Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Cdiscount : -15€ dès 249€ sur tout le ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy

titekaori
Messages : 2560
Date d'inscription : 31/01/2019
Région : Les Hauts de France
Crédits : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

Univers fétiche : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
Préférence de jeu : Femme
flower
https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre https://www.letempsdunrp.com/t3703-m-pas-cheres-pas-cheres-les-p-tites-idees-de-rp-1-6 https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-silence-a-la-fois-denys-gagnon
titekaori
Dim 5 Juin - 18:06
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Il y a 10 ans, Cirque Arlette Gruss, quelque part en France. Cela devait être l'une des nouvelles attractions du célèbre dompteur de panthère du cirque français, et c'est devenu la mystérieuse amie du fils de celui-ci. Mais qui est donc cette intrigante Cat, la nouvelle femme à tout faire du cirque, que l'on retrouve étendu parmi ces animaux majestueux, à la nuit tombée ?

Aujourd'hui, sur les terres d'Afrique et les villes de France. Cat a énormément fait parler d'elle par le passé. A tel point que sa disparition, en tant que femme ou panthère, a grandement fait évoluer les mentalités quant à la place des animaux dans les attractions humaines de type "cirque". Y compris chez Elyo ou Cat. Bien que leur combat soit exactement le même, leur vie n'ont plus rien en commun. Peuvent-ils réellement vivre, désormais, cet amour qu'ils n'ont pu oublier ?

Contexte provenant d'une discussion privé et d'un ancien sujet.
titekaori
Messages : 2560
Date d'inscription : 31/01/2019
Région : Les Hauts de France
Crédits : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

Univers fétiche : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
Préférence de jeu : Femme
flower
https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre https://www.letempsdunrp.com/t3703-m-pas-cheres-pas-cheres-les-p-tites-idees-de-rp-1-6 https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-silence-a-la-fois-denys-gagnon
titekaori
Dim 5 Juin - 18:06




Jalia "Cat" Mwangi
J'ai une trentaine d'années, d'apparence humaine et un âge totalement inconnu en tant que panthère. Je vis non loin d'une réserve naturelle africaine, à Nairobi (Kenya), où je suis gérante autant que garante du bien être des animaux y vivant librement. Et je m'en sors plutôt bien, je crois. Sinon, à cause de mes mésaventures passées, je suis loin de l'homme que j'aime et je le vis assez mal. Il m'arrive d'être triste quand son souvenir me revient.

La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy 67daa6ff2fb80decc9d55cef89338fc461445b64
(*) Cat a vécu en France pendant quelques mois en 2012. Elle travaillait pour le cirque Arlette Gruss, en tant que femme à tout faire, jusqu’à son départ spontané.  
(*) C’est au cours de cette période qu’elle s’est liée d’amour et d’amitié pour Elyo, l’un de ses acrobates star.  
(*) Ce fut lorsque ses métamorphoses animal/humaine puis humaine/animal ont commencées à intéresser les médias, tout comme les forces de police, qu’elle a décidé de quitter le pays seule, clandestinement, afin d’offrir une vie plus tranquille au jeune humain.
(*) De retour sur ces terres natales, Cat a très vite trouvé refuge dans un parc naturel à Nairobi, au Kenya, où elle cohabitait avec d’autres animaux de son espèce, durant presque une année entière, sous sa forme originelle.
(*) C’est auprès d’une humaine de confiance, Coumba, qu’elle est redevenu volontairement humaine à nouveau, après tout ce temps, afin d’apprendre tout de l’homme et ses lois.  
(*) Depuis, c’est un long combat que mène Cat. Elle tient à libérer ses sœurs du dresseur qu’elle haït depuis tant d'années, bien qu’elle soit loin de se douter que beaucoup de ces dernières aient perdus la vie depuis son départ, épuisées par leurs vies en captivité.  
La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy F0ff1fcf193849bafd3d002b6de7ac971e7d0f40
Quelques détails importants à connaître sur Cat :
(*) Cat ignore toujours d’où provient son don de métamorphe, ainsi que le pourquoi de cette capacité.
(*) Elle ignore également quelle est sa véritable espérance de vie. Elle a appris par le biais de Coumba que les panthères en liberté avaient, dans la moyenne, une espérance de vie de vingt ans (contrairement à celles en captivité qui n’ont qu’une douzaine d’années pour les plus malchanceuses), mais cela ne signifie pas pour autant que cela la concerne. Elle redoute donc de mourir à tout instant, sachant qu’elle ignore elle-même son âge de panthère.
La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy D5a6997fdd24012a7e7ffc4a77b8cef797485806
La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy 982340_1d6b39e12d1d4db195ef133cf51c0531~mv2
Dialogues en swahili
Dialogues en français




Kylie Bunbury (c) TWISTY.RAIN

Il y a dix ans.

Il n’y a rien à dire.  
Je dois juste partir.  
Cela me fait atrocement mal mais... C’est mieux ainsi. Elyo pourra retrouver une vie paisible parmi les siens. Et avec un peu de chance, peut-être pourrais-je en faire autant sur mes terres natales. C'est la seule chose qui compte : qu’il aille bien. Qu’il soit heureux. Il le redeviendra ? C’est l’unique souhait que je porte en mon cœur, en cet instant : qu'il puisse retrouver la paix, loin de la source inépuisable de problème que je suis. Je quitte donc notre lit sans faire le moindre geste brusque, avant de frôler juste à peine son front de mes lèvres.

Adieu Elyo. Et merci pour tout.


Aujourd’hui.

Si j’avais su écrire, je ne doute pas un instant que je lui aurai laissé ces quelques mots. Ils n’auraient peut-être pas pansé la douleur que je ressentais moi-même en mon cœur cette nuit-là, mais ils lui auraient peut-être permis de comprendre que mes sentiments pour lui étaient réellement sincères. Ils le sont toujours, d’ailleurs. Ils n’ont simplement plus le droit de dominer ma vie, à l’aube de mon retour en France, dix années plus tard. Ce n’est pas lui que je pars retrouver, du reste. Ce sont mes sœurs que j’ai trop longtemps abandonnées. Mais c’est terminé à présent. Elles vont retrouver elles aussi leurs terres natales, dès lors que le tribunal aura prononcé sa sentence en leur faveur. Elles doivent gagner. Il est impossible qu’il en soit autrement. Et si par malheur je me trompe, je presserai l’association qui poursuit leur dresseur en justice, de faire appel à cette décision. Oui. C’est ainsi que je considère les choses. Particulièrement en ce moment où j’éteins l’ordinateur, après de longues heures passées à m’être assurer qu’Elyo se portait bien. Il en a l’air en tout cas. Sa troupe est au sommet de sa gloire. Et cela suffit à me convaincre que j’ai pris la bonne décision, même si mon cœur se tort encore de douleur à l’idée qu’il est avancé sans moi. Une tristesse que je ne saurai cacher à ma mère adoptive, Coumba, tandis qu’elle dépose ma valise juste à côté de mon bureau.  

"_ Encore sur internet à chercher des photos de ton “ami” français ? M’interroge-t-elle taquine, consciente qu’elle souligne là une évidence.  
_ Oui. J’admets sans chercher à le nier, la remerciant d’un sourire entendu pour avoir préparé mes affaires. Je m’assurais que tout allait bien pour lui.  
_ Je ne suis pas dupe, tu sais. Je sais pertinemment qu’il te manque.
_ En effet. J’admets là encore, sans chercher à dévier de la conversation. Mais tu sais aussi tout comme moi que les rapports que nous tentions d’entretenir à l’époque où nous habitions ensemble, ne peuvent plus exister à présent.
_ Pourquoi ? Ton boulot à la réserve ne nécessite pas tant que ça que tu y sois présente h24. Tu pourrais gérer le plus gros des affaires à distance et.
_ Vivre avec Elyo entre deux allers-retours en avion pour l’Afrique ?
_ Pourquoi pas ?
_ Je ne suis pas seule dans cette histoire, maman. Je soupire, fatigué d’avoir cette sempiternel conversation. Les envies d’Elyo comptent également. Énormément, même. Je ne peux donc pas espérer de lui qu’il ait attendu une idylle entre nous, là où il a dû garder le souvenir d’une lâcheuse n’hésitant pas à fuir à l’autre bout du monde sans lui. Puis je déteste la France. Elle ne m'a apporté que du malheur, si on met cette rencontre de côté.      
_ C’est un geste noble que tu as fait en le quittant. Me souffle-t-elle, bienveillante, caressant brièvement mon dos de sa main chaleureuse. Tu as privilégié ces intérêts sans même en avoir réellement conscience. Et je suis certaine qu’il l’a lui-même compris depuis très longtemps. Quant à la France...
_ Il n'y a rien à dire. Les gens là-bas sont dangereux. Plus vite je reviendrai en Afrique, plus vite je serai assuré que nous ne risquons rien."

Les mentalités ont évoluées, c'est un fait. Mais je n'oublie pas que je ne suis pas davantage humaine que je ne l'étais autrefois. J'ai juste un comportement, une élocution, plus semblable à la leur.

"_ Tu veux dire que nous ne ferons aucun lieu touristique ? Ton père se faisait pourtant une joie à l'idée de prendre des centaines de photos."

Sa déception me fouette les narines, violemment.

"_ Rien ne vous empêche de les faire tout les deux ? Je suggère alors, espérant la réconforter. Depuis combien de temps n'avez-vous pas eu la chance de faire des sorties en tête-à-tête, tout les deux ?
_ Depuis que le bon Dieu a mis sur notre route le miracle que tu es."

Je souris, toujours autant touché par l'amour qu'ils me portent. Il faut dire qu'ils ont accomplis tant de choses pour moi, que je crois que ce ne serait pas volé que je les laisse un peu tranquille, bien à l'abri d'une foule qui m'effraie encore bien trop fort.

"_ Hé bien voilà l'occasion de penser uniquement à vous, pendant que je resterais tranquillement dans notre chambre d'hôtel.
_ Toute seule ?
_ La solitude ne me fait pas peur. Je la rassure, mettant là un terme au débat. Notre avion nous attends. Allons-y.


*****

Le voyage fut long. Mais le grand jour est enfin arrivé. Le procès qui oppose l'association des droits des animaux au dresseur de mes sœurs se tient se matin même au parquet de Paris, où je me rends en taxi a cet instant même, en compagnie de mes parents adoptifs. La barrière de la langue ne leur permettra pas de comprendre tout de l'audience a laquelle ils assisteront mais ils tiennent à être présent, afin de me soutenir moralement. Je n'ai donc pas discuté cette volonté, sachant que j'en aurai grandement besoin. De prime abord parce que je m'apprête à affronter le regard de mon ex-dresseur, craignant qu'il ne me reconnaisse sans mes verres fumés. Et ensuite parce que je redoute de croiser celui de son fils, mon ex-meilleur ami, craignant qu'il profite de mon retour passager pour me signifier sa façon de penser. Une idée qui me soulève le cœur, tandis que je quitte le véhicule, fébrile d'affronter cette éventuelle réalité.

"_ Tu es sûr que ça va aller ? S'inquiète mon père adoptif, Dawit, lorsqu'il me semble que je tombe sur le sol.
_ Oui, je lui assure, posant une main sur la sienne, me soutenant. Ce sont juste les émotions qui me rendent fébrile."

Il acquiesce, puis nous entrons dans l'immense bâtiment, où je me renseigne afin que nous puissions rejoindre la bonne salle. Une fois dans celle-ci, je m'installe tout au fond de cette dernière, entre mes parents, avant de scruter les personnes présentes du regard. Personne qui ne me semble familier, y compris olfactivement. Mais cela ne saurait tarder. L'homme que je redoute ne doit plus être très loin du tribunal, désormais.


@Elsy
Elsy
Messages : 1314
Date d'inscription : 02/11/2019
Région : Alsace
Crédits : /

Univers fétiche : SF
Préférence de jeu : Homme
vol de nez
Elsy
Dim 5 Juin - 20:58

Elyo
Dumas

J'ai 30 ans et je vis sur les routes de France et d'Europe. Dans la vie, je suis trapéziste , accrobate et directeur de ma propre troupe et je m'en sors plutôt très bien ,notre réputation n'est plus à faire depuis quelsues années.Sinon, grâce à mon premier amour perdu, je suis célibataire, et je le vis plutôt moyen , bien que j'essaie d'y penser le moins possible.
La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy Tumblr_pml235J02M1qe6yeqo5_250


☆Social et avenant, Elyo a toujours apprécié la compagnie des gens. Cela n'a pas changé. Il a quitté le cirque peu après la disparition de Cat , ne supportant plus de voir les animaux enfermés, ainsi que l'hypocrisie des artistes du cirque.
☆ Il a gardé de bonnes relations avec son père , mais refuse toujours de revoir sa mère.
☆ À 22 ans , il fonde avec un groupe de jeunes nouveaux amis (Younes , Francesca et Charles) la troupe La Nuit des Temps. Tous les numéros sont bases sur la voltige et l'adrénaline pure. Le succès fut quasi immédiat et la troupe compte aujourd'hui une quarantaine de membres et s'exporte à l'international.
☆ Le trapèze reste sa passion et son besoin quotidien malgré le danger. Il prends grand soin de sa santé pour continuer le plus longtemps possible.
☆ Sans se l'avouer, il n'a jamais oublié Cat. Malgré quelques aventures , et sa relation avec Francesca récemment terminée , il préfère penser que l'amour n'est pas pour lui. Il ne veut plus penser à cette panthère qui lui a brisé le cœur...et qu'il aime encore aujourd'hui. Chaque jour , il pense à elle.
Voir premier rp et fiche complète ici.
La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy Giphy.webp?cid=6c09b952a06a05bc012692872b1288eff4b6044e8843bf47&rid=giphy


Johnny Edlind(c) bycosmiclight
La tête dans les nuages , l'impulsion que je donne dans mes bras , me permet d'atteindre la prochaine barre , à plusieurs mètres de ma précédente position. Pendant quelques secondes , je ne peux me raccrocher à rien , simplement éviter de penser au vide qui s'étend sous moi , jusqu'à ce que mes mains touchent la barre.
Nouvelle figure , puis je m'élance à nouveau , alors que Younes fait sens inverse.

Malgré le danger , je n'ai pas peur. Le jour où j'aurai peur de tomber , je m'arrêterai. Bien sûr, il m'arrive encore souvent de penser à cette chute , il y a 10 ans , qui a changé tant de choses dans ma vie , probablement même l'homme que je suis devenu.

La foule applaudit. Et , même si j'adore ce que je fais , que l'adrénaline me maintient debout , que je lance des sourires immenses au public , je ne peux m'empêcher de ressentir un vide dans mon coeur, chaque soir , quand je suis seul dans ma loge.
Pourtant , je suis loin d'être un solitaire. Mon père reste disponible , Younes et Charles sont devenus mes meilleurs amis , quand Francesca et moi avons partagé un peu plus durant quelques temps. Par ailleurs , je passe beaucoup de temps avec tous les membres de la troupe.

Notre célébrité rapide et fulgurante nous a aussi permis de participer à quelques émissions de télévision qui nous ont rapporté encore plus de fans , comme La France a un incroyable talent , où notre quatuor de choc avait remporté une édition. Ce n'est pas mes meilleurs souvenirs , mais ça nous a débloqué des fonds , c'est certain.

"Encore en train de rêvasser , Elyo ?" , la voix de Francesca bouscule mes réflexions. Je n'avais pas vu qu'il faisait aussi tard , alors que je suis resté dehors , devant ma caravane. Je lève mon regard vers la jeune femme.

"Je réfléchissais."

"Tu compte encore partir demain ?" , qu'elle me dit en se rapprochant de moi.

"Bien sûr. Mon père aura besoin de soutient."

"Tu souhaites qu'il perde pourtant..." , me fait-elle remarquer avec un sourire moqueur. Malgré notre rupture, nous avons réussi à conserver une certaine complicité. Je pourrais en être heureux , mais ça me rend souvent triste. Parce que je sais qu'elle espère encore que je puisse oublier mon amour d'adolescent. Je ne peux pas l'aimer à la hauteur de ce qu'elle mérite , et tous mes efforts n'y changeront rien.

"Il le sait très bien. Je vais soutenir mon père , pas le dompteur. Ce n'est pas quelqu'un de mauvais , tu sais." , elle acquiesce.

"Tu es certain que tu ne veux pas qu'un de nous t'accompagne ? Je sais que ça fera beaucoup de souvenirs à gérer pour toi."

"Je ferai de mon mieux pour ne pas croiser les autres membres du cirque. Merci de t'inquiéter pour moi, mais je suis un grand garçon , tu sais ? Tout ira bien. Je vous donnerai des nouvelles."

Au fond de moi , je n'en étais pas aussi sûr. Le procès me ramène forcément à Cat. Je n'ai jamais su ce qu'il lui était arrivé.
Disparue au matin , j'ai tout de suite su qu'elle avait fuit. Même si mon cœur en fut brisé , je ne pouvais pas le lui reprocher.
Cela dit , j'aurai aimé savoir qu'elle a atteint son objectif , pour ne pas avoir ce doute toute ces années....

***

Le trajet ne fut pas trop long , car j'avais organisé le planning de mes tournées de façon à pouvoir rejoindre mon père rapidement le jour du procès. Je suis arrivé la veille pour ne pas trop le stressé. On n'a pas dit grand chose , cela dit. Même si je suis bavard , je ne peux rien dire pour le consoler.
Il va perdre son métier , son héritage , et ses animaux. Sa place dans la famille du cirque surtout. C'est ce qui le chagrine le plus. Le directeur lui donnera peut être un autre rôle. Je l'espère , en tout cas. Je ne sais pas ce qu'il va devenir sinon.

Le jour du procès , je prie pour ne pas être trop reconnu. Aujourd'hui , je suis simplement le fils de mon père , pas une quelconque star. Je suis mon père jusque dans la salle , lui offrant une dernière accolade , lui murmurant que tout ira bien , que je serai toujours là pour lui , avant d'aller m'asseoir vers le fond.

Je sais qu'il ne veut pas que je sois trop près de lui , et des autres membres incriminés. Au début , il ne voulait même pas que je vienne , d'ailleurs. J'ai dû insister plusieurs jours. Je lui fais donc au moins cette concession.
Du reste , je suis rassuré de ne pas croiser le regard de ma mère. Cette conne aurait été capable de se pointer , et je n'ai pas la force de la remettre à sa place.

Je m'installe avec les derniers arrivés. Je me suis plutôt bien habillé pour l'occasion , mais je n'en ai pas trop fait restant simple , pour ne pas attirer l'attention. Jean correct et t-shirt qui recouvre mes rares tatouages. Les délibérations ne sont pas très longues , et mon esprit vadrouille rapidement , à mes souvenirs d'enfance dans le cirque.
Avant de rencontrer Cat , je ne me rendais pas compte de ce que subissait ces pauvres panthère en cage. Aujourd'hui , la simple idée de visiter un zoo me met mal à l'aise.

Je sens une drôle de sensation pendant plusieurs heures. Comme si l'on me fixait. Mais , je ne trouve pas l'origine de cette sensation. Du moins , pas jusqu'à la fin , où mon père s'en sort avec peu de condamnation , bien qu'il ai l'interdiction , comme tout le cirque d'élever des animaux sauvages en captivité.
C'est en me relevant de mon siège que la sensation d'être observé se fait trop forte, et que je tourne brusquement le regard pour...

Mon coeur rate un battement.
Ça ne peut pas...?

Un groupe passe dans mon champs de vision. Je prends mes affairss en vitesse , et essaie de rejoindre la jeune femme que j'ai cru reconnaitre. Je n'ose pas y croire. Elle a beaucoup changé , mais moi aussi.
Alors ,c'est possible , non ?
Je finis par la rattrapper , posant une main sur son épaule , avec hésitation, remerciant intérieurement la petite foule devant nous de lui avoir bloquer le passage.

"Euh...hum. Excusez-moi. Je crois qu'on se connaît." , je lui adresse un grand sourire. Je ne sais toujours pas quoi en penser.
Est-ce que je vois seulement ce que j'ai envie de voir , ou est-ce bien elle ?
"Ce n'est pas très poli de dévisager les gens sans venir leur dire bonjour , tu sais..."
titekaori
Messages : 2560
Date d'inscription : 31/01/2019
Région : Les Hauts de France
Crédits : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

Univers fétiche : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
Préférence de jeu : Femme
flower
https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre https://www.letempsdunrp.com/t3703-m-pas-cheres-pas-cheres-les-p-tites-idees-de-rp-1-6 https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-silence-a-la-fois-denys-gagnon
titekaori
Jeu 16 Juin - 2:15




Jalia "Cat" Mwangi
J'ai une trentaine d'années, d'apparence humaine et un âge totalement inconnu en tant que panthère. Je vis non loin d'une réserve naturelle africaine, à Nairobi (Kenya), où je suis gérante autant que garante du bien être des animaux y vivant librement. Et je m'en sors plutôt bien, je crois. Sinon, à cause de mes mésaventures passées, je suis loin de l'homme que j'aime et je le vis assez mal. Il m'arrive d'être triste quand son souvenir me revient.

La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy 67daa6ff2fb80decc9d55cef89338fc461445b64
(*) Cat a vécu en France pendant quelques mois en 2012. Elle travaillait pour le cirque Arlette Gruss, en tant que femme à tout faire, jusqu’à son départ spontané.  
(*) C’est au cours de cette période qu’elle s’est liée d’amour et d’amitié pour Elyo, l’un de ses acrobates star.  
(*) Ce fut lorsque ses métamorphoses animal/humaine puis humaine/animal ont commencées à intéresser les médias, tout comme les forces de police, qu’elle a décidé de quitter le pays seule, clandestinement, afin d’offrir une vie plus tranquille au jeune humain.
(*) De retour sur ces terres natales, Cat a très vite trouvé refuge dans un parc naturel à Nairobi, au Kenya, où elle cohabitait avec d’autres animaux de son espèce, durant presque une année entière, sous sa forme originelle.
(*) C’est auprès d’une humaine de confiance, Coumba, qu’elle est redevenu volontairement humaine à nouveau, après tout ce temps, afin d’apprendre tout de l’homme et ses lois.  
(*) Depuis, c’est un long combat que mène Cat. Elle tient à libérer ses sœurs du dresseur qu’elle haït depuis tant d'années, bien qu’elle soit loin de se douter que beaucoup de ces dernières aient perdus la vie depuis son départ, épuisées par leurs vies en captivité.  
La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy F0ff1fcf193849bafd3d002b6de7ac971e7d0f40
Quelques détails importants à connaître sur Cat :
(*) Cat ignore toujours d’où provient son don de métamorphe, ainsi que le pourquoi de cette capacité.
(*) Elle ignore également quelle est sa véritable espérance de vie. Elle a appris par le biais de Coumba que les panthères en liberté avaient, dans la moyenne, une espérance de vie de vingt ans (contrairement à celles en captivité qui n’ont qu’une douzaine d’années pour les plus malchanceuses), mais cela ne signifie pas pour autant que cela la concerne. Elle redoute donc de mourir à tout instant, sachant qu’elle ignore elle-même son âge de panthère.
La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy D5a6997fdd24012a7e7ffc4a77b8cef797485806
La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy 982340_1d6b39e12d1d4db195ef133cf51c0531~mv2
Dialogues en swahili
Dialogues en français




Kylie Bunbury (c) TWISTY.RAIN
Ils arrivent. Tous ces gens qui m'ont méprisés de par mes différences, les principaux responsables de mon mal-être, s'entassent dans cette salle bien trop étroite à mon goût, m'encourageant à garder mes verres fumés sur le nez.

"_ Tu ne comptes pas les retirer de toute la séance ? M'interroge Coumba, ayant remarqué mon changement d'état émotionnel.
_ Non. J'avoue, ne cachant pas mon intention de rester la plus discrète possible. Je ne veux pas que ces personnes puissent me reconnaître.
_ Tu as bien changé depuis toutes ces années, Jalia. Il serait étonnant qu'il puisse découvrir ton identité.
_ Dans le doute, je préfère jouer la carte de la prudence. "

J'annonce implacable, obtenant ainsi l'abandon de ma mère. Je ne redoute pas qu'ils puissent hurler à toute l'assemblée que je suis l'étrange femme panthère que tous recherchaient il fut un temps. Je redoute qu'ils remarquent la haine féroce que je leur voue, au point qu'ils me signalent à la sécurité de ce tribunal. Je ne délaisse donc pas mes verres fumés, y compris quand deux odeurs familières viennent me fouetter les narines. Les voilà. Père et fils gagnent la salle de tribunal, l'un après l'autre. Sont-ils en froids ? Je ne crois pas qu'Elyo ait pu renier son père au fil des années. Mais les membres du cirque, qu'en est-il ? Je serai déçue si je découvrais qu'il les apprécie toujours autant, surtout après tout le mal qu'ils ont pu nous faire. Ils ne sont pas à l'origine de ma fuite, mais cela est tout comme à mon esprit. Ils auraient pu l'aider à me protéger, à me garder. Or ils ont préférés prendre part à la rumeur, attisant toujours plus la curiosité des clients qui venaient s'entasser face à leur spectacle. Je déteste ces gens. Je pourrais les tuer. Je n'en fais rien parce que mes bas instincts de panthère n'ont plus leur place dans ma vie depuis fort longtemps. Et qu'il est primordial que je n'oublie pas la raison de ma présence en France, surtout. Je ne suis pas revenu dans ce pays de malheur pour régler quelques comptes avec des anciens ennemis. Je suis revenu pour libérer mes sœurs de ce cirque, afin qu'elles rentrent en Afrique avec moi. Je me focalise donc sur le juge qui nous rejoint, avant de commencer la séance. J'écoute avec attention les échanges, bien que mes prunelles bifurquent bien trop souvent en direction d'Elyo. Il est tel que les photos le montraient : séduisant. Bien trop inaccessible également. Pas une œillade en ma direction.

Tu ne me reconnais pas ? Bien sûr que non. Comment le pourrais-tu ? Tes sens humains ne sont pas aussi aiguisés que ne sont les miens de panthère.

Coumba a raison : j'ai bien changé. Et c'est justement parce que j'ai bien changé que je tente tant bien que mal de rester attentive aux déclarations qui sont faites. Le dresseur est sur le point de tout perdre. Cela m'invite à dévisager de nouveau son fils, désolé de lui imposer une telle situation.

M'en voudras-tu de tout prendre à ton père ? Comprendras-tu que mon intérêt est avant tout la liberté de mes sœurs ?

J'ai tant à me faire pardonner que je sais que je choisirai la fuite à l'affrontement. En attendant, le juge déclare sa sentence, libérant mes sœurs de leur bourreau. J'explose de bonheur dans les bras de mes parents. Il est inutile que je traduise, d'ailleurs ; ils comprennent  parfaitement que nous avons gagnés. Je rejoins donc les fondateurs de l'association, afin de leur montrer ma gratitude face à leur victoire, avant de quitter la salle de tribunal en compagnie de mes accompagnants. Je croise brièvement le regard d'Elyo derrière mes lunettes, mais cela ne m'encourage qu'à fuir davantage. Je tente même de presser mes parents lorsqu'une petite foule nous arrête dans notre progression.

"_ Dépêchez-vous ! "

Je peste contre cette foule dans cette langue qu'ils ne comprennent pas, quand une main se pose sur mon épaule. Je sursaute brièvement, puis me force à me tourner vers l'homme que je tentais d'échapper. Il pense me connaître, à ses dires. Je vois là une opportunité de lui dire qu'il fait erreur lorsqu'il me démasque, m'informant que cela est impoli de dévisager les gens sans les saluer.

"_ C'est vrai. J'admets dans sa langue, un accent africain bien plus prononcé qu'il ne l'était à l'époque. J'ignorais simplement que tu souhaitais être salué par moi. Autant être partiellement honnête.
_ Qui est ce jeune homme ? Demande Dawit.
_ Serait-ce ton fameux ami acrobate ? Suivi de Coumba.
_ Oui. A Elyo. Je te présente mes parents adoptifs : Coumba et Dawit. A mes parents. Je vous présente Elyo, le jeune acrobate qui m'a aidé lors de mes tout premiers pas en tant que femme. "

Coumba est enchanté de le connaître. Elle sert vivement sa main, lui secouant le bras plus qu'il ne le faut. Quant à Dawit, il le dévisage longuement avant de claquer brièvement de la langue contre son palais.

"_ Le père de ce jeune homme a retenu captif notre fille ainsi que ses sœurs au cours des dix dernières années. Il n'y a pas de quoi être ravie de le rencontrer. Clame-t-il, plus qu'agacé par l’enthousiasme de sa femme.
_ Tu confonds tout, comme toujours. C'est grâce à ce jeune homme, comme tu le nommes si bien, que notre petite Jalia a pu nous être offerte. Nous lui devons donc un profond respect pour avoir accompli sa mission divine. Le sermonne-t-elle en retour, tandis que je fais signe à Elyo de nous décaler quelques peu.
_ Laissons-les à leurs chamailleries. Je souffle en amont, doucement, avant de changer de sujet. Je suis contente de voir que tu vas bien. J'espère que tu ne m'en veux pas trop pour cette histoire de tribunal ? Tout comme ce départ spontané il y a dix ans ? "

Si abcès il y a, autant le crever immédiatement. Ainsi je saurai à quoi m'en tenir. C'est du moins mon intention première, là où ce n'est pas celle de mes parents.

"_ Invite-le à boire un café à notre hôtel. Me souffle Coumba, pendant que mon père nous délaisse pour bouder plus loin.
_ Ce n'est pas une bonne idée, maman. Je te rappelle que son père vient d'être condamné par la justice française. Il est sûrement très occupé.
_ Propose-lui quand même. Me presse-t-elle, n'acceptant pas cette réponse. Je soupire. Puis me lance.
_ Ma mère souhaiterait que tu viennes boire un café en notre compagnie à notre hôtel. Es-tu libre ? Discrètement. Tu peux tout à fait décliner l'offre. Il n'est pas question de t'éloigner de ton père alors qu'il a très certainement besoin de ton soutien. "

C'est une notion que je comprends parfaitement, à présent. Ce besoin de soutien, de réconfort. Alors, bien que je déteste son père, je sais que je m'en voudrais de lui ôter l'opportunité de le faire, là où moi-même je ne me suis pas amputé de ce privilège avec ma famille. Je ne suis pas un monstre, après tout. Juste une panthère en quête de justice.


@Elsy
Elsy
Messages : 1314
Date d'inscription : 02/11/2019
Région : Alsace
Crédits : /

Univers fétiche : SF
Préférence de jeu : Homme
vol de nez
Elsy
Dim 17 Juil - 21:45

Elyo
Dumas

J'ai 30 ans et je vis sur les routes de France et d'Europe. Dans la vie, je suis trapéziste , accrobate et directeur de ma propre troupe et je m'en sors plutôt très bien ,notre réputation n'est plus à faire depuis quelsues années.Sinon, grâce à mon premier amour perdu, je suis célibataire, et je le vis plutôt moyen , bien que j'essaie d'y penser le moins possible.
La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy Tumblr_pml235J02M1qe6yeqo5_250


☆Social et avenant, Elyo a toujours apprécié la compagnie des gens. Cela n'a pas changé. Il a quitté le cirque peu après la disparition de Cat , ne supportant plus de voir les animaux enfermés, ainsi que l'hypocrisie des artistes du cirque.
☆ Il a gardé de bonnes relations avec son père , mais refuse toujours de revoir sa mère.
☆ À 22 ans , il fonde avec un groupe de jeunes nouveaux amis (Younes , Francesca et Charles) la troupe La Nuit des Temps. Tous les numéros sont bases sur la voltige et l'adrénaline pure. Le succès fut quasi immédiat et la troupe compte aujourd'hui une quarantaine de membres et s'exporte à l'international.
☆ Le trapèze reste sa passion et son besoin quotidien malgré le danger. Il prends grand soin de sa santé pour continuer le plus longtemps possible.
☆ Sans se l'avouer, il n'a jamais oublié Cat. Malgré quelques aventures , et sa relation avec Francesca récemment terminée , il préfère penser que l'amour n'est pas pour lui. Il ne veut plus penser à cette panthère qui lui a brisé le cœur...et qu'il aime encore aujourd'hui. Chaque jour , il pense à elle.
Voir premier rp et fiche complète ici.
La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy Giphy.webp?cid=6c09b952a06a05bc012692872b1288eff4b6044e8843bf47&rid=giphy


Johnny Edlind(c) bycosmiclight
Je n'ai jamais pu totalement oublié Cat. Certains auraient pu penser à une affection de jeunesse , quelque chose de passager , ce fut le cas de mon père d'ailleurs. Non qu'il me forçait à passer à autre chose , mais il m'a souvent dit que ça ne servait à rien de vivre dans le passé.
Et , je suppose qu'il en savait suffisament sur la question...Il a vécu une belle histoire de pas mal d'année avec ma mère , avant qu'elle ne le trompe avec le médecin , type avec lequel elle n'est pas restée plus de deux ans. Lui aussi à dû voir plus loin , passer à autre chose. J'ai bien eu quelques belles mères , mais il n'a jamais retrouvé une relation stable.

Le premier amour est bel et bien impossible à oublier.

Cat a changé. Tout comme moi. Néanmoins , je l'ai reconnu , malgré ses artifices. Je ne saurai dire comment. Peut être...peut être qu'on a toujours ce lien , cette connexion qui faisait que je la comprenais comme personne. Mais , ce serait rêver. Le temps a passé.
Elle n'est plus la même , je ne suis plus non plus l'adolescent plein de rêves que j'étais. Je pense même qu'elle va me jeter du reste. Je ne sais pas si c'était son intention. Je m'apprête à lui répliquer , assez honnêtement , que je rêvais d'avoir de ses nouvelles , quand elle me présente ses parents adoptifs.

Un lourd pincement au cœur aussitôt. Non que je pensais qu'elle avait réussi à survivre seule toute ces années. Mais...Je ne sais pas. La sensation de ne plus être tout à fait spécial à ses yeux. Et , en même temps l'étonnement d'apprendre qu'ils ont déjà entendu parler de moi. Je n'ose trop réagir , comprenant qu'ils ne parlent pas ma langue. Mon regard va de Cat à eux , sans savoir comment je dois me comporter en leur présence.

"Hum...euh...Elyo. Enchanté." , je finis par dire en leur serrant brièvement la main. Coumba semble ravie de faire ma connaissance , et je ne peux me retenir de lui offrir un sincère sourire. L'homme , Dawit n'a pas l'air aussi enthousiaste , bien que je n'ai pas compris ses mots. Cela dit , Cat les laisse se disputer , et revient vers moi.

"Pour le procès ? Même mon père ne t'en voudrait pas." , je réponds bien que sachant que c'est maladroit. "Tu sais...après ton départ , je n'ai plus vu les cirques de la même manière. Je suis de ton côté , bien que j'ai de la peine pour mon père , mais lui aussi sait que c'est pour le mieux. J'ai quitté le cirque depuis longtemps." , je lui avoue , n'ayant aucune idée qu'elle ai pu suivre mes exploits sur Internet. "Pas longtemps après ton départ. Nous n'avons pas d'animaux dans ma troupe mais...enfin ça ne t'intéresse sans doute pas. Quant à ton départ...Je ne t'en veux pas vraiment. À vrai dire , je me doutais que tu partirais. Mais , j'aurai aimé savoir que tu allais bien. Je n'ai jamais su si tu t'en étais sorti." , je finis par exposer les craintes que j'ai pu avoir. Je parle trop.

Cela dit , j'ai toujours été comme cela. Je m'arrête d'ailleurs , voyant sa mère échanger quelques mots avec elle. Heureusement. Il s'en est fallut de peu que je lui avoue qu'elle m'ai profondément manqué...
Je leurs souris à nouveau , secrètement ravi de l'invitation.

"Ce serait avec plaisir si tu veux bien de moi...Je crois qu'on a des choses à se dire. Puis , tu sais mon père..." , je soupire. "Il ne voulait pas que je vienne. C'est pas quelqu'un de mauvais , tu sais. Il aura à faire avec ses avocats. Ça ne le dérangera pas que je vous accompagne."

Dans un sens , il en sera sûrement heureux. Il sait ce que je pense de cette histoire , et n'a jamais voulu passer avant mes convictions. C'est sûrement pour cela que je n'ai pas perdu mon affection pour lui. Même si c'est impossible , j'ose espérer que Cat pourra un jour lui pardonner ce qu'il lui a fait subir. Contrairement à beaucoup de dresseurs , il ne battait presque pas ses bêtes. Mais , ça n'enlève pas l'enfermement , c'est certain.
Contenu sponsorisé
La femme est une panthère, forte d'être sauvage 2.0 Ft Elsy
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La femme est une panthère, forte d'être sauvage. Ft Elsy
» La sauvage et le paumé ▬ Feat DonJuanAuxEnfers
» TG RÉEL ◇ CAMPING SAUVAGE
» POP* Un Rpgiste sauvage est apparu !
» Have you ever been in love ? (boboé) (laf.sauvage) (flora)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: