-43%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur la Trottinette électrique GoRide Pro – Larges roues ...
199.99 € 349.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 352
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Pigeon

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Empty

wqrkhhMRhAvnJdiRtTjghSDNtfA6kOGdjljT19pqHlBVPgA1m6vFY9rD8i2NeR8v9mxhnEwX3pE6HXgGcW1vJI-mAxrNzYUtgkQaBYkSwUyJdO-7F8dB
Isaak
Anderson

J'ai 33 ans et je vis à New-York, États-Unis. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt moyen.
Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Tumblr_nhvc3dNLYN1txyqrlo2_250


Isaak a une carrière professionnelle parfaite et , une vie de merde. Ça me semble être un bon résumé.
Tête de classe , il devient inspecteur de la police des moeurs , montant en grade assez jeune. Il est réputé pour faire du bon travail mais , aussi être autoritaire , froid , dur et pragmatique avec ses collègues. Il s'est jeté à corps perdu dans le travail et , ne supporte pas les erreurs ou les échecs. Ça le conduit souvent dans les bars ou dans son salon à vider des bouteilles. C'est pas génial pour sa carrière , cela dit.

Isaak l'a connu , l'amour , celui qu'on pense éternel. À la vingtaine , il rencontre Christelle , qui deviendra sa femme. Ils se marient tôt , à 23 ans et l'année suivante le petit Cole est né. Leur joie de vivre, leur petite étoile.
Cole leur ai cruellement arraché lors d'un accident de voiture. Le médecin chargé de l'opéreration commet une erreur et , le petit garçon perd la vie.
Isaak ne s'en ai jamais vraiment remis , même après trois longues années.
Isaak conduisait. Et cela , sa femme ne lui a jamais pardonné. Cela ajoute à son implication dans la police , Christelle demande le divorce.
Le jeune inspecteur ne cherche pas spécifiquement à retrouver l'amour , la haine lue dans les yeux de son ex-femme , lui fait croire que c'est impossible. Mais , plutôt remettre sa vie et son esprit à l'endroit.
Pour l'instant, le seul sens qu'il trouve à sa vie , c'est mettre des enfoires en prison et boire pour oublier Cole et Christelle.
Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Original


Garrett Hedlund  :copyright:️ NOM CRÉATEUR
Kylie Monroe ne se gêne visiblement pas pour admirer mon corps tandis que je me r'habille. Je ne lui fais pas la remarque , néanmoins , histoire de ne pas gâcher le moment. Je veux dire , cette situation est suffisamment perturbante pour que j'évite de me montrer trop désagréable. Je me dis ainsi , logiquement que je ne devrai pas traîner et je lui fais part de cette idée , en souriant même une fois n'est pas coutume.

Je suis surpris qu'elle aussi me rende un sourire. L'ambiance me parait tout de suite plus détendue tandis qu'elle utilise le plaid de son canapé comme une robe. Le rendu souligne toujours ses courbes et bien que nos ébats passionnés sont terminés, mes yeux s'attardent encore sur elle. Elle a l'air un peu comme prise au dépourvu. Peut être imaginait-elle que je partirai comme un voleur ? Je ne sais pas moi même comment je suis censé réagir , en réalité. Je ne me suis jamais retrouver dans une pareille situation.

Je ne peux retenir une expression étonnée quand elle me dit que ma présence ne la dérange pas. J'écoute ses paroles alors que mon sourire en coin s'agrandit. Charmant hein ? Quand je ne lui crache pas ma médisance sur les personnes riches ? Eh bien , je suis comme ça c'est tout , j'ai mes opinions.
Je dois avouer que j'apprécie particulièrement me fait qu'elle puisse me trouver "charmant" au delà de mes défauts.

Kylie prend le temps d'ajouter que son mari ne sera pas là avant une bonne heure et demie. C'est vrai , je pourrai m'en aller. Mais après tout , qu'ais-je à faire chez moi, dans mon petit appartement ? Rien. Personne ne m'attend.
Donc , je vais rester. Je m'assois à nouveau sur le canapé, pour lui montrer que j'accepte sa proposition.

"Eh bien partageons un verre dans ce cas." , je lui répond.

"Par ailleurs sachez que votre présence ne me déplait pas non plus. Disons simplement que ma médisance générale , comme vous le dite si bien , est dû à certaines mauvaises expériences." , mon travail m'a trop souvent confronté à ceux de sa condition. Ceux qui se croient grands par leurs comptes en banques , se permettant les pires horreurs. Ils se pavannent dans des baraques luxueuses à ne rien foutre de leurs journées quand mes collegues vivent dans un pauvre deux pièces.
Et , je ne parle pas de ceux qui ont de l'argent sale , mêlés à de salles histoires. Bref , oui j'ai du mal à les supporter. Sur quelle doit prendre ça pour de la jalousie. Grand bien lui en fasse.

Revenons aux choses sérieuses . Je suis assis confortablement dans le canape Monroe après avoir...Hum , je vais essayer d'oublier cela quelques minutes . Tout en gardant à l'esprit que je ne dois pas m'attarder ici , plus d'une heure encore .

"Alors que proposez-vous ?" , je lui demande avec un sourire en coin. Je parle de l'alcool bien entendu. Et , par respect , je me retiens de faire une remarque sur le fait que ses soirées de charité ou que sais-je , lui permettent d'avoir une bonne connaissance du sujet de l'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2020
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Empty

tumblr_po3v5nBrEh1sddr1ro6_250.png
Kylie Monroe
J'ai 37 ans et je vis à New York, Amérique du Nord. Dans la vie, je suis organisatrice de mariage pour clientèles aisées et je m'en sors plus que confortablement. Sinon, grâce à ma chance/malchance, cela dépend du point de vue où l'on se positionne, je suis mariée au PDG de la Banque Monroe et je le vis plutôt aléatoirement.

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Tenor
Si Kylie devait parler d'amour, elle ne saurait pas quoi en dire. Promise à son époux dès son plus jeune âge (18 ans), pour une alliance de complaisance entre leur parents, elle ne peut se vanter d'avoir la chance de connaître le grand-amour. Elle n'a d'ailleurs pas eu la chance, également, de connaître autres amants que celui dont elle porte le nom. La situation aurait pu être satisfaisante, tant la situation financière du couple lui assure une vie plus que confortable, mais la jeune femme aspire à connaître ce sentiment de bonheur, qu'elle lit dans le regard de ces couples dont elle organise les mariages (riches il va s'en dire), ainsi que d'adopter le rôle de mère (que son mari stérile ne peut lui offrir). Ce n'est pas la plus romantique des femmes que porte ce monde, ayant grandit avec des valeurs bien plus terre-à-terre, mais elle ne dirait pas non à un peu de folie dans cette vie finalement bien ennuyeuse.


Jessica Alba (c) Cranberry
L’homme prend place dans le canapé, acceptant mon offre. C’est… très déstabilisant, je dois dire. Je croyais qu’il prétexterait n’importe quelle excuse un temps soit peu plausible pour ce soustraire de cette entrevu, complètement étrange nous sommes d’accord, et il consent à partager un verre en ma compagnie, avant de souligner que ma présence ne lui déplaît pas non plus.  D’accord. Ce pourrait-il que j’aie mal interprété certaines de ces expressions faciales durant nos ébats ? Il est vrai que les circonstances ne se prêtaient pas réellement à une analyse de personnalité, étant moi-même aux prises d’un plaisir certain. Je consens donc à admettre ma possible erreur, tandis que je l’écoute m’expliquer les causes de sa médisance générale concernant les gens de la haute. Je le comprends, du reste : bon nombre de bourgeois se donnent énormément de mal pour se faire haïr du reste du monde. Mais cela n’excuse pas qu’il m’ait traité avec rudesse, sans assurance que j’appartienne à cette catégorie de riche. Je suis plutôt une femme abordable, d’ailleurs, quand on est agréable envers moi. J’aurai par conséquent appréciée que nos rapports démarrent sur une meilleure note, donnant peut-être une autre ambiance à notre étreinte charnelle. Qui sait ? Peut-être aurions-nous pris plus de temps pour nos préliminaires, afin de marquer nos souvenirs de cette parenthèse unique ? Puis-je espérer que je marquerais ces souvenirs, du reste ? Je ne sais pas. Je n’ai pas la prétention de l’imaginer. D’autant que je ne dois pas être sa première partenaire d’une unique fois alors… Il est préférable que je me convainc qu’il m’oubliera très vite, dès qu’il aura franchit le seuil de cette demeure. En ce qui me concerne ? Je ne pense pas que j’y parviendrai, sincèrement. J’assimile cet acte sexuel à une véritable première fois, totalement bouleversante dans ma vie de femme. J’ai donc le sentiment que l’homme a gravé ma mémoire, ma peau, de son identité comme de ces caresses. L’inspecteur m’interroge ensuite sur le contenu du bar.

« _ Cela serait plus simple si vous me disiez immédiatement ce que vous préférez. Je lui réponds immédiatement, courtoise, me dirigeant vers l’immense bar pour l’ouvrir. _ Comme vous le voyez, j’ai l’embarras du choix. Je poursuis, lui laissant le constater de lui-même. _ Gyn, Bourbon, Whisky, Rhum. Pour ne lui citer que quelques exemples. _ J’ai également du vin et du Champagne, si vous le désirez. »

Je ne suis pas coutumière des boissons alcoolisées, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Tout ce que je contiens ce bar, valant une petite fortune, appartient à Jack. Je ne pourrais donc pas le conseiller, tant je suis habituée à consommer du Vin et du Champagne. Je m’empare d’un verre pour servir la boisson qu’il a choisit, avant de m’approcher de sa personne pour lui donner.

« _ Je comprends vos ressentiments sur les bourgeois. Je reprends ensuite, cordialement, de sorte de rebondir sur ces précédents propos. _ Bon nombre d’entre eux sont des connards pensant que le monde s’achète avec une liasse de billets. Et il serait mentir de prétendre que mon époux ne partage pas cette mentalité. _ Mais je ne suis pas comme ces gens-là. Je reprends, me servant un verre de vin, afin que nous partagions réellement le moment ensemble. _ Je respecte énormément les individus que je suis amenée à rencontrer, et ce quelque soit la classe sociale qu’ils occupent. Je viens m’asseoir à côté de lui, évitant de me coller à son corps, bien que l’envie de sentir sa chaleur m’envelopper m’attire à nouveau plus que de raison. _ Je suis même admirative de la dévotion que vous portez à votre emploi. J’ajoute, ancrant mes prunelles aux siennes, pour qu’il puisse y lire l’envergure de ma sincérité. _ Vous appartenez à cette catégorie d’humains ayant une carrière bien plus utile au commun des mortels, que nous autres évoluant dans les hautes sphères de ce monde. Je m’inclus également, sachant qu’organiser des mariages riches n’est pas un métier extraordinaire en soi. _ Il faut beaucoup de cœur, beaucoup de courage, pour donner de son temps à des fins altruistes. Je suis donc intimement convaincu que vous êtes un homme réellement charmant, quand on a l’honneur de vous connaître véritablement. »

Une chance que je n’aurais pas, du reste, tant j’ai conscience que nos chemins sont amenés à reprendre leur trajectoire initial. C’est triste, du reste, puisque je n’ai pas souvent l’occasion d’être en présence d’un homme qui – bien qu’indélicat à certaines occasions – ne passe pas son temps à me rabaisser plus bas que terre. Mais je ne me vois pas lui formuler le désir que l’on se revoit ultérieurement, sachant que je n’ai rien à lui apporter en retour.

« _ Dans quelle branche de la police officiez-vous ? »

Je l’interroge à la suite, souhaitant alléger la conversation, que je sens pesante après tant d’éloges à sa personne. Il ne faudrait pas qu’il s’imagine que j’ai eu un coup de foudre, d’ailleurs. Car je ne porte qu’une admiration somme toute commune à beaucoup de femmes en présence d’un inspecteur, plein de prestance. Rien de plus. Est-ce nos ébats passionnés qui ont encouragés cet élan de flatterie ? Je l’imagine, oui.


@Elsy


Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 352
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Pigeon

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Empty

wqrkhhMRhAvnJdiRtTjghSDNtfA6kOGdjljT19pqHlBVPgA1m6vFY9rD8i2NeR8v9mxhnEwX3pE6HXgGcW1vJI-mAxrNzYUtgkQaBYkSwUyJdO-7F8dB
Isaak
Anderson

J'ai 33 ans et je vis à New-York, États-Unis. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt moyen.
Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Tumblr_nhvc3dNLYN1txyqrlo2_250


Isaak a une carrière professionnelle parfaite et , une vie de merde. Ça me semble être un bon résumé.
Tête de classe , il devient inspecteur de la police des moeurs , montant en grade assez jeune. Il est réputé pour faire du bon travail mais , aussi être autoritaire , froid , dur et pragmatique avec ses collègues. Il s'est jeté à corps perdu dans le travail et , ne supporte pas les erreurs ou les échecs. Ça le conduit souvent dans les bars ou dans son salon à vider des bouteilles. C'est pas génial pour sa carrière , cela dit.

Isaak l'a connu , l'amour , celui qu'on pense éternel. À la vingtaine , il rencontre Christelle , qui deviendra sa femme. Ils se marient tôt , à 23 ans et l'année suivante le petit Cole est né. Leur joie de vivre, leur petite étoile.
Cole leur ai cruellement arraché lors d'un accident de voiture. Le médecin chargé de l'opéreration commet une erreur et , le petit garçon perd la vie.
Isaak ne s'en ai jamais vraiment remis , même après trois longues années.
Isaak conduisait. Et cela , sa femme ne lui a jamais pardonné. Cela ajoute à son implication dans la police , Christelle demande le divorce.
Le jeune inspecteur ne cherche pas spécifiquement à retrouver l'amour , la haine lue dans les yeux de son ex-femme , lui fait croire que c'est impossible. Mais , plutôt remettre sa vie et son esprit à l'endroit.
Pour l'instant, le seul sens qu'il trouve à sa vie , c'est mettre des enfoires en prison et boire pour oublier Cole et Christelle.
Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Original


Garrett Hedlund  :copyright:️ NOM CRÉATEUR
Monroe me répond que ce sera plus simple si je lui dit tout de suite ce que je préfère. Je peux admirer l'immensité de son bar , preuve encore si il en fallait que nous appartenons à deux mondes bien distincts. Pour ma part , je parviens encore à garder peu de bouteilles chez moi, me forcant ainsi à rejoindre les bars comme je l'ai fais avant de tomber sur elle...J'essaie de contenir tant bien que mal mon penchant pour la boisson de ce fait . Ce n'est pas si efficace que je l'escomptait .

"Allons pour un whisky. Merci." , j'ajoute lorsqu'elle me dépose le verre alors que pour elle , ce sera du vin. Plus raisonnable que moi , on dirait.

Je porte le verre à mes lèvres , observant les traits de son visage pendant qu'elle parle. Déformation professionnelle, j'imagine. Je dois guetter un mensonge. Je n'en trouve pas , pourtant. Elle se dit respecter les individus qu'elle rencontre , peu importe leurs classes sociales , tout en s'asseyant à mes côtés. J'ai presque envie de lui dire qu'heureusement elle ne juge pas les gens au montant de leurs comptes à banques.
Je suis un peu déstabilisé lorsqu'elle plante ses yeux dans les miens , je dois bien l'avouer.

"Eh bien...j'imagine que j'ai plus tendance à juger les gens selon leurs classes sociales que vous dans ce cas. J'ai rencontré plus de gens hautain que de personnes pensant comme vous." , je commence par lui répondre.

"J'apprécie vos compliments , soyez en certaine. J'aime beaucoup mon travail , c'est vrai. Mais c'est aussi plus facile quand on a rien d'autres à côté." , autant être honnête. Quand j'avais ma famille , elle passait toujours en premier . Je n'aurai jamais traîné si tard dans les rues pour une enquête , à moins d'y être vraiment obligé.

Sa remarque sur mon probable côté charmant , me fait un peu rire , par contre. Je souris donc quand je lui donne mon avis à ce sujet :

"Je ne suis pas sûr que mon entourage et mes collègues me trouvent charmant ." , suffit de demander à l'agent que j'ai incendié avant de quitter le bureau. Je m'emporte facilement , ne jurant que par les résultats.

"Je suis inspecteur dans la police des moeurs." , je continue. Ça peut rebuter certaines personnes cette informations. Pas elle , j'imagine. Enfin , je m'en fous , cela dit. Je la regarde quelques instants , tentant de trouver quel pourrait bien être son métier.

"Et vous ? J'imagine que vous ne vous la coulez pas douce ici , profitant de l'argent de votre mari..." , je lui adresse un petit sourire en coin. Je ne vais pas arrêter mes petites allusions malgré ce qu'elle m'a dit. Ce serait moins drôle.

Je pourrai la complimenter aussi , cela dit. Mais , je ne pense pas le faire. Pas tout de suite du moins. Probablement jamais. Qu'es ce que je lui dirai ? Qu'elle est bonne au lit ? Plutôt belle ? Elle serait encore capable de penser que je juge leurs gens sur leur physique en plus de leur argent. Quoique...
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2020
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Empty

tumblr_po3v5nBrEh1sddr1ro6_250.png
Kylie Monroe
J'ai 37 ans et je vis à New York, Amérique du Nord. Dans la vie, je suis organisatrice de mariage pour clientèles aisées et je m'en sors plus que confortablement. Sinon, grâce à ma chance/malchance, cela dépend du point de vue où l'on se positionne, je suis mariée au PDG de la Banque Monroe et je le vis plutôt aléatoirement.

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Tenor
Si Kylie devait parler d'amour, elle ne saurait pas quoi en dire. Promise à son époux dès son plus jeune âge (18 ans), pour une alliance de complaisance entre leur parents, elle ne peut se vanter d'avoir la chance de connaître le grand-amour. Elle n'a d'ailleurs pas eu la chance, également, de connaître autres amants que celui dont elle porte le nom. La situation aurait pu être satisfaisante, tant la situation financière du couple lui assure une vie plus que confortable, mais la jeune femme aspire à connaître ce sentiment de bonheur, qu'elle lit dans le regard de ces couples dont elle organise les mariages (riches il va s'en dire), ainsi que d'adopter le rôle de mère (que son mari stérile ne peut lui offrir). Ce n'est pas la plus romantique des femmes que porte ce monde, ayant grandit avec des valeurs bien plus terre-à-terre, mais elle ne dirait pas non à un peu de folie dans cette vie finalement bien ennuyeuse.


Jessica Alba (c) Cranberry
Mes lèvres s’étirent en un sourire amusé. Je ne contredirai pas l’inspecteur quant au fait qu’il a le jugement facile, c’est un fait ; mais je ne comprends pas pourquoi il a opté de ce fier à des généralités. Sommes-nous donc tous des prototypes appartenant à des stéréotypes ? Je ne crois pas, non. Ah moins qu’il n’y ait eu une erreur me concernant, je ne colle pas à l’image hautaine que l’inspecteur dépeint de ma classe sociale. Je n’apprécie pas particulièrement d’y être associé, du reste. Je suis donc satisfaite qu’il ait cessé de le faire, bien que les mauvaises habitudes aient la vie dure à ce que l’on dit. Je pense qu’il ne serait pas malvenu que je me prépare à me prendre une nouvelle remarque incessamment sous peu, d’ailleurs. C’est tellement facile d’oublier son bouclier de protection avec cet homme, que prudence est mère de sagesse. La faute revenant à la fascination qu’il a crée chez moi, j’imagine. Elle m’encourage à le gratifier de compliments sincères, là où je le cataloguais de connard en pensées les minutes précédentes, au point que je m’en étonne moi-même. Peut-être n’est-ce qu’un effet secondaire à l’orgasme qu’il m’a donné ? Toujours est-il que je l’écoute me confier son appréciation quant à son métier, avant de mentionner que c’est plus facile lorsque – je cite – il n’y a rien à côté.

« _ J’ai du mal à comprendre. Je rebondis instantanément, avec intérêt, sans que cela ne soit une forme de curiosité déplacée pour autant. _ Qu’entendez-vous par : c’est plus facile lorsque l’on a rien à côté ? Vous avez bien des amis, de la famille ? »

Il est tant charismatique à mes yeux, que le contraire me surprendrait. Je m’attends donc à ce qu’il confirme ma dernière interrogation, quand je découvre avec joie l’éclat de sa voix lorsqu’il rit. C’est très joli. Cela ne dure pas suffisamment longtemps pour que je puisse en profiter véritablement, laissant très vite la place à un sourire tout autant agréable, mais cela ne manque pas d’appeler le mien, pendant qu’il me confit l’avis de ces collègues quant à son côté charmant.

« _ Je ne doute pas que votre entourage professionnel ne doit pas souvent bénéficier de la même chance que j’ai de vous entendre rire. Je rétorque, sur le ton de l’amusement. _ Mais vous devez bien avoir quelques amis qui ont cette chance de le constater comme je le constate, me trompe-je ? »

Nous en revenons à nouveau à ces connaissances. Il serait de bon ton que je cesse de m’intéresser à son répertoire de connaissance, sous peine qu’il ne s’imagine que j’essaye de le séduire. Ce qui n’est pas le cas, du reste. Nous n’avons partagés qu’un fugace instant charnel. Je dévie de ce fait la conversation sur un sujet plus ‘basique’, m’intéressant à la branche de police dans laquelle il officie.

« _ Les mœurs. Je souffle naturellement, buvant ensuite une gorgée de mon vin. _ Je comprends mieux pourquoi mon milieu social vous fait tant horreur, à présent. »

Les riches sont les premiers à se rendre coupable de crimes sexuels. Je ne suis donc sincèrement pas surprise que son image de la bourgeoisie soit aussi négative. Rien que mon propre couple pourrait le dégoûter encore davantage de la richesse, s’il savait ce qu’il se passe une fois que notre porte est close. Mais je m’abstiens de partager ce détail, qui ne concerne que mon couple finalement, avant qu’il ne s’intéresse à la carrière professionnelle que j’exerce. Il ne manque pas d’y glisser une petite remarque désobligeante, d’ailleurs. Vous voyez ? Quand je disais que les mauvaises habitudes avaient la vie dure, je ne vous mentais pas.

« _ Je suis organisatrice de mariage. Je déclare à la suite, faisant fie volontairement de son stéréotype, sachant moi-même qu’il n’est pas si injustifié que cela, notamment chez certaines de mes connaissances. _ Ce n’est pas un métier aussi utile que n’est le vôtre, j'en conviens, mais cela suffit amplement à m’occuper l’esprit quotidiennement, avant de m'offrir le luxe de m’adonner aux activités qu’il vous plaira d’imaginer chez les épouses bourgeoises. »

Shopping. Coiffure. Massage. Les exemples sont divers autant que variés. Je lui laisse donc volontiers le loisir de me gratifier de celles qui l’enchanteront, sachant que cela m’amusera plus que de raison. J’aime bien son petit coté piquant, je dois dire. Je suis curieuse d’entendre quelle remarque il peut encore m’adresser, suite à cette réponse.


@Elsy


Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 352
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Pigeon

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Empty

9dwcTAf4_o.png
Isaak
Anderson

J'ai 33 ans et je vis à New-York, États-Unis. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt moyen.
Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Tumblr_nhvc3dNLYN1txyqrlo2_250


Isaak a une carrière professionnelle parfaite et , une vie de merde. Ça me semble être un bon résumé.
Tête de classe , il devient inspecteur de la police des moeurs , montant en grade assez jeune. Il est réputé pour faire du bon travail mais , aussi être autoritaire , froid , dur et pragmatique avec ses collègues. Il s'est jeté à corps perdu dans le travail et , ne supporte pas les erreurs ou les échecs. Ça le conduit souvent dans les bars ou dans son salon à vider des bouteilles. C'est pas génial pour sa carrière , cela dit.

Isaak l'a connu , l'amour , celui qu'on pense éternel. À la vingtaine , il rencontre Christelle , qui deviendra sa femme. Ils se marient tôt , à 23 ans et l'année suivante le petit Cole est né. Leur joie de vivre, leur petite étoile.
Cole leur ai cruellement arraché lors d'un accident de voiture. Le médecin chargé de l'opéreration commet une erreur et , le petit garçon perd la vie.
Isaak ne s'en ai jamais vraiment remis , même après trois longues années.
Isaak conduisait. Et cela , sa femme ne lui a jamais pardonné. Cela ajoute à son implication dans la police , Christelle demande le divorce.
Le jeune inspecteur ne cherche pas spécifiquement à retrouver l'amour , la haine lue dans les yeux de son ex-femme , lui fait croire que c'est impossible. Mais , plutôt remettre sa vie et son esprit à l'endroit.
Pour l'instant, le seul sens qu'il trouve à sa vie , c'est mettre des enfoires en prison et boire pour oublier Cole et Christelle.
Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Original


Garrett Hedlund  :copyright:️ NOM CRÉATEUR
Je confie à Monroe que , de mon point de vue , il est plus simple d'être à fond pour le boulot quand on a rien à côté. Évidemment, elle ne semble pas percutée , disant que je dois bien avoir de la famille ou des amis.

Certes , j'ai bien mes parents mais ils vivent dans un autre état et le fait que l'on ne se voit que quelques fois dans l'année ne les dérangent pas. Quant aux amis eh bien...beaucoup se sont tirés quand Cole est mort. On ne sait pas quoi te dire , ont-ils prétexte. Ben tiens. Tu pouvais juste la fermer et m'aider. Le reste , c'était beaucoup de connaissances en commun avec Christelle et notre séparation a coupé les ponts. Je n'ai pas fais d'efforts pour recréer de liens avec de nouvelles personne. Manque d'envie et d'intérêt.

"Disons simplement que je n'ai personne qui m'attends tous les soirs à la maison." , je finis par lui dire en évitant son regard. Les amis ne vous demandent pas chaque soir , là où une femme et des enfants est en droit de le faire . Mais Kylie Monroe insiste .

"Nous avons rarement le temps et le loisir de rire avec les collègues. Peut être quelques amis oui..." , je revois bien des anciens de l'école avec qui boire un verre. C'est loin d'être régulier , cela dit. J'ai mon boulot , encore le boulot .

Je ne répondis sur sa remarque quant au fait que sa classe sociale est associée bien trop souvent à ma profession. Elle en a conscience , inutile d'en rajouter ou de raconter diverses anecdotes. J'ai , de toute maniere , pris conscience qu'elle n'appartient pas à cette catégorie.
Je prends , néanmoins , la peine de l'interroger sur son propre métier. Comment une femme comme elle , occupe-t-elle ses journées ? J'imagine qu'elle ne se contente pas de dilapider l'argent de son mari.
Ainsi , elle est organisatrice de mariage. Eh bien , je dois avouer que je ne m'y attendais pas spécialement. C'est...intéressant. C'est plus utile que de nombreuses choses auxquelles , elle aurait pu s'adonner . Sa derniere remarque me fait plutôt sourire , je sens que je souris grandement.

"J'imagine que vous avez toujours de quoi vous occuper dans cette branche." , je commence. "Comme activités ? J'aurai pu dire finir vos bouteilles mais vous m'avez dit ne pas vous y connaître...Hum...Dilapider votre argent dans d'immenses boutiques hors de prix ?" , j'ajoute quelques peu moqueur sans méchanceté , cela dit.

"Votre métier vous plaît au moins ?" , serait-elle obligée seulement de travailler ? Peut être que c'est un voeu personnel.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2020
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Empty

tumblr_po3v5nBrEh1sddr1ro6_250.png
Kylie Monroe
J'ai 37 ans et je vis à New York, Amérique du Nord. Dans la vie, je suis organisatrice de mariage pour clientèles aisées et je m'en sors plus que confortablement. Sinon, grâce à ma chance/malchance, cela dépend du point de vue où l'on se positionne, je suis mariée au PDG de la Banque Monroe et je le vis plutôt aléatoirement.

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Tenor
Si Kylie devait parler d'amour, elle ne saurait pas quoi en dire. Promise à son époux dès son plus jeune âge (18 ans), pour une alliance de complaisance entre leur parents, elle ne peut se vanter d'avoir la chance de connaître le grand-amour. Elle n'a d'ailleurs pas eu la chance, également, de connaître autres amants que celui dont elle porte le nom. La situation aurait pu être satisfaisante, tant la situation financière du couple lui assure une vie plus que confortable, mais la jeune femme aspire à connaître ce sentiment de bonheur, qu'elle lit dans le regard de ces couples dont elle organise les mariages (riches il va s'en dire), ainsi que d'adopter le rôle de mère (que son mari stérile ne peut lui offrir). Ce n'est pas la plus romantique des femmes que porte ce monde, ayant grandit avec des valeurs bien plus terre-à-terre, mais elle ne dirait pas non à un peu de folie dans cette vie finalement bien ennuyeuse.


Jessica Alba (c) Cranberry
Oh. Personne ne l’attend chez lui. Euh… Je ne m’attendais pas à cette réponse, je dois dire. Et je suis particulièrement confuse d’avoir indirectement insistée sur la question. Ce n’est pas tant que je tenais à connaître la liste de ces connaissances, non. C’est… je pensais surtout qu’il exagérait quand il avançait qu’il avait tout le temps nécessaire pour se dévouer à son travail. C’est étonnant, d’ailleurs, qu’il n’est pas tant de personnes dans son entourage direct. Il est… charismatique, sympathique avec les gens qui ne sont pas bourgeois (j’imagine), que cela devrait avoir son petit effet sur le commun des mortels, non ? Je ne sais pas. Je me surprends à tenter d’analyser un presque parfait inconnu, pour justifier le quasi-désert affectif qu’il traverse. C’est ridicule, n’est-ce pas ? D’autant que cela ne me concerne pas. Comme cela ne me concernera pas davantage dans les jours à venir alors… mieux vaut que je n’ajoute rien si ce n’est un sourire compatissant. De plus, j’imagine que sa solitude affective lui permet de coucher avec n’importe qui, sans risque qu’une compagne lui fasse une scène de ménage. Alors… pourquoi en faire tout un foin ? Est-ce que je me serai inquiétée pour Elle, si cette Elle avait existée ? Peut-être, oui. C’est stupide parce qu’il est assez intelligent pour connaître les enjeux d’une aventure avec une autre femme que n’aurait été la sienne mais… Paradoxalement, je suis suffisamment altruiste pour me reprocher de l’y avoir invité. Car je l’ai invité, du reste. Je n’oublie pas que je suis autant l’inquisitrice de cette étreinte charnelle, que l’inquisitrice de cette discussion. Je reconnais donc mes torts quand ils existent, même si pour le moment il n’y a qu’aux yeux de mon époux que je me suis mise en tort. Le sujet dévie naturellement sur la spécialisation de son métier, avant que le mien ne soit abordé. Il n’est pas aussi indispensable que ne l’est le sien, mais l’inspecteur marque un point : il est une source d’occupation. Entre les rendez-vous avec les divers couples, les coup-de-fils aux prestataires, et les mariages auxquels je dois assister pour assurer que tout ce passe bien, je n’ai plus une minute à moi.

« _ Effectivement, c’est un métier très prenant. Je confirme, non sans lui offrir un sourire charmant, avant qu’il ne me cite les activités qu’il m’imagine faire hors travail.  _ Hé bien. Je constate avec amusement, riant quelque peu. _ Ma personnalité encourage à rester dans les stéréotypes à ce que je vois. On ne sort pas des sentiers battus. »

Je le taquine, bien évidemment. Je ne doute pas qu’il puisse viser juste du premier coup, tant mon activité favorite dénote énormément de celles qu’on connaît des épouses riches. Je ne lui en veux donc pas d’avoir tout faux, appréciant même qu’il ait usé de son côté piquant pour ce faire.

« _ Je vais peut-être vous surprendre, mais les rares fois où mon travail n’empiète pas sur mon temps libre, je me consacre à diverses associations, où j’œuvre à titre de simple bénévole. »

Je leur fais quelques dons, également. Mais cela se limite aux uniques fois où mon époux autorise le virement. L’inconvénient d’avoir un mari banquier. Il a accès à tous les comptes bancaires de ces clients, y compris celui de son épouse. Quant à en ouvrir un autre, chez un concurrent, c’est impossible. Mon nom de famille les dissuade immédiatement d’accéder à ma demande. J’omets aussi volontairement de mentionner que je ne m’y rends pas en tailleur chic, tant cela semble tomber sous le sens à mes yeux. L’inspecteur m’interroge sur ma passion à effectuer mon travail. Cela me surprend que cela puisse l’intéresser, mais je n’en montre rien tandis que je lui réponds avec honnêteté.

« _ Oui. Il me permet de participer au bonheur d’un couple dans l’élaboration du plus beau jour de leur vie. Cela suffit donc à me rendre heureuse. »

Du moins, j’ai choisie ce métier un peu au hasard je dois dire. J’ai commencée très jeune, vingt-trois ans, et je n’avais aucune idée si le concept me plairait. C’est au fil de mon expérience, et de la dégradation de mon couple, que je me suis rendue compte que je m’y épanouissais. Peut-être est-ce une manière détourner de vivre l’amour par procuration, cela dit. Mais tant que cela m’éloigne de mon époux, cela me convient totalement. Je n’ai pas le cœur à rester à la maison quand il s’y trouve, tant il me fait vivre un véritable enfer et… Pour être honnête, j’ai peur de sa réaction à mon départ de la soirée caritative. Il n’appréciera sans doute pas que j’aie brillée par mon absence, là où je passe des heures dans des associations. C’est incohérent, du reste. Mais croyez-moi : ces soirées n’apportent rien de plus que de l’argent aux causes qu’elles soutiennent. Le reste n’est que fioritures, permettant à des grosses fortunes de faire fructifier leurs affaires. C’est tellement… hypocrite. Je bois une gorgée de mon vin, ne sachant comment relancer la conversation sans faire preuve de curiosité déplacée. C’est le principe même d’une conversation à destination d’une découverte de l’autre, cela dit. Mais… sommes-nous réellement entrain de faire connaissance, sachant que l’on ne se reverra pas ?


@Elsy


Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 352
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Pigeon

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Empty

20052307524524541716809087.png
Isaak
Anderson

J'ai 33 ans et je vis à New-York, États-Unis. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt moyen.
Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Tumblr_nhvc3dNLYN1txyqrlo2_250


Isaak a une carrière professionnelle parfaite et , une vie de merde. Ça me semble être un bon résumé.
Tête de classe , il devient inspecteur de la police des moeurs , montant en grade assez jeune. Il est réputé pour faire du bon travail mais , aussi être autoritaire , froid , dur et pragmatique avec ses collègues. Il s'est jeté à corps perdu dans le travail et , ne supporte pas les erreurs ou les échecs. Ça le conduit souvent dans les bars ou dans son salon à vider des bouteilles. C'est pas génial pour sa carrière , cela dit.

Isaak l'a connu , l'amour , celui qu'on pense éternel. À la vingtaine , il rencontre Christelle , qui deviendra sa femme. Ils se marient tôt , à 23 ans et l'année suivante le petit Cole est né. Leur joie de vivre, leur petite étoile.
Cole leur ai cruellement arraché lors d'un accident de voiture. Le médecin chargé de l'opéreration commet une erreur et , le petit garçon perd la vie.
Isaak ne s'en ai jamais vraiment remis , même après trois longues années.
Isaak conduisait. Et cela , sa femme ne lui a jamais pardonné. Cela ajoute à son implication dans la police , Christelle demande le divorce.
Le jeune inspecteur ne cherche pas spécifiquement à retrouver l'amour , la haine lue dans les yeux de son ex-femme , lui fait croire que c'est impossible. Mais , plutôt remettre sa vie et son esprit à l'endroit.
Pour l'instant, le seul sens qu'il trouve à sa vie , c'est mettre des enfoires en prison et boire pour oublier Cole et Christelle.
Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Original


Garrett Hedlund  :copyright:️ The Whole 9 <3
Monroe semble apprécier de parler de son métier car , elle accompagne sa réponse d'un charmant sourire. Effectivement, je ne suis pas allé chercher plus loin que les stéréotypes que je connais. Pourquoi , l'aurai-je faits cela dit ? Je ne la connais pas assez pour savoir à quel genre d'activité elle passe son temps.

D'ailleurs, ses paroles ressemnlent à s'y méprendre à...de la taquinerie ? Je ne suis pas fan de l'idée que nous agissions d'une manière si familière . Si tout se passe bien , nous nous reverrons pas après cette nuit. Alors pourquoi est ce que l'on se pose autant de questions personnelles ?

La suite de sa réponse me surprend , en effet. Elle aide des associations en tant que bénévole ? Je dois avoir un air surpris sur le visage , sans aucun doute. Je dois avouer que j'ai du mal à concevoir l'idée qu'une personne de son rang puisse s'intéresser , sincèrement aux oeuvres caritatives. La plupart des riches , si je peux utiliser ce mot , ne sont que des hypocrites qui redorent leurs images plus que le compte en banque des associations. Néanmoins , je ne crois pas que cette Kylie fasse partie de ces gens-là. Peut être qu'elle a simplement davantage de coeur. Donc , je souris quelques peu , encore une fois.

"Quel genre d'association ?" , je me permets de creuser , un peu curieux , en reprenant une gorgée de mon verre. Il en existe des tas , après tout. "Qu'es ce qui vous y a poussé ?" , ce serait intéressant de savoir pourquoi elle s'est tournée vers ce genre d'activité non ? Bien sûr, en réalité peu importe mais...Je ne peux pas m'empêcher de lui poser des questions.  


À ma question si elle aime son métier , elle me déclare que, oui car , cela lui permet de participer à l'élaboration du plus beau jour de leur vie. Certes. Néanmoins, je ne fais pas partie de ces gens qui pensent qu'un mariage a besoin d'une grande fête pompeuse pour être réussi. Le mien était simple , ça ne l'a pas empêcher de voler en éclats , cela dit.
Je pourrai lui demander si son propre mariage l'a satisfaite mais ce serait vraiment indiscret.

"Ça doit être assez prenant comme vocation." , je dis simplement. Mon propre métier me prend énormément de temps. Comme je lui ai dis pour moi , ça ne pose pas de problèmes. J'ose finalement lui poser une nouvelle question , bien que je pense que je devrai simplement m'en aller. Deux questions même.

"Ça ne derange pas votre mari ? Vous n'avez pas d'enfants ?" , j'ai la sensation que l'opinion de son mari lui importe peu. Elle n'aurait pas couché avec moi sinon ? J'imagine.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2020
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Empty

tumblr_po3v5nBrEh1sddr1ro6_250.png
Kylie Monroe
J'ai 37 ans et je vis à New York, Amérique du Nord. Dans la vie, je suis organisatrice de mariage pour clientèles aisées et je m'en sors plus que confortablement. Sinon, grâce à ma chance/malchance, cela dépend du point de vue où l'on se positionne, je suis mariée au PDG de la Banque Monroe et je le vis plutôt aléatoirement.

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Tenor
Si Kylie devait parler d'amour, elle ne saurait pas quoi en dire. Promise à son époux dès son plus jeune âge (18 ans), pour une alliance de complaisance entre leur parents, elle ne peut se vanter d'avoir la chance de connaître le grand-amour. Elle n'a d'ailleurs pas eu la chance, également, de connaître autres amants que celui dont elle porte le nom. La situation aurait pu être satisfaisante, tant la situation financière du couple lui assure une vie plus que confortable, mais la jeune femme aspire à connaître ce sentiment de bonheur, qu'elle lit dans le regard de ces couples dont elle organise les mariages (riches il va s'en dire), ainsi que d'adopter le rôle de mère (que son mari stérile ne peut lui offrir). Ce n'est pas la plus romantique des femmes que porte ce monde, ayant grandit avec des valeurs bien plus terre-à-terre, mais elle ne dirait pas non à un peu de folie dans cette vie finalement bien ennuyeuse.


Jessica Alba (c) Cranberry
Je ne m’attendais pas à surprendre l’inspecteur à ce point, je dois dire. J’imaginais bien que ma passion pour le domaine associatif aurait de quoi lui faire écarquiller quelques peu ses jolies yeux bleutés mais… Ce n’était pas au point que cela le fige temporairement. Saura-t-il s’en remettre, du reste ? J’ose l’espérer, tandis que je ris de bon cœur à cette réaction. Elle est amusante, d’ailleurs, cette réaction. Elle lui donne un air un peu… enfantin. Et…  j’apprécie énormément l’échange que nous menons. Il me permet de découvrir l’homme qui se cache derrière le flic bourru, agréablement, et je dois avouer que ce n’était pas gagné d’avance. Je suis contente également qu’il porte de l’intérêt à ce sujet. Il démontre que je peux être intéressante, là où j’ai constamment le sentiment de ne pas l’être. Je l’en remercie donc d’un sourire sincère, avant de soulager sa curiosité :

« _ Un peu de tout. Je déclare doucement, ancrant mes prunelles aux siennes. _ Je ne me consacre pas uniquement à un seul domaine associatif, pour être honnête. J’ai mes préférences, bien évidemment, appréciant de pouvoir aider les causes qui me touchent le plus. Mais j’essaye d’être active sur plusieurs domaines, tant sur l’aspect financier que lucratif. Ma réponse étant encore très vaste, j’opte d’être plus précise immédiatement, avant qu’il ne ressente le besoin de renouveler son interrogation. _ Je suis actuellement très impliquée dans les associations touchant les victimes de violences conjugales, les enfants, et les animaux. Mais cela varie souvent. Je marque une pause, me rappelant son intérêt quant à mes motivations initiales. _ J'ai toujours voulu apporter de l'aide aux autres. Je ne voulais pas être une simple femme bourgeoise, profitant du luxe qui m'ait été offert dès la naissance. Je pense que c'est la meilleure des motivations, n'est-ce pas ? »

Comme je l’ai dis précédemment, j’aime être sur plusieurs fronts différents. J’ai besoin d’intervenir dans de nombreux domaines, de sorte de contrebalancer l’aspect inutile que possède mon existence. Je ne suis pas inutile, du reste. J’apporte à ce monde ma petite contribution, aussi minuscule soit-elle. J’ai simplement le sentiment de l’être, là où Jack ne cesse de me le rappeler. Autant dire tout les aspects de mon existence, mais je préfère ne pas mentionner à mon invité ce genre de détails. Je ne mentionne pas également que les virements bancaires aux associations font débat au sein de mon couple. Il n’est pas nécessaire qu’il découvre que je ne suis moi-même, nullement la maitresse de mon compte bancaire. Non, je préfère parler de ma carrière, qui me prend tout mon temps, suffisant à me faire oublier temporairement que je ne serai jamais une femme heureuse.

« _ Ça l’est. Je déclare avec légèreté, après qu’il ait lui même fait le constat de l’ampleur de la tâche que me confit les futurs époux. _ Mais cela reste un travail moins important que n’est le vôtre. »

Je ne gère pas toute la sécurité d’une ville, contrairement à lui. Je n’arrête pas des réseaux entiers de pédophilie, ou que sais-je encore quelles autres horreurs il est amené à côtoyer. Non, je me contente d’assister à des mariages mondains, où j’assure l’intendance pendant que des bourgeois s’amusent. Nous n’évoluons réellement pas dans les mêmes sphères de ce monde. C’est presque incroyable que nous ayons eu un rapport sexuel, tant nous n’étions même pas destinés à nous croiser. Vient à présent les questions les plus… gênantes. Je suis habituée à mentir lorsqu’elles me sont adressées à l’occasion de rares nouvelles rencontres, mais j’éprouve beaucoup de difficulté à concevoir le mensonge à son encontre. Je bois donc une gorgée de mon verre de vin, avant de me lancer dans cet exercice.

« _ Mon mari n’aime pas les femmes inactives. Je commence, passablement étonnée d’avoir fait preuve de franchise, naturellement. _ Il est donc ravi que je sois très occupée par ma profession, très différente de la sienne. Je marque une pause, passant au plus délicat des deux sujets abordés. _ Et non. Nous sommes très occupés tout les deux. (Ne dis rien. C’est un parfait inconnu. Cela pourrait s’ébruiter.) Et nous ne pouvons pas en avoir, dans tout les cas. »

Je me racle la gorge, gênée d’avoir été, contre toute attente, totalement honnête là où je ne le suis pourtant jamais. J’ai peur des conséquences de ces confidences. Si l’inspecteur est le genre de personne à colporter les petites indiscrétions de ce genre, la presse se fera un plaisir d’exposer la stérilité de mon mari dans les tabloïds. Une conséquence qui me vaudrait plus de déboires que tout autre chose.

« _ Puis-je compter sur votre discrétion quant à cette confession ? Je l’interroge immédiatement, ne dissimulant pas ma crainte soudaine, lorsque l’horloge du salon se fait entendre. _ Il est déjà si tard ? Je constate malgré moi, remarquant que le retour de mon époux se rapproche dangereusement. _ Je ne pense pas qu’il serait très prudent que je vous retienne davantage, inspecteur. »

Je déclare immédiatement, sincèrement navrée de mettre un terme à cette rencontre, avant de déposer mon verre sur la table basse. Ensuite je raccompagne l’homme jusqu’à l’entrée, où, je ne sais pas pourquoi, j’ai l’idée de lui glisser ma carte dans la main, après l’avoir sortie de mon sac.

« _ Cela n’engage à rien. Je précise, charmante. _ C’est pour le cas où… vous auriez un jour besoin de mes services. »

Sait-on jamais. A ces mots, je m’autorise un ultime baiser à ces lèvres, puis le laisse partir. J’ai exactement une demi-heure pour effacer sa présence de cette maison. Et je découvre, lorsqu’il est trop tard pour le rattraper, qu’il a oublié son manteau.


@Elsy


Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 352
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Pigeon

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Empty

20052307524524541716809087.png
Isaak
Anderson

J'ai 33 ans et je vis à New-York, États-Unis. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt moyen.
Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Tumblr_nhvc3dNLYN1txyqrlo2_250


Isaak a une carrière professionnelle parfaite et , une vie de merde. Ça me semble être un bon résumé.
Tête de classe , il devient inspecteur de la police des moeurs , montant en grade assez jeune. Il est réputé pour faire du bon travail mais , aussi être autoritaire , froid , dur et pragmatique avec ses collègues. Il s'est jeté à corps perdu dans le travail et , ne supporte pas les erreurs ou les échecs. Ça le conduit souvent dans les bars ou dans son salon à vider des bouteilles. C'est pas génial pour sa carrière , cela dit.

Isaak l'a connu , l'amour , celui qu'on pense éternel. À la vingtaine , il rencontre Christelle , qui deviendra sa femme. Ils se marient tôt , à 23 ans et l'année suivante le petit Cole est né. Leur joie de vivre, leur petite étoile.
Cole leur ai cruellement arraché lors d'un accident de voiture. Le médecin chargé de l'opéreration commet une erreur et , le petit garçon perd la vie.
Isaak ne s'en ai jamais vraiment remis , même après trois longues années.
Isaak conduisait. Et cela , sa femme ne lui a jamais pardonné. Cela ajoute à son implication dans la police , Christelle demande le divorce.
Le jeune inspecteur ne cherche pas spécifiquement à retrouver l'amour , la haine lue dans les yeux de son ex-femme , lui fait croire que c'est impossible. Mais , plutôt remettre sa vie et son esprit à l'endroit.
Pour l'instant, le seul sens qu'il trouve à sa vie , c'est mettre des enfoires en prison et boire pour oublier Cole et Christelle.
Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Original


Garrett Hedlund  :copyright:️ The Whole 9 <3
Je choisi de poser davantage de questions au sujet des associations caritatives auxquelles elle vient en aide. Elle a piqué ma curiosité et , j'écoute attentivement sa réponse qu'elle accompagne d'un sourire sincère. Monroe affirme qu'elle aide divers domaines , aussi bien en tant que bénévole que grâce à sa fortune. Au moins, son argent sert à quelque chose d'utile , là où beaucoup de gens de sa classe le dépense dans des bricoles ou des objets de luxe dont ils pourraient se passer.
Ses motivations sont louables , du reste : elle a toujours voulu aider les autres. D'une certaine manière , n'est ce pas ce que je recherchais moi aussi en entrant dans la police ? Le choix de la brigade des moeurs s'est fait bien plus tard.

"C'est la meilleure des motivations à n'en point douter. Et je la partage." , tandis qu'elle rebondit sur ma question quant au temps qu'elle consacre à son travail.

Elle affirme que même si il lui prend du temps , c'est moins prenant que le mien. Elle a sûrement raison donc je hoche simplement la tête , finissant mon verre. Je me permets de la questionner quant au point de vue de son mari sur la question et si elle a des enfants .
Son mari aime les femmes actives. C'est à dire ? Qu'elle est "obligée" de travailler même si son homme a assez d'argent pour deux ? Qu'il ne supporte pas l'idée qu'elle pourrait se consacrer à 100% aux associations caricatives ?
Enfin , je vais peut être loin dans mon raisonnement.

À ma grande surprise , Kylie Monroe me confie qu'ils ne peuvent pas avoir d'enfants. Je ne vais pas demander les raisons , bien évidemment, c'est une information déjà personnelle. Disons que ça peut peut être me rassurer quant au fait que j'ai couché avec elle , sans protection ? À moins que ce soit son mari le problème.
Je suis néanmoins , profondément gêné de lui avoir posé cette question. Elle s'inquiète immediatement d'ailleurs que je pourrai répandre cette indormation.

"Pardon d'avoir posé la question. Ne vous en faites pas , je ne compte pas ébruiter cette information." , je répond sincèrement . Quel intérêt y aurais-je ? Je ne vais pas crier sur tous les toits que nous avons baisé sur son canapé . Et , je ne vais pas m'amuser à salir sa réputation .

Le temps nous rattrape ensuite , Monsieur Monroe devrait bientôt rappliquer. Je laisse Kylie me raccompagner jusqu'à la porte d'entrée où elle se permet même de glisser sa carte de visite dans ma main. Bien que légèrement hésitant au début , je choisis de la mettre dans la poche de mon jeans. J'évite de lui dire que je ne pense pas avoir besoin de ses services, ne comptant pas me remarier de si tôt, encore moins dans un contexte mondain.

"Merci Madame Monroe..." , je lâche après son dernier baiser , encore quelques peu taquin.

Je quitte ensuite l'endroit, ne souhaitant pas m'attarder plus que nécessaire. Je suis plutôt fatigué et l'alcool de cette longue soirée me tape sur le cerveau alors je conduis lentement et prudemment. C'est seulement une fois chez moi , alors que je m'apprête à me coucher que je constate l'absence de mon manteau. Je soupire. Il est hors de question de partir le rechercher. J'en ai un vieux dans une armoire et je m'en procurerai un nouveau dès que j'aurai un temps de libre.
Sentant une migraine pointer le bout de son nez , je prends un cachet avant de me coucher , espérant que je serai assez en forme le lendemain pour ne pas me pointer dans un sale était au bureau.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2020
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Empty

tumblr_po3v5nBrEh1sddr1ro6_250.png
Kylie Monroe
J'ai 37 ans et je vis à New York, Amérique du Nord. Dans la vie, je suis organisatrice de mariage pour clientèles aisées et je m'en sors plus que confortablement. Sinon, grâce à ma chance/malchance, cela dépend du point de vue où l'on se positionne, je suis mariée au PDG de la Banque Monroe et je le vis plutôt aléatoirement.

Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Tenor
Si Kylie devait parler d'amour, elle ne saurait pas quoi en dire. Promise à son époux dès son plus jeune âge (18 ans), pour une alliance de complaisance entre leur parents, elle ne peut se vanter d'avoir la chance de connaître le grand-amour. Elle n'a d'ailleurs pas eu la chance, également, de connaître autres amants que celui dont elle porte le nom. La situation aurait pu être satisfaisante, tant la situation financière du couple lui assure une vie plus que confortable, mais la jeune femme aspire à connaître ce sentiment de bonheur, qu'elle lit dans le regard de ces couples dont elle organise les mariages (riches il va s'en dire), ainsi que d'adopter le rôle de mère (que son mari stérile ne peut lui offrir). Ce n'est pas la plus romantique des femmes que porte ce monde, ayant grandit avec des valeurs bien plus terre-à-terre, mais elle ne dirait pas non à un peu de folie dans cette vie finalement bien ennuyeuse.


Jessica Alba (c) Cranberry
Il est rare que l’on souligne que mes ambitions de vie soient les meilleures qu’ils soient. Je suis donc sincèrement touchée par l’appréciation que l’inspecteur me partage, quant à mes motivations caritatives, y compris si ce n’est que par simple politesse. Je pourrai en faire fie, du reste. J’ai conscience que son avis ne changerait rien à mon existence. Mais il s’avère qu’il me conforte dans l’idée que je ne suis peut-être pas tant inutile que mon époux me le répète quotidiennement, et je lui serai éternellement reconnaissante d’avoir fait l’effort de gratter sous le vernis pour me découvrir ne serait-ce qu’un peu. Je déplore que cela ait été jusqu’à des questions plus intimes, toutefois, mais ne saurai lui en tenir rigueur, tant j’ai à l’esprit que nous ne faisions que simplement connaissances. Je lui prie de ce fait de ne pas divulguer les confidences que j’ai faites bien malgré moi, et l’homme m’affirme qu’il ne compte pas ébruiter cette information qu’est la stérilité dans le couple Monroe. Je l’en remercie sincèrement, d’un tendre sourire, tandis que l’horloge du salon nous rappelle à l’ordre. Mon mari ne devrait plus tarder, dorénavant. Je doute qu’il apprécie la scène que nous lui offririons. Je le raccompagne de ce fait dans l’entrée, où j’ai la spontanéité de lui laisser ma carte. J’ai conscience qu’il ne s’en servira sans doute jamais pour m’appeler mais… Je n’aurai pas le regret de ne pas lui en avoir donné la possibilité, à l’avenir. Car je sais qu’il serait venu, ce regret. Je le quitte donc après un ultime baiser à ces lèvres, qu’il ne refuse étonnamment pas, avant de le regarder partir derrière la vitre de la porte. J’ai le cœur étrangement lourd d’être séparé définitivement de lui. Mais je ne m’attendrie pas outre mesure, particulièrement lorsque je me rappelle l’importance capitale de nettoyer la maison de son passage. Je commence par laver les verres que nous avons utilisés, avant de ranger le salon. Ensuite, je m’empresse de dissimuler le manteau que mon invité a oublié dans mon dressing, de sorte que mon époux ne le remarque jamais. S’en suit une bonne douche fraîche, où je repense à mes ébats récents avec l’inspecteur, avant de regagner mon lit en tenue de nuit. Je ne pense rien avoir oublié à l’étage inférieur, bien que l’angoisse me prenne lorsque mon époux rejoint le hall de la villa.

« _ KYLIE ? Crie-t-il immédiatement, la voix chargée d’agacement. _ Où est-elle encore passée cette imbécile. »

Il monte les premières marches du vaste escalier, avec empressement. Je me tourne immédiatement sur le côté pour simuler un sommeil profond.

« _ KYLIE ?! Insiste-t-il, poussant la porte de la chambre, sans l’once d’une délicatesse. _ Ah, tu es là ! Gronde-t-il, allumant la lumière, se fichant éperdument que je puisse réellement dormir. _ Je peux savoir pourquoi tu t’es tiré de la soirée ? »

Je ne réponds pas. J’espère le convaincre que je suis endormie pour m’épargner son sermon mais… Comme à chaque fois, mon époux n’entend pas me laisser tranquille si facilement. Il s’approche du lit pour me secouer violemment, de sorte que je quitte mon apparente léthargie.  

« _ Je t’assure que je ne suis pas d’humeur, Kylie. Alors t’as grandement intérêt à te réveiller si tu ne veux pas que j’en vienne aux mains. »

De simples menaces, jusqu’à présent. Mais jamais je ne tenterai ma chance de découvrir s’il est en mesure d’aller jusqu’au bout de ces paroles. Je consens donc à me retourner, le regard craintif.

« _ Tu me fais dépenser des fortunes pour des associations bidons pour lesquelles tu perds ton temps, et tu te tires d’une soirée caritative où tout le gratin de New York se trouve ?  Est-ce que tu te fouterais pas un peu de ma gueule par hasard ?
_ Je… Je me.
_ TU QUOI ?  Me presse-t-il, me rendant encore plus fébrile par la peur.
_ Je… Je ne… me sentais pas bien.
_ Et comment es-tu rentré ?
_ En taxi.
_ SANS ARGENT ?! Il me balance mon sac à main en plein visage, furibond. _ Tu avais laissé ça au vestiaire. Pour qui me prend-tu, connasse ? Pour ta bonniche ?
_ Non.
_ TA GUEULE ! Il m’attrape le menton, le serrant entre ces doigts. _ Tu me refais ça une seconde fois, et je te promets que tu auras des raisons de te prélasser dans ton lit durant des jours. Me suis-je bien fait comprendre ? »

J’acquiesce vivement, les larmes ruisselant de mes joues. Je comprends grandement l’intérêt que j’ai à ne plus le décevoir, sincèrement. Je soupire donc de soulagement, lorsqu’il me quitte pour s’isoler dans sa chambre. Jamais il n’avait été si violent physiquement, même furieux. Je crains que nous entrions dans une nouvelle phase de maltraitance conjugale. Peut-être serait-il temps que je songe à m’aider, là où j’aide tant d’autres dans ma situation.


Quelques jours plus tard.

Il est presque midi. Je quitte mon bureau en direction de ma petite Audi TT coupé rouge, lorsque je reçois un appel sur mon téléphone. J’ai l’espoir que le numéro inconnu puisse venir de l’inspecteur que j’ai rencontré il y a quelques nuits de cela, mais c’est un autre homme qui se présente à l’autre bout du combiné. J’avais normalement un déjeuner en compagnie d’un couple souhaitant se marier dès cette été, mais ils sont contraints d’annuler le rendez-vous suite à un imprévu. Je les excuse de ce fait volontiers, avant de convenir d’une date ultérieure. Ce n’est pas évident, tant mon planning déborde aux périodes estivales, mais je leur trouve un petit créneau grâce à un autre déjeuner annulé le matin même. Ils me remercient tout deux de ma compréhension, pendant que je regagne mon habitable. Il n’y a réellement aucune raison à cela. Ils contribuent à la réussite de mon activité professionnelle. Je leur signifie donc que tout le plaisir est pour moi, avant de couper la communication. Ensuite, j’inscris leur nom à mon agenda électronique, de sorte de ne pas les oublier. Que pourrais-je faire à présent ? Je pourrais aller déjeuner au lieu convenu mais… J’ai un manteau qui attend de retrouver son propriétaire depuis quelques jours. Je consens de ce fait à faire un détour par le commissariat où celui-ci œuvre, espérant que ma venue n’interrompt pas l’inspecteur dans l’une de ces enquêtes. Je m’en voudrais sincèrement de le déranger. Je prie par conséquent qu’il ne m’en tienne pas rigueur, pendant que je me saisie de son manteau dans le coffre de ma voiture. Ensuite, je rejoins le hall de l’hôtel de police, où je patiente à l’accueil.

« _ Suivant. Grogne l’homme qui s’y trouve, dès que la personne me précédent me cède la place.
_ Bonjour. Je lui adresse courtoisement, ne perdant pas mes bonnes manières bourgeoises. _ Je souhaiterai m’entretenir quelques instants avec l’inspecteur Anderson, je vous prie.
_ Vous avez rendez-vous ?
_ Non, je tiens simplement à lui rendre son manteau en main propre. Je lui montre, tandis qu’il repose sur mon avant bras. _ Ce n’est l’affaire que d’une minute.
_ Un instant. Il compose un numéro sur son téléphone, contactant l’inspecteur afin de l’informer de ma présence, j’imagine. _ Ouais c’est Henry de l’accueil. Y’a une dame du monde qui désire te voir pour une histoire de manteau. Plutôt canon, d’ailleurs. Tu as l’temps de la recevoir, où je lui dis de repasser plus tard ? »


Tenue de Kylie

@Elsy


Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Haïs-moi, si tu le peux. Ft Elsy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: