Partagez
 
 
 

  Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Am stram gram
Am stram gram
MESSAGES : 27
INSCRIPTION : 28/12/2019
RÉGION : Neverland
CRÉDITS : Avatar : Dori Hartley

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, réel, contemporain
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3538-am-stram-gram#75379 https://www.letempsdunrp.com/t3539-m-m-l-am-stram-gram-recherche#75381 https://www.letempsdunrp.com/t3683-m-m-l-am-stram-gram-familly#77698
Noob

 Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram] Empty

I come with knives
Are you Jekyll or Hyde this time?

La situation
Un étudiant curieux en quête de sensation.
Un professeur réservé qui aménage avec ses secrets.
Une ombre qui rôde dans les rues de New-York aux heures les plus noires...

Contexte provenant de L'Amstragram - Jekyll & Hyde
Revenir en haut Aller en bas
 
Am stram gram
Am stram gram
MESSAGES : 27
INSCRIPTION : 28/12/2019
RÉGION : Neverland
CRÉDITS : Avatar : Dori Hartley

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, réel, contemporain
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3538-am-stram-gram#75379 https://www.letempsdunrp.com/t3539-m-m-l-am-stram-gram-recherche#75381 https://www.letempsdunrp.com/t3683-m-m-l-am-stram-gram-familly#77698
Noob

 Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram] Empty



Zach
Utterson

J'ai 19 ans et je vis à Brooklyn à New-York aux USA. Dans la vie, je suis étudiant et je m'en sors au grès de mes embauches. Sinon, grâce à ma chance, je suis un papillonneur et je l'assume plutôt carrément.


 Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram] 200.webp?cid=ecf05e476583631c1bc7471825673407869c4c0b6a0da8e2&rid=200


Ronen Rubinstein :copyright: NOM CRÉATEUR
Perte et fracas

Brooklyn, New-York. Son pont éponyme, ses quartiers de brownstones caractéristiques, ses campus éclatant de vie. Les étudiants de tous bords grouillent en masses entre les murs de briques rouges et la verdure du parc constellé de stèles et statues à l’effigie d'éminents érudits.
Quand soudain, au cœur de la mêlée estudiantine, une bourrasque humaine.

Il est en retard. Encore!

Zach bondit par dessus un groupe de studieux assis dans l'herbe et s'engouffre dans l'établissement à toute allure. Cramponnant la sangle du sac à son épaule, une chemise nouée à la taille voletant derrière lui, il slalome entre les étudiants, file au milieu d'un couple énamouré, arrachant à l'un une injure et à l'une une bouche ronde de surprise comme un courant d'air mal placé aurait soulever sa jupe. Son "s'cusez moi!" hypocrite retentit juste a temps, il a déjà disparu dans l'escalier. Foutu étage. Il avale les marches quatre par quatre, s'accroche à la rampe pour pivoter d'un seul mouvement dans la cage d'escalier avant de marteler un nouveau décompte de la semelle de ses boots. Lorsqu'il ouvre grand la porte débouchant sur le couloir, il ne s'attend pas à être arrêté de plein fouet dans sa course. Quel est le crétin qui a le malheur de se trouver sur le passage...?!  

Zach a perdu l'équilibre, pas suffisamment pour se couvrir de ridicule dans un jeu de pied malhabile, mais assez pour agacer son fragile ego. On ne peut en dire autant de l'autre dont la mallette gît à leurs pieds dans un dégueulis de papelards. Quand il croise son regard, Zach écarte les bras en se parant de sa meilleure grimace de mépris.  

-Tu pouvais pas faire gaffe?!

Il faut le voir, l'autre, avec son visage pâle et ses orbites proéminentes. Le faciès ingrats d'un rat qui a fuit sa bibliothèque... Du gus c'est tout ce qu'il retiendra, ça et la mise proprette d'intellectuel, peut-être, et le cheveux gras? aussi. Antithèse du sauvage civilisé, dont le cheveux faussement éparse et le combo jean-boots-blouson sur un chemise-débardeur reflète l'aura de caïd.

Il n'a pas le temps ni le moindre intérêt à accorder à l'autre et ses notes rependues, et reprend sa course en pestant.

Zach est passé maitre dans l'art de l'infiltration. Il se glisse par la porte entrouverte, se rue discrètement à l'avant dernier rang, et se pose sur un siège, son sac échouant sur celui d'à côté, avant de plonger son visage entre ceux de ses voisins du dessous pour s'enquérir :

-Qu'est-ce que j'ai raté?

-Relax Max. Le prof est en retard.

Le gamin se dégonfle comme un ballon en basculant dans son siège, expirant un profond soupir de soulagement. Entre retards et des notes passables, il sait que sa place à l'université est mise en sursit. Et il doute que Mr. Anderson tolère un écart de plus après son effronterie de l'autre fois... Oh, rien de bien méchant. Mais Mr. Anderson est un c*n. Bien gaulé, mais c*n, et ceux qui connaissent Zach savent qu'il ne faut pas le prendre de haut. Alors quand Mr. Anderson avait brandit sa copie trop blanche raturée d'éclats rouges comme la honteuse bannière des cas désespérés de la classe, piqué dans son orgueil, Zach avait pris son regard baladeur et son sourire suaves, et avait suggéré que peut-être pour compenser ses leçons malapprises, tous les deux ils pourraient, un soir après les cours... Bref. Mr. Anderson n'avait pas apprécié la plaisanterie. Mais pas du tout. Était-ce qu'il n'était pas son genre, la différence d'âge, que sa tête d'emmerdeur ne lui revenait pas? ou à contrario le trouble qu'il aurait pu lui provoquer! s'était amusé le jeune homme, l'avertissement était tombé comme un couperet, et depuis lors, il guette malicieusement mais pas sans une franche crainte, les regards réfrigérants du professeur à l'affut de la moindre c*nnerie. C'est que Zach aime les défis et la provoc', mais il tient plus encore à conserver sa place sur le campus.

La tête renversé sur le dossier de son siège, Zach ouvre les yeux sur le nouvel arrivant qui franchis le seuil de l'amphi. Tiens. Ce ne serait pas notre squatteur de bibliothèque? Fier d'avoir fait étalage de son rang de prédateur humain de l'échelle sociale, il salut le bizu d'un petit sourire malin, demi-courbe qui suscite tantôt l'agacement, tantôt l’intérêt, parfois même les deux à la fois, mais ne laisse jamais indifférent. Sourire à l'envers, avachis qu'il est sur son siège, la nuque calé contre, il le suit du regard, songe à un puéril envoie de boulette de papier dans la nuque quand il sera installé quelque part devant lui - il ne faudrait pas qu'il oublie sa présence -, et déroule son cou à mesure que l'autre descend les marches et les rangs... jusqu'à l'estrade du prof.

Un vilain pressentiment replace subitement la colonne vertébrale de Zach dans un angle correct tandis qu'une rumeur sourde remplace le brouhaha dans les gradins. Minute... ce gars à l'allure d'un bizu, qu'est-ce qu'il va poser sa mallette sur le bureau du professeur?...

...
Oh, oh.
Il le sent moyen, tout d'un coup...  


Are you Jekyll or Hyde this time?
Revenir en haut Aller en bas
 
Thalya8
Thalya8
Féminin MESSAGES : 264
INSCRIPTION : 11/08/2019
CRÉDITS : Profil : Ben Whishaw, dans "Bright Star"

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3194-a-new-melody#69193 https://www.letempsdunrp.com/t3196-au-pays-des-idees#69213 https://www.letempsdunrp.com/t3208-journal-de-bord-d-une-aventuriere#69447 https://www.letempsdunrp.com/t3195-le-repere-des-personnages#69198
patrick

 Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram] Empty



Irvin Garrison
Je m'appelle Irvin Garrison, professeur de linguistique à l'université de Brooklyn, à New-York, aux Etats-Unis. J'ai 36 ans et je m'en sors plutôt bien. Enfin, si l'on omet le terrible fardeau que je dois porter.

 Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram] DisfiguredRaggedKillerwhale-small


Cillian Murphy • dans Red Lights
Premier jour de cours. De l'appréhension précède toujours le moment où il se retrouve face à une centaine d'étudiants, mais elle est plus prégnante cette fois-ci. Nouvelle université, nouveaux élèves. C'est dans de mystérieuses circonstances qu'Irvin Garrison a été engagé à Brooklyn. Professeur de linguistique, remplaçant un certain M. Anderson, dont il ignore le motif du départ. Départ précipité et imprévu, il fallait rapidement le remplacer. En recherche d'un poste, Irvin a saisi l'occasion et a été accepté.

Seulement, une heure avant le début du cours, toute assurance s'est envolée. Emporté dans ces circonstances particulières, il ne savait pas comment les étudiants allaient réagir. Et se montrera-t-il à la hauteur ? Il se posait beaucoup de questions. Trop de questions. D'autant qu'il avait tendance à douter de lui. Le pénible souvenir de son tout premier cours lui revint en mémoire. Des élèves provocateurs, d'autres qui n'écoutaient pas, il n'était pas parvenu à donner son cours dans de bonnes conditions. Certains étudiants se permettaient même de le couper en pleine explication, ajoutant des détails comme s'ils connaissaient le sujet mieux que lui. Un premier cours déplaisant et décourageant.

Mais c'était il y a plusieurs années. Depuis, il a obtenu suffisamment d'expérience pour ne plus avoir à subir une telle humiliation. D'une nature toujours réservée, il est néanmoins arrivé à acquérir davantage d'assurance, ou tout du moins, à mettre sa timidité de côté. Il a fait d'incroyables progrès, cela est indéniable. Même s'il ne l'avouerait sûrement jamais. Alors qu'il était auparavant totalement incapable de parler en public, il peut désormais s'adresser à un amphithéâtre d'une centaine de personnes.

Et pourtant, il continue de douter de ses capacités. Cela pourrait être assimilé à de l'humilité, une grande qualité. Mais pour Irvin, c'est autre chose. Il se sous-estime, et cela peut l'handicaper. Parfois, il se persuade tellement qu'il est incapable d'y arriver, qu'il peut en perdre ses moyens. Malgré sa persévérance, il manque cruellement de confiance en lui.

En ce premier jour de cours à l'université de Brooklyn, l'assurance n'est pas au rendez-vous. Alors qu'il a bien préparé son cours, il doute encore. Il se rend même à la bibliothèque, à la recherche d'informations supplémentaires. Rien ne doit manquer. Tout doit être parfait. Le nez plongé dans les livres, il ne voit pas le temps passer. Ni l'heure du cours arriver. Il reporte soudain son attention à sa montre, et remarque avec une effroyable surprise qu'il ne lui reste que cinq minutes. Cinq petites minutes avant le début du cours.

Horreur !

Lui qui voulait arriver en avance. Lui qui voulait s'installer avant la venue des étudiants. Lui qui ne sait pas où se trouve l'amphithéâtre. Où se trouve-t-il ? Il est passé devant une série de portes sans repérer au préalable sa destination.

Double malheur !

De un, il allait se perdre dans ce dédale de couloirs. De deux, il allait arriver en retard. Inévitablement. Dire qu'il voulait donner une bonne première impression... Voilà que le plan tombait à l'eau. Et le cours n'a même pas encore commencé !

Le professeur sortit en vitesse de la bibliothèque et, submergé par ses pensées, se heurta à quelqu'un. Sous le choc, sa mallette tomba par terre en un bruit sourd, éparpillant ses papiers. Toutes ses notes mélangées, gisant sur le sol. Visiblement, tout se dresse contre lui aujourd'hui.

Irvin releva la tête, se retrouvant nez-à-nez avec un jeune homme, qui semblait être un élève. Pressé, lui aussi. Des cheveux en bataille et une grimace de mépris, voilà ce qu'il retiendra de ce garçon. Etudiant qui se contenta d'un "Tu pouvais pas faire gaffe" comme excuse. Plutôt comme reproche.

Alors que l'étudiant poursuivait sa course, Irvin ramassa tant bien que mal la mare de papiers à ses pieds. Une fois avoir rétabli un peu d'ordre, il se releva, mais son problème principal n'était cependant toujours pas résolu. Où se trouvait l'amphithéâtre ? Un peu de chance dans son malheur, il croisa un autre professeur qui lui indiqua le chemin. Tout droit, à gauche puis à droite. Simple, non ?

Il se retrouva devant l'entrée de l'amphithéâtre. Enfin. Reprenant son souffle, il jeta un oeil à sa montre. Cinq minutes de retard. Toutes ces péripéties lui auront coûté dix minutes. Espérons que les élèves se montreront indulgents...

Après avoir réajusté son col de chemise et sa veste, il franchit le seuil la porte. A l'intérieur, une centaine d'étudiants, au moins, était déjà installée et discutait joyeusement. Il parcourut la salle du regard, et aperçut le fameux garçon qui l'avait bousculé quelques minutes plus tôt. Du moins, il crut le reconnaître, les cheveux rebelles et un sourire narquois au creux des lèvres. Néanmoins, Irvin l'ignora, tout en continuant de descendre les marches. Descente qui lui paraissait interminable. Quelques regards étaient tournés vers lui et le dévisageaient, ce qui le rendait mal à l'aise.

Il atteignit finalement l'estrade du professeur. Les discussions joyeuses avaient désormais laissé place à des chuchotements curieux. Tout en essayant de les ignorer, Irvin plaça sa mallette sur le bureau et en sortit ses feuilles. L'appréhension ne disparaissait pas pour autant, mais il lui fallait l'ignorer elle aussi. Il respira profondément pour calmer ses nerfs avant de s'emparer du micro et de commencer.

« Bonjour à tous. Veuillez excuser mon retard, mais j'ai rencontré quelques complications. » A ces mots, il ne put s'empêcher de diriger son regard vers ledit élève. « Enfin, rien de bien grave, soyez-en rassurés. » poursuivit-il en tentant de masquer son hésitation. « Je me présente. Je m'appelle Irvin Garrison, et je suis votre professeur de linguistique pour le restant de l'année. L'ancien professeur... » son nom lui ayant échappé, il continua néanmoins « ... l'ancien professeur n'est plus en mesure de vous faire cours. Vous avez dû être mis au courant, je suppose ? »

Les regards déconcertés de certains étudiants laissaient à penser qu'ils ne l'étaient pas tous. Tous, en revanche, paraissaient surpris. Agréablement ou non ? Irvin ne saurait le dire.

Dans tous les cas, le nouveau professeur espère faire du mieux possible. Et rattraper les cinq minutes perdues en ce début de cours.
Revenir en haut Aller en bas
 
Am stram gram
Am stram gram
MESSAGES : 27
INSCRIPTION : 28/12/2019
RÉGION : Neverland
CRÉDITS : Avatar : Dori Hartley

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, réel, contemporain
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3538-am-stram-gram#75379 https://www.letempsdunrp.com/t3539-m-m-l-am-stram-gram-recherche#75381 https://www.letempsdunrp.com/t3683-m-m-l-am-stram-gram-familly#77698
Noob

 Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram] Empty



Zach
Utterson

J'ai 19 ans et je vis à Brooklyn à New-York aux USA. Dans la vie, je suis étudiant et je m'en sors au grès de mes embauches. Sinon, grâce à ma chance, je suis un papillonneur et je l'assume plutôt carrément.


 Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram] 200.webp?cid=ecf05e476583631c1bc7471825673407869c4c0b6a0da8e2&rid=200


Inconnu :copyright: Pinterest
Question - Réponse

Zach s'est toujours su au dessus des autres. Ce n'est pas de l’orgueil, c'est un fait. Grand brun athlétique au physique généreux, que l'on juge les lignes affûtés de son visage ou la demi-courbe d'un naturel moqueur de ses lèvres, sa débrouillardise et son cran en on toujours fait le type que l'on craint ou que l'on veut à ses côté. Son assurance plaît ou révolte, mais toujours le maintient au sommet de la hiérarchie sociale. Et lui attire, mine de rien, quelques ennuis...

Quand l'autre le snobe en descendant les escaliers, Zach éprouve une envie de malmener le gus proportionnelle au dédain dont ce dernier ose faire preuve à son égard. Mais quand il prend place derrière le bureau de leur professeur, y pose sa mallette et saisit le micro, le provocateur flaire le mauvais calcul. C'est à dire, à sa décharge, qu'avec son air de se faire bousculer par le premier venu, il ne l'aurait pas cru faire parti de l'enseignement. Tout au mieux un assistant. Ou un administratif du bahut.

-Bonjour à tous. Veuillez excuser mon retard, mais j'ai rencontré quelques complications.

Qu'il dit, en glissant son regard clair sur l'ébouriffé... Zach se tend, surpris de se trouver dans son viseur, puis son visage s'illumine d'une fierté mesquine d'être l'objet de son attention, d'être officiellement reconnu comme le courant d'air qui sera venu chambouler sa traversée du bâtiment. La commissure de sa lèvre se rehausse spontanément à l'égard de l'adulte. "Complication", ça aurait pu être son deuxième prénom...

-Enfin, rien de bien grave, soyez-en rassurés. Parce que quelqu'un s'en soucie ici?... Je me présente. Je m'appelle Irvin Garrison...

Irvin Garrison. Gniark. Avec un nom pareil, l'étudiant se l'imagine tout gosse chahuté par ses petits camarades et pas beaucoup mieux traité en mûrissant. C'est un nom de rat de bibliothèque... Au moins il a la chance d'avoir une gueule qui colle parfaitement avec son nom, convint-il avec lui-même. Papa-Maman et la génétique n'ont pas été complètement ingrats avec lui.

-... et je suis votre professeur de linguistique pour le restant de l'année. Perplexité générale. Comment ça, pour le restant de l'année? L'ancien professeur...  ... l'ancien professeur n'est plus en mesure de vous faire cours. Vous avez dû être mis au courant, je suppose?

-WOOHOO!


Un cri du cœur. Tous les regards convergent vers le poing dressé à l'avant dernier rang. Zach ravale sa joie et se renfonce dans son siège. Une injonction professorale, ou est-ce un simple regard, l'invite à développer son hurlement primitif. Maniaquerie de linguiste, peste t-il pour lui-même.

-Non c'est juste que Mr. Anderson...

Petit raclement de gorge. Toute la classe le fixe, public impitoyable qui attend de voir par quelle parade il compte s'en tirer, sinon comment Zach tombera dans la gueule du lion à l'allure chétive qu'est ce Mr.Garrison. Après tout, la nouveauté est promesse de surprise, et même un rat a des dents pour mordre... Zach contre Irvin, les paries sont ouverts.

-Mr. Anderson est quelqu'un de bien, vraiment. Mais je suis sûr que vous ferez un meilleur boulot que lui. Vous en avez... le profil.

Ses lèvres se fendent d'un petit sourire qui pourrait paraître charmant s'il n'était pas clairement mauvais en désignant son allure générale de pédagogue coincé et hésitant. Les qualités indéniables d'un prof bien comme il faut. Quelqu'un glousse dans la salle. Zach savoure le regard du professeur qui reste braqué sur lui suffisamment longtemps pour y distinguer chaque émotion. Outrage? Dédain? Et lui, que voit-il au fond de ces yeux noisettes qui le fixent, rieurs? Une menace, ou un défis à relever?
Garrison sait à cet instant qu'il a en face de lui l'élément perturbateur de cette classe. Relève le défis que soulève mes provocations, songe l'ado, bats toi avec tes stratégies de profs, tes mots ou ton stylos rouges pour me mater, achève moi devant toute la classe si tu en as l'intelligence, et alors tu aura gagné leur respect, à tous, parce que tu sera venu à bout de l'indomptable.

... Ou déçois moi, et laisse moi avoir le premiers des derniers mots que je te réserve et te faire regretter chaque jour de fouler le sol de ce campus...


Are you Jekyll or Hyde this time?
Revenir en haut Aller en bas
 
Thalya8
Thalya8
Féminin MESSAGES : 264
INSCRIPTION : 11/08/2019
CRÉDITS : Profil : Ben Whishaw, dans "Bright Star"

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Historique - Mythologie - Dérivés de films/livres...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3194-a-new-melody#69193 https://www.letempsdunrp.com/t3196-au-pays-des-idees#69213 https://www.letempsdunrp.com/t3208-journal-de-bord-d-une-aventuriere#69447 https://www.letempsdunrp.com/t3195-le-repere-des-personnages#69198
patrick

 Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram] Empty



Irvin Garrison
Je m'appelle Irvin Garrison, professeur de linguistique à l'université de Brooklyn, à New-York, aux Etats-Unis. J'ai 36 ans et je m'en sors plutôt bien. Enfin, si l'on omet le terrible fardeau que je dois porter.

 Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram] DisfiguredRaggedKillerwhale-small


Cillian Murphy • dans Red Lights
Un cri attira l'attention de tout l'amphithéâtre. Un cri de joie, à n'en point douter. Le regard du professeur parcourut les gradins jusqu'à s'arrêter sur le poing levé, à l'avant-dernier rang. C'était lui, une fois de plus. Le même élève qui l'avait bousculé dans les couloirs quelques minutes plus tôt. L'étudiant ne semblait pas cacher sa joie face au retrait de l'ancien professeur.

Irvin le fixait tout en arquant un sourcil, incitant le jeune homme à fournir une explication plus détaillée. Il n'avait nul besoin de parler, son regard supplantait ses paroles. Maîtrise qu'il avait acquise et perfectionnée au terme de plusieurs années d'expérience. D'une voix hésitante puis plus assurée, l'étudiant se rattrapa tant bien que mal de ce qui s'apparentait à une maladresse.

Le professeur continuait de le fixer tandis que le jeune homme retombait contre le dossier de son siège et esquissait ce sourire narquois. Il soutint son regard, sans dévoiler aucune marque de faiblesse. S'il perdait son autorité dès le premier jour, alors tout serait perdu par la suite. Sur ses lèvres se dessina un sourire légèrement amusé.

« Très bien, je suis sûr pour ma part que Mr Anderson vous regrettera beaucoup. Vous deviez être, incontestablement, son élève favori. Je n'en attends donc pas moins de vous pour les mois à venir. »

Puisqu'il jouait sur ce terrain-là, Irvin n'hésiterait pas à le suivre à son tour. Il n'est pas nécessaire d'acquérir un doctorat en linguistique pour décerner l'ironie.

Il s'apprêtait à débuter son cours lorsqu'une main se leva parmi l'assemblée. Un jeune homme assis dans les premiers rangs, relativement bien vêtu et coiffé. Ce qui différait de l'allure mal soignée de l'étudiant qui se cachait au fond de l'amphithéâtre.

Irvin se tourna vers lui.

« Oui, jeune homme ? »

- Je suis Lewis Quinn, Monsieur, répondit l'étudiant avant de reprendre aussitôt : Savez-vous pourquoi Monsieur Anderson n'est plus en mesure de nous faire cours ?

Cet élève semblait bien moins impulsif et plus enclin à apprendre. Heureusement que de tels étudiants se trouvent encore sur les bancs de l'université.

Le professeur esquissa un sourire désolé.

« Je suis navré, je n'ai pas été mis au courant du motif de son départ. Je ne peux malheureusement pas vous donner davantage d'explication. »

Des chuchotements s'élevèrent parmi les étudiants les plus inquiets du sort de leur ancien professeur, tandis que les autres regardaient leur montre pour constater combien de temps de cours avait été perdu, et qu'ils avaient donc gagné. Entre ses cinq minutes de retard et les diverses interruptions, il devait s'être écoulé une bonne quinzaine de minutes. Assez de tergiversations !

« Bien, si vous n'avez pas d'autres questions, nous pouvons commencer le cours. » A cette phrase, quelques soupirs se firent entendre. « J'entends d'ici la contrariété d'un certain nombre d'entre vous. Sachez que vous êtes tout à fait libres, si le cours vous déplaît, de vous en aller. » Il appuya son propos en désignant la porte de la main. « Je n'en serais pas vexé, soyez-en rassurés. Cela permettra à ceux qui veulent réellement écouter de pouvoir travailler dans de bonnes conditions. »

Et pour lui de faire cours dans les meilleures conditions également. S'il y a bien une chose qu'il a en horreur, c'est d'être dérangé par des éléments perturbateurs, venus dans l'unique but d'imposer le désordre. Il ne tient pour rien au monde à renouveler l'expérience des premières fois. Il devait donc se montrer très clair, dès le début.

Néanmoins, personne ne quitta la salle. Peut-être craignaient-ils tout de même les potentielles représailles d'un départ soudain. Il est également probable que l'effectif diminue à mesure qu'avanceront les semaines. Mais cela n'est point pour déplaire le professeur.

Irvin entama donc son cours, testant tout d'abord les connaissances des étudiants en la matière, ce qu'ils avaient vu ou non avec l'ancien professeur. Il remarquait que c'était généralement les mêmes qui répondaient à ses questions, et les mêmes qui se cachaient derrière les têtes de leurs voisins. Mais ceux qui se cachaient n'étaient pas nécessairement de mauvais élèves ; peut-être étaient-ils tout simplement timides. Ce qu'il pouvait parfaitement comprendre. Il fut un temps où lui non plus n'osait pas prendre la parole. Où il n'arrivait pas à sortir un mot devant une dizaine de personnes. L'on aurait pu difficilement imaginer qu'il se trouverait là, au milieu d'un amphithéâtre rempli d'une centaine d'élèves.

Régulièrement, Irvin jetait des regards en direction de l'étudiant au fond de la salle. Il le surveillait, comme s'il redoutait une perturbation de sa part. Qu'il se mette à chahuter, ou à faire il ne savait quoi d'autre. Il espérait qu'il reste calme... ou qu'il quitte la salle.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


 Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Jekyll & Hyde and Me [Thalya8 & Amstragram]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: