Partagez
 
 
 

 L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 
Thalya8
Thalya8
Féminin MESSAGES : 264
INSCRIPTION : 11/08/2019
CRÉDITS : Profil : Ben Whishaw, dans "Bright Star"

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3194-a-new-melody#69193 https://www.letempsdunrp.com/t3196-au-pays-des-idees#69213 https://www.letempsdunrp.com/t3208-journal-de-bord-d-une-aventuriere#69447 https://www.letempsdunrp.com/t3195-le-repere-des-personnages#69198
patrick

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Empty

Le contexte du RP
Mise en situation
La situation

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Courbevoie-92-Orphelinat_des_Arts-01

L'Orphelinat des Arts, fondé en 1880, accueille les enfants d'artistes, d'acteurs, de peintres, de sculpteurs, de musiciens, de gens de lettres.

1919. La Grande guerre est terminée, mais a privé des milliers de familles de leurs hommes. Au décès de son père, musicien, Solange Perret est envoyée à l'Orphelinat des Arts.

Ce lieu récemment découvert, source de notre inspiration.
En partenariat avec Aida10
Revenir en haut Aller en bas
 
Thalya8
Thalya8
Féminin MESSAGES : 264
INSCRIPTION : 11/08/2019
CRÉDITS : Profil : Ben Whishaw, dans "Bright Star"

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3194-a-new-melody#69193 https://www.letempsdunrp.com/t3196-au-pays-des-idees#69213 https://www.letempsdunrp.com/t3208-journal-de-bord-d-une-aventuriere#69447 https://www.letempsdunrp.com/t3195-le-repere-des-personnages#69198
patrick

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Empty



Solange Perret
Je m'appelle Solange Perret. J'ai 10 ans et je vis en France. A cause de la guerre, je suis seule. Mon père est parti pour ne jamais revenir. Je le vis mal, mais je n'ai pas le choix. Désormais, je vais vivre à l'Orphelinat des Arts.

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Ezgif-10


Izzy Meikle-Small • Never let me go
28 mars 1919

Cher journal,

Je suis sur la route. Pour aller dans un orphelinat je crois, je ne sais pas où. On n'a pas voulu m'expliquer ! Ma tante m'a seulement dit de faire mes affaires et de me dépêcher. Elle était énervée, comme toujours. Mais cette fois, elle semblait plus impatiente. Elle avait sûrement hâte de se débarrasser de moi. Elle n'est pas très gentille, ma tante...! (Mauvaise pensée, mais tu me pardonneras, je ne suis pas de bonne humeur)

La route est très longue, cela me paraît interminable ! Il fait beau aujourd'hui. Le paysage défile derrière la fenêtre, mais je n'ai pas le coeur à regarder. Pire, je trouve le soleil arrogant, comme s'il me narguait et se moquait de moi. Je n'ai plus le coeur à rien. Tout ce que je veux, c'est qu'on me rende mon père ! Qu'on me le rende, qu'on me le rende ! Pourquoi est-il parti ? Pourquoi n'est-il pas revenu ? Personne n'a voulu m'expliquer. Personne ne veut jamais rien m'expliquer !

Excuse-moi cher journal, ce n'est pas contre toi, je ne te reproche rien. Mais il faut que je jette ces pensées et ces émotions quelque part. Sinon, je risque d'exploser. Oui, exploser, comme un ballon de baudruche. Paf !

Tu sais, tu es tout ce qu'il me reste maintenant. Je n'ai plus personne. Il n'y a que toi. Je pleure, pardonne-moi de tâcher tes pages de larmes.

Je n'ai pas le moral pour continuer. Sinon, tu vas être tout trempé. Je pense que je vais faire une sieste. Enfin, je vais essayer.

A bientôt.


***

Des portes imposantes se dressaient devant elle. Elle avança timidement, sa valise à la main. Le trajet avait été très long, mais elle était finalement arrivée à destination. Fatiguée d'avoir trop pleuré, elle s'était endormie le restant de la route. Elle observait désormais les portes principales de son nouveau foyer. L'Orphelinat des Arts. Toutefois, elle ne connaissait pas le nom. Elle savait seulement que c'était un endroit qui accueillait des orphelins, comme elle. Des enfants sans parents.

Elle eut un pincement au coeur, et eut de nouveau envie de pleurer. Son père n'allait plus revenir. Il était mort. Ces mots avaient l'effet d'un violent coup poignard. Mort. Au début, elle ne voulait pas le croire. Elle était toujours persuadée qu'il allait revenir, que c'était encore une de ses mauvaises blagues qu'il affectionnait tant. Malheureusement, la réalité la rattrapa rapidement. Son père était mort, et n'allait jamais rentrer à la maison. Il était tout pour elle, il était tout son monde. Sans lui, elle avait l'impression de n'être plus rien.

"Sois forte, mon petit ange"

Les derniers mots que son père lui avait adressés avant de partir à la guerre. Elle estimait l'avoir été. Elle avait supporté sa tante pendant quatre ans, sa tante qui en réalité n'en avait rien à faire d'elle, sa tante qui la considérait comme un fardeau. Elle avait régulièrement envoyé des lettres à son père, et en recevait également. Bien trop peu, mais c'était mieux que rien. Jusqu'au moment où elle ne reçut plus aucune réponse. Elle avait beau inonder la poste de ses lettres, aucune de son père ne lui parvenait. Cela la rendait triste, mais elle se disait qu'il devait être très occupé, à se battre pour elle. C'est comme cela qu'il a expliqué la situation à sa petite fille de six ans, avant de partir. Il se battait pour elle, pour qu'elle puisse être libre dans le futur.

Si la France accueillit l'Armistice comme une victoire, pour Solange, la bataille a été perdue. Son père est mort, et elle n'est pas libre. Elle ne pouvait même pas rentrer chez elle, mais elle devait aller dans cet endroit inconnu qu'elle détestait déjà. Les portes austères, les rues désertes. Tout l'insupportait.

Elle ne voulait qu'une chose, retrouver sa vie d'avant. Lire des histoires au coin du feu. S'amuser dans les feuilles en automne et dans la neige en hiver. Placer ses mains sur le violoncelle de son père et ressentir les vibrations qui faisaient battre son coeur de joie. Elle n'avait que six ans la dernière fois qu'elle a vu son père, mais elle s'en souvient comme si c'était hier. Tous les souvenirs étaient encore précis dans sa mémoire. Elle voulait retourner à ces jours heureux, ces jours où l'on ne se souciait de rien, où elle se sentait en sécurité dans les bras de son père. Elle voulait retrouver sa joie de vivre.

Désormais, elle était seule. Seule dans son monde de silence. Personne pour la comprendre, personne pour la rassurer. Cela l'effrayait au plus haut point.

Soudain, les portes s'ouvrirent. Elle recula instinctivement, et serra sa valise plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
 
Aida10
Aida10
Féminin MESSAGES : 59
INSCRIPTION : 01/09/2019
ÂGE : 18
RÉGION : France
CRÉDITS : Dessin de moi

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres..
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3250-un-petit-individu-arriva https://www.letempsdunrp.com/t3270-replique-par-ci-aria-par-la#70323 https://www.letempsdunrp.com/t3268-theatre-acte-scene#70276 https://www.letempsdunrp.com/t3253-mes-petits-enfants-cheris
Noob

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Empty



Georgette de Scorailles
Je suis Georgette de Scorailles, directrice actuelle de l'Orphelinat des Arts. Actuellement il est difficile de gérer l'orphelinat avec le nombre d'enfants sans parents suite à la guerre. Mais je ferai tout pour le bien des enfants car ils m'ont chers à mes yeux.

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) 38017710-vintage-items-camera-pen-globe-clock-typewriter-on-the-old-desk


Kristin Scott Thomas • Les Heures Sombres

Le jour où j'ai appris que les hommes ont cessé d'utiliser leurs armes, j'ai eu un pressentiment que la guerre va bientôt prendre fin. Cela faisait déjà 4 ans que nous supportons. Une fois que la guerre a réellement pris fin, juste Ciel, je n'étais jamais aussi gaie que ce jour-là en apprenant grâce au journal quotidien auquel je me suis abonnée. Dieu merci que cette guerre soit finie mais en tant que directrice de l'Orphelinat des Arts, j'étais loin de me reposer contrairement aux héros. Je devais accueillir les orphelins, ces enfants ont perdu leur père durant la guerre. Le nombre d'enfants que j'ai reçu en voyant leurs larmes appelant leur père avec leur douce voix. Cela me fait de la peine d'entendre cela, je faisais de mon bien mais succès dû à mon air grave et stricte. Je n'y pouvais rien faire, et c'était ce jour-là que je me suis sentie incapable sans l'aide mon mari, parti en guerre également. Chaque soirée je laissais sortir deux trois larmes sortir car il m'était impossible de garder la peine et la douleur sur moi, j'avais besoin d'exploser. Au début de la guerre, mon mari m'avait dit de tenir prête et laisser les portes ouverte pour accueillir les enfants de la guerre, contrairement à l'Etat qui n'avait préparé seulement au mois de juillet 1917 pour accueillir les orphelins non-artistes. En parlant de mon mari, je l'ai perdu en 1916 lors de la bataille de Somme, ainsi je devais gérer l'Orphelinat seul et je suis devenue alors veuve.

Nous sommes maintenant en 1919, et le nombre d'orphelins ne cesse d'augmenter dans l'orphelinat. Aujourd'hui je devais accueillir une jeune fille âgée de 10 ans du nom de Solange Perret, fille d'un violoncelliste. C'était les seules informations que je disposais pour l'accueillir. Il était l'heure de manger, j'ai mangé une heure plus tôt pour être prête à tout car il s'agit de là le rôle de la directrice de l'Orphelinat. Je fis en sorte de vérifier ma coiffure si elle était correcte. Je regardai ma montre tous les 5 minutes dans le hall de l'Orphelinat. Je tripotai légèrement mon ongle du pouce droit avec mes dents, un de mes tics. Lorsqu'il était midi,  j'entendis enfin les portes ouvrir. Je tapotai ma jupe et tins mon dos droite. Je sortis du hall et me dirigeai vers les portes d'entrée où je pouvais une jeune fille, tenant une valise. Comme tous les enfants, ils se montraient tous farouches et n'ont aucun mots pour s'exprimer. Je leur comprends, j'aurais fait la même chose si j'étais à leur place.

J'accueillis la jeune fille en prenant par l'épaule pour se diriger vers le bâtiment. Durant le trajet entre les portes jusqu'à mon bureau, la jeune fille et moi n'avons pas échangé de paroles, ni de signes. Une fois entrée dans le bureau, je lui fis signe de s'asseoir sur le siège en face de mon bureau. J'installai à mon tour et pris le stylo.

"Donc vous devez être Solange Perret, fille d'un violoncelliste mort pendant la guerre. Est-ce bien cela ? questionnai-je sèchement en faisant un léger sourire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Thalya8
Thalya8
Féminin MESSAGES : 264
INSCRIPTION : 11/08/2019
CRÉDITS : Profil : Ben Whishaw, dans "Bright Star"

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3194-a-new-melody#69193 https://www.letempsdunrp.com/t3196-au-pays-des-idees#69213 https://www.letempsdunrp.com/t3208-journal-de-bord-d-une-aventuriere#69447 https://www.letempsdunrp.com/t3195-le-repere-des-personnages#69198
patrick

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Empty



Solange Perret
Je m'appelle Solange Perret. J'ai 10 ans et je vis en France. A cause de la guerre, je suis seule. Mon père est parti pour ne jamais revenir. Je le vis mal, mais je n'ai pas le choix. Désormais, je vais vivre à l'Orphelinat des Arts.

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Ezgif-10


Izzy Meikle-Small • Never let me go
Une femme apparut entre les deux portes d'entrée. Elle se tenait droite, la tenue et les cheveux impeccables. Elle avait l'air sévère. D'emblée, elle intimidait la jeune Solange. Celle-ci eut un mouvement de recul lorsque la femme la poussa légèrement par l'épaule, mais elle se laissa tout de même guider. Elle n'avait pas tellement le choix.

A l'intérieur, une simple petite cour entourée de plusieurs bâtiments. Solange s'y sentait mal à l'aise. Elle avait l'impression d'étouffer, que les bâtiments allaient s'abattre sur elle. Seuls deux arbres donnaient un peu plus de vie à cet endroit confiné, sous l'un desquels se trouvait un banc. Deux enfants étaient assis sur ce banc. Ils regardèrent la jeune fille passer d'un oeil curieux. Mais Solange, elle, détourna le regard. Elle n'aimait pas être observée de la sorte. Elle n'aimait pas attirer l'attention.

Le parcours lui paraissait interminable, lui aussi. Et sa valise était lourde pour ses bras menus. Elles traversaient un dédale de couloirs. A coup sûr, elle finirait par s'y perdre, si elle s'y aventurait toute seule. Elle a croisé d'autres enfants, qui lui jetait aussi des regards curieux, mais qu'elle ignorait.

Elles arrivèrent finalement dans une pièce assez étroite. Un bureau ordonné néanmoins recouvert de piles de papiers, deux chaises devant et une armoire sur le côté. Ainsi que quelques tableaux accrochés aux murs. C'était tout. Visiblement, ce nouveau foyer n'était pas des plus spacieux. Au grand désespoir de Solange, qui s'y sentait déjà à l'étroit. Elle regrettait amèrement sa maison et son jardin.

La jeune fille s'assit dans le siège que la directrice lui montrait, posant sa valise à ses pieds. Soulagement. Elle était exténuée après le long trajet pour venir jusqu'ici, et ses bras étaient endoloris par sa valise trop lourde. A cet instant précis, elle ne voulait qu'une chose : un lit. Pouvoir se reposer, ne penser à rien, dormir. Le sommeil la rattrapait.

Inattentive, elle ne remarqua pas que la directrice lui avait posé une question. Elle n'avait saisi que la fin. Il lui était déjà difficile pour elle de lire sur les lèvres, alors lorsqu'elle était fatiguée, chaque effort qu'elle faisait était une réelle épreuve !

Après un instant d'hésitation, elle ouvrit sa valise et en sortit un crayon et son journal. Heureusement qu'elle l'avait placé de sorte de le trouver facilement. Elle l'ouvrit et écrit :

« Désolée, je n'ai pas compris ce que vous avez dit. »

Elle le montra à la femme en face d'elle. Son coeur battait la chamade. Elle craignait sa réaction. Allait-elle être en colère ? Allait-elle réagir comme les autres ? Ou pire, allait-elle finalement la refuser, la ramener chez sa tante ?  Toutes ces angoisses devaient certainement se lire sur son visage. Elle n'arrivait pas à dissimuler ses émotions.

Elle retourna vivement son journal et écrit à nouveau :

« Je m'appelle Solange Perret, Madame. Je suis sourde. Je lis sur les lèvres, mais là, j'ai du mal. Désolée... »

Puis elle lui montra à nouveau, attendant sa réaction. Autant lui révéler la vérité tout de suite. De toutes manières, elle aurait bien fini par le comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
 
Aida10
Aida10
Féminin MESSAGES : 59
INSCRIPTION : 01/09/2019
ÂGE : 18
RÉGION : France
CRÉDITS : Dessin de moi

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres..
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3250-un-petit-individu-arriva https://www.letempsdunrp.com/t3270-replique-par-ci-aria-par-la#70323 https://www.letempsdunrp.com/t3268-theatre-acte-scene#70276 https://www.letempsdunrp.com/t3253-mes-petits-enfants-cheris
Noob

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Empty



Georgette de Scorailles
Je suis Georgette de Scorailles, directrice actuelle de l'Orphelinat des Arts. Actuellement il est difficile de gérer l'orphelinat avec le nombre d'enfants sans parents suite à la guerre. Mais je ferai tout pour le bien des enfants car ils m'ont chers à mes yeux.

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) 38017710-vintage-items-camera-pen-globe-clock-typewriter-on-the-old-desk


Kristin Scott Thomas • Les Heures Sombres

Je me laissai indifférente mais mes yeux globuleux finirent par s'écarquiller. La jeune fille en face de moi "ne m'avait pas entendu", et sortit de sa valise de quoi écrire pour expliquer qu'elle ne m'as pas entendu. Rapidement elle écrivit un autre auquel elle expliqua son handicap. Je doublai de surprise, c'était la première fois que j'accueillis une handicapée, surtout une sourde. Je posais mon stylo à plat et fit un léger rictus péjorativement. Je me demandais comment son père défunt put faire quelque chose à sa fille avec de la musique ? Je n'en avais pas la moindre idée, mes pensées commençaient à dériver. Mais d'autres questions me trottaient par la tête comme comment elle pouvait lire mes lèvres ? Je dois avouer qu'elle était douée cette petite mais comment vivre dans un monde de silence ? Je ne pourrais pas vivre sans le silence car les sons sont de ce qu'il y a de si beaux comme les autres arts.

Je pris une feuille vierge à côté de moi, j'écrivis et montrai à Solange :
"Je suis désolée pour toi, je ferai de mon mieux pour t'occuper de toi. Quelle âge as-tu ?

Une simple question ne m'aiderait pas avancer les formalités. J'écrivis un autre texte :
Où vivais-tu avant ? Explique-moi un peu ta vie avant d'être venue ici ?

J'attendis avec impatience mais notre discussion à deux ne dura pas longtemps car quelqu'un cogna à la porte. e fis mine d'être agacée d'être dérangée.

"Entrez !" élevai-je ma voix grave et sèche.

La porte s'ouvrit et je pouvais voir une cantinière avec deux garçons, encore eux. C'est toujours la même histoire à chaque déjeuner. Le visage des jeunes garçons étaient remplis de nourritures, comment osaient-ils de gaspiller de la nourriture !? Je doublai ma sévérité. Je me levai aussitôt rapidement et pris les deux petits garnements par l'oreille.

"Combien de fois dois-je vous répéter !?" grondai-je.

Aucun des deux me répondirent mais le plus courageux finit par me répondre dans un ton calme, pour une fois.

"Madame c'est encore cet imbécile d'Agnan qui croit que son dessin est le meilleur, mais c'est faux ! Il dessine comme un pied et puis il prétend être le prochain Michelangelo, et c'est encore faux ! disait-il avec arrogance.
"Je ne veux rien savoir, vous allez tous les deux être punis. Est-ce clair ?" dis-je en articulant.

Les deux jeunes garçons hochèrent leurs têtes et connurent par cœur leur punition :nettoyer la cantine et faire la vaisselle. Les garçons et la cantinière quittèrent vite la salle mais le garçon, ayant pris la parole, jeta un regard curieux sur la nouvelle mais je fermai vite la porte. Je retournai à ma place.
Revenir en haut Aller en bas
 
Thalya8
Thalya8
Féminin MESSAGES : 264
INSCRIPTION : 11/08/2019
CRÉDITS : Profil : Ben Whishaw, dans "Bright Star"

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3194-a-new-melody#69193 https://www.letempsdunrp.com/t3196-au-pays-des-idees#69213 https://www.letempsdunrp.com/t3208-journal-de-bord-d-une-aventuriere#69447 https://www.letempsdunrp.com/t3195-le-repere-des-personnages#69198
patrick

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Empty



Solange Perret
Je m'appelle Solange Perret. J'ai 10 ans et je vis en France. A cause de la guerre, je suis seule. Mon père est parti pour ne jamais revenir. Je le vis mal, mais je n'ai pas le choix. Désormais, je vais vivre à l'Orphelinat des Arts.

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Ezgif-10


Izzy Meikle-Small • Never let me go
Elle n'en croyait pas ses yeux. Aucune remarque désobligeante, aucun signe de rejet ?! La femme disait même qu'elle allait s'occuper d'elle ?! Pour la toute première fois, Solange éprouva un soulagement immense. Soulagement de ne pas avoir été rejetée. Soulagement de ne pas avoir à retourner chez sa tante - qui ne l'aurait pas bien accueillie. Elle allait rester ici, et si ce lieu ne lui faisait pas une bonne impression de premier abord, elle finirait peut-être par s'y habituer, et qui sait, s'y plaire ? Mais n'allons pas trop vite. Rien n'est joué d'avance.

Elle saisit vigoureusement son cahier et se mit à écrire.

« J'ai 10 ans, et bientôt 11. Avant, avec mon père, j'habitais près de Chartres. Je vivais seule avec lui. Il était violoncelliste, et jouait très souvent. Vous allez peut-être vous demander ce que cela m'apportait, moi qui ne pouvais pas entendre les sons qu'il produisait. Mais je posais mes mains sur son violoncelle, et je pouvais ressentir les vibrations ! C'était très agréable. »

Elle écrivait tellement rapidement qu'elle en avait presque mal aux mains. Elle espérait que son écriture soit tout de même lisible.

La porte s'ouvrit brusquement sur une femme et deux garçons. Solange leva légèrement la tête, mais la baissa aussitôt, ne voulant pas attirer l'attention. Elle continua d'écrire.

« Mais pendant la guerre, j'ai été chez ma tante. Elle devait être obligée de m'accueillir, sinon elle ne l'aurait sûrement pas fait. J'étais alors sur Blois.
Puis je suis venue ici. »

La directrice retourna à sa place, visiblement énervée par l'intervention. Solange, ayant terminé son écrit, le montra à la femme. D'un seul coup, elle se sentait plus à l'aise, ou du moins, plus autant intimidée.

Pour la première fois, une autre personne que son père l'avait acceptée. Avait accepté son handicap. La plupart des gens ne le comprenait pas. La plupart des gens ne la considérait même pas. Ce changement signifiait beaucoup pour elle. Finalement, peut-être que cet endroit n'est pas si mal ?

Encore une fois, il est bien trop tôt pour tirer des conclusions.
Revenir en haut Aller en bas
 
Aida10
Aida10
Féminin MESSAGES : 59
INSCRIPTION : 01/09/2019
ÂGE : 18
RÉGION : France
CRÉDITS : Dessin de moi

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres..
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3250-un-petit-individu-arriva https://www.letempsdunrp.com/t3270-replique-par-ci-aria-par-la#70323 https://www.letempsdunrp.com/t3268-theatre-acte-scene#70276 https://www.letempsdunrp.com/t3253-mes-petits-enfants-cheris
Noob

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Empty



Georgette de Scorailles
Je suis Georgette de Scorailles, directrice actuelle de l'Orphelinat des Arts. Actuellement il est difficile de gérer l'orphelinat avec le nombre d'enfants sans parents suite à la guerre. Mais je ferai tout pour le bien des enfants car ils m'ont chers à mes yeux.

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) 38017710-vintage-items-camera-pen-globe-clock-typewriter-on-the-old-desk


Kristin Scott Thomas • Les Heures Sombres

Pauvre jeune fille, j'accueillis les réponses et lis avec attention. Pauvre jeune fille, répétai-je dans ma tête. Comme une telle femme puisse détester les enfants surtout pour une charmante jeune fille comme Solange. Je lui jetai un regard rassurant avec un sourire qui pouvait signifier beaucoup de choses pour cette jeune fille. Je pliai la feuille en deux. J'écris sur la feuille pliée :
Cela doit être très difficile pour toi je te comprends. J'ai perdu mon mari en 1916 lors de la bataille de Somme. Je suis maintenant veuve mais je protège les enfants à tout prix. Maintenant je vais chercher un enfant pour te guider dans l'Orphelinat, d'accord ?
Je lui passai mon long message, et me levai, quittai le bureau pour chercher un enfant. J'appelai alors la cantinière qui terminait le service. Je lui ordonnai de chercher un enfant digne du nom de visiter l'Orphelinat à la nouvelle. La jeune cantinière m'obéit sans dire un mot mais par signe de tête. Elle partit à la recherche d'un enfant sage. Quant à moi je jetai un œil sur les deux garçons. Ils ne sont pas bien éduquées visiblement. Il faut vite y remédier cela. J'attendis avec impatience la cantinière dans la grande salle où les enfants mangèrent dans le silence total.

Le fameux garçon qui m'adressé la parole dans un ton peu distingué éleva sa voix et dit :
- Que voulez-vous Madame ? Vous cherchez quelqu'un ? dit la voix en résonnant la salle silencieuse.
- Oui c'est exact jeune petit effronté et termine vite de manger veux-tu bien ? Allez zoup ! dis-je sévèrement et sans aucune pitié.

J'impatientai de plus belle mais le jeune garçon ne me lâcha point.
- Et pourquoi faire ? Et qui était la fille ?
- Silence ! coupai-je la parole.

Le garçon s'était tu et finit son repas comme les autres. Mais j'y pense.... Solange devait avoir très faim à cet heure-ci ! Surtout après un long trajet, je me dépêchai de la rejoindre. J'ouvris la porte de bureau, et attrapa vite une feuille et un le stylo :
"As-tu faim ?"
J'attendis sa réponse maintenant, je me souciai d'elle maintenant. C'était inimaginable de laisser un enfant mourir de faim ! Si Romuald voyait cela, il aurait honte de l'Orphelinat.
Revenir en haut Aller en bas
 
Thalya8
Thalya8
Féminin MESSAGES : 264
INSCRIPTION : 11/08/2019
CRÉDITS : Profil : Ben Whishaw, dans "Bright Star"

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3194-a-new-melody#69193 https://www.letempsdunrp.com/t3196-au-pays-des-idees#69213 https://www.letempsdunrp.com/t3208-journal-de-bord-d-une-aventuriere#69447 https://www.letempsdunrp.com/t3195-le-repere-des-personnages#69198
patrick

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Empty



Solange Perret
Je m'appelle Solange Perret. J'ai 10 ans et je vis en France. A cause de la guerre, je suis seule. Mon père est parti pour ne jamais revenir. Je le vis mal, mais je n'ai pas le choix. Désormais, je vais vivre à l'Orphelinat des Arts.

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Ezgif-10


Izzy Meikle-Small • Never let me go
Le regard rassurant posé sur la jeune fille, la directrice paraissait moins austère. Au contraire, de la gentillesse et de l'empathie pouvaient se lire sur son visage. Ce visage auparavant intimidant qui devenait attentionné.

Lorsque Solange lu que cette femme avait perdu son mari pendant la guerre, elle se pinça distraitement les lèvres. Elle s'est trouvée bien égoïste de penser qu'elle seule connaissait la souffrance de la perte d'un proche. Elle était bien loin d'être la seule. D'autres enfants pleuraient leurs pères, d'autres femmes pleuraient leurs époux.

Quelqu'un pour la guider dans l'orphelinat ? Avant qu'elle n'ait pu répondre, la directrice était partie du bureau. La jeune fille attendit sagement, toujours assise dans son siège, son journal sur ses genoux. Elle le gardait toujours avec elle. C'était son bien le plus précieux. Sans lui, il lui serait impossible de communiquer. Il était sa parole, il était sa voix. Mais surtout, il décelait encore l'écriture de son père. La dernière phrase qu'il lui a écrite avant de partir. Cependant, pour le moment, elle refusait de retrouver la page. Elle ne voulait pas de nouveau fondre en larmes.

Au bout de quelques minutes qui parurent une éternité pour la jeune fille, la directrice revint et, sans perdre une seconde, s'empara d'une feuille et écrivit. Si elle avait faim ? Maintenant qu'elle le disait, c'est vrai que Solange n'avait pas mangé depuis tôt le matin. Et le petit-déjeuner fut des plus modestes, un simple verre de lait et deux tartines - sa tante se lassait de lui préparer les repas. Alors oui, elle avait faim. Elle était même affamée.

Sans prendre la peine d'écrire, elle se contenta de hocher vivement la tête.

Elle reprit sa valise, mais au même moment, la directrice lui demanda de la laisser à une femme qui allait la ranger dans les dortoirs. Elle se montrait un peu réticente à la laisser, au début. Ses seules et uniques affaires se trouvaient à l'intérieur. Toutefois, elle ne se voyait pas non plus la traîner encore dans les couloirs. Elle la confia donc à cette femme. Elle garda néanmoins son journal et le crayon. Indispensables.

Accompagnée de la directrice, elle se retrouva de nouveau dans le labyrinthe de couloirs. Mais l'impatience avait remplacé l'inquiétude. La simple perspective d'un bon repas la mettait de bonne humeur.

Ils arrivèrent dans une grande salle qui s'avérait être le réfectoire. Plusieurs rangées de tables étaient alignées les unes à côté des autres. Quelques enfants étaient encore présents. Certains chahutaient, malgré les avertissements des adultes. Il semblait y avoir de l'agitation. Bien qu'elle n'entende pas les cris et les rires, Solange ressentait l'ambiance de la pièce.

D'un seul coup, l'appréhension revint de plus belle. Elle se trouvait devant tous ces enfants, qui rigolaient et parlaient entre eux. Qui pouvaient se comprendre uniquement en remuant les lèvres. Elle se retrouvait dans la même situation qu'à l'école. Où personne ne faisait attention à elle. Ni les élèves, ni les professeurs. Ou bien on se moquait d'elle. Ici, cela allait-il être pareil ? Si elle avait été quelque peu rassurée avec la directrice, rien n'était acquis avec les autres enfants. Un nouveau malaise s'installa.

Néanmoins, l'appel de la nourriture était plus important pour le moment. Elle s'installa en bout de table, le plus loin possible des autres. Une dame lui servit son assiette, plutôt bien garnie. Légumes et un peu de viande. De quoi bien reprendre des forces. Elle hocha la tête en guise de remerciement, et entama sans plus tarder son plat.

Elle observait distraitement les autres enfants avec qui elle allait désormais vivre. Mais au même moment, un garçon brun s'approcha d'elle. Elle baissa légèrement la tête, faisant mine de ne pas l'avoir vu. Son attention s'était reportée sur son plat.

Elle voyait une main s'agiter devant ses yeux, alors elle releva lentement la tête. Le garçon en face d'elle était brun, les cheveux frisés, mais ce qui attira son attention, c'était ses yeux d'un bleu envoûtant.

Il se mit à parler, mais bien trop vite pour qu'elle puisse comprendre ce qu'il disait. Il s'arrêta, et semblait attendre une réponse d'elle. Elle se contenta de hausser les épaules. Il ne semblait pas comprendre. Elle non plus.

L'intégration s'avère très difficile.
Revenir en haut Aller en bas
 
Aida10
Aida10
Féminin MESSAGES : 59
INSCRIPTION : 01/09/2019
ÂGE : 18
RÉGION : France
CRÉDITS : Dessin de moi

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres..
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3250-un-petit-individu-arriva https://www.letempsdunrp.com/t3270-replique-par-ci-aria-par-la#70323 https://www.letempsdunrp.com/t3268-theatre-acte-scene#70276 https://www.letempsdunrp.com/t3253-mes-petits-enfants-cheris
Noob

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Empty



Cyril Melon
Mon nom est Cyril Melon, âgé de 14 ans, orphelin depuis la guerre, vivant à l'Orphelinat des Arts.
Très tôt je fais du dessin puis j'ai commencé à sculpter comme Papa mais je sais un peu jouer du piano et chanter comme Maman. En ce moment, je veux sortir de l'orphelinat.

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Tumblr_pc7b4lveIo1vakf4uo3_r1_500


Cole Grüter-Andrew • Anne with an E

Combien de temps dois-je supporter dans cet orphelinat ? Voir les mêmes murs, les mêmes meubles, les mêmes objets, les mêmes nourritures. Cela devenait très ennuyeux, je languis déjà au bout de 2 ans. Cela faisait 2 ans que je vis dans un orphelinat suite au décès de mon père et de mon grand-père, je n'avais plus personne qui vivre avec mais les "autorités" ont découvert que j'étais fils d'un sculpteur et d'une chanteuse lyrique. Par conséquent on m'a emmené dans cet orphelinat, assez particulier, l'Orphelinat des Arts. Je n'avais jamais entendu parler de cet orphelinat et je n'aurais jamais cru que je deviendrais orphelin un jour. Chaque jour c'est toujours la même chose mais en réalité je suis tombé sur un orphelinat le moins pire du quartier si j'ose dire. Cet orphelinat a pour particularité d'avoir des orphelins qui sont enfants des artistes, dont en l’occurrence moi, et on apprend à exercer un domaine. J'ai choisi le dessin puis la sculpture. Personne me dérangeait fort heureusement mais on me traite de "provocateur" car j'ose répondre à tout avec un ton particulier d'après mes "camarades". J'ai vite trouvé un garçon qui m'embête chaque jour. Il s'appelait Agnan, il était fils d'un comédien d'après ce que j'ai compris. Chaque joue on se chamaillait comme c'est le cas de la journée du 28 mars 1919 où Agnan et moi avons mené une guerre au réfectoire. Mais bien sûr nous savions comment cela allait finir.cette dispute sans fin...

***

Je fis le mou à table devant mon repas, je soupirai longuement. La seule chose que j'avais en tête était de finir mon croquis pour mettre mon dessin en statuette. Je boudai car après je devais nettoyer le réfectoire et la vaisselle avec ce Agnan. Je fis un regard noir sur Agnan au loin, installé à l'extrémité du mur d'en face de moi. Je m'ennuyai devant mon repas. C'était les seuls sentiments que j'exprimai à chaque repas. Je n'avais jamais connu un repas où j'étais affamé. Soudain quelque chose d'insolite et de différent arrive ce our-là. Je vis la fameuse nouvelle orpheline que je l'ai vue au bureau auparavant mais bien sûr la directrice a littéralement masqué de ma vue. Maintenant je pouvais la voir de la tête au pied. C'était une jolie jeune fille au x longs cheveux ondulés, air timide et peu rassurée. Observateur comme je suis, je l'observai le moindre détail et... Elle fut cachée par d'autres enfants. Je ne pouvais pas rester planté là devant le repas froid. Je quittai ma place et approchai délicatement de la nouvelle. A mon plus grand désespoir, un autre garçon était déjà avec elle.... Je n'avais plus qu'à entendre mais la cantinière arriva et m'ordonna de débarrasser les assiettes. Quelle horrible vie !
Revenir en haut Aller en bas
 
Thalya8
Thalya8
Féminin MESSAGES : 264
INSCRIPTION : 11/08/2019
CRÉDITS : Profil : Ben Whishaw, dans "Bright Star"

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3194-a-new-melody#69193 https://www.letempsdunrp.com/t3196-au-pays-des-idees#69213 https://www.letempsdunrp.com/t3208-journal-de-bord-d-une-aventuriere#69447 https://www.letempsdunrp.com/t3195-le-repere-des-personnages#69198
patrick

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Empty



Léonard Meyer
Moi c'est Léonard Meyer. J'ai 11 ans, et je vais avoir 12 ans cette année. Le 2 novembre précisément. Sinon, ce que je fais ? Je vis à l'Orphelinat des Arts depuis... plusieurs années, je ne compte plus. Eh oui, je fais partie des anciens !

L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f745a6a6e4872696b426e384d41413d3d2d3633333332333834382e313535363132383063663534646234343231353934343437323031322e676966

Léonard est très bavard et à l'aise avec tout le monde. Il aime prendre la parole et surtout, capter l'attention des autres. Toujours sûr de lui, il a un don pour convaincre les autres et les rallier à sa cause.

Fils de deux peintres, il a été confié à l'Orphelinat des Arts après le décès de ses parents, alors qu'il avait 5 ans. Il y a grandi. Bien qu'il ne soit pas attiré par l'art et qu'il trouve les cours ennuyeux, cela ne l'empêche pas de chahuter en cours. Au plus grand agacement de ses professeurs.


Levi Miller
Ce midi, c'était animé. Comme tous les midis, mais celui-là l'était vraiment beaucoup. Quand je dis beaucoup, c'est beaucoup ! On a assisté au combat entre Cyril et Agnan, un combat mortel, chers spectateurs... Vous avez raté quelque chose !

En réalité, ils se chamaillent tout le temps ces deux-là. Mais aujourd'hui, cela leur a valu un rendez-vous chez madame la directrice. Dur dur... Visiblement, Mme Lefreuil en a assez. Tu m'étonnes, ils sont presque pires que moi, c'est pour dire !

Lorsqu'ils ont été envoyés chez la directrice, d'un seul coup, il n'y avait plus d'ambiance. Tout le monde s'était tu. Incroyable. Ils ont si peur que ça ?! Bon, c'est vrai que Mme Corail (c'est son petit surnom, mon oeuvre!) tolère peu les chamailleries. Et elle punit sévèrement. J'y suis déjà passé, moi aussi. Mais vous voyez, je suis encore vivant ! Et cela ne m'empêche pas de faire tout plein de bêtises, croyez-moi ! Il faut bien s'amuser dans la vie, non ?

« Eh ben alors, vous avez perdu le sens de la fête les gars ?! » je m'écris en montant sur ma chaise. « Profitez-en, ils sont tous occupés dans le bureau de la directrice ! »

Heureusement que je suis là pour remettre l'ambiance ! Chahut, chahut !

Les deux bagarreurs revinrent, accompagnés de Mme Lefreuil. Tout le monde se rassoit sur sa chaise, mais on n'arrête pas de rigoler. La pauvre dame lève les yeux au ciel mais ne dit rien. A la bonne heure !

Jean, Victor et Armand se remettent à parler de peinture et de littérature. A mon grand désespoir. Les gars, on n'est pas en cours là ! Sincèrement, j'ai l'impression que c'est l'obsession de tout le monde ici. L'art, l'art, l'art. Ils n'ont que ce mot à la bouche, tous ! C'est de la folie, je vous assure !

Mon attention décroche de la conversation, et je remarque alors une jeune fille là-bas, en bout de table. Je ne l'ai jamais vue. J'en suis sûr. Je connais tout le monde ici, et tout le monde me connaît. Eh bien oui, je suis Léonard !

N'ayant rien d'autre à faire, je me lève et me dirige dans sa direction. Elle évite mon regard ?! Eh, tu crois que je n'ai pas remarqué que c'est toi qui as commencé à me regarder ?! Cela ne va pas se passer comme ça. On n'ignore pas Léonard !

« Bonjour ! Tu es nouvelle ? » lui dis-je en me positionnant devant elle.

Elle m'ignore. Ah, c'est comme ça. Elle m'a appelé du regard, et maintenant, elle ne veut plus me voir.

Je me penche vers elle, et agite ma main sous ses yeux. Là, elle ne pourra pas dire qu'elle ne m'a pas vu.

Elle lève finalement la tête. Ce n'est pas trop tôt.

« Bonjour, tu es nouvelle ? Je ne t'ai jamais vue avant. Tu t'appelles comment ? » lui répétai-je tout en enchaînant les autres questions. J'étais curieux de la connaître. Mais je ne sais pas si on peut dire la même chose pour elle. Elle me regardait avec des yeux ronds, sans sortir un seul mot. C'était trop bizarre.

« Eh, tu es sûre que ça va ? Tu ne me comprends pas ? »

D'accord... La nouvelle est super bizarre...
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
L'Orphelinat des Arts (Aida10 & Thalya8)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers historique :: Contemporain-
Sauter vers: