. Puis je passerais le reste de la soirée avec un bon livre et... voilà. Ca sera juste un soir comme un autre.

Après plusieurs jours à New York j'en avais assez de la nourriture américaine. J'avais envie de me faire un bon plat bien français. Je le mangerais avec le dernier livre audio que j'étais entrain d'écouter. Béni soit le mec qui avait décidé de créer l'appli audible. Elle m'aidait énormément. Le choix de livre audibles était beaucoup plus vaste que celui de livres en braille.

- Et toi? Quels sont tes plans pour la Saint Valentin?




MonkeyMama
Messages : 1018
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
Ariel
MonkeyMama
Ven 17 Fév - 14:43

Louis Dalmasso
J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis styliste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Louis a toujours rêvé de devenir quelqu'un et pour lui ça voulait dire quitter sa province ce qu'il a fait dès ses dix-nuits ans. Ce n'est pas vraiment un secret mais ce n'est pas quelque chose dont il parle spontanément, il a même énormément travaillé pour gommer son accent du Sud. Il est homosexuel et l'a toujours fièrement revendiqué, personne ne peut lui faire honte par rapport à qui il est.  
L’inconnu du téléphone n’avait pas répondu à ses rêves de jumelles blondes mais Louis ne s’en était pas formalisé. Il était trop euphorique pour en penser quelque chose. Il était bien, là, au téléphone avec cet homme qui ne pouvait pas le voir. Ça avait quelque chose de rassurant. Si l’inconnu était encore au téléphone avec lui, c’était uniquement parce qu’il le trouvait intéressant. Rien à voir avec sa plastique de rêve donc. On avait vite fait de le réduire à un beau-gosse sans substance… Là, c’était impossible. « Peut-être que t’as pas bien regardé… » Louis avait sourit dans le vide. C’était marrant, il avait l’impression qu’il pouvait les entendre ses sourires… A défaut de les voir. « C’est un beau programme. » Ok, Louis n’aurait JAMAIS fait tout ça. C’était bien la première fois qu’il envisageait sérieusement de passer la saint Valentin seul. Autrement, il aurait fait la fête ou trouvé un date Tinder. Pas question de rester à la maison à méditer sur sa solitude. Et encore moins à lire un livre… « Moi ? Euh… Je vais rester à la maison aussi. Ce sera ma première saint Valentin seul mais… c’est pas plus mal. Je crois que je devrais apprendre à passer du temps tout seul. » Il avait haussé les épaules et s’était glissé sous un plaid après avoir enlevé d’une main son pantalon. « Je regarderais un film. Je crois que Bridget Jones passe à la télé demain. Ça fait longtemps. » Et puis il ne lui avait fallu que quelques secondes de réflexion pour faire une proposition un peu folle : « Tu vas me prendre pour un dingue mais… Ça te dirait pas de le regarder avec moi ? Je t’appellerais quand ça commence. On pourrait être seuls… A deux. » Et son coeur s’était mis à battre plus vite alors qu’il attendait la réponse de l’inconnu.
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Ven 17 Fév - 15:56

Sept Lambert
J'ai 25 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis pianiste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

- Son vrai nom est Septime Alexandre Lambert mais il préfére se faire appeler Sept.
- Il est aveugle de naissance
- Il joue du piano depuis l'âge de trois ans. Il a donné ses premiers concerts à l'âge de dix ans. Depuis l'âge de dix sept ans, il vit à plein temps de ses concerts.
- Il a toujours assumé son homosexualité. Avoir des relations sérieuses est compliqué pour lui à cause de son handicap. Il rêve de pouvoir se caser avec quelqu'un, avoir une vraie histoire d'amour, fonder une famille...


- Je crois que je n'ai jamais vu ce film.

Et encore "voir" c'était un bien grand mot. Mais je ne savais pas vraiment comment dire les choses autrement quand il était question d'un film. Je n'avais jamais écouté le film en audiodescription? Oui c'était plus proche de la réalité mais je n'allais pas lui dire ça. J'aimais bien parler comme ça avec cet inconnu. Il ne savait pas. Il me considérait simplement comme une personne normale. Il n'y avait pas de trace de gêne ou de pitié dans sa voix. Il ne faisait pas attention à ce qu'il disait à tout moment pour ne pas me vexer. Proposer de regarder un film ensemble, cette phrase était simple, naturelle pour lui. Mais nous n'allions pas le regarder ensemble si j'acceptais. Il regarderait la version normale et moi j'écouterais la version en audiodescription. Ca m'obligeait à me concentrer davantage. Je devais suivre ce que la voix off décrivait et réussir à faire la part des choses entre la voix off et les dialogues des personnages. Ce n'était pas toujours forcément bien fait. Je préférais en général le regarder avec un ami qui me décrivait l'essentiel. Ou plus simple, je préférais les audiolivres. C'était le plus pratique pour moi.

Je me mordis, réfléchissant un moment à sa proposition. Je pouvais mettre mes écouteurs et il ne saurait pas que j'écoute au lieu de regarder le film. Mais si on faisait ça ensemble, il s'attendrait certainement à ce qu'on discute ensemble du film. Le problème, c'est qu'il parlerait très certainement en même temps que la voix off, rendant ma compréhension encore plus difficile. Et si je mettais le film en mode standard, je risquais de ne rien comprendre et de passer pour un imbécile quand il m'en parlerait. Dans un cas comme dans l'autre ce n'était pas une bonne idée de faire ça...

- Je veux bien oui. On n'aura qu'à s'appeler quelques minutes avant que le film commence. On se prend un bon repas chacun et on profite du film ensemble. C'est à quelle heure et sur quelle chaine?

Tant pis si il parlait par dessus l'audiodescription. Je pouvais bien juste profiter d'une soirée normale avec quelqu'un qui me traitait comme une personne normale et pas comme un pauvre aveugle.





MonkeyMama
Messages : 1018
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
Ariel
MonkeyMama
Ven 17 Fév - 16:52

Louis Dalmasso
J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis styliste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Louis a toujours rêvé de devenir quelqu'un et pour lui ça voulait dire quitter sa province ce qu'il a fait dès ses dix-nuits ans. Ce n'est pas vraiment un secret mais ce n'est pas quelque chose dont il parle spontanément, il a même énormément travaillé pour gommer son accent du Sud. Il est homosexuel et l'a toujours fièrement revendiqué, personne ne peut lui faire honte par rapport à qui il est.  
« Sérieux ? C’est encore mieux alors ! Je suis sûr que tu vas adorer. C’est drôle et, en même temps, on est obligé de lâcher une larme à la fin. » Ok, il s’avançait un peu là. Qu’est-ce qu’il savait des goûts de l’inconnu du téléphone ? Absolument rien. Les comédies romantiques, c’était surtout sa came à lui. Les comédies tout court en fait. Louis n’était pas un intellectuel, il n’aimait pas se prendre la tête quand il allumait la télé. La réponse s’était faite attendre et Louis avait eu peur qu’il finisse par refuser. Il aurait pu. C’est un peu dingue comme proposition. Et puis pourquoi pas l’inviter directement à un rendez-vous ? Ça lui paraissait encore plus dingue. Et puis il y avait de grandes chances pour qu’il n’habite même pas Paris de toute façon. « 20h… Sur la 6. On dit demain soir à 19h50 alors ? » Et voilà, même quand il voulait passer la saint Valentin seul il n’en était pas capable. Il aurait du se douter qu’il ne serait pas foutu de tenir parole. Au moins, ça ne ressemblerait en rien à tout ce qu’il avait déjà fait auparavant. Ils allaient regarder un film. Au téléphone. Il n’y avait aucun moyen pour que la soirée dérape et finisse en coucherie. C’était déjà ça. « Je crois que je vais prendre des macarons… et du champagne. Je mérite bien ça. » qu’il avait rigolé ensuite, content de faire relâcher la pression. C’était moins une, il le savait. Il avait bel et bien été à deux doigts de se prendre un râteau. Son premier râteau au téléphone, ça aurait été beau la saint Valentin ! Heureusement, il avait eu sa chance et il comptait bien ne pas la faire foirer. Il ne savait pas vraiment pourquoi il était si charmé mais il l’était indéniablement.  
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Ven 17 Fév - 18:29

Sept Lambert
J'ai 25 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis pianiste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

- Son vrai nom est Septime Alexandre Lambert mais il préfére se faire appeler Sept.
- Il est aveugle de naissance
- Il joue du piano depuis l'âge de trois ans. Il a donné ses premiers concerts à l'âge de dix ans. Depuis l'âge de dix sept ans, il vit à plein temps de ses concerts.
- Il a toujours assumé son homosexualité. Avoir des relations sérieuses est compliqué pour lui à cause de son handicap. Il rêve de pouvoir se caser avec quelqu'un, avoir une vraie histoire d'amour, fonder une famille...


Je ris doucement en entendant sa remarque.

- C'est une bonne idée le champagne et les macarons. Je prendrais pareil en dessert. Et si tu as envie de commander dans la même crêperie que moi, c'est la crêperie Rozell Café, 24 rue de la vieuville à Montmartre.

J'avais retenu qu'il était de Paris lui aussi. Il avait laissé échapper l'information un peu plus tôt. C'était drôle de se dire que le hasard nous avait réuni et que nous habitions tous les deux dans la même ville. La France était grande. Il aurait pu être n'importe où. Mais non il était là, à Paris, à deux pas de chez moi peut être.

- Je vais devoir te laisser. Je suis épuisé. Je suis encore sous le coup du décalage horaire. Je vais aller dormir avant de reprendre le boulot demain. A demain soir. Et.... merci..

Je raccrochais rapidement, me maudissant de l'avoir remercié. Pourquoi j'avais fait ça? De quoi je le remerciais au juste? De m'avoir proposé un plan pour la soirée de St Valentin? Ou pour avoir simplement discuté avec moi, de tout et de rien, l'espace d'une soirée. Il valait mieux que je ne lui ai pas fait part de ma réflexion. Je me trouvais plutôt misérable de penser tout ça.

Je ne tardais pas à faire ce que je lui avais dit, allant me mettre directement au lit. Je me levais de bonne heure le lendemain, un peu plus en forme mais encore un peu décalé par le voyage.

Je repris ma routine habituelle. Je mis un disque vinyle à tourner, m'imprégnant des notes de musique classique pour m'éveiller en douceur. Petit déjeuner habituel, une grande tasse de café, des oeufs brouillés, un peu de flocon d'avoine avec quelques fruits frais. Je passais ensuite un moment sous la douche, le son du vieux disque tournant ne me quittant pas. Je choisis un costume bleu et une chemise blanche pour aujourd'hui. Des notions très vagues pour moi mais je savais que les couleurs se mariaient bien ensemble. Je m'étais fait un mini tableau mental que j'avais appris par coeur pour savoir comment coordonner mes vêtements et ne pas avoir l'air d'un fou.

Puis j'enfilais mes lunettes, pris ma canne et me lançais à l'assaut du métro parisien. Je connaissais par coeur le trajet qui me conduisais au conservatoire. Je retrouvais Angie là bas, fraîche et pétillante comme à son habitude. Je lui demandais de me commander mon repas pour le soir même, sans oublier les macarons et le champagne.

"Tu as un rencard de prévu ce soir?"

- Ce n'est pas ce que tu crois. Je te raconterais tout à l'heure.

Je m'arrêtais de parler alors que le chef d'orchestre venait nous rejoindre. J'avais un gros concert de prévu dans quelques semaines avec lui. Nous répétions sans cesse, quasiment tous les jours et toute la journée. Je ne retrouvais Angie qu'à l'heure du déjeuner et forcément elle ne tarda pas à me questionner sur mon mystérieux date.

- Ce n'est pas un rendez vous. J'ai appelé le gars hier. On a pas mal discuté tous les deux. Il a l'air vraiment sympa tu sais. Il est tout seul lui aussi pour la St Valentin. Alors on a décidé de s'appeler pour regarder Bridget Jones ensemble.

"Regarder?"

- Oui bon tu m'as compris. Je le mettrais en audio description.

"Non ce n'est pas ça Sept. Il sait que tu es aveugle? Vous êtes bien mignons à flirter là tous les deux, mais il faut qu'il le sache non?"

- On ne flirte pas, on ne fait que discuter ensemble. Il ne m'a pas parlé de se rencontrer encore. Et non il ne sait pas. Si il me propose un vrai rencard, je lui dirais à ce moment là. Mais je ne vois pas l'intérêt pour le moment.

Il pourra me jeter comme tous les autres à ce moment là, quand il saurait. Mais est ce que j'aurais le courage d'aller le rencontrer? J'aimais bien discuter avec lui et j'avais déjà hâte de l'appeler ce soir. Est ce que ce serait vraiment mal que d'en profiter un peu?

"Puis si ça se trouve, il est super moche."

Je ne la voyais peut être pas, mais au ton de sa voix je savais parfaitement qu'elle riait et qu'elle se moquait de moi. Je dérivais volontairement la conversation pour parler d'elle et de ses amours. Je savais qu'elle compter demander sa copine en mariage le soir même et elle était en panique complète. J'avais passé le reste du déjeuner à la rassurer. Non ce n'était pas un gros cliché de couple hétéro basique chiant. C'était un moment romantique qu'elles allaient passer ensemble parce qu'elles s'aimaient et qu'elle allait rendre encore plus magique en faisant sa demande.

- Et tu as intérêt à me prendre comme témoin.

Bon d'accord Angie ce n'était pas juste mon assistante. Sur sa fiche de paye c'était peut être marqué ainsi, mais c'était mon amie, ma meilleure amie même, comme une soeur pour moi et j'étais tout simplement heureux pour elles.

Le soir venu j'étais chez moi à l'heure prévue, mon repas avec moi. La télé était prête pour me montrer le film en audiodescription. J'avais mis mes écouteurs pour qu'il ne l'entende pas. Je tremblais un peu alors que je composais son numéro de téléphone. Mon coeur battait la chamade en attendant qu'il décroche. Puis finalement j'entendis sa voix au bout du fil.

- Hey salut! Alors tu es prêt? Tu t'es pris quoi à diner en plus des macarons et du champagne?



MonkeyMama
Messages : 1018
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
Ariel
MonkeyMama
Sam 18 Fév - 10:48

Louis Dalmasso
J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis styliste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Louis a toujours rêvé de devenir quelqu'un et pour lui ça voulait dire quitter sa province ce qu'il a fait dès ses dix-nuits ans. Ce n'est pas vraiment un secret mais ce n'est pas quelque chose dont il parle spontanément, il a même énormément travaillé pour gommer son accent du Sud. Il est homosexuel et l'a toujours fièrement revendiqué, personne ne peut lui faire honte par rapport à qui il est.  
Le sang de Louis n’avait fait qu’un tour alors que l’inconnu du téléphone lui dévoilait vivre sur Paris lui aussi. Comment c’était possible ? Par quel miracle ? Etait-ce le signe du destin qu’ils attendaient tous les deux ? Louis avait l’impression que le sol se dérobait sous ses jambes et qu’il allait tomber à la renverse à tout moment. « Tu… Tu habites Paris. Sans déconner. » Alors ça, il ne l’avait pas vu venir. Le rendez-vous téléphonique qu’ils s’étaient fixés au lendemain, ils auraient littéralement pu le vivre ensemble physiquement. Ça lui faisait tout drôle. Comme si les étoiles venaient de s’aligner et de lui montrer enfin la voie. Il déglutit péniblement quand son inconnu lui avait dit qu’il allait devoir le laisser. Quel dommage. Evidemment, il n’allait pas lui dire et c’était plus enjoué qu’il avait répondu : « Bien sûr, pas de soucis ! Repose-toi bien… On se reparle demain. Bonne nuit. » Et c’était complètement vidé qu’il avait finalement raccroché. Il était encore tôt, il ne dormirait pas avant quelques heures. L’espace d’un instant, il s’était imaginé sortir. L’instant d’après, il avait voulu ouvrir Grindr. Et puis finalement, il n’en avait rien fait. Il avait trainé sur les réseaux sociaux avant de tomber lui aussi dans le sommeil.
Le lendemain, Louis avait pris le chemin du travail. Ses clients fortunés étaient un peu capricieux mais il se faisait toujours un plaisir d’accomplir leur moindre volonté. C’était sa passion. Son rêve, c’était de devenir aussi grand qu’un Karl Lagerfeld ou un Jean-Paul Gaultier. Qui sait. Rêver était permis. En attendant, il faisait son métier avec coeur et passion et, à sa petite échelle, ça payait déjà. A la pause déjeuner, il avait rejoint certains de ses meilleurs amis. Maquilleurs, coiffeurs, mannequins, ils étaient tous plus ou moins dans le milieu et c’est ce qui les avait rapproché. « Allo, la Terre appelle Louis, vous me recevez ?! » Louis était sorti de ses rêveries pour croiser le regard de Baptiste, un maquilleur toujours à la pointe de la mode… Comme tous ses acolytes. Et lui-même bien sûr. « On te demandait ce que tu faisais ce soir pour la saint Valentin. » Louis était présent physiquement à ce déjeuner. Mais mentalement… Il pensait encore beaucoup à la veille et à cette étrange coïncidence avec l’inconnu du téléphone. « Euh… Je reste à la maison. Je vais regarder Bridget Jones. Avec des macarons et euh… un mec qui sera au téléphone avec moi. » Tous ses amis s’étaient regardés entre eux, consternés. « Ok, je vous confirme, Louis a complément perdu la boule ! » Louis avait légèrement rigolé avant de leur expliquer ce qui lui était arrivé. « Rencontrer le prince charmant sans avoir à bouger de chez soi, ça peut arriver qu’à toi… Sacré Louis ! Et il s’appelle comment ton beau-gosse du téléphone ? » Etait-il seulement beau-gosse ? A sa voix, Louis s’était figuré que oui mais il en avait à vrai dire aucune idée. « Je sais pas. On se l’est pas dit. » A nouveau, ses amis s’étaient regardé avant d’éclater de rire. Ok, il passait totalement pour un fou. Heureusement, Louis avait dévié la conversation sur autre chose et le déjeuner s’était bien passé. Il avait ensuite repris le travail et la soirée était vite arrivée. Il avait récupéré les macarons. Et le champagne. A 19h, il était déjà parfaitement prêt et il avait fait son possible pour s’occuper jusqu’à 19h50 où son téléphone avait enfin sonné. « Salut ! Oui, je suis fin prêt ! En plus des macarons et du champagne ? Eh bien… Plus de macarons et plus de champagne ? » Louis avait doucement rigolé. Non mais il ne savait pas combien de calories il y avait dans un macaron ou quoi ? Il ne pouvait pas manger un repas en plus d’avaler autant de sucre. « Et toi ? » Son petit coeur s’était mis à battre plus vite, il était heureux de l’entendre.  
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Sam 18 Fév - 13:32

Sept Lambert
J'ai 25 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis pianiste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

- Son vrai nom est Septime Alexandre Lambert mais il préfére se faire appeler Sept.
- Il est aveugle de naissance
- Il joue du piano depuis l'âge de trois ans. Il a donné ses premiers concerts à l'âge de dix ans. Depuis l'âge de dix sept ans, il vit à plein temps de ses concerts.
- Il a toujours assumé son homosexualité. Avoir des relations sérieuses est compliqué pour lui à cause de son handicap. Il rêve de pouvoir se caser avec quelqu'un, avoir une vraie histoire d'amour, fonder une famille...


Je ris doucement en l'entendant dire qu'il n'avait pris que des macarons pour tout diner.

- Tu as raison, c'est un très bon repas.

Et ça me faisait plaisir d'entendre ça. Au moins un mec qui ne se prenait pas la tête avec ce qu'il mangeait, qui pouvait se faire un repas entier uniquement composé de dessert sans être entrain de compter les calories. J'avais l'impression que beaucoup de mecs gays, sur Paris en tout cas, étaient complètement obsédés par leur apparence, qu'ils évitaient la moindre chose qui pourrait leur faire prendre quelques grammes de trop. Je n'attachais aucune importance à l'apparence de mon côté. Je faisais bien un peu de sport de temps en temps, mais plus dans l'idée de me bouger, de faire quelque chose, plutôt que de me sculpter un physique. Sur les applis de rencontre je ne tombais que sur des mecs comme ça, qui ne pensaient qu'à leur apparence et qui s'effrayaient facilement de sortir avec un mec handicapé. Ils voulaient des mecs comme eux, des beaux gosses au physique ravageur, fou de sport, de mode et de tout ces trucs que je ne comprenais pas. Alors que mon bel inconnu n'ait pas l'air comme ça me plaisait encore plus.

- Une crêpe lardons et chèvre. Et en dessert des macarons et du champagne. Je n'attends plus que Bridget Jones pour commencer notre soirée à deux.

Je m'installais et commençais à manger ma crêpe avec appétit.

- Hmmm... trop bon. Tu les as acheté où tes macarons? J'ai fait une petite folie de mon côté. Je les ai pris chez Ladurée. Mais bon c'est la Saint Valentin alors je pouvais bien me faire plaisir.

Et ce n'était pas comme si je n'avais pas les moyens et que je faisais souvent des folies. Je pouvais bien me permettre ce petit excès ce soir.



MonkeyMama
Messages : 1018
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
Ariel
MonkeyMama
Dim 19 Fév - 10:30

Louis Dalmasso
J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis styliste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Louis a toujours rêvé de devenir quelqu'un et pour lui ça voulait dire quitter sa province ce qu'il a fait dès ses dix-nuits ans. Ce n'est pas vraiment un secret mais ce n'est pas quelque chose dont il parle spontanément, il a même énormément travaillé pour gommer son accent du Sud. Il est homosexuel et l'a toujours fièrement revendiqué, personne ne peut lui faire honte par rapport à qui il est.  
Le physique de Louis, c’était un peu sa carte de visite. S’il n’était pas impeccable et toujours à la pointe de la mode, qui lui ferait confiance ? Personne. Evidemment. Compter les calories, aller à la salle de sport… C’était son lot. Et n’allez pas croire qu’il n’aimait pas ça ! Au contraire. Son reflet dans le miroir valait toutes ces peines. Louis se sentait beau et attirant physiquement grâce à sa rigueur… et aussi un peu grâce à la génétique, merci papa et maman. « J’ai pris des macarons salés bien sûr. Foie gras, saumon… » Et tout le reste, c’était du sucre. Fruits, chocolat, praline… Louis s’était lâché. Il n’aurait jamais fait preuve d’autant de gourmandise en temps normal mais ce n’est pas son inconnu du téléphone qui allait le savoir puisqu’il ne le connaissait pas. C’était étrange de passer autant de temps au téléphone avec quelqu’un qui savait si peu de choses sur soi. Mais réconfortant. Sans tous ses artifices, Louis avait l’impression d’être apprécié pour lui uniquement et c’était incroyablement chouette. « Toi, moi… Et Bridget Jones ! » que Louis avait repris avec bonne humeur. Il était content, faut dire. C’était mieux qu’une soirée tout seul mais pas aussi vide de sens qu’une soirée passée avec quelqu’un qui n’aurait voulu qu’une place dans son lit. « Ladurée, dis donc ! Monsieur ne se refuse rien ! » que Louis avait commenté en rigolant doucement. Il le charriait. Quoi que… Etait-ce possible qu’il s’adresse à quelqu’un qui avait largement plus de moyens que lui ? C’était fort possible et, pour le coup, ce n’était pas quelque chose qui importait Louis. Il n’était pas du genre à jalouser ou envier les autres. Il croyait en lui-même. Un jour, il allait connaitre la gloire et la fortune. Il lui suffisait de continuer de travailler fort. « Pierre Hermé pour ma part, ça m’a couté autant qu’un restaurant ! » Ok, il exagérait peut-être un peu pour la blague. Quoi que. Louis n’était pas du genre à compter son argent. Il lui arrivait de finir les fins de mois en se serrant la ceinture malgré un salaire déjà confortable. Que voulez-vous ! Être bien habillé, ça coute de l’argent. « J’ai déjeuné avec des amis ce midi et je leur ai parlé de notre rendez-vous… T’aurais du voir leurs têtes. Je pense qu’ils sont à deux doigts de me faire interner ! » A nouveau, Louis avait rigolé tout en s’installant avec sa petite coupe et ses macarons sur la table basse de son salon. Il avait déjà allumé la télé sur la 6 et attendait de voir la blonde avec qui il avait également rendez-vous ce soir.
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Dim 19 Fév - 11:06

Sept Lambert
J'ai 25 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis pianiste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

- Son vrai nom est Septime Alexandre Lambert mais il préfére se faire appeler Sept.
- Il est aveugle de naissance
- Il joue du piano depuis l'âge de trois ans. Il a donné ses premiers concerts à l'âge de dix ans. Depuis l'âge de dix sept ans, il vit à plein temps de ses concerts.
- Il a toujours assumé son homosexualité. Avoir des relations sérieuses est compliqué pour lui à cause de son handicap. Il rêve de pouvoir se caser avec quelqu'un, avoir une vraie histoire d'amour, fonder une famille...


- Pierre Hermé c'est plutôt un bon choix aussi.

Je souris à l'autre bout du combiné en l'entendant parler. Il avait plutôt bon goût. Ca me rassurait de plus en plus de me dire qu'il aimait manger les bonnes choses lui aussi. J'avais une hygiène alimentaire déplorable je le savais. Je mangeais quand j'y pensais. Il m'arrivait souvent quand j'étais pris dans une répétition, complètement plongé dans la musique que j'en oubliais de manger. Je faisais du sport quand j'en avais le temps. Et quand je pensais à manger, je me faisais plaisir en général. Je n'avais pas l'impression d'être forcément gros. Mais je ne devais pas avoir un physique de rêve, j'en étais certain.

Il me plaisait de plus en plus. Je commençais à avoir l'espoir un peu fou que ça puisse marcher avec mon bel inconnu, que peut être c'était le destin qui nous avait rapproché tous les deux.

Je ris en l'entendant parler de ses amis et de leur réaction.

- Il faut dire que ce n'est pas vraiment banal comme rendez vous. Ma meilleure amie m'a pris pour un fou quand je lui ai dit que je voulais t'appeler. Pour elle j'aurais du ne rien dire, tu t'étais trompé fin de l'histoire et tant pis pour toi.

Je me tus un instant avant d'ajouter plus sérieusement.

- Je suis content de l'avoir fait...

Je fus sauvé par le gong ou plutôt par une certaine Bridget Jones commençant à raconter ses problèmes de célibat.

- Oh... ça commence.




MonkeyMama
Messages : 1018
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
Ariel
MonkeyMama
Dim 19 Fév - 11:41

Louis Dalmasso
J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis styliste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Louis a toujours rêvé de devenir quelqu'un et pour lui ça voulait dire quitter sa province ce qu'il a fait dès ses dix-nuits ans. Ce n'est pas vraiment un secret mais ce n'est pas quelque chose dont il parle spontanément, il a même énormément travaillé pour gommer son accent du Sud. Il est homosexuel et l'a toujours fièrement revendiqué, personne ne peut lui faire honte par rapport à qui il est.  
Pierre Hermé était un bon choix, effectivement. Et un choix du coeur en plus mais ça, Louis ne l’avait pas dit. Il n’allait quand même pas dévoiler qu’il aimait soutenir Pierre Hermé parce que, comme lui, il n’était pas de la capitale mais qu’il avait réussi à y faire son chemin. Louis ne parlait jamais d’où il venait spontanément. Il fallait lui poser la question, comme si c’était un secret honteux qu’il gardait. Son smartphone à l’oreille, Louis avait largement sourit quand il avait entendu son inconnu parler de la réaction de sa meilleure amie. Et puis il lui avait dit qu’il avait été content de l’appeler. Louis aussi. Il avait déjà oublié son ex mais il était bien heureux que quelqu’un ait eu l’égard de penser à ses sentiments. Pour une fois. « Et je te remercie de l’avoir fait… » qu’il avait soufflé à son tour en portant son verre à ses lèvres, les bulles du champagne lui chatouillant le palais. C’était le rendez-vous parfait ! Le film commençait, Bridget Jones faisait son apparition pour raconter ses déboires amoureux et la manière qu’avait sa mère de vouloir toujours la caser avec le premier tocard sous prétexte qu’il était célibataire. « Ah, les repas de famille… Cette angoisse de devoir se justifier de venir seul. Ma mère est super gênante aussi dans le genre. » Et voilà. Sans s’en rendre compte, il parlait de nouveau de lui. Et c’était facile, il n’avait même pas besoin de faire attention à ce qu’il disait. Il attrapa le macaron au foie gras pour croquer dedans et ne manqua pas de lâcher un petit cri de bonheur. « Oh mon Dieu ! C'est vraiment à se damner. Je devrais en manger plus souvent. » Ce qu'il ne ferait évidemment jamais. Pas question de faire exploser le compteur de calories.

Contenu sponsorisé
(Beloved) but I hate you so much I think it must be true love
Page 2 sur 12
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant
Sujets similaires
-
» (m) True love, made love. - DC Comics (en cours)
» I hate that i love you ft. Houmous
» I hate you, I love you | Game Over
» True fake love or Fake true love ?
» You're the love that I hate... {Cheval de Troie & Nash}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: