Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Pèse-personne connecté – XIAOMI Mi ...
Voir le deal
14.99 €

LE TEMPS D'UN RP

That shit's embarrassing, you were my everything (chouu')

Gaïa
Messages : 110
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
tea
Gaïa En ligne
Mer 10 Aoû - 11:43
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Joaquim et Gemma, c’est six ans de vie commune, partis en fumée du jour au lendemain. Des origines sociales que tout opposent. Beaucoup d’amour mais sans doute trop peu de combativité. Une famille trop élitiste, un homme jugé « pas assez bien » et le bonheur s’envole. Les années ont passé, pansant les blessures, réparant les cœurs. Jusqu’à ce jour brûlant d’été 2022, où le pâtissier pousse la porte du bureau de la wedding planner en plein cœur de Paris...

Contexte provenant de nos petites têtes.
Gaïa
Messages : 110
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
tea
Gaïa En ligne
Mer 10 Aoû - 12:03

Gemma
Presley

J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis wedding planner et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyennement bien.

Première née d’un couple franco-britannique, le 12 mai 1989, Gemma a longtemps partagé sa vie entre Londres et Paris. Installée définitivement depuis le début de sa vingtaine dans la ville lumière, elle y a fait des études de communication avant de spécialiser dans l’évènementiel et de devenir wedding planner.
Évoluant dans un milieu particulièrement aisé, elle cache ses relations à sa famille, depuis Le désastre, comme chacun l’appelle.

crédit avatar : ethereal

That shit's embarrassing, you were my everything.

That shit's embarrassing, you were my everything (chouu') Maybe-boxerThat shit's embarrassing, you were my everything (chouu') J0ns

Elle a chaud, Gemma, les cheveux collent sur sa nuque alors que le petit ventilateur installé dans la pièce ne parvient pas à rafraîchir l’air. D’un geste agacé, elle fait rebondir son crayon sur le carnet posé devant elle. Téléphone collé contre l’oreille, elle attend que son interlocuteur reprenne l’appel et fasse cesser l’horripilante musique qui résonne dans son tympan. Elle est fatiguée et sursaute presque quand le restaurateur daigne enfin reprendre la parole. La mine fermée, elle note les informations qu’il lui donne, redoutant par avance le moment où elle devra appeler l’exigeant couple de futurs mariés. Les changements de dernière minute risquent de les faire hurler et de la rendre folle alors que Gemma fera en sorte de régler tous les problèmes afin de leur offrir le plus beau jour de leur vie. Elle se plie toujours en quatre, la wedding planner, pour voir les étoiles dans les yeux de ses clients. Ce qui la ramène toujours inévitablement à sa propre situation. Éternelle célibataire, éternelle déçue, éternel cœur en miettes. Il lui semble que le jour où elle préparera son mariage ne viendra jamais. Elle soupire, remerciant l’intermédiaire à l’autre bout du fil avant de raccrocher. Ses doigts viennent glisser sur son visage vierge de tout maquillage. Après un rapide coup d’œil à son agenda, elle pose ses mains à plat sur son bureau puis se redresse afin de rejoindre l’accueil de l’agence pour rejoindre ses nouveaux clients. Ses talons claquent sur le sol et sa longue robe vole entre ses chevilles alors qu’elle ouvre la porte de son bureau. Si elle espérait trouver un peu de fraîcheur, c’est raté. « Sophia Rénier ? » appelle-t-elle alors, un sourire avenant sur les lèvres. Premier rendez-vous oblige, elle adopte une formalité qu’elle laisse en général peu à peu s’estomper au fil des entrevues, préférant établir une relation de confiance avec les futurs mariés. La brune sent son sourire s’affaisser face à la personne qui s’approche d’elle. L’homme qui se tient désormais devant elle n’a rien d’une Sophia Rénier. Un peu trop viril, un peu trop portugais, un peu trop connu de la professionnelle. Et tout à coup, Gemma ne sait plus s’il fait plus chaud encore ou soudainement froid. Son estomac se contracte violemment alors que son regard court sur le visage de Joaquim, apparu tel un fantôme du passé. Elle retient le putain, c’est une blague… qui menace de passer la barrière de ses lèvres, se contentant d’un « Salut... » hésitant. Il fallait bien que cela se produise un jour, qu’elle ait à travailler sur le mariage de l’un de ses ex, parce qu’il ne fait aucun doute que c’est la raison de la présence de Joaquim. Tout comme elle ne s’attendait pas à le voir, elle imagine que c’est la fiancée ignorante de leur lien qui l’a choisie comme wedding planner. Mais enfin de tous les collègues qu’elle doit avoir dans Paris, il a fallu que ça tombe sur elle… Reprenant contenance elle se racle la gorge avant de désigner son bureau et d’y suivre le brun. Les mains moites, elle se laisse tomber sur sa chaise. « Alors tu te maries ? » On a vu mieux comme entrée en matière…
Chouu'
Messages : 41
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu' En ligne
Ven 12 Aoû - 12:07

Joaquim Sandro
J'ai 36 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis pâtissier et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et je le vis plutôt bien.

Né au Portugal, est venu s'installer en France à 20 ans pour tenter sa chance dans la boulangerie. Finalement c'est la pâtisserie qui gagne mon coeur et je m'investis corps et âme pour accéder à la meilleures des formations, à Paris.
En parallèle je devais apprendre le français et j'ai vite été passionné par ce pays frimeur. Les paysages, les monuments historiques, les plats typiques, les légendes, les artistes, les filles ;
J'ai vécu ici mes plus belles années et si les choses ne se sont pas toujours passées comme prévu, j'ose espérer avoir trouvé ma place.
Certains milieux ne pourront jamais trop se fréquenter, les frontières sont épaisses, surtout dans les esprits.


   
   
   
~



J'entre dans l'établissement avec une certaine boule au ventre. Je ne suis pas le genre timide, je n'ai rien contre les inconnus quel que soit le contexte de rencontre. Au contraire assez avenant, curieux et bavard, je ne reste jamais longtemps installé dans mon coin. Il faut que je me rapproche des autres - que sommes-nous, seul ?

Aujourd'hui mes appréhensions ne viennent pas de ce lieu où une bande de filles surexcitées indépendantes et surbookées tentent de faire prospérer leur entreprise en s'occupant du mariage de quelques rêveurs ; je n'ai rien contre ce type de business.
C'est si chic de payer pour qu'un ou une inconnue gère votre wedding... Si superficiel aussi, si contemporain. Et pathétique sans doute.
Mais tellement pratique.

Je n'ai aucune envie de prendre en charge ce stress. Ma fiancée n'a pas plus de temps que moi à consacrer aux préparatifs de la fête.
Alors pourquoi ne pas profiter des ambitions professionnelles d'une de ces filles pour espérer obtenir le plus beau jour J, pour le moins d'efforts ?
Il suffit d'aligner les zéros.

« Sophia Rénier ? »

Sophia, c'est cette fille rencontrée dans une association de la ville. Un petit groupe de photographes amateurs que je fréquente depuis maintenant un an.
Elle est blonde, pas très grande ni très épaisse, elle a une voix claire et haute, des yeux rieurs sombres et un tempérament très parisien : impatiente, rieuse, bonne vivante, râleuse, critique, drôle et moqueuse.

Sophia travaille dans une agence immobilière et nous avons commencé à nous fréquenter dès le troisième atelier photo. Je lui suis reconnaissant de m'avoir fait une place dans sa vie bien remplie : des copines de partout, trois frères, des parents jamais loin et un énorme chien. Je ne peux pas parler de coup de foudre. Je n'ai plus l'âge pour ça et ne suis heureusement plus aussi naïf qu'autrefois... Mais sans Sophia, je ne saurais pas où est ma place.

Sophia, c'est la demoiselle que j'ai demandé en mariage. Un peu vite, disent certains. Un peu fou le portugais, soufflent d'autres. Si la plupart veulent me faire croire que je me raccroche à une histoire banale, je sais que les histoires qui durent sont celles auxquelles on croit.
Il n'y a pas de magie, juste des concessions, des accords, du respect.
Je crois en nôtre aventure, sinon autant ne plus croire en rien.

Sophia c'est, aujourd'hui, celle qui me pose un lapin et m'oblige à aller seul au devant d'une réunion faite pour deux amoureux.

" Oui ? "

« Salut... »

L'intonation familière me fait froncer les sourcils et je dévisage enfin la jeune femme censée nous recevoir.
...
La surprise me laisse interdit. Je souris lentement et, d'une façon mécanique, vide, je me dirige vers le bureau désigné comme si la situation était normale.

Sophia n'est pas là.
Sophia n'est pas Gemma.

« Alors tu te maries ? »

" ... eh oui, c'est les choses de la vie ! "

Maladroit, j'hésite à m'assoir et reste alors planté dans le bureau pour dévisager celle qui m'a tant manqué. Je ne sais pas si la situation est comique ou pathétique, sans doute un peu les deux et je finis par faire un pas dans sa direction, écartant les bras pour enfin la serrer contre moi ou déposer un baiser sur sa joue.
Les français et leurs manières, je suis toujours hésitant avec ça.

" Comment tu vas ?! "


Gaïa
Messages : 110
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
tea
Gaïa En ligne
Mer 17 Aoû - 0:01

Gemma
Presley

J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis wedding planner et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyennement bien.

Première née d’un couple franco-britannique, le 12 mai 1989, Gemma a longtemps partagé sa vie entre Londres et Paris. Installée définitivement depuis le début de sa vingtaine dans la ville lumière, elle y a fait des études de communication avant de spécialiser dans l’évènementiel et de devenir wedding planner.
Évoluant dans un milieu particulièrement aisé, elle cache ses relations à sa famille, depuis Le désastre, comme chacun l’appelle.

crédit avatar : ethereal

That shit's embarrassing, you were my everything.

That shit's embarrassing, you were my everything (chouu') Maybe-boxerThat shit's embarrassing, you were my everything (chouu') J0ns

Gemma ne sait pas vraiment comment réagir. Elle a d’abord envie de sourire, d’accueillir chaleureusement cet homme qu’elle a si bien connu et pour qui elle a éprouvé les émotions les plus fortes qu’elle ait jamais ressenties. Puis, elle a envie de se fermer complètement, de renvoyer Joaquim chez lui. Elle ne veut pas voir ce sourire qu’elle sait éclatant, ce sourire qui lui ferait déplacer des montagnes rien que pour le plaisir de le voir. De tous ses anciens petits-amis, elle a face à elle celui qu’elle aurait aimé ne jamais revoir, surtout ne jamais organiser le mariage. Parce que malgré le temps passé, cela fait toujours un mal de chien. Cela blesse toujours autant, alors qu’elle peut encore entendre les mots prononcés il y a cinq ans comme s’ils dataient de la veille. Son ego reste meurtri, sa rancune tenace pour celui qui s’est approprié son destin. Rancœur pour cette décision qu’il s’est permis de prendre à sa place, pour elle soit disant, pour qu’elle arrête de souffrir partagée entre l’amour de sa famille et celui d’un homme. La brune ne répond pas vraiment à l’étreinte que le Portugais lui offre. Elle grimace en se détachant rapidement. Cette étreinte lui a longtemps manqué, elle en rêvait, jour et nuit, jusqu’à en être malade. Jusqu’à ne plus pouvoir supporter le moindre contact humain qui osait la ramener à l’absence de celui qu’elle aimait tant. Ce n’était pas lui qui la prenait dans ses bras quand un autre la réconfortait, et ça, ça la tuait Gemma. « Les choses de la vie... » répète-elle à voix basse. Les choses de la vie oui, sauf pour elle visiblement.

Elle s’éclaircit difficilement la gorge quand il lui demande comment elle se porte. Elle prend le temps d’avaler une gorgée d’eau et de relever ses cheveux sur sa nuque, dans un chignon qu’elle fait tenir à l’aide d’un crayon, dans l’espoir de mieux supporter la chaleur. Elle finit par répondre, peut-être un peu trop sèchement. « Je vais bien. » C’est faux et c’est vrai à la fois. Réalisant que la politesse veut qu’elle retourne la question, elle s’empresse de reprendre la parole. « Et toi ? » Elle se fiche de la réponse autant qu’elle meurt d’envie de savoir. Que devient-il ? Qui est la fameuse fiancée ? A quoi ressemble-t-elle ? Et en même temps, elle voudrait ne jamais avoir à la croiser la fiancée. Croiser un ex est une chose, le voir au bras d’une nouvelle compagne sur le point de l’épouser en est une autre. « Ta fiancée n’est pas là ? » Question idiote, elle se fustige mentalement. « Est-ce qu’elle doit arriver ou ce n’est que toi aujourd’hui ? » se corrige-t-elle l’air de rien. Laborieusement, Gemma reprend son air de professionnelle. « Explique-moi tout : ce que vous aimeriez, la date que vous envisagez, une idée en particulier, quelque chose que je devrais savoir sur… votre histoire, vos envies… » Elle se concentre sur le stylo dans sa main et le carnet devant elle où trône déjà les noms de Joaquim et de sa promise. Fuir le regard du brun et s’en tenir à son métier lui paraît soudain bien plus simple, bien moins embarrassant, moins douloureux.
Chouu'
Messages : 41
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu' En ligne
Jeu 18 Aoû - 18:26

Joaquim Sandro
J'ai 36 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis pâtissier et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et je le vis plutôt bien.

Né au Portugal, est venu s'installer en France à 20 ans pour tenter sa chance dans la boulangerie. Finalement c'est la pâtisserie qui gagne mon coeur et je m'investis corps et âme pour accéder à la meilleures des formations, à Paris.
En parallèle je devais apprendre le français et j'ai vite été passionné par ce pays frimeur. Les paysages, les monuments historiques, les plats typiques, les légendes, les artistes, les filles ;
J'ai vécu ici mes plus belles années et si les choses ne se sont pas toujours passées comme prévu, j'ose espérer avoir trouvé ma place.
Certains milieux ne pourront jamais trop se fréquenter, les frontières sont épaisses, surtout dans les esprits.


   
   
   
~

Entre mes bras, Gemma n'a jamais été si froide, si solide, tendue. Je comprends le malaise et n'insiste pas, regrettant presque d'avoir été si fougueux. Le temps n'a pour le moment rien effacé de mon tempérament expressif, chaleureux et impulsif. J'essaye pourtant d'y remédier mais vous savez ce qu'on dit : chassez le naturel... Heureusement la jeune femme me connaît et ne doit pas être surprise.
Juste gênée...

Tandis qu'elle noue ses cheveux j'ai l'impression qu'elle ferme le cadenas sur un passé toujours douloureux, problématique à ses yeux. Notre histoire me peine encore je dois bien l'admettre mais j'étais parvenu à l'occulter ;
Revoir la jeune femme est inattendu. Les retrouvailles font remonter des tas d'émotions que je ne sais pas gérer. Contrairement à elle, à cet instant, je ne parviens pas à me concentrer :

« Je vais bien. [...] Et toi ? »

" Euh, oui, si, bien ! "

Le sourire large pendu aux lèvres pour seule défense, je la dévore des yeux en réalisant qu'elle n'a rien perdu de sa beauté. Au contraire. J'imagine - prétentieux - que c'est la blessure de notre aventure qui lui donne cet éclat plus fier. Forte.
J'apprécie et détourne aussitôt le regard quand elle évoque Sophia.

" On devait venir tous les deux mais elle a eu un empêchement et du coup ; "

Je me retrouve à parler organisation de mariage avec mon ex.

« Explique-moi tout : ce que vous aimeriez, la date que vous envisagez, une idée en particulier, quelque chose que je devrais savoir sur… votre histoire, vos envies… »

Les questions vont trop vite pour le cours de mes pensées toujours perdu dans le passé. Je bégaye et cherche déjà à rassembler les éléments de réponse qui traînent dans mes souvenirs récents : Sophia ne parle quasiment plus que du mariage depuis deux mois ! Je devrai pouvoir donner à Gemma ce qu'elle attend...

" Eh bien, Sophia voudrait...on voudrait faire ça à l'automne. Septembre ou octobre. J'ai quelques dates dans mon téléphone ; " Dis-je tout en fouillant dans l'appareil. " Il faudrait un lieu pour héberger des proches, une trentaine, et un extérieur. Elle veut qu'on fasse des photos avant. Le matin si possible. Et pour le dessert je vais faire le gâteau moi-même... "

Je pousse un profond soupir, replace le portable dans la poche arrière de mon jean et fais un pas vers Gemma pour l'inciter à relever les yeux. Si nécessaire, j’appuie sur le carnet qui semble absorber sa concentration.

" Je n'peux pas faire ça, avec toi. Tu ne veux pas demander à une collègue de s'occuper de moi ? Je, j'veux pas te mettre mal à l'aise. "

Dis-je presque sûr que ma présence la trouble, malgré son excellent jeu de comédienne : on dirait presque qu'elle n'est pas perturbée.
Mais je la connais trop.
Et puis, j'admets ne pas être très à l'aise non plus... Va-t-elle insister et s'entêter à me faire croire qu'elle peut gérer le client que je suis ? Peut-être est-elle payée au dossier, pour ce que j'en sais, je veux surtout me faire discret pour son bien être.

Gaïa
Messages : 110
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
tea
Gaïa En ligne
Mar 23 Aoû - 11:55

Gemma
Presley

J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis wedding planner et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyennement bien.

Première née d’un couple franco-britannique, le 12 mai 1989, Gemma a longtemps partagé sa vie entre Londres et Paris. Installée définitivement depuis le début de sa vingtaine dans la ville lumière, elle y a fait des études de communication avant de spécialiser dans l’évènementiel et de devenir wedding planner.
Évoluant dans un milieu particulièrement aisé, elle cache ses relations à sa famille, depuis Le désastre, comme chacun l’appelle.

crédit avatar : ethereal

That shit's embarrassing, you were my everything.

That shit's embarrassing, you were my everything (chouu') Maybe-boxerThat shit's embarrassing, you were my everything (chouu') J0ns

Joaquim bafouille et Gemma résiste à l’envie de poser ses pieds sur le bord de sa chaise et d’entourer ses jambes de ses bras dans une position réconfortante. A la place de cela, elle se tient bien droite sur sa chaise de bureau, se donnant probablement au passage un air guindé qui doit sembler faux. L’homme le sait, elle n’a jamais respecté les habitudes familiales à la lettre et elle est plus du genre à s’asseoir en vrac qu’à se tenir telle une ministre. Alors que le portugais explique que sa fiancée a eu un empêchement, Gemma regrette tout à coup son choix de carrière. Elle aurait dû envisager ce genre de situation quand elle a commencé à se tourner vers l’événementiel et les mariages. A croire qu’autour d’elle tout le monde avance, les ex se remettent de leurs émotions, rencontrent des nouvelles femmes et les demandent en mariage. Il n’y a qu’elle qui reste accrochée à ses blessures. Elle prend quelques notes alors que le pâtissier laisse échapper des informations. Elle note le début de la phrase qui commence seulement par Sophia avant qu’il se reprenne.  Rapidement, elle fait le calcul dans sa tête, espérant que Joaquim ne s’est pas tout de suite remis en couple après l’avoir quittée, elle arrive à quatre ans maximum. Relation plus courte qu’avec elle qui n’a jamais vu l’ombre d’une bague de fiançailles ou entendu la moindre évocation d’une union civile. Et ça la vexe, Gemma. « Oui, tu vas faire le gâteau, bien sûr. » Elle marmonne tout en notant des idées de lieux sur un post-it. Péniblement, elle redresse la tête quand son ex se rapproche. D’un air de défi, elle tire le carnet sous son doigt, elle ne veut pas qu’il touche ses affaires, qu’il vienne ainsi empiéter sans gêne sur son espace vital. La brune croise les bras avant de se caler contre le dossier de sa chaise. « Qui t’a dit que tu me mettais mal à l’aise ? Le passé est derrière-moi, Joaquim. » Elle assume pleinement sa mauvaise foi. « Mes collègues ont des dossiers par dessus la tête. C’est moi ou une autre agence. » Elle hausse les épaules, comme si ça ne faisait rien. Mais désormais, elle veut s’occuper de ce mariage à tout prix, même si ça risque de lui faire un mal de chien. Il faut qu’elle voit la fiancée, il faut qu’elle tourne la page comme Joaquim l’a fait. Elle reprend avec arrogance, sans décroiser les bras. « Si j’étais toi, je ne changerais pas d’agence. Sophia et toi avez choisi la meilleure. Le dossier est tombé sur moi, et alors ? » Son assurance est feinte alors que le prénom lui arrache la bouche. Le crayon glisse dans ses cheveux et les mèches tombent en cascade sur ses épaules alors que le morceau de bois tombe au sol. La wedding planner profite de le ramasser pour souffler sous son bureau. Manquant de peu de se cogner la tête en se redressant, elle désigne la deuxième chaise. « Alors ? Tu t’assieds ? »
Chouu'
Messages : 41
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu' En ligne
Mar 23 Aoû - 21:24

Joaquim Sandro
J'ai 36 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis pâtissier et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et je le vis plutôt bien.

Né au Portugal, est venu s'installer en France à 20 ans pour tenter sa chance dans la boulangerie. Finalement c'est la pâtisserie qui gagne mon coeur et je m'investis corps et âme pour accéder à la meilleures des formations, à Paris.
En parallèle je devais apprendre le français et j'ai vite été passionné par ce pays frimeur. Les paysages, les monuments historiques, les plats typiques, les légendes, les artistes, les filles ;
J'ai vécu ici mes plus belles années et si les choses ne se sont pas toujours passées comme prévu, j'ose espérer avoir trouvé ma place.
Certains milieux ne pourront jamais trop se fréquenter, les frontières sont épaisses, surtout dans les esprits.


   
   
   
~

« Qui t’a dit que tu me mettais mal à l’aise ? Le passé est derrière-moi, Joaquim. [...] Mes collègues ont des dossiers par dessus la tête. C’est moi ou une autre agence. »

Ah oui, Gemma n'est pas une petite chose fragile. Elle déteste afficher ses douleurs et ses failles. Combien de fois lui ai-je dit que c'était normal de souffrir ? Qu'on avait tous droit à l'échec et aux doutes ?
Je pose sur la professionnelle un regard conscient. Ni surpris, ni déçu. C'est elle, une certitude confirmée par son attitude. Je n'ai pas le courage de sourire, je suis un homme heureux et bientôt marié ! Pourtant cette rencontre ne passe pas.
Mais je n'ai pas son talent pour la mauvaise foi. À moins qu'elle ne soit, comme elle le prétend, pas du tout mal à l'aise...

" D'accord. Je vais en discuter avec Sophia ; "

Je commence à faire demi-tour. Impossible de savoir à qui m'adresser désormais pour rattraper ce fiasco, mais Sophia a pris ce rendez-vous il y a longtemps. Elle va m'en vouloir de tout gâcher ! Et si je lui cachais la vérité ?
Gemma en rajoute une couche et sa fierté me fait lever les yeux au ciel.

Tandis qu'elle se bat sous le bureau pour récupérer un stylo, je passe une main nerveuse dans mes cheveux et regarde trois fois en deux secondes les notifications sur mon téléphone. Rien.
Est-ce qu'on peut encore éviter le pire ?

« Alors ? Tu t’assieds ? »

J'obéis et quémande immédiatement, avec insistance :

" On ne peut pas lui dire, d'accord ? Elle est très jalouse et puis... ce serait bizarre, non ? "

Mais ça l'est !
Je n'ai pas envie de faire passer ma fiancée pour une fille difficile, elle a des tas de qualités. Et des défauts, comme toute personne normalement constituée. Elle a toujours souhaité que je taise mes relations passées, je me vois mal lui dire que notre mariage est organisé par la fille que j'ai le plus aimée ;

" Bref. Qu'est ce qu'il te faut ? "

Rapport à ses questions d'organisatrice, bien sûr.
...
Le rendez-vous est trop informel, surprenant, curieux. Je ne parviens pas à taire les interrogations qui se bousculent dans mes pensées et change aussitôt de sujet - elle va se plaindre, je l'entends déjà.
Mais je ne peux m'en empêcher :

" T'es à ton compte ? Vous êtes associées ou t'es en sous-traitance ? Tu vis où, maintenant ? "
 

Gaïa
Messages : 110
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
tea
Gaïa En ligne
Mar 30 Aoû - 18:14

Gemma
Presley

J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis wedding planner et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyennement bien.

Première née d’un couple franco-britannique, le 12 mai 1989, Gemma a longtemps partagé sa vie entre Londres et Paris. Installée définitivement depuis le début de sa vingtaine dans la ville lumière, elle y a fait des études de communication avant de spécialiser dans l’évènementiel et de devenir wedding planner.
Évoluant dans un milieu particulièrement aisé, elle cache ses relations à sa famille, depuis Le désastre, comme chacun l’appelle.

crédit avatar : ethereal

That shit's embarrassing, you were my everything.

That shit's embarrassing, you were my everything (chouu') Maybe-boxerThat shit's embarrassing, you were my everything (chouu') J0ns

Gemma affiche une mine faussement indifférente quand Joaquim consent enfin à s’installer de l’autre côté de son bureau. C’est si étrange, après des années sans se voir, cette entrevue semble durer une éternité et met les nerfs de la jeune femme à rude épreuve. Elle sait que c’est la même chose pour son ancien petit-ami. Elle aurait pu leur épargner une telle situation mais son ego a parlé pour elle. La wedding planner se retient de se mordre la lèvre face à la demande du portugais. « God... » L’anglais revient si naturellement quand elle se sent dépassée. Elle n’a pas envie de mentir à la fiancée. Elle voudrait que Sophia la regarde en sachant qu’elle a un jour goûté à tout ce qu’elle possède. Presque. Presque… Et dans le même temps, Gemma ne veut pas lire la supériorité dans son regard quand elle réalisera qu’elle a su garder près d’elle l’homme que la franco-britannique a été contrainte de regarder partir. Elle hésite un instant. « Ok. On n’est pas obligé de lui dire. » Cela commence mal, c’est une erreur elle sait. « Inutile de la rendre jalouse pour rien. » Elle insiste sur le dernier mot. C’est loin d’être rien pour elle, cela la consume déjà. Elle note mentalement le défaut de la fiancée. Défaut qu’elle ne possède habituellement pas mais qui se réveille doucement dans sa poitrine depuis plusieurs minutes déjà. « Ça serait bizarre de lui dire, oui. » affirme-t-elle. Tout comme c’est bizarre d’envisager sérieusement cette option. « J’ai besoin de savoir de nombreuses choses. » commence-t-elle en posant la mine de son crayon sur le carnet. Elle n’a pas le temps de poser ses questions que son ex reprend les bavardages. « Joaquim... » Presque une supplique, pourquoi s’infliger cela ? La brune accepte cependant de laisser échapper quelques informations. « J’ai quitté l’agence où j’étais salariée, tu sais celle... » Elle s’interrompt, inutile de raviver les souvenirs. « Enfin bref, je l’ai quittée il y a un peu plus de deux ans pour devenir associée ici. C’était une opportunité à ne pas laisser filer. » Elle est fière, Gemma, de sa réussite professionnelle. « Je vis dans le seizième. » Pas plus de précisions, inutile de dire que l’appartement qu’elle occupe appartient à son père. « Et toi ? » Dans cette question s’en trouve une autre. « Que deviens-tu ? » Elle n’avait pas encore réalisé à quel point elle a besoin de cette réponse. « Après… j’aurais besoin que tu me racontes ton histoire avec Sophia... » reprend-elle sans attendre de son ton le plus professionnel possible, une façon de presser Joaquim, de ne pas se perdre en bavardages qui risquent de causer beaucoup de dégâts. « C’est une question que je pose toujours.  Les futurs mariés et wedding planner passent beaucoup de temps ensemble, il vaut mieux partir une relation de confiance. Et cela peut m’aider pour vous proposer des choses... » Elle se veut rassurante, n’ayant pas du tout envie que sa question semble déplacée ou d’avoir l’air jalouse.
Chouu'
Messages : 41
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu' En ligne
Lun 5 Sep - 12:29

Joaquim Sandro
J'ai 36 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis pâtissier et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et je le vis plutôt bien.

Né au Portugal, est venu s'installer en France à 20 ans pour tenter sa chance dans la boulangerie. Finalement c'est la pâtisserie qui gagne mon cœur et je m'investis corps et âme pour accéder à la meilleures des formations, à Paris.
En parallèle je devais apprendre le français et j'ai vite été passionné par ce pays frimeur. Les paysages, les monuments historiques, les plats typiques, les légendes, les artistes, les filles ;
J'ai vécu ici mes plus belles années et si les choses ne se sont pas toujours passées comme prévu, j'ose espérer avoir trouvé ma place.
Certains milieux ne pourront jamais trop se fréquenter, les frontières sont épaisses, surtout dans les esprits.

   
   
~

On se met d'accord sur le secret à tenir. Ma fiancée ne doit pas savoir que la jeune femme qui me submerge de questions et va bientôt m'interroger sur le plan intime de notre histoire est une femme que j'ai aimée. Rassuré qu'elle accepte, je souris et réalise aussitôt qu'à vouloir protéger Sophia, je suis complice d'un mensonge. Complice, avec Gemma.
Et ça me fait culpabiliser, car ça me plait.

J’ai quitté l’agence où j’étais salariée, tu sais celle... »
Je sais et me contente d'acquiescer.
« Enfin bref, je l’ai quittée il y a un peu plus de deux ans pour devenir associée ici. C’était une opportunité à ne pas laisser filer. »
" Super, félicitations ! "
« Je vis dans le seizième. »
" Top. "

Arrondissement inaccessible par lequel je ne passe jamais, à vrai dire. Je lui souris pourtant, sincèrement heureux de savoir qu'elle s'épanouit dans son boulot. En tout cas, elle donne l'impression d'être une femme comblée à tout point de vue et j'ignore la légère amertume qui s'étend dans mon cœur.

Une fille comme Gemma a du faire craquer plus d'un homme depuis que je l'ai quittée. Elle est peut être fiancée ou même mariée ! Aucune alliance à sa main mais ce symbole n'est plus tant à la mode. Ça ne veut rien dire.

« Et toi ? [...] Que deviens-tu ? »

" Je travaille dans une boulangerie-pâtisserie, dans le dixième. J'ai même un apprenti ! "

Dis-je avec fierté. Le patron est un soixantenaire bourru qui a fait la grimace devant mon accent, quant à l'apprenti, il s'agit de son petit-fils de 19 ans. Il m'a déjà bien fait comprendre qu'il récupèrerait l'affaire pour la retraite de son grand-père et il me parle comme si c'était moi, l'élève.
Mais j'aime ce que je fais.

Nous ne sommes pas là pour nous étaler sur nos vies, malgré les quelques changements il n'y a rien de très différent... J'étais apprenti quand on s'est séparé. Un élève trop vieux pour beaucoup de mentor, j'ai heureusement eu la chance de rencontrer les bonnes personnes. Gemma était déjà volontaire, travailleuse, déterminée, si jolie ;
Ses parents doivent continuer de la couver et, ma foi, c'est tant mieux.

Je sais qu'elle doit découvrir l'histoire des futurs époux. Je me frotte la nuque et essaye de résumer :

" Eh bien, je me suis inscrit dans une association de photographie. C'était il y a un peu plus d'un an. On s'est rencontré là-bas, Sophia avait une année de cours d'avance sur moi. "

Merde, c'est pénible de dire tout ça à une ex.

" On est allé boire un verre après la première séance et après... voilà quoi. Euh, on vit ensemble depuis quatre mois. Elle a voulu que je m'installe chez elle. Sophia bosse dans l'immobilier, c'est son domaine alors ; "

Ce n'est pas à regret que j'ai abandonné mon minuscule studio.

" ... Tu as besoin de savoir quoi, au juste ? "

Dis-je quand mon portable se met à vibrer et que la chanson "marry me" de Brunos Mars en guise de sonnerie résonne.
La future épouse, bien sûr !

[/color]
Gaïa
Messages : 110
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
tea
Gaïa En ligne
Mar 13 Sep - 13:48

Gemma
Presley

J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis wedding planner et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyennement bien.

Première née d’un couple franco-britannique, le 12 mai 1989, Gemma a longtemps partagé sa vie entre Londres et Paris. Installée définitivement depuis le début de sa vingtaine dans la ville lumière, elle y a fait des études de communication avant de spécialiser dans l’évènementiel et de devenir wedding planner.
Évoluant dans un milieu particulièrement aisé, elle cache ses relations à sa famille, depuis Le désastre, comme chacun l’appelle.

crédit avatar : ethereal

That shit's embarrassing, you were my everything.

That shit's embarrassing, you were my everything (chouu') Maybe-boxerThat shit's embarrassing, you were my everything (chouu') J0ns

Un sourire crispé étire les lippes de Gemma face aux légers compliments de Joaquim sur sa nouvelle vie. Elle sait déjà ce que le portugais en pense. A ses yeux, elle n’est probablement qu’une connasse du seizième qui adore afficher son train de vie aux yeux de tous. Sans doute était-elle déjà légèrement clichée quand elle le fréquentait, avec un brin d’accent anglais qui se faisait entendre quand elle s’emportait et son envie de contenter à la fois un père banquier plein aux as et un petit-ami récemment arrivé du Portugal. A l’époque au moins, elle essayait d’exister par elle-même. Aujourd’hui, le cliché est exacerbé, elle ressemble à toutes ces femmes qui ne vivent que pour leur boulot, aigries par les déconvenues amoureuses. Tout ça pour ne même pas payer son propre loyer… C’est un sourire bien plus sincère qui prend place sur son visage alors que le brun répond à sa question, les yeux brillant de réussite et de fierté. Et la wedding planner ne peut s’empêcher d’être heureuse pour lui. Le sourire de Joaquim réchauffe instantanément sa poitrine, il a toujours eu cet effet sur elle. Elle aimait tant voir ce sourire à la longueur de journée, elle avait l’impression qu’il lui appartenait un peu. « Je suis contente pour toi. Félicitations ! » Écho sincère. Le sourire fane lentement à l’évocation de la fiancée et Gemma se cache derrière ses mèches brunes alors qu’elle se penche sur son carnet pour prendre quelques notes, sa jolie écriture rendue tout de suite moins assurée. Elle hoche la tête, la photographie, très bien. Elle sent déjà que les futurs mariés vont être exigeants sur le choix du photographe ou vouloir engager un de leurs amis avec lequel elle ne pourra pas réellement collaborer. « Ok, ça suffira. » Le ton est un peu trop précipité. Pour d’autres clients, elle aurait demandé plus de précisions, aurait joué la bonne copine qui veut savourer les moindres détails. Mais elle ne veut pas en savoir plus sur la nouvelle relation de l’homme. Quatre mois de véritable vie commune et il l’épouse déjà… Cela ne devrait pas faire mal ainsi. La jeune femme pose son stylo alors qu’elle commence déjà à réfléchir. « Est-ce que vous avez une idée de thème ? Cela peut être très large. J’imagine que ta famille va venir du Portugal, est-ce qu’il y aura d’autres invités à loger ? D’ailleurs, vous comptez inviter comb... » Elle s’interrompt brutalement quand la sonnerie du téléphone de son ex se fait entendre. Gemma ne peut s’empêcher de lever un sourcil mi jugeant, mi moqueur. Bruno Mars, sérieusement ? Si cliché… « Tu peux répondre, ne te gênes pas pour moi. » Elle fait mine de contempler l’écran de son ordinateur mais son oreille est déjà tendue. La fiancée se demande probablement comment se déroule le rendez-vous avec la wedding planner, inconnue bien évidemment.
Contenu sponsorisé
That shit's embarrassing, you were my everything (chouu')
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» j'débarque dans ta vie comme un tsunami sur la mer paisible (chouu')

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: