Partagez
 
 
 

 on the road - PierreHope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 415
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
cat

on the road - PierreHope - Page 4 Empty


David
Oliver

J'ai 18 ans et je vis sur la route, aux USA. Dans la vie, je suis en fuite et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraîchement célibataire et je le vis bifbof.
Brandon Flynn :copyright: Tumblr-pureartsophia


"Bon, heu... Ouais ouais ça va ça va.". Le brun tapota gauchement le dos du garçon contre lui. Sous le coup de calgon, de stress, et tout le bazar, David avait un peu oublié qu'il était à poil. Enfin là presqu'à poil mais bref. Et en manque aussi. Alors en bas... Heureusement Dan le lâcha non sans le chambrer. Jetant sa serviette à la tronche de l'impertinent, il enfila un t-shirt et éteignit la lumière.

"Allez dodo je veux plus t'entendre.".

Après un moment d'hésitation, le jeune homme décida de prendre l'autre dans ses bras. Comme ils étaient avant que l'autre aille "prendre l'air". Mais... En ne collant pas le bas de son corps. Mieux valait prévenir que guérir avec ses hormones en folie.

***

"Passe moi la clef de 12.".

Danny le regarda en fronçant les sourcils.
"ça va je déconne...".

C'était déconner ou hurler en shootant dans cette épave de merde. Il savait qu'elle allait clamser comme la vieille ruine qu'elle était. Son proprio était un salop, évidemment qu'elle allait faire sa salope. Il pensait juste qu'elle tirerait sa révérence plus tard que tôt. Tu parles d'un début de road-trip en fanfare... Penché sur le capot ouvert, il avait épuisé les idées "basiques" (câble d'ali débranché, fuite d'essence, batterie à plat...) mais il avait fait chou blanc: il était pas mécano. Et Danny non plus.

Regardant le ciel assombrit au-dessus de leurs têtes comme s'il y cherchait une réponse, le plus petit des deux jeunes hommes se rendit à l'évidence:
"Bon ben... Va falloir marcher jusqu'à un garage.". Oliver passa sa main sur son visage et y laissa une trace noire le long de sa joue. Il attrapa sa veste et claqua la portière. Se mettant en chemin en traînant des pieds, il hésita à tendre le pouce pour faire du stop: qui sait sur qui ils pouvaient tomber. Peut-être qu'il valait mieux compter sur leurs baskets: au moins, ils savaient qu'elles étaient réglos. Pas question de mettre Danny en danger.

"Tu viens Dan?". Se retournant vers son cadet, la question était rhétorique. Mais il ne voulait pas laisser penser à Danny qu'il lui donnait des ordres. Après tout, cette fugue était son idée: c'était lui le "boss".

Et comme si ça suffisait pas, voilà que la pluie rejoignait la partie. Fataliste face aux gouttes qui tombaient de plus en plus drues, Clyde (bah quoi c'est pas lui qui serait la Bonnie du duo!) il enleva son blouson pour le coller sur la tête de son comparse:

"Tiens moi ça j'ai trop chaud toute façon, et ça nous évitera un Danny qui parle du nez.", lança t'il, rigolard

Pour détourner son attention de la route à parcourir (et de ce magnifique temps printanier de mes couilles), David Oliver enchaîna avec une question lambda mais dont la réponse l'intéressait quand même (et qui le renseignerait sur son état):

"T'as bien dormi au final?".

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2267
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 23
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

on the road - PierreHope - Page 4 Empty


Dan Ockfield
J'ai 17 ans et je vis sur la route, quelque part aux USA. Dans la vie, je suis lycéen en fugue et je m'en sors bof bof hein. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais c'est pas le problème.

on the road - PierreHope - Page 4 Tumblr_na5aw50TFg1su3du1o1_500


George Shelley :copyright:️ P'titbou


Dan et la mécanique ça faisait… à peu près cinquante mille. Bah oui, en général c’était le père qui apprenait ça à son fils, sauf que son père la seule chose qu’il a pu lui apprendre c’était à fermer sa gueule. Alors il regarda David avec attention mettre les mains dans le capot de la vieillerie, fronçant les sourcils de temps en temps, et aussi un peu inquiet qu’il ne se fasse mal d’une façon ou d’une autre. Est-ce qu’on pouvait prendre un coup de jus en trifouillant une voiture ? Il ne savait même pas. Quand le garçon proposa tout bêtement de marcher jusqu’au garage, Dan ne fut pas très motivé. « T’es sérieux ? Mais y’a au moins dix bornes jusqu’au prochain patelin ! » Mais David avait déjà entamé la marche, signe qu’il était effectivement sérieux. Si c’était Dan le “boss” du road-trip, au final, c’était David qui endossait le rôle à la perfection. Ce n’était pas qu’un rigolo le petit, il savait prendre les décisions, davantage que Dan qui marchait encore un peu à côté de ses pompes. Après quelques secondes sans réagir, il se mit en marche à côté de son meilleur ami. Mais très vite la pluie vint les interrompre. Ce n’était pas tant un problème pour Dan, lui il adorait ça. Il fit la moue quand David lui colla son manteau sur la tête et le retira presque aussitôt, ne désirant pas s’en encombrer. Il n’avait pas froid non plus. « Garde ton manteau va ! Je suis pas une petite chose fragile, tu sais. Ca va, ok ? » C’était important de le dire, de mettre les choses au point. C’était justement le genre de choses qui ne devaient pas changer, David ne devait pas le surprotéger pour compenser. Alors il lui rendit son blouson sans hésiter. « Ca va, même si t’es un radiateur ambulant ! et toi alors ? »

Un kilomètre à pied, ça use, ça use, un kilomètre à pied, ça use les souliers... Deux kilomètres à pied… Trois… CINQ PUTAIN DE KILOMETRES A PIED PLUS TARD. Dan, qui n’était pas hyper sportif, commençait à s’agacer sur la route qui lui semblait interminable. Il n’était pas non plus très serein d’avoir laissé toutes leurs affaires dans la bagnole. Et si on leur volait ? Il tira sur le bras de David pour lui demander de ralentir. Quelques minutes plus tard, la pluie devint averse et ils se retrouvèrent trempés en moins de deux. « Avec ma chance, tu vas voir, y’a une tempête qui se prépare et on va se la prendre en plein dans la gueule ! C’est con, c’est hyper romantique d’être avec un garçon sous la pluie… pourquoi faut que le garçon ce soit toi ? » Petite plaisanterie pour faire descendre son propre taux d’agacement. Il devait arrêter de râler tout le temps et retrouver sa bonne humeur sinon David finirait par en avoir marre.

Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 415
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
cat

on the road - PierreHope - Page 4 Empty


David
Oliver

J'ai 18 ans et je vis sur la route, aux USA. Dans la vie, je suis en fuite et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraîchement célibataire et je le vis bifbof.
Brandon Flynn :copyright: Tumblr-pureartsophia


Bon, Dan voulait pas faire le porte manteau. David ouvrit la bouche avant de la refermer, avant de finalement la rouvrir:
"Ben viens pas pleurnicher si t'es malade comme un clébard.". Il avait sans doute oublié que régulièrement, son ami devait venir à son chevet parce que son père ne s'occupait pas de lui, même malade à en crever. Mais bref. Pas la peine de lui rappeler tout ça même s'il en mourrait d'envie: il n'avait pas envie qu'il culpabilise encore.

Et c'était qui la tête cramée des deux normalement? Lui. Mais là il songea qu'il n'y avait personne pour leur laver et sécher leur linge, qu'ils allaient devoir sécher sur pied car pas de sèche linge à porté de main. Woh. Il s'était pas rendu compte à quel point il était attaché à son petit confort matériel. Si ça continuait il allait dire à Danny de ne pas manger autant de sucreries et lui expliquerait pour la 15000e fois pourquoi il doit mettre une capote en cas de rapport. La parfaite maman d'intérieur! LOL. C'est sa mère que ça ferait marrer. Elle s'en étoufferait de rire même ouais.

"Pas une petite chose fragile, ah ouais? On va voir ça."

Danny allait pas faire le malin longtemps. Mine de rien, le brun accéléra le pas sous la pluie et répondit sur le même ton que son interlocuteur:

"ça va. Même si tu pétarades comme une bagnole au GPL mal réglée la nuit."
Bon il exagérait carrément: Dan avait juste lâché une mignonne (mais puante) petite caisse qui avait fait mourir de rire David en fou rire silencieux et solitaire. Mais il avait pas bien dormit. Des rêves à la con. Trop de questions. Et il avait passé la nuit à se reculer à chacun de ses réveils pour ne pas coller Danny. Chaque fois qu'il s’éveillait, son corps l'avait traîtreusement ramené contre son ami. Et ça, ça allait pas. Il fallait pas. Un truc du genre. Il arrivait pas à mettre le doigt ou les mots dessus. Mais prochain motel, il demanderait des lits individuels. ça serait plus... Plus... Bref. Mieux. Sans doute.

Ils marchèrent plusieurs kilomètres en silence. C'est ça qui était bien avec les gens que vous connaissiez depuis longtemps et que vous aimiez: pas besoin de se forcer à parler. Pas besoin de combler tout le temps le vide, vu qu'il n'y en avait pas entre vous.

Le fuyard posa la veste sur ses épaules sans l'enfiler: de toute façon vu comment il commençait à pleuvoir des chats et des chiens et la distance restante à parcourir, ils allaient finir trempés jusqu'au slibard. David rêva d'être pris en stop par deux nenettes chaudes comme la braise qui s'empresseraient de lui enlever toutes ces fringues trempées. Il fût tiré de sa rêverie (de gros cochon) par Dan qui accusait les kilomètres. L'obsédé ralentit avec un discret petit air satisfait:

"J'avais oublié que le sport c'était pas trop ton truc."vanna-t'il. Bon c'était pas grave le sien aussi mais il était plus athlétique que la crevette à ses côtés. La preuve. (et toc!). Le ciel punit son orgueil en les douchant deux fois plus. Le coton de son t shirt était maintenant collé contre sa peau et la veste en jean sur ses épaules ne tarderait pas à devenir aussi lourde qu'un cadavre de chevreuil traîné après une partie de chasse (il avait jamais chassé ça l'intéressait pas de terrifier un animal qu'il avait pas besoin de bouffer vu qu'il y avait des supermarchés et des boucheries... et puis il préférerait chasser un connard, tiens, James par exemple. Il accrocherait bien ses couilles au mur!).

«Avec ma chance, tu vas voir, y’a une tempête qui se prépare et on va se la prendre en plein dans la gueule ! C’est con, c’est hyper romantique d’être avec un garçon sous la pluie… pourquoi faut que le garçon ce soit toi ? »

Ses superbes cheveux devenus tout plats par la faute de ce foutu temps, Oliver rétorqua en retirant une mèche de son front:
"C'est sûr que si j'étais foutu comme toi, j'aurais peur de m'envoler au premier coup de vent... Tu veux que je t'attache?". Il se marra en imaginant un ballon Danny avec une cordelette dans le... heu... à la cheville. C'était bien à la cheville.

David voyait vraiment pas le côté romantique d'être trempés comme des soupes.
"On doit pas avoir les mêmes références niveau romantisme...". En fait lui, n'en avait aucune. Il était pas du genre à offrir des bouquets et à écrire des poèmes. Il se demanda si son partenaire galérien plaisantait vraiment... Il aurait sans doute préféré être avec Tom. Enfin pour certains trucs. Mais c'était lui qu'il était venu chercher. "C'est toi qui a fait ton choix hein... Mais on peut monter une communauté de routards si tu veux. T'auras plus qu'à piocher dedans. On pourrait s’appeler...". Il réfléchit deux secondes et sortit d'un air sûr de lui en écartant les bras à la manière d'un showman: "Les aigles de la route.". Une goutte se glissa au creux de son dos et alla se perdre dans le tissu de son caleçon et il frissonna. "Rectification: les aigles HUMIDES de la route.". Il s'imagina avec un blouson de cuir clouté et gloussa. "Tu deviendrais la mascotte et on sauverait la veuve et l'orphelin. Enfin...". Sourire de lover: "Surtout la veuve. Et surtout si elle a de gros roploplos.". On se refaisait pas hein...

"Pis j'peux être hyper romantique mais tu m'en laisse jamais l'occasion... Tiens, regarde!". Il lui jeta de nouveau son manteau (maintenant à moitié trempé) sur la tête en disant d'une voix nunuche à souhait: "Couvre toi mon amour tu vas prendre froid ma crotte des îles!". Enfonçant le clou, il attrapa son pote aveuglé qui se dépêtrait dans sa veste et le pris dans ses bras tel un preux chevalier emmenant sa Milady pour forniquer toute la nuit avoir des enfants et s'aimer jusqu'à la fin des temps.

"Hue Philibert! SUCEZ L'ENNEMI! TATA YOYOOO!!. Et il couru avec son chargement qui se débattait comme un beau diable en hurlant de rire, veillant à ne pas déraper et se casser la margoulette dans la boue qui se formait sous ses pieds.

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2267
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 23
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

on the road - PierreHope - Page 4 Empty


Dan Ockfield
J'ai 17 ans et je vis sur la route, quelque part aux USA. Dans la vie, je suis lycéen en fugue et je m'en sors bof bof hein. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais c'est pas le problème.

on the road - PierreHope - Page 4 Tumblr_na5aw50TFg1su3du1o1_500


George Shelley :copyright:️ P'titbou


Parfois Dan était maladroit. Et il avait l’impression que depuis qu’il avait mentionné Tom, David était constamment vexé. Il répondait parfois sur un ton sec, il semblait… plus nerveux. Alors quand Dan parla de romantisme il regretta presque tout de suite. Il ne voulait pas que son ami se sente comme un second choix, parce qu’il ne l’avait jamais été. Dès que l’idée de la fuite s’était faite dans son cerveau, Dan avait su qu’il demanderait à David de le suivre. Et s’il n’avait pas voulu, alors il serait parti seul. Parce qu’il ne voulait personne d’autre que lui à ses côtés. Il se promit alors intérieurement de ne plus jamais parler de Tom ou de quoique ce soit d’autre qui puisse y faire penser. Quand il revint sur Terre, David était en train de parler d’aigle, de veuve, de roploplos… il fronça les sourcils jusqu’à se recevoir la veste trempée sur la gueule. Et alors qu’il essayait de s’en dépétrer, il se sentit quitter le sol pour de vrai cette fois. Il poussa un cri très viril sous la surprise et gigota comme un ver de terre pour qu’on le lâche. Ca c’était le vrai David. Qui l’agrippait sans se soucier de toucher un bleu. Et ça faisait du bien au final.

Mais pas le temps de s’en délecter. Parce que David il était pas hyper adroit de base, mais alors avec la pluie et la boue, laissez tomber ! Il finit par déraper et ce qui devait arriver arriva : les deux se cassèrent la gueule de façon assez spectaculaire. Heureusement pour Dan, David amortit sa chute ! Il se retrouva en un rien de temps au-dessus de David, leurs visages très proches. Et ça, c’était pas romantique ? Peut-être un poil gênant. Dan se débarrassa du manteau qui le gênait et croisa un instant les yeux de son ami. Le temps de réaliser ce qu’il venait de se passer, il finit par se relever d’un bond et par aider David à faire de même. Ah bah ils étaient beaux maintenant, couverts de boue. Enfin, surtout David qui avait tout pris ! « T’as rien de cassé ?! » demanda-t-il aussitôt avant de pouvoir se foutre de sa gueule en toute sérénité. Parce que sérieusement, son “sucez l’ennemi” faisait plus gay que tout... Est-ce qu’il se cherchait encore le petit David ? « T’es tout dégueulasse, c’est malin… Par contre t’es vachement confortable. Ca t’apprendra à faire le con ! » C’était David le plus con des deux, mais Dan adorait ça. Toujours à essayer de faire rire. Pis mine de rien il avait voulu jouer au chevalier en portant sa princesse pour qu’elle ne se fatigue pas trop ! Même si Danny ne s’était jamais identifié à ces débiles prêtes à se marier avec le premier inconnu un peu beau gosse. « Allez, viens, avant qu’il fasse nuit… » Il tira sur le bras de David pour l’entraîner avec lui. « La prochaine voiture qui vient on fait du stop, ça devient ridicule là… » Et tant pis si c’était un risque. Il ne trouverait pas plus psychopathe que son père de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 415
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
cat

on the road - PierreHope - Page 4 Empty


David
Oliver

J'ai 18 ans et je vis sur la route, aux USA. Dans la vie, je suis en fuite et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraîchement célibataire et je le vis bifbof.
Brandon Flynn :copyright: Tumblr-pureartsophia


Soudain, il comprenait ce que Dan voulait dire part "c'est hyper romantique pourquoi faut que ça soit toi?". Son visage à quelques centimètres de celui de Danny, ses yeux bleus dans les siens... C'était... heu... C'était. Et c'était déjà trop. Sans compter les vêtements trempés qui faisaient plus vraiment leur rôle d'isolant il avait l'impression d'être limite peau contre peau avec lui. Popol tenta une timide apparition qu'il rabroua sévèrement:

"Couché Don Juan.". Non mais n'importe quoi celui-là: il confondait les mecs et les filles maintenant! Et puis c'était pas la question d'abord. Heureusement Danny se releva et l'aida à en faire de même: personne n'était blessé, ils étaient juste dégueulassés à souhait. Ce que la partie moumoune inquiète qui s'était révélé chez David redoutait. L'autre se foutu royalement de son "sucez l'ennemi" mais il n'en avait cure et haussa les épaules:
"T'emballes pas c'est qu'une expression.". Il masqua sa gêne en se tournant pour ramasser son paletot aussi cradossé que le reste. Il refusa de chercher plus loin la raison de sa gêne et décida de relever le défi de son ami:
"Allez chiche.".

Oliver continua de marcher le long de la route, pouce gauche tendu comme il se devait. De toute façon personne ne s'arrêterait pour ramasser deux gars boueux sur cette roule isolée. Il ne risquait rien en faisant le malin... Une vieille Chevrolet noire les dépassa dans un vrombissement puissant et les klaxonna. David se retint de faire un doigt: il marchait où il pouvait! Qu'est ce qu'il voulait ce gros co... Le véhicule pila un peu plus loin et la porte conducteur s'ouvrit. Le brun stoppa net et regarda une femme qui devait avoir la quarantaine bien tassée et la peau cramée aux UV s'extirper de la caisse. Ses fringues n'avaient pas le raffinement de son 4 roues: minijupe à froufrous couleur flashy, sandales compensées, haut résille avec dessous un t shirt rose criard gueulant un message absurde style "Jeune et jolie".

"EH LES JEUNES!"
David bugua sur la poitrine gonflée à l’hélium qui débordait du micro haut: qu'est ce que c'était que cet engin...??? La nana mâchonnait son chewing-gum et marchait sous la pluie comme une Diva se fichant des éléments avant de se planter devant eux, mais sur les hanches. Il nota un piercing à son nombril qu'encadrait un ventre qui avait dû subir une abdominoplastie ou un boulot d'entretien de dingue. Secouant ses mèches blondes et noires, elle les apostropha à nouveau sans cesser de ruminer furieusement sa pâte à mâcher:
"C'est à vous la caisse pourrave sur le bord à quelques kilomètres, nan? Montez vous allez être trempé. Je vous dépose au garage."

Toujours hypnotisé par la dualité nichons énormes et lisses et le reste de la personne de leur "sauveuse", le jeune homme ne répondit rien, ses mèches continuant de dégoutter comme des plantes qui auraient trop bues. Heureusement, Danny pris les choses en main et remercia la dame, montant sans hésitation sur le siège arrière. Oliver se rabroua et allait grimper à l'arrière quand il aperçu à travers la vitre embuée deux petits yeux méchants qu'un visage semblable à celui d'un bouledogue français encadrait. Retenant un mouvement de recul, David monta à l'avant avec précaution et s'excusa de saloper l'intérieur d'une si belle tire. Ça fît rire leur "hôtesse" qui en profita pour se présenter en tendant sa main fripée à son passager qui la serra avec des yeux toujours un peu éberlués: "Cindy, et vous êtes...?"

Le jeune brun hésita: est ce que c'était pas dangereux de donner leur vrai nom? Bon il devenait ptet parano mais...
"Denis et derrière c'est... Daniel. Mon...petit frère.".
Il jeta un oeil à Dan qui le regardait d'un oeil rond, tout collé contre la portière. David laissa sa vision glisser sur l'autre passagère: le résultat de l'union interdite entre Grymphy Cat et la Reine d'Angleterre.
"Frères? Ah ouais? J'aurais crû que vous étiez ensemble à vous voir jouer dans la boue...".

Le pipoteur se tapa un fard et répéta que non, ils étaient juste frères. Il se sentit obligé d'ajouter:
"Et puis je suis plus branché nana vous voyez."
"Ah? Alors j'ai mes chances?"

David Oliver lui lança un regard où se lisait son étonnement mêlé à un peu de consternation qui fît hurler de rire la conductrice. Rire qui fût coupé de plein fouet par la petite voix acerbe et sèche de la vieille pomme fripée à l'arrière:
"Cindy! Qui sont ces hippies???"

L'apostrophée leva les yeux au ciel:
"Et le machin derrière c'est ma mère... Elle est sourde comme un pot heureusement."
"Comment???"
"Je disais que tu parais 50 printemps maman!"

L'autre ne lâcha pas un sourire et continua de fixer méchamment Danny puis David avant de maugréer:
"De sales petits pédérastes... De mon temps on les aurait pendu haut et court!."

L’obsédé sur le siège passager ne chercha même pas à masquer son agacement et dit d'une voix forte et claire:
"Heureusement que ton temps est bientôt finit vieille peau..."
"Comment jeune homme? Cessez de parler dans votre absence de pilosité!"
"JE DISAIS: QUEL TEMPS! ET QUE VOUS AVEZ UN BEAU CHAPEAU!".

Danny se retenait d'éclater de rire: il voyait les larmes d'un fou rire lui monter aux yeux. Cindy ne se gênait pas pour lâcher son rire tonitruant et David continua son petit manège jusqu'au garage, sortant une vanne à Tatie Danielle et reprenant ses termes en paroles plus flatteuses avant de lui hurler à nouveau.

Arrivés au garage, ils étaient toujours crottés, mais secs. Oliver remercia Cindy qui lui glissa sa carte avec son numéro:
"Si t'as besoin mon chou, hésite pas. Et puis entre nous...".
La peroxydée désigna Danny qui les rejoignait et lui chuchota:
"Tu devrais arrêter de faire ton macho et assumer: Ça crève les yeux que t'es amoureux et il est dingue de toi. Regarde comme il te dévore des yeux!".

Le fugitif s’exécuta mais ne vît qu'un Danny qui le regardait les sourcils froncés. Il hocha cependant la tête docilement et Cindy remonta à bord avant de s"éloigner en leur envoyant un baiser par la fenêtre tout en klaxonnant à tout rompre. Queen Grumphycat s'était endormie et bavait à l'arrière contre la fenêtre. Il espéra secrètement qu'elle n'était pas endormie mais qu'elle avait clamsé: On traitait pas l'orientation sexuelle de son pote impunément. Vieille conne va. Heureusement, ils avaient atteint leur but.

Regardant en souriant son compagnon d'infortune, Oliver s'étira et le rejoint:
"Sacré duo hein?"

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2267
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 23
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

on the road - PierreHope - Page 4 Empty


Dan Ockfield
J'ai 17 ans et je vis sur la route, quelque part aux USA. Dans la vie, je suis lycéen en fugue et je m'en sors bof bof hein. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais c'est pas le problème.

on the road - PierreHope - Page 4 Tumblr_na5aw50TFg1su3du1o1_500


George Shelley :copyright:️ P'titbou


« On dit SUS A L’ENNEMI ! Pas sucez l’ennemi… » dit Dan en se frappant le visage. Il s’était parfois demandé si David était vraiment hétéro. Parfois on pouvait se poser des questions. En tout cas, il était très ouvert ! Et puis très vite il parlait de seins, de vagin et de tous ces trucs dégueulasses, qui confirmaient bien qu’il était hétéro. Finalement David accepta qu’ils fassent du stop. Sauf qu’il était un peu con le gars, il gardait le pouce levé alors qu’aucune voiture ne passait. « Pssst, Einstein, une voiture ça fait du bruit. Alors plutôt que d’exhiber ton pouce comme ça, pourquoi tu le montrerais pas quand une voiture passe, hein ? Ca t’évitera des crampes. » Mais ça le faisait marrer. Finalement une voiture s’arrêta un peu plus loin. Et en voyant la gueule de la conductrice, Danny fit la moue. L’avantage des vieilles avec leurs talons, c’est qu’elles ne couraient pas très vite. Donc si jamais elle essayait de les assassiner, l’un des deux pourrait fuir. C’était plutôt une bonne nouvelle, non ? Il laissa David parler avec son charme naturel, ne pouvant s’empêcher de penser qu’il avait déjà certainement envie de se la taper. Mais comment il faisait ? Lui, tout ce qui avait un vagin et des seins… Il n’avait vraiment pas de style de fille hein. Ce qu’il lui fallait : juste une qui disait oui, apparemment ! Et c’était un peu décevant dans le fond. Mais c’était les hormones qui faisaient ça, pas vrai ?
Dan dit bonjour à la dame avant de monter dans la voiture. Il regretta vite d’avoir choisi la place arrière car il se retrouva à côté d’une vieille qui puait l’alcool. Il se mit alors au maximum contre la vitre, se bouchant le nez de temps en temps. Cette voiture sentait la clope. Et aussi bizarre que ça puisse paraître, ça puait aussi le sexe à plein nez. Il était certain que la madame avait dû se faire plaisir un bon nombre de fois sur cette banquette arrière et rien que d’y penser ça le dégoûtait totalement.
Sur le coup, il fit de son mieux pour ne pas mettre un taquet à la petite vieille homophobe. Heureusement que David était là et qu’il le faisait rire, ça le détendait carrément ! Ah les vieux… Sacrée génération hein. Il espérait que ses grands-parents, qu’il allait rencontrer sous peu, ne seraient pas de ce genre-là.

Le trajet fut incroyablement long. Mais ils arrivèrent à bon port - ou plutôt à bon garage. Il sortit en premier pour échapper à la veille et se dégourdir les jambes. Quand il s’approcha du garage, il remarqua l’autre, la plus jeune mais vieille quand même, donner une carte à son ami. Il fronça les sourcils et les rejoignit. « Merci pour l’aide madame. » Et les voilà reparties. Dan hocha la tête avant de lui piquer la carte de sa poche en fronçant les sourcils. « Tu vas pas l’appeler hein ? J’suis sûr que c’est un nid à MST ! Je t’ai vu mater ses seins. T’es sérieux ? T’es si en manque que ça ? Parce que si tu veux je me mets un soutif avec des chaussettes dedans et ça fait l’affaire hein ! » Il lui rendit le papier puis s’approcha finalement du garagiste. Il expliqua la situation, qu’ils étaient en panne à quelques kilomètres de là et qu’ils n’avaient pas non plus beaucoup de revenus. « Je vais voir ce que je peux faire. On va aller chercher votre voiture et voir si c’est réparable. En attendant vous avez qu’à vous poser là-bas. » Il montra quelques sièges vieux, un peu sales. Mais bon, dans l’état où ils étaient, ils n’allaient pas faire les fines bouches. Il entraîna alors David dans la direction et s’assit. « J’espère qu’on va pas enchaîner les merdes jusqu’au bout hein. Putain, après ça, j’sais pas comment on va faire pour l’argent. J’avais pas prévu ça dans les dépenses. » Et Dan ne se voyait pas voler ou faire la manche. Mais s’il n’y avait pas le choix...

Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 415
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
cat

on the road - PierreHope - Page 4 Empty


David
Oliver

J'ai 18 ans et je vis sur la route, aux USA. Dans la vie, je suis en fuite et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraîchement célibataire et je le vis bifbof.
Brandon Flynn :copyright: Tumblr-pureartsophia


"Héééé!".

Non mais qu'est ce qui lui prenait à Danny? Il avait mangé une Vache-qui-rit pas fraîche ou quoi? Il se la jouait maquerelle jalouse maintenant et bavait sur la sauveuse certes chelou mais gentille comme tout!
"Tu te prends pour ma meuf ou quoi ma parole? Et elle me les a mit sous le nez ses obus!".

Le plus âgé des deux n'en croyait pas ses oreilles:
"Putain mais tu me prend vraiment pour un gros crevard hein... ça pourrait être ma mère!!!".

L'autre l'ignora et lui rendit sa foutue carte. David la récupéra et la remis dans sa poche en jetant à Dan un regard noir. Il était blessé. Encore une fois. Il en avait marre des sautes d'humeur de l'autre patate. Et sa vision de lui était franchement blessante... Maugréant dans son coin, il se laissa traîner de mauvaise grâce et entendit d'une oreille distraite les inquiétudes de son comparse. Debout et les bras croisés, il lâcha, mauvais:
"T'en fait pas pour la thune, vu que je me tape tout ce qui passe j'ai qu'à proposer 1h en compagnie de ma teub à ces dames. J'ai déjà une cliente en plus de ce que tu dis, pas vrai?".

Apparemment Dan tilta qu'il l'avait foutu en rogne une fois de plus. Mais il n'allait pas le laisser s'excuser pour la énième fois et tout pardonner: il allait vider son sac.
"Contrairement à ce que Monsieur le prude puceau à l'air de penser, je me tape pas tout ce qui passe... T'es vraiment qu'un gros crétin...".

Il commençait à faire les 100 pas, signe qu'il n'allait pas tarder à exploser:
"En plus Cindy elle a été gentille et toi tu la traites... Alors qu'en plus tu sais quoi??? Elle est persuadée que je crush sur toi et vice-versa!!! Elle a JUSTE dit que je devrais assumer avec toi! ET TOI TU LA TRAITES DE NID A MST COMME UN GROS CONNARD MAL-JUGEANT!!!".

Un des mécaniciens leva le nez de son moteur puis replongea dans son travail. David s'enjoignit au calme. Danny avait les larmes aux yeux mais il s'en fichait. Il en avait marre de sa jalousie à deux balles.
"Je l'aimais moi, Britanny. Ouais putain, j'en étais raide et je parle pas que de ma bite!!! Mais elle, elle s'en fou! J'ai tout plaqué pour toi TOUT! Je dois faire quoi pour te plaire, HEIN? JE DOIS FAIRE QUOI???".

Le brun arrêta ses allers-retours et se planta devant son ami:
"Quoi que je fasse, y'a toujours une couille. Un coup mon côté obsédé te fait marrer, la minute d'après tu joues les effarouchés et tu me méprises... Mais tu te prends pour qui putain??? T'es qui d'abord??? Danny, MON Danny il...".

Mais voilà ouais: peut être que ce qu'il avait devant lui, c'était le "vrai" Danny... Il comprenait plus rien. Il se sentait mal. Minable. Sa gorge se serra. Il était triste. Il avait peur. Il était qu'un abruti d'ado de 18 ans, merde quoi! Il plaqua ses mains sur le mur de part et d'autres d'un Dan qui faisait de son mieux pour ne pas craquer et le jaugea le plus froidement possible en le toisant de toute sa hauteur, forçant l'autre jeune homme à lever ses yeux bleus sur lui. "Tu voudrais vraiment que je te prenne le cul juste pour me soulager? C'est vraiment ça que tu voudrais?".

Il savait bien que non. Mais s'être proposé en se grimant en gonzesse juste pour le soulager, même pour déconner, ça l'avait... Ça l'avait... Sa rage retombait et il se rendit compte qu'il n'avait pas tenu sa promesse: celle de ne plus blesser Dan. Le lycéen se laissa tomber sur le siège à côté de celui qu'il devait protéger, tête entre ses mains. Le banc émis un grincement de protestation.
"Et voilà j'ai encore merdé...".

Il n'osait plus regarder son voisin. Il pouvait lui dire de se casser après son pétage de plomb, il comprendrait. Mais il tenait à lui donner quelque chose avant. Fouillant à l'arrière de son falzar (et plus précisément dans l'arrière de son slip), il en sortit sa liasse d'économies de plusieurs années roulée bien serrée et maintenue par un élastique et la lui tendit sans le regarder:
"Tiens. Y'a les économies d'une moitié de vie de puceau là dedans. Ça devrait suffire pour atteindre ta destination. Enfin ptet pas si t'as une autre couille mécanique mais...".

Il n'avait pas envie de partir. Il n'avait pas envie de laisser Dan seul. Mais il ne resterait pas si ce dernier jugeait qu'il serait mieux sans le gros boulet qu'il était.
"On dit que l'argent n'a pas d'odeur mais... heu... Celui là, si. Désolé.".

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2267
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 23
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

on the road - PierreHope - Page 4 Empty


Dan Ockfield
J'ai 17 ans et je vis sur la route, quelque part aux USA. Dans la vie, je suis lycéen en fugue et je m'en sors bof bof hein. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais c'est pas le problème.

on the road - PierreHope - Page 4 Tumblr_na5aw50TFg1su3du1o1_500


George Shelley :copyright:️ P'titbou


Dans toutes les choses horribles que David venait de dire, Dan n’en entendit vraiment qu’une seule. « Elle est persuadée que je crush sur toi et vice-versa!!! » Ca se voyait tant que ça ? Enfin. Plusieurs fois, Dan s’était permis de penser à David d’une manière plus amicale. Il le trouvait mignon, il le trouvait drôle… Et il était prêt à le suivre dans n’importe quoi. Mais depuis qu’ils étaient partis, quelque chose de fort s’était déclenché en lui. Il avait réalisé que David était prêt à tout pour lui et que c’était certainement le seul au monde. Alors peut-être que quand il matait des seins, ça le blessait. Peut-être que quand il prenait le numéro d’une milf, ça le blessait. Et avant… avant, quand il était avec Britanny, il se l’était sûrement caché, mais ça le blessait aussi. Tom ne tenait pas la comparaison face à David. En fait, Dan ne faisait que de parler de son meilleur ami tout le temps, incapable de l’oublier. Il ne s’était jamais pensé amoureux de lui, jamais. Mais peut-être qu’il n’avait juste pas réalisé. En tout cas, depuis qu’ils avaient fui ensemble, que David avait plaqué femme et enfants tout ça pour lui, quelque chose de plus fort était né.
David criait encore et encore. L’insultant de connard. Remuant le couteau dans la plaie avec Britanny. Mais Danny ne l’avait pas forcé à venir avec lui. Il avait demandé. S’il aimait vraiment Britanny, il aurait pu rester avec. Il faillit pleurer plusieurs fois pendant tout son monologue, mais le pire, c’est quand David lui tint les billets. Quoi ? Ca voulait dire quoi ? Il voulait le laisser ? Il n’avait pas le droit de faire ça ! Il finit par se frotter les yeux, et par relever les yeux vers David. A la fois timide, triste. Ce qu’il allait dire, ça pourrait tout changer. « Et si… et si cette Cindy… elle se trompait pas… Je veux dire… si moi… si moi j’avais un peu le béguin… Tu partirais… ? » C’était plus simple de dire si que de dire c’est toi que je veux pour toute la vie.

Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 415
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
cat

on the road - PierreHope - Page 4 Empty


David
Oliver

J'ai 18 ans et je vis sur la route, aux USA. Dans la vie, je suis en fuite et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraîchement célibataire et je le vis bifbof.
Brandon Flynn :copyright: Tumblr-pureartsophia


Bon si Mister Casse-Nouille ne prenait pas la liasse il allait passer pour le macro qui donnait sa paye à sa "protégée"... Alors qu'il pensait qu'il allait lui balancer son paquet à la tête et se tirer la queue entre les jambes, Danny prit enfin la parole:
«Et si… et si cette Cindy… elle se trompait pas… Je veux dire… si moi… si moi j’avais un peu le béguin… Tu partirais… ?».

David tourna la tête si rapidement qu'il en fît craquer son cou et resta là avec ses billets roulés tendus vers son voisin dont il sonda le regard avec des yeux éberlués. Y'avait des bugs dans sa tête là. Et dans celle de Danny aussi. Il arrivait pas à imprimer.

"Que qui aie le béguin pour heu... Quoa? Hein?".

Le temps dût paraître très long au plus jeune du duo tandis que l'autre crétin le regardait l'air perdu dans un monde lointain, trèeeeees lointain. Son esprit refusa d'assimiler l'information qui pourtant était claire et se confirmait dans le regard bleuté et intimidé de son cadet. Oliver rangea sa liasse à sa place d'origine et passa en "mode survie":

"Hmmm... C'est pas sympa de te moquer. Et puis je le sais déjà que tu craques pour moi! C'est impossible de faire autrement, voyons.".

Voilà. David en mode survie, c'était David le bouffon.
"Et puis toute façon je te l'ai dis: quoi qu'il se passe, je te lâche pas. Jamais.".
Bon ok avec des éclairs de lucidité (un poil grandiloquent admettons le).

Toujours avec cet air d'être là sans vraiment l'être, il désigna un des mécanicien à proximité:
"Je vais aller voir si je peux apprendre deux ou trois trucs au cas où pour... la bagnole.".
Mode survie = mode pratique aussi pour David Oliver. Et s'occuper l'esprit. S'occuper pour ne pas avoir le temps de réfléchir.

Sympa, le mec le laissa observer et lui donna même deux ou trois tuyaux. Leur épave fût ramenée à bon port. Une petite panne, une pièce du moteur encrassée car elle roulait pas assez... Un truc du genre. Le bagout de David permit une ristourne et la belle gueule de Dan d'éviter une arnaque (on essayait pas d'arnaquer un gosse avec une telle gueule d'ange!).

On the road again. Le brun avait mit du bon vieux rock et roulait les yeux braqués sur la route. Quand son partenaire essayait de discuter, il détournait la conversation en déconnant ou répondait à côté de la plaque. Puis il passa le volant et s’endormit presque aussitôt.

***
Quand il se réveilla, il faisait nuit. Le jeune homme ne savait pas où il était. On avait mit son blouson sur lui pour le couvrir.

"Dan?".
Le brun se redressa: il était seul.
"Danny?".
Il avisa une note sur le siège conducteur: c'était son compère qui lui disait l'avoir laissé dormir et être monté avec les bagages dans une des chambres du motel. Fourrant la note dans sa veste qu'il enfila, Oliver s'extirpa du véhicule et se détendit, baillant à s'en décrocher la mâchoire. La lumière rose criarde d'un néon lui agressa l’œil et attira son attention. Un Diner? ça tombait bien, il avait une faim de loup!

S'activer s'activer pour ne pas penser à ce qui grattait dans un coin de sa tête.

***
Il se retrouva devant un bon gros steak. Mais il n'y toucha pas. Soudain, il n'avait plus faim. L'image de Danny et son regard qui en disant tant lui revinrent en tête sans crier gare. Son estomac fît un triple salto et il repoussa son assiette, tentant de chasser les paroles qui tournaient de nouveau en boucle dans sa tête.

"Ça ne va pas?"
Une jolie brunette aux yeux bleus et porteuse d'un plateau couvert de verres vides le fixait, inquiète.
"Heu... Si si, ça va ça va... Je crois.".
Son œil tomba dans son décolleté. Au moins de ce côté, rien n'avait changé. Mais il s'était fait griller vu la discrétion dont il avait fait preuve. Il plissa les yeux en attendant la claque qui ne vint pas. Au contraire, la jeune fille lui sourit:
"T'inquiètes pas si je porte ça c'est pour qu'on regarde.".
Elle ajouta un clin d’œil, posa son plateau et se coula à ses côtés. David se dit qu'il n'avait pas dût se réveiller. Il n'avait pas l'habitude qu'on lui fasse du rentre dedans et c'était... pas désagréable (enfin quand c'était pas une femme qui aurait pu être votre mère).
"Mauvaise journée?"
"On peut dire ça...".
Elle était charmante. Et puis ces yeux... Le garçon était hypnotisé. Ils étaient légèrement plus clairs que ceux de...
"Non.".
Non il ne voulait pas penser à lui. Pas maintenant.
La petite brune lui prit la main et passa doucement ses doigts dans sa paume ouverte:
"Tu sais ce que je fais quand je veux oublier une mauvaise journée?"
"Heu du... du tricot?".
L'autre rit à sa piètre blagounette. Il devait VRAIMENT lui avoir tapé dans l’œil...

"Non idiot. Je parle de...ça.
Pas gênée elle posa sa main brièvement sur l'entrejambe de sa victime consentante qui commençait justement à se réveiller.
"HaaHAAaa ça...!".
C'était la première fois qu'il trouvait plus pressé et plus empressé que lui. Un frisson lui parcouru l'échine quand elle se pencha et susurra à son oreille, ses cheveux lui chatouillant le nez:
"J'ai ma pause dans 5 minutes... Rejoins moi à l'arrière.".
Et l'inconnue le planta là, retournant à son travail sans un regard en arrière.

Ça puait le foutage de gueule voir pire, le piège pour le tabasser et lui voler sa thune. Ça n'existait pas, ça n'arrivait jamais ce genre de chose... N'est-ce pas?
"Une déclaration de son best friend for ever non plus ceci dit...". Il ordonna à sa conscience de fermer sa grande gueule, paya, et se dirigea à l'arrière du restaurant. Rien à foutre piège ou non, ça lui changerait les idées. Il oublierait tout ce bazar dans sa tête deux minutes de plus et c'était déjà ça. N'empêche que sa teub, elle, elle était persuadée que c'était pas du chiqué. Il remua mal à l'aise et hésitait à se casser quand la porte de service s'ouvrit et qu'on l’attrapa violemment par le col. La porte métallique se referma avec fracas et il attendit le coup de poing. De batte. Ou de pied, soyons imaginatifs.

Mais ce sont deux douces et chaudes lèvres qui cueillirent les siennes et une langue chercha la sienne. D'abord surpris, l'obsédé patenté rendit son étreinte à la serveuse: c'était pas du chiqué! Elle était chaude comme la braise et elle le voulait, lui! Il ne se fît plus prier et passa ses mains sous son t shirt qu'elle enleva prestement avant de lui faire tomber sa veste et s'attaqua aux boutons de son pantalon. David Oliver perdit toute retenue et empoigna la donzelle par les fesses pour la soulever et l’asseoir sur une table dans un angle de la pièce. Il se perdit dans son cou, laissant ses lèvres parcourir sa nuque, embrassant sa peau sucrée tandis qu'elle s'affairait à dépêtrer son manche de sa gangue de tissu. Quand elle le toucha enfin, l'image d'un Danny souriant timidement explosa dans sa tête et il se détacha brusquement comme s'il avait été brûlé.

"Quoi? Qu'est ce qu'il y a?"
Le souffle court, le garçon ne répondit pas. La nénette tenta de l'embrasser et de reprendre leur étreinte mais il se dégagea en bredouillant des excuses. Elle prit (avec raison) la mouche et l'invectiva:
"Couille molle! C'est quoi ton problème? T'es PD ou quoi!?".
Le mot l'atteint de plein fouet et son regard s'assombrit tandis qu'il se rhabillait à gestes lents, perdu dans ses pensées.

"...Ptet bien.".
La fille tremblait de rage, masquant sa poitrine dénudée:
"DEGAGE!!! CASSE-TOI TOUT DE SUITE D'ICI!!!".
S'excusant pitoyablement une nouvelle fois, le galérien parti sans demander son reste.

Il traça automatiquement vers la chambre qui était désignée dans la note de Danny qu'il avait fourré dans sa poche. La porte n'était pas fermée et il entra comme un ouragan furieux sans rien regarder autour de lui, filant directement vers la seule autre porte de la pièce en quittant un vêtement à chacun de ses pas. Il devait se laver. Il était sale. Son corps nu sous le jet, il laissa enfin ses pensées l'assaillir librement.

Pourquoi est ce qu'il n'avait pas voulu le voir avant? David se repassa les événements depuis leur départ. Et bien avant même. La réaction de Dan quand il était sorti avec Britanny. Son air triste vite masqué quand il avait raconté sa première fois. Son regard sur lui, bien trop doux pour celui d'un ami. Son départ de son foyer et des bras de Britanny sans hésitation, son corps qui cherchait le sien sans cesse, ses pitoyables tentatives pour esquiver tout rapprochement trop intime... Quand il avait observé son corps meurtri. Qu'il avait parcouru chaque blessure. Mais comment avait-il pût se leurrer à ce point? Mais il ne pouvait pas. Il ne DEVAIT pas. C'était sale. Il était sale.

Il remarqua que son érection était toujours présente. S'en était presque douloureux. Il tenta de se soulager mais ses pensées revenaient sans cesse vers Dan Ockfield. Et il était hors de question qu'il se branle en fantasmant sur lui. Il était immonde. Dégueulasse. David Oliver commença à sangloter sous le jet d'eau, mettant son visage entre ses mains et laissa son dos glisser contre le carrelage, jusqu'à se retrouver recroquevillé nu et lamentable dans l'angle de la cabine recouverte de buée.

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2267
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 23
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

on the road - PierreHope - Page 4 Empty


Dan Ockfield
J'ai 17 ans et je vis sur la route, quelque part aux USA. Dans la vie, je suis lycéen en fugue et je m'en sors bof bof hein. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais c'est pas le problème.

on the road - PierreHope - Page 4 Tumblr_na5aw50TFg1su3du1o1_500


George Shelley :copyright:️ P'titbou


Dan venait de faire la plus grosse erreur de sa vie. Il n’aurait jamais dû parler de sentiments dont il n’était même pas sûr. Comme toujours, David choisit l’humour pour parer à cette situation gênante, et cela eut pour effet de blesser le bouclé. David allait certainement faire comme s’il n’avait jamais rien entendu et ce serait le mieux pour tout le monde. Non, Dan ne pouvait pas être amoureux de lui… Mais en même temps, David était la seule personne avec qu’il se voyait finir sa vie, alors ce ne serait pas si bizarre que ça. Dan poussa un long soupir alors qu’il regardait son ami partir vers le mécanicien pour apprendre deux trois combines. En réalité il voulait sûrement fuir la conversation gênante. Quant à lui, il se releva et alla faire quelques pas ailleurs, pour réfléchir.
Tout n’était pas perdu, le garagiste parvint à décrasser un peu la voiture et ils purent reprendre la route. Mais dans une ambiance de merde, à vrai dire. Dan essaya tantôt de parler mais en comprenant que David n’était plus vraiment là, il finit par mettre la radio pour s’en contenter. Il avait envie de chialer. Il se mordait fort les joues tant il regrettait d’avoir dit ça. Il n’était même pas sûr de l’aimer ! De ressentir un truc. Il n’aurait pas dû prendre la perche que tendait inconsciemment son ami. Maintenant ça allait pourrir toute leur relation. Il fut assez content finalement quand David s’endormit, alors que c’était à son tour de conduire. Ca rendait le silence moins gênant. Silence parsemé de quelques petits ronflements, d’ailleurs. Il jeta de temps en temps un coup d’oeil à son ami avant de soupirer. Ouais, ça lui prenait à la gueule, il l’aimait. Cette histoire avec Tom ça n’avait été qu’un moyen de lui faire oublier quelque chose qui ne serait jamais possible, un moyen de le faire passer à autre chose. En tout cas, s’il revoyait cette Cindy un jour, il lui ferait un bon gros doigt d’honneur en lui disant qu’elle s’était trompée sur David et que ça n’avait rien de réciproque. Et accessoirement qu’elle avait gâché sa vie. Cette pute. Bon d’accord, David avait eu raison sur un point : Dan jugeait d’une bien mauvaise façon quelqu’un qui les avait aidés sans rien demander en retour. Mais quand même...

Fatigué de conduire et se sentant de plus en plus fermer les yeux, il choisit de s’arrêter pour le reste de la nuit. Quand il gara la voiture, il tenta de réveiller David. Sauf que ce chacal avait un sommeil de plomb et qu’il était toujours hyper difficile de le réveiller. Alors, n’ayant pas envie d’y passer trois heures, Dan quitta la voiture en lui laissant un petit mot. Il viendrait le rejoindre quand il se réveillerait. Ou alors il ne viendrait pas, c’était peut-être même le plus probable. Il s’occupa des bagages, du reste, et monta dans la chambre. Mieux que la précédente. Là, avant de manger, il commanda une pizza. Inutile d’en laisser pour David car quand il reviendrait elle serait froide. S’il revenait. Dan réalisa qu’il avait laissé son meilleur pote dans la bagnole avec les clés et que, à cause de sa pseudo déclaration, il pouvait se barrer à tout moment. Alors il eut du mal à s’endormir. Il pleura encore. Il en avait marre de pleurer, mais ces temps-ci il n’était bon qu’à ça.
Finalement il trouva le sommeil, quand il n’en pouvait plus d’avoir les yeux ouverts. D’un sommeil lourd, qu’il n’entendit même pas la porte s’ouvrir. Ni celle de la chambre, ni celle de la salle de bains. C’est simplement l’eau de la douche qui lui fit ouvrir les yeux. Il se redressa doucement et se frotta les yeux. David n’était pas parti avec la voiture en le laissant tout seul. Il attendit alors sagement que ce dernier sorte de la douche… Sauf qu’il n’en sortit jamais. Après une quinzaine de minutes, il commença à s’inquiéter. Dan se releva alors pour aller doucement frapper à la porte. « David… Tout va bien ? Ca fait un moment que t’es là-dedans alors je m’inquiète… Tu sais… si… si c’est pour ce que j’ai dit tout à l’heure, c’était pas vrai… Enfin... J’ressens rien, j’voulais juste voir ta tête pour rire un coup tu vois ? » Gros mensonge. Mais il ne voulait pas gâcher leur amitié. « Ouvre cette porte… » Pas de réponse. De plus en plus inquiet, il tenta d’ouvrir la porte… qui n’était pas fermée à verrou ! Hallelujah ! Et quand il ouvrit, il tomba sur un David, recroquevillé par terre et à poil, sous l’eau, qu’il distinguait cependant à peine à cause de la buée. Il s’approcha doucement et frappa contre la paroi de la porte de douche qui les séparait encore. « David… Si tu réponds pas j’ouvre cette porte aussi… Et je suis certain que t’en n’as pas envie… »

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


on the road - PierreHope - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
on the road - PierreHope
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: