Partagez
 
 
 

 Not guilty [ft. squirowl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2836
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Not guilty [ft. squirowl] Empty

7ei5.pngMise en Situation



Enfermé à tord, accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis.. l'avenir semble compromis pour lui. Pourtant au fin fond de ce goufre de désespoir dans lequel il est entrain de sombre, peut être existe-t-il une lueur d'espoir? Peut être que lui... lui seul peut le sauver.


i3tb.png
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2836
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Not guilty [ft. squirowl] Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

- Ashley Cunnings!

J'entendais déjà les quelques rires s'élevaient parmis les rangs à l'entente de mon prénom. Ca avait toujours été un problème pour moi, ce maudit prénom. Beaucoup trop féminin pour le quartier paumé où j'avais grandi. Alors je m'étais battu, imposant avec mes poings ce que je pensais.

Tout le monde m'appelait Ash, ou du moins ça c'était avant. Je n'étais plus qu'un numéro anonyme ici désormais. Un bref Cunnings aboyé de temps en temps, quand ce n'était pas le dégradant "détenu" qu'ils semblaient nous donner à tous. Histoire d'effacer un peu plus ce que nous avions été avant d'arriver ici. Nous n'étions plus rien, plus qu'un troupeau de détenus tentant de survivre comme on le pouvait dans cette prison surpeuplée.

Seulement deux jours que j'étais là et j'avais rapidement compris comment fonctionnait ce petit univers. Il y avait différents groupes qui se disputaient régulièrement la souveraineté de cet endroit. On trouvait donc les narcos, toute une bande de colombien ou autres hispannique qui étaient tous là pour trafic de drogue. Il y avait bien des sous groupes là dedans mais je ne m'y étais pas encore trop intéressé. Ils étaient vaguement venu me parler, me proposant de la drogue en échange de quelques petits services mais j'avais rapidement décliné l'offre. Venait ensuite les afro, les gros bras de la prison et ceux qui la "dirigeaient" pour le moment. Etant donné que j'étais ici pour avoir tué le vendeur noir d'une supérette autant dire qu'ils ne m'appréciaient pas trop. Et vu que le mec sur la vidéo de surveillance abattant le pauvre homme avait ponctué son meurtre d'un joli crachat sur la dépouille du malheureux, la sentence avait été qualifié de crime raciste. Donc voilà... ils n'étaient pas vraiment mes potes. Les suprématistes blancs avaient bien essayé de me rapprocher, les seuls qui pouvaient trouver intéressant un tueur de négre, selon leurs termes, mais j'avais décliné. Des racistes, homophobes... très peu pour moi.

J'étais donc seul, condamné à purger ma peine ici. Ou plutôt à attendre le résultat de ma demande d'appel. Si je perdais à nouveau, je finirais par être transféré dans le couloir de la mort en attendant mon exécution. J'étais seul, un mort en sursis, attendant de voir ce qui m'arriverait.

J'avais réussi à me procurer des cigarettes, cadeau des néo nazis pour m'accueillir. J'avais arrêté il y a quelques mois mais au point où j'en étais, je pouvais bien me permettre de fumer. Je serais tué avant que le cancer n'ait eu le temps de s'en charger. Je fumais dans la cour quand ils étaient arrivés. J'étais même surpris de ne pas y avoir eu droit encore. Ils savaient qui j'étais. J'avais vu leurs regards haineux. Ma "réputation" m'avait précédé. La rumeur avait vite circulé dans toute la prison de ce que j'avais prétendument fait.

Alors ils étaient arrivé, m'encerclant dans la cour, me regardant avec une lueur qui ne présageait rien de bon.

- C'est toi non? Ashley...

Le plus grand et le plus baraqué du groupe, surement le chef, m'avait fixé d'un air mauvais, crachant presque mon prénom comme une insulte.

- C'est toi qui a tué un de nos frères.

Que répondre à cela? Je ne cessais de clamer mon innoncence depuis que ces flics m'avaient arrêté. Personne ne m'avait cru, ni pendant ma garde à vue, ni lors de mon procès. Même mon avocat commis d'office ne m'avait pas cru. Il m'avait supplié de plaider coupable pour éviter la peine de mort, j'avais refusé. J'étais innocent, jamais je ne pourrais prétendre le contraire. Mais allez expliquer ça à cette tête d'abruti face à moi.

- C'est Ash en fait. Et j'ignorais que vous ne formiez tous qu'une seule et belle famille. C'est mignon tout plein, dis moi.

Je lui souris, le narguant un peu. Oui je jouais avec le feu. Oui j'allais certainement m'en prendre une. Mais je n'avais plus rien à perdre désormais. Alors tant que je pourrais je garderais ma dignité. C'était la seule chose qui me restait ici.

Je n'attendis pas longtemps avant de voir son visage se tordre de rage, son poing partir.. et venir frapper ma joue.

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 630
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui vconvient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.

[img][/img]


Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl

J’étais ce jour de surveillance dans la cour pour la promenade du début du journée.  C’était toujours des moments critique où tout pouvait se passer en à peine quelques secondes. On pouvait absolument perdre le contrôle en un rien de temps. On était plusieurs gardiens ce n’était pas forcément évident de gérer tout ce qui peut se passer, il fallait avoir l’oeil absolument partout.

Et surtout sur ceux qui venaient d’arriver. Le car était arrivé il y a deux jours, et pour certains c’était leur première sortie dans la jungle. J’étais particulièrement attentif à eux; ils étaient souvent en instance de procès, attendant dans cet endroit malfamé leur verdict. Même si certains n’y passeront que quelques semaines, on ne ressort pas pareil de prison. Et il ne connaissait pas vraiment les règles tacite de la prison et de la cour.

on sait bien que nous, pauvres gardiens, nous ne faisons pas la loi ici, on contient juste les excès de certains, pour que ça ne devienne pas le gros bordel. Certains gardiens étaient bien connus pour se lier avec certains clans, ce qui compliquait le travail des plus intègres. Il était bien difficile de se faire respecter. Je pourrais céder à la facilité et faire preuve de violence pour me faire respecter, mais je me le refusais. Je préférais le dialogue et surtout le respect mutuel. J’étais de ces rares gardiens à considérer les prisonniers comme ce qu’ils sont réellement : des être humains, et pas des esclaves. J’avais ramé pendant des années avant de nouer certains liens avec des prisonniers qui ne sortiraient jamais d’ici, j’essayais de leur apporter leur dose d’humanité quelques minutes par jour quand je le pouvais. C’était souvent à double sens, d’ailleurs. Ils me donnaient des tuyaux sur ce que je ne pouvais pas maitriser dès que j’ai le dos tourné. Certains groupes m’évitaient, car si on ne me respectais pas, je pouvais me montrer ferme et souvent mes décisions sont irrévocables. Je veux bien être sympathique mai je ne suis pas là pour me faire marcher sur les pieds.

J’avais remarqué le jeune homme dès son arrivée. Je m’étais renseigné sur la raison de son enfermement ici, et, sans que je ne l’explique, je sentais que quelque chose clochait dans son accusation. J’en avais bien entendu de vrai coupable qui clâment haut et fort leur innocence, encore aujourd’hui alors que les preuves sont irréfutables. Mais là tout était trop lisse, trop parfait et c’est ce qui me dérangeait.

Il restait seul dans la cour, fatale erreur, il n’avait pas encore capté que c’était la seule chose à ne pas faire, sauf si on veut être pris pour cible. Et quand je vois le groupuscule s’avancer, je sais que c’est mal parti. Je m’approche discrètement du groupe, jetant un regard à un de mes collègues, remarquant rapidement que le troisième tourne ostensiblement le dos à la scène, il a certainement été soudoyé par le chef de la bande. On ne serait pas trop de deux, même si ça restait encore assez faible. Mais j’avais pas mal de compétences d’auto-défense, sport que je pratique depuis mon plus jeune âge. Mon physique svelte était souvent trompeur.

J’attends de voir comment va se passer la rencontre, mais je sens que ça va rapidement tourner au combat de coq. Je pose une main sur la matraque, prêt à la sortir si je dois m’en servir. Je jette un regard à mon collègue qui est de l’autre côté, en train de prévenir les collègues pour des renforts. Ceux qui entourent le nouveau ne sont pas connu pour être des tendres. Ils ont envoyé bien des mecs à l’infirmerie, voir à l’isolement pour leur sécurité. Le problème c’est qu’ils avaient l’impunité de pas mal de collègues, ils jouaient de chantage et d’intimidation. Moi je m’y étais toujours refusé, même si je craignais pour ma petite-amie, mais je n’avais jamais eu à les contrarier auparavant.

Je lève les yeux quand je vois l’imprudence de ce prisonnier. Je me demande s’il veut y passer ou s’il est simplement inconscient de provoquer ainsi. Je secoue la tête à droite, bien sûr que l’autre allait répliquer. Et je sais qu’il ne va pas s’en tenir à un simple coup de poing si l’on n’intervient pas. Je vois d’autres collègues arriver pour continuer à surveiller les autres, qui étaient déjà tous tourner vers le centre du spectacle. Les bagarres avaient toujours le mérite d’exciter les prisonniers. Je me jette dans la mêlée pour séparer les deux protagonistes. « Ca suffit maintenant ! » Je tonne en faisant barrière de mon corps. Je les fusille tous deux du regard. « Ron dégage de là, veux-tu ? À moins que tu ne veuilles faire un tour au trou pour te calmer ?! »

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2836
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Not guilty [ft. squirowl] Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

Je savais qu'il ne s'arrêterait pas à un seul coup. Mais je m'en foutais. Quelques jours à l'infirmerie me permettraient de m'échapper un peu de ce quotidien. Peut être qu'il taperait juste et que j'éviterais à tout le monde de devoir organiser mon exécution. En tout cas, il était hors de question que je m'agenouille devant ces mecs. Si ils voulaient me soumettre ils allaient devoir le faire par la force, parce que jamais je ne céderais. Ni à eux ni à personne.

Le premier coup me percuta, me projetant à moitié au sol. Je sentais ma lèvre se fendre sous le choc, le sang commencer à couler de ma plaie. Je me relevais, chancelant, me préparant à encaisser le deuxième, mais il ne vint pas.

« Ca suffit maintenant ! »

Tiens... il y avait encore des gardiens qui faisaient leur boulot et qui n'étaient pas complètement à la solde du gang des gros bras black. J'avais bien vu l'autre gardien qui avait détourné les yeux en les voyant s'approcher. Je savais que je ne serais pas toujours à l'abri. Il y aurait des fois où les gardiens détourneraient les yeux et les laisseraient me faire tout ce qu'ils voudraient. Je ne serais jamais tranquille ici...

« Ron dégage de là, veux-tu ? À moins que tu ne veuilles faire un tour au trou pour te calmer ?! »

- Ouais ouais je me casse c'est bon...

Je voyais bien à son regard que c'était loin d'en être fini pour moi. J'allais souffrir. Peut être pas aujourd'hui, ni demain, mais à la prochaine occasion qu'ils auraient ils me le feraient payer. A leurs yeux j'étais un raciste, un tueur de noirs, rien ne pourrait jamais les calmer. Lutter ne servait à rien, mais je préférais ça plutôt que de me rabaisser.

Je me relevais complètement, essuyant ma lèvre du dos de ma main. Je regardais le gardien, celui qui était resté après que son collègue soit parti disperser la foule qui s'était formé autour de nous. J'étais entouré d'animaux, excités par la vue du sang.

- Je suppose que je dois vous dire merci.

Je lui lançais un regard noir, pas vraiment emballé à l'idée de devoir lui dire merci. Si je rajoutais chouchou des gardiens à tout le reste, je finirais par me faire détester par toute la prison et ça je refusais.



Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 630
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui vconvient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl

Les bagarres étaient les pires choses qui pouvaient arriver dans la cour, car chacun venaient y mettre son grain de sable et après ça prend des proportions incroyable. Et surtout ingérables. Alors je préférais tué dans l’oeuf les prémisses des bagarres, même si on ne le pouvait pas tous les jours. Alors on tentait simplement de limiter les dégâts. Mais je tentais surtout qu’ils ne s’en prennent pas aux nouveaux, qu’ils ne leur refassent pas le portrait.

Et le combat n’était pas très juste aujourd’hui, surtout qu’il ne le méritait pas. Et je détestais l’injustice, alors je n’hésite pas une seconde avant de m’interposer entre les deux. Je fusille Ron du regard. Il avait beau faire un bon dix centimètres de plus que moi, il ne m’impressionne pas pour autant.

Je reste entre les deux pour le temps que les deux se calment. Je jette un coup d’oeil à mon collègue avec un hochement de la tête pour dire que je gère la situation. Malheureusement il n’y a pas beaucoup de gardiens intègres ou qui croit en leur travail. Mais ce n’est pas pour autant que l’on doit tous se pliait aux exigences des uns ou des autres. Je ne me vantais pas de ne pas être corrompu, j’estimais simplement faire mon travail.

Je le regarde dégager avec un soupire, il faisait partie de ces personnes dont je ne donnais aucun avantage quand j’étais de service, il en avait bien assez par des collègues. Je perçois l’échange silencieux de regard. J’allais devoir surveiller ça de plus près. Mais le pire c’est que je ne suis pas là tous les jours et donc que je ne pourrais pas forcément être là à la prochaine bagarre. Et puis, merde, je ne suis pas là pour être l’ange gardien de tout le monde.

Il ne faut pas qu’il compte sur moi pour l’amener à l’infirmerie. Je croise les bras, après tout il n’a qu’une égratignure, rien qui ne justifie vraiment un passage à l’infirmerie. Je hausse les épaules, je n’attendais rien de lui, simplement u’il ne se mette pas dans un merdier pas possible. « Tu ne me dois rien du tout, je fais simplement mon travail. Je ne vois pas pourquoi on doit me remercier pour ça. » Je soupire en le voyant faire sa tête brûlée. « Mais je serais toi, je me trouverais rapidement un camarade pour ne plus être seul ici. Ils vont récidiver rapidement. Et crois moi ce ne sont pas des tendres. » D’ailleurs je me promettais d’en toucher un mot à Matthew, qui le garde à l’oeil.

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2836
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Not guilty [ft. squirowl] Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

« Tu ne me dois rien du tout, je fais simplement mon travail. Je ne vois pas pourquoi on doit me remercier pour ça. »

Mais justement je ne comptais pas le remercier pour ça. C'était surprenant qu'il y ait un putain de gardien à vraiment faire son boulot ici. Qui ne détournait pas les yeux quand un gang ou un autre le payait grassement. Mais hors de question que je m'abaisse à remercier un gardien.

« Mais je serais toi, je me trouverais rapidement un camarade pour ne plus être seul ici. Ils vont récidiver rapidement. Et crois moi ce ne sont pas des tendres. »

Je laissais échapper un petit rire en entendant un conseil. Il me prenait pour un con ou quoi? J'avais très bien compris comment tout ça fonctionnait. Je savais très bien que seul comme ça j'étais vulnérable. Mais je n'avais pas beaucoup d'options qui s'offraient à moi.

- Et je suis sensé aller avec qui? A part les néo nazis l'ensemble des prisonniers me méprisent. Et même si je suis accusé de crime raciale, je ne porte pas vraiment les nazis dans mon coeur. Alors merci mais je vais rester seul.

Je haussais vaguement les épaules.

- De toute façon je ne vais pas rester longtemps ici et vous le savez très bien.

Même si ma demande d'appel était acceptée, ce n'était pas avec le nul d'avocat que je me payais que j'allais pouvoir me faire innocenter. Si même le mec qui est sensé me défendre est persuadé que je suis coupable, quelles chances je pourrais avoir?

Je lui fis un petit signe de tête en montrant le reste de la cour.

- Vous devriez bouger. Vous passez trop de temps avec moi. Je ne veux pas rajouter une raison supplémentaire de me faire détester par la prison.





Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 630
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui vconvient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl

J’avais toujours refusé les pots de vins ou autre. Bien sûr on m’avait menacé à plusieurs reprises de représailles en bonne et due forme. Même mes supérieurs m’avaient demandé de calmer le jeu, et d’en accepter quelques uns. Finalement la prison est pourrie jusqu’à la moelle. Mais je refusais de croire que la justice ne pouvait pas être honnête. C’était ainsi j’étais un idéaliste un peu trop parfois.

Je lui avais donné un conseil, mais son rire me dit qu’il n’en tiendra absolument pas rigueur. Ni moi ni mes collègues pourront être présent 24h sur 24 pour éviter une catastrophe s’il s’obstinait à vouloir demeurer seul dans la cour. Je ne dis pas que tous sont des anges, et que le choix est simple, mais il faut savoir être un fin observateur pour apercevoir ceux qui peuvent vraiment nous aider. Il suffisait de faire le moins pire des choix parfois. « Je ne dirais pas l’ensemble te détestent. Ca fait peu de temps que tu es ici. Et tu as beau pensé avoir tout compris, d’autres sont encore en phase d’observation vis-à-vis de toi. » Je secoue la tête. « On y entre souvent plus innocent que coupable. Et chacun doit se faire une opinion, en tout cas parmi les plus intelligent ici. Et les néo-nazis et les blacks, eux, compte parmi les plus idiots, même s’ils croient diriger la cour. »

J’espérais bien qu’il ne faisait pas parti de cette catégorie. En voyant son comportement ici, j’ai compris dès les premières minutes qu’il n’était pas coupable. Et quand j’ai épluché le dossier, j’en étais certain. Au vu du meurtre et de la manière dont il s’est produit, je ne comprenais pas pourquoi il ne s’en vantait pas si c’était lui. C’est cette conviction d’incohérence qui me rend aussi certain.

Je secoue la tête. « Je ne suis pas le seul à demeurer planté là. Je ne vous ai pas demandé de rester. » Je secoue la tête avant de le contourner et de reprendre ma surveillance. Heureusement il n’y a pas d’autres incidents à déplorer pendant le reste de la journée. C’était tranquille. La soirée avait été agitée, comme à son habitude, rien d’ingérable, surtout que je n’avais pas la cantine à gérer ce soir. Et j’étais ensuite en repos pendant deux jours.

Le matin, je m’occupais de passer dans les cellules du quartier ouest. Je réveillais et saluais la plupart des prisonniers avant d’arriver à la cellule de ce fameux Ashley, et de son compagnon de cellule. « Debout là-dedans. »

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2836
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Not guilty [ft. squirowl] Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

« Je ne dirais pas l’ensemble te détestent. Ca fait peu de temps que tu es ici. Et tu as beau pensé avoir tout compris, d’autres sont encore en phase d’observation vis-à-vis de toi. On y entre souvent plus innocent que coupable. Et chacun doit se faire une opinion, en tout cas parmi les plus intelligent ici. Et les néo-nazis et les blacks, eux, compte parmi les plus idiots, même s’ils croient diriger la cour. »

Ca oui j'avais remarqué qu'ils étaient débiles. Les narcos étaient peut être plus intelligents qu'eux mais je m'en méfiais tout autant. Il restait bien quelques électrons libres il avait raison, des gens n'appartenant à aucun groupe ethnique et restant entre eux. Mais ils ne m'observaient pas, ils se méfiaient de moi. Je voyais la haine et le dégout passer dans leur regard. Il était bien mignon le gardien mais il ne voyait que peu de choses. Il ne vivait pas à ma place. Ce n'était pas lui qui supportait les regards et les murmures sur son passage. Lui il était au dessus de tout ça, nous dominant tous. Nous n'étions que des chiens leur obéissant, tentant de se rebeller pour certains. Lui ce soir il rentrerait chez lui. Il baiserait sa femme avant d'aller se coucher. Moi... je me coucherais en espérant ne pas me faire tabasser dans mon sommeil.

Je le laissais partir, soupirant de soulagement alors que je pouvais me trouver un peu seul. C'était tout ce que je voulais, qu'on me laisse seul et qu'on me foute la paix.

Je ne revis pas le fameux gardien pendant les deux jours qui suivirent. C'était tant mieux. Je ne le supportais pas avec ses remarques à la con. On m'avait filé un travail, je faisais la plonge après les repas. Ca me convenait plutôt bien. J'étais avec les narcos, eux au moins s'en foutaient de ce que j'avais fait. Ils ne portaient pas les blacks dans leur coeur, mais au point d'en être raciste comme les nazis. J'étais en relative sécurité quand j'étais en cuisine avec eux.

Je partageais mon poste de travail avec Pablo et j'arrivais même à plaisanter parfois avec lui. La vie commençait à prendre sa routine. J'évitais le plus possible les blacks. Ils n'avaient pas encore réussi à me coincer, j'avais été assez prudent pour ça.

J'avais réussi à me fournir du papier et un crayon. J'arrivais à ne pas perdre la main comme ça. Je noircissais mes feuilles dés que j'avais un moment de libre, préférant rester dans ma cellule à l'abri. Mais je commençais à être à court de papier et le papier toilette... ça marchait pas vraiment.

J'émergeais ce matin là, en entendant le gardien nous gueuler dessus pour nous tirer du lit. Ca je savais que je ne m'y ferais jamais. La nuit était notre seul moment de liberté. Je pouvais me laisser aller à rêver que rien n'avait changé dans ma vie, que j'allais me réveiller dans mon lit... jusqu'à ce que le réveil du gardien ne me tire du sommeil et que la réalité me frappe de plein fouet.

Je descendis de ma couchette, grimaçant à cause des courbatures que j'avais, matelas de merde. Génial... c'était lui en plus. Il ne m'avait pas manqué celui là, avec ses leçons de moral de merde. Mais... je réfléchissais, me disant que je pourrais peut être tirer quelque chose de lui.

Je m'approchais donc le saluant d'un signe de tête.

- Est ce que... je pourrais vous demander un service?

Je soupirais. A voir son air je me disais que c'était mal barré. Il était rare que les gardiens rendent des services aux détenus, pas si on ne les payait pas. Et celui là était particulièrement hermétique aux pots de vin si j'en croyais ce que me disais Pablo. Mais je pouvais bien tenter...

- Est ce que... vous auriez du papier? Le papier toilette n'est pas assez solide et j'ai fini les quelques feuilles que j'avais pu trouver.

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 630
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui vconvient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl

Ce n’était pas évident de se faire une place parmi toute cette foule éclectique. Mais le pire était de rester seul. Il fallait toujours rester sur ses gardes en prison, mais il ne faut jamais rester seul, surtout quand on est la cible des blacks. Et même s’il pense pouvoir se défendre seul, il y a un jour où ils seront bien plus nombreux qu’aujourd’hui et qu’ils parviendront à le coincer dans les douches ou ailleurs, là où la surveillance est relâchée. Je sais que je ne pourrais pas toujours interrompre une bagarre. Malheureusement pour nous, j’ai bien conscience que l’on ne faisait pas la loi ici, on tentait simplement de maintenir un équilibre précaire. Et je tentais, avec mes possibilités, que l’on ne s’en prenne pas aux nouveaux. Ici la présomption d’innocence n’existe pas. On est toujours coupable de quelque chose. Moi j’émettais toujours une résistance à la culpabilité de quelqu’un . Rien n’est jamais tout noir ou tout blanc.

Je ne pouvais pas le forcer à m’écouter, je hausse les épaules avant de reprendre ma routine. Je ne l’avais pas croisé avant la fin de ma journée.

Les repos avaient toujours un effet bénéfique sur moi, sauf que je devais me coltiner cette fameuse fille qui m’exaspérait. Je n’étais pas amoureux d’elle, comme d’aucune fille. Mais ça calmait le jeu avec mes parents. Mais malgré que j’avais envie de passer le moins de temps possible avec elle, je devais quand même faire le minimum. Heureusement mes horaires me faisaient passer plus de temps à la prison qu’à mon appartement. Jenny et mes parents tentaient vainement de me faire changer de travail. Il disait que c’était dangereux pour moi, physiquement parlant. Mais au fond je sais parce qu’ils ont honte que je fasse ce métier, qu’il trouve ça dégradant pour la famille. Il faut dire que je fais partie d’une famille bourgeoise et catholique traditionnelle. Autant dire que j’ai l’air du vilain petit canard au milieu de tout ça. Ils auraient aimé que je sois avocat ou même juge à défaut de reprendre l’affaire familiale. mais, je n’avais envie de rien de tout ça. Je voulais simplement aider les gens, rien de plus.

Je devais faire bonne figure, surtout avec le collègue qui m’accompagnait, il n’était pas connu pour être intègre, ou même considéré les prisonniers pour des êtres humains, mais plutôt comme des larbins à qui on peut tout demander. Autant dire qu’entre nous l’entente n’est pas rose. On n’aimait pas les manières de faire de l’autre. Au moins c’est réciproque. Mais on devait quand même travailler ensemble. La journée allait être longue avec lui. Le connaissant, je préférais qu’il ne s’occupe pas de la cellule de cet Ashley, il serait capable de le tirer du lit violemment. Il n’est pas connu pour sa douceur.

Je hausse un souci on était donc passé de l’ignorance à une certaine affinité, intéressant. Je me doute bien que c’est pour me demander quelque chose. « Dis toujours. »

Tout ceux qui me connaissaient ici, savent qu’il ne faut pas me demander quelque chose contre rémunération. Je ne suis pas à acheter ici, contrairement à d’autres. Je jette un regard à mon collègue qui est bien trop loin pour entendre sa question, sinon certain qu’il aurait sauter sur l’occasion pour tenter de se faire un peu d’argent sale. Je croise les bras avant d’hocher positivement la tête. « Je pourrais te trouver ça. » Généralement je refusais mais parce que l’on me demandait un portable, de l’alcool ou tout autre chose interdite ici. Mais, contrairement à ce que l’on croit je peux rendre service quand ça me semble juste. « tu veux faire quoi avec ? »


Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2836
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Not guilty [ft. squirowl] Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

« Je pourrais te trouver ça. »

Je me retenais de soupirer de soulagement. Je ne voulais pas qu'il voit à quel point c'était important pour moi qu'il me trouve ce papier. C'était ma seule échapattoire ici. Ca l'avait toujours été mais là maintenant, c'était plus important que jamais. Et je ne voulais pas perdre mon niveau. Si un jour, par une chance extraordinaire, j'arrivais à prouver mon innocence, je voulais pouvoir reprendre ma vie là où je l'avais laissé. J'avais des projets avant de venir ici. Si je ne voulais pas complètement craquer, j'avais besoin de me raccrocher à quelque chose.

Mais j'attendais voir ce qu'il me demanderait. Je savais très bien que les gardiens ne faisaient rien gratuitement. J'espérais juste que le prix à payer ne serait pas trop élevé. Je ne demandais pas à faire rentrer un téléphone ou un truc du genre. Ce n'était rien d'illégal. Juste un petit peu de papier pour que je puisse continuer de dessiner.

« tu veux faire quoi avec ? »

Te le faire bouffer... non mais sérieusement il avait de ces questions. Qu'est ce qu'il pensait que je pouvais faire avec du papier? Je lui fis un petit sourire ironique avant de répondre.

- Un poignard en origami pour me défendre.

Merde merde, je pouvais pas fermer un peu ma grande gueule. Si je me le mettais à dos, si je le vexais, il n'allait plus vouloir m'aider. Il me dirait gentiment d'aller me faire foutre et quelque part je l'aurais mérité.

Je soupirais avant de me reprendre un peu.

- Je dessine... j'ai plus de place sur les feuilles que j'avais réussi à trouver. Le magasin de la prison n'en a plus en stock et ils n'en auront pas avant des semaines. Mais je sais que dans vos bureaux vous en avez alors si tu pouvais m'en donner un peu. Ne serait ce qu'une ou deux feuilles ça m'irait. Ca me permettrait de tenir en attendant que le magasin soit livré.

Et je continuais de me rabaisser, me maudissant mentalement tellement je me faisais honte là tout de suite.

- Je te donnerais ce que tu veux en échange...

Je n'eus pas le temps d'entendre sa réponse, qu'il fut appelé ailleurs. Je n'allais probablement pas avoir mon papier.

Je passais le reste de la matinée comme je pouvais, subissant l'épreuve de la cour, mais m'en sortant plutôt bien encore une fois. Puis vint le déjeuner, mon travail en cuisine, mes discussions avec Pablo avant que je ne puisse me planquer dans ma cellule. J'avais réussi à récupérer l'étiquette en papier d'une boite de conserve. Ce n'était pas terrible pour dessiner mais c'était déjà mieux que rien.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Not guilty [ft. squirowl] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Not guilty [ft. squirowl]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: