Partagez
 
 
 

 Contre le froid, l'effroi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
En ligne
Jo'
Jo'
Féminin MESSAGES : 214
INSCRIPTION : 21/08/2019
ÂGE : 22
RÉGION : Meurthe-et-Moselle
CRÉDITS : Lautrec

UNIVERS FÉTICHE : Incertaine
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3218-jo https://www.letempsdunrp.com/t4055-a-nouveau-jo https://www.letempsdunrp.com/t3249-memo-de-jo https://www.letempsdunrp.com/t3228-personnages-recurrents-ou-non
patrick

Contre le froid, l'effroi Empty

7ei5.pngMise en Situation


Contre le froid, l'effroi Ezofuj10

Les contrées du Nippon sont le théâtre de luttes entre les kamis de la nature et les funestes yokaïs. Les populations prises dans ces batailles s'efforcent de mener des vies heureuses et normales, bon gré mal gré, et de soutenir les dieux dans ce bras de fer.

Dans le grand nord que l'on appelle Kamui, là où règne la neige éternelle, on trouve la tribu des Oina. Les Oina sont des créatures humaines capables de prendre des traits de loup à leur bon vouloir, réunies dans le village d'Upekere où elles composent depuis toujours avec le froid glacial et constant. C'est un peuple également très exposé aux attaques des démons car il est installé près du Lac gelé Laochi où s'est écrasée il y a des millénaires l'Arche Yamato, transportant lesdites forces maléfiques qui plus tard ont envahi durablement tout le Nippon.

Tous les cent ans, le mage de la tribu a la responsabilité de réaliser une incantation afin de réveiller les volcans jumeaux du Mont d'Ezofuji pour réchauffer tout Kamui. Ceci permet à la fois de réinstaurer un climat supportable et vivable pour tout l'écosystème et population du nord, mais aussi de faire reculer les yokaïs profitant du gel pour piller la nature et les individus. L'incantation doit être prononcée au pied de la colline où se perchent les volcans, et la route pour l'atteindre est rude : non seulement il convient de parcourir de larges plaines de glaces, mais aussi de traverser une forêt maudite - nommée Yoshipetai - puis de contourner le Lac Laochi, altitude culminante du Nippon et berceau de ses démons.

Paprika, 6 ans, est celle qui devra ce centenaire prononcer l'incantation. Devant le danger du voyage et la vulnérabilité de la petite fille, une guerrière Oina est choisie pour l'escorter.

Contexte original : Okami.


i3tb.png


C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. - Saint Exupéry
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Jo'
Jo'
Féminin MESSAGES : 214
INSCRIPTION : 21/08/2019
ÂGE : 22
RÉGION : Meurthe-et-Moselle
CRÉDITS : Lautrec

UNIVERS FÉTICHE : Incertaine
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3218-jo https://www.letempsdunrp.com/t4055-a-nouveau-jo https://www.letempsdunrp.com/t3249-memo-de-jo https://www.letempsdunrp.com/t3228-personnages-recurrents-ou-non
patrick

Contre le froid, l'effroi Empty

mini_200802063244545047.png
Paprika
J'ai 6 ans et je vis à Upekere, Kamui, Nippon. Dans la vie, je suis enfant, et magicienne du village et je m'en sors bien jusque là. Sinon, grâce à ma malchance, je dois traverser des contrées dangereuses pour accomplir mon devoir et je le vis plutôt avec détermination.

_ Comme tous les Oina, je peux me transformer en loup. Mais moi, c'est encore un petit loup.
_ C'est mon grand-frère, Oki, qui m'a élevée. Ma maman est morte en me donnant naissance et papa a été tué par les yokaïs. Ca me rend pas triste parce que je les ai jamais trop connus.
_ Je suis le mage du village ! Ca ne se décide pas, c'est comme ça. C'est le doyen qui l'a vu tout de suite !
_ J'aimerais mieux jouer aux boules de neiges avec mon ami Lakuta, mais j'ai un devoir important qui m'attend !!


Kagu (Okamiden) :copyright: Jo'



Il fait bien chaud là, j'ai vraiment pas envie de sortir du lit. Je peux attendre encore un peu heureusement : Oki est toujours endormi. On dort ensemble pour garder la chaleur, sous plein de couches de vêtements et couvertures, dans notre toute petite hutte. Même qu'on a une cheminée avec un foyer dans la terre qui tient bon tout l'hiver. J'ai pas bien dormi, et c'est pour ça que je me réveille avant lui ce matin. J'ai pas envie de partir tout à l'heure. Ca me fait peur, et ça me fait triste. En plus j'ai toujours pas fini le bonhomme de neige géant que j'avais promis à Lakuta ! Je sais qu'il faut que je le fasse, que tout le monde compte sur moi, qu'on peut pas attendre que je grandisse à cause que ça fait 100 ans et que faut pas laisser tomber la neige un an de plus. Mais ça change rien du fait que j'ai peur de partir et que je suis triste de laisser Oki.

Il se réveille, me serre fort dans ses bras. Toutes mes affaires de voyage sont déjà prêtes dans un coin de notre bébé maison. Le temps qu'il s'équipe, il me donne un gros déjeuner : du poisson grillé, de la viande fumée, un gros verre de lait cru et plein de baies. On mange rarement autant de trucs, surtout nous ! Mais là c'est pour la bonne cause que je vais beaucoup marcher et que je vais lui manquer j'crois aussi. Et puis je m'habille aussi, avec plein plein plein de couches, je suis fatiguée rien qu'à toutes les enfiler ! Si je dois faire pipi sur la route, le temps que je me déshabille, je serai en retard pour l'incantation hihihi !

On sort et direct le froid nous agresse, nous mord le visage. Je rabats un pan de fourrure sur mon nez et ma bouche : c'est par là que le froid il rentre, m'a déjà dit le doyen. Il dit aussi qu'il a pas toujours fait froid comme ça, mais moi depuis toute petite c'est aussi terrible, alors j'ai pris l'habitude, j'suis une dure ! Oki pense que ça me facilitera au moins un peu la traversée, "toute cette jeunesse" qu'il dit. Pfeuh ! Jeunesse de quoi, il a que 14 ans d'abord !

On doit aller à l'autre bout du village chez le doyen, où je vais rencontrer la guerrière Oina qui m'accompagnera. Mon frère a pas fini son entraînement il peut pas le faire, alors note chef, Samaik, il a choisi quelqu'un d'autre. On le verra aussi là-bas (lui il fait un peu peur il est toujours concentré et tout sérieux, et il aime même pas mes blagues !). Cette fille, je crois pas l'avoir déjà vue, il paraît qu'elle habite pas au village même si c'est une Oina comme nous. Elle habite un peu plus loin, mais du coup elle doit avoir beaucoup de soucis de yokaï moi j'vous le dis ! Elle doit être forte alors, si elle doit les repousser tous les quatre matins. Pour ça que Samaik me l'a refilée ! Suis "entre de bonnes mains", c'est ce que Oki il dit.

On arrive chez le doyen avec Oki, et là y a le doyen (ben ouais faut suivre !), Samaik, et un loup noir - je reconnais tout de suite, au flair, que c'est un Oina. Ca doit être la fille, parce que j'ai jamais senti cette odeur-là au village.

Oh ! Mais faut pas croire que j'ai passé ma vie au village non plus ! J'ai été entraînée à la vie dure moi mon pote ! Je suis partier chasser et pêcher avec Oki, fouiller les bosquet loin loin loin là où il y a moins de neige avec les femmes du village, et j'ai même déjà vu des combats contre les yokaï en vrai ! Le doyen, qui était l'ancien mage maintenant trop vieux pour la magie, il m'a aussi appris des sorts pour me protéger et purifier les ennemis moisis, eh ouais ! Le top du top la Paprika ! Le nom d'une épice brûlante pour réchauffer tout Kamui, tin tin tintintiiiiin !

Je rigole un peu avec moi-même, Samaik croit que j'me paye sa tête. Hihi, gros sac nul, tu mériterais avec tes gros sourcils froncés ! Ohla chut, le doyen parle avec sa vieille voix qui tremble et son visage parchemin. "Merci d'être là si tôt, Paprika, tu te rappelle tout ce que je t'ai appris ?" Je hoche la tête, oui bien sûr. "Au cas où tu oublies l'incantation, je te l'ai écrite sur un parchemin." Il me le tend. Ohé papi j'suis pas comme toi moi, je sais ce que je fais ! En plus tout le monde compte sur moi, non mais. Mine de rien, sa tête d'épave, le toisement sérieux de Samaik et la mine basse de mon frère me filent un peu le cafard. La peur et la tristesse de ce matin reviennent un peu.

"Paprika, c'est elle qui va t'accompagner jusqu'aux volcans jumeaux. J'espère bien que tu saisis l'importance que ça a que tu fasses tout comme il faut." dit Samaik en pointant du menton la louve. "Ouais bah ça va !" Mon frère l'interrompt. "Pas la peine de lui mettre la pression, ça fait déjà assez peur comme ça ! Ca fait deux ans que vous la bassinez avec vos entraînements et vos coups de pression ! Elle se rend compte elle est pas débile, déjà que vivre ici c'est pas évident, avec tout ce qu'on attend d'elle, c'est pas la peine d'en remettre une couche, elle est prête c'est bon !!" Il pleure ! Et, dans ses poings serrés, y a du sang ! Avant j'étais surtout inquiète, mais là j'suis carrément trop triste ! Ok Paprika, courage. Je pose ma mimine emmitouflée dans sa moufle sur son bras. Il s'apaise, s'accroupit et me serre si fort dans ses bras que j'ai un peu mal au dos. Ca va me manquer ça, on m'a pas entraînée à être longtemps sans lui. Je rend son étreinte et je pleure un peu.

Le doyen rapplique. "Pardon les enfants. Mais il est temps de partir. Il faut être au rendez-vous pour l'incantation et Paprika ne va pas marcher très vite." Oki me lâche, et je fais quelques petits pas pour me ranger du côté de la louve. Je n'ose pas lui parler, quand je suis trop triste, y a rien qui sort. Penser à l'objectif, l'atteindre vite, et rentrer vite !!!


C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. - Saint Exupéry
Revenir en haut Aller en bas
 
Hysy
Hysy
Féminin MESSAGES : 164
INSCRIPTION : 25/06/2020
ÂGE : 22
CRÉDITS : google, printerest et Tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

tea

Contre le froid, l'effroi Empty

Contre le froid, l'effroi Unname12
Kaoro
J'ai 24 ans et je vis à Upekere, Kamui, Nippon. Dans la vie, je suis Une solitaire recluse et je m'en sors Bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis ex-fiancée et je le vis plutôt mal.


Elle s’est volontairement mise en exil après que son fiancé soit décédé des griffes d’un yokaï.
Elle s’est transformée sous l’effet du chagrin, hurlant à la lune tout les soirs. Elle ne c’est jamais détransformée.
Elle aide tout les voyageurs afin qu’ils ne meurent pas si injustement à leur tour.
Elle est une des guerrières les plus expérimentée en combat contre les Yokaï.
Contre le froid, l'effroi Unname11

(c) google

J’avais très peu dormi cette nuit là, le froid s’infiltrant dans ma grotte malgré la porte rudimentaire fabriquer par un des voyageurs que j’avais escorter il y a de cela des années. Me réveillant dans la nuit, je saisis plusieurs des plaids que j’avais acquis de la même façon au fil de mes quatre années d’exil volontaire et les plaça le mieux que je pu sur moi, avant d’essayer de me rendormir. Mais, il était bien difficile de se réchauffer dans la froideur de la solitude. Tu n’étais plus là, pour me tenir chaud le soir, Kyo. Même après quatre ans, ton absence est toujours si marquée, pesante et douloureuse. D’aucun dirait que c’était liée à ma solitude quasiment permanente, mais ce n’était que des dires de vieilles mégères veuves depuis si longtemps qu’elles avaient sûrement oublier leurs mariages. C’était triste, bête et cruel mais vrai. Moi, je n’avais même pas pu goûter aux joies du mariage. On t’avait enlever à moi avant. Une larme se perdit dans mon pelage et d’autres suivirent. Au final, je passa le reste de la nuit à hurler en hommage à cet amour perdu.
C’est donc la gorge et les yeux en feu que je partie pour le village, rejoindre le doyen du village. Il m’avait contacté, il y a de cela deux ans afin de me demander d’escorter la magicienne du village afin de l’escorter pour qu’elle accomplisse le rituel et récite l’incantation aux volcans jumeaux du Mont d’Ezofuji, afin de réchauffer Kamui. Et effectivement ce ne serait du luxe: le froid me gelai le poil et le museau. Cependant, la mission était lourde d’importance: si nous échions… Non, il fallait mieux ne pas y penser. Pendant ces deux années, je m’étais entrainée, ayant même déjà fait le voyage seule une fois, afin de ne pas me laisser surprendre par la domination de ces sales bêtes maudites. Et puis il fallait bien l’avouer: vivre en dehors de la sécurité du village, c’était le meilleur entrainement du monde. Il restait un handicap cependant: la mage du village n’était qu’une enfant. Je soupira entre mes crocs. Comme si la chose n’était pas déjà assez ardue.
J’arriva au village, aussi furtive et discrète qu’une ombre. Je n’avais pas envie de côtoyer d’autres Oina, et par dessus tout, d’être sociable. Inutilité futile et stupide. Pourquoi s’attacher dans un monde pareil ? Tout nous sera arraché par ses démons, de toute façon. Même les dieux nous avaient lâchés. Quel espoir nous restait-il ? Qu’un dieu intervienne ? Il ne fallait pas trop rêver. D’ailleurs, un jour, l’incantation cessera de fonctionner, j’en était persuadée. Peut-être même que ce serait déjà le cas, et que j’emmenais cette petite dans ce voyage périlleux pour rien. Re soupire.
Mais bon, j’étais payée en conséquence et lorsque que j’arriva chez le doyen, c’était un véritable festin de poisson et d’onigiri qui m’attendais. Je ne me fis pas prier et dévora le repas, me permettant même de prendre un peu de saké, faisant fi de l’horaire: vu la mission j’avais bien le droit de me permettre un petit remontrant, n’est-ce pas ?
La petite n’était pas encore là, mais nous n’étions pas seul néanmoins. Un homme à la mine bourru était là également: Samaik, il me semble. Le chef du village. C’était lui qui avait insisté pour que ce soit moi qu’il l’accompagne, ayant entendue parler de la louve solitaire par le doyen. Mais, désormais il me regardait dévorer le repas de façon sceptique. Je releva la tête, des grains de riz collé aux poils, relevant les babines, dévoilant mes crocs. Qu’est-ce qu’il me voulait, lui ? Il ne semblait pas convaincu de mes capacités à mener cette mission à bien et en fit par au doyen. Je retourna à mon repas sans plus de cérémonie, estimant n’avoir rien à lui prouver.
L’arrivée de la petite - Paprika, visiblement - coupa les lamentations du chef auprès du doyen. Je n’écouta pas les adieux déchirants et conseils du doyen, je n’en avais cure. Je digérais un peu mon repas, puis, lorsque la petite vint vers moi, je compris que les adieux étaient finis. Je poussa délicatement la petite et son imposante couche de vêtement et l’intima doucement d'avancer.  Ça ne serait pas rapide que de suivre ses petits pas pendant tout le voyage. Et honnêtement, je n’étais pas sûre d'en avoir la patience. Je la laissa néanmoins adressé un dernier adieu si elle le souhaitait au jeune homme qui l’avait accompagnée si elle le souhaitait: je ne suis pas un monstre sans coeur non plus.
Je sortis enfin de la petite maison du doyen, première étape: les larges plaines de glaces. Je menai le voyage, pas le temps de jouer les nourrices. Les larges plaines de glaces portaient bien leur nom, et le bout de mon museau gela de nouveau et je sentis la morve couler, me faisant éternuer plus d’une fois. Hormis ça, je restais silencieuse: j’étais à l’affut du moindre bruit suspect, guettant le moindre signe d’infection des yokaï sur ces plaines. Mes muscles étaient tout tendus, j’étais prête. Attendez une minute, où est-elle ? Je grogna. Ce voyage commençait déjà à m'hérisser le poil.
"Paprika ?!" Hurlais-je en reniflant pour pister son odeur. 
Je fis demi-tour et retrouva la petite à la traine. Je m'assis à quelques pas, exaspérée. Allons-nous vraiment arriver à temps à ce rythme ? Il faudrait un miracle oui !                 
 


"See, they're currently in alien terrain, surrounded​ by millions of the most vicious creatures on the planet... Humans."
- Newt Scammander, Fantastic Beast


Contre le froid, l'effroi Tenor10
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Jo'
Jo'
Féminin MESSAGES : 214
INSCRIPTION : 21/08/2019
ÂGE : 22
RÉGION : Meurthe-et-Moselle
CRÉDITS : Lautrec

UNIVERS FÉTICHE : Incertaine
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3218-jo https://www.letempsdunrp.com/t4055-a-nouveau-jo https://www.letempsdunrp.com/t3249-memo-de-jo https://www.letempsdunrp.com/t3228-personnages-recurrents-ou-non
patrick

Contre le froid, l'effroi Empty

mini_200802063244545047.png
Paprika
J'ai 6 ans et je vis à Upekere, Kamui, Nippon. Dans la vie, je suis enfant, et magicienne du village et je m'en sors bien jusque là. Sinon, grâce à ma malchance, je dois traverser des contrées dangereuses pour accomplir mon devoir et je le vis plutôt avec détermination.

_ Comme tous les Oina, je peux me transformer en loup. Mais moi, c'est encore un petit loup.
_ C'est mon grand-frère, Oki, qui m'a élevée. Ma maman est morte en me donnant naissance et papa a été tué par les yokaïs. Ca me rend pas triste parce que je les ai jamais trop connus.
_ Je suis le mage du village ! Ca ne se décide pas, c'est comme ça. C'est le doyen qui l'a vu tout de suite !
_ J'aimerais mieux jouer aux boules de neiges avec mon ami Lakuta, mais j'ai un devoir important qui m'attend !!


Kagu (Okamiden) :copyright: Jo'



La louve se retourne et part déjà, alors je me contente de saluer Oki de loin. Sur moi, j'ai une petite sacoche avec l'incantation écrite, un peu de viande séchée, et un tout petit peu encore de vêtements de rechange. Y restait plus grand chose, j'ai déjà presque tout sur moi hihi !

Nous quittons le village par la porte Nord, celle derrière la maison du doyen, et nous marchons un peu sur le sentier boisé - la température est supportable avec les arbres qui nous épargnent du temps. J'arrive à peu près à tenir la cadence de mon guide en galopant, mais j'ai des petites jambes et c'est déjà pas facile.

Après vingt minutes, le chemin coupe net et on débaroule dans la plaine de glace. Le blizzard fait voler mes cheveux et manque de m'emporter avec, le paysage est si blanc qu'il faut plisser les yeux, et dire qu'il continue de tomber des flocons ! Ah, ça j'vous l'dis, j'vais faire du bien à Kamui moi grâce à mon incantation ! J'ai pas le temps de penser que la louve baisse le front pour affronter le vent et avance dans les hautes neiges, toujours au même rythme, toujours sans causer.

Sauf que pour moi, tout est différent ! J'suis en être humain alors j'suis sur deux pieds, je m'enfonce beaucoup plus ! Et puis avec le vent j'ai les cheveux devant la tête je vois rien ! Et y a le froid qui fait que je dois tout le temps ralentir pour me moucher dans ma manche (ohlalala Oki va me disputer quand il va nettoyer mes habits) ! Pis j'suis un enfant ! Enfin bref quoi, elle trace et j'suis à la ramasse.

Et c'est injuste parce que je mets vraiment la gomme moi, j'te jure ! J'y vais autant que je peux, avec ma sacoche et tous mes vêtements ! Ca fait bien une heure et demi qu'on avance dans cette galère ! Et d'abord c'est nul que ce soit moi qui doive y aller, j'suis qu'un enfant ! Soi-disant que le doyen il est trop vieux pour la traversée, mais moi j'suis pas trop jeune peut-être ? Kamui a bien attendu 100 ans, ça pourrait attendre que j'ai au moins l'âge d'Oki ! C'est vrai quoi, et si je meurs là de froid, on sera pas avancés ...

J'ai mal aux jambes, au dos, et j'ai le visage mangé par le froid. Comble du comble du comble, je vois même plus la louve. Ah bah ça y est, je vais mourir. J'me suis entraînée comme une folle avec la magie, à marcher sur des kilomètres, à essayer de retenir le chemin, mais ça aura servi à rien ! Dans les plaines de glaces, je vais mourir de froid parce que même si je marche loin, je marche pas assez vite ! Et Oki va vivre tout seul pour l'éternité en m'attendant, et j'arriverai jamais parce que je serai morte ! Et tout le monde va mourir parce qu'il va faire trop froid ! Tous les Oina, et tous les animaux, et nos dernières pommes de terre ne pousseront plus jamais !

J'étais déterminée à tout faire pour y arriver, mais tu sais, je vois que j'y arriverai jamais à temps. J'suis trop lente, et l'anniversaire centenaire auquel je dois faire l'incantation sera passé. Le sort ne marchera plus, et les volcans jumeaux vont mourir. Même les kamis voudront plus de nous : c'est la seule responsabilité qu'on a, si on la foire ou est trop des nazes.

Je me figure que je vais mourir ou, de toutes façons pas y arriver, et j'me mets à pleurer en marchant. Suis encore plus lente, mais de toutes manières, y a plus la louve alors j'ai plus personne à ratrapper. Je m'assois par terre et je sanglotte tout mon saoûl quand j'entends une voix qui m'appelle. Ah, mais, sûrement que c'est la fille Oina ! J'avais jamais entendu sa voix. Elle est belle, c'est une adulte ça s'entend. Plus adulte que Oki !

Tout n'est pas perdu ! Allez, Paprika, en route ! C'est pas en pleurant que tu risques d'y arriver ! Pis si t'es morte, de toutes façons tu te rendra plus compte de rien donc t'aura pas le temps d'être triste pour les autres hihihi ! Je me relève et j'enlève les agglomérats de neige sur mon derrière avant de presser le pas en direction de la voix. Luttant contre le vent, j'entr'ouvre mes paupières sur mon guide qui m'attend, l'air féroce je dois avouer. Je pense à un truc.

"Hé, dis !" Je dois crier pour me faire entendre dans le blizzard. "Dis, j'peux marcher loin, mais pas vite en fait ! J'ai des petites jambes hihihi. J'pourrais monter sur ton dos, hein ? On irait vachement plus vite !" Je me plante devant elle, grand sourire. J'ai récupéré ma motivation, j'suis de nouveau dans le coup ! "C'est donnant-donnant, je te serai utile plus tard !" Dans la forêt maudite, il n'y a qu'un mage qui ne peut pas se perdre, et c'est justement notre prochaine étape - donc, c'est de moi qu'elle aura besoin cette fois !

Enfin, j'espère quand même que d'ici là les yokais se tiendront à carreaux !



C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. - Saint Exupéry
Revenir en haut Aller en bas
 
Hysy
Hysy
Féminin MESSAGES : 164
INSCRIPTION : 25/06/2020
ÂGE : 22
CRÉDITS : google, printerest et Tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

tea

Contre le froid, l'effroi Empty

Contre le froid, l'effroi Unname12
Kaoro
J'ai 24 ans et je vis à Upekere, Kamui, Nippon. Dans la vie, je suis Une solitaire recluse et je m'en sors Bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis ex-fiancée et je le vis plutôt mal.


Elle s’est volontairement mise en exil après que son fiancé soit décédé des griffes d’un yokaï.
Elle s’est transformée sous l’effet du chagrin, hurlant à la lune tout les soirs. Elle ne c’est jamais détransformée.
Elle aide tout les voyageurs afin qu’ils ne meurent pas si injustement à leur tour.
Elle est une des guerrières les plus expérimentée en combat contre les Yokaï.
Contre le froid, l'effroi Unname11

(c) google

Et la gamine se planta devant moi, tout sourire me proposant de monter sur mon dos comme si j’étais une monture. Et puis quoi encore ? Je me retins de grogner, consciente que, oui, elle me sera utile plus tard, surtout au vu de mon choix de vie. J’avais en effet déjà gouter aux effets du pollen de la forêt de Yoshipetai et, clairement, ce n’était pas une joie, d’autant que cela ciblait les animaux -où ceux qui, comme nous, sont semi-animaux - et cela avait réduit à néant mon idée de refaire le chemin seule, contrairement à ce que j’avais pu me remémorer plus tôt. Mais je n’avais pas eu envie de me remémorer ma mésaventure ce qui explique pourquoi mon cerveau avait jugé bon d’occulter mon échec plutôt que de me l’imposer et je lui en étais gré.
Je me leva donc, me secouant avant de me transformer en loup de neige et laissa l’enfant monter sur mon dos, sans rien ajouter. Au moins, cette fois je ne la perdrais pas. Ce serait plus que regrettable de passer à côté des nombreux dons que me feront les habitants une fois la mission passée. Surtout que cette mission impliquait leur survie. Oh, je voyais d’ici les festins, les couvertures neuves, pourquoi pas même du saké, des oreillers ou des améliorations pour ma grotte. Faisais-je passer mes désirs avant l’importance vitale de cette mission ? Absolument oui et j’assumais même. Avais-je accepté cette mission seulement car le doyen et le chef du village m’avaient promis des généreux dons ensuite ? Bonne question. Je ne sais pas trop. Personne ne mérite le sort qu’à connu mon fiancé. Je ne laissais jamais les voyageurs sans leurs proposer mes services. Il m’arrivait même de le faire gratuitement, même si bon, je préférais éviter. Le souvenir de la mort brutale de Kyo et de son cadavre mutilé me hantait trop pour que je ne me sente pas responsable malgré moi. Alors j’imagine que non, je n’avais pas accepté cette mission à cause des récompenses. Mais il fallait bien avouer que c’était un plus non négligeable, pas vrai ?
Malgré le fait que je portais désormais la petite prêtresse sur mon dos et donc que je n’étais plus ralentie par son risque de bipède enfantin, la nuit commençait déjà lentement à faire sa place dans le ciel. Voilà pourquoi je commençais sérieusement à avoir faim depuis un moment. Mais cette endroit n’étais vraiment pas le bon endroit pour faire un arrêt repas avec la neige qui me glaçait les pattes depuis bien trop longtemps. Allez, haut les coeur Kaoro, la fin de la plaine approchait, je pouvais l’entr’apercevoir à travers la bourrasque hurlante et sifflante qui me plaquait les oreilles sur mon crâne depuis le début de cette marche glaciale.
Soudain, un bruit malheureusement familier de grognement bestial et guttural se fit entendre sur notre droite. Je virevolta aussitôt dans cette direction en un bond, les sens en alerte. Un mouvement en notre direction me confirma mes craintes et j’éjecta prestement et un poil brusquement de mon dos, l’alertant:
« Des Yokaï ! Dissimule-toi et reste vigilante ! »
Je m’élança aussitôt sans aucune hésitation sautant sur le premier Yokaï à ma porter cherchant aussitôt à déchiqueter de mes crocs la funeste créature en deux. Je n’avais pas encore terminer l’affaire que deux autres arrivèrent et je dus lutter avec mes pattes arrières tandis qu’ils griffaient mon arrière-train sans ménagement tandis que je terminais de tuer leur congénère. Du sang coula de mes blessures tachant la neige tandis que je m’élançais, me retournant vers l’un de mes assaillants, lui sautant à la gorge. Le troisième se désintéressa de moi et se dirigea vers la petite. Je me hâta de déchirer mon ennemi et ma hâte me couta de nouvelles blessures. La gueule pleine de mon sang et celui de mes ennemis, j’hurla du mieux que je pu:
« A…A… ATTENTION ! »
Je m’élança ensuite vers le Yokaï mais il avait déjà mit beaucoup de distance entre nous et la neige, les bourrasques ainsi que mes blessures me ralentissaient. Bon sang, Kaoro, bouge-toi ! Je lutta, haletante dans l’effort et la douleur, tandis que la neige autour de moi se teintait d’un rouge funeste, espérant rattraper le démon à temps.
 



"See, they're currently in alien terrain, surrounded​ by millions of the most vicious creatures on the planet... Humans."
- Newt Scammander, Fantastic Beast


Contre le froid, l'effroi Tenor10
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Jo'
Jo'
Féminin MESSAGES : 214
INSCRIPTION : 21/08/2019
ÂGE : 22
RÉGION : Meurthe-et-Moselle
CRÉDITS : Lautrec

UNIVERS FÉTICHE : Incertaine
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3218-jo https://www.letempsdunrp.com/t4055-a-nouveau-jo https://www.letempsdunrp.com/t3249-memo-de-jo https://www.letempsdunrp.com/t3228-personnages-recurrents-ou-non
patrick

Contre le froid, l'effroi Empty

mini_200802063244545047.png
Paprika
J'ai 6 ans et je vis à Upekere, Kamui, Nippon. Dans la vie, je suis enfant, et magicienne du village et je m'en sors bien jusque là. Sinon, grâce à ma malchance, je dois traverser des contrées dangereuses pour accomplir mon devoir et je le vis plutôt avec détermination.

_ Comme tous les Oina, je peux me transformer en loup. Mais moi, c'est encore un petit loup.
_ C'est mon grand-frère, Oki, qui m'a élevée. Ma maman est morte en me donnant naissance et papa a été tué par les yokaïs. Ca me rend pas triste parce que je les ai jamais trop connus.
_ Je suis le mage du village ! Ca ne se décide pas, c'est comme ça. C'est le doyen qui l'a vu tout de suite !
_ J'aimerais mieux jouer aux boules de neiges avec mon ami Lakuta, mais j'ai un devoir important qui m'attend !!


Kagu (Okamiden) :copyright: Jo'


Ah-HA ! Devant mon plan infaillible talent de négociatrice, la louve me laisse grimper sur son dos. De suite, on avance neeeeeeeeettement plus vite ! Enfin bon, avec tout ce vent, et le froid, et la neige qui fait qu'on s'enfonce et que c'est dur, y a normalement plus d'un jour de marche. Si j'en suis le planning que Samaik-le-pénible m'a indiqué, on devrait être à Yoshipetai demain midi. Ca voudrait dire qu'on va passer une nuit dans ce gel ho-rrible ! Rien que d'y penser, j'ai encore plus froid.

Mais tant qu'il y a de la vie, y a de l'espoir ! Maintenant que mon guide veut bien coopérer et qu'on peut unir nos forces, y a plus de raison de pleurer ! Faut juste serrer les dents et faire du mieux, ça marchera forcément ! Après les tout, les dieux savaient bien en me choisissant pour mage que je serai si jeune au moment de l'incantation, eh bien je veux leur faire confiance. Le doyen a déjà dit qu'une fois, parti en exploration dans la forêt de Yoshipetai avec mon père, il a rencontré dans une clairière des Korupokkuru - des p'tits bonshommes minuscules qui vivent dans une souche d'arbre et qui servent d'auxiliaires aux kamis. La classe. J'espère qu'on pourra les rencontrer. Oh ! Imagine qu'on rencontre des kamis !

Je voudrais bien faire la conversation avec la louve mais d'une, on entend rien à cause du vent ; de deux, si j'ouvre la bouche le froid va rentrer et c'est le doyen qui me l'a dit ; de trois, elle m'intimide un petit peu. Elle comprend pas bien qu'on est pas tous comme elle j'crois. Oh bon, j'aurai encore l'occasion. Je me sers contre elle et me tient en me saisissant de son épaisse fourrure. C'est si chaud.

La route est longue, pénible et ennuyeuse. En plus j'ai faim. Il faudra bien qu'on se pause mais on trouve nul endroit un peu découvert. En attendant, mon guide continue sa route vers Yoshipetai. Alors que je chantonnais dans ma tête, un groulement affreux nous parvient aux oreilles. Le truc qui ne laisse pas de glace, hihihi !

Et pis là, trois affreux jojos débaroulent de sous la glace, à notre droite. J'me retrouve éjectée à terre et, évidemment, je prends mes jambes à mon cou. Je n'ai nulle part où me cacher dans cette étendue de neige, alors je suis bien obligée de rester dans le coin, me faisant toute petite - enfin, plus que je ne le suis déjà ! La louve se bat comme une damnée, mais à trois contre une, un des yokais échappe à sa vigilance et se jette en ma direction. Je crie de terreur, pensant que j'allais mourir ici même - décidément aujourd'hui ça m'fait le coup plusieurs fois ! - mais c'est alors qu'une épaisse couche de glace se dresse du sol neigeux et pare son coup. Dans la confusion, la louve parvient à le choper pour le terminer, et la menace semble éloignée.

Plus surprenant encore, loin de fondre, le muret de glace s'écroule au sol avant de disparaître en petites lumières bleues qui vont se perdre dans le blizzard. Stupéfaite, je murmure - "C'est moi qui ... ?" Puis, prise par le soulagement de nous savoir hors de danger, je saute au cou de la louve. "On a réussi ! On est les plus fortes hahaha !" Puis je la considère un instant. "Oh ! Tu es blessée ! On devrait se poser un peu tu crois pas ? Je saurai te soigner si tu veux."

Je suis un peu déçue : je n'ai aucune idée de comment j'ai pu maîtriser la glace, du coup j'arriverai pas à nous faire un abri genre igloo-trop-chou. Par contre, le feu, ça c'est acquis ! Et c'est bien normal vu que j'dois faire l'incantation des volcans. Alors j'pourrai nous faire un p'tit feu de camp qui nous fera du bien comme ça ! Faudrait juste quelques branches, mais c'est pas facile dans cette étendue blanche, et avec le soir qui tombe on n'y voit rien. On devrait avoir déjà croisé quelques bosquets d'arbres, mais avec le retard que j'ai pris en clopinant, ils sont à une heure de marche et nous voilà coincées dans cette immensité stérile !

"Tu arriverais à marcher un peu comme ça jusqu'à la prochaine végétation ? Moi j'ai besoin d'y voir et de pouvoir me concentrer pour te soigner, j'peux pas faire ça là tu vois." J'me sens un peu inutile, alors j'ai la mine basse. "Désolée, je suis encore petite j'arrive pas à tout faire facilement." Puis j'me reprends, mince alors t'es Paprika ou t'es pas Paprika ?! "Mais n'empêche que j'vais te refaire comme neuve !"



C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. - Saint Exupéry
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Contre le froid, l'effroi Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Contre le froid, l'effroi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Charlots contre Dracula [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers autres :: Univers anime :: Jeux vidéos-
Sauter vers: