Partagez
 
 
 

 "Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 
En ligne
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 802
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 6 Empty


Isaac Samuel Jacobs
J'ai 46 ans et je vis à San Francisco. Dans la vie, je suis consultant pour la police et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé depuis peu et je le vis plutôt bien finalement.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 6 Tumblr_ofkb2p3Axm1uou64xo7_400
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 6 C44ea6d4150692af7e5d03b0dffb503f77dd543f


avatar :copyright:️ me



FLASH-BACK

Un regard pour Elsy qui semblait comprendre cette douleur que causait bien souvent l’amour. Il ne dit rien, la regardant juste. Pourquoi la vie les malmenait tant tous les deux ? Au moins, ils pouvaient compter l’un sur l’autre, c’était déjà ça. Enfin c’était peut-être beaucoup dire pour lui en cet instant. Il mit quelques secondes avant de se rendre compte qu’il marchait tout seul, que la jeune femme s’était arrêtée. Il se retourna et détourna le regard « La mission sera accomplie, n’ait crainte Elsy ». C’était un passage à vide, mais il comptait reprendre son taff. Et voilà qu’elle lui proposait de la retrouver. Son regard changea du tout au tout « Oui. Retrouve-là ». Son ton était dur. Isaac voulait la retrouver, la confronter.

FIN FLASH-BACK.

Sans grand étonnement, la belle blonde ne s’était pas calmée pendant la semaine, mais il la laissa faire. Sa colère était légitime. Il n’aurait pas desserré aussi facilement les dents à sa place. Il allait partir, mais il ne voulait pas la perdre. Il tenta de lui faire comprendre comme il le pouvait, mais même lui ne croyait pas à son beau discours. Il n’avait pas envie de partir, il n’avait pas envie de la laisser. Pourtant, il tentait de se dire que c’était la seule issue, que c’était le mieux pour elle. Enfin, c’était ce qu’il avait cru avant qu’elle ne prenne la parole à son tour. Encore une fois, Isaac était en train de se rendre compte qu’il avait faux sur tout la ligne… Qu’elle tenait à lui, qu’elle avait imaginé un nous. Et que faisait-il ? Il partait, fuyait, comme un lâche. Restant complètement muet, ne sachant quoi dire, il la laissa poursuivre sans la quitter des yeux. Mais il le regretta bien vite de l’avoir laissé poursuivre. Sa conclusion lui serra le cœur. Elle baissait les bras pour eux, comme il l’avait fait une semaine auparavant et encore tout à l’heure. Toujours renfermé dans son mutisme, il prit le temps de réfléchir, de poser chacun de ses mots pour ne pas provoquer une rupture irréparable dans leur relation. Il posa brièvement sa main sur son bras pour lui faire signe d’avancer avec lui et reprit sa marche jusqu’à la plage à quelques rues de là où ils se trouvaient. A cette heure-ci, ils étaient presque les seuls à s’aventurer sur le sable. Isaac s’arrêta, les mains dans les poches de son costume, le regard perdu sur la mer qui apparaissait et disparaissait sans cesse. Ça lui rappelait leurs vacances au Mexique « Si je reste et Dieu sait que j’ai envie de rester, est-ce qu’il peut y avoir encore un tas de possibilité entre nous ? » et se tourna vers elle, prenant doucement ses doigts comme si elle était délicate et fragile, ce qui était le cas finalement derrière son regard noir et meurtrier qu’elle savait si bien lui lancer et se mit à rire « Tomber amoureux est un véritable parcours du combattant ». Il posa ses yeux bruns sur elle « Je ne peux pas te promettre que je serai l’homme parfait, qu’on ne se disputera jamais, que je ne serai pas blessant à nouveau, que je ne passerai pas mes nuits au travail, que je ne te ferais pas pleurer… ». Il entrelaça ses doigts avec les siens « Mais je peux te promettre d’être une meilleure version de moi-même pour toi, que je ferai des efforts, que je saurai te faire rire, que je serai là pour te protéger et te rassurer ». Il s’approcha d’un pas vers elle, souriant avec douceur « Il n’y a qu’une personne qui me donne l’impression d’avoir des ailes et de planer, et c’est toi… » et l’embrassa du bout des lèvres, comme s’il craignait de s’en prendre une « Est-ce que tu es prête pour ça ? Ou est-ce que je pars en espérant que tu m’oublies au plus vite ».

Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 753
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 32
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 6 Empty


Elsy Stanford
J'ai 35 ans et je suis à San Fransisco. Dans la vie, je suis secrétaire/ assistante et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je me suis reconstruit et je le vis plutôt bien.

Elsy a retrouvé du travail. Rien de palpitant mais mieux que rien. Cela fait quatre mois qu'ils ne se sont pas vu avec Isaac. La soirée devrait leur faire du bien à l'un comme à l'autre.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 6 Tumblr_ortqjdGCsI1qcwaqao3_500
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 6 Tumblr_oh6hv6Fh7N1vi7m2lo3_r1_400


avatar :copyright:️ Manhattan Redlish


Quand elle avait prit la parole, Elsy ne savait pas exactement quoi lui dire. Elle n’avait pas planifié quoi que se soit. La seule chose qu’elle savait, c’était qu’elle lui en voulait encore pour ce qu’il lui avait dit. Et que maintenant, elle lui en voulait encore plus de partir et de la laisser. Pourtant, la jolie blonde ne parvenait pas à trouver les mots pour lui dire de rester. Elle jeta l’éponge, parce qu’elle était fatiguée. Après le Mexique et la mort de Juan, elle avait passé presque deux années à gober des comprimés comme des bonbons pour éviter de s’écrouler. Elle avait suivit une thérapie pour se reconstruire, pour réapprendre à aimer la vie, à s’aimer elle. Aujourd’hui, elle sortait la tête de l’eau et elle ne voulait plus de cette souffrance. Elle avait déjà trop donné. C’était pour cette raison qu’elle baissait les bras. Si c’était voué d’avance à l’échec, alors autant ne rien tenter, prendre de la distance et faire semblant de rien lorsqu’il reviendrait deux fois dans l’année pour boire un verre.

Flash Back

« -elle a prit la fuite parce qu’elle a eut peur. » C’était sincèrement ce qu’elle pensait. Même si elle aurait pu lui dire que sa Jo était une véritable connasse, qu’elle avait joué avec ses sentiments et que maintenant c’était elle qui le ramassait à la petite cuillère. Elsy pouvait comprendre cette femme. Parce qu’elle connaissait cette peur qui était capable de vous faire dire n’importe quoi, de faire n’importe quoi. Lorsqu’elle prenait le contrôle, c’était tellement compliqué de le reprendre. Elle ne voulait pas perdre son agent, ou plutôt son ami. Ça la faisait trop chier de le voir souffrir comme ça. Mais en entendant le son de sa voix et le regard qu’il lui lança, Elsy se demanda si elle avait bien fait de proposer son aide. Est ce que c’était vraiment la bonne solution de retrouver Jo. De la forcer à se confronter à ces peurs ? Est ce que ça allait arranger la vie d’Isaac de la revoir ?

Fin du Flash Back

Au fond d’elle même, elle avait envie de le planter là, et de partir. Parce que ça ne mènerait à rien cette discussion. Pourtant, elle restait là, devant lui, le regard triste. Et elle reprit sa marche à ses côtés, parce qu’il fallait au bout des choses. Une fois devant la mer, elle se demanda ce qu’elle faisait là. A quoi ça servait ? S’il avait décidé de partir, et bien voilà c’était tout. En réalité, elle ne s’attendait pas à ce qu’ils aient autant de mal à se comprendre et à communiquer. Malgré les cris et les engueulades, ils y étaient toujours parvenu avant. Que répondre à ce la question qu’il venait de poser… « -j’en sais rien Iz... » lui répondit elle avec cette boule au ventre et ce nœud dans la gorge.

Un petit rire nerveux passa ses lèvres avant qu’elle ne dise en souriant enfin l’espace d’une seconde, levant les yeux en l’air : « -promets rien de toute façon t’y arrivera jamais... » En disant cela, elle avait resserrer ses doigts sur les siens, comme si cela avait le pouvoir de le retenir. Elle ne répondit pas à son baiser, cherchant les mots qui serait capable de lui expliquait ce qu’elle ressentait. « -Iz… C’est pas à moi de décider si tu restes ou si tu pars. Tout ce que je sais, c’est que j’ai trop souffert depuis deux ans. J’ai plus envie d’avoir mal, de pleurer comme une madeleine toutes les trois minutes. » Elle regarda quelques secondes l’eau qui allait et venait, puis baissa les yeux sur les doigts entrassé. « -je sais que je te veux dans ma vie. Parce que ça fait bien trop longtemps que tu en fais parti pour la quitter. Ça va te paraître horrible ce que je vais dire mais… Est ce qu’on s’accorder un peu de temps ? Je sais pas… Un ou deux mois… » ça n’était pas un reste, ça n’était pas un part. Encore moins un grand oui épouse moi sur le champs ! Elsy se mordilla les lèvres en le fixant du regard, serrant encore ses doigts entre les siens. « -je te l’ai dis, et tu me connais… J’ai besoin de… D’analyser tout ça, d’être sur. »

Un soupira passa ses lèvres et elle lâcha ses doigts avant de se détourner pour faire quelques pas. Puis elle le regarda à nouveau et reprit : « -j’ai envie de voir si on se manque, si on ressent ce besoin de se voir, de s’appeler, de se faire l’amour. » Elsy écarta les bras avant de les laisser tomber le long de son corps. « -je veux pouvoir te faire une vraie place dans ma vie si on s’engage dans ce genre de relation. Pas seulement un sac de voyage que tu balances dans un coin le weekend. Je veux un tiroir complet pour tes affaires, ta brosse à dent à côté de la mienne, que tes soucis deviennent les miens autant que tes rires et des joies. Dans ma tête c’est ça une relation de couple. Et je… » Elsy s’arrêta et lança : « -pourquoi tu me regardes comme ça ? Dis quelque chose, fais quelque chose, embrasse moi et fait moi taire j’en sais rien ! » Elle avait l’impression de parler parler et parler encore.


Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 802
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 6 Empty


Isaac Samuel Jacobs
J'ai 46 ans et je vis à San Francisco. Dans la vie, je suis consultant pour la police et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé depuis peu et je le vis plutôt bien finalement.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 6 Tumblr_ofkb2p3Axm1uou64xo7_400
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 6 C44ea6d4150692af7e5d03b0dffb503f77dd543f


avatar :copyright:️ me



Sur cette plage de San Francisco, n’ayant que les vagues pour seules témoins, Isaac s’était livré à cœur ouvert à celle qu’il avait, finalement, toujours aimé, même si ça avait été de manière différente à chaque période de leur relation. Ce dont il était sûr, c’était qu’il se ne voyait nulle part ailleurs que là, à ses côtés. Maintenant, c’était elle qui tenait les cartes en main. Elle avait le pouvoir de le faire partir comme de le faire rester. Enfin, c’était comme ça qu’il avait imaginé les choses, mais Elsy venait de lui donner tort « Je ne veux plus te faire pleurer Elsy » murmura-t-il comme un secret et il pencha la tête sur le côté, un sourire sur les lèvres et la laissa poursuivre. Devant ses yeux, la belle blonde semblait réfléchir à voix haute et la laissa faire, presque amusé de voir que finalement, si elle avait besoin de réfléchir, c’était qu’il y avait un espoir pour lui, pour eux deux. Il la laissa lâcher ses doigts, s’écarter un peu, toujours ce sourire sur les lèvres parce qu’il la connaissait et son cœur se gonflait d’amour pour elle en la voyant faire ainsi. Elle finit par s’arrêter de parler avant de reprendre, lui demandant de la faire taire, de l’embrasser pour l’empêcher de parler. Un rire jaillit de sa gorge, les mains dans les poches de son costume, il redressa la tête et s’avança vers elle et l’embrassa avec tendresse, se recula, toujours ce sourire sur les lèvres « Elsy… ma chère Elsy… Ça fait dix ans qu’on se tourne autour, qu’on se manque dès que l’un ou l’autre est absent, ne tenant pas à l’idée de vivre sans l’autre, alors je pense qu’il n’y a pas besoin d’attendre deux mois. Tu auras la réponse avant. Personnellement, toute cette semaine, je n’avais que toi à l’esprit ». Il avait dit cela avec ce sourire aux lèvres qui lui allait si bien. Il l’embrassa de nouveau « Et personnellement, j’ai toujours envie de te faire l’amour » et un nouveau baiser « Je t’aime Elsy et j’attendrai que tu sois prête à mettre ma brosse à dent à côté de la tienne et tes chaussettes dans le tiroir de ma commode ». Il sortit ses mains de ses poches pour les poser sur son visage et l’embrassa de nouveau, avec envie.

Ils ne savaient pas vraiment ce que demain serait fait, mais ce dont il était sûr, c’était qu’il prêt à tout, même à changer, pour elle.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 6 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]
» G - "With or Without You" [HENTAÏ] [PV Mina]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: