Le Deal du moment : -30%
Remise de 30% sur les chaussures Nike Air VaporMax 2019
Voir le deal
133 €

Partagez
 
 
 

 Retrouvaille après un départ difficile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
LaSorcièreRouge
LaSorcièreRouge
Féminin MESSAGES : 85
INSCRIPTION : 20/11/2019
ÂGE : 24
RÉGION : Drome/Isère
CRÉDITS : Pandos (ava + icon)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, harry potter, surnaturel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3452-p-etre-ici https://www.letempsdunrp.com/t3657-bric-a-brac-de-rp https://www.letempsdunrp.com/t3457-la-schizophrenie-d-heluciate
Tortue

Retrouvaille après un départ difficile.  Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Il était tard, la nuit était tombée depuis bien longtemps sur la ville de Miami, deux personnes qui ne pensaient pas se revoir et pourtant le destin les réunissaient à nouveau.
Contexte provenant de cette recherche
Revenir en haut Aller en bas
 
LaSorcièreRouge
LaSorcièreRouge
Féminin MESSAGES : 85
INSCRIPTION : 20/11/2019
ÂGE : 24
RÉGION : Drome/Isère
CRÉDITS : Pandos (ava + icon)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, harry potter, surnaturel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3452-p-etre-ici https://www.letempsdunrp.com/t3657-bric-a-brac-de-rp https://www.letempsdunrp.com/t3457-la-schizophrenie-d-heluciate
Tortue

Retrouvaille après un départ difficile.  Empty


Gizele
Torres

J'ai 24 ans et je vis à Miami, Floride. Dans la vie, je suis serveuse dans un café restaurant et je m'en sors plutôt bien, en tous cas, j'arrive à payer mon loyer et mes factures en fin de mois, c'est déjà pas mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien, surtout en sachant que l'homme que j'aimais était partit du jour au lendemain sans rien dire. .


❝ Cache tes sentiments aux yeux de tous, tu en seras plus forte. Ne montre pas tes faiblesses et personne ne t’atteindra. Ne tourne jamais le dos à tes ennemis sinon tu recevras un coup de poignard par-derrière. ❞
Retrouvaille après un départ difficile.  Giphy
Née à La Havane, à Cuba.
Parle couramment l’anglais, le français et l’espagnol.
Personne en première apparence froide et sans émotions, ne laissant rien paraître sur son visage. En réalité, c’est une personne au grand cœur qui ferrait tout pour ses amis. Elle ne parle jamais de ses problèmes, cachant ses douleurs et ses peines à tous. Mais elle est de très bonne écoute et de bons conseils. A tendance à être franche et directe.
Elle a en apparence un corps assez frêle mais Gizele est en réalité musclée. Elle est légèrement typé, ayant des origines espagnoles du coté de sa mère. Elle s’habille le plus clair de son temps en noir ou en bordeaux.  Elle a 2 tatouages, un sous le sein droit “ to build a home” qui signifie que ce qu’elle souhaite le plus, c’est de construire sa maison, son propre foyer, son chez elle.  Et un deuxième sur son bras droit, une rose noir, pour son frère décédé.


camila mendes :copyright:️ AVOCADO
Il était tard, la nuit était tombée depuis bien longtemps sur la ville de Miami. Gizele travaillait jusqu’à la fermeture ce soir avec une de ses collègues. Elle avait repris le boulot en début du mois, reprenant doucement le rythme, malheureusement, son épaule n’était pas totalement guérit. En surface, la blessure avait laissé place à une fine cicatrice autant les tissus à l’intérieur étaient toujours endommagés. Le chirurgien lui avait bien dit qu'elle mettrait bien 9 mois à guérir complètement, et elle n'en était qu'à son quatrième mois de guérison... La jeune femme se faisait donc souvent remplacé en fin de soirée sur le service pendant qu’elle s’occupait de ranger le bar. Elle ne portait que très peu d’objet, ce qui lui permettait de laisser ses muscles en paix. Gizele travaillait davantage en ce moment, elle avait demandé des heures supplémentaires pour ce mois-ci en raison des factures qui s’était un peu accumulé ces derniers temps, surtout les factures de l’hôpital. Elle avait refusé toute aide extérieure, son patron lui avait même dit qu’il pouvait lui avancer son salaire, mais la gazelle avait refusé. Elle ne voulait pas être prise de pitié et encore moins devoir de l’argent par la suite. Il en était hors de question, au moins, travaillait lui permettre de penser à autre chose. La soirée d’Halloween lui avait laissé un goût amer dans la gorge, elle qui pourtant avait réussi à trouver le sommeil et ne plus avoir ses terreurs nocturnes, où du moins les faire diminuer, devait bien admettre qui était revenu suite à la grande frayeur de cette soirée. Gizele s’était retrouvé dans le noir complet, hors, il se trouve qu’elle était prise de panique totale dans ses moments-là. Son corps se paralysait et elle perdait totalement le contrôle de ses émotions, elle, qui pourtant gardait une grande maîtrise sur ces derniers. La brunette avait eu beaucoup de difficulté à se sortir de son angoisse. Elle s’était rappelé de ce que son frère Bradley lui disait dans ses moments, mais penser à lui avait raviver la douleur de son décès. Et le fait d’avoir fêté son anniversaire seul n’avait rien arrangé du tout. Personne ne lui avait envoyé de message, seul son frère Shane lui en avait envoyé un. Cela l’avait énormément affecté.

La jeune femme était perdue dans ses pensées, nettoyant le plan de travail. Quand elle sentit la présence d’une personne en face d’elle. Elle afficha son sourire de serveuse puis releva son regard vers l’homme. Il était pratiquement vingt-trois heure trente et le bar allait donc fermer. Elle ne servait donc plus personne à cette heure-ci. Seulement, elle s’attendait à tout, mais certainement pas à voir le visage d'une personne en particulier. On pouvait lire sur son visage de l’étonnement puis il se décomposa à peine quelques secondes, passant ensuite, puis la colère remonta. Elle sera fortement le torchon dans ses mains. Son cœur battait très vite dans sa cage thoracique, pas seulement à cause de la colère qu’elle ressentait face à Arthur, mais également parce que son amour pour lui était toujours présent. Mais la jeune femme n’écouta pas son cœur, elle lui lança un regard glacial avant de fermer son visage à nouveau. Son visage, qui était passé du blanc, au rouge, avait finalement repris sa couleur naturelle. Ne laissant aucune émotion se voir sur son visage, elle ne voulait certainement pas lui répondre, Gigi voulait lui mettre un sacre vent, mais quand elle vit son sourire, elle bouillonna intérieurement et ne put donc pas empêcher sa langue se dénouait.

- Enlève-moi, ce sourire Saltazam, cracha-t-elle froidement avant de rajouter en continuant à nettoyer le plan de travail, je n’ai pas le temps de discuter.



j'suis ce que j'suis

I feel a little nauseous and my hands are shaking
I guess I need you close by
My throat is getting dry and my heart is racing
I haven't been by your side
In a minute, but I think about it sometimes
Even though I know it's not so distant
Oh, no, I still wanna reminisce it
Revenir en haut Aller en bas
 
Natia/Korea
Natia/Korea
MESSAGES : 23
INSCRIPTION : 02/02/2020
RÉGION : Ile-de-france
CRÉDITS : Natia/Korea

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3568-natia-korea https://www.letempsdunrp.com/t3572-carnet-d-adresse-rpg#76056
Limace

Retrouvaille après un départ difficile.  Empty


Arthur Saltazam
J'ai 35 ans et je vis à Miami, Floride. Dans la vie, je fais partie d'un gang les serpents et je m'en sors pas super bien, mais je peux survivre. Sinon, grâce à ma malchance, je suis plus ou moins célibataire et je le vis plutôt mal car je dois réussir à me faire pardonner tant de choses. .


Retrouvaille après un départ difficile.  Renym


Charlie Hunnam :copyright:️ Tameless+
Remettre les pieds ici étaient une chose bien étrange. Arthur avait été envoyé en mission pendant 6 mois. Il avait été éloigné de sa belle. Il faut dire que le père de Gizele n’appréciait que très peu que sa fille puisse se rapprocher autant d’un homme de plus de dix ans son ainé. Passant sa main dans ses cheveux qui avaient laissé quelque pousser. Il était adossé à son pick up, le blond fixait sa belle à l’intérieur par une fenêtre. Comment est-ce qu’il allait pouvoir se présenter à elle ? Elle avait tous les droits de lui en vouloir et lui arracher les yeux. Bien qu’au fond, cette dernière option était forcément obligatoire. Gizele avait un sacré caractère et c’était bien, ça, qui l’avait attiré vers elle. Elle n’était pas du genre à mâcher ses mots et si elle avait quelque chose à vous dire, elle vous le dira. Elle avait déjà tenu tête à « plus fort » que lui et notamment à son père, le chef du clan.

Toutefois, il n’avait pas vraiment d’excuse, disparaitre pendant six mois, sans pouvoir lui donner de réelles explications… Il méritait clairement cette pitance. Il n’aurait même pas d’excuses à lui donner, il devait faire attention pour sa petite sœur. Le père de Gizele lui promettant de s’en prendre à elle, s’ils continuent Gizele et lui de se voir.

Glissant ses mains dans les poches de son jeans, Arthur se décala doucement de sa voiture tout en levant les yeux sur l’heure qu’affichait une devanture non loin de là. Il était très tard, mais il voulait être certain de pouvoir lui parler. Avec des clients, elle aurait pu esquiver plus facilement ses paroles. Et bien que cela aurait pu être relativement « amusant » de lui courir après, cela aurait été difficile de bien se poser avec elle pour échanger.

Poussant lentement la porte, le jeune homme ne put s’empêcher d’afficher un petit sourire en coin quelque peu malicieux. Croyez le ou pas, mais il aurait bien foncé sur elle pour l’embrasser et la serrer dans ses bras. Digne d’un film romantique à l’eau de roses. Néanmoins… Cela ne collerait pas à son image et il risquait plus de mourir dans d’atroces souffrances.

Rien qu’à voir tous les états qu’elle avait pu passer en levant les yeux sur lui, il se doutait qu’elle risquait de lui en faire baver. Faisant une petite moue quand elle se mit à parler, Arthur savait très bien qu’il devait faire un peu profil bas et espérer que sa petite gueule d’ange pourrait se faire pardonner facilement.



« Il y a bien longtemps que tu ne m’avais pas appelé ainsi … » Se rapprochant, l’homme prit place sur un tabouret au comptoir quelque peu sur la gauche de Gizele. Il n’avait partout pas perdu son petit sourire. Il faut dire qu’il était bien trop heureux de la voir. Elle n’avait pas changé en ces six mois et tant mieux. « G… Comment vas-tu ? » Une question basique, mais il ne savait pas trop par quoi commencer. Peut-être que des excuses auraient été plus appropriées, mais il ne se sentait pas la force de le faire de suite. Il ne savait toujours pas comment s’excuser auprès d’elle, ou comment lui expliquer son départ précipité. Et de toute manière, savoir comment elle allait été quelque chose de très important pour lui. Gizele était l’une des personnes les plus importantes pour lui, alors son bienêtre était primordial.

« J’ai le droit à un verre gratuit avec mon joli sourire ? » Oui, bon c’était pas bien, il essayait de l’amadouer, mais il savait qu’il allait devoir se faire pardonner. Passer par l’humour était parfois une bonne alternative. Restant silencieux, il l’observa sans rien ajouter de plus. Le seule plaisir de la revoir et profiter de sa beauté était plaisant pour lui. Toutefois, à rester à l’observer, il fronça rapidement les sourcils contrarié. Elle semblait avoir une douleur. « Tu t’es fait mal ? Qu’est-ce qui s’est passé ? » Il se releva et en s’appuyant sur le bar, il passa par-dessus relativement facilement. Ses années de sport et musculation avaient un avantage certain sur sa condition physique. « Tu ne devrais surement pas forcer autant G. » Il savait qu’il n’avait surement aucun conseil à lui donner ou trop s’approcher d’elle, mais l’inquiétude était rapidement monté en lui.
Revenir en haut Aller en bas
 
LaSorcièreRouge
LaSorcièreRouge
Féminin MESSAGES : 85
INSCRIPTION : 20/11/2019
ÂGE : 24
RÉGION : Drome/Isère
CRÉDITS : Pandos (ava + icon)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, harry potter, surnaturel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3452-p-etre-ici https://www.letempsdunrp.com/t3657-bric-a-brac-de-rp https://www.letempsdunrp.com/t3457-la-schizophrenie-d-heluciate
Tortue

Retrouvaille après un départ difficile.  Empty


Gizele
Torres

J'ai 24 ans et je vis à Miami, Floride. Dans la vie, je suis serveuse dans un café restaurant et je m'en sors plutôt bien, en tous cas, j'arrive à payer mon loyer et mes factures en fin de mois, c'est déjà pas mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien, surtout en sachant que l'homme que j'aimais était partit du jour au lendemain sans rien dire. .



❝ Cache tes sentiments aux yeux de tous, tu en seras plus forte. Ne montre pas tes faiblesses et personne ne t’atteindra. Ne tourne jamais le dos à tes ennemis sinon tu recevras un coup de poignard par-derrière. ❞

Retrouvaille après un départ difficile.  Giphy
Née à La Havane, à Cuba.

Parle couramment l’anglais, le français et l’espagnol.

Personne en première apparence froide et sans émotions, ne laissant rien paraître sur son visage. En réalité, c’est une personne au grand cœur qui ferrait tout pour ses amis. Elle ne parle jamais de ses problèmes, cachant ses douleurs et ses peines à tous. Mais elle est de très bonne écoute et de bons conseils. A tendance à être franche et directe.

Elle a en apparence un corps assez frêle mais Gizele est en réalité musclée. Elle est légèrement typé, ayant des origines espagnoles du coté de sa mère. Elle s’habille le plus clair de son temps en noir ou en bordeaux.

Elle a 2 tatouages, un sous le sein droit “ to build a home” qui signifie que ce qu’elle souhaite le plus, c’est de construire sa maison, son propre foyer, son chez elle.  Et un deuxième sur son bras droit, une rose noir, pour son frère décédé.
Retrouvaille après un départ difficile.  Tumblr_olnb54paVq1qfg6byo5_250


camila mendes :copyright:️ AVOCADO
Le temps pouvait guérir les blessures, mais quand une n’avait pas le temps de guérir alors qu’une autre venait la rouvrir. Ce n’était plus du temps qu’on avait besoin dans ses moments, mais quelques choses pour panser les plaies. Gizele en savait quelque chose, à l’âge d’à peine deux ans, elle avait perdu sa mère, cette étoile rayonnante qui lui avait tellement d’amour. Elle avait grandi sans sa mère pour la guider, son amour maternel pour la consoler, son absence était un manque permanent. Ensuite, la disparition de son frère, quelques mois plus tôt, l’avait complètement ravagé. La gazelle s’était mise à boire, pensant que l’alcool pourrait l’aider à apaiser cette douleur qu’elle ressentait, anesthésier son cœur avait été une bonne solution, mais quand l’alcool se dissipait, la douleur revenait, plus forte encore qu’avant, Gizele en était davantage dévasté. Et l’absence d’Arthur n’avait aidé en rien à son deuil. Il n’y avait qu’à lui que la brune arrivait réellement à être elle-même et surtout à se confier, chose très dure pour elle. Elle avait eu besoin de son amour pour la réconforter, d’une épaule pour pleurer. À la place, il n’y avait eu que solitude et douleur.  

La gazelle en voulait terriblement à Arthur, ce qu’elle lui reprochait surtout, c’était d’être parti du jour au lendemain sans aucune explication, sans lui donner une quelconque raison devant son départ. Après tous les moments qu’ils avaient eux, voilà comment il l’avait mise de côté, en partant loin de Miami sans aucune explication. Gizele en avait terriblement pleuré, pendant des jours, essayant de le joindre sur son téléphone sans jamais avoir un retour. Tout ce qu’elle avait souhaité, c’était un signe de sa part. Mais elle n’en avait jamais eu. Jusqu’à aujourd’hui. La jeune femme leva les yeux et de déclarer elle aussi sèchement.

- Il y a bien longtemps que tu ne m’avais pas appelé ainsi...
- Et tu veux que je t'appelle comment? Arthur? B? Mi amor? Désolé, mais les chicos dans ton genre n’ont pas le droit au respect.

C’était méchant, c’était vrai, mais c’était la colère qui parlait. Elle était tombée amoureuse d’Arthur, elle l’avait aimée comment elle avait jamais aimé auparavant. Et elle avait été plus que blessé et une femme ne pouvait être très cruel dans ses paroles. Elle voulait qu’il sache à quel point elle avait été blessée par ce qu’il avait fait.

- G… Comment vas-tu?
- Tu as interdiction de m’appeler ainsi ! Tu as perdu le droit de le faire au moment même où tu es parti ! commença-t-elle à lui dire en le pointant du doigt. Como estoy? redit-elle dans sa langue natale exaspérée. Tu te fiches de moi j’espère? continua-t-elle exacerber. Après 6 mois d’absence, tu reviens la bouche en coeur pour me demander comment je vais?

La gazelle était très énervée envers Arthur. No pero en serio (non mais sérieusement)? Il la prenait pour une conne ou quoi? Il pensait quoi? Quand revenant ainsi elle allait se jeter dans ses bras et l’embrasser, content qu’il revienne après tant d’absence.  Ce n’était pas elle, qui lui avait promis monts et merveilles avant de disparaître de la circulation. C’était elle qui s’était retrouvée seule sans savoir où il était passé, qui était morte d'inquiétude en pensant au pire, qui avait pleuré pendant des jours ne sachant pas comment gérer la situation, et même ses émotions. Gizele n’avait été que l’ombre d’elle-même ces derniers mois.

- J’ai le droit à un verre gratuit avec mon joli sourire ?
- Un verre gratuit ? Quieres una bebida gratis (tu veux un verre gratuit)? No pero no !
- Tu t’es fait mal ? Qu’est-ce qui s’est passé?
- Nada sobre ustedes imbéciles. (Rien qui te concerne imbécile)

La jeune femme s’était retournée quelques instants pour continuer de ranger le plan de travail qu’elle nettoyait depuis l'arrivée du blond. Si elle avait mal? Bien sûr qu’elle avait mal ! Même si elle ne portait pas grand-chose, elle utilisait quand même son bras à longueur de journée et forcément arriver le soir, son épaule la lançait.

- Tu ne devrais surement pas forcer autant G.

La gazelle fit volte-face vers Arthur, la colère bouillonnait dans ses veines, son regard était noir. De qu’elle droit il lui disait ça? Il n’avait plus aucun droit ! La jeune femme posa brutalement son index contre son torse, lui faisant comprendre qu’il devait rester de l’autre côté et d'une voix froide parfaitement maîtrisée elle lui balança.

- No debería ? (Je ne devrais pas) commença-t-elle dans sa langue natale en faisant claquer sa langue contre son palet. Depuis quand tu t’inquiètes pour moi Saltazam?  Il y a 6 mois, tu ne t’es pas inquiété à ce moment là de comment j'allais. Je ne veux pas t’entendre me dire ce que je peux faire ou non. Entendido? (Compris) Tu n’es ni mi padre, ni mi hermano! Tu as perdu tout droit sur moi, au moment même où tu m’as laissé sans aucune nouvelle.

Douleur, douleur, douleur. Son cerveau lui envoyait des signaux.

Le fait d’avoir bougé son bras d’un coup n’arrangeait rien. Au moment même où son index s’était posé sur le torse sur Blond, une douleur avait irradié, quasi instantanément, dans son bras, remontant dans son épaule. Son instinct avait pris le dessus, malheureusement pour Gizele, c'était son bras qui avait pris la balle quelques mois auparavant. Instinctivement, elle posa son autre main sur la cicatrice et appuya dessus comme pour faire disparaître la douleur. La jeune femme fixait, observait, analysait Arthur, le souffle court. Elle avait la respiration hachée après ce qu'elle avait dit, la douleur dans son bras, n'était rien comparée à la douleur qu'elle ressentait. Son cœur se resserrait douloureusement dans sa poitrine. Elle continuait de fixer Arthur avant de fermer les paupières un instant, posant son index et son pouce contre l'arête de son nez en soupirant.



j'suis ce que j'suis

I feel a little nauseous and my hands are shaking
I guess I need you close by
My throat is getting dry and my heart is racing
I haven't been by your side
In a minute, but I think about it sometimes
Even though I know it's not so distant
Oh, no, I still wanna reminisce it
Revenir en haut Aller en bas
 
Natia/Korea
Natia/Korea
MESSAGES : 23
INSCRIPTION : 02/02/2020
RÉGION : Ile-de-france
CRÉDITS : Natia/Korea

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3568-natia-korea https://www.letempsdunrp.com/t3572-carnet-d-adresse-rpg#76056
Limace

Retrouvaille après un départ difficile.  Empty


Arthur Saltazam
J'ai 35 ans et je vis à Miami, Floride. Dans la vie, je fais partie d'un gang les serpents et je m'en sors pas super bien, mais je peux survivre. Sinon, grâce à ma malchance, je suis plus ou moins célibataire et je le vis plutôt mal car je dois réussir à me faire pardonner tant de choses. .


Retrouvaille après un départ difficile.  Renym


Charlie Hunnam :copyright:️ Tameless+
Elle lui en voulait et est-ce qu’il pouvait lui en vouloir en retour ? Non pas vraiment. Si en général on dit que dans une dispute de couple, les deux sont en cause, pour lui coup, Arthur était le seul fautif. S’il avait pu prendre le temps de lui expliquer avant de partir, cela aurait surement fait chier les choses, mais dans son cas… Il ne l’avait pas fait. Il avait du fuir comme un voleur loin de sa belle, et bon sang, c’était fou combien cette expression pouvait presque lui coller à la peau. Passant une main dans ses cheveux blond, il se gratta nerveusement l’arrière de son crâne, sans rien répondre. Avec de la chance, il finirait par la rendre aphone à force de lui hurler dessus ou l’avoir par fatigue. Bien que même ainsi … Il était persuadé que Gizele arriverait à trouver des solutions pour lui faire payer. Peut-être devrait-il commencer par s’excuser, cela semblait au final, une meilleure solution quand on voit la réaction de sa belle. « Je … hum. » Ouais, bon, à croire que s’excuser n’était pas aussi évident que cela. Faisant une petite moue, il était contrarié, ne sachant comment lui présenter ses excuses. Même si elle n’allait surement pas les accepter, il devait réussir à lui présenter. « Je n’ai jamais eu aucun droit sur toi G. Tu es une femme libre et indépendante, jamais, je ne voudrais te priver de cela et … » Allez, c’était pas bien compliqué, il suffisait de prononcer déjà trois petits mots. Rien de bien sorcier. Il fronça les sourcils en regardant le bras de Gizele qui semblait lui faire mal. « Même si tu ne veux aucun conseil de ma part et te connaissant un peu, tu devrais vraiment laisser ton bras au repos. Tu vas ne faire qu’empirer les choses. Je sais que étant d’un esprit de contradiction, tu vas vouloir faire l’inverse de mon conseil, mais … Je tiens à toi G. Et malgré ce que tu peux penser, je ne veux pas que tu souffres, même si tu aurais raison de m’envoyer chier, car je suis très mal placé pour dire cela. » Affichant un petit sourire désolé, il s’approcha un peu plus d’elle, pour essayer de voir cette fameuse blessure. Qu’est-ce qu’elle avait pu faire pour être dans un état aussi inquiétant.

Ce qu’il espérait, c’est que son état physique n’était pas lié à lui. Est-ce que quelqu’un l’avait blessé ? Est-ce qu’elle c’était fait cela toute seule ? Regardant la main de Gizele posait sur sa propre épaule, il pouvait en déduire que la douleur de sa belle provenait de là. Cela lui brisait le cœur de la voir dans un état aussi difficile. « C’est ton épaule qui te fais souffrir ? » Se détournant d’elle, il se mit à fouiller derrière le bar sans aucune gêne pour trouver éventuellement de la glace. Elle avait trop forcé sur son bras, cela devait la chauffer, il fallait surement quelque chose de frais à poser sur son épaule pour la soulager. « Tu sais … Je n’avais pas spécialement l’intention de disparaitre d’un seul coup. Si j’avais pu … Je serais resté près de toi G. » Il afficha un petit sourire ravi en trouvant des glaçons. Parfait ! Attrapant un torchon propre il mit des glaçons à l’intérieur pour se rapprocher de sa brunette. « J’essaie maladroitement de m’excuser et je m’attends pas que tu me pardonnes juste parce que je te le demande. Mais sache que je ne comptais pas te faire du mal. »

S’arrêtant non loin d’elle, il tendit sa main libre vers l’épaule de Gizele avant de se stopper et renoncer. Non, elle n’allait pas le laisser la toucher, c’était évident. Il regarda son torchon qui commençait à être frais, pour lâcher un petit soupire et lui tendre. « Tiens, peut-être que cela peut te soulager un peu. » Vu le nombre de coups qu’il avait pu se prendre dans son existence cela était quelque chose d’agréable à avoir sur lui. « Tu veux que je partes ? Et que je te laisse seule ? » Il n’avait pas envie de la laisser, mais si sa présence l’énervait et lui provoqué des douleurs, cela était difficile. Il l’avait déjà fait assez souffrir comme ça. « Je suis désolé. ». Bon, c’était pas les meilleurs excuses, ni même le bon moment, il aurait dû le dire bien avant, mais … Les yeux remplit d’une certaine tristesse, Arthur restait sagement en face de Gizele à simplement attendre savoir s’il devait partir ou non. Enfin, partir seulement pour ce soir. Il reviendrait ! Il n’avait plus envie d’être loin d’elle. Et il voulait « rattraper » en quelque sorte le temps perdu.
Revenir en haut Aller en bas
 
LaSorcièreRouge
LaSorcièreRouge
Féminin MESSAGES : 85
INSCRIPTION : 20/11/2019
ÂGE : 24
RÉGION : Drome/Isère
CRÉDITS : Pandos (ava + icon)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, harry potter, surnaturel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3452-p-etre-ici https://www.letempsdunrp.com/t3657-bric-a-brac-de-rp https://www.letempsdunrp.com/t3457-la-schizophrenie-d-heluciate
Tortue

Retrouvaille après un départ difficile.  Empty


Gizele
Torres

J'ai 24 ans et je vis à Miami, Floride. Dans la vie, je suis serveuse dans un café restaurant et je m'en sors plutôt bien, en tous cas, j'arrive à payer mon loyer et mes factures en fin de mois, c'est déjà pas mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien, surtout en sachant que l'homme que j'aimais était partit du jour au lendemain sans rien dire. .



❝ Cache tes sentiments aux yeux de tous, tu en seras plus forte. Ne montre pas tes faiblesses et personne ne t’atteindra. Ne tourne jamais le dos à tes ennemis sinon tu recevras un coup de poignard par-derrière. ❞

Retrouvaille après un départ difficile.  Giphy
Née à La Havane, à Cuba.

Parle couramment l’anglais, le français et l’espagnol.

Personne en première apparence froide et sans émotions, ne laissant rien paraître sur son visage. En réalité, c’est une personne au grand cœur qui ferrait tout pour ses amis. Elle ne parle jamais de ses problèmes, cachant ses douleurs et ses peines à tous. Mais elle est de très bonne écoute et de bons conseils. A tendance à être franche et directe.

Elle a en apparence un corps assez frêle mais Gizele est en réalité musclée. Elle est légèrement typé, ayant des origines espagnoles du coté de sa mère. Elle s’habille le plus clair de son temps en noir ou en bordeaux.

Elle a 2 tatouages, un sous le sein droit “ to build a home” qui signifie que ce qu’elle souhaite le plus, c’est de construire sa maison, son propre foyer, son chez elle.  Et un deuxième sur son bras droit, une rose noir, pour son frère décédé.
Retrouvaille après un départ difficile.  Tumblr_olnb54paVq1qfg6byo5_250


camila mendes :copyright:️ AVOCADO
Rattraper le temps perdu était quelque chose de compliqué. Surtout quand autant de temps était passé. En six mois, beaucoup de choses s'étaient passées, les relations évoluaient, les personnes également, le temps filait, toujours plus vite. Ce qu'on ne fait pas, le temps le faisait. La Gizele qu’Arthur avait connue, avait changé. Une part d’elle était restée inchangé tout de même, mais avec tous les événements qui s’étaient passés, les événements bons comme mauvais, le comportement de la brune avait changé. Devenant plus froide qu'avant, la méfiance à l’égard des gens avaient augmentées avec. Qu’Arthur avait de bonnes intentions en venant ne voulait pas dire que Gizèle allait lui laisser le champ libre, au contraire, elle allait lui faire endurer toute la douleur de ce qu’avaient provoqué leurs ruptures, car c’est ainsi qu’elle avait pris la chose. En l'abandonnant ainsi, Gizele s’était dit qu’il ne voulait plus d’elle. Et même s’il se présentait en face d’elle aujourd’hui, la jeune femme ne voulait en aucun cas reprendre où s’étaient arrêtées leurs relations, pour elle s’était finies.

- Je… hum. Je n’ai jamais eu aucun droit sur toi G. Tu es une femme libre et indépendante, jamais, je ne voudrais te priver de cela et …,  continua-t-il.  Même si tu ne veux aucun conseil de ma part et te connaissant un peu, tu devrais vraiment laisser ton bras au repos. Tu vas ne faire qu’empirer les choses. Je sais que étant d’un esprit de contradiction, tu vas vouloir faire l’inverse de mon conseil, mais … Je tiens à toi G. Et malgré ce que tu peux penser, je ne veux pas que tu souffres, même si tu aurais raison de m’envoyer chier, car je suis très mal placé pour dire cela.

Son cœur battait fort dans sa poitrine, contrairement à ce qu’elle voulait bien montrer; elle en était toujours terriblement amoureuse de ce blondinet. Mais son abandon passait toujours de travers. Même si le revoir aujourd’hui, six mois plus tard lui faisait ressentir à nouveau des sentiments qu’elle avait pensé enfui, il ne réussirait pas à l’amadouer et à la reconquérir avec des excuses, ce serait beaucoup trop simple. Les choses auraient pu être différents, si au moins il avait pris la peine de la prévenir de son départ. Mais bien entendu ça ne s’était pas passé ainsi, il avait fallu qu’il la laisse dans l'ignorance la plus totale, laissant l’inquiétude la ronger de l’intérieur, aussi corrosif que de l’acide pur. Des crises d’angoisses plus violentes les unes que les autres lui provoquant tellement de questionnement. Est-ce que c’était de sa faute? Qu’avait-elle fait de mal? Et si elle avait fait certaine chose autrement? Est-si, est-si… Tellement de questions sans réponse.

La brunette secoua la tête de droite à gauche, refusant d’écouter ce qu’il avait à dire. Elle ne voulait pas entendre ce qu’il disait, car la souffrance qu’elle avait pourtant étouffée au fond de son cœur remontait à la surface petit à petit. Tellement de doute, de rancoeur et de colère enfuis. Pourquoi était-il aussi cruel? Pourquoi lui dire cela? “ Je tiens à toi G.”, juste quelques mots mais qui faisait toute la différence. Son coeur se serrait davantage.

- Arrête por favor… Tais toi... Murmura-t-elle puis enfin en le regardant, oui je vais faire exactement le contraire de ce que tu dis, pas par esprit de contradiction, mais seulement parce que je n’ai pas le choix.. No pero francamente (franchement), tu t’es mit à ma place? Tu pars du jour au lendemain sans rien me dire, tu disparais de la circulation ! S'exclama-t-elle tout en tournant le dos à Arthur. ¿Te vas de viaje con tus en mi cabeza? (Tu sais ce que j’ai pu imaginer dans ma tête), continua-t-elle en montrant sa tête puis elle enchaîna ses paroles toujours en espagnol tout en parlant avec les mains, me dije (je me suis dit) qu’on t'avait tué, qu’il t’était arrivé quelques choses. Y finalmente pensé que ya no me querías (puis finalement je me suis dit que tu ne voulais plus de moi), rajouta-t-elle dans sa langue natale en se montrant, que habías encontrado a alguien más, sólo después de haberme hice el amor, (que tu avais trouvé quelqu'un d’autres, qu’après m’avoir fait l’amour), s'arrête-t-elle, elle était consciente qu’il ne comprendrait pas ce qu’elle disait, mais elle avait besoin de dire les choses, elle marqua un temps de pose, cherchant ses mots; tu as préféré voir ailleur? Au vu de notre différence d’âge et de qui je suis, je me suis dit ; mais pauvre fille, à quoi tu t’attendais sérieusement…

La jeune femme se détourna à nouveau de lui, ne voulant pas qu’il voit toute la détresse dans son regard. Son masque de froideur tombait toujours rapidement avec lui, elle n’arrivait pas à le garder sur le visage, elle n’arrivait plus à contrôler ses émotions, ni même à contrôler la réaction de son corps. Cela avait toujours été ainsi avec Arthur. Il avait toujours eu ce don de lui faire perdre ses moyens, elle qui pourtant avait une maîtrise totale sur ses émotions, sur ses réactions. Elle avait subi tellement d'entraînement de la part de son père, pour lui apprendre cela. Et même si il ne comprendrait pas un traître mot de ce qu’elle venait de dire, elle verbaliser enfin tout ce qu’elle avait pu penser et le dire à haute voix lui fit du bien.

Oui elle n’avait pas le choix, c’était soit elle travaillait pour pouvoir payer ses factures, soit elle allait finir par avoir une dette envers l'hôpital avec les factures accumulées. Et il était hors de question de demander de l’aide à quiconque. Elle n’était pas partit de chez son père à 18 ans pour y retourner maintenant, juste parce qu’elle était en difficulté financière. Son épaule survivrait à ça. Gizele lâcha justement cette dernière et passa sa main dans ses cheveux qui était détaché pour finalement elle mit quelques mèches derrière son oreille tout en soupirant.

- C’est ton épaule qui te fais souffrir ? Tu sais … Je n’avais pas spécialement l’intention de disparaître d’un seul coup. Si j’avais pu … Je serais resté près de toi G.
- Hmhm,
répondit-elle simplement, ne voulant pas s’étendre sur ce point là. Alors pourquoi ne pas l’avoir fait? répondit-elle froidement, en observant ce qu’il faisait. Tu as rencontré quelqu'un ? Une femme de ton âge? Pas une gamine ayant dix ans de moins que toi, no?

La colère refaisait surface, aussi terrible qu’elle soit. Telle un tsunami qui faisait des ravage sur la côte. Elle n’y croyait pas bien entendu, car sinon c’était un bel enfoiré au douce parole, mais elle avait besoin de l’entendre, qu’il la contredise sur ses dires.. Et puis, si c’était la vérité, que c’était la réalité, elle serait fixé au moins.

- J’essaie maladroitement de m’excuser et je m’attends pas que tu me pardonnes juste parce que je te le demande. Mais sache que je ne comptais pas te faire du mal.
- De toute façon, il n’y a aucune chance que je te pardonne simplement parce que tu viens t’excuser,
répliqua-t-elle au tac au tac.
- Tiens, peut-être que cela peut te soulager un peu. Tu veux que je partes? Et que je te laisse seule ? Je suis désolé.

La jeune femme se crispa aux dernières paroles du blond, elle savait qu’il était sincère au vu de la mine qu’il affichait, mais c’était de la triche. Il savait pertinemment que devant la tête qui faisait elle ne pouvait que lui pardonner, elle craquait toujours devant cette bouille de chien battu qu’il faisait. Dans ses moments là, elle lui pardonnait toujours et la gazelle lui volait un baiser. Là, elle ne fit rien, elle se morda la lèvres à la place, signe de nervosité chez elle. Si elle écoutait son coeur, elle irait l’embrasser immédiatement, mais il en était hors de question. Gizele récupéra les glaçons qu’il lui tendait pour le poser délicatement sur son épaule.  

- Me estás irritando (tu m’agaces), dit-elle simplement avec un petit sourire amusé.



j'suis ce que j'suis

I feel a little nauseous and my hands are shaking
I guess I need you close by
My throat is getting dry and my heart is racing
I haven't been by your side
In a minute, but I think about it sometimes
Even though I know it's not so distant
Oh, no, I still wanna reminisce it
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Retrouvaille après un départ difficile.  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Retrouvaille après un départ difficile.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retrouvaille!!! (PV Ryofu Itô) HENTAï
» [UPTOBOX] Boa vs. Python (V) [DVDRiP]
» Alvin et les Chipmunks 2 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: