Partagez
 
 
 

 Cœurs ennemis ♣ Elsy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11 ... 21  Suivant
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1083
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Empty


Elisabeth Dubois
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis résistante et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia
Quelques temps plus tard

C’était un de ces soirs, un de ces soirs où l’on oublie le temps, où l’on ne veut plus penser aux lendemain. Un de ces soirs où on aspire à être heureux, profiter d’être vivant tant qu’il en est encore temps et bouger son corps au rythme des sons de l’harmonica se mêlant à l’accordéon. Un de ces soirs où les jeunes garçons invitent les demoiselles à danser et scellent, peut-être, en un baiser, les promesses de lendemains à venir ensemble. C’était un de ces soirs où, en pleine guerre, on tâchait de l’oublier un peu, profitant de ceux qui étaient présents. Pour autant, ça ne voulait pas dire qu’on oubliait ceux que Vichy envoyaient au travail obligatoire. Elisabeth ne l’oubliait pas. Quoiqu’elle se soit mêlée aux festivités ce soir, en écoutant les conseils de quelques supérieurs lui conseillant de profiter de sa jeunesse, la demoiselle ne peut oublier tout ces innocents que les allemands retiennent dans leurs pays, ceux qu’ils arrêtent et tentent de faire parler, ces familles qu’ils déchirent, parfois pour toujours, ces juifs qu’ils déciment. Son regard perdu sur les joueurs de musique, elle ne peut oublier ces gens et pourtant, dans un même temps, elle comprend ce que les autres voulaient lui dire. Pour continuer de résister, elle devait avoir un but, une force. Pour continuer de résister, elle devait s’accorder quelques moments pour compenser les horreurs de ce qu’elle pouvait apprendre. C’était un moyen de se ressourcer. De voir la vie et l’apprécier, pour pouvoir la défendre.

Son regard s’arrête sur un visage qu’elle reconnaît, parmi ceux qui se sont réunis, ce soir, dans ce bal musette. Un officie allemand qu’elle a déjà croisé, qu’elle n’espérait pas forcément revoir, comme on espère jamais recroiser quelqu’un qui a le pouvoir, le droit, de décider de nous tuer, pour quelques soupçons. Bien que les soupçons, ici, n’étaient pas sans raisons. La demoiselle soupire. C’était bien sa veine, de le recroiser ici quand elle était sensé se détendre. Quand elle était sensé être elle-même, Elisabeth et non Mademoiselle Morel, le rôle qu’elle devrait jouer s’il venait à elle. La jeune femme détourne la tête. Peut-être qu’elle ferait mieux de s’éclipser tant qu’il ne l’a pas vu... A moins qu’il ne l’ai déjà remarqué.


Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 779
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Empty


Matthias
Heidegger

J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis officier de l'armée allemande et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.


Paul Welsey :copyright:️ NOM CRÉATEUR
Le temps continue de passer , toujours aussi monotone. Le contexte mondial se détériore encore et une certaine tension se ressent chez les miens. Une tension , une peur même. Comme la plupart des soldats , je fais semblant de l'ignorer et me contente de faire mon boulot. Comme , depuis le début de la guerre , je suis les ordres et attends que ça passe. Je me répète que ça pourrait être pire , bien pire , que j'aurai pu être envoyé sur le front est.

Alors , je profite de ce genre de soirée où je peux essayer d'oublier qui je suis. Je profite de ces moments où je ne suis pas en service et , où je laisse la surveillance et les soupçons à mes compatriotes. C'est dans ce genre de moment où je rêve que je peux enfin rentrer chez moi , oublier toutes idées en lesquelles je ne crois plus et simplement revoir ma famille. Je sais que ma mère et ma grande soeur m'attendent également et je ne peux qu'espérer qu'il ne leur arrive rien , que le conflit ne s'étende pas jusqu'à chez nous.

Ce soir , j'avais prévu de me faire plutôt discret. Je viens plus profiter de la musique et de la fausse ambiance de calme et de paix qu'autre chose. Mais , les réflexes ont la vie dure et je ne peux m'empêcher de scruter la foule. Je ne sais même pas vraiment ce que je cherche exactement. Rien , sans doute.
Mon regard finit par croiser celui d'une jeune femme. Elle se détourne rapidement et , il me faut plusieurs secondes pour me rappeler d'elle. Il s'agit de celle qui semblait si intéressé par mon supérieur , il y a quelque temps. Quel était son nom déjà ? Ah oui Morel.

Je ne me rend pas tout de suite compte que mes pas me poussent dans sa direction. Je n'ai pas vraiment d'explication, je la rejoins , c'est tout. Je ne suis pas l'officier ce soir , simplement un homme qui vient profiter de la fête. À un bon mètre d'elle , je finis par l'appeler et je sais qu'elle n'osera pas m'ignorer.

"Bonsoir. C'est un plaisir de vous revoir Mademoiselle Morel. Vous venez profitez de la musique ?"

Je n'ai pas d'intérêt spécifique à commencer une discussion avec cette française mais il y a pire comme moyen de passer le temps.
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1083
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Empty


Elisabeth Dubois
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis résistante et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia
Croiser l’allemand ici, c’était bien sa veine, un soir où elle était sensé se détendre et ne jouer aucun rôle particulier, surtout pas un rôle qui pouvait l’envoyer directement à la morgue. Elle ne voulait pas le voir ce soir, ni lui, ni aucun autre allemand à vrai dire. Et pas seulement ce soir, mais tout le temps. S’ils n’étaient plus sur le territoire, un jour, cela voudrai dire que la guerre était enfin terminée, que la résistance également, qu’ils n’avaient plus besoin de surveiller les allées et venus des français, que tout rentrerai dans l’ordre, que la vie reprendrait son cours, enfin. Quand elle n’en verrait plus, elle pourrait reprendre ses études. Elle pourrait accomplir son rêve de sauver des vies et finir ses études en médecine. Quand elle n’en verrait plus, elle cesserait de s’inquiéter pour tout le monde, de s’inquiéter pour ses proches, pour sa propre vie.

Mais en attendant, les allemands étaient là, encore et toujours, quand elle ne voulait pas les voir, perturbant jusqu’à ses rares moments de relâche, de tranquillité. Il était là, lui, perturbant ses plans pour la soirée par sa seule présence quand elle pensait passer un agréable moment. Il était là, à lui rappeler qu’il l’avait surprise au beau milieu d’une mission, qu’il l’avait mise en échec et en difficulté dans un même temps, en s’intéressant à elle d’un peu trop près, parmi tous les anonymes des rues. Il avait fait capoter son affaire, la contraignant à se sortir d’un mauvais pas sans se dévoiler, la contraignant surtout à abandonner ses observations pour les remettre à plus tard. Un plus tard qui n’aurait jamais lieu, une autre avait prit sa place sur la mission. Trop dangereux de la laisser, si qui que ce soit pouvait avoir le moindre soupçon.

Elle sursaute comme l’homme approche d’elle et prend la parole. Elle ne pensait pas forcément qu’il viendrait à sa rencontre, d’autant plus, à vrai dire, qu’elle ne comptait pas lui en laisser le temps. Il avant toutefois devancé sa tentative d’échappatoire et, maintenant, elle aurait bien du mal à prétexter devoir partir. Un plaisir de la revoir ? Elle en doute fort.

«- De même..» répond la demoiselle, préférant éviter de jouer avec le feu et l’égo d’un allemand. «Comme vous pouvez le voir. Vous êtes ici pour les mêmes raisons je présume ?» s’enquit-elle en observant quelques couples qui dansent au rythme de la musique, faisant presque oublier que la guerre était là.


Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 779
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Empty


Matthias
Heidegger

J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis officier de l'armée allemande et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.


Paul Welsey :copyright:️ NOM CRÉATEUR
Je l'ai surpris , visiblement. Je ne peux retenir un rictus amusé. C'est presque comme si je l'avais effrayé. Je sais quel effet nous faisons aux français et , même si je ne l'approuve pas , je dois bien avouer que se sentir puissant , de cette manière , c'est un sentiment plutôt agréable. On a l'impression de se sentir important. Alors que la réalité est tout autre. Je sers dans l'armée depuis de le début de la guerre et on ne peut pas dire que j'ai eu beaucoup de reconnaissance. Personne , d'ailleurs. En fait , j'en ai presque honte de ressentir ça. Non. J'ai vraiment honte.

Je la regarde quelques instants. Elle est plutôt jolie , il faut bien le dire. Mais , je ne m'attarde pas trop longtemps , ne voulant pas la mettre mal à l'aise. De la même manière, je me tiens à une distance respectable. Je suis son regard , voyant les quelques couples danser en rythme sur la musique. La scène semble presque irréelle. Ces gens qui profitent de l'instant présent , en toute innocence..

"Oui je suis ici pour la musique également. Et , uniquement pour la musique..." , j'insiste comme pour lui faire comprendre que je ne suis pas venu en tant qu'officier qui la soupçonnait. Non , je suis juste moi même. À moins qu'elle ne se révèle être un vrai danger pour les miens.

Assez naturellement , je continue la conversation sur ma lancée. Je n'ai jamais vraiment parler aux français en dehors de mes contrôles réguliers ou dans des moments un peu moins...calmes on va dire. Ce soir , je me dis que l'occasion est toute trouvée. C'est jouer à un jeu finalement. Allemands et français n'ont rien à faire ensembles.

"J'ai toujours beaucoup aimé la musique. J'avais l'habitude d'aller à des concerts autour de ma ville de naissance. Je voulais jouer du piano mais je n'ai jamais eu la chance de pouvoir commencer."


Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Tumblr_phih8kHDJA1xb955oo9_r2_500
《You are the one I was meant to find.》
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1083
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Empty


Elisabeth Dubois
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis résistante et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia
Juste pour la musique ? La demoiselle lève un sourcil, imperceptiblement. A voir les Allemands comme des ennemis prêts à vous tuer à tout coin de rues pour maintenir l’ordre, à imaginer tout ce qui peut se passer sur le front est et ce qu’ils font des juifs qu’ils raflent, ce que l’on sait des camps de concentration et d’extermination au sein de la résistance, on en oublierait presque que ces derniers sont humains, comme les autres. Dirigés par un fou, mais humains. Peut-être pas tous, certes. Certains partageaient grandement les idées de leur Führer. C’était le cas de Klaus Barbie, le boucher de Lyon, dont le nom circulait dans leurs rangs et il n’était pas le seul. Certains prenaient un malin plaisir à profiter de leur position, faire régner la peur dans l’esprit des occupés… A prendre les provisions, les femmes, les filles, menacer d’une balle… Et puis il y avait les autres, ces autres qui étaient humains, qui pouvaient avoir envie d’écouter la musique, de profiter de plaisirs simples en ces temps difficiles.

Elle avait oublié, elle-même, que les Allemands étaient des gens comme les autres. Mais la rancœur tenace entre les deux pays à la suite de l’humiliation de la galerie des glaces à Versailles et les suites de la première guerre mondiale favorisait forcément le manque de compréhension entre les deux patries. Comment pardonner à un Allemand d’être Allemand, quand un tel passif perturbait l’équilibre et pesait dans la balance ? Les rapports entre les deux nations ne seraient plus jamais les mêmes et il faudrait du temps, beaucoup de temps, avant qu’ils ne puissent aller de l’avant. SI tant était qu’il y ait un jour un avant. Le maréchal Pétain en avait donné un peu glorieux pour le pays, tandis que d’autres tentaient de lutter, encore, pour l’honneur de la France. Une bataille loin d’être gagnée, loin d’être terminée, surtout.

«- Qu’est-ce qui vous en a empêché ?»

Alors qu’il se confie à elle, la curiosité de la jeune femme est piquée au vif, intriguée par les révélations qu’il peut faire sur son amour de la musique, restant tout de même méfiante de son côté. On lui avait apprit à ne pas baisser sa garde face à un allemand, c’était prendre un risque. Elle ne devait pas oublier qu’il pouvait jouer, qu’il pouvait ruser, piéger, attaquer.

«- La musique est, dirais-je, un langage universel...» reconnaît-elle. Elle transportait.


Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 779
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Empty


Matthias
Heidegger

J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis officier de l'armée allemande et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.


Paul Welsey :copyright:️ NOM CRÉATEUR
Je me revois jeune adolescent , admiratif des compositeurs du siècle passé, comme Wagner pour ne citer que lui , ou Mozart du pays voisin. Je me rappelle de ces moments passés dans une petite bibliothèque, à éplucher leurs biographies. La vie était déjà dure, à l'époque , ma mère devait travailler pour nous deux et je n'étais pas vraiment le garçon le plus attentif à l'école. L'économie était fragile et le Traité de Versailles , un dictat même n'arrangeait pas les choses. Je n'étais définitivement pas d'une classe assez élevée pour me payer un instrument si raffiné et encore moins le professeur. De toute manière tout s'est effondré en 29 , la musique n'avait plus d'importance dans ma famille et ce , jusqu'à l'arrivée au pouvoir du Fuhrer. Ensuite , les événements se sont enchaînés et même si nous avions plus d'argent ce n'était toujours pas suffisant et , je n'avais plus le temps à consacrer à la musique. Finalement , tout est allé si vite. Mon enfance , mon adolescence...Je ne sais pas si j'en ai vraiment profité. Et ,ma jeunesse à la guerre désormais. Comme mon père autrefois. Ce père que je n'ai jamais connu , tué en 1916 à Verdun.
Lorsque je croise le regard haineux de certains français que l'on arrête , je me dis souvent qu'ils ont tendance à oublier qu'ils nous ont traité plus bas que terre en 18. Nous avons aussi souffert. Peut être qu'ils n'ont que ce qu'ils méritent.
Je tourne justement mon regard vers Mademoiselle Morel.

"Oh. Vous savez on ne peut pas toujours faire ce que l'on veut. Ma mère n'avait pas le moyen de me payer un professeur et la crise n'a pas arrangé les choses."

Je me retiens d'ajouter que , peut être après la guerre je pourrai. Inutile de la provoquer inutilement. La musique un langage universel ? Oui , je pense qu'on peut voir les choses comme ça .

"Je pense comme vous. Il n'y a pas besoin de mots en musique , tout se ressent. La barrière de la langue est abolie. Un langage qui peut nous réjouir, nous faire danser ou même nous faire pleurer. C'est peut être, selon moi , le plus beau moyen de communiquer."


Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Tumblr_phih8kHDJA1xb955oo9_r2_500
《You are the one I was meant to find.》
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1083
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Empty


Elisabeth Dubois
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis résistante et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia
Finalement les Allemands étaient des gens comme les autres, qui eux aussi connaissaient la faim, le manque de moyens, la crise. La jeune femme peut comprendre ces craintes et ces tourments que les Français connaissent eux-mêmes. Réaliser cela était nier le statut démoniaque qu'il était aisé de leur conférer depuis le début de la guerre, de sorte qu'il soit possible, alors, de renouer avec leur humanité. Cette vérité éclatant à son visage surprend presque la jeune femme en fin de compte. Il était plus facile de leur en vouloir avant de faire ce constat. Plus facile de leur en vouloir avant de réaliser qu'ils avaient des rêves eux-aussi, plus ou moins accessibles, plus ou moins grands. Plus facile de leur en vouloir avant de se rappeler que, comme tous, ils avaient vécus les déceptions, les désillusions. Ils n'étaient pas si différents des français. Mais ce constat était difficile à encaisser. Elle devait leur en vouloir, elle devait les haïr, autant qu'elle devait s'en méfier. Ses missions étaient à ce prix. La liberté de la France aussi.

"- Navrée." se contente-t-elle de répondre, très sobrement.

Elle ne pouvait rien lui offrir de plus que la sincérité de ce mot, qui était le plus honnête qu'elle ait eût face à lui depuis le jour de leur rencontre. Si elle lui avait menti la dernière fois pour sauver sa peau et sa couverture, elle n'en était pas moins réellement navrée pour lui.

La française acquiesce à ses mots. Oui. Un langage universel capable de détruire les barrières de la langue. Si français et allemand parvenaient à se comprendre globalement désormais, du fait de l'occupation allemande sur le territoire français, ça n'avait pas toujours été le cas et bien des mots restaient compliqués à interpréter pour les français. Jusqu'ici pourtant, elle parvenait à communiquer avec l'officier.

"- En effet. C'est probablement parce qu'elle peut se passer de mots, se sont des notes qui parlent et transmettent le discours."

Bien que le fameux discours puisse être interprété de diverses manières, sans le texte. On avait l'ambiance sans avoir le contexte, le fond sans la forme.

"- Et puis bien souvent elle change les idées..."

N'était ce pas précisément ce qu'ils cherchaient ce soir ? Tout oublier ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 779
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Empty


Matthias
Heidegger

J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis officier de l'armée allemande et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.


Paul Welsey :copyright:️ NOM CRÉATEUR
Navrée. C'est le seul mot qui sort de sa bouche lorsque je lui raconte une partie de mon histoire. Ça ne me touche pas particulièrement. Enfin si , je suis étonné qu'elle le soit. Elle aurait pu le dire par politesse bien sûr , mais j'ai cru sentir dans son ton une certaine sincérité qui m'a étonné. C'est intéressant...et perturbant.
J'écoute le reste de sa réponse de manière pensive gardant l'oeil sur les différents musiciens. L'ambiance est joyeuse en ce début de soirée. La musique change les idées oui , et c'est bien cela que je suis venu chercher ce soir. Une nouvelle danse commence et je tourne mon regard à nouveau vers la française.

"Et bien nous sommes tous les deux venus pour nous changer les idées pas vrai ?"

Je connais la danse qui est en train d'être jouée. Elle ne sera pas longue. Je garde les yeux fixés sur le petit groupe un petit moment à nouveau. Je viens d'avoir une idée , une envie même mais je n'ose pas la formuler à voix haute. Je ne suis pas spécialement quelqu'un de timide en temps normal , il ne vaut mieux pas dans l'armée d'ailleurs. Mais , tout le contexte ne peut que m'amener à être méfiant ou tout du moins craindre la réaction de la jeune femme.
Je finis par me décider car la danse en cours approche de sa fin. J'inspire un grand coup et souris à la française. Je m'incline très légèrement et lui tend une main des plus amicale :

"M'accorderiez-vous une danse Mademoiselle Morel ? Pour se changer les idées ?"

J'ai ajouté la dernière phrase pour que...Je ne sais pas vraiment en fait. Pour que ma demande ne paraisse pas déplacée peut être ? Pourtant , je ne devrai pas m'en soucier plus que cela. Ce n'est qu'une française , après tout. La danse se termine doucement et quelque sapplaudissements retentissent tandis que j'attend toujours sa réponse, un sourire poli aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1083
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Empty


Elisabeth Dubois
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis résistante et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia
De toute évidence, les mêmes raisons les avaient poussés ici, tout les deux, bien que la demoiselle se garderait bien de lui dire qu’elle avait suivit les conseils de quelques amis, de peur qu’il ne glane discrètement des informations à son sujet, qu’elle pourrait avoir à regretter par la suite. Se méfier de l’ennemie, encore et toujours, un travail de tout les instants visiblement mais c’était le prix à payer pour rester en vie et la demoiselle comptait bien pouvoir survivre à ces temps sombres, bien qu’elle prenne des risques au quotidien pour ce qu’elle pensait être juste, ce que son cœur lui dictait de faire.

«- En effet, il semblerait.» remarque la demoiselle comme l’homme souligne le fait qu’ils soient tout deux ici dans le but de se changer les idées.

Une nouvelle danse entraînante commence, attirant l’attention sur les danseurs alors et le regard d’Elisabeth se perd quelques instants sur les visages heureux, presque insouciants, de tout ce petit monde qui se laisse porter par le moment, cherchant à oublier que, le lendemain, la guerre serait de nouveau là, avec ses tickets de rationnement et ses allemands dans les rues, ces articles effroyables dans les journaux pour annoncer l’exécution de tel ou tel français, tel ou tel résistant… La peur et le sang reviendrait bientôt. Mais ils cherchaient à l’oublier ce soir. Elle aussi. Comme lui. Et pour cela, il ne manque pas de lui faire une étonnante demande, lui proposant de se joindre à lui pour une danse, alors que la musique ralentie, cessant bientôt.

Une danse. Ce n’est pas grand-chose. Elle pouvait peut-être accepter. Oublier pour quelques minutes, ou pour la nuit, qu’il portait l’uniforme Germanique et se laisser aller à quelques pas de danse, quelques notes de musiques. Elle ne pouvait pas trahir la patrie par un peu de paix, après tout. Et danser… elle devait bien admettre que cela lui ferait plaisir. Aussi elle lui donne sa main pour le suivre sur la piste, se plaçant bientôt.

«- Dois-je faire attention à mes pieds ?» s’enquit-elle comme les musiciens ne vont pas tarder à recommencer de jouer.


Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 779
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Empty


Matthias
Heidegger

J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis officier de l'armée allemande et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.


Paul Welsey :copyright:️ NOM CRÉATEUR
Un sourire plus large s'étire sur mes lèvres lorsqu'elle accepte. Je n'aurai pas insisté si elle avait refusé mais j'en aurais certainement été déçu. Bizarrement, je ne me vois pas demander à quelqu'un d'autre de danser ce soir. Surtout pas à une française et étant donné qu'il n'y a pas d'allemandes ici...Mes camarades ont l'habitude de raconter leurs aventures avec les Parisiennes mais je dois avouer que je n'y ai jamais prêté plus d'attention que nécessaire. Je ne suis pas aveugle et la plupart du temps , c'était loin d'être de belles histoires.
Mais , moi , je ne recherche pas d'histoire. Une partenaire de danse , c'est tout. Pas d'arrières pensées , aucune. Enfin , je crois.
Elle me donne sa main et nous nous dirigeons vers la piste de danse. Sa remarque m'arrache un léger rire :

"Il est vrai que je ne suis pas le meilleur danseur alors peut être...Je ferai de mon mieux pour ne pas vous marcher sur les pieds."

Je me place correctement et attend que la musique précédente s'achève et que la nôtre puisse commencer. Je me sens un peu gêné , maintenant , mais j'essaie au mieux , de ne rien laisser paraître. Néanmoins , il se peut qu'une de mes mains ai légèrement tremblé à son contact. Pas la peine de stresser Matthias. Ce n'est qu'une française qui a probablement plus peur que tu lui cherches des ennuis qu'autre chose.
La musique cesse et voilà que c'est notre tour. Ma légère angoisse disparaît au son de la musique et je suis naturellement la mesure. Elle aussi s'en sort bien. Pour l'instant , et j'en suis fier, je ne lui ai pas écraser les pieds. En tout cas , cette danse m'apaise réellement. Quelques instants où je peux oublier ce que je dois faire pour mon peuple. Des instants où je peux partager une simple danse avec une femme qui me voit sûrement comme un ennemi. Moi , je ne sais pas comment je la vois. Peut être, simplement , comme une belle jeune femme.
Lorsque le rythme s'accélère, je m'adapte avec un petit temps de retard et lui glisse un sourire en guise d'excuse. Disons que cette fois ci , j'étais assez proche de martyriser ses pieds. La musique finit par s'arrêter et notre danse est terminée. Il me faut bien avouer que je ressens une certaine déception à l'idée que cela soit passé si vite. Je dépose un baiser sur sa main avant de la remercier.

"Merci beaucoup pour cette danse Mademoiselle Morel. Il me semble que je ne vous ai pas demandé votre prénom."

Demande indirecte bien sûr. J'ai lu ses papiers, il y a quelques jours bien évidemment mais j'en ai lu beaucoup d'autres depuis. Dans un sens , me souvenir de son nom de famille est déjà un exploit.
Quant à ma propre identité , je ne vois pas ce que je risque à lui la dévoiler.

"Je m'appelle Matthias. Matthias Heidegger."


Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Tumblr_phih8kHDJA1xb955oo9_r2_500
《You are the one I was meant to find.》
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Cœurs ennemis ♣ Elsy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 21Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11 ... 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers historique :: Contemporain-
Sauter vers: