-47%
Le deal à ne pas rater :
Xiaomi Mi 11 Lite 5G noir (via ODR de 50€ et 100€ bonus reprise)
168 € 319 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 42, 43, 44
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3429
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 Empty

jsyGsGBx_o.png
Nathaniel St John
J'ai 28 ans et je vis à Sydney, Australie. Dans la vie, je suis correcteur pour un journal et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, de toute façon je n'ai pas le choix.



Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 314c33713abbbb9534ce2973a0eb96da7bdbfafa


Ben Barnes :copyright:️ tearsflight

Je ne répondis pas à sa remarque sur le déménagement. J'espérais que c'était une blague. Une blague vraiment très maladroite par contre parce qu'elle avait du mal à passer. Je n'arrivais même pas à sortir de mon appartement alors le quitter définitivement... c'était un pas beaucoup trop grand. Non ça devait être une blague nulle. Elle tentait de détendre l'atmosphère et pour le moment c'était plutôt raté.

Je la laissais partir, soulagé de ne plus ressentir cette tension que j'éprouvais en général. Elle ne pouvait s'empêcher de me toucher, de toucher mes cicatrices surtout et c'était particulièrement dur à faire. Je soufflais maintenant qu'elle n'était plus là.

Je verrouillais la porte derrière elle et allais ranger un peu. J'avais encore pas mal d'articles à corriger. Je me plongeais dedans. Ca m'évitait au moins d'y penser pendant quelques temps. Il était quasiment minuit quand je terminais. J'allais me coucher mais j'avais encore de quoi cogiter. Son sms m'avait rassuré mais l'inquiétude et les questions étaient encore là. Est ce que j'arriverais à faire ces efforts pour elle. Je supportais déjà à peine qu'elle me touche, qu'elle touche mes cicatrices... elle voulait être patiente mais je savais qu'elle ne le serait pas longtemps. Est ce que je me sentais capable d'en faire? Ou est ce qu'il vaudrait mieux qu'on laisse tout tomber maintenant? Les questions restaient entières. Sa visite ne m'avais pas aidé à les calmer. Elles n'avaient fait que revenir en force.

Je lui envoyais rapidement un message malgré tout avant de tenter de dormir.

Nath a écrit:

J'ai fini de bosser pour la soirée. Je te souhaite de passer une bonne nuit. A demain.

Je t'aime

Je me couchais, tentant de dormir. Le sommeil me fuit à nouveau cette nuit là. Je n'arrêtais pas de réfléchir sans cesse à tout ça.

Le lendemain je me levais, épuisé, mais au moins j'avais réussi à prendre une décision. Je le regretterais peut être mais maintenant que je m'étais décidé je ne voulais plus changer d'avis.

Je me préparais. Je pris un café et m'installais devant mon bureau pour me mettre au travail. Lors de la pause déjeuner, ou plutôt de ce que je devinais être la sienne, je lui envoyais un message.

Nath a écrit:

Bonjour ma belle. Comment tu vas? Ca se passe bien au boulot?

Est ce que tu serais libre ce soir pour un diner? Je ne cuisinerais pas. J'ai envie de commander des pizzas pour ce soir. Si tu es libre bien sur.

J'avais besoin de lui parler, de lui faire part de ma décision. Et je préférais le faire en face.



Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 1000
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 27
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 Empty

1500975285-avatar-02.png
Yzia Wilde
J'ai 23 ans et je vis à Sydney, Australie. Dans la vie, je suis employée dans un journal et je m'en sors on verra quand j'aurais commencé. Sinon, grâce à ma chance, je suis en bail et je le vis plutôt très bien puisque je suis avec la personne que j'aime.


Cela fait un moment maintenant que je bosse au journal et je m'y plais assez. Les gens sont gentils et je suis toujours en action. Et puis, je me sens plus proche de Nath comme ça. Sinon entre nous, on a nos hauts et nos bas. Je sais bien qu'il nous faudra du temps pour réussir à être parfaitement heureux ensemble mais je crois en nous et je crois en lui. Je sais qu'un jour il finira par comprendre à quel point je l'aime et je suis prête à l'accompagner dans tout ce qu'il entreprendra. Parce que je suis bien décider à vivre ma vie avec lui pour le meilleur et pour le pire.
Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 SpiritedMadFunnelweaverspider-size_restricted


Gigi Hadid :copyright:️ Schizophrenic

Chez moi je finis par recevoir un message de lui. Il m'a dit qu'il m'aimait... Je souris bêtement et je ressens des papillons dans le ventre. Je suis trop heureuse. Il m'aime et il n'a pas honte ou peur de me le dire. Je sais que pour beaucoup de gens ce n'est rien, c'est même plutôt normal pour un "couple" de se dire ça après un certain temps, mais pour nous.... C'est différent, je ne sais pas... J'avais peur qu'il ne me le dise jamais vu l'énergie qu'il fournit à me faire fuir... Alors qu'il me le dise, ça représente beaucoup de chose pour moi. Enfin bon, je suppose que c'est l'euphorie qui me fait voir la vie en rose. En tout cas, je me couche sereine et heureuse et je fais de merveilleux rêves d'amour, de mariage, d'avenir.

Je me suis levée de bonne humeur et heureuse de vivre. Je me suis apprêtée, pomponnée etc. J'avais envie que tout le monde voit à quel point je suis heureuse et amoureuse. Je finis donc de me préparer puis je file au travail. Je me suis réveillée suffisamment tôt pour faire une halte dans une pâtisserie, prendre le petit dej de Marcus ainsi que celui des autres. Je me sens d'humeur généreuse. Ainsi, ça sera donuts et café gratuit pour tout le monde.

Je souris en arrivant au journal, il n'y a pas beaucoup de monde encore. J'arrive parmi une des premières à chaque fois puisqu’il faut que je sois là pour répondre au téléphone etc. J'installe le tout près de la machine à café et la journée peut commencer.
Marcus a eu l'air d'apprécier mon geste pour l'équipe et avait presque l'air de bonne humeur. Pour un peu, j'aurais presque pu croire qu'il n'allait pas hurler de la journée. Mais je me suis vite trompée après qu'il ait reçu son troisième coup de fil.

Oui, la matinée s'est plutôt bien passée, j'ai organisée des rendez-vous. J'ai reçu des gens qui déposaient des cv. J'ai fait des photocopies, des tonnes et des tonnes de photocopies. Heureusement qu'on recycle le papier.

Puis vient enfin l'heure de la pause déjeuner. Je file prendre la commande de Marcus ainsi que la mienne. Pour moi, ça sera un plateau de sushi. Miam. Je remonte au journal pour manger, à peine ai-je posé mon cul sur la chaise que je reçois un message de Nath. J'ouvre le message en commençant à manger et manque de m'étouffer en lisant le contenu.
Il avait l'air de si bonne humeur que je n'arrive toujours pas à y croire. Et il me demande si je suis d'accord ! Mais c'est une blague !
Je souris d'une oreille à l'autre en étant parfaitement aux anges !

"Ouiiiiiiiiiiiiiiiiii !"

Je ne peux pas le cacher ! Je frétille sur ma chaise comme une hystérique et je sens de loin le regarde de Marcus. Je tourne la tête dans sa direction et effectivement il me regarde bizarrement.... Il n'est pas le seul d'ailleurs... certains de mes collègues me regardent aussi bizarrement. Je me reprends et réponds à Nath.

Yzia a écrit:
Coucou ! :pinklove:
Ça va, c'est une journée plutôt agréable je dois dire. Et toi alors ? Tu as réussi à dormir ?
Tu m'as l'air de bonne humeur en tout cas ! hum

Si je veux passer une soirée pizza avec toi ?! Est-ce que je dois vraiment répondre à cette question bête ?! :huhu: fire

Donne-moi juste une heure chéri et je serais là Cool

Ps : Plus sérieusement, tu n'imagines pas comme ton message m'a fait plaisir. J'ai déjà hâte d'être à ce soir. Je t'aime. :heart3:

J'envoie le message toujours avec ce sourire aux lèvres. Je continue de manger en regardant une vidéo sur Youtube. Après ça, la journée se passe tout aussi bien qu'elle a commencé. Je pense que le coup du petit déjeuner a fait partir tout le monde du bon pied ce matin, je suis contente de moi.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3429
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 Empty

jsyGsGBx_o.png
Nathaniel St John
J'ai 28 ans et je vis à Sydney, Australie. Dans la vie, je suis correcteur pour un journal et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, de toute façon je n'ai pas le choix.



Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 314c33713abbbb9534ce2973a0eb96da7bdbfafa


Ben Barnes :copyright:️ tearsflight

Nath' a écrit:

Tu n'auras qu'à passer à ta sortie du travail. On commandera les pizzas ensemble, comme ça je te laisserais choisir celle que tu veux.

A ce soir et bon courage pour la fin de ta journée de travail.

Je t'aime

Nath

Je soupirais en rangeant mon téléphone. J'avais préféré éviter la question de ma nuit. Si je lui disais que j'avais passé une nuit épouvantable, sans réussir à fermer l'oeil elle allait se poser des questions. Et si je lui disais que je l'avais invité parce que je tenais à lui parler ce serait encore pire. Elle s'imaginerait tout un tas de choses certaines peut être vraies mais pas forcément toutes. Je préférais qu'elle reste dans sa petite bulle de bonheur pour la journée, elle le méritait.

Je tentais de m'avancer le plus possible niveau boulot dans la journée. Je voulais être libre ce soir pour elle et ne pas être obligé de me plonger dans le boulot. Je sentais que notre discussion allait être difficile et je ne voulais pas être interrompu.

Plus le temps passait et plus je commençais à m'agiter sur ma chaise. Elle n'allait pas tarder à arriver maintenant. Tout dépendait de si elle rentrait chez elle pour se changer avant de me rejoindre. Peut être qu'elle aurait beaucoup de boulot, que Marcus la noierait sous le travail et qu'elle sortirait en retard. Peut être dans une demi heure... ou dans une heure... Je n'en savais rien... Et il fallait que je me concentre au lieu de relire pour la énième fois la même phrase que j'avais déjà corrigé.


Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 1000
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 27
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 Empty

1500975285-avatar-02.png
Yzia Wilde
J'ai 23 ans et je vis à Sydney, Australie. Dans la vie, je suis employée dans un journal et je m'en sors on verra quand j'aurais commencé. Sinon, grâce à ma chance, je suis en bail et je le vis plutôt très bien puisque je suis avec la personne que j'aime.


Cela fait un moment maintenant que je bosse au journal et je m'y plais assez. Les gens sont gentils et je suis toujours en action. Et puis, je me sens plus proche de Nath comme ça. Sinon entre nous, on a nos hauts et nos bas. Je sais bien qu'il nous faudra du temps pour réussir à être parfaitement heureux ensemble mais je crois en nous et je crois en lui. Je sais qu'un jour il finira par comprendre à quel point je l'aime et je suis prête à l'accompagner dans tout ce qu'il entreprendra. Parce que je suis bien décider à vivre ma vie avec lui pour le meilleur et pour le pire.
Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 SpiritedMadFunnelweaverspider-size_restricted


Gigi Hadid :copyright:️ Schizophrenic

Yzia a écrit:
Pas de soucis, avec grand plaisir ! :psy: :psy: :psy:

:heart2: :heart2: :heart2:

Je réponds à son message avant de reprendre mon repas de midi. Comme je m'y attendais, la journée se poursuit tranquillement. Marcus m'a donné beaucoup de travail mais le tout était ponctué d'une certaine bonne humeur donc ça motive à bien faire les choses. Aujourd'hui j'ai mis les bouchées doubles pour finir dans les temps voire même en avance si je le pouvais. J'ai bouclé tout mon travail dans un temps record. J'ai mis à jour l'agenda de Marcus ainsi que sa liste de rendez vous du lendemain. Je suis passée dans les bureaux de tout le monde, comme d'hbitude pour vérifier s'ils n'ont rien oublié. Je me suis occupée de la photocopieuse parce qu'à part moi on dirait que personne ne pense à vérifier s'il reste de l'encre ou du papier. Alors que tout ce journal tourne et ne vit que grâce à cette machine et pourtant personne ne s'en occupe !

Je débarasse la salle de repos et un dernier regard sur le bureau m'indique que tout est en ordre et à sa place. Marcus est toujours à son bureau, toujours le dernier à partir. Je secoue la tête en souriant avant de lui commander un bon café sur Uber eat.
Le temps de finir de me préparer, mon livreur est là. Je lui demande de me monter le café que je dépose au bureau de Marcus.

"Et voilà, chef, votre drogue quotidienne."

Dis-je en plaisantant.

"Ne veillez pas trop tard hein, pensez à vous reposer."

Lui dis-je avant de le saluer et de m'en aller.

A peine ai-je mis un pied dehors que je vois le bus sur le point de partir. Je me tape un sprint pour le rattraper et l'ai de justesse ! Je monte dans le bus et préviens Nath de mon arrivée.

Yzia a écrit:
Je suis dans le bus, j'arrive d'ici vingt minutes ! Est-ce que tu veux que je prenne quelque chose avant de monter ? Un dessert ou autre ?


J'envoie le message avant de mettre mes écouteurs pour le trajet. Je suis loin de me douter de ce qui m'attend. Je me dirige en direction de chez Nath avec un sourire sur les lèvres. Je me sens bien, heureuse, rien n'a su m'enlever mon sourire de toute la journée. J'ai tellement hâte de le retrouver, de le prendre dans mes bras, d'entendre sa voix !
Je soupire d'impatience en écoutant une musique d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3429
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 Empty

jsyGsGBx_o.png
Nathaniel St John
J'ai 28 ans et je vis à Sydney, Australie. Dans la vie, je suis correcteur pour un journal et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, de toute façon je n'ai pas le choix.



Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 314c33713abbbb9534ce2973a0eb96da7bdbfafa


Ben Barnes :copyright:️ tearsflight

La tension grimpa un peu plus alors que je recevais son message. Moins d'une demi heure. J'inspirais profondément pour me détendre. Ca allait bien se passer. Il ne fallait pas que je stress. Si elle m'aimait vraiment elle comprendrait, elle accepterait ce que je lui demanderais. Il ne fallait pas que je stress comme ça... Je soufflais plusieurs fois, me détendant petit à petit avant de me remettre au travail. Je terminais rapidement de boucler mes corrections et de tout envoyer. J'allais ensuite ranger un petit peu l'appartement.

Elle fut pile à l'heure. Je sentais mon coeur s'accélérer un peu plus alors que je l'entendais frapper à la porte. J'inspirais une nouvelle fois avant d'aller ouvrir la porte. Je l'ouvrais de façon à me cacher derrière. Je reculais pour la laisser entrer et me cachais un peu plus alors qu'elle tentait de venir m'embrasser.

- Salut... tu as passé une bonne journée?

Je préférais rester un peu à l'écart. Je me tenais éloigné d'elle, ne la laissant pas s'approcher ou venir m'embrasser. Je restais loin d'elle, l'écoutant me raconter sa journée tandis que je partais fouiller pour trouver le prospectus de la pizza. Je la laissais choisir avant de passer commande.

- On aura les pizzas dans une demi heure. En attendant je... j'aimerais te parler en fait.

J'allais m'installer sur le canapé, lui faisant signe de me suivre. J'inspirais une nouvelle fois, serrant mes mains sur mes genoux pour essayer de les calmer.

- Si je t'ai fait venir c'est parce que... en fait... je voulais discuter avec toi. Et je ne voulais pas le faire par sms. Pas cette fois...

Je me rendais compte que je devais vraiment la faire flipper, entre le regard fuyant et ma nervosité plus qu'évidente. Mais je n'arrivais pas à faire autrement. Et dire que j'étais comme ça juste à l'idée de parler. Je ne lui avais encore rien dit. Et je ne l'avais même pas encore mis en pratique.

- J'ai réfléchi... beaucoup réfléchi après notre discussion d'hier soir. En fait je n'ai pas dormi de la nuit tellement j'ai cogité. Je me suis dit qu'il fallait que je me décide. Soit je me décidais à faire des efforts, pour sortir petit à petit de chez moi, essayer d'aller mieux et t'offrir une vie normale, soit je devais rompre.

Je la coupais avant qu'elle ne parle.

- Je sais... je sais tout ce que tu m'as dit hier. Je sais comment tu vois les choses et ce n'est pas mon cas. Et je sais que je ne pourrais pas être heureux avec toi comme ça. Il fallait donc que je prenne une décision. J'y ai réfléchi toute la nuit. Et je me suis décidé...

J'inspirais profondément avant de me lancer.

- Je veux qu'on reste ensemble... je veux faire des efforts. Je ne te promets pas d'y arriver du jour au lendemain mais je vais essayer de m'améliorer. Mais en attendant j'aimerais te demander de faire quelques concessions aussi.

Je me mordis la lèvre un peu mal à l'aise à l'idée de ce que j'allais lui demander.

- J'aimerais que tu évites de... de trop me toucher. Je sais que tu ne pensais pas à mal hier soir en... en touchant et en embrassant mes... enfin... mais je n'aime pas ça. Pas pour le moment. J'ai besoin de temps. Je te promets de faire ces efforts, d'essayer d'y arriver mais... pour le moment j'ai besoin de temps.

Et je me sentais horrible de lui demander tout ça, alors que je ne lui offrais rien en retour.. rien que des promesses d'un possible avenir.


Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 1000
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 27
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 Empty

1500975285-avatar-02.png
Yzia Wilde
J'ai 23 ans et je vis à Sydney, Australie. Dans la vie, je suis employée dans un journal et je m'en sors on verra quand j'aurais commencé. Sinon, grâce à ma chance, je suis en bail et je le vis plutôt très bien puisque je suis avec la personne que j'aime.


Cela fait un moment maintenant que je bosse au journal et je m'y plais assez. Les gens sont gentils et je suis toujours en action. Et puis, je me sens plus proche de Nath comme ça. Sinon entre nous, on a nos hauts et nos bas. Je sais bien qu'il nous faudra du temps pour réussir à être parfaitement heureux ensemble mais je crois en nous et je crois en lui. Je sais qu'un jour il finira par comprendre à quel point je l'aime et je suis prête à l'accompagner dans tout ce qu'il entreprendra. Parce que je suis bien décider à vivre ma vie avec lui pour le meilleur et pour le pire.
Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 SpiritedMadFunnelweaverspider-size_restricted


Gigi Hadid :copyright:️ Schizophrenic

Je tape à la porte avec impatience, mais à peine ai-je mis un pied à l'intérieur de chez lui pour l'embrasser que je sens que quelque chose ne va pas. Encore. Je retiens un soupir, préférant faire mine de rien tout en restant sur mes gardes. Il y a quelque chose qui le travaille, j'en suis sûre. Seulement, je ne sais pas s'il va m’en parler ou pas. Alors je préfère ignorer pour l'instant et attendre un peu.

Je lui raconte ma journée sans grand entrain, tout ça m’est passé maintenant que je le vois aussi tendu. On commande des pizzas puis je le suis sur le canapé, car apparemment il doit me parler. Ça y est, on y est. Maintenant, c’est moi qui suis tendue. Je soupire intérieurement pour me donner du courage tout en le laissant parler.

Il m'annonce qu’il n'avait pas envie d’avoir cette conversation par SMS contrairement aux autres fois et cette fois mon cœur se met à battre dans mes oreilles. Je n'entends qu’un bourdonnement assourdissant et j'ai l'estomac qui se noue.
Chaque seconde me parait être une éternité et je me décompose un peu plus à chaque fois...

Nath enchaine et je le laisse parler, de toute façon je suis bien incapable de dire quoi que ce soit parce que j'ai peur que si j’ouvre la bouche, je me mette à vomir de stress.
Il me parle donc de sa révélation de cette nuit et je fronce les sourcils, mais avant même que je n'intervienne, il me m’intime de me taire et d’écoute ce qu’il a à dire.

Je hoche la tête, ravalant ma langue, car ce devait être déjà assez pénible pour lui d'en parler sans que je ne l'interrompe constamment. Maintenant, c’est moi qui pose mes mains sur mes genoux pour éviter qu’elles ne tremblent. Le tableau doit être beau à voir, deux amoureux en stress de cette conversation.

Je ne sais même pas si je respire encore tant j'ai le sentiment d'étouffer. Même quand il dit vouloir rester avec moi, j'ai l'impression que ce n’est pas la fin, je n'arrive pas à me détendre. Je me contiens le plus possible, car c’est son moment... Je me mords la langue pour ne pas défaillir tellement je me sens sous tension.

Puis là, il me demande d'arrêter de toucher ses cicatrices. Choses que je comprends et que j'accepte, mais que sur le coup, ça m’a fait comme un poignard en plein cœur. Ça va vite me passer, mais je ne sais pas.... J’ai eu le sentiment d'avoir mal fait en le faisant, je me sens terriblement coupable et je.... Je commence à me renfermer sur moi-même, car je m'en veux de l'avoir mis dans une situation qui l'oblige à me demander de ne plus le faire.

Je tremble un peu plus, je passe nerveusement une main dans mes cheveux avant de me racler la gorge. J'essaye de parler calmement sans laisser mes sanglots refoulés me trahir. Je ne veux pas qu'il se stress davantage en se disant qu'il me fait de la peine. Il n'y ait pour rien, j'arrive à me faire de la peine toute seule. C'est cette situation, toute source de stress se termine dans les larmes avec moi c'est bien connu.

"Je....heu... Je comprends et... je suis très heureuse de voir que tu as pris la décision de faire des efforts même si je veux être sûr que c'est ce que tu veux aussi ? Je ne veux pas que tu t'obliges à quoi que ce soit. Mais si tu veux changer alors sache que tu auras toujours mon soutien."

Je détourne le visage en posant mes mains sur mes bras.

"Pour ce qui est de tes cicatrices, prends le temps qu’il te faut, ça ne me dérange pas d'avancer à ton rythme tant que l’on avance tous les deux."

Je tente de lui sourire, mais ma bonne humeur n'est plus trop au rendez-vous. J'ai....J'ai besoin de prendre l'air. Ce n’est pas contre lui, c'est moi qui ai l'impression d'avoir fait quelque chose de mal et cette pression et culpabilité que je me mets m’étouffe encore plus...
Je me lève subitement avant de prendre mon téléphone et mon sac.

"Je....J'ai oublié de prendre un dessert. Je vais à la boulangerie, j'... J’ai besoin de prendre un peu l'air. Je reviens vite."

J'ai préféré être honnête. Je sors de l'appartement sans même attendre sa réponse. J'ai tracé comme une fusée dans la cage d'escalier. Déjà, je ne ressens plus la pression. Je m'assois deux étages plus bas et commence à pleurer comme une madeleine. Je pleure des torrents de larmes jusqu’à avoir les yeux tout rouges et gonflés, mais je m’en fiche. C'est ce dont j'avais besoin, je ne voulais pas le faire devant lui.

Au bout d'une petite dizaine de minutes, je me mouche, essuie mes larmes et soupire un grand coup.

"Aller Zizi, on se reprend, au final tout va bien, vous êtes encore ensemble et il va faire des efforts, tout va aller dans le mieux. Ça ne sert à rien de pleurer, à partir de maintenant, tout ira mieux."

Je me dis ça comme un mantra avant de me lever pour aller à la boulangerie. Avoir évacué tout ce stress, toute cette tension, mes peurs, mes blessures etc à travers mes larmes ça m’a fait un bien fou, comme toujours. À la boulangerie j'ai l'air d’une folle, mais je m’en fiche, je lui prends un fraisier puis je retourne chez Nath en soupirant tout mon soul, mais je me sens vraiment mieux. Ce que je redoute maintenant, c’est : est-ce que ça va être bizarre entre nous maintenant qu’il vient de me dire ça ? Je n’espère pas. J’espère qu’en remontant, tout ça fera partis du passé et qu’on en parlera plus. J'ai besoin de passer une bonne soirée avec lui pour croire qu'effectivement on se dirige vers le mieux. Ces derniers jours ont été pesants et stressant, j'ai besoin de voir encore la flamme briller entre nous et j'espère qu’il est du même avis.

Je sonne à l'interphone puis quelques minutes plus tard je tape à la porte. J'espère qu'il ne m'en veut pas d’être partis, je commence déjà à avoir les mains moites... Mon cœur me fait mal tellement il bat fort.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3429
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 Empty

jsyGsGBx_o.png
Nathaniel St John
J'ai 28 ans et je vis à Sydney, Australie. Dans la vie, je suis correcteur pour un journal et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, de toute façon je n'ai pas le choix.



Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 314c33713abbbb9534ce2973a0eb96da7bdbfafa


Ben Barnes :copyright:️ tearsflight

J'étais une merde... un nul, un raté, un connard même. Le pire des enfoirés possible.

Alors qu'elle passait la porte, limite en courant, je me laissais tomber sur le canapé, me traitant de tous les noms. Je l'avais fait souffrir, je le voyais bien. Elle fonçait pleurer dehors pour ne pas pleurer devant moi, pour ne pas craquer alors que je me comportais comme le pire des connards. J'aurais peut être du rompre avec elle. Ce n'était pas une vie que je lui proposais. Elle méritait beaucoup mieux que ça. Je ne lui avais offert que des promesses, celle que je tenterais faire des efforts. Elle n'avait rien de plus. Elle n'était même pas certaine de pouvoir un jour avoir la relation qu'elle méritait. Et par dessus elle avait pris un coup de massue supplémentaire. Elle qui était si tactile... je l'avais repoussée. Je ne la laisserais plus me toucher, du moins pas autant qu'elle le voulait. C'était ce qu'il me fallait pour me sentir à peu près bien, mais ce dont j'avais besoin la faisait souffrir trop cruellement.

Je cachais mon visage entre mes mains, laissant les larmes couler, passer entre mes doigts avant de s'écraser sur le tapis. J'étais la pire des merdes, j'en avais conscience. Cette fois elle risquait définitivement de me laisser tomber. Je me redressais en entendant l'interphone. J'allais ouvrir, pensant que c'était elle, qu'elle était peut être aussi folle qu'elle le disait. Assez folle pour rester avec un connard comme moi. Mais c'était juste le livreur... Je passais à nouveau pour le fou de service. Je glissais l'argent sous la porte, lui expliquant qu'il pouvait garder la monnaie. J'attendis qu'il soit remonté dans l'ascenseur pour ouvrir et récupérer les pizzas. Je les laissais emballer dans un coin pour éviter qu'elles refroidissent. Elles allaient certainement finir à la poubelle si Yzia ne revenait pas.

Je retournais me blottir sur mon canapé, mes jambes remontées contre ma poitrine. Plus le temps passait et plus la certitude qu'elle ne reviendrait pas grandissait en moi.

Puis au bout d'un moment, on sonna à nouveau. J'allais ouvrir avant de cette fois lui ouvrir la porte. Je me forçais à lui faire un petit sourire en la voyant.

- Les... les pizzas sont là... tu viens?

Je me décalais pour la laisser entrer. Je refermais la porte derrière elle avant de me mettre à table. Je déballais les pizzas, distribuant les couverts entre nous.

- Je suis désolé Yzia... je sais à quel point c'est horrible ce que je te demande et je m'en veux. Mais je veux aussi tout faire pour arranger la situation. Ca va prendre du temps mais... j'espère y arriver.



Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 1000
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 27
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 Empty

1500975285-avatar-02.png
Yzia Wilde
J'ai 23 ans et je vis à Sydney, Australie. Dans la vie, je suis employée dans un journal et je m'en sors on verra quand j'aurais commencé. Sinon, grâce à ma chance, je suis en bail et je le vis plutôt très bien puisque je suis avec la personne que j'aime.


Cela fait un moment maintenant que je bosse au journal et je m'y plais assez. Les gens sont gentils et je suis toujours en action. Et puis, je me sens plus proche de Nath comme ça. Sinon entre nous, on a nos hauts et nos bas. Je sais bien qu'il nous faudra du temps pour réussir à être parfaitement heureux ensemble mais je crois en nous et je crois en lui. Je sais qu'un jour il finira par comprendre à quel point je l'aime et je suis prête à l'accompagner dans tout ce qu'il entreprendra. Parce que je suis bien décider à vivre ma vie avec lui pour le meilleur et pour le pire.
Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 SpiritedMadFunnelweaverspider-size_restricted


Gigi Hadid :copyright:️ Schizophrenic

Je lève le regard vers Nath et constate qu’il tente de me sourire. Mon cœur se rempli d'admiration. Malgré tout ce qu'il doit ressentir, il tente de faire bonne figure pour que je ne me sente pas mal et pour que cette étrange ambiance ne nous poursuivre pas toute la soirée. Je hoche la tête comme une enfant et le suis en silence.

Je m'installe à table et le laisse mettre les couverts tout en le regardant. J'enfouis mes pupilles bleues dans les siennes en lui offrant un faible, mais sincère petit sourire.

"Je....Je n'ai aucun doute sur le fait que tu vas y arriver, car tu n’es pas tout seul. Je suis là et moi aussi je vais t'aider autant que je le peux ! Pour le reste..... je saurais prendre mon mal en patience, tout ce qui compte, c’est que je sois près de toi."

Je hausse les épaules avant de prendre une part de pizza et de croquer dedans avec détermination. Oui. Ça ne nous avancera à rien de nous lamenter sur notre sort. Il faut qu’on aille de l'avant, Nath a l’air vraiment décidé à faire des efforts, jamais je l'avais vu aussi déterminé.

"Tu sais, ça vaut ce que ça vaut mais, je suis très fière de toi. Il y a encore quelques mois, tu n'aurais accepté de faire le moindre effort, tu te serais contenté de me chasser de ta vie et maintenant.... te voir si déterminé...."

J'en ai les larmes aux yeux. Nath est bien plus beau qu’il ne le croit, sa force, son intelligence, sa bravoure nouvelle, tout ça le rend encore plus beau que le jour de notre rencontre. Cette fois, mon sourire est bien plus charmant, amoureux, je lui souris sincèrement du fond du cœur, car c’est la réaction naturelle à chaque fois que je pense à l'homme merveilleux qu’il est.

Je détourne rapidement les yeux, ne voulant pas le mettre mal à l'aise sous mon regard. Je dois admettre que de mon côté j'ai l’impression d'être revenue au début de notre relation, je ne sais pas trop sur quel pied danser. Je ne sais pas ce que je peux faire ou non pour ne pas le mettre mal à l'aise. Je ne veux pas qu’il se sente gêné, mais d’un autre côté, est-ce que je dois détourner le regard à tout bout de champ ? Je dois me tenir à une certaine distance de lui ? Nath me dit sans cesse ce que je ne peux pas faire, mais jamais ce que je peux faire. Aussi, à moi de faire preuve de bravoure et de lui demander.

"Qu'est-ce que je peux faire ?"

Ok... Ma question tombe comme un cheveu sur la soupe. Alors je relève le regard et précise ma pensée.

"Je veux dire..... Je ne peux pas te....te toucher, mais alors qu’est-ce que je peux faire ? Nath....J'ai besoin de savoir.....L'idée que je puisse sans cesse faire quelque chose de mal va finir par me rendre folle.... Il faut que je sache ce que je peux faire ou pas histoire que j'arrête de me sentir coupable à chaque fois que je te mets mal à l'aise sans le vouloir.... Est-ce que j'ai le droit de te regarder aussi longtemps que je le veux ? Est-ce que je peux sentir ton parfum ? Est-ce que je peux poser ma tête sur ton épaule ?"

Les larmes menaces de jaillir de nouveaux de mes yeux et je me mords la langue pour ne pas pleurer. Je...Je veux que ça ressemble à une conversation constructive et pas au mur des lamentations. Fichue sensibilité.

***

On finit la pizza et je ne sais pas vraiment ce qu'il va se passer. Est-ce qu'il va me demander de partir ? Ou est-ce qu’il va vouloir qu’on regarde un film ? Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c'est que je finirais la nuit dans mon lit, toute seule, sûrement à mouiller mon oreille comme une idiote avec des larmes de crocodiles. Ma foi, on dira ce qu’on voudra, pleurer m’a toujours fait du bien.

Je l'aide à débarrasser la table avant de m'assoir sur le comptoir de la cuisine, je le regarde ranger sa vaisselle puis mettre les parts restantes dans le micro onde. Je souris légèrement en le regardant faire des gestes aussi banals, c'est comme si je vivais avec lui et après cette soirée riche en émotion, ce genre de petite routine naturelle me fait le plus grand bien.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3429
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 Empty

jsyGsGBx_o.png
Nathaniel St John
J'ai 28 ans et je vis à Sydney, Australie. Dans la vie, je suis correcteur pour un journal et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, de toute façon je n'ai pas le choix.



Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 314c33713abbbb9534ce2973a0eb96da7bdbfafa


Ben Barnes :copyright:️ tearsflight

J'avais du mal à ne pas me sentir nul à côté d'elle quand je voyais à quel point elle était merveilleuse, bienveillante et surtout d'une patience infinie. Je commençais à me dire que les choses auraient pu être différentes pour moi si je l'avais connu bien plus tôt. Si c'était elle qui avait été à mes côtés à ce moment là, peut être que les choses auraient été différentes. Elle m'aurait peut être soutenu comme elle le fait aujourd'hui, elle ne serait pas parti. Non... j'étais injuste avec mon ex. Elle n'était pas partie à cause de mon état mais parce que j'étais devenu invivable. Parce qu'elle ne supportait plus de me voir me renfermer sur moi même et me couper du monde. Yzia elle m'avait seulement connu comme ça, elle n'avait pas le deuil d'une vie à deux à faire. Et puis... j'avais appris de mes erreurs. Je savais que si je ne me battais pas cette fois ci pour elle, je n'aurais personne d'autre. Jamais personne ne pourrait m'aimer et me soutenir comme elle le faisait.

Je lui fis un pauvre petit sourire triste en l'entendant me complimenter ainsi. Je ne méritais vraiment pas tout ces compliments, pas alors que je me sentais aussi minable.

- C'est pour toi que je fais tout ça. Parce que je ne veux pas me dire que je n'ai rien fait pour te retenir et que je t'ai définitivement perdu par ma faute.

Je la remerciais intérieurement alors qu'elle détournait le regard pour arrêter de me fixer comme elle le faisait. Elle ne pensait sûrement pas à mal quand elle agissait ainsi mais le mal était quand même fait. J'avais encore du mal avec le regard des autres, même si c'était le sien, même si je ne voyais que de l'amour dedans et pas de trace de jugement ou de dégout.

Je repris mon repas en silence, savourant la pizza. Même si je culpabilisais encore, je sentais quand même un point en moins, la boule qui semblait obstruer ma gorge avait disparue.

Je la regardais sans comprendre alors qu'elle me posait sa première question. Heureusement elle enchaina très rapidement pour m'expliquer le fond de sa pensée, m'évitant de répondre une connerie.

La culpabilité grimpa à nouveau en flèche en l'entendant parler ainsi. Ce qui pour moi devait être une source de soulagement, ne plus l'avoir entrain de me fixer sans arrêt, ne plus me sentir mal à l'aise alors qu'elle venait me sauter dessus à tout instant, était pour elle une grande source de stress. Elle allait se demander sans cesse si elle ne dépassait pas les bornes, si ses gestes étaient déplacés et non. Et je m'en voulais un peu plus de lui faire subir tout ça.

- Tu peux me regarder tant que... tu ne restes pas à me regarder fixement. Ca me gêne au bout d'un moment. En fait... je te demande juste de me laisser faire le premier pas. Si on est sur le canapé à regarder un film et que je te prends dans mes bras, ne te retiens pas de poser ta tête sur mon épaule ou autre. Je veux juste que tu me laisses aller à mon rythme et que... tu ne les touches pas...

Je voulais bien lui prendre la main, mais pas la mauvaise main, l'autre. Elle pouvait poser sa tête sur mon épaule mais pareil, sur la bonne épaule. Il me faudrait sûrement du temps pour pouvoir supporter qu'on les touche mais j'espérais y arriver un jour.

On termina notre repas et je me levais ensuite pour aller tout ranger, mettre les restes au frigo et faire la vaisselle. Je souriais doucement alors qu'elle était installé à côté de moi, à me regarder faire. Ce genre de petite routine m'avait manqué et je me sentais bien là, apaisé en cet instant. Je terminais de tout ranger avant de me rapprocher d'elle. Je lui écartais doucement les jambes pour venir me glisser entre elles et me colle ainsi contre elle. Je passais mes bras autour de sa taille, la serrant un peu plus contre moi. Puis timidement j'allais l'embrasser.

- Tu veux rester regarder un film? Tu dois me montrer la suite du film de l'autre jour si tu l'as avec toi.

Je caressais doucement sa joue.

- Je te proposerais un jour de rester dormir, je te le promets. Mais pas ce soir. Alors si tu voulais rentrer je comprendrais.

Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 1000
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 27
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 Empty

1500975285-avatar-02.png
Yzia Wilde
J'ai 23 ans et je vis à Sydney, Australie. Dans la vie, je suis employée dans un journal et je m'en sors on verra quand j'aurais commencé. Sinon, grâce à ma chance, je suis en bail et je le vis plutôt très bien puisque je suis avec la personne que j'aime.


Cela fait un moment maintenant que je bosse au journal et je m'y plais assez. Les gens sont gentils et je suis toujours en action. Et puis, je me sens plus proche de Nath comme ça. Sinon entre nous, on a nos hauts et nos bas. Je sais bien qu'il nous faudra du temps pour réussir à être parfaitement heureux ensemble mais je crois en nous et je crois en lui. Je sais qu'un jour il finira par comprendre à quel point je l'aime et je suis prête à l'accompagner dans tout ce qu'il entreprendra. Parce que je suis bien décider à vivre ma vie avec lui pour le meilleur et pour le pire.
Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 SpiritedMadFunnelweaverspider-size_restricted


Gigi Hadid :copyright:️ Schizophrenic

Sa déclaration me touche profondément. Je pose une main sur mon cœur, à défaut de la poser ailleurs et je lui offre un regard amoureux.

"Ce que tu dis me touches. Tu n'avais jamais autant montré ton envie de me garder..."

Je rougis en évitant son regard, déjà parce que je suis bien trop gênée pour le regarder, mais aussi parce que je ne veux pas le mettre mal à l'aise. Ça faisait un moment que je le fixais déjà.

On continue de manger tranquillement, mais il faut que je lui demande ce que je peux faire en sa présence ou non. J'ai besoin de savoir, je ne peux plus vivre avec la peur au ventre de le blesser à chaque fois que j'ai envie de lui donner un peu d'amour. Je sais qu'il faudra du temps pour que Nath arrive à se laisser toucher ou caresser, mais j'ai besoin de savoir si ce jour est proche ou pas du tout. Histoire que je sache sur quel pied danser dans les jours et les semaines à venir. Je veux l'aider du mieux possible à réussir les efforts qu'il va entreprendre. Je dois être son pilier, la corde à laquelle se raccrocher quand il se sentira faible. Je ne l'abandonnerai jamais. C'est aussi simple que ça. Et plus je passe du temps avec lui, plus ce sentiment se grave en moi et je suis de plus en plus sûre de mes sentiments.

Je me contente de hocher la tête pour lui signaler que j'ai compris. Le laisser faire le premier pas. En soit, c'est plutôt ce dont rêve chaque fille que l'homme qu'elles aiment soit spontané et sache faire le premier pas. Seulement dans mon cas, même si ça me rendra heureuse, j'ai juste peur de ne jamais voir venir ce pas....
Je me mordille la lèvre, sentant monter le doute en moi puis je me mets une gifle mentale avant d'offrir un large sourire à Nath.
Non, je sais qu'il va y arriver. Il va réussir à changer et je suis sûre que très bientôt, je pourrais lui faire un câlin, un vrai ! Me blottir contre lui, passer mes bras autour de son cou... Oui, je le sais. Je dois juste me montrer patiente et être un soutien sans faille pour celui que j'aime.

De ce fait, je vais essayer d'être la plus positive possible, pour lui. Quand on finit de manger, je me lève pour l'aider à débarrasser puis je m'installe sur le plan de travail pendant qu'il fait la vaisselle. Je le regarde et nous papotons légèrement. Une petite routine qui s'est installée si naturellement qu'on dirait qu'on a toujours été comme ça.

Puis tout à coup, sans que je m'y attende, Nath écarte mes jambes et s'incruste entre elles sous mon regard surpris et intimidé. Le rouge me monte aux joues et je le regarde avec des yeux brillants. Il passe ses bras autour de ma taille, je fais de même. Mon cœur bat la chamade quand il m'embrasse timidement. Même si ça ne dure pas longtemps, ça me procure tellement de bonheur que j'ai envie de pleurer de joie. Je me mords l'intérieur de la joue pour m'en empêcher, il me trouverait ridicule de pleurer pour ça. Je lui souris en retour avant de lui voler un tout petit baiser du bout des lèvres.

"Avec plaisir. Je rentrerais après."

Je savoure la caresse sur ma joue avec un petit sourire de bonheur. Je hoche la tête en le regardant un faible instant.

"Ne t'en fais pas, je sais bien que ce jour arrivera. Et il sera merveilleux."

Je finis par descendre de mon perchoir pour aller dans le salon. Je m'installe confortablement sur le canapé.

"Alors, on se le met ce film ?"

Dis-je en lui tirant la langue avant de faire comme chez moi et de prendre la télécommande pour le mettre en route. Je regarde l'heure sur mon téléphone. Je me dis que vue l'heure, je n'aurais plus de bus à la fin du film. Bah tant pis, je prendrais un taxi.

***

Une fois le film terminé, je m'étire avant de commander un Uber sur mon téléphone, il sera là plus rapidement que le taxi et il me reviendra moins cher alors je suis gagnante.

"Le Uber sera là dans dix minutes. J'ai passé une bonne soirée et je suis contente qu'elle ait été constructive. On a fait un grand pas dans notre relation, tu ne trouves pas ?"

Je lui offre un joli sourire avant de me diriger vers la porte, lui sur mes talons. On finit par se dire au revoir et par s'embrasser avant d'ouvrir la porte et de sortir. Je descends les escaliers avant de rejoindre le Uber, je finis par rentrer à la maison et par me coucher rapidement. Je suis fatiguée, mais c'est le cœur plein d'espoir et la tête pleins de rêves nouveaux que je finis par m'endormir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved] - Page 44 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Parait-il que quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre. [ft. Beloved]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 44 sur 44Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 42, 43, 44
 Sujets similaires
-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» La passion...[Shi Raynid] Hentaï
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» [upotobox ] Windtalkers, les messagers du vent [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers communication :: Messages-
Sauter vers: