-55%
Le deal à ne pas rater :
-30 € sur AUKEY USB C – Station de charge
24.99 € 54.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
En ligne
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 805
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : icone : Luis Royo. Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3433-mes-folies-mes-obsessions
Donut

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation

Et si, lors de leur première rencontre, Neil n'avait pas été un flic infiltré, mais conduisant une enquête officielle?
Et si, lors de leur première rencontre, Siobhan était beaucoup plus impliquée au coeur de l'Ira?

Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]


Because of you
Go deo i mo chroi, Go deo i mo intinn. Toujours dans mon coeur, toujours dans mon esprit .•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 805
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : icone : Luis Royo. Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3433-mes-folies-mes-obsessions
Donut

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Empty


Siobhan O’Sullivan
J'ai 28ans ans et je vis à Belfast, Irlande du Nord. Dans la vie, je finis à peu pres une thèse, tout en gérant d'autres affaires à cotés et je m'en sors plutot bien. Sinon, après avoir supportépas mal de pressions, je suis en couple depuis quelques mois et je le vis plutôt bien, sans trop me poser de question
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy
Don't love. It's a trap!
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Fc7b4a1739532035c6716bbd1c1a09bb

Informations supplémentaires ici.


Vika Kerekes  NOM CRÉATEUR
-On se voit ce soir?
Pas pour la première fois, Siobhan se demande ce qui lui a pris d'accepter de ressortir avec Kennan il y plusieurs mois. Il baise pas trop mal, certes. Faire chier Catham dans la foulée, c'était un plus. Avoir une paix royale de tout le monde, non négligeable. Mais qu'est ce qu'il peut etre chiant par moment. Disons qu'il passe le temps.
-Non, je t'ai déja dit  dans la semaine que je voulais bosser ma thèse un peu sérieusement. finit'elle par lui répondre, lui resservant un verre de whisky. En soit, si elle l'avait souhaité, la rousse n'aurait pas eu besoin de bosser dans ce bar, l'un de ceux entièrement controlé par l'Organisation. Si l'ambiance peut être parfois chahutée, ce n'est jamais elle qui en fait les frais. Soeur de Catham O'Sullivan, étoile montante de l'Ira, copine plus ou moins officielle de Kennan O'Donaigh, porter la main sur elle serait un suicide pour n'importe lequel des soldats, et pour ceux qui s'égarent dans le bouge par hasard. Et elle a rapidement fait comprendre que sa protection s'étendait aussi aux autres filles qui travaillent. Ils font ce qu'ils veulent avec les putes d'O'Hara, mais en ce qui concerne les nanas du King's Horse, pas touche sans consentement.
-On s'en fout de ta thèse, c'est pas comme si elle allait vraiment te servir  à quelque chose, s'assombrit le jeune homme, en lui attrapant le bras avec un peu trop de force alors qu'elle allait s'éloigner pour prendre la commande d'un groupe fraichement arrivé. Siobhan se dégage d'un mouvement sec, déposant un baiser léger sur les lèvres boudeuses du brun.
-On est d'accord pour ne pas être d'accord. Recommence pas avec ca, ou c'est ce we et la semaine prochaine que je serais "occupée". -Grimace du jeune homme alors qu'il lève les mains en signe de capitulation. Il a atténué son comportement mercurial après son retour de Dublin et cela lui avait pris plusieurs semaines pour qu'elle retourne dans son lit. Elle peut parfois sentir son envie de la cadrer comme il le souhaiterait, mais jusqu'ici, il s'est contenu, malgré des gestes parfois agressifs qu'elle tolère de plus en plus difficilement.
-OK pour ce soir, mais demain soir on sort. Et sans ton crétin de frère et sa pouff
Haussement d'épaule non compromettant, il a raison sur un point. Moins elle voit Fiona, mieux elle se porte.

Le reste de son service se passe sans embuches majeures. Et c'est vers 20h qu'elle sort sous la pluie de Belfast. Un sms sur l'un de ses burner ne tarde pas à vibrer. Le numéro n'est pas enregistré, pas besoin, elle sait que cette marque là est uniquement pour Catham. le message n'est pas d'avantage signé. -"On a eu un problème, couvre moi quelques heures."
Immédiatement, elle sort la puce, la broie et jette le telephone en deux parties dans deux poubelles différentes. Merde. Qu'est ce qu'il a foutu encore? Elle sait qu'elle est surveillée par les forces de polices Irlandaises et anglaises, merci la domination anglaise sur l'Irlande du Nord, putain de British, et qu'elle s'est accrue depuis plusieurs mois. Depuis qu'elle lie les O'Donaigh aux O'Sullivan, comme le souhaitait son oncle depuis plusieurs années. La jeune femme prend garde à passer 80% du temps dans le cadre de la Loi. Le reste se faisait bien plus discrètement. Elle doit réprimer son envie de joindre son frère sur le champ. Mauvaise idée. Inquiètude réelle. Faites qu'il ait pas encore buter un indic. Les flics detestent ca. Et le couvrir... mais pour quoi exactement?!

Au moment où elle allait rentrer chez elle, le signal est clair par la voiture parfaitement identifiable qui se tient à quelque mettres. Et les deux policiers en uniforme qui en sortent ne sont pas plus discrets. Okay. Au moins elle était prévenu. Siobhan pourrait hurler, faire un scandale, vociférer. Erreur. Ce n'est pas encore le moment. Pas tant qu'elle ignore totalement quelles conneries son frère a bien pu faire. Et comment elle peut l'aider au mieux. Borde, elle deteste etre à l'aveugle comme ca. Est ce qu'ils ont arreté Catham? Premier point à determiner et qu'est ce que les forces gouvernementales espèrent d'elle? Il ne lui passent pas les menottes et se montrent d'une insupportable courtoisie. Okay. Elle n'est pas le sujet direct de leur enquète mais un collatéral. Elle peut gérer ca. Siobhan ne pose aucune question durant le court trajet, laissant son sac à main à une receptionniste comme il le lui est demandé avant qu'elle ne soit conduit dans une salle d'interrogatoire.

Elle est laissée seule pour de longues minutes, le temps s'allongeant. Fait chier putain. Elle finit par s'adosser au mur opposé à la porte, bras croisé sur sa poitrine. Ses mèches rousses sont maintenues en une queue lache sur sa nuque, un top  à manche longue en soie vert foret maintenu par un lacage sur sa poitrine dans un décolté au V suggestif sans tomber dans l'aguichant, un jean noir et une paire de sandale aux talons de quelques centimetres. Lorsqu'enfin deux hommes se décident à entrer dans la pièce, Siobhan ne bouge pas de sa position, laissant un demi sourire narquois s'inscrire sur son visage. Dédaignant de rejoindre la chaise en face d'eux. Silence qu'elle conserve. Et qu'elle gardera le plus longtemps possible si ce n'est pour discuter de la pluie et le beau temps.

Le premier, antipathie immédiate. Siobhan deteste la manière dont il la jauge, la juge. Dont il se permet de la matter sans retenue. Oeillade totalement insolente qu'elle lui adresse. Simplement pour lui faire comprendre qu'elle a bien saisit son manège. Fantasme tant que tu veux mon grand. T'es pas dans ma ligue. Le second... le second... c'est différent. Il a un charme félin qui est loin d'être désagréable. Il lui faut quelques secondes de trop pour dévier son regard de lui. A voir lequel est le plus facile à manipuler...  c'est le premier qui entame, l'autre gardant le silence pour l'instant. Et ils ne se présentent pas. Hum. A nouveau, elle doit se forcer pour concentrer son attention sur celui qui commence. Et son accent anglais aux notes londoniennes la crispe à un point qui doit se lire sur son visage.

-Siobhan O'Sullivan. Je suis franchement étonné que ton casier soit vierge, vu le genre de parasite que tu frèquentes. Assied toi.
-Je ne vois pas absolument pas de quoi vous voulez parler.
-Sans paraitre relever la deuxieme partie, d'un ton un peu trop autoritaire à son gout.
-Ton frangin, ton mec. Ils ont bien déconnés cette fois. En même temps, ils sont pas connus pour leur intelligence, hein. Ce serait dommage qu'un joli brin de fille comme toi gache ses plus belles années en taule pour association.
-Je suis sure que vous en auriez le coeur brisé pour moi!
-Je t'ai dit de t'assoir. Tu ne va pas trop aimer si je suis obligé de me répeter.
-Pression policière? Va y chéri. Je suis sure que mon avocat va kiffer.
-Avocat qu'elle n'a pas encore contacté. Pas tant qu'elle n'en sait pas d'avantage.


Because of you
Go deo i mo chroi, Go deo i mo intinn. Toujours dans mon coeur, toujours dans mon esprit .•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 399
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 38
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 https://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Pigeon

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Empty


Neil Flaherty

J'ai 40 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis flic plus ou moins honnete et je m'en sors Moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et père d'un petit Sean. Mais surtout follement amoureux d'une rousse Irlandaise et je le vis plutôt bien.



Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Tumblr_mfs5ooMJZT1qei16go1_250

Mais bien sur ...

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Tumblr_m7zl6kGjWn1rt1ent

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy

• Poetically Pathetic •
Je suis au dessus de tout, de tous ces corps empilés, affublés de vivre. Je les écrase à chacun de mes pas, leur arrachant un râle profond et vain. Je suis la candeur de ce monde avide de bonheur. Je cours sur l'inhumanité latente, indicible. J'emmerde votre jalousie. Je suis la corrosion lancinante de la vie. La connerie inexplicable qui fait que nous existons malgré tout. Je ne porte pas plus de nom, que vous ne vous sentez libres. Je n'appartiens à personne, sinon à moi-même. Misérabilité hautaine. Je vis pour vous défaire la gueule et vous ouvrir les yeux. "Le monde pleure, mais gardez le sourire". Znaricot

JD Sio l'a dit : Ton post est un petit bout d arc en ciel
@Timothy Olyphant
- Comment ca tu ne restes pas ce soir ?
- Am’ écoute on est sur un gros coup je ne peux vraiment pas rester
- Neil t’es jamais là j’en ai ma claque de ton travail, ton fils te connait à peine et il te vénère mais toi non tu n'en a rien à foutre de nous, franchement je me demande pourquoi tu ne m'as pas laissé avorté tu aurais ...
- Arrête de m’emmerder , je vais dire bonne nuit à Sean et ensuite je pars
- Neil !  
- Papa La petite voix s’élevait de l'entrée de la cuisine d'un petit bout qui se promenait encore avec son doudou et qui les regardait perdu par ces cris devenus récurrents entre ses parents. Lançant un regard sombre à sa femme qui allait poursuivre la discussion il vient chercher son gamin le prenant entre ses bras, oubliant la voix dure pour celle bien plus tendre d'un père avec son fils - hey bonhomme mais tu ne dormais pas dans le canapé toi ?
- vous criez fort, maman elle est en colère contre toi ? Emmenant le petit à l'etage laissant la blonde se calmer dans son coin, il n'avait pas envie de continuer à lui parler de toute façon, et ca ne datait pas d'hier. Sean était le ciment qui les maintenait encore unis mais cela changeait de jour en jour. Cependant et depuis le début chacun tentait de ne pas meler leur fils à ces disputes récurrentes - Oui un peu je vais devoir partir ce soir et maman n'aime pas ca.
- Tu vas attraper des méchants ? Leger sourire de Neil en remontant la couverture sur lui - J'espère bien mon bébé, un tas de mechants . Allez maintenant tu dors et tu ne vas pas embeter maman pour un verre d'eau d'accord ? Petit calin apaisant avec son fils avant de se lever et fermer la lumière laissant le sommeil apaisant venir chercher le petit garçon qu'il était. Il alluma une cigarette en descendant les escaliers et sortit de chez lui sans meme un mot à sa femme qui était restée dans la cuisine. Si bien une chose qu'il n'aimait pas, entre autre, c'etait qu'on lui prenne la tete et encore moins devant son fils.

Une demi-heure plus tard, tout était pret pour l'arrivée d'une des femmes de l'iRA, actrice ou passive, cela faisait quelques semaines qu'elle etait sur la liste de la police pour sa proximité avec son frère, normal, avec Kennan O'd'onaigh, et surtout Baile ,père du dernier nommé. Meme si les flics préféraient faire leur enquête en sous main l'arrivée des britannique dans leur contexte bousculait beaucoup de chose. Meme si Neil n’était pas un Pro Irlande libre il avait horreur des British. Leur air suffisant allié à cet accent de merde .. Le pire d'entre eux etait surement cet abruti qui arrivait en costume 3 pièces et blond decoloré. Plusieurs fois ils avaient eu à faire ensemble, et ca ne s'etait jamais bien fini. Il souffla l'air vicié de la fumée de cigarette alors que l'autre arrivait à sa hauteur éloignant de la main la fumée qu'il n’appréciait pas


- Flaherty.
- Williams.
- On amène la pute irlandaise.
- Oui j'ai appris ça. Tu sais que tu fous 5 mois de surveillance à zéro.
- J'en ai quoi à faire ? Son batard de frère a tué celui qui allait nous les livrer.
- T'es toujours aussi con la mort d'un type n'a pas d'importance si on a tout le groupe.
- On les aura pour ce meurtre et l'irlandaise nous aidera.
- Elle ne les vendra jamais, elle préférerait crever plutot que de parler,  tu ne sais rien de nous
- Elle parlera, et j'emploierais tout les moyens pour ca.

L'anglais était parti voir leur capitaine pour asseoir sa position de chef tout puissant de l'interrogatoire. Un regard à un de ses collègues tout aussi désabusé de voir que ces bobbys venaient faire leur loi dans leur propre commissariat. Le poing de Falherty frétillait déjà d'une envie de cogner cette face de rosbeef. C'est peu de temps après qu'on les avertit que leur colis était arrivé. L'anglais le pas leger, presque amusé à l'idée de faire cette interrogatoire était suivi de Neil qui serait là pour vérifier que "tout se passerait bien" mais surtout pour emmerder le britannique qui pensait rester seul avec elle. Erreur fatale que personne ici ne voulait laisser faire. Et c'etait à lui de gérer ca - volontairement - sous le regard derrière la vitre sans teint de leur chef de division et du chef britannique. . L'entrée dans la salle se fit en silence, il laissa le blond s'installer alors que lui restait adossé contre le mur à côté de la porte face à la femme à la rousseur flamboyante comme seules les irlandaises avaient ce secret de beauté. Oui il l'a trouvait belle , qui ne l'aurait pas constaté. L'absinthe de son regard croisa celui marron de la jeune femme s'y accrochant juste un instant de trop pour que ce ne soit qu'un simple coup d'oeil. Quelque chose d'étrange en elle. Un air aussi hautain que le sien, aussi fier. Vive les irlandaises.

Portant une cigarette aux lèvres, il s’appretait à l’allumer quand le flic se tourna vers lui

- Flaherty, on ne fume pas ici.

Non sérieusement ? il allait lui dire ce qu’il avait à faire dans son propre commissariat ? Haussant un sourcil il alluma la clope tira une longue bouffé de fumée lançant à la volée- un fin air moqueur - le fixant

- Arrêtes moi

L'accent de Neil était bien plus du sud que de Belfast, mais au moins il était irlandais. Eau fretillante posée sur un coin du feu. C'etait l'image que donnait l'anglais en se remettant bien sur son siège et reprenant son ... interrogatoire. Plutot son monologue.  S'il pensait avoir des aveux de la rousse de cette manière, il s’y prenait tellement mal, déjà un anglais, et en plus à la défier sans le moindre respect, putain mon gars t’es pas sortit

Les réponses de la dénommée Siobhan valaient le détour pas le moins du monde impressionnée par le flic anglais. Neil la connaissait par la surveillance que son équipe ne cessait d'avoir sur elle, parfois lui meme , mais la voir en chair et en os, il aurait bien été bete de louper ce moment, il ne pouvait s'empecher de sourire dans son coin ricanant meme au « chéri » dispensé par la rousseCe qui fit immédiatement relever le flic se plantant devant lui avec son petit air outré so british

- Flaherty tu as des remarques ou un souci?
Se redressant de son mur, soutenant son regard franchement et sans sourciller, il n’était à peine plus grand que l’anglais mais des deux Neil était le plus agressif sans s’agiter comme un timbré contrairement à son vis à vis qui rougissait de colère. Il était juste là relevant le défi sans broncher. Soufflant sa fumée pile sur le visage de l’anglais qui se mit à tousser

- Aucun mais toi si, et il est juste derrière toi.Désignant moqueur du menton la rousse qui tenait tete à elle seule à l'empire britannique dans toute sa splendeur. Oh oui il sentait la rage contenue, tellement de rage contre ce flic d'irlande et cette fille de l'ira. Des deux il jugea moins dangereux de s'en prendre à la rousse en se retournant vers elle et meme s'avançant au point qu'elle pourrait sentir son horrible eau de toilette et son haleine.

- O'Sullivan je t'ai dis de t'asseoir ou c'est moi qui te fait asseoir ! Et tu n'auras pas d'avocat tu es soupçonnée de terrorisme ! Ton frère ou ton Mac ont éliminé un de vos hommes et là ton IRA t'a lâché petite conne, tu es seule ici tu n'as pas d'ami et tu vas te retrouver à Arbour Hill avec tes amis. Assis !


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 805
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : icone : Luis Royo. Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3433-mes-folies-mes-obsessions
Donut

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Empty


Siobhan O’Sullivan
J'ai 28ans ans et je vis à Belfast, Irlande du Nord. Dans la vie, je finis à peu pres une thèse, tout en gérant d'autres affaires à cotés et je m'en sors plutot bien. Sinon, après avoir supportépas mal de pressions, je suis en couple depuis quelques mois et je le vis plutôt bien, sans trop me poser de question
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy
Don't love. It's a trap!
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Fc7b4a1739532035c6716bbd1c1a09bb

Informations supplémentaires ici.


Vika Kerekes  NOM CRÉATEUR
L'animosité entre les deux dignes représentants de la loi est tellement perceptible qu'elle en empoisse l'atmosphère de la petite pièce. Est ce qu'ils ont conscience que c'est là un terrain de jeu parfait pour l'Irlandaise? Comment resister à une opportunité pareille? Dès qu'ils entrent le grand brun s'allume une cigarette, attisant l'énervement de son collègue blond. Et s'attirant immédiatement un demi sourire de la part de la rousse. Sourire qu'elle ne tente absolument pas de dissimuler, bien au contraire. Qu'est ce qui a pris à leurs supérieurs de mettre en tandem un anglais et un irlandais pour interroger une femme dont ils soupçonnent l'appartenance à une organisation indépendantiste? Gosh que les Anglais sont cons! Ils auraient eu, peut-etre, de bien meilleurs resultats en la coinçant avec deux Irlandais. Elle n'a pas l'intention de faire le moindre commentaire sur cette hérésie, mais l'éclat de ses prunelles est limpide. Ils sont partis pour un tour de carousel à sa manière.

Elle laisse bien trop longtemps son regard parcourir Flaherty de haut en bas, puis de bas en haut. Aimant la manière dont son costume accentue la ligne de ses épaules et sa veste parfaitement ajusté à sa taille. Se demandant fugitivement ce qu'il donnerait sans. Accordant une attention minime à l'autre flic tiré à quatre épingles, augmentant l'irritation de ce dernier.  Elle répond à ses questions pourtant, avec un narquois qui s'entend à chacun de ses mots. Comment peut il penser une seconde qu'ils vont obtenir quoique ce soit de cette manière? C'est une grossière perte de temps et elle est fatiguée de sa journée dans le bar. Juste là maintenant, elle a juste envie de rentrer et de se glisser dans un bain. Plein de bulles. Et les deux continuent leur confrontation. Avant que le brun ne redirige l'attention de l'anglais sur elle. Siobhan lui adresse presque un regard dépité. Pas cool ca!

L'autre est sur elle en quelques secondes. S'imposant dans son espace vital au point de se plaquer pratiquement contre elle, dans un jeu classique d'intimidation physique et la forçant à détourner la tête pour ne pas être étouffée par les notes pugnaces de son parfum écoeurant. Par contre, elle écarte les paumes des son corps, loin du flic. Prenant bien garde à ne pas le toucher, refusant de donner le moindre motif pour l'inculper d'agression à agent ou toutes autres conneries. Elle sait quand certaines limites sont atteintes aussi elle contourne l'anglais et va s'assoir. Juste avant, elle extrait de la poche arrière de son jean un paquet de cigarette  quelque peu malmené d'avoir été compressé et un briquet. Adressant un sourire volontairement complice à l'Irlandais dont l'arrogance est loin de lui déplaire. Néanmoins, ses phalaganges se sont crispées quand elle apprend enfin le motif de sa présence. Un instant, son masque a vacillé devant le serieux de l'accusion portée. Sauf... qu'ils ne savent pas. Ils ne savent pas si c'est Catham ou Kennan. Il n'y a pas eu de témoin. Elle laisse passer l'insinuation mysogine. Mais l'anglais ne peut retenir un sourire satisfait à la lueur de colère qui a gagné Siobhan devant cette attaque facile. Avant qu'elle ne lui rende immédiatement la monnaie de sa pièce.

-De terrorisme? Mon frère ou petit copain? Éliminés quelqu'un? Non, officier. Ce n'est pas possible. Mon frère et mon ami ne feraient pas de mal à une mouche! Voyez vous, ils ne franchiraient même pas un feu rouge à minuit dans une rue déserte un dimanche! Vous etes sur que vous ne vous trompez pas d'O'Sullivan? C'est un nom courant en Irlande du Nord, vous savez... Enfin vous le sauriez si vous étiez Irlandais, bien sur.


L'Anglais qui s'est replacé devant elle est de plus en plus crispé par le panier de salade qu'elle lui débite sans sourciller. Croyait il vraiment qu'elle allait admettre si facilement ses liens avec l'Organisation? Pas tant qu'ils ne lui en présentent pas des preuves tellement irréfutables qu'elle ne puisse décemment poursuivre dans cette ligne là. Une longue bouffée de cigarette, sans qu'elle ne la relache sur lui. Aucune provocation physique. Surtout pas.

-Je suis confuse, vraiment. J'ai des amis, ou je n'en ai pas? -une pause. Elle fronce le nez. Reflexion intense. Silence.  - L'ira? Attendez... ce n'est pas possible! Le Sinn Fein a signé des accords de Paix, de dissolution. L'Ira n'existe plus.  Je le sais, parce que c'est passé aux infos il y a quelques mois!

Le flic se penche et lui arrache la cigarette de la bouche. L'écrasant sur la table. Si Siobhan n'avait pas prestement retiré sa main, c'était sur le dos de celle-ci qu'il l'éteignait. Il commence à ne plus pouvoir contenir sa colère. C'est presque trop facile, bordel. L'Irlandais n'a toujours pas pris part à la ligne de question. Elle se tourne à demi vers lui, sourire voluptueux à ses lèvres cerises.

-Vous n'avez rien à me demander? Je ne sais pas.... mon numéro de téléphone. Je pourrais même vous le donner. Si vous aviez envie de m'inviter à sortir, par exemple!

Il doit l'avoir dans ses dossiers quelque part, de toute manière. Mais surtout, surtout? elle continue d'enfoncer un coin de fer dans les relations agressives des deux flics. Jamais Siobhan n'accepterait d'aller boire un verre avec lui. C'est le genre de petit jeu qui est interdit. Dommage qu'il soit flic. Il a certain quelque chose qui l'attire. Ce bref échange à permis à l'anglais de  se reprendre. Il change d'angle de questionnement. Forçant un calme qu'il ne ressent plus guère.

-Ou étais tu le 26  à 23h. -Il s'est penché vers elle alors que dans un même mouvement, la jeune femme se recule vers le dossier de sa chaise. Soit il y a moins de quatre jours. Bordel Catham! Depuis quand tu laisses trainer les cadavres! Ou Kennan. Ils ont été négligents. Bien trop.
-Hummm Ha je sais! On était tous les trois chez moi. C'était notre soirée Cluedo! Catham était le Colonel Moutarde, Kennan le Reverend Green, et j'étais Miss Scarlett, of course! On a attrapé le meurtrier, ne vous en faites pas.

Elle va loin. Trop loin.


Because of you
Go deo i mo chroi, Go deo i mo intinn. Toujours dans mon coeur, toujours dans mon esprit .•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 399
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 38
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 https://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Pigeon

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Empty


Neil Flaherty
J'ai 40 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis flic plus ou moins honnete et je m'en sors Moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et père d'un petit Sean. Mais surtout follement amoureux d'une rousse Irlandaise et je le vis plutôt bien.



Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Tumblr_mfs5ooMJZT1qei16go1_250

Mais bien sur ...

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Tumblr_m7zl6kGjWn1rt1ent

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy



• Poetically Pathetic •
Je suis au dessus de tout, de tous ces corps empilés, affublés de vivre. Je les écrase à chacun de mes pas, leur arrachant un râle profond et vain. Je suis la candeur de ce monde avide de bonheur. Je cours sur l'inhumanité latente, indicible. J'emmerde votre jalousie. Je suis la corrosion lancinante de la vie. La connerie inexplicable qui fait que nous existons malgré tout. Je ne porte pas plus de nom, que vous ne vous sentez libres. Je n'appartiens à personne, sinon à moi-même. Misérabilité hautaine. Je vis pour vous défaire la gueule et vous ouvrir les yeux. "Le monde pleure, mais gardez le sourire". Znaricot

JD Sio l'a dit : Ton post est un petit bout d arc en ciel
@Timothy Olyphant
L'interrogatoire de l'anglais est un véritable moment de plaisir pour Neil, qui sait et depuis qu'on lui a apprit qu'ils ramenaient une irlandaise pour interrogatoire, que jamais la rousse devant lui ne parlera et au contraire fera tout pour les ridiculiser. Entrer dans le jeu anglais serait une trop belle porte ouverte pour l'irlandaise, alors il écoute, simplement tirant sur sa cigarette, ne quittant la rouquine du regard sauf pour sortir quelques piques à son infortuné collègue britannique.  Il aime ce qu'il voit, Elle est loin d'etre désagreable, meme si il sait de quel race elle est. Etre de l'IRA ou affilié IRA , pour lui, du pareil au meme, tous des tueurs et des gens à eliminer. Dommage elle est jolie.

Jolie et intelligente, jouant sur les nerfs de l'anglais en appuyant une minauderie de sourire à son propre égard; Petite garce. Il adore ça. Chat et souris s’entraînent tour à tour dans des limites qu'ils ne devraient dépasser, mais pour une fois qu'on ne l'insulte pas il ne va pas bouder son plaisir. Le sourire n'est pas rendu, mais l'amusement se lit dans son regard moins dur qu'à son entrée dans le salle quand elle le fixe un instant après qu'il ait retourné l'attention de l'anglais sur elle, un amusement qui crie en silence "tu l'as bien cherché". Il s'amuse autant de voir l'autre bafouiller et s’empêtrer dans sa colère, autant que d’écouter la répartie irlandaise.

Il est nettement moins amusé par les dires du blond qui prend un malin plaisir à répondre à Siobhan


- Je ne suis pas de ta race de putes et de tueurs l'Irlandais, même si ton Irlande est à nous. On est un peu responsables de vos vies de merde, mais rassures toi chérie ca peut etre encore pire.

Rien que ca, cette phrase ferait tuer n'importe quel anglais dans la rue, putain de condescendance mal placée . Une envie de meurtre se repend dans la pièce en une fraction de seconde. Tout comme le silence. Williams avait marqué un point et il le savait. Tout comme il avait senti la fierté de l'autre anglais derrière la vitre et les grognements de son propre chef . Ne serais ce pas le point de trop ? L'interrogatoire continue mais la jeune femme semble avoir voulu jouer sur leur antagonisme latent. Elle le regarde directement et l'interpelle. Son numéro ? Intéressant.Si elle avait été une autre, si elle n'avait pas été affilié à cette organisation qui avait bouleversé sa vie 15 ans plus tot, oui, sans hésiter il lui aurait filé, meme marié, même si elle ne l'aurait pas pris sérieusement. Mais là .. non. Levant sa main gauche il fit tourner d'un geste mécanique l'anneau d'or qui était à son annulaire depuis presque 4 ans. Excuse passable vu qu'il était à un doigt de divorcer.

- Désolé Siobhan.

C'était la première fois qu'il s'adressait à elle directement, qu'il prononçait son nom sans la rabaisser le moins du monde.  

- On peut vous laisser les tourtereaux si vous voulez.

Sans répondre à l'accent britannique qui venait de les interpeller il fit un clin d'oeil complice à cette femme. Oh sans intention de l'amadouer, ou de la charmer, juste lui confirmer à sa façon que oui ca lui plaisait ce style d'affrontement et qu'il relevait les défis quels qu'ils soient. Il laissa encore la main à l'anglais qui avait changé de stratégie s'imaginant la coincer avec des faits précis des dates et heures et la réponse irlandaise lui fit presque cracher la cigarette qu'il avait aux lèvres. Il dut prendre mais tellement sur lui même pour ne pas éclater de rire, bon dieu c’était à noter ce genre de réponse !

Ce qui suivit, personne, pas meme Flaherty n'aurait pu se l'imaginer, ce n'est qu'en entendant le choc de la gifle sur la joue de l'irlandaise qu'il s'écarta du mur pour venir attraper le bras qui s'etait abattu sur la rousse repoussant l'anglais loin de la table en s'interposant entre lui et la jeune femme.


- Vous les irlandais vous êtes des fils de chiennes vous ..

Un coup de poing au niveau du foie lui coupa le souffle . La patience de l'irlandais avait été mis à bout, déjà de frapper une femme ca ne lui plaisait pas, mais encore plus quand ca foutait son enquête en l'air, quand aux insultes sur son pays . Insupportable. S’accroupissant il tira sur sa clope - Au moins on supporte de se faire tabasser, cette nana a plus de classe que toi à terre connard . La porte s’ouvrit en grand laissant entrer un autre flic britannique et un autre homme
- Flaerty mais t’es malade dehors tout de suite.
- Emmenez cette merde avec vous.

Se tournant vers la rousse son regard mué en deux absinthes froides et d'une colère qu'on aurait pu lui soupçonner en le voyant appuyé contre le mur décontracté, mais quel connard cet anglais !

- Ca va aller ?
- Flaherty dehors !



RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 805
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : icone : Luis Royo. Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3433-mes-folies-mes-obsessions
Donut

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Empty


Siobhan O’Sullivan
J'ai 28ans ans et je vis à Belfast, Irlande du Nord. Dans la vie, je finis à peu pres une thèse, tout en gérant d'autres affaires à cotés et je m'en sors plutot bien. Sinon, après avoir supportépas mal de pressions, je suis en couple depuis quelques mois et je le vis plutôt bien, sans trop me poser de question
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy
Don't love. It's a trap!
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Fc7b4a1739532035c6716bbd1c1a09bb

Informations supplémentaires ici.


Vika Kerekes  NOM CRÉATEUR
La rousse doit reconnaitre qu'elle aime ce jeu de flirt éhonté qui ne peut reposer sur rien de sincère ni sérieux. Ils en sont parfaitement conscient l'un et l'autre. Cela ne l'empeche pas d'en profiter éhontément et elle le déshabille du regard d'une manière absolument perceptible et consciente. Faisant monter l'anglais dans les tours, pour son plus grand amusement. Silencieusement ils se comprennent et il aura le droit à un léger haussement d'épaule quand le flic redirige l'attention de son collègue sur elle. C'est de bonne guerre!

Par contre.... Ce que Siobhan n'avait pas vu arriver... C'est la replique du blondin, veritable uppercut ventral. Comment ose t'il?! Elle perd tout intéret pour son petit jeu de séduction avec le policier Irlandais. La jeune femme n'est pas une habituée des salles d'interrogatoire. Elle n'est pas rodée par des heures et des heures avec les forces de l'ordre sur le dos. Elle n'est pas dans son élément. Et pour la première fois depuis qu'ils sont entrés, son masque de charmante idiote se craquelle et se fendille. Il explose. Son tempérament n'est pas celui d'une jeune femme pondérée et réflechie. Ses prunelles chocolat s'ombrent de colère alors qu'elle les plante dans celles délavées de son vis à vis. Oubliant la présence des observateurs derrière la vitre sans tain. Qu'elle le veuille ou non, par certains cotés, elle est fille, soeur, amante de l'Ira. Jusqu'au bout des ongles.

-Si, en toute hypothèse, j'étais vraiment la soeur de Catham O'Sullivan et la copine de Kennan O'Donaigh, est ce que c'est vraiment très sain , très sage pour la santé d' un flic anglais de me tenir de tels propos? Surtout si il faisait l'erreur de s'éloigner des quartiers bourgeois de Belfast.
-Le ton de sa voix est devenu polaire. Glacial.-Et tu te demandes vraiment pourquoi l'IRA serait supposément encore active? Il suffit de te regarder. Et de t'entendre.

Siobhan finit par reprendre son calme et ses distances indifférentes à ses questions. Revenant sur l'homme silencieux qui n'a rien perdu de cette passe d'arme. C'est peut être parce qu'il est resté imperturbable face à l'attitude insupportable de son collègue qu'elle peut retrouver le ton léger qui marquait leurs échanges silencieux. Et le sourire qui renait sur son visage est presque boudeur - Et dire que vous connaissez mon prénom quand j'ignore encore le votre.

Elle le vouvoie quand elle tutoie l'autre. Renvoyant le miroir de ce qui lui est adressée. Ce à quoi la sauvageonne ne s'attendait pas, c'est à la pointe de déception bien réelle qui mord son ventre lorsque il désigne son alliance. Au moins ça a le mérite d'être limpide. Mais parce qu'elle est ce qu'elle, sa moue en devient ouvertement suggestive. -Je comprends que vous le soyez.

L'autre essaie de reprendre la main et il y parvient. Un temps. Mais Siobhan n'a pas du tout digérer sa remarque précédente. Le mépris total exprimé pour son peuple et sa terre, elle lui renvoit en pleine tête. Au centième. Et c'est la provocation de trop. Impossible de s'en protéger tant elle n'a pas vu venir le coup. Un grondement rauque qui lui échappe. La gifle est sèche, violente et pourtant, presque indifférente. Il la frappe elle comme il pourrait le faire avec une dizaine d'autre. Sa tête bascule en arrière et elle peut sentir le gout de son sang dans la bouche là où il lui a entaillé la lèvre avec sa chevalière. Si elle ne tombe pas en arrière, c'est uniquement parce qu'elle se rattrape de justesse à la table. Ses yeux s'emplissent de larmes sous le choc et la douleur avant que la rousse ne se maitrise. Se levant d'un bond lorsque l'arrogant irlandais est déjà entre eux. Le coup de poing qu'il lui décoche est à la hauteur de l'antipathie qu'ils ont l'un pour l'autre et plie l'anglais en deux.

Son mépris est clairement exprimé alors que l'autre peine à reprendre sa respiration et la jeune femme lui pardonne déjà d'être d'Irlande du Sud. Du bout des doigts, elle palpe sa lèvre qui gonfle déjà alors que des renforts surgissent dans la salle d'interrogatoire. elle hoche la tête, croisant les perles émeraudes aux accents d'azote. -Toujours. -Pas tout à fait, si elle devait vraiment y refléchir. Mais dans une pièce remplie de flics, c'est la seule réponse possible. Il n'a pas d'autres choix que de sortir et de passer la main à des policiers plus pondérés. Et uniquement Irlandais. Cela ne changera plus rien. Ils auront beau se montrer courtois, lui proposant un café, essayer de l'amadouer par divers moyens, se montrer plus agressifs, s'excusant de l'attitude du blond, ils savent qu'ils ont perdus tout moyen de pression sur Siobhan. Après presque deux heures de plus, elle finit par ne plus supporter. Finissant par leur adresser plus de mots que depuis leur intervention.
-Soit vous me laissez partir, maintenant, soit demain vous avez un magnifique article dans le Belfast Time sur les violences policières anglaises perpétrés contre une irlandaise.

Il suffit d'un regard entre eux pour qu'ils lui fassent un signe de la tête. Quand elle regarde son portable, il est plus d'une heure du matin et elle est épuisée. Juste... totalement et completement épuisée. Sans compter qu'elle meurt littéralement de faim et qu'il va falloir qu'elle se trouve un taxi pour rentrer. Et un peu de glace pour son visage, si ce n'est pas trop tard. Magnifique. Au moment de récupérer son sac à main, Siobhan avise la silhouette brune en train de charmer la receptionniste de garde. -Vous m'attendiez pour me raccompagner? -Puis au final... non. Elle est trop fatiguée pour poursuivre dans cette veine. Un soupire las en attendant que l'autre femme lui rende ses affaires -Vous allez avoir des ennuis à cause l'autre enflure? -Non qu'elle s'en préoccupe vraiment. C'est juste.... pour être cordiale. Oui. Bien sur. Elle arriverait presque à s'en convaincre. Envie d'une cigarette à en crever.


Because of you
Go deo i mo chroi, Go deo i mo intinn. Toujours dans mon coeur, toujours dans mon esprit .•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 399
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 38
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 https://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Pigeon

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Empty


Neil Flaherty
J'ai 40 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis flic plus ou moins honnete et je m'en sors Moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et père d'un petit Sean. Mais surtout follement amoureux d'une rousse Irlandaise et je le vis plutôt bien.



Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Tumblr_mfs5ooMJZT1qei16go1_250

Mais bien sur ...

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Tumblr_m7zl6kGjWn1rt1ent

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy



• Poetically Pathetic •
Je suis au dessus de tout, de tous ces corps empilés, affublés de vivre. Je les écrase à chacun de mes pas, leur arrachant un râle profond et vain. Je suis la candeur de ce monde avide de bonheur. Je cours sur l'inhumanité latente, indicible. J'emmerde votre jalousie. Je suis la corrosion lancinante de la vie. La connerie inexplicable qui fait que nous existons malgré tout. Je ne porte pas plus de nom, que vous ne vous sentez libres. Je n'appartiens à personne, sinon à moi-même. Misérabilité hautaine. Je vis pour vous défaire la gueule et vous ouvrir les yeux. "Le monde pleure, mais gardez le sourire". Znaricot

JD Sio l'a dit : Ton post est un petit bout d arc en ciel
@Timothy Olyphant
Badinage, doux badinage qui nait et meurt en quelques mots, en quelques echanges. A la demande de son prénom il se contente de sourire, de ce sourire charmeur qu'il savait distiller rarement, mais de façon totalement volontaire. Flamboyante Siobhan tu me fais ressentir le monde plus étrangement, plus tendrement, il regretterait presque d'avoir posé cette barrière de son mariage. mais heureusement - ou pas - la jeune femme ne semble pas en etre moins joueuse pour autant. Sa seconde phrase lui tire un autre sourire presque badin et pourtant il garde toujours le silence. Si le monde avait été different .. si seulement.

Douceur et regret sont vite oubliés derrière les questions de l'anglais et surtout de cette gifle cinglante . Non on ne fait pas ca ici, à des petits loubards de merde, meme à ces deux qu'ils recherchent de l'IRA mais pas à une femme comme elle. Le coeur est arraché et il n'en faut pas plus pour que irascible irlandais retrouve son envie de meurtre sur ces British à la con. Il est sorti de la salle par son capitaine et l'anglais par son chef de section, tous allant dans le bureau de Onis Meryan fier irlandais du nord pur souche qui lance à son inspecteur un regard entre "putain Flaherty qu est-ce uqi t'a prit " et "merci mec"Mais les deux savaient que ca serait la premier qui serait le discours officiel. Les anglais etaient trop chiants avec ce genre de dérapage. Et ce fut d'une voix tonitruante que le capitaine commenca à engueuler son collègue comme du poisson pourri sous l'oeil et l'ecoute de l'autre anglais et de Wiliams. Un discours rodé, qu'il connaissait bien, Neil n'étant pas à sa première incartade, un dossier disciplinaire long comme le bras, mais trop bon flic pour qu'on le vire, chose qui sembla echapper à Wllima qui retrouvait enfin des couleurs et de la voix

- je veux qu'on vire ce connard.
- personne ne virera un de mes hommes.
- capitaine si aucune sanction n'est prise vous ...
- Je QUOI ? Vous etes ici dans MON commissariat. Flaherty,; mise à pied de deux semaines, sans solde, vous pouvez sortir, ... TOUS !

Il aurait pu avoir pire, bien pire pour l'agression d'un collègue. Regard amusé aux anglais avant de sortir prenant les 20 £ que lui donnait son ancien coéquipier proche de la retraite. Les paris avaient été lancés dès l'arrivée de Wlliams dans le commissariat. Tous connaissaient Neil et c'etait surement les seules fois où il faisait le plaisir de ses collègues en étant lui meme .

Il ne chercha meme pas à retourner dans la salle d'interrogatoire, c'était foutu de toute façon, Siobhan pouvait partir dès qu'elle le voulait, et pourtant son interrogatoire durait encore et encore. Et pour tout dire Neil n'avait pas envie de rentrer. Il partait voir la jolie Samantha de l'accueil. ils avaient parfois couché ensemble, mais pas ce soir, ils avaient chacun d'autres préoccupations. La faim. Oui l'estomac savait rassembler les peuples.
- je te jure ce jap est excellent et ouvert toute la nuit vas y un de ces 4.
- Ouais je pense que je me laisse tenter, tu me donnes l'adresse ?

Notant sur une feuille alors que Siobhan arrivait , épuisée mais tentant un petit mot d'humour badin qui tomba vite à l'eau, elle n'avait pas envie de ca. Sam partit lui chercher ses affaires alors que le jeune homme continuait à fumer tranquillement et se leva en silence pour aller dans la pièce à coté et revenir quelques secondes plus tard avec une petite pochette de froid qu'il pose doucement sur sa peau abîmée
. - Une mise à pied, un blâme rien d’inhabituel, mais ca m'a fait un bien fou de lui foutre sur la gueule. Je suis désolé pour ca, * désignant sa lèvre fendue * je ne l'ai pas vu venir, Is fuath liom an Béarla.

Sam rendit les affaires à Sio et l’oubliant aussi vite pour reprendre sa conversation là ou elle l'avait stoppé,

- Tu ne rentres pas chez toi?

Riant à moitié en recrachant la fumée de sa cigarette, cette bonne blague , chez lui, prenant le papier avec l'adresse du resto japonais dont ils parlaient peu de temps avant.

-Pour avoir encore une crise de ma bonne femme ? Non merci j'ai eu ma dose tout à l'heure, à demain blondinette
- Bye l’irascible

Elle posa le petit panneau "merci de sonner " avant de partir dans l'une des salles de repos où certains flics de garde jouaient à la console. Regardant la rousse devant lui

- C'est vous qui allez annoncer à la femme de Murph' qu'il a été flingué par votre frère ou votre mec ? Je vous conseille d'attendre jusque septembre vous pourrez le dire à son môme qui va naître ça vous fera moins de travail. Il savait bien le role que jouaient les femmes comme Siobhan dans cette organisation, pas pour rien qu'il etait toujours sur ces enquêtes depuis des années, le mini grain de sable dans leur petit rouage et s'il n'y avait pas eu cet anglais, l’enquête aurait pu mener à des interpellations. - je trouve ça con qu'un type se fasse buter juste parce qu'il cause à des flics, pas vous ? Bien sur que non il le savait. Question rhétorique plus qu'autre chose. Enfilant sa veste et le papier dans sa poche.

- Un petit jap' avec un flic à 1h du mat' ça vous tente ? Il s’étonna lui meme de cette proposition, à quoi il jouait il n'en savait rien et de toute façon elle saurait le remettre à sa place vite fait. Ils avaient fini de jouer, et elle n'aurait plus à faire mine de s'interesser à lui pour emmerder son insupportable collègue anglais


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 805
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : icone : Luis Royo. Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3433-mes-folies-mes-obsessions
Donut

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Empty


Siobhan O’Sullivan
J'ai 28ans ans et je vis à Belfast, Irlande du Nord. Dans la vie, je finis à peu pres une thèse, tout en gérant d'autres affaires à cotés et je m'en sors plutot bien. Sinon, après avoir supportépas mal de pressions, je suis en couple depuis quelques mois et je le vis plutôt bien, sans trop me poser de question
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy
Don't love. It's a trap!
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Fc7b4a1739532035c6716bbd1c1a09bb

Informations supplémentaires ici.


Vika Kerekes  NOM CRÉATEUR
Franchement, elle aurait du sortir de la salle d'interrogatoire dès que le flic irlandais était parti. Siobhan n'avait pas plus l'intention de parler avec les nouveaux arrivants, même si eux, ils n'étaient pas Anglais. Elle ne sait pas bien ce qu'elle a voulu prouver en restant encore plusieurs heures. Qu'elle était tétue? Que c'était pas une gifle d'un minable qui allait changer quoique ce soit à son atitude? Un mélange de tout cela? Au final, la seule seule chose qu'elle ait accompli, c'est de sortir de pièce totalement épuisée. Mais au moins, les policiers chargés de l'enquête,- elle ignore Qui ils sont, si c'était le brun dont le piquant a captivé son attention avec le crétin british, ou ceux qui ont pris le relai- n'ont pas été avancé, voir ont perdus du temps avec elle. Temps dont Catham et Kennan doivent avoir besoin de leur coté.

En avisant au comptoir l'homme qui s'est interposé entre son collègue et elle, la rousse viole une règle cardinale de son milieu. C'est elle qui l'approche et qui entame l'échange là où elle devrait seulement lui apposer un silence indifférent. Mais il y a quelque chose en lui... qui lui donne envie de le provoquer. De voir à quel point l'étincelle sulfureuse qu'elle avait ressenti durant ces quelques minutes étaient un effet de l'antipathie générée par l'anglais ou quelque chose... d'autre. Si il n'était pas une heure du matin, si elle n'était pas debout depuis 6h ce matin, sans doute aurait été plus incisive, mais elle n'a plus vraiment le coeur au lutinage. Il disparait. Okay. difficile d'être plus clair. Ce n'était qu'une technique de flic de plus. Etouffant un soupire, Siobhan s'allume enfin une cigarette. Si il y avait eu un enorme panneau interdisant de fumer, blabla, nul doute qu'elle l'aurait respecté. Se montrer délibérement insolente dans le commisseriat ne l'interesse pas. Il lui est plus facile de respecter les termes fixés, sauf quand elle est volontairement provoquée. A sa surprise, il ne tarde pas à revenir. Avec une poche de glace qu'il apose lui même. La rousse devrait se reculer, elle se contente d'écarter sa cigarette pour éviter de le bruler dans un mouvement maladroit. Le remerciant d'un regard. Il la fait sourire par sa réponse, lui arrachant un léger grognement quand celui-ci étire sa lèvre tuméfiée. -Vous n'êtes pas un policier modèle, dois je comprendre? -Son ton a repris la légèreté avec laquelle elle s'adressait à lui jusqu'ici. Avant qu'elle ne hausse un peu les épaules. -Vous n'y êtes pour rien. Je l'ai poussé un peu trop loin. Mais ce qu'il venait de dire avant m'a un peu trop déplu. -Un éclat de surprise traverse son regard noisette à la rocaille du gaellique dans sa bouche. Cela lui plait. Un peu trop. Beaucoup trop. C'est naturellement qu'elle répond de la même manière, pourtant, elle l'utilise surtout avec Catham, Kennan dédaignant son usage. Ca aussi, il l'agace avec sa manie de se croire au-dessus de ca. -Tuigim thú. tá sé dosháraithe. *Je vous comprends. il est insupportable.* is minic a bhíonn iallach ort oibriú leis? * vous êtes souvent obligé de travailler avec lui?

Pendant que la jeune femme au comptoir lui rend son sac à main et sa veste, elle ne peut s'empecher d'écouter le bref échange qui se tient entre les deux. Sans qu'elle n’intervienne pour autant. Il est peut être marié, mais ce n'est pas forcement un mariage dénué de crise visiblement. S'agaçant de l'intéret qu'elle y trouve. Bordel, qu'est ce qu'elle en a foutre! Il est du mauvais coté de son monde. Point. Elle prend le temps de fumer une longue bouffée, la nicotine chassant un peu sa fatigue. Et la remarque qu'il lui balance juste après le confirme pleinement. Son visage se referme. D'accord. Ils ne jouent plus. Dommage. Petite morsure désagréable au creux du ventre. Elle écarte la petite poche glacée qu'elle maintenait après avoir pris le relais, la posant sur le comptoir. -Je passerais votre sollicitude à celle ci. Peut être que si vous aviez foutu la paix à Murphy, je n'aurais pas eu besoin de lui dire quoique ce soit. -Parce que les méthodes de certains policier irlandais, elle les connait bien. Trop bien. S'acharner pendant des semaines sur l'un de ceux avec un casier léger, lui faire peser une pression insupportable, sur lui, sur sa femme, voir ses gosses selon les cas, débarquer à son taff, ne pas lui laisser un souffle de repit jusqu'à ce qu'il craque. En ce qui concerne Siobhan, ils sont tout autant responsable que Cat' ou Ken' dans cette mort. Elle regrette surtout que le soldat n'ait pas pris le temps d'aller voir son frère. Cela aurait permis, peut être, d'éviter ce gachis. -oíche mhaith. *bonne nuit.

Très visiblement, Siobhan allait se détourner et le planter là. Avant qu'il ne l'arrete de quelques mots qui la font pivoter vers lui. Il ne peut pas être sérieux. Se faire buter parce qu'on parler avec les flics ne s'adressent pas qu'aux hommes. Non qu'elle craint vraiment une exécution juste pour ca. Mais si elle se mettait à le fréquenter vraiment. Sors toi cette idée de la tête, TOUT DE SUITE. Il est marié, flic, probablement en charge de l’enquête. Trois bonnes raisons de refuser. Quoique... deux.... parce que si il est vraiment au coeur de l'investigation sur la mort de Murphy... Et il y a un éclat d'incertitude dans les prunelles de l'Irlandais. Il n'est absolument pas certain de sa réponse. Et rien que pour le plaisir de le prendre à contre pieds, elle s'entend répondre, avec un demi sourire aussi carnassier qu'insolent - Le pléisiúr. Une condition, c'est moi qui vous invite. Je m'en voudrais que vous soyez obligé de taper dans votre épargne, vu que vous êtes mis à pied!

Elle se dirige vers la porte et attend qu'il la rejoigne pour sortir. La nuit est douce bien que couverte. Siobhan referme les pans de sa veste sur elle, incroyablement consciente de la présence du policier à ses cotés. Il ne lui a toujours pas donné son prénom et il est hors de question qu'elle le lui redemande. Une fois, c'est bien assez en ce qui la concerne! Il y a une fine brume qui ouate les environs, étouffant les sons d'une Belfast qui commence déjà à s'endormir. Les feux tricolores ombrent le brouillard d'un halo coloré, de meme que les enseignes lumineuses qui clignottent paraisseusement. Dieu qu'elle aime sa ville. Renversant la tête en arrière, elle inspire une longue bouffée de l'humidité irlandaise. La sorcière tourne à demi la nuque vers lui -Vous invitez toujours vos suspectes à diner, ou les soeurs// compagnes de ceux là? Si c'est le cas, vous ne devez pas souvent manger en compagnie de votre adorable épouse... ou j'ai le droit à un traitement de faveur?

Elle s'adapte à son pas, souplement, aimant le claquement adouci de ses talons sur l'asphalte. Cette nuit un peu opaque lui convient parfaitement. A Cloak and Dagger night. Sentant la brume qui s'accroche à ses mèches cuivres, presque tangible. Après quelques minutes, ils finissent par arriver en vue d'un des rares restaurant encore ouvert. Il s'effacent pour permettre à un client de sortir et c'est à ce moment là que son téléphone se met à sonner. Non pas un burner, mais son smartphone classique. Sonnerie de Catham. Merde. Elle ne répond pas, et au moment où elle allait le passer en silencieux, cela recommence. okay. connaissant son frère, si elle répond pas, soit il va essayer toute la nuit, soit pire, il va traquer son portable. Avec une légère grimace, elle se décale- Entrez, je vous rejoins, si je répond pas, vous allez voir débarquer ma meilleure amie et vous n'etes pas pret pour cela...

Siobhan? Mentir comme un arracheur de dents? Sans hésitation? Vraiment? Vous devez vous tromper!Avant de de prendre l'appel, l'appareil ressemblant à une abeille sous cloche de verre tant il ne cesse de vibrer. Putain, Catham, tu fais chier.
-tá tú amuigh? tu es sorti?
-yes
-An bhfuil gach rud ceart go leor? Tout va bien?
-Ní hé seo an nóiméad . Ce n'est pas le moment
-Ach? Mais?
-Ní hé seo an nóiméad! Glaofaidh mé ort amárach! Ce n'est pas le moment! Je t'appelle demain!

Sur ces mots, elle raccroche et range le télephone dans son sac. Sachant que son frère est loin d'etre calmé et qu'elle peut s'attendre à devoir donner des explications rapidement. Sur ces entrefaits, elle pousse la porte, cherchant où son compagnon d'un soir s'est assis. Elle devrait trouver une excuse pour lui fausser compagnie. Voir simplement disparaitre. Mais non. Elle finit par le rejoindre à sa table, attendant que la serveuse apporte un menu ou qu'ils aillent directement au comptoir une fois qu'elle aura proposé à boire. -Vous êtes déjà venu, monsieur Flaherty? -Petillement de ses prunelles à sa formule, à l'étrangeté de la situation, elle s'assoie en face de lui, bien trop détendue pour les circonstances.


Because of you
Go deo i mo chroi, Go deo i mo intinn. Toujours dans mon coeur, toujours dans mon esprit .•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 399
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 38
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 https://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Pigeon

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Empty


Neil Flaherty
J'ai 40 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis flic plus ou moins honnete et je m'en sors Moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et père d'un petit Sean. Mais surtout follement amoureux d'une rousse Irlandaise et je le vis plutôt bien.



Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Tumblr_mfs5ooMJZT1qei16go1_250

Mais bien sur ...

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Tumblr_m7zl6kGjWn1rt1ent

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy



• Poetically Pathetic •
Je suis au dessus de tout, de tous ces corps empilés, affublés de vivre. Je les écrase à chacun de mes pas, leur arrachant un râle profond et vain. Je suis la candeur de ce monde avide de bonheur. Je cours sur l'inhumanité latente, indicible. J'emmerde votre jalousie. Je suis la corrosion lancinante de la vie. La connerie inexplicable qui fait que nous existons malgré tout. Je ne porte pas plus de nom, que vous ne vous sentez libres. Je n'appartiens à personne, sinon à moi-même. Misérabilité hautaine. Je vis pour vous défaire la gueule et vous ouvrir les yeux. "Le monde pleure, mais gardez le sourire". Znaricot

JD Sio l'a dit : Ton post est un petit bout d arc en ciel
@Timothy Olyphant
Le caractère agréable de la conversation devrait lui échapper, il devrait s’en faire des confettis et lui balancer l’horreur et le dégout qu’il éprouve pour son organisation. Il connait pourtant le rôle secondaire de la jeune femme dans l’organigramme, elle n’est rien. Une pièce que l’on peut remplacer si elle disjoncte, et meme si son frère est haut placé, que se passerait-il si un jour elle n’était plus indispensable. Il sourit, vraiment, sans mensonge. – Un flic modèle ? Gosh je suis irlandais, on n’aime pas la perfection par ici, vous devriez le savoir. Et j’adore emmerder mon monde, les autres n’apprécient pas forcément. . Il aurait dû passer au grade supérieur depuis longtemps c’était un bon flic, autant qu’il était absolument prêt à peter un boulon à la moindre remarque.  Le sourire s’efface à l’évocation du déroulé de l’interrogatoire, connard d’anglais qui avait tout foutu en l’air. – Je note votre réponse sur le cluedo, il faudra que je la ressorte un jour. Vous pouvez porter plainte contre lui, ça me ferait bien rire ça. Elle ne le fera pas, il le sait, moins ils ont affaire à la police, mieux ils se portent.  - níl, go fortanach mura mbeidh mé ag maraíodh é ar feadh i bhfad. Cúpla uair sa bhliain tá sé i bhfad ró. (non heureusement sinon je l’aurai tué depuis longtemps. Quelques fois par an c’est trop. )

La taquinerie laisse vite place à un sujet plus sérieux, et la tension remonte d’un cran entre eux. Et ca, ça l’emmerde vraiment !

-Vous vous trompez Siobhan, c’est lui qui est venu nous ... me  voir depuis que Baile a gagné ses galons, il avait peur pour sa femme et leur enfant à venir. Ce type est un malade, rien à voir avec une cause quelconque. Il aime juste tuer. Quand je vous dis de faire attention c’est aussi valable pour votre frère. Un geste de travers et ca sera adieu aux O’Sullivan. Vous êtes surveillés et pas que par les flics.  Il ne pouvait guère faire mieux que la prévenir du danger qu’elle encourait, il n’aurait pas dû, vraiment pas, l’erreur lui vaudrait au minimum un renvoi si cela venait à se savoir, mais cette femme ne semblait pas comprendre qu’elle était dans un guêpier pas possible et sans en connaitre la raison, il voulait lui éviter cela, peut-être que leur petit jeu dans la salle lui avait beaucoup trop plu. Elle prend sèchement congé de lui, avant de lui faire face à nouveau après cette invitation lancée au hasard d’une envie soudaine de ne pas la quitter sur ces entrefaits. C’est avec étonnement qu’il l’entend accepter avec ce que je ne sais quoi dans son sourire, qui le ravi absolument. – madame est trop généreuse lance-t-il alors qu’il emboite son pas pour la rejoindre à l’entrée. Pas besoin de manteau sa veste de costume suffit amplement à le couvrir. – c’est à dix minutes à pied . Il ne voulait pas de voiture, le besoin d’air, de respirer un peu l’extérieur après avoir été enfermé autant lui qu’elle.

Il faisait humide, mais doux, le brouillard les entourait protecteur de leur couple marchant à l’unisson dans les rues presque vides de Belfast. Il ne se pressait pas, aucune envie de terminer la nuit trop tôt et devoir retrouver son quotidien. Le silence les accompagnait dans cette atmosphère cotonneuse. Neil n’est pas un grand parleur, il préfère mille fois l’action. Parfois son regard se posait sur elle sans se cacher, rayonnante dans cette lumière des réverbères aux accents de brouillards. Il aime ce qu’il voit, sa simplicité et son charme qu’elle ne cache absolument pas.  Sa question le fait rire alors qu’il jette son mégot devant lui, l’écrasant en passant
– Vous êtes privilégiée bien sûr, * A dire vrai, il ignorait pourquoi il l’avait invité et encore moins pourquoi elle avait accepté. Mais il aimait bien cet instant, loin de ceux qu’il ne partageait plus avec Mme Flaherty futur ex.Et vous Siobhan, vous dinez souvent avec les flics du coin ou c’est une première dont vous me faites honneur ? Retour de question à l’envoyeur marquant autant pour l’un que pour l’autre le caractère inédit de ce genre de situation.

Le restaurant s’affiche devant eux petit à petit alors qu’ils avancent dans le silence de la rue, un client sort les faisant se pousser et s’effleurer juste ce qu’il faut pour qu’un vague frisson remonte de son poignet à sa nuque, avant que le téléphone de la jeune femme ne se mette à jouer de la sonnerie. Une fois, deux fois. Ses potes de l’IRA sont au courant de sa sortie ? Il ne l’espère pas, s’ils l’ont vu partir avec lui, ca en serait fini de l’insolente rousse. Vu la grimace, l’excuse bidon de la copine ne passe pas chez Neil. Con mais pas à ce point et si elle sait mentir, ce soir elle semble trop fatiguée pour y mettre vraiment du cœur. Cependant il entre dans ce jeu – Une irlandaise me suffit amplement. Ne la faites pas attendre. * Entrant dans le restaurant seul, il se fait conduire rapidement à une table pour deux. Il y a deux ou trois personnes qui se régalent de sushis aux tables près de l’entrée, mais la serveuse s’occupe directement de lui.

Il ne s’attendait pas à entendre la porte s’ouvrir si rapidement derrière lui et voir la rousse s’asseoir devant lui naturellement. Courageuse ou inconsciente il ne saurait encore le dire. – Votre  ... amie réussie à survivre sans vous ? Le pétillement dans son regard l’attire, l’amuse, elle n’est pas de ces femmes ordinaires. L’esprit vif et intéressé se lit en elle. – Non c’est la première fois ici, soyez donc doublement honorée de diner avec moi. Il sait sa curiosité sur son prénom et s’en amuse. Il n’a pas encore l’intention de lui dire, pas encore. – je n’ai aucune intention de parler de l’affaire en cours, et malgré votre beau regard vous ne saurez rien, mais je suis curieux de vous, si vous deviez vous présenter en dehors de l’ira et de vos amis, que voudriez-vous que je sache de vous ? La serveuse vient chercher leur commande sushis et makis pour lui, le tout accompagné de liqueur de litchi, laissant la jeune femme prendre ce qu’elle désire à son tour. Les absinthes de son regard ne quittaient pas celle qui lui faisait face, une étrange et violente attirance face à celle qu’il aurait dû fuir au lieu de montrer une curiosité dont il n’aurait dû avoir que faire ... Non il n’était pas là pour son enquête, c’était même très loin de lui à cet instant précis.


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 805
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : icone : Luis Royo. Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3433-mes-folies-mes-obsessions
Donut

Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Empty


Siobhan O’Sullivan
J'ai 28ans ans et je vis à Belfast, Irlande du Nord. Dans la vie, je finis à peu pres une thèse, tout en gérant d'autres affaires à cotés et je m'en sors plutot bien. Sinon, après avoir supportépas mal de pressions, je suis en couple depuis quelques mois et je le vis plutôt bien, sans trop me poser de question
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Giphy
Don't love. It's a trap!
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Fc7b4a1739532035c6716bbd1c1a09bb

Informations supplémentaires ici.


Vika Kerekes  NOM CRÉATEUR
A quel moment est ce que Siobhan a décidé que c'était une bonne idée de discuter aussi légèrement avec l'un des deux inspecteurs qui étaient chargés de son interrogatoire? Si il n'a pas dit un mot concernant l'investigation sur Kennan ou Catham, si il ne lui a pas adressé la moindre question directe, sa présence au coté de l'Anglais n'avait rien de neutre. Si il avait été accompagné d'un irlandais, comment est ce que cela aurait tourné? Car sous la démarche nonchalente et le charme facile, la rousse devine un caractère d'acier inflexible. Il a frappé un de ses collègues devant une suspect. Il peut tout ausi bien être en train de reflechir à un nouvel angle pour obtenir ses reponses. Et cette idée résonne désagréablement. Surtout que son sourire à cet instant lui donne presque un air d'adolescent insouciant. Cela.. lui va bien. -Vous, un emmerdeur? Je n'en crois pas un mot! -L'amusement dans son regard débarasse la remarque de toute acidité. -Et je suis ravie si j'en termine dans vos perles de policier. - Amusement qui est douché par sa propositon suivante. Porter plainte. Oui bien sur qu'elle est bonne cette idée. Ou pas. -J'y réfléchirais. Juste pour vous faire rire, bien sur. -Le gaellique à ses lèvres a un naturel chantant, appréciant un peu trop la bulle que la langue tisse entre eux. Elle mords brièvement sa lèvre inférieure pour taire une remarque déplacée sur la mort de son cher collègue. Lueur glacée dans son regard noisette. Se demandant si elle ne se fera pas murmure au creux de la bonne oreille. Non. Trop d'emmerdes de buter ou faire un policier. Et même l'Irlandais devant elle ne pourrait laisser passer. -tá foighne aingeal agat *Vous avez une patience d'ange.

Ils sont ce qu'ils sont. Et la confirmation ne tarde pas. Elle devrait en être soulagée. Il n'y a plus de doutes sur leurs places respectives. Et d'ailleurs, Siobhan n'en souhaite pas. Bien qu'elle soit partie quelques années à Dublin et se soit éloignée de l'Armée indépendantiste, elle est revenue bien plus impliquée. Ce n'est pas rare qu'elle accompagne son frère ou son mec selon les besoins. N'hésitant pas d'avantage à faire passer certains messages de Baile avec un tout petit plus de douceur que son fils. Elle est le gant de velours avant que la main de fer ne se referme. Il est flic. Elle est terroriste. Point. Rien d'autre. Pourtant... Il se place délibérement comme étant l'interlocuteur de Murphy. Il se met en danger, tant professionnellement que personnellement dans un avertissement très clair à son égard. Pourquoi tu fais cela? Pourquoi tu changes les regles? C'est une connerie! Est ce pour cela qu'elle fait volte face et accepte son invitation à diner? Qu'importe ses raisons, la rousse découvre qu'elle en a envie. Son sourire s'alanguit-Vous n'avez pas idée à quel point je peux l'être. et c'est Mademoiselle. -Si facilement, ils retrouvent provocations et tentations. Ivresse du défendu.

Ils adoptent un rythme évident, leurs pas s'accordent l'un à l'autre sans qu'elle n'y reflechisse. Prenant plaisir à sa compagnie et à la nuit sereine de Belfast après les heures confinées. Elle éteint à son tour son mégot de cigarette contre un mur avant de le balancer dans une poubelle, sans avoir le désir d'une autre. La sorcière est sensible à son calme felin. N'ayant aucun doute qu'il percoit tout de son environnement. Il lui plait et l'attire. Mauvais. Très mauvais. Ses prunelles ne se genent pas pour s'attarder sur son corps qund il passe un peu devant elle, en particulier sa chute de reins. Son épouse devrait se montrer plus possessive avec lui.. Sa réponse l'amuse tout comme sa franchise. -A vrai dire, c'était la première fois que je me retrouve invitée au commissariat. Je vais peut être faire une tradition de diner avec le plus mignon de celui qui m'interroge et vous êtes le premier. Vous serez d'accord avec moi que l'anglais, c'était pas possible!

Ils ne tardent pas à rejoindre le japonais, et il l'effleure par mégarde quand un client surgit au même moment. Délicieux tressaillement presque éléctrique, rapidement interrompus par son téléphone. Catham. Et elle sort le premier mensonge qui lui passe en tête. Pas une seconde il n'en 'est dupe, limpide sur son visage, sans chercher à la confronter dessus. Un clin d'oeil qu'elle lui adresse avant de se détourner. Ils savent et à cette heure-ci, ce n'est pas grave. Ce n'est qu'au bout d'une paire de minutes que la rousse le rejoint. Un rire qui bulle à ses lèvres à sa question insolente alors qu'elle s'assoit en face de lui. -Tá sé deacair maireachtáil ar shiúl uaim, tá a fhios agat? beidh tú croíbhriste anocht chun mé a fheiceáil fágtha anois! *C'est dur de vivre loin de moi, vous savez? vous aurez le coeur brisé ce soir de me voir partir! Elle manque de s’étouffer avec une gorgée d'eau à sa remarque suivante. Il surjoue tellement son orgeuil. Et n'a pas l'intention de céder aussi facilement le terrain - Si j'ai une intoxication alimentaire demain, je considère que ce sera de votre faute. Vous n'aurez pas d'autre choix que de m'apporter un bouillon de poule pour mon rétablissement!

Une jeune femme prend la commande et un instant de compassion pour elle. Bordel, bosser ce genre de service, c'est tuant , même si la clientèle est plutot calme et tranquille. Le choix est évident. Une soupe miso, une salade de choux blanc, sushi et maki le tout accompagné d'une kirin et de financiers au thé Matcha. Oui. Elle a super faim! Alors seulement elle répond à sa question, une pointe de malice qui se lit dans toute son attitude. Malice qui ne peut dissimuler une petite de vérité au coeur de ses paroles- Ne me dites pas cela, laissez moi au moins l'illusion d'avoir une bonne raison pour avoir accepté votre invitation! -Elle est décidément bien trop fatiguée pour jouer correctement les ingénues et de toute manière, il n'est pas naif. Il ne doit avoir guère de doute sur les motifs qui l'ont poussé à accepter. En plus de la faim et de ce début de quelque chose indéfinissable qui s'est établit entre eux.

Pour la première fois elle hésite. Est ce qu'il veux vraiment savoir ce qu'il doit déjà connaître dans le dossier qu'ils ont sur elle? La Flamme ne s'attendait pas à ce qu'il puisse s'intéresser à elle en dehors de l'intéret qu'elle peut représenter pour lui vis à vis de l'Ira. Pourtant, les prunelles eméraldines ne dévient pas. Franches dans la manière dont il la dévisage. -J'ai un master en Littérature Anglaise. J'ai commencé une thèse sur la manière dont les mythes irlandais et anglo saxon de traditions orales ont influencés les auteurs modernes -Elle grimace. Bordel. Elle peut être serieusement une vraie nerd par moment et Kennan ne manque pas une occasion de le souligner. Un mouvement brusque du poignet. Emplie d'auto-dérision à son égard- Je ne la finirais probablement jamais, je serais sans doute mariée avant! -Siobhan sait combien Baile pousse son fils à finaliser le couple qu'ils forment, sans qu'eux même n'en ressentent un besoin forcené.

Leur commande ne tarde pas à arriver et c'est une parfaite distraction en ce qui la concerne. Autant être pleinement dans la case "affiliée ira" face à lui ne la dérange pas, au contraire, leurs codes relationnels sont parfaitement définis, autant en sortir lui fait se sentir plus vulnérable, plus en déséquilibre face à une pique acerbe. Elle grignotte un peu de choux avant de se détendre à nouveau. Découvrant que la curiosité va dans les deux sens. Qu'elle a envie de savoir qui est l'homme derrière la Loi -Et vous? Des loisirs totalement décallés en dehors de votre métier? Votre épouse ne va pas vous faire une crise parce que vous rentrez aussi tard?



Because of you
Go deo i mo chroi, Go deo i mo intinn. Toujours dans mon coeur, toujours dans mon esprit .•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Riders on the Storm ~Neil et Siobhan, Et Si ~ ~Calville~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: