Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-61%
Le deal à ne pas rater :
SEB Yaourtière multifonction : yaourtière, fromagère, desserts ...
39.49 € 99.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R]

Charly
Messages : 2504
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Dim 11 Déc - 21:26

Bonnie Brennan
J'ai 34 ans ans et je vis à Miami. Dans la vie, je suis vendeuse et je m'en sors pas mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis à libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Bonnie est une jeune femme indépendante, sur d'elle, qui mène sa vie comme elle l'entends. Issue d'une famille Irlandaise plus que modeste, Bonnie a quitté son pays d'origine ainsi que sa famille à 17ans. Par la même occasion, elle a laissé derrière elle sa fille, pour des raisons qui selon la jolie blonde étaient purement égoïste. Elle n'avait rien à offrir à cet enfant. Bonne menteuse lorsqu'il le faut, elle sais se montrer prudente et discrète. Il en va de sa survit. En rencontrant Elena et son père Rafael, Bonnie ne se doute pas que sa vie va prendre un nouveau tournant.  
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Tumblr_inline_oxpx7reGvo1unkpqt_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 4adcbca15ef0ed16a7b3e63173a90e6a731feab7
Crédits: cherry / tumblr


« -il faudrait déjà le vouloir, et ça ne semble pas vous déplaire. » après tout, ça n’était pas ses affaires. S’il voulait s’envoyer en l’air avec son ex femme, passait ainsi à un statut d’amant, entretenant une relation étrange. C’était son problème. Si jamais le nouveau mari l’apprenait, ça serait à nouveau Rafael le fautif. Une chose de plus, trop facile à lui reprocher. Mais encore une fois, Bonnie n’avait pas à donner son avis là-dessus. Elle s’était déjà montrée trop franche à plusieurs reprise. « -vous êtes mignon… » ironisa la jolie blonde alors qu’il tentait de se rattraper. Elle ne faisait pas partie de la catégorie qui couchait le premier soir. Certes il lui plaisait. Mais elle aimait apprendre à connaitre un minimum les hommes qu’elle laissait rentrer dans son lit. Et elle aimait également se faire désirer.

« -ce n’est rien. » avait elle répondu avec un sourire : « -je ne suis pas du matin… » au moins elle profiterait un peu de sa journée. « -et puis vous n’avez pas appelé à six heures du mat’ non plus. » elle ne regrettait pas d’avoir décroché. « -vous auriez pu. » répliqua Bonnie sans la moindre provocation, seulement de la sincérité. Elle repensa à la frustration qu’elle avait ressentit en raccrochant. Ils finiraient par coucher ensemble, ce n’était qu’une question de temps. Mais pour le moment, il lui fallait un café. Assise en face de lui, elle répondit et lança directement la conversation sur Elena. « -alors n’y pensez pas. » pour le moment, il avait seulement à profiter du moment présent.

Bonnie évoqua la réunion qu’elle projetait d’organiser dans le bar de Rafael, souriant : « -je ne veux pas vous créer plus de problème. A la base, je suis censée vous donner un coup de main avec elle. » quoi que la gamine ne serait sans doute pas contre rester chez maman. Bonnie descendit sa tasse de café avec lenteur, et un sourire en coin étira ses lèvres : « -vous aviez vraiment besoin d’une excuse pour appeler ? » elle lui avait donné son numéro. Cela voulait forcement dire qu’elle espérait qu’il s’en servirait non ? « -si vous parvenez à vous arranger, ça me va. » cela lui laissait le temps de s’organiser. Bonnie l’observa en souriant alors qu’il était en train de se brûler la langue. Elle était contente d’être ici, avec lui. « -je vais attendre un peu… ça semble… brûlant. » elle insista sur le mot qu’il avait dit deux fois sans pour autant l’appliquer à son cas. Elle l’observa quelques secondes : « -c’est un rencard ? » demanda Bonnie avant d’accepter : « -je n’ai rien de prévu. Et je suis partante. » cela faisait bien longtemps qu’elle n’était pas allée à un concert. Puis elle prit enfin un morceau de brioche et ouvrit de grands yeux : « -hum ! C’est délicieux ! Non mais sérieusement gouter maintenant que c’est moins chaud ! Sauf si vous vous êtes détruit toutes les papilles bien entendu ! » elle se foutait de sa gueule, c’était facile.
Manhattan Redlish
Messages : 2593
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Dim 11 Déc - 22:01

Rafael Melendez
J'ai 38 ans ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis un ancien flic du 12th district et propriétaire d'un bar et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien.

Après un passage de deux ans dans une université de bas-étage à Miami, Rafael est entré à l’école de police avec pour objectif de protéger et de servir. Il rencontra sa femme quelques mois avant son incorporation, et elle tomba rapidement enceinte, bousculant quelque peu ses projets de vie. Ils emménagèrent donc ensemble et se marièrent à la mairie sans leurs familles. En tout intimité. Mais bien vite, ce fut la désillusion pour son ex-femme qui se retrouva à élever seule leur fille. Rafael cumulait les infiltrations de plusieurs mois. Des mois sans entrer en contact avec sa famille. Sa mutation à la criminelle ne fut pas suffisant pour sauver son mariage et divorcèrent après dix ans de mariage. Il quitta la police quelques années après pour ouvrir un bar, mais le mal était déjà fait. Angie lui avait pardonné, mais ce n’était pas le cas d’Elena qui décida de lui rappeler, quotidiennement, qu’il n’est pas réellement son père… Peu importe ses efforts pour rattraper le temps passé 
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Tumblr_p0xjrcHgEc1wkhfpko1_r2_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f734f6d76735f45584a4567496b673d3d2d3633353830343635312e313535383530363135383730666430313736323934313430303435362e676966
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Ec59156e144b5c8f1dc52731293b2626652eb38e

gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


En l’espace d’une soirée, Rafael en avait plus appris sur son inconnue que sur sa femme après six mois de relation, et cette dernière en savait plus sur sa vie personnelle que son employé avec lequel il tenait le bar depuis quatre ans maintenant. Il était un père célibataire d’une adolescente difficile et en laquelle, Bonnie s’était reconnue. Malheureusement, cette dernière n’avait pas eu la chance d’Elena concernant ses parents, se faisant, elle avait fait des rencontres qui l’avait poussé à quitter sa famille et son bébé à dix-sept ans. Pour autant, ça n’avait pas entaché les principes de cette dernière et il avait aimé ça. Il avait aimé qu’elle condamne presque sa liaison avec son ex-femme, mais surtout, il avait aimé qu’elle lui laisse son téléphone tout en précisant que ça ne serait pas ce soir qu’ils rentreraient ensemble. Elle flirtait, mais était inaccessible. Ça apportait un certain charme. Il l’avait laissé partir, sans pour autant l’oublier. Il avait régulièrement pensé à elle, et de temps en temps, il avait même espéré la voir passer le seuil de son bar. En vain. Alors, après une semaine de silence radio, Rafael avait appelé et voilà comment ils s’étaient retrouvés à prendre le petit-déjeuner ensemble « Vous êtes du genre à rester au lit jusqu’à midi ? » demanda-t-il avec un sourire sur les lèvres « Je dormais à cette heure-ci ». Lui aussi était en repos. Enfin le matin tout du moins. Même si, ce matin, il était de bonne humeur et aimait ce début de journée « Ça sera pour la prochaine fois », parce qu’il savait que ça se présenterait tôt ou tard. « Je n’y pense plus maintenant » souffla-t-il en sous-entendant qu’il était bien loin de son rôle de père ce matin, préférant se concentrer sur l’instant présent.

« Elena sera ravie de passer une nuit de plus loin de moi et Angie a conscience que ce n’est pas simple entre nous, alors elle acceptera ». Après tout, il n’y avait pas de jugement pour la garde de leur fille. Le juge les avait laissé s’accorder sur cela seuls, comme ils le désiraient. Ça leur permettait une plus grande liberté. Quant à la réunion qui se retrouva déplacée à la semaine d’après, Rafael ne s’en offusqua pas. Il en vint même à avouer que c’était seulement une excuse pour l’appeler. Il sourit ensuite, avec une impression d’avoir été pris en faute « Je ne savais pas vraiment si je pouvais vous appeler seulement comme ça ». Il n’avait jamais été trop à l’aise avec cet exercice de premier appel. Un acquiescement « Je m’arrangerais, ne vous en faites pas ». Il n’aurait pas de mal à confier sa fille à sa mère. Il finit par se brûler la langue comme un abruti, trop gourmand pour se retenir de goûter la brioche chaude « Ça l’est ! » alors qu’il tentait d’annihiler la brûlure comme il le pouvait. Lorsque ce fut passé, il reprit une gorgée de jus d’orange et finit par lui proposer de l’accompagner à un concert fin de semaine. Il poussa légèrement sa tasse pour croiser ses bras sur le rebord de la table, son regard sur elle, et un sourire presque timide sur les lèvres « Comme vous voulez ». Il n’avait pas envie de la faire fuir « Bien » et se recula, tout sourire « Bien ». Oui, il était vraiment content « Vous allez aimer ». Rafael finit par pencher la tête sur le côté en riant « Normalement, je dois encore en avoir quelques-unes » et prit un morceau de la brioche de la jeune femme seulement pour la taquiner « Vous avez raison. C’est délicieux ». Il avala une gorgée de café avant de demander « Qu’est-ce que vous faites de votre journée de repos habituellement ? ».


Charly
Messages : 2504
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Dim 11 Déc - 22:26

Bonnie Brennan
J'ai 34 ans ans et je vis à Miami. Dans la vie, je suis vendeuse et je m'en sors pas mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis à libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Bonnie est une jeune femme indépendante, sur d'elle, qui mène sa vie comme elle l'entends. Issue d'une famille Irlandaise plus que modeste, Bonnie a quitté son pays d'origine ainsi que sa famille à 17ans. Par la même occasion, elle a laissé derrière elle sa fille, pour des raisons qui selon la jolie blonde étaient purement égoïste. Elle n'avait rien à offrir à cet enfant. Bonne menteuse lorsqu'il le faut, elle sais se montrer prudente et discrète. Il en va de sa survit. En rencontrant Elena et son père Rafael, Bonnie ne se doute pas que sa vie va prendre un nouveau tournant.  
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Tumblr_inline_oxpx7reGvo1unkpqt_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 4adcbca15ef0ed16a7b3e63173a90e6a731feab7
Crédits: cherry / tumblr


« -oui. » répondit Bonnie toujours avec cette même franchise : « -je suis du genre à aimer passer du temps sous la couette et éviter de surcharger mon emploi du temps mes jours de repos. » cela s’appelait profiter de la vie selon elle. « -les avantages de tenir un bar… » s’amusa-t-elle avant qu’il ne commence à jouer avec le feu. Elle se contenta de lui sourire par la suite. Pour la prochaine fois… « -vous pourrez tout de même apporter le petit déj’. » avait elle ajouté avant de prendre place en face de lui et d’un bon café. Elle lança le sujet sur Elena avant de lui dire d’éviter d’y penser. « -bien… » avait elle soufflé non sans sourire, charmeuse.

« -parfait alors si ça ne vous cause pas de souci, ça me va. » ainsi la soirée pourrait se dérouler sans le moindre problème. Et sans Elena dans les pattes, Rafael serait plus serein. Bonnie ne savait pas s’il avait conscience de la soirée que cela allait être. Si elle fonctionnait, ils pourraient en avoir d’autres. Dans un bar à flic, c’était assez amusant. « -hey salut Bonnie, je pensais à vous… ça pouvait très bien fonctionner. » s’amusa la jolie blonde avec un haussement d’épaule. « -si je ne vous avais pas parlé de cette soirée dans votre bar, vous n’auriez pas eu de raison suffisante à vos yeux et donc vous n’auriez pas appelé ? » demanda t elle curieuse de connaitre son résonnement. « -je suis contente que vous l’ayez fait. » un sourire : « -surtout pour le café. » moqueuse.

En se brûlant la langue, il la fit rire. Elle aimait les gens naturels. Rafael ne semblait pas jouer un rôle avec elle. C’était plaisant. « -ça semble vous gênez vous ! » se moqua Bonnie avant de sourire un peu plus encore alors qu’il semblait heureux de sa réponse. Il ressemblaient soudainement à un ado qui venait de demandé à une fille de venir avec lui au bal de promo. « -j’espère parce que je ne connais pas. » oui, elle acceptait à l’aveugle, seulement pour avoir la chance de passer un peu de temps avec lui. « -hé ! » s’offusqua la belle blonde devant le vol de brioche, avant d’en prendre un morceau et de le manger en fixant Rafael du regard. « -je traine en pyjama chez moi… » finit elle par répondre avec un sourire. « -je vois des amis, je vais me balader… et vous ? »

Manhattan Redlish
Messages : 2593
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Lun 12 Déc - 12:06

Rafael Melendez
J'ai 38 ans ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis un ancien flic du 12th district et propriétaire d'un bar et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien.

Après un passage de deux ans dans une université de bas-étage à Miami, Rafael est entré à l’école de police avec pour objectif de protéger et de servir. Il rencontra sa femme quelques mois avant son incorporation, et elle tomba rapidement enceinte, bousculant quelque peu ses projets de vie. Ils emménagèrent donc ensemble et se marièrent à la mairie sans leurs familles. En tout intimité. Mais bien vite, ce fut la désillusion pour son ex-femme qui se retrouva à élever seule leur fille. Rafael cumulait les infiltrations de plusieurs mois. Des mois sans entrer en contact avec sa famille. Sa mutation à la criminelle ne fut pas suffisant pour sauver son mariage et divorcèrent après dix ans de mariage. Il quitta la police quelques années après pour ouvrir un bar, mais le mal était déjà fait. Angie lui avait pardonné, mais ce n’était pas le cas d’Elena qui décida de lui rappeler, quotidiennement, qu’il n’est pas réellement son père… Peu importe ses efforts pour rattraper le temps passé 
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Tumblr_p0xjrcHgEc1wkhfpko1_r2_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f734f6d76735f45584a4567496b673d3d2d3633353830343635312e313535383530363135383730666430313736323934313430303435362e676966
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Ec59156e144b5c8f1dc52731293b2626652eb38e

gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


Un sourire presque attendrit sur les lèvres en l’entendant parler de sa routine matinale de jours de congés « Je suppose que vous allez rapidement retourner sous la couette après ce petit-déjeuner » répliqua-t-il sans le moindre sous-entendu cette fois-ci. En ce qui le concernait, il avait toutes ses matinées de libre « Et d’être son propre patron ». C’était une liberté qu’il n’aurait jamais pu espérer obtenir, et finalement, tout l’avait presque poussé à quitter la police et acquérir ce bar dans le centre de Miami. Il la regarda un instant, son plateau entre les mains « Je ferais en sorte de ne pas venir les mains vides ». Il l’observa fixement, appréciant son sourire en cet instant alors qu’il lui faisait comprendre qu’il ne pensait plus vraiment au monde extérieur en cet instant. « Je vais parvenir à gérer ma fille et elle sera ravie de rester chez sa mère », ce qui était blessant, mais qui avait quelques avantages également, comme pour cette fameuse soirée. Rafael ne souhaitait pas que sa fille assiste à cette réunion purement féminine, considérant qu’elle était bien trop jeune pour cela. Puis, c’était aussi égoïstement qu’il voulait garder sa soirée seul. Ce n’était pas tous les jours qu’il assistait à ce genre de réunions.

Toutefois, Rafael finit par avouer que cette proposition de créneau pour sa réunion n’était qu’une excuse parmi tant d’autres pour l’appeler. Un sourire en gardant son regard sur elle, ses mains autour de son café « Vous n’auriez pas pris peur ? ». Après tout, ils n’avaient passé qu’une soirée ensemble, alors elle aurait pu prendre peur de savoir qu’il pensait déjà à elle. Il finit par pencher légèrement la tête en entendant la question de Bonnie, puis fixa un instant son café pour réflechir et releva ses yeux sur elle « C’est notre conversation qui m’a charmé, pas seulement votre physique. Donc si on n’avait pas discuté, je ne vous aurais sûrement pas appelé ». Autant être honnête. Elle était agréable à regarder, il ne pouvait pas le nier, mais c’était leur discussion qui avait pesé davantage dans la balance. Comme il le lui avait dit, il ne ramenait pas d’inconnue dans son lit. Rafael se retrouva soudainement à sourire, presque timidement, tout en hochant de la tête « Moi aussi » et regarda le café « Évidemment ! Et les viennoiseries aussi » en saisissant un croissant dans sa main.

Bien évidemment, le côté maladroit de Rafael n’était jamais bien loin. Il avait beau être sûr de lui et assez rude dans son genre, il n’en restait pas moins qu’il était maladroit au possible. Par chance, il n’avait pas renversé son café sur sa tenue. C’était un exploit. Comme le fait de l’inviter au concert d’un chanter qu’il appréciait. Un rancard ? Il n’en savait trop rien. En fait, il avait peur de le désigner ainsi « C’est un rancard » finit-il par avouer « Enfin je crois » et se mit à rire nerveusement « Je n’en sais trop rien en fait. On peut dire juste une soirée à deux s’il vous plaît ? » et lorsqu’elle accepta, il en fut pleinement ravi. « Vous allez aimer » répliqua-t-il en la regardant avec insistance, comme s’il peinait à réaliser ce qu’il se passait. Ce n’était qu’un concert « Enfin, je ne suis pas vraiment objectif ». Il se pencha ensuite pour lui voler un morceau de brioche, souriant en l’entendant répliquer et poursuivirent la conversation « Du bon temps en soi ». Il avala son morceau de brioche « Je vais parfois faire un basket avec des amis, je leur donne aussi un coup de main quand c’est nécessaire », sans préciser qu’il les aidait dans quelques affaires de temps à autre. Elle ne semblait pas aimer la police, alors il garda cette petite information pour lui « Je me pose devant la télévision sinon ». Oui, il n’avait pas une vie bien exaltante « Et aujourd’hui, qu’est-ce que vous avez prévu ? ».


Charly
Messages : 2504
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Lun 12 Déc - 14:52

Bonnie Brennan
J'ai 34 ans ans et je vis à Miami. Dans la vie, je suis vendeuse et je m'en sors pas mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis à libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Bonnie est une jeune femme indépendante, sur d'elle, qui mène sa vie comme elle l'entends. Issue d'une famille Irlandaise plus que modeste, Bonnie a quitté son pays d'origine ainsi que sa famille à 17ans. Par la même occasion, elle a laissé derrière elle sa fille, pour des raisons qui selon la jolie blonde étaient purement égoïste. Elle n'avait rien à offrir à cet enfant. Bonne menteuse lorsqu'il le faut, elle sais se montrer prudente et discrète. Il en va de sa survit. En rencontrant Elena et son père Rafael, Bonnie ne se doute pas que sa vie va prendre un nouveau tournant.  
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Tumblr_inline_oxpx7reGvo1unkpqt_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 4adcbca15ef0ed16a7b3e63173a90e6a731feab7
Crédits: cherry / tumblr


« -maintenant que je suis lavée, habillée et dehors, je pensais plutôt aller me balader. » répondit Bonnie en regardant au loin. Il l’avait tiré du lit, alors autant qu’elle profite de sa journée en extérieur. « -aussi. » Rafael pouvait organiser ses journées comme il le voulait. Cela devait être plaisant. Le conversation prit une autre tournure et Bonnie ne pouvait pas nier aimer cela. Un sourire en coin, et elle s’installa en face de lui. Le sujet Elena passé, elle parla de la réunion, du timing, de son organisation. Rafael avoua ne pas avoir trouvé d’autre raison pour l’appeler. Cela l’amusa. « -non. » répondit elle avec franchise. « -parce que j’espérais votre appel. » à nouveau elle se montrait franche dans ses paroles. « -j’ai beaucoup apprécié notre conversation également. » elle avait passé une agréable soirée en sa compagnie. Il y avait un certain feeling entre eux, et maintenant il en connaissait plus sur elle que la plus part des gens qu’elle fréquentait.

Elle fut surprise d’entendre cette invitation. Un concert… cela faisait bien longtemps qu’elle n’en avait pas fait. Alors elle n’hésita pas longtemps à dire oui, avant de trouver Rafael vraiment craquant avec ce petit air timide. « -vous n’avez jamais eut de rancard depuis votre divorce ? » demanda Bonnie toujours aussi curieuse. « -ok très bien, ce n’est pas un rancard ! Je ne voudrais pas vous stresser. On va juste écouter un type qui chante. » avait elle répondu avec un léger rire. Elle découvrait chez le barman un côté adolescent qui lui plaisait beaucoup. « -exactement. Enfin parfois je fais du ménage ou des courses… le genre de trucs classique que je n’apprécie pas forcement mais qu’on doit bien faire de temps à autre. » elle l’écouta et ajouta : « -un coup de main pour ? Vous êtes bricoleur à vos heures perdues ? » elle l’imaginait assez bien allongé sous un évier avec un clé anglaise… Mais elle se trompait peut être. « -oh ! et quelle est votre dernière série en date ? Quelle genre vous aimez ? » elle était grande consommatrice de série. Oui, elle était toujours aussi curieuse en ce qui concernait Rafael. D’ordinaire elle se méfiait des gens qu’elle ne connaissait pas, et qui rentrait dans sa vie de façon soudaine. Elle faisait sa petite enquête avant. Mais là… c’était différent. C’était peut être sa paternité merdique qui aidait Bonnie à lui accorder une certaine forme de confiance. « -je n’avais rien prévu. Vous surfez ? » demanda la jeune femme en plissant les yeux, légèrement penchée en avant par-dessus la table.

Manhattan Redlish
Messages : 2593
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Lun 12 Déc - 19:30

Rafael Melendez
J'ai 38 ans ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis un ancien flic du 12th district et propriétaire d'un bar et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien.

Après un passage de deux ans dans une université de bas-étage à Miami, Rafael est entré à l’école de police avec pour objectif de protéger et de servir. Il rencontra sa femme quelques mois avant son incorporation, et elle tomba rapidement enceinte, bousculant quelque peu ses projets de vie. Ils emménagèrent donc ensemble et se marièrent à la mairie sans leurs familles. En tout intimité. Mais bien vite, ce fut la désillusion pour son ex-femme qui se retrouva à élever seule leur fille. Rafael cumulait les infiltrations de plusieurs mois. Des mois sans entrer en contact avec sa famille. Sa mutation à la criminelle ne fut pas suffisant pour sauver son mariage et divorcèrent après dix ans de mariage. Il quitta la police quelques années après pour ouvrir un bar, mais le mal était déjà fait. Angie lui avait pardonné, mais ce n’était pas le cas d’Elena qui décida de lui rappeler, quotidiennement, qu’il n’est pas réellement son père… Peu importe ses efforts pour rattraper le temps passé 
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Tumblr_p0xjrcHgEc1wkhfpko1_r2_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f734f6d76735f45584a4567496b673d3d2d3633353830343635312e313535383530363135383730666430313736323934313430303435362e676966
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Ec59156e144b5c8f1dc52731293b2626652eb38e

gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


« Vous vous rattraperez la fois prochaine, et promis, j’éviterais de vous réveiller de cette manière » rétorqua-t-il tout en laissant sous-entendre qu’il n’était pas contre une autre manière de la réveiller. Peut-être plus en douceur que le bruit strident d’une sonnerie de téléphone. En ce qui le concernait, il était libre comme l’air jusqu’à l’ouverture du bar, et lorsqu’il ne se sentait pas d’assurer le service, il voyait avec Jason pour prendre la relève. Il pouvait également compter sur Janice certains soirs, pour quelques extras. Ça lui apportait une certaine liberté et il y prenait goût. Ça lui permettait également d’organiser les soirées qu’il désirait, comme celle de Bonnie, même si, en réalité, c’était seulement une excuse pour la contacter. Il fut surpris de sa réponse et lui sourit avec douceur « Si j’avais su, j’aurais appelé bien plus tôt » au lieu d’attendre une semaine comme un abruti. Rafael vint tout de même préciser un point. Il n’était pas ici parce qu’il la trouvait jolie, mais parce que sa personnalité l’avait également charmé, et il n’était pas le seul, ce qui le rassura quelque peu et continua de le faire sourire « C’est ce que je voulais entendre » avec cette sincérité qui leur était propre.

Rafael décida donc de se lancer en l’invitant à un concert d’un chanteur qu’il appréciait tout particulièrement. Néanmoins, la manière de désigner ce rendez-vous le perturba quelque peu. Il avait l’impression de redevenir un adolescent soudainement devant la jeune femme qui se montra curieuse concernant sa vie personnelle « Si. Bien sûr que si. J’en ai eu trois ou quatre qui n’ont jamais abouti à plus loin. Mais c’était classique. Restaurant et je la ramenais chez elle ». Il se mit à rire en entendant Bonnie décider pour lui que ce n’était pas un rancard, sûrement parce qu’elle voyait soudainement stresser pour rien « C’est un rancard ! » finit-il par dire avec un aplomb qui le surpris lui-même « J’ai envie que ça soit un rancard ». Voilà, c’était dit ! « Vous pouvez partir en courant maintenant » répliqua-t-il tout en prenant un morceau de viennoiserie qu’il porta à ses lèvres de manière presque enfantine sans la quitter des yeux, appréhendant presque qu’elle prenne peur.

« Pas vraiment le choix » rétorqua-t-il ensuite concernant les tâches ménagères et les courses. Lui non plus n’était pas un grand adepte de l’exercice, mais c’était nécessaire. Il jeta un regard par la baie vitrée quand Bonnie l’interrogea sur les coups de mains qu’il donnait. Devait-il dire la vérité ?! Seuls ses yeux étaient posés sur Bonnie. Sa tête était toujours tournée vers la baie vitrée. Il finit par lui faire face « Il m’arrive parfois de faire un peu de mécanique. Un peu de plomberie aussi ou encore tondre le gazon ». Il ne mentait pas. Il le faisait pour quelques amis, la famille, et souvent ses parents. Rafael avait toujours été manuel et avait su rapidement user de ses mains pour travailler afin de se payer l’université. Toutefois, le latino aimait aussi se poser devant la télévision avec une bière « Je suis plus football américain, mais ok… Hum… Alors laissez moi réfléchir… En ce moment, je regarde NCIS, I-Zombie, Walking Dead ou encore Good Doctor. Et vous ? ». Tout fin de compte, il passait peut-être pas mal de temps devant la télévision en y réfléchissant. Il prit une gorgée de café tout en lui jetant quelques regards, et finit par lui demander si elle avait quelque chose de prévu aujourd’hui afin de lui demander si elle accepterait de passer du temps avec elle, mais elle sembla le devancer « Je surfe oui. Et vous ? » avant de sourire « Vous voulez qu’on aille surfer après le petit-déjeuner ou je me trompe complètement et j’ai l’air d’un abruti ? ».


Charly
Messages : 2504
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Lun 12 Déc - 20:34

Bonnie Brennan
J'ai 34 ans ans et je vis à Miami. Dans la vie, je suis vendeuse et je m'en sors pas mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis à libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Bonnie est une jeune femme indépendante, sur d'elle, qui mène sa vie comme elle l'entends. Issue d'une famille Irlandaise plus que modeste, Bonnie a quitté son pays d'origine ainsi que sa famille à 17ans. Par la même occasion, elle a laissé derrière elle sa fille, pour des raisons qui selon la jolie blonde étaient purement égoïste. Elle n'avait rien à offrir à cet enfant. Bonne menteuse lorsqu'il le faut, elle sais se montrer prudente et discrète. Il en va de sa survit. En rencontrant Elena et son père Rafael, Bonnie ne se doute pas que sa vie va prendre un nouveau tournant.  
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Tumblr_inline_oxpx7reGvo1unkpqt_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 4adcbca15ef0ed16a7b3e63173a90e6a731feab7
Crédits: cherry / tumblr


« -j’aime beaucoup ce genre de promesse… » elle n’avait aucun mal à l’imaginer venir se lover contre elle, encore nu des ébats de la nuit. Embrasser son cou, puis son épaule… Mais elle décida de se reconcentrer sur le présent, et évoqua Elena afin de chasser ces images de son esprit. Quant à l’appel qu’il avait enfin passé, elle se montra franche à ce sujet aussi. Elle avait espéré un appel ou un message de sa part. Parce qu’elle avait aimé la soirée passée ensemble, leur conversation, apprendre à le connaitre… Alors oui, elle avait espéré qu’il reprendrait contact tôt au tard. C’était chose faite et ils étaient maintenant en tête à tête en train de prendre un petit déjeuner. « -non… vous faites ça dans les règles de l’art… c’est bien aussi. » tout ce qui comptait finalement c’était qu’il avait téléphoné. Ils se plaisaient, ça c’était certain au vu de leur échange. Mais ils prenaient le temps d’apprendre à se connaitre avant de passer à quelque chose de plus sérieux, et Bonnie appréciait. Cela voulait dire qu’elle n’était pas qu’une belle blonde désirable. Il y avait plus que ça. Il le confirma. Tout comme l’inverse était vrai aussi. Il était bel homme, mais il était aussi intéressant à connaitre.

« -ah vous me rassurez. Vous avez donc envie de passer à autre chose que quelques câlins crapuleux avec votre ex-femme. C’est bien. » oui, parce qu’elle en avait douté lorsqu’il s’était confié là-dessus. Peut être qu’il tenait encore et toujours à Angie, puisque c’était son nom. Qu’il ne parvenait pas à s’en détacher et qu’il lui était donc impossible de se projeter avec une autre femme. « -pourquoi il n’y a pas eu de suite ? » demanda Bonnie avant de déclarer que ce concert ensemble n’était pas un rancard, si cela le stressait. Elle se mit à rire joyeusement. « -pourquoi est ce que je voudrais partir en courant ? Vous me plaisez… » avait elle répondu avec aplomb, son sourire tendre et taquin à la fois, sur les lèvres.

« -un homme manuel… » elle trouvait ça sexy. Même si elle ne le dit pas à voix haute. « -football américain, j’adore ! » clama Bonnie avant d’écouter la suite. « -j’adore, j’adore j’adore et jamais vu. C’est bien ? » La jeune femme n’avait rien de précis de prévu aujourd’hui, mais une idée lui vint en tête et elle demanda à Rafael s’il savait surfer. Elle sourit avant de hocher la tête : « -oui monsieur. » bien sûr qu’elle surfait ! C’était une des première choses qu’elle avait appris en arrivant ici. Habiter à Miami et ne pas savoir tenir sur une planche de surf ?! Impossible. « -non, vous n’avez pas l’air d’un abruti. Arrêter de vous taper dessus tout seul. Laissez ça à votre ex et votre fille. Là on est juste tout les deux. Entre amis. » elle ne savait pas si c’était le bon mot, mais elle s’en fichait. Elle voulait seulement qu’il se détende. « -et donc oui, on pourrait se rejoindre à la plage pour aller surfer. Vous allez chercher vos affaires, moi les miens et on se donne un point de rendez-vous. Ça vous dit ? » elle ne voulait pas le forcer, s’il préférait passer le reste de sa journée devant la télé. Mais ça pouvait être sympa.

Manhattan Redlish
Messages : 2593
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Lun 12 Déc - 21:27

Rafael Melendez
J'ai 38 ans ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis un ancien flic du 12th district et propriétaire d'un bar et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien.

Après un passage de deux ans dans une université de bas-étage à Miami, Rafael est entré à l’école de police avec pour objectif de protéger et de servir. Il rencontra sa femme quelques mois avant son incorporation, et elle tomba rapidement enceinte, bousculant quelque peu ses projets de vie. Ils emménagèrent donc ensemble et se marièrent à la mairie sans leurs familles. En tout intimité. Mais bien vite, ce fut la désillusion pour son ex-femme qui se retrouva à élever seule leur fille. Rafael cumulait les infiltrations de plusieurs mois. Des mois sans entrer en contact avec sa famille. Sa mutation à la criminelle ne fut pas suffisant pour sauver son mariage et divorcèrent après dix ans de mariage. Il quitta la police quelques années après pour ouvrir un bar, mais le mal était déjà fait. Angie lui avait pardonné, mais ce n’était pas le cas d’Elena qui décida de lui rappeler, quotidiennement, qu’il n’est pas réellement son père… Peu importe ses efforts pour rattraper le temps passé 
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Tumblr_p0xjrcHgEc1wkhfpko1_r2_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f734f6d76735f45584a4567496b673d3d2d3633353830343635312e313535383530363135383730666430313736323934313430303435362e676966
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Ec59156e144b5c8f1dc52731293b2626652eb38e

gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


« Tant mieux, parce que moi aussi » avoua-t-il avec une pointe de timidité dans sa voix et son attitude. Sans vraiment savoir pourquoi, il n’avait aucun mal à s’imaginer être réveillé par un souffle un peu trop fort de la part de Bonnie, et qui lui donnerait envie de se blottir tout contre elle, avant de lui préparer le petit-déjeuner le temps qu’elle s’extirpe des bras de Morphée. C’était utopique comme manière de penser, il en avait conscience, mais l’idée le séduisait. Même si pour cela, il allait devoir apprendre à prendre son courage à deux mains de manière plus téméraire. Il avait attendu une semaine avant de l’appeler par crainte qu’elle trouve cela peut-être trop précipité. Finalement, il n’en était rien. Elle avait attendu son appel et était ravie qu’il ait eu cette initiative « Dans les règles de l’art… J’aime cette pensée ». Respecter les coutumes, les règles. Rafael trouvait cela presque séduisant. Après tout, la société d’aujourd’hui était trop pressée de tout. C’était bien aussi de prendre son temps, de ne pas se ruer chez l’un ou chez l’autre pour coucher le premier soir. Il décida donc de l’inviter à un concert d’un chanteur encore peu connu, et sourit face à la remarque de Bonnie. Apparemment, il avait le comportement d’un homme qui avait perdu l’habitude des rendez-vous. Il laissa un petit rire résonner dans la boulangerie, et posa sa main dans la paume de sa main, tout en continuant de la regarder « Vous avez réellement du mal à accepter l’idée que j’ai une aventure avec mon ex-femme » et laissa retomber sa main sur la table « Je ne suis plus amoureux d’Angie, si c’est la question. Je ne cherche pas à la reconquérir, et oui, j’aspire à une autre relation. Durable. Plus que celles que j’ai pu avoir jusque-là ». Parce que oui, il ne souhaitait pas être continuellement l’amant de son ex-femme. C’était un rôle occasionnel. Tôt ou tard, ça cesserait.

Rafael posa ses bras sur le rebord de la table et décida d’expliquer à la jeune femme ce qui avait fait que ses rancards n’étaient jamais allés bien loin « Avec Francesca, on avait décidé de passer la fin de soirée chez moi. C’était sans compter Elena qui avait décidé de passer à l’improviste à mon appartement, complètement ivre, et m’a fait une scène. Ensuite, il y a eu Cécilia, une amie de longue date. On s’est rendu compte qu’il n’y avait pas plus entre nous et ça s’est arrêté net. J’ai rencontré ensuite Zoé, dans mon bar. Elle était flic et on s’entendait bien. Mais elle n’a pas voulu continuer parce qu’elle ne voulait pas d’un homme avec enfants. Elle était plus jeune que moi et ne souhaitait pas ce genre de responsabilité. Oh ! Et j’allais oublier la dernière en date, Mia qui m’a appris, au cours du dîner, être mariée et ne souhaitait pas d’une relation sérieuse ». Il prit une gorgée de café pour conclure « Que de réussites ! Vous savez maintenant pourquoi j’appréhende les rancards ». Même si, cette fois-ci, il aimait penser que ça serait différent. En fait, il avoua à voix haute que c’était finalement un rancard. Il en avait envie. Pourquoi mentir ?! Son rire le rassura quelque peu et le fit même sourire. Son cœur bondit dans sa poitrine quand Bonnie lui confia qu’il lui plaisait « Oh ! Je vous plais ?! » et hocha lentement de la tête « Bien » et ajouta « Bien » et se mit à sourire « Vous aussi ». Rafael se surprit lui-même à parler aussi ouvertement et aussi sincèrement à la jeune femme qu’il ne connaissait que depuis une semaine.

« Vous préférez les hommes intellectuels ? » demanda Rafael en se demandant quel était le fond de sa pensée en cet instant et évoqua ensuite ses loisirs, et plus précisément ce qu’il aimait regarder à la télévision « Vous aimez ?! Je veux dire, vraiment ? » et ajouta « Je fais régulièrement des soirées football, surtout au moment du Super Bowl, au bar. Si ça vous tente de venir ». Bon, c’était également source de conflits pour sa clientèle et il devait souvent intervenir pour rappeler que se foutre sur la gueule n’arrangeait rien, que ça restait que du sport « Si un soir, ça vous dit, je pourrais vous montrer la série ». C’était une idée comme une autre de soirée. « Vous surfez ?! Epousez-moi ! » répliqua-t-il en plaisantant et se mit à sourire « Entre amis ? Je n’aurais pas dit ça pour nous désigner » souffla-t-il en se rapprochant un peu plus de la table et acquiesça « J’aime beaucoup l’idée. Mais terminez votre brioche avant » en désignant du doigt la viennoiserie. Ils finirent de déjeuner et Rafael retourna à son appartement pour récupérer ses affaires de surf. Il la retrouva sur la plage et sourit aussitôt en la voyant « Vous êtes prête ? » et désigna d’un signe de tête la mer agitée « Il faut croire qu’elle nous attend ! ».

Charly
Messages : 2504
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Mar 13 Déc - 12:49

Bonnie Brennan
J'ai 34 ans ans et je vis à Miami. Dans la vie, je suis vendeuse et je m'en sors pas mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis à libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Bonnie est une jeune femme indépendante, sur d'elle, qui mène sa vie comme elle l'entends. Issue d'une famille Irlandaise plus que modeste, Bonnie a quitté son pays d'origine ainsi que sa famille à 17ans. Par la même occasion, elle a laissé derrière elle sa fille, pour des raisons qui selon la jolie blonde étaient purement égoïste. Elle n'avait rien à offrir à cet enfant. Bonne menteuse lorsqu'il le faut, elle sais se montrer prudente et discrète. Il en va de sa survit. En rencontrant Elena et son père Rafael, Bonnie ne se doute pas que sa vie va prendre un nouveau tournant.  
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Tumblr_inline_oxpx7reGvo1unkpqt_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 4adcbca15ef0ed16a7b3e63173a90e6a731feab7
Crédits: cherry / tumblr


Bonnie aimait découvrir derrière le barman en galère dans son rôle de père, un homme qui lui semblait bien moins sur de lui. Cela amusait la jeune femme, mais elle trouvait cela aussi très séduisant. Elle avait cette sensation qu’il se dévoilait vraiment. Qu’il n’y avait pas de filtre ou de fausse façon d’être. La plus part des homme voulait paraitre charmeur, lui il était charmant. Ils étaient plein d’assurance, comme s’ils s’imaginaient que tout était déjà dans la poche. Rafael semblait douter de son charme et de l’envie qu’il avait suscité chez elle de pouvoir le revoir. Elle aimait le fait qu’il n’ait pas insisté le soir même, mais qu’il réponde pourtant à ces petites provocations.

« -moi ?! Ah non ! Mais vous faites ce que vous voulez avec votre ex-femme ! » s’exclama Bonnie sur un ton qui laissait bien comprendre qu’il avait raison. « -je trouve ça nul pour vous et un peu trop facile pour elle. » ajouta Bonnie avant de reprendre : « -je sais, c’est un jugement, je devrais pas. Mais vous m’avez dit qu’elle vous reprochait bien des choses… et... » elle regarda son café. « -bref… c’est votre vie. » elle n’avait pas son mot à dire. La jolie blonde resta le regard concentré sur ce qu’elle mangeait tout en l’écoutant parler d’Angie et sa propre envie de trouver quelqu’un d’autre. Une relation durable. Mais la curiosité reprit le dessus et elle voulu savoir pourquoi cela n’avait pas fonctionné avec les autres. Elle grimaça en l’écoutant, désolée pour lui. « -y’a pas de ligne d’arriver à franchir ou d’obligation que ça marche du premier coup vous savez. Vous avez tenté, c’était pas les bonnes personnes. Rien de plus. » il n’avait pas à se mettre la pression pour la suite. Alors elle décida de le détendre et avoua qu’il lui plaisait. « -vous allez rougir ? » demanda la jolie blonde en se foutant de lui. « -oui, je le savais… » s’amusa-t-elle ensuite avec un sourire en coin.

« -parce qu’un homme ne peut pas être dans les deux catégories ? » répliqua Bonnie.. « -vous voulez la vérité ? Je trouve ça hyper attirant un homme qui sais réparer sa voiture ou la fuite d’un évier. » c’était la stricte vérité. « -c’est peut être mon côté demoiselle en détresse… je suis nulle pour tout ce genre de truc. » avoua Bonnie souriante. « -non ! Bien sûr que non ! Je ne me suis jamais montrée sincère depuis le début voyons ! » à nouveau elle se foutait de lui : « -bien sûr que j’aime ! Croyez-moi, je ne vois pas pourquoi je vous mentirais là-dessus, si c’est pour me retrouver un voir un match qui m’ennuie. » oui, c’était totalement absurde. « -et oui, je viendrais volontiers. » ajouta la belle blonde après avoir avalé une gorgée de café.

Ils parlèrent série et elle hocha la tête la bouche à moitié pleine : « -carrément ! » elle était partante pour ce genre de soirée aussi. Et puis s’en suivait un rire joyeux. « -la femme de vos rêves ! » en écartant les deux mains. « -oh et vous auriez dit quoi ? » demanda Bonnie toujours aussi curieuse. Ils élaborèrent alors un programme pour les heures qui suivaient. « -tenez, sinon je vais couler ! » elle sépara ce qui restait de la brioche, mangea et termina son café. Puis elle rentra chez elle afin de prendre ses affaires. Elle retrouva Rafael sur la plage, à l’endroit du rendez-vous, planche sous le bras, uniquement vêtu d’un maillot de bain. « -voyons un peu ce que vous donnez… » lança Bonnie en entrant dans l’eau. Elle rama avec les mains, puis elle se mis en place, à cheval sur sa planche, attendant l’arriver de la vague. Il faisait beau et chaud, les vagues étaient belles… Elle fit un signe de main à Rafael, le laissant commencer. Elle voulait l’observer… voir un peu son niveau.

Manhattan Redlish
Messages : 2593
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Mar 13 Déc - 15:39

Rafael Melendez
J'ai 38 ans ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis un ancien flic du 12th district et propriétaire d'un bar et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien.

Après un passage de deux ans dans une université de bas-étage à Miami, Rafael est entré à l’école de police avec pour objectif de protéger et de servir. Il rencontra sa femme quelques mois avant son incorporation, et elle tomba rapidement enceinte, bousculant quelque peu ses projets de vie. Ils emménagèrent donc ensemble et se marièrent à la mairie sans leurs familles. En tout intimité. Mais bien vite, ce fut la désillusion pour son ex-femme qui se retrouva à élever seule leur fille. Rafael cumulait les infiltrations de plusieurs mois. Des mois sans entrer en contact avec sa famille. Sa mutation à la criminelle ne fut pas suffisant pour sauver son mariage et divorcèrent après dix ans de mariage. Il quitta la police quelques années après pour ouvrir un bar, mais le mal était déjà fait. Angie lui avait pardonné, mais ce n’était pas le cas d’Elena qui décida de lui rappeler, quotidiennement, qu’il n’est pas réellement son père… Peu importe ses efforts pour rattraper le temps passé 
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Tumblr_p0xjrcHgEc1wkhfpko1_r2_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f734f6d76735f45584a4567496b673d3d2d3633353830343635312e313535383530363135383730666430313736323934313430303435362e676966
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 3 Ec59156e144b5c8f1dc52731293b2626652eb38e

gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


Il n’était pas nécessaire d’épiloguer longtemps pour se rendre compte que la relation qu’entretenait Rafael et son ex-femme n’était pas au goût de la jeune femme. Et Bonnie avait beau le contredire, le ton de sa voix trahissait sa pensée. Il lui fit signe de la main d’expliquer pourquoi elle trouvait ça si facile, et se mit à sourire avec une certaine tendresse « Je trouve ça touchant et adorable. Votre attitude. Votre manière de vouloir me protéger » et ajouta « On y trouve notre compte tous les deux dans cette histoire ». Il ne souffrait pas d’une forme particulière du syndrome de Stockholm. Il était consentent. Néanmoins, il aspirait également à une relation plus durable, mais dans la société d’aujourd’hui, Rafael avait l’impression que c’était difficile de trouver chaussure à son pied. Ce n’était pas faute, pourtant d’avoir essayé de trouver, mais tous ces rendez-vous s’étaient conclus par un échec. Lorsque ce n’était pas Elena, c’était le fait qu’elles étaient mariées ou qu’elles n’aspiraient pas à la même vie que lui… Il l’observa un instant et se mit à sourire « J’ai fini par arriver à la même conclusion avec le temps. Vous comprenez maintenant pourquoi j’hésite à appeler ce concert un rancard… J’ai peur que ce mot me porte la poisse et que vous partiez aussi ». Mais, tout fin de compte, il ne voulait pas qu’il en soit autrement, et il comprit qu’il avait pris la bonne décision quand Bonnie lui avoua qu’il lui plaisait. Il se recula dans son siège tout en faisant une grimace alors qu’il rétorquait « Pfff ! Non, n’importe quoi ! » et détourna légèrement le regard en souriant avant de reposer ses yeux noirs sur elle « Oh ! Vous le saviez ?! ». Lui aussi se moquait d’elle à sa manière.

Rafael décida d’arranger la vérité en ne l’exposant par entièrement à Bonnie, et évoqua davantage le fait qu’il usait de ses mains sur des voitures ou des robinets cassés. Un petit rire se fit entendre et se désigna de la main « J’en suis la preuve que ça existe », mais ça ne courait pas les rues. En tout cas, c’était son avis. Il aima entendre qu’elle trouvait cela attirant « Vous savez qui appeler si besoin maintenant. Par contre, je vous préviens tout de suite, je suis en débardeur et jeans. On ne fait pas mieux dans le cliché du latino bricoleur… de films pornographique ». Il avait envie de la faire rire, mais il était réellement dans le cliché, et il avait l’impression que ça n’allait pas déranger Bonnie. Bien au contraire. Il se mit à rire de nouveau « Bien, bien ! Alors on pourra regarder quelques matchs ensemble » et lui proposa même de venir aux bars pour les regarder et sourit à sa réponse positive « Bien ». La jeune femme était également pour l’idée de découvrir des séries avec lui. Une toute autre ambiance, mais qui pouvait être agréable aussi à la fin de la semaine. Il la regarda fixement en souriant « On dirait bien ». Il se mit ensuite à réfléchir quand elle les désigna comme des amis. Rafael n’était pas d’accord avec cette formulation et se retrouva donc à réfléchir, et opta pour réponse à « Je vous propose d’attendre de voir avant de nous définir ». Il se saisit ensuite du reste de la brioche à la demande de Bonnie « Vous avez de la marge ».

Rafael était arrivé un peu avant Bonnie sur la plage, planche sous le bras et tenue de surf à moitié enfilée, laissant seulement son torse nu. Il observait la mer quand elle arriva. Il ne put s’empêcher de laisser son regard glisser sur la silhouette peu vêtue de sa nouvelle amie. Soudainement, ce n’était plus surfer qu’il souhaitait faire comme sport… La voix de Bonnie le ramena à la réalité « De… Ah oui ! Oui, avec plaisir » et osa un dernier regard avant de suivre la jeune femme dans la mer. Il rama jusqu’à ce qu’ils soient à destination et prit place assis sur sa planche, un regard pour Bonnie et reprit la route jusqu’à la première vague qu’il loupa, tomba en mer. Il réitéra et parvint à la prendre correctement, et revint vers la jeune femme « L’eau est bonne » et ajouta « A votre tour ».


Contenu sponsorisé
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R]
Page 3 sur 14
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant
Sujets similaires
-
» C’est une bonne chose d’avoir peur, ça prouve au moins qu’on a encore quelque chose à perdre. [Princess Pitch]
» (m ou f) il y a quelque chose, c'est obligé (terminé)
» Vous en étiez à peau de couille je crois ? .... Voilà comment on les mate. [ft. Aodhàn]
» (M) Et alors qu'ils se cachent de tous, un bout de chou pointe son nez. Quelque chose que tout le monde verra.
» EOIN+SID - Quelque part perdu au milieu de nul part [+18]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: