-30%
Le deal à ne pas rater :
Maillot de Football de l’Équipe de France
63 € 90 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 16  Suivant
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un  ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le vis plutôt bien. Enfin, ça, c'était avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Ok… Voilà qui est gênant… Pourtant, je suis habitué à me retrouver seul avec Dylan, depuis bientôt un mois qu’on se connait, et tout autant de temps qu’on partage un appart’ à 3, avec sa mère. Mais là, dans l’habitacle de ma voiture, c’est… différent… je sais pas trop pourquoi… Sans doute parce que l’espace y est bien plus restreint que dans l’appart’. Et que les effluves de son parfum me titillent plus facilement le nez. Pourquoi Diable y fais-je même seulement attention, à ça, hein ? Et pourquoi mes poings se serrent sur le volant quand il me fait savoir qu’il aurait pu rejoindre l’hosto à pieds ? Pourquoi, dès qu’il dit cela, je ne peux m’empêcher de le revoir, allongé sur le sol de ce bar, pissant le sang ? Je secoue la tête en inspirant profondément. Ressaissis-toi, Livio. Tu manques juste de café. Et tu détestes arriver en retard, plus encore au taf ! Oui, je tente de me raccrocher aux branches plutôt que de commencer à réfléchir à quelque chose qui pourrait avoir de sacrées répercussions sur l’intégralité de ma vie ! « Tant que le doc a pas dit que c’était bon, t’es encore convalescent. Et t’as une cinglée qui te court après, je doute que tu sois en état de t’en défaire si elle revient à l’assaut ! », dis-je, d’un ton cinglant, les dents serrées. J’inspire profondément, tentant de comprendre pourquoi je suis autant sur le qui-vive, alors qu’il ne s’est rien passé, l’autre n’avait même pas l’air menaçante – pour cette fois ! – et personne n’a été blessé ! Sans même desserrer les dents, je tends la main pour mettre de la musique, après que Dylan ait demandé à en avoir un peu. Je suis tellement sur le qui-vive, que je ne prête même pas attention à nos doigts qui s’effleurent. Ou plutôt, si, j’y prête attention, mais je relègue rapidement, dans un lointain recoin de mon esprit, l’étrange sursaut cardiaque que je viens de connaître. On va dire que j’ai été surpris. Voilà tout.

Je me concentre sur la route, prétendant d’être perdu dans mes pensées. Et puis, il y a de la musique, alors, c’est l’excuse parfaite pour ne pas chercher à faire la conversation ! « Ecoute… », dis-je à Dylan, à présent sorti de la voiture, « que tu ne veuilles pas être vu avec moi, car flic ou car ton beau-père, je peux l’entendre, et je m’en fous… » Menteur !, voici ce qui est étrangement hurlé par ma petite voix mentale, dès lors que ces paroles franchissent le seuil de mes lèvres ! « Mais tu DOIS rentrer accompagné, au moins pendant quelques jours. » J’ancre alors mon regard dans celui du serveur, pour ajouter ceci : « Et pense à demander au doc’ si tu peux faire du sport. Je compte bien t’entraîner au plus vite. Je pourrais pas toujours être là quand ça se corsera pour toi ! ». Je n’attends même pas de réponse, ajoutant un : « Je suis déjà en retard, je file ! », qui me permet de démarrer bien vite, et de prendre la direction du poste de Police. Et de fuir mon envie crétine de garder ce mec franchement plus doué pour attirer les emmerdes à lui qu’autre chose, à l’œil, afin de m’assurer qu’il ne lui arrive pas un autre pépin…

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

D’autres jours se sont écoulés depuis que Dylan est enfin entièrement remis sur pieds. Je commence doucement à m’habituer à la tournure qu’a pris ma vie, il y a un peu plus d’un mois de cela. Boulot, entraînements, moments avec Christine, conversations avec Dylan à l’abri des oreilles de sa mère… Voilà à quoi ressemble actuellement ma vie. Pour le plus grand bonheur de mes grands-parents, qui sont heureux qu’enfin, je me sois casé, et que ma vie ait pris le chemin de la routine. On va éviter de me demander ce que je pense réellement de tout ça, car je ne saurai même pas quoi en dire. Je crois que j’aime assez. Tout particulièrement les moments que je peux partager avec Dylan et qui me permettent d’apprendre à le connaître un peu plus. Même si le Morel invente ponctuellement tout un tas d’excuse pour se barrer, au bout d’un moment. Mais… Ca aussi, ça fait parti des trucs que je cherche pas à comprendre, parce que c’est bien plus simple ainsi ! Depuis peu, Dylan a enfin accepté de venir avec moi à la salle de sports. Enfin, en réalité, ça ne fait que quoi… La 3ème fois ?... qu’il vient… Je commence doucement son entraînement, lui ayant enseigné 2-3 techniques défensives, fort basiques. Le plus gros de son entraînement vise surtout à améliorer un peu sa musculature, plus pour lui donner un peu plus de tonus et de force, que pour en faire un pro du combat avec des muscles d’enfer ! L’endurance est aussi un point sur lequel j’insiste. Et… Ouais, peut-être que je lui réserve un entraînement un peu « lourd », mais comprenez-moi : c’est bien la 1ère fois que je fais ça, et plus encore, avec un civil ! Et moi-même, je m’astreins à un entraînement qui a tout d’un exercice militaire, et non d’un truc qu’on peut avoir en prenant des cours…

Aujourd’hui, on en est à presque 1h, échauffement inclus. Donc, on touche à la fin de la séance. Et ouais, je suis quand même assez gentil pour ne pas faire durer cette « torture » plus d’une heure ! Dylan n’est pas vraiment sportif, alors c’est déjà bien assez pour lui ! « Non, c’est pas complètement comme ça, ton appui sur ton pied droit, tu dois être plus relâché ! », soupiré-je, m’approchant de Dylan, qui me tourne le dos, alors qu’il tente de reproduire les quelques mouvements que je viens de lui apprendre lors de cette leçon. Je me rends auprès de Dylan, afin de modifier sa position, n’hésitant pas à la rectifier en utilisant mes mains. Mais… Calmez-vous, ça reste des gestes softs, et uniquement « pro », donc, vous faites pas d’idées. « Fais gaffe à ton dos aussi… Et à ton centre de gravité… ». Je parle à voix haute, tout en modifiant sa posture, avant de lui donner une tape dans le dos. « Vas-y, c’est bon là. Attaque moi ! ». OK, ça, c’était pas prévu. Mais… Faut bien se lancer… Jusqu’à présent, Dylan n’a pas vraiment eu à tester ses techniques sur quelqu’un, juste sur du matos. « Promis, je vais être gentil ! », lui assuré-je d’un grand sourire, me positionnant devant lui. A savoir qu’avant de lui faire changer sa position, j’ai été me débarrasser de mon t-shirt. Faut dire que je m’entraîne rarement avec un truc sur le dos, mais… Avec Dylan, j’ai préféré éviter, pour ne pas rendre la situation trop bizarre, plus qu’elle ne peut parfois l’être… sauf que quand je m’entraîne, je le fais rarement à moitié. Et pour cette session, Dylan a été, pour la 1ère fois, laissé quasi en autonomie, révisant les techniques apprises lors des autres fois. Je ne me suis occupé de lui que pour lui en enseigner quelques nouvelles. Mais pour son échauffement, il se débrouille tout seul, et si besoin, je lui dis quoi faire, tout en m’entraînant de mon côté. « Attention, je commence ! », le prévins-je. Et oui, je lui apprends surtout à se défendre, alors je joue le rôle de l’agresseur…. C’est donc à moi de lancer les hostilités. Et comme annoncé, je me montre plutôt sympa, tâchant d’être moins rapide que je ne peux l’être en réalité. Ca n’est pas encore un « vrai » test, après tout ! Bon, par contre, un truc que je n'avais pas - pas voulu ! - anticiper, c'est le fait que c'est la première fois qu'on fasse un truc du genre. En général, j'ai un acolyte pour montrer à Dylan ce qu'il doit faire. Et c'est mon pote qui fait office d'agresseur au serveur. Donc, si Dylan se retrouve perturbé par ce faux combat qui nous oppose, il n'est pas le seul, loin de là... Même si, comme à mon habitude, je m'efforce de ne pas y penser. Sauf que viendra un jour où le voilage de face sera mission impossible.... Un jour... Dans très, très, très longtemps, j'espère !



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


En résumé... J'ai passé plus que plusieurs jours à n'avoir le droit de sortir qu'en étant accompagné. Sous la pression de Livio. Pourtant, il ne s'est jamais rien passé. C'est le calme plat, depuis ce jour-là. Mais après tout... Peut-être le calme avant la tempête ?

Avec des semaines de calme, j'ai pu profiter de poursuivre ma formation, et elle avance bien. D'ici la fin de l'année, qui approche à grands pas, j'entrerais dans ma neuvième année. Ce n'est pas la dernière, mais je me rapproche de l'aboutissement qui me permettre enfin d'exercer officiellement.

Mais pour l'instant... Je me concentre sur mon entraînement sportif aux côtés de Livio. Ce n'est que le troisième jour que je pratique, je reste assez maladroit, mais je trouve que je m'en sors plutôt bien, habituellement. Sauf que aujourd'hui, rien ne va se passer comme prévu. Je suis bien plus maladroit, je peine à reproduire les mouvements et, surtout, à me concentrer.

Quand Livio pose ses mains sur moi pour corriger mes mouvements, je me sens défaillir, j'ai déjà un peu chaud mais le pire, c'est quand je me retourne, prêt à accepter son " défi "... alors que mes yeux se posent sur son torse. Nu. Là, c'est définitif, je perds tous mes moyens.

Ma concentration s'est définitivement envolée et je n'arrive pas à éviter les enchaînements de mouvements de mon beau-père. Et pourtant, il m'a bien dit qu'il allait être gentil et tout ça, et je voyais bien qu'il faisait en sorte de ne pas aller trop vite. Mais voilà, je n'arrête de me prendre des coups et des sermons, comme punition pour ne pas être concentré.

Durant la pause, mon entraîneur Livio (ouais bah là non, ce n'est plus un chevalier mais limite un dragon effrayant !) est prêt à me réprimander, mais je ne veux pas lui en laisser le temps. Je ne peux pas, ça urge ! En guise de maigre excuse, voilà ce que je dis.

" Je suis désolé... Je vais aller me... rafraîchir un peu, donne-moi quelques minutes, d'accord...? Ca ira mieux après... "

Ou pas... Même en revenant après, Livio sera probablement toujours torse nu et à proximité de moi. Comment je peux rester concentré avec un corps aussi sensible qu'est le mien, sérieux !?

Je ne lui laisse pas non plus le temps de protester davantage que je marche jusqu'au toilettes. J'évite de le faire en courant, cette fois, pour ne pas donner l'impression de fuir et espérer qu'il ne fasse pas son... bah son flic, quoi... Une fois sur place, je m'enferme dans un des cabinets, vérifie que je l'ai bien verrouillé - deux fois, voire même trois - puis je m'assis sur la cuvette et... Bon... Bah voilà, vous devinez ! Zut, quoi !

Je pensais être assez loin, et que dissimuler ma voix n'était pas forcément nécessaire ici... Jusqu'à ce que j'entende des bruits de pas se déplacer devant les portes des toilettes et qu'une ombre se profile derrière la mienne consciencieusement fermé au verrou.

Mon geste se suspend, j'ai le cœur battant, gêné de me dire, d'avoir conscience, que Livio est juste à quelques pas de moi, que l'on est uniquement séparé par une porte close, alors que je suis à moitié nu et en train de... me soulager. Oh mon dieu... Je plaque ma main libre sur ma bouche, paniqué. Qu'est-ce qu'il fait ? Pourquoi il reste planté là ? Faites qu'il parte ! Pitié ! Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi a-t-il fallu que ce soit en cet instant précis qu'il soit encore plus suspicieux que d'habitude !? Pourquoi !!?


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un  ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le vis plutôt bien. Enfin, ça, c'était avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Franchement, je suis bien content que personne d’autre que Dylan et moi, ne soient présents dans la salle, lors de cette tentative de combat. Déjà, parce que ça laisserait à croire que mes cours précédents n’ont pas portés leurs fruits, vu que le Morel est carrément à la ramasse. Mais aussi parce que plus ce simulacre de combat se poursuit, et plus je suis… perturbé… par la proximité qui en découle. Les rares fois où Dylan essai – fort mal si vous voulez mon avis ! – de me contrer, et qu’il parvient donc à me toucher, ça me… perturbe… Et plus ça continue, plus j’ai l’impression qu’être en contact avec lui me brûle, presque. Etrange. J’en conviens. Me voilà donc fort râleur, quand je mets un terme à ce test, afin de lui faire mon retour. Sauf que je n’ai rien le temps de dire. Dylan prétend avoir besoin de se rafraîchir, et se barre. Il ne court pas, mais c’est tout comme, tant il paraît pressé de s’éclipser. Je me retrouve donc comme un con. Agacé. Troublé. Et énervé de ne rien comprendre à tout ce merdier. « Fais chier tiens ! », pesté-je, en m’en prenant à un punching-ball, pour me défouler un peu. Ca ne me défoule pas vraiment. Je me sens toujours aussi désorienté. Et parce que je suis doué pour me voiler la face, je mets mon énervement sur le fait de craindre d’échouer à entraîner Dylan. Peut-être me suis-je trompé en réalité, peut-être n’est-il pas fait pour ça ? Ou peut-être devrais-je passer à un autre sport de combat ? Il arrive qu’il faille parfois tâtonner, pour trouver celui qui nous correspond le plus… Et tout ça, ça m’énerve, car je sens au fond de moi que l’autre fêlée, ne va pas rester les bras croisés trop longtemps. Là, elle doit être dans une phase où elle est « saine » d’esprit, donc, en mesure de penser aux risques qu’elle encourt si elle revient à la charge. Mais ça ne durera pas. J’en mettrais ma main à couper. J’aurai aimé être en mesure de la faire suivre, soit par des collègues, soit par des doc, mais l’un comme l’autre m’est impossible pour le moment, à moins qu’elle n’entame d’elle-même, les démarches pour aller se faire soigner !

Je secoue la tête, et attrape ma bouteille d’eau fraîche, vers mon sac. Je bois une franche rasade. Et je continue à expulser mon agacement de ne rien comprendre à ce que je ressens, tout en faisant quelques mouvements, histoire de ne pas me refroidir, le temps que Dylan revienne. Sauf que le Morel se fait désirer…. Mes sourcils se froncent. Je me mords les lèvres. Non, il n’y a pas de raison à s’inquiéter… Je laisse s’écouler encore quelques secondes, sans que sa tignasse blonde ne se remontre. « Rah, fais chier ! ». Ca, ça m’est adressé, pour me soucier autant de ce qui peut lui arriver, alors qu’il est grand, putain. Et qu’il est sensé être remis de son agression. Peut-être aies-je involontairement donné un coup – même si j’ai fais attention à ne pas leur donner trop de force ! – dans sa cicatrice ? Et me voilà à m’insulter de tous les noms – sans vraiment savoir si je m’en veux pour cette éventualité, ou si c’est plutôt pour le fait de m’inquiéter de son sort sans réelle raison ! – me dirigeant vers les toilettes. Enfin rentré, je me retrouve comme un con. Ne sachant que dire. Refusant de paraître trop inquiet, détestant depuis toujours, montré à quiconque que je peux lui être attaché. Oui, le mot est lâché, je suis attaché à Dylan… Ca, j’en ai pris conscience, mais j’ignore à quel point, par contre…. Mes poings se serrent, alors que je ferme les yeux. Dis quelque chose crétin ! « Je… Tu sais… Tu peux me le dire, si je t’ai fais mal sans le vouloir à ta blessure… ou si je te force bien au-delà de tes capacités…. » Oh pitié, je pouvais pas dire des trucs encore moins stupides que ça ? C’est trop demandé ? « Je… Je pense qu’on ferait mieux de s’arrêter à là pour aujourd’hui… » Ouais, ça, c’est presque mieux ! « Je vais prendre ma douche. Je peux te ramener si tu veux, à moins que tu préfères rentrer à pied, ou que tu n’ai à faire ailleurs… ». Je n’attends pas vraiment de réponses, je tourne les talons, ne voulant prolonger la situation gênante dans laquelle nous nous trouvons. Je ne suis pas une nana, à taper la discussion avec quelqu’un d’autres, dans les chiottes ! Et non, je ne prends pas la fuite !

Je ne tarde pas à rentrer dans une cabine de douche. Que je prends froide. Comme à mon habitude. Feignant de ne pas remarquer que la fraîcheur de l’eau aide aussi mon esprit à penser autre chose qu’à la proximité qui nous a réuni, Dylan et moi, un peu plus tôt. Et encore moins à son souffle qui m’a – en de rares occasions – effleuré la peau. Ma douche est – comme d’habitude – prise rapidement. Je suis prêt bien avant Dylan à partir. « Alors, tu fais quoi ? », que je lui demande, quand il arrive à son tour, voulant savoir s’il a besoin que je le conduise ou pas. N’étant pas au clair avec moi-même quant à la réponse que j’aimerai qu’il me donne !



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Je suis éberlué. Estomaqué. De prendre conscience, encore plus qu'avant, qu'il s'inquiète pour moi. Bien qu'il le dit de manière très maladroite. Je suis tellement surpris que je baisse ma garde, et ma main protectrice s'en va, faisant se répercuter certains sons de... d'excitation dont je me serais bien passé.

" Ah... Je... Je... "

Je déglutis. Je ne trouve rien à dire. Car aucun mensonge ne me servira, cette fois. Pour la simple et bonne raison que ce genre d'indices, il connaît forcément. Heureusement qu'il ne peut pas me voir, ça aggraverait encore plus la situation.

" ... L-Laisse-moi... Je... Je rentrerais tout seul... "

J'arrive à prononcer ces mots, avec difficulté. Je l'entends partir. Je suis sûr que dans sa tête tourbillonnent pensées, préjugés, voire même du dégoût... Il ne me verra plus jamais comme avant... Je comprendrais, j'ai moi-même honte de moi, alors...

Après avoir terminé ce que j'étais en train de faire - pas le choix, il fallait bien que je finisse ça - je me suis nettoyé, rhabillé et je suis sortis. Avec appréhension. Mais sa voiture n'est plus là. Je le savais. Quelques temps après, je suis de retour, la main sur la poignée extérieur de l'appartement et l'autre prête à utiliser la clé.

J'hésite. Puis me ravise. Non, décidément, je ne peux pas rentrer juste comme ça, et faire comme si rien ne c'était passé. Je range mes clés dans ma poche de pantalon, et je fais demi-tour. Je marche un long moment, dans le froid de la nuit qui prend chaque minutes de plus de l'ampleur, dans les rues encore animées de certaines activités, notamment les bars, illuminés de leurs enseignes lumineuses. Mais cette agitation ne m'attire guère et je poursuis mon chemin.

Mes pas me mènent vers un des nombreux parcs de la ville, vide de tout monde à cette heure-ci. Je repère un banc, m'y assois dans un premier temps, mais fini par m'allonger. J'ai si honte...

Il fait si froid, dehors. Je suis à peine suffisamment couvert, en plus. Bah ouais, je suis habillé pour l'été, donc ça veut dire t-shirt à manches courtes oblige ! J'ai très froid, maintenant... Je ferme les yeux, mais ne m'endors pas. Quoique... Le froid me submergeant, je n'ai pas pris conscience d'être en train de sombrer. Petit à petit.


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un  ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le vis plutôt bien. Enfin, ça, c'était avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Alors ça… Je l’avais pas vu venir ! Et pourtant, je tente d’anticiper toutes les possibilités, en règle générale, mais là… En même temps, comment aurais-je seulement pu penser que les entraînements auraient un tel… effet ?... sur Dylan ? Tout est bon pour me permettre de ne pas envisager une seule seconde que c’est moi, et non les entraînements et la passion du combat, qui met le Morel dans tous ses états. Oui, je vous l’ai déjà dis, je suis un as pour me voiler la face ! Je préfère m’éclipser sans rebondir sur ce que j’ai entendu, pour ne pas rendre encore plus gênante cette situation ! Bordel, c’est moi, où on les collectionne, les scènes gênantes ? On dirait une sitcom, c’en est presque risible ! En tout cas, me voilà à presque regretter de ne pas bosser ce soir. Ca m’aurait changé les idées, et évité d’avoir à réfléchir sur ce que j’ai entendu, et la signification. Enfin, sur ce qui l’a poussé à faire ça, car la signification, bah… J’ai pas besoin d’un dessin… Peut-être que bosser, en fait, n’aurait pas été l’idée du siècle… Je suis pas sûr que j’aurai réussi à me concentrer sur quoi que ce soit, en réalité ! Suffit de voir que même Christine me trouve bien étrange, ce soir, ainsi qu’elle ne se gêne pas pour me le faire savoir. « Non, c’est juste une sale affaire au boulot qui me travaille… ». Quelle parfaite excuse ! Ca me permet d’éviter toute explication à lui fournir. Et aussi d’esquiver sa tentative à profiter de l’absence de Dylan pour passer du bon temps ensemble. Sauf que si ça aurait pu – fort hypothétiquement – me tenter car être une excellente excuse pour ne pas avoir à parler ni à l’écouter, elle a mis le feu à ses moindres chances de me séduire dès lors qu’elle a parlé de son fils. « Il ne devrait pas tarder à rentrer, mieux vaut éviter, tu sais à quel point vos murs sont en carton ! », voici ce que j’ai sorti pour la laisser sur sa faim. Ca n’est pas non plus une excuse qui sort de nulle part, jusqu’à présent, rien ne s’est jamais passé entre nous quand nous n’étions pas seuls à l’appart’. Les gens aiment rarement entendre des bruits non équivoques, provenir de la chambre de leurs parents… Alors je voulais éviter de faire subir ça à Dylan. Mais ce soir, j’ai pas la tête à ça. Je me demande pourquoi Dylan a éprouvé ce genre de… besoin… et en plus, je me fais du souci de voir qu’il n’est pas encore rentré. Il est majeur, il est vacciné, il peut faire ce qu’il veut, et est assez grand pour faire ses propres choix !, sont les mots qui ne cessent de tourner et retourner dans mon esprit. Des paroles que j’ai souvent répété à sa mère, d’ailleurs, quand elle s’ingéniait à lui en mettre plein la tête.

Je me résigne à aller me coucher, me disant que rester à l’attendre ne pourrait que rendre la gêne encore plus… présente entre nous. Mieux vaut laisser passer quelques heures avant qu’on ne se parle de nouveau. Et puis, ça me laissera le temps de définir s’il faut lui en parler ou faire comme si de rien n’était. Je ne sais laquelle des deux solutions est la pire… Devrais-je lui sortir le refrain comme quoi c’est humain ? Et que peu importe les raisons qui l’ont poussé à agir ainsi, je ne le juge pas ? Pas même si – ouais mais non, ça peut pas être ça ! – s’il a réagit ainsi parce qu’il a pris conscience de son intérêt pour moi… Non, au pire, il a juste dû réaliser qu’il était attiré par les hommes, pas par moi…. Enfin, bref, faudra que je trouve un moyen de lui dire ça, sans évoquer la possibilité que ça soit moi qui l’intéresse car ça serait trop gênant… Tout ce qu’il me faudra lui dire, est que je ne suis pas là pour le juger quant à ses préférences. Ouais, ça, c’est bien. Bien cliché et bien galère à tourner, vu la situation et cette éventualité qui me perturbe ! Mais au moins, ça sera honnête ! J’ai beau avoir fait l’armée, je ne suis pas de ceux à fuir les individus ayant ce genre d’attirance. Par contre, il est à craindre que je n’ai pas la même facilité à accepter que moi, je puisse la partager… Alors que je m’apprête à me changer pour aller dormir, voilà que mon téléphone sonne. Un de mes collègues m’appelle, pour me faire savoir qu’une patrouille a mis la main sur Dylan. Qui dormait. Dans un parc. Sur un banc. Après avoir vérifié son identité, ils ont pris conscience du lien qui m’unissait à lui. Son agression l’autre soir a fait parler dans le commissariat, permettant à de nombreux collègues d’apprendre son existence. Si tous ne l’ont pas vu, tous en ont entendu parler. Alors son identité n’est un secret pour personne, ou du moins, pas les collègues avec qui je suis amené à bosser plus ou moins régulièrement. Bref, tout ça pour dire qu’ils lui ont fait un test d’alcoolémie, pour déterminer pourquoi il s’était endormi dans un parc. Et comme celui-ci n’indiquait aucune prise d’alcool, ils ont choisi de m’appeler, pour que je vienne le récupérer. Ils vont le conduire au poste, pour qu’il ne reste pas dans le froid et éviter de le ramener en voiture de police alors qu’il n’a rien fait qui mérite d’attirer sur lui l’attention des pies du voisinage ! S’ils prennent cette peine, c’est clairement à cause de moi, car ils sont au courant de l’existence de l’autre barge, et du fait que je préfère éviter que Dylan ne traîne seul dans les rues…

« Je… On a besoin de moi pour… un truc…. Tu ferais mieux d’aller te coucher… Je reviens au plus vite ! », dis-je à l’attention de Christine, aussitôt après avoir raccroché. Je réponds distraitement au baiser qu’elle tient à me donner, avant de vite prendre la poudre d’escampette. Mon cerveau tourne à toute vitesse durant le trajet. Que vais-je bien pouvoir lui dire ? « Mémo perso : à l’avenir, ne plus jamais fréquenter une nana sans vérifier de moi-même, si elle cache pas des infos importantes à son sujet, comme l’existence d’un gosse de 25 balais ! », pesté-je, la clope au bec, tout en roulant vers le poste de police. Je me gare quelques minutes plus tard, et écrase mon mégot à l’entrée du commissariat, avant de m’engouffrer à l’intérieur. Un tourbillon d’émotions contradictoires me tombent sur la gueule sans prévenir, quand je vois Dylan, assis à mon bureau. Je n’ai qu’à croiser son regard pour lui faire comprendre de me rejoindre. J’adresse un vague mot de remerciement à mes collègues – qui, je m’en doute, ont dû faire du forcing sur le Morel pour qu’il reste ici ! – avant de tourner les talons.

Je rejoins ma voiture, veillant à rester loin devant Dylan, mais suffisamment dans son champ de vision, pour qu’il puisse me voir et ainsi, savoir où j’ai garé mon véhicule. Arrivé enfin à proximité de ma bagnole, je me fige. « Putain mais tu peux me dire à quoi tu joues ? », explosé-je soudainement, mes poings serrés, mon dos crispé. « Tu t’en fous de savoir que t’as une harceleuse cinglée qui te traque ? », craché-je en me tournant brusquement pour faire face à Dylan, faisant de grands pas pour m’approcher de lui. « Bravo, tu vas finir par me rendre plus cinglé que n’a pu le faire l’armée ! », râlais-je, faisant de grands gestes. C’est quand je suis énervé, ou sujet à n’importe quelle grosse émotion, que mes gènes Italiennes paraissent le plus ressurgir ! Mes mains s’abattent sur ses épaules, comme si je songeais à le secouer. Et peut-être que c’était dans mes intentions, car j’admets m’être bien inquiété pour lui. D’autant plus que j’ai redouté que la scène de tout à l’heure n’ait eu raison de notre lien, sauf que j’y tiens, moi, à ce sombre crétin. J’y tiens tellement que pour être honnête, je suis même à deux doigts de céder et de l’embrasser. Résultat du stress, de l’énervement, de la peur et du soulagement de le retrouver. « Et merde ! », voilà ce que je finis par lâcher, quand je reviens à moi, dans mon étrange état du mec qui veut secouer l’autre ou l’embrasser, c’est à définir, tant mon attitude est trouble. Presque autant que je suis troublé en ce moment. Sauf que je viens de réaliser ce que j’ai faillis faire. Alors j’ai préféré lâcher brutalement Dylan. Et tourner les talons en direction de la voiture. « Grimpe, j’ai pas que ça à faire, je commence tôt demain. ». Comme si j’avais besoin de beaucoup d’heures de sommeil pour être en forme ! Comme si Dylan ne le savait pas, depuis le temps qu’on vit ensemble. Comme si je n’étais pas qu’un idiot qui a faillit se laisser aller à une pulsion vraiment stupide et excessivement dangereuse tant c’est la pire idée du siècle, voire du millénaire !



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Quelle ironie. Je me retrouve enfermé dans le poste de police, l'un des endroits que j'aurais préféré évité pour l'instant. Limite, j'ai eu l'impression que les policiers étaient prêts à m'attacher pour m'empêcher de partir en attendant que Livio arrive. Ils ne l'ont pas fait, mais c'était à deux doigts ! Ils tentent de me questionner sur mon escapade nocturne, le pourquoi du comment, mais je reste obstinément mutique, fermé comme la coquille d'une huître.

C'est à l'arrivée de mon beau-père que je semble m'éveiller un peu. Juste un peu. Son regard sans appel me fait comprendre que je n'ai pas le choix que de venir avec lui pour qu'il me ramène. Et que je vais me faire passer un de ces savons, aussi. A peine sommes-nous dehors que le savon ne se fait pas attendre. Il ne sent pas très bon.

Là, tout de suite, j'en ai marre. Marre de devoir subir sa colère alors que de toute évidence, l'un comme l'autre, nous avons eu des émotions diverses et compliquées, aujourd'hui. Cette fois... Je n'ai pas envie de fuir ! Je commence à en avoir ras-le-bol de me taire !

" J'étais gêné ! Mal à l'aise ! Je n'aurais jamais deviné que ça se serait passé ainsi ! Tu peux comprendre, ça ??? Alors arrête de t'en prendre uniquement à moi , alors que de toute évidence, on est tout les deux responsables de cette situation ! Et franchement, la tarée, c'est le cadet de mes soucis, là ! "

Je n'ai pas conscience qu'il n'a pas comprit la situation. Ou qu'il ne veut pas l'admettre. Et pourtant, je viens de le mettre face à la réalité. On est adultes tous les deux, on doit assumer. De toute façon, c'est comme ça, on ne peut pas changer ce qu'il en est. Quand soudain, il se rapproche de moi pour attraper mes épaules à deux mains, j'aurais voulu me dégager, cette proximité soudaine est trop gênante !

Et son regard... Il semble dévoilé une palette mélangée d'émotions contradictoire. Je peine à en saisir le sens, moi qui suis habituellement bien observateur, mais l'une d'elle me semble inattendue et familière à la fois. Une preuve accablante qu'il ressentirait la même chose...? Serait-ce... possible...?

Je rougis. Je ne peux pas m'en empêcher, mes joues s'enflamment, se colorant légèrement d'un rouge tomate pas encore tout à fait mûre. Soudainement, il finit par me lâcher brutalement, en lançant un " Et merde ! " et se détournant furieusement - j'en ai eu l'impression - pour s'asseoir dans sa voiture. Je me mets un moment à me ressaisir de cette situation bien étrange. J'inspire pour tenter de calmer les battements saccadés de mon cœur. Non ! Ce n'est pas le moment d'avoir une fièvre ! Ca suffit, là, eh ! J'ai déjà dû le faire aujourd'hui, ça commence à bien faire, oui !!!

Mais... Il m'a touché, alors immanquablement, c'est trop tard. Je vous avais dis que mon corps était très sensible. Enfin, surtout en sa présence, j'imagine, parce que c'est bien la première fois que quelque chose de semblable m'arrive. Je soupire. *Il ne manquait plus que ça. Je vais me retrouver piégé dans un habitacle de voiture, à quelques centimètre de lui, et en plus, dans cet état. Bravo ! Ca ne pouvait pas être plus pire !*

Je sais que je n'ai pas le choix que de monter dans la voiture. Et de toute façon... J'en ai marre de reculer. Un jour ou l'autre, il faudra bien que l'on assume cette situation. Que ce soit Livio ou moi. Au moins, on est deux, on pourrait s'entraider et trouver une solution ensemble, non...?

En attendant, je n'ai pas trop de solution sous la main, davantage embarrassée, évitant son regard, alors que je me tortille sur mon siège depuis le début du trajet, en proie à
une envie mordante que je meurs d'envie d'assouvir. Mais là, je ne peux pas ! Pas comme ça ! On s'est déjà plongé dans un malaise, je ne vais pas en plus faire ça devant lui ! Résolument, je ne prononce pas non plus de mots supplémentaires, les sourcils froncés, me concentrant pour ne pas faire une bévue suite à mon état actuel. Manquerait plus qu'il s'en aperçoive... Serait-il capable de me jeter de la voiture en marche ?

Sérieusement, c'est tellement insoutenable que j'ai l'impression qu'il roule à la lenteur d'un escargot ! Il ne peut pas aller plus vite, non !? Rester concentré... Surtout, rester bien concentré... Je ne dois pas céder à la tentation. Pas comme ça. Pas ici. Pas en sa présence. Il se serait certainement dégoûter de me voir faire ça devant lui, de toute façon. Ouais ok, sensément, c'est naturel, on a tous des pulsions. Mais... Il n'a rien dit à ce sujet, je ne sais pas ce qu'il pense, mais il doit vraiment être dégoûté de moi... Raaah, mais allez, va plus vite !

Je me tortille de plus en plus sur mon siège. Je n'en peux plus, il faut qu'on arrive, là ! Je perds momentanément le contrôle que j'ai réussi à instaurer et garder pendant au moins la moitié du trajet, et mon regard fiévreux m'échappe pour se poser sur lui. J'ai une soudaine et furieuse envie de me jeter sur lui. Je serre les poings, secoue la tête.

" L-Livio... ! A-Arrête-toi... ! "


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un  ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le vis plutôt bien. Enfin, ça, c'était avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Je ne desserre pas les dents, pendant le trajet. Je ressasse tant ce qu’il m’a dit, que ce que j’ai pu lui dire et ce que j’ai bien pu faillis faire ! Non, je ne rêve pas, j’ai bien admis, ouvertement qui plus est, que je pouvais bien me soucier suffisamment de lui au point de me faire vraiment du souci, à même d’impacter mon état mental. Et indirectement aussi, qu’il me rendait sans doute fou à me faire ressentir tout ça… Et lui en a rajouté une jolie couche… Ah putain, mais c’est quoi ce merdier ? Si le volant était un une entité sensible, je crois qu’il pesterait d’être ainsi pris en étau entre mes mains, aussi violemment ! Mais j’en ai strictement rien à cirer. Peu avant que Dylan ne prenne la parole, je me décide à ouvrir ma fenêtre. Fait trop chaud ici, presque aussi chaud que la lourdeur de l’ambiance. Par chance, l’air nocturne est relativement frais. Bien plus que ça ne peut l’être, en journée ! Du coin de l’œil, je vois le Morel se tortiller. Je ne cherche pas à analyser son attitude, mettant ça uniquement sur le dos de la tension à couper au couteau, qui traîne dans chaque recoin de l’habitacle. « Fais chier ! », voilà tout ce qu’il a droit comme réponse de ma part, quand il me demande de m’arrêter. De très mauvaises grâces, j’obtempère, et finis sur un parking vide. Sans même chercher à me garer, parce que… Sérieux, fait chier !

« Quoi encore ? T’as encore d’autres choses à ajouter ? », pesté-je, dès que la voiture fut à l’arrêt. Mon « attaque » n’est pas gratuite. Ca me laisse le temps de le déstabiliser suffisamment pour que je puisse sortir - rapidement ! -de la voiture. J’arrive plus à respirer. Ni vraiment à penser. J’aurais préféré qu’il ne me supplie pas de m’arrêter, pour rouler tout droit à l’appart. Et très certainement que j’aurai choisi d’aller courir un peu, au lieu d’aller me coucher de suite. Histoire de me vider le cerveau. Et de remettre mes idées au clair. Mais non, bien entendu, monsieur en a décidé autrement. Et moi, je suis bien assez con pour l’écouter. « Crétin ! », persiflé-je, en claquant la portière derrière moi. Ce « juron » n’a pas de destinataire précis, étant valable tant pour lui que pour moi. « Tu veux me dire par « A + B » à quel point on est tous les deux fautifs, peut-être ? », raillé-je, aussitôt après le « Crétin », faisant quelques pas, sans réelle destination. Ou si… Peut-être que mon seul but, c’est de le fuir. Ou de le pousser à se barrer. J’en sais rien. C'est sans doute un mélange des deux. Tout en voulant exactement l'inverse. Ouais, je sais, en cet instant précis, on dirait une gonzesse, à vouloir tout et son inverse ! Diantre, je sais me montrer un rien macho parfois. J'assume. Et je vous emmerde. C'est surtout du sarcasme, de toute façon ! J'ai pas envie que cette conversation se poursuive. Je préférerais faire comme si de rien n'était, ça me va très bien moi. Ou pas. PUTAIN ! « Putain, manquait plus que ça…. »… En sortant de la voiture, j’ai senti quelques gouttes, qui deviennent à présent une jolie pluie, et non quelques gouttelettes égarées ! Bon, je vais pas m’en plaindre non plus, ça m’offre de quoi me rafraîchir, ce dont j’avais tant besoin au cours des dernières heures, non, OK, minutes, mais vous avez compris l’idée…



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Ah, ouf... Il s'est arrêté... J'ai cru un instant qu'il allait refuser de le faire et continuer jusqu'à chez nous, en ignorant ma demande. Aussitôt à l'arrêt, je n'attends même pas que le moteur soit coupé pour détacher ma ceinture de sécurité et ouvrir la portière pour aller prendre l'air à l'extérieur. D'ailleurs, il fait de même, en me râlant dessus, visiblement à bout de nerf.

Je pensais que l'air frais de la nuit me ferait du bien et calmerait mes ardeurs au moins pour nous permettre de repartir, mais je ne ressens pratiquement aucun changements. Cette solution ne fait pas effet... Mon regard dérive vers lui et s'y accroche. Soudainement, je suis attiré, comme un aimant attire du métal.

Pas après pas, je me rapproche de Livio, jusqu'à ce que nos corps se retrouvent collés l'un contre l'autre. Je passe même mes bras autour de lui, comme pour le retenir et je blottis ma tête contre le creux de son cou pendant un court instant. Il est possible que Livio ressente, vers le bas, mon état d'excitation.

Son odeur m'enivre et me rend fou, à tel point que, par la suite, je ne suis peut-être plus tellement conscient de ce que je fais. Car cette fois, après avoir relevé la tête, ignorant les gouttes de pluie qui commencent à tomber, ce n'est plus mon corps qui se rapproche, mais mes lèvres.

J'ai une furieuse envie de l'embrasser et je n'hésite pas un seul instant à le faire. Cependant, contrairement à la tarée, dont son baiser était insistant, le mien est même plutôt doux et potentiellement agréable. Et pourtant, c'est la première fois que j'embrasse quelqu'un !

Totalement submergé, je n'ai plus envie de lâcher Livio. Mais soudainement, un éclair de lucidité me revient et je prend alors conscience de mon état, de mon action. Je le lâche aussitôt et me recule de plusieurs centimètres. Rouge comme une tomate, la main posée sur ma bouche.

" Oh... Oh mon dieu... Je... Je suis désolé... Je... "

Mais... Mais qu'est-ce qui m'a pris de faire ça ???


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un  ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le vis plutôt bien. Enfin, ça, c'était avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Je m’efforce de me calmer, en respirant profondément et lentement. Les yeux clos, le visage légèrement relevé pour accueillir avec reconnaissance les quelques gouttes de pluie, assez fraîches, je tente de mettre de l’ordre dans mes idées. Sauf que c’était une assez mauvaise idée, car le temps que je baisse ma garde de la sorte, Dylan en a profité pour s’approcher de moi. Sans que je ne le vois. Et pourtant… Ouais, je l’ai entendu venir, il n’a pas non plus chercher à m’approcher tel un ninja, avec grande discrétion, au contraire. Je n’ai pas bougé d’un pouce malgré tout. Peut-être avais-je envie de le laisser s’approcher. Peut-être étais-je simplement las de tout ça. Je me retrouve cependant à sursauter légèrement, en le sentant se blottir contre moi. Et plus encore en sentant qu’il apprécie vraiment ce contact. Je ne bouge toujours pas, me contentant d’ouvrir les yeux pour l’observer à la dérobée. Par chance, placé comme il l’est, il ne peut voir mon visage. Ni les rougeurs – incompréhensibles ! – qui s’étendent quelque peu sur mon visage. Et mon cœur qui se met à battre la chamade. Quel con lui aussi, pourquoi il fait ça ? Vraiment, il se passe n’importe quoi là ! Mais le pire… Le pire survient après, peu de temps après. Je vois pourtant bien ce qu’il s’apprête à faire. Je m’en doute, clairement. Mais je ne fais rien pour l’en empêcher, ni même pour refuser son baiser. Même si je suis toujours figé. Pas bien longtemps, finissant par lui rendre son baiser. J’ai cependant été tétanisé assez longtemps pour ne pas être sûr qu’il ait pris conscience que son geste fou a été « partagé ». Car voilà qu’il revient à lui et met de la distance entre nous, tellement rouge qu’il pourrait passer pour un mec qui s’est pris un coup de soleil !

Je crois qu’il finit par prendre la parole. Sans doute pour s’excuser, vu son attitude. Mais je n’entends pas ce qu’il dit. Mon sang pulse beaucoup trop vite et trop fort, dans mes tempes, me rendant sourd à ce qu’il dit. Et surtout, sourd à la petite voix de la raison qui hurle, dans mon crâne. En quelques pas, en quelques secondes seulement, j’ai de nouveau comblé l’écart mis entre nous. Et cette fois, c’est moi qui écrase mes lèvres sur les siennes. Au point où Dylan fini même compressé entre la voiture et moi. Prisonnier entre une de mes mains sur ses hanches, et l’autre à l’arrière de son crâne. Cette fois, ce baiser – sans doute parce qu’initié par moi – est moins doux que le précédent, mais plus intense. Toute ma « rage » et ma « frustration », difficilement contenues au cours des semaines écoulées, ressortent en cet instant précis. Le fait d’embrasser Dylan, de l’avoir contre moi, de sentir l’effet que je lui fais, et d’être dans un état similaire au sien, coupe aussitôt ma capacité à raisonner correctement. Cependant, alors qu’il nous faut reprendre notre souffle, ma voix de la raison tente de se faire entendre. Faiblement. « On peut pas faire ça… », grogné-je contre ses lèvres. Avant d’en reprendre possession. Je vous l’ai dis, j’ai envoyé chier ma voix de la raison. Elle a été éteinte, avec le rapprochement initié par Dylan. Dès lors, j’ai eu envie de le poursuivre, frustré qu’il ait tout stoppé, beaucoup trop vite. Et pourtant, la voix de la raison est toujours là, à tenter de se faire entendre, là, quelque part dans mon crâne, dans la tempête qui m’agite. Pour preuve, une de mes mains délaisse le serveur pour s’appuyer contre la voiture et essayer de me faire m’éloigner de lui en me propulsant grâce à ma bagnole. Ca échoue lamentablement. Et même la pluie ne parvient pas à me faire revenir à la raison. Pas plus que les bruits de circulation, qu'on entend, non loin de nous, ni même les éclats des phares qui nous atteigne quelque fois. Et pas non plus le prénom de Christine qui est sortie en quelque reprises, par la voix de la raison, qui parait juste hurler, de très, très, très loin, quelque part, dans mon crâne ! Putain, ça craint !



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


En à peine quelques secondes, me voilà bloqué contre la voiture, alors que cette fois, ce sont les lèvres de Livio qui me retiennent. Je me laisse faire, bien entendu, les yeux clos.

Si j'ai très envie que cet instant continue, j'ai pourtant eu une pensée contradictoire pour ce que nous sommes en train de faire. C'est... dangereux... Trop dangereux... Je baisse un peu la tête, dès que notre deuxième baiser échangé s'achève, pour nous permettre de reprendre notre souffle.

" Oui... Tu as sans doute raison... On... doit rentrer...? "

Ce n'est pas une affirmation, mais une question. Pourtant, ni Livio ni moi ne semblons en avoir envie. Aucun de nous deux esquisse le moindre mouvement, la proximité de nos corps restant proche.

De penser qu'on devrait rentrer et que bientôt, il retrouvera ma mère, me fait mal. Mal de jalousie. Parce que oui, maintenant, je sais la vérité. Je suis bel et bien tombé amoureux de Livio. Sauf que... Tout était si simple avant et maintenant, il a fallut que tout se complique. Par ma faute.

" Je suis désolé... Par ma faute, tout est devenu si compliqué... Je sais pourtant que tu vas devoir te marier... Bientôt... Ce qui se passe aujourd'hui est... est impossible... "

Ca me fait si mal... Comme si mon cœur se retrouvait déchiré en deux... Pourquoi faut-il toujours que le vie soit si compliquée ? J'ai envie de me blottir contre lui, respirer son odeur, le retenir à nouveau dans mes bras pour ne plus jamais le laisser partir.

Cependant... Son mariage avec ma mère est sans doute déjà programmé, et je ne peux pas lui infliger de devoir faire un choix. Peut-être que je devrais... partir. Pour lui éviter ça... Quand on aime, il faut savoir faire des sacrifices, pas vrai...?

Au moins, mon excitation est un peu descendue, bien qu'elle reste gênante au bas de mon ventre. C'est un point positif. Le seul de la nuit je crois. On va pouvoir rentrer, du coup.

Mais... J'ai encore du mal à bouger de là. Certainement parce que de toute façon, Livio me retient encore. Mais aussi parce que j'ai peur de le perdre dès qu'on aura franchit la porte de l'appartement.


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 16Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Tuche [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers autres-
Sauter vers: