Partagez
 
 
 

 on the road - PierreHope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 415
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
cat

on the road - PierreHope - Page 3 Empty


David
Oliver

J'ai 18 ans et je vis dans un trou du cul paumé, USA. Dans la vie, je suis (j'étais?) lycéen et je m'en sors grave bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec un canon et je le vis (enfin vivais) plus que bien.
Brandon Flynn :copyright: Tumblr-pureartsophia


Ouf, Dan avait accepté de s'arrêter il allait pouvoir s'écrouler et ronfler comme un sonneur... Faisant son mec viril (pour changer), il avait ronchonné pour porter le bagage de son pote, prétextant qu'il voulait crâner devant la jolie fille de l'accueil qui leur avait filé la clef. En vérité, il s'inquiétait des blessures du plus jeune du duo: et si son connard de paternel lui avait pété un truc? Hein? Ils feraient comment? "Oui bonjour on est 2 zozos pour l'un pas majeur et on croirait que j'ai tabassé mon poto et ils sont où nos parents? Mais on est orphelins voyons madame et on a 27 ans je fais juste très jeune c'est tout hahaha.". Mouais. Et d'ici qu'il se retrouve en tôle car on le suspecterait d'avoir enlevé le cadet... Il n'y avait qu'un pas.

"Mais dans quel merdier tu t'es mit David Oliver...". Chaque heure amenait son lot d'interrogations et de levée d’œillères sur les conséquences de leur coup de tête-départ en fanfare. Il siffla en entrant en second dans l'espace exiguë qui leur servirait de lieu de repos pour cette nuit.

"Waho chambre double royale mon gars!".

c'était la chambre de motel miteuse totalement cliché avec son couvre lit aux motifs désuets, sa salle de bain attenante avec sa douche étroite et ses toilettes au fond bouffé au calcaire, et le fameux micro bureau pour faire Dieu seul sait quoi où on avait aussi posé la télé d'un autre âge (tant qu'à faire). David accrocha les manteaux et jeta les bagages au sol avant que l'information ne se fraye un chemin jusqu'à son cerveau fatigué: "... Et merde.".

Il aurait dû s'en douter... Un seul lit. Soit disant double mais il était prêt à parier que ses pieds toucheraient le bout voir dépasseraient et qu'il ne pourrait pas se retourner sans risquer de faire chuter son partenaire de galère. C'était pas désagréable d'être dans un lit trop étroit avec la fille qui venait de vous soulager mais être aussi proche du corps d'un autre mec, toute une nuit...

« Mon câlin maintenant ! »

Le brun sourit à l'ordre exigeant de Danny et le revit tel qu'il était petit, tendant les bras vers lui avec sa bouille d'ange et les mêmes immenses yeux bleus qui lui mangeaient alors la moitié du visage. Terminé cependant les rondeurs de l'enfance, c'était un adolescent certes trop maigre mais bel et bien un corps d'homme. Mais dedans, c'était toujours son ami. Son meilleur ami. Il râla pour la forme : "ça va ça va j'arrive... A vos ordres Monsieur l'impatient!".

Le rigolo s'arrêta en chemin et renifla son propre t shirt avec une grimace dégoutée: "Par contre ça sera un câlin de putois mais..." il se jeta sur le jeune homme qu'il commença à chatouiller avec un rire démoniaque: "C'toi qui l'auras voulu MWHAHAHAHA!". D'abord l'autre se prêta au jeu et gloussa tout ce qu'il pouvait, suppliant pour sa grâce, mais lâcha une plainte de douleur quand David arriva sur les côtes. Ce dernier suspendit son geste et posa la main à plat sous le t-shirt contre la peau chaude et douloureuse. Il souleva légèrement le tissu d'un mouvement du poignet pour regarder dessous avant de grimacer puis de se mordre la lèvre inférieure avec force.

Regardant Dan avec fermeté, il lâcha: "Montre-moi.". Il voulait voir. Il voulait voir à quel point cet enfoiré l'avait blessé dans sa chair. Il voulait se rendre compte, le marquer sous ses paupières, et ne jamais l'oublier. Et un jour, ouais un jour il irait lui rendre au centuple. Danny bredouilla des excuses, tenta une vanne, mais le brun ne sourit pas et répéta sa demande: "Montre-moi. S'il te plaît.". Il s'en foutait que ça le gêne: après tout, c'est lui qui avait parlé de câlin. ça ne devrait pas autant le gêner de se mettre torse poil putain, David avait (à peu de choses prêt) le même sous son propre vêtement et il le voyait tout les jours! Et puis il l'avait déjà vu en plus. Ok il était pudique mais... Enfin l'autre céda mais détourna son regard ailleurs en enlevant son haut. Partout, sauf sur David.

Ce dernier avait voulu voir. Il l'avait exigé même. Mais ne s'attendait pas à... ça.

Il n'y avait pas une parcelle de la peau d'ivoire qui ne soit parsemée d'éclats bleutés, jaunes, voir rouges, anciennes blessures gravées dans sa peau et que son ami trainerait toute sa vie. Danny passa pudiquement un bras sur son torse et il remarqua une cicatrice sur la clavicule: une brûlure de cigarette. Ce bâtard l'avait pris pour un cendrier... Oliver mordit si fort sa lèvre qu'il sentit un goût métallique dans sa bouche: sa cigarette il lui foutrait dans le cul à ce salop. Une par une. Tout le paquet. Et la dernière serait allumée.

Il prit sur lui pour ne pas se lever, hurler sa colère et expulser sa rage dans un mur ou sur un meuble. Dan avait vu assez de violence pour une vie. Il lui attrapa le menton et releva la tête vers la sienne: "Eh regarde-moi.". Il attendit patiemment que les yeux de saphirs s'exécutent. "Tu as aucune honte à avoir Danny. Aucune. C'est pas ta faute. Y'a rien de dégoutant dans ce que je vois.". Il le prit délicatement dans ses bras, réfrénant son envie de le serrer le plus fort possible contre lui pour lui montrer qu'il était là, bien là. Qu'il était fort, qu'il le protégerait, et qu'il ne le rejetterait pas. "Je suis là.". David caressa alors le dos de son ami le plus proche: Il était lui aussi, sans surprise, couvert d'irrégularités dues à la torture que son bourreau lui avait infligé durant toute ces années, dans l'indifférence ou la méconnaissance générale.

L'impulsif effleura chaque cicatrice avec douceur du bout de ses doigts. "Je suis là.".

Le jeune homme plaqua la tête de son ami dans sa main gauche et posa son visage contre son épaule, laissant son bras droit entourer la frêle silhouette du garçon à la voix d'ange et bascula doucement leurs deux corps en position horizontale. David l'embrassa sur la tête, dans ses cheveux fous et laissa son nez s'y égarer.

"Plus jamais il te touchera je te le promet.".

Puis il ne dit plus rien, le serrant juste contre lui avec douceur, retenant tout cet amour et cette rage qui allait décroissante pour ne pas le serrer à lui briser les os contre son propre corps.

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2267
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 23
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

on the road - PierreHope - Page 3 Empty


Dan Ockfield
J'ai 17 ans et je vis sur la route, quelque part aux USA. Dans la vie, je suis lycéen en fugue et je m'en sors bof bof hein. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais c'est pas le problème.

on the road - PierreHope - Page 3 Tumblr_na5aw50TFg1su3du1o1_500


George Shelley :copyright:️ P'titbou


L’ambiance était en dent de scie, changeait à chaque instant. A un moment ils riaient, Danny succombant aux chatouilles de son ami. Et quelques secondes à peine seulement plus tard, il n’y avait presque plus un son dans la chambre. Alors que se tordre dans tous les sens lui avaient arraché un gémissement de douleur, son ami s’était arrêté sur le champ de le chatouiller. Quand il demanda à voir les blessures de son ami, Dan ne voulut pas lui montrer. A la place il tenta une blague pour lui faire oublier son idée : « Ca fait un peu gay de demander à un homme de te montrer son torse ! » Blague qui ne suffit pas à le dissuader car David ne lâcha pas le morceau et qu’il redemanda à voir les blessures. Dan soupira, pas à l’aise. Il savait que David n’était pas loin de péter un câble. Un vrai câble. Le genre qui faisait un peu peur. Et qu’il finirait par rendre la pareille à son père. Tandis que Danny voulait juste tout oublier, David, lui, en était incapable. Il revenait ponctuellement sur ce qui s’était passé, non pas pour remuer le couteau dans la plaie, plutôt parce qu’il devait se sentir coupable de n’y avoir jamais prêté attention et que pour inverser la tendance il s’en occupait beaucoup maintenant. Sous le regard insistant de son ami, Dan finit par retirer son t-shirt. A la seconde où David posa les yeux sur lui, il détourna le regard.

Quand David le força à le regarder dans les yeux, on pouvait clairement comprendre que les larmes n’étaient pas loin. Il hocha la tête aux mots de son ami avant de se réfugier pour de bon dans ses bras. Il était tellement content que David l’ait suivi… et il ne savait pas comment le remercier. « Tu peux pas savoir à quel point je t’aime David. » Ils ne se le disaient pas souvent, ils se le montraient en général. En se foutant de la gueule de l’autre, en le suivant dans ses plans totalement fous. Mais c’était bizarre, depuis aujourd’hui, avec le comportement de David, tantôt doux, tantôt énervé, tantôt à vouloir absolument le faire rire, Dan commençait à le voir d’un oeil différent. De l’oeil d’un homme attiré par un autre homme. C’était perturbant... Mais pas forcément désagréable. « J’suis désolé de t’avoir entraîné là-dedans. Promis, je me ferais pardonner. Mh… j’crois que je vais m’endormir… » annonça Dan qui trouvait pour la première fois depuis longtemps une certaine paix intérieure. Il ferma les yeux et en effet, à peine deux minutes plus tard il dormait déjà. Ils avaient sûrement bien fait de s’arrêter cette nuit, le garçon n’en pouvait plus.

Pourtant, il se réveilla dans la nuit. Il avait chaud, il transpirait. Il sortait d’un cauchemar assez terrible. Toujours dans les bras de David, il ne voulut pas le réveiller. Le pauvre en faisait déjà assez, et il avait besoin de repos lui aussi. Alors il se dégagea doucement de ses bras et quitta le lit pour aller faire un tour. Il avait juste besoin de s’aérer l’esprit, de goûter un peu à l’air frais de l’extérieur. De réfléchir à un plan. L’argent s’épuiserait un jour ou l’autre. Les flics les retrouveraient peut-être. Il devait vraiment réfléchir et arrêter de foncer droit dans le mur comme un chien fou.

Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 415
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
cat

on the road - PierreHope - Page 3 Empty


David
Oliver

J'ai 18 ans et je vis dans un trou du cul paumé, USA. Dans la vie, je suis (j'étais?) lycéen et je m'en sors grave bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec un canon et je le vis (enfin vivais) plus que bien.
Brandon Flynn :copyright: Tumblr-pureartsophia


"Krkrkrkrkrrrr...coquine...".

Couché sur le côté les bras passés autour du vide, David parlait dans son sommeil. Il serra plus fort le néant et son cerveau tilta qu'un truc ne collait pas. La bulle du rêve éclata et les yeux bruns s'ouvrirent, émergeants difficilement de la brume du sommeil. Le garçon regarda stupidement entre ses bras: sûr, il était censé y avoir quelque chose là. Mais il n'y avait rien. Se redressant sur son séant, le brun se gratta la tête puis les fesses en cherchant bêtement autour de lui: une fille...? Et c'était pas sa chambre... La déco était à chier. Posant ses pieds au sol, il remarqua qu'il était tout habillé. Truc impossible s'il se trouvait dans la même chambre qu'une demoiselle pour la nuit. Tout lui revint d'un coup: Dan, la fuite, le motel... le câlin. Il passa la main dans ses cheveux hirsutes:
"Danny...".. Où était Danny? Il était dans ses bras, il s'était endormi et lui-même l'avait suivit presque aussitôt.

"Danny?".

Pas de réponses. Aucun mouvement ou bruit ne provenant de la salle de bain (ou plutôt "point d'eau" vu la taille). Seul le voisin lui répondit en toussant comme un perdu d'une manière inélégante à souhait. Se levant enfin, David chercha ses pompes qu'il avait enlevé il ne savait même plus quand ni comment: il était vraiment déchiré... Mais pas assez pour ne pas se souvenir de ce qu'il avait fait avant de sombrer. Mais qu'est ce qui lui avait prit? Sur le coup il n'avait pas réfléchit et fait ce que son corps et son instinct lui disaient. Est-ce qu'il n'était pas allé... "trop loin" en tant qu'ami? Où était la limite? Le rai jaunâtre des phares d'une voiture se glissèrent à travers les rideaux et dévoilèrent l'emplacement de ses Converses qu'il attrapa et laça prestement.

Un horrible sentiment d'urgence faisait son chemin malgré sa tête encore bien profondément enfoncée dans son cul. Il devait aller vérifier. Ouvrant la porte à la volée, il se précipita sur le parking le cœur battant: la vieille caisse était toujours là. Oliver poussa un soupir de soulagement et referma le battant derrière lui: ce crétin ne s'était pas tiré pour continuer son road trip en solitaire. Il ne l'avait pas fait fuir. Mais alors, où était-il ce con...? Il allait l'engueuler quand il lui mettrait la main dessus... Quel besoin il avait de disparaître comme ça en pleine nuit dans un endroit totalement inconnu? Avec la gueule qu'il avait, il allait se faire agresser par un routier poilu et... Le jeune homme se frappa la tête de son poing fermé: mais c'était n'importe quoi là dedans! N'empêche qu'il accéléra le pas tout en réfléchissant à où son frère de galère avait bien pu se tirer...


"Si j'étais Dan, si j'étais Dan..." d'autres idées et vannes tout aussi farfelues voir cochonnes s'imbriquèrent en fin de phrase et il se frappa de nouveau la caboche: "On se CONCENTRE!". Il serait pas allé vers la route... S'il était sorti c'est qu'il avait besoin d'air... Il serait pas allé dans un coin sombre... David suivit la ligne de lumière s'éloignant de l'accès routier et vit enfin la silhouette frêle du jeune garçon. Deuxième soulagement.

Pourtant, David ne couru pas le rejoindre et resta là, à l'observer dans l'ombre. Il ne voyait pas son visage de là où il était mais l’imagina parfaitement, le regard fixé sur un point imaginaire, perdu dans ses propres pensées. Que pouvait-il bien se passer sous cette masse de cheveux fous...? Quelque chose dans sa posture, dans le jeu de halos des réverbères, le faisait paraître seul au monde. Si seul... Son cœur se serra douloureusement. Est ce qu'il était vraiment à la hauteur pour aider Danny? Lui le gros boulet rigolard? Il chassa l’image du corps meurtri de son ami de ses pensées. Il avait été là comme il avait pu. Et il l'était toujours à présent. Encore plus même. Danny lui avait dit: c'était comme ça qu'il l'aimait. Enfin il avait dit un truc du genre. Il y avait autre chose dans ce tableau nocturne de ce grand dadais seul dans l'éclairage artificiel qui touchait une corde sensible que David se refusait à saisir.

Il serait resté là encore longtemps si son portable n'avait entamé la tonitruante "Marche impériale" d'un film intergalactiquement connu, synonyme d'un appel du haut commandement de son chez lui (et d'un beau paquet d’emmerdes). Il s'éloigna avant de décrocher:

"Allô mam...".
"DAVID ETHAN OLIVER!!!".

Ouh là son patronyme complet... ça allait barder pour son matricule.

*bruit d'un froissement de papier""Parti. Pas me chercher. Coeur. Ton fils favori."... NON MAIS TU TE FOUS LITTERALLEMENT DE MA GUEULE LA!!!!".
"M'an...".
"TU TE TAIS DAVID J AI PAS TERMINE!!!".

Pff rien à faire... Quand elle était comme ça, impossible de la raisonner. David essuya la tempête et attendit patiemment que la houle parentale s'apaise.

"...ce que tu as dans la tête... complètement irresponsable...pas éduqué comme ça... mourir d'inquiétude...où es-tu?...".

Elle répéta sa dernière question et David ne répondit que quand elle le menaça  de représailles si elle devait réitérer sa demande.

"... J'peux pas te dire.".

En fait, il n'en avait qu'une vague idée. Mais de toute façon, il était hors de question qu'il donne un quelconque indice sur leur lieu temporaire de villégiature. Il y eu un silence. David ne s'opposait que rarement à sa mère. Ou juste pour la forme. Le reste du temps, il filait droit (elle y veillait).

"... Tu es seul?".
"...".
"Non seul t'aurais pas eu les couilles...".
"Hééé!".

Sa mère l'ignora superbement et continua sa réflexion à l'autre bout de la communication. Il l'imagina déambulant avec sa blouse toujours sur le dos dans leur petite cuisine, entortillant le fil extra long du combiné mural (qu'elle refusait catégoriquement de changer en téléphone sans fil comme il y en avait partout aujourd'hui sans que David ait jamais su le pourquoi de son refus sur la question).

"...C'est pas une fille tu n'as qu'à te pencher ici pour avoir ce que tu veux...".
"...".*sourire
"Oh je vois ta tête d'abruti béat d'ici!! Ce n'est pas un compliment David! ... C'est Danny, c'est ça?".

Il ne répondit rien mais était impressionné par son talent de déduction, quasi infaillible. Elle était loin d'être sotte. Il ne comprenait pas pourquoi elle restait "simple" infirmière: elle aurait largement pu devenir docteur. Enfin si, il savait pourquoi elle ne l'était pas devenue: un imprévu appelé David avait débarqué en plein pendant ses révisions à la fac de médecine.

"ça doit être grave pour que le petit Danny te suive dans une aussi grosse connerie...".

Il faillit rétorquer mais se rattrapa de justesse: autant que l'on croit que le projet venait de lui.

"James... C'est James hein?".
"...".*reniflement de mépris.

Sa génitrice soupira à l'autre bout du fil:
"Je m'en doutais.".

David se rappela et compris pourquoi sa mère insistait autant pour que Danny dorme chez eux aussi souvent que possible. Ses entrevues avec le père de Danny qui se finissaient par des éclats de voix et des menaces de James sur sa mère. Elle se doutait et avait fait ce qu'elle pouvait. Elle aussi.

"Bon écoute, je vais faire ce que je peux de mon côté pour vous couvrir et te sert plus de ton mobile. Retire la batterie sinon on peut vous suivre enfin un truc du genre.".
"D'accord maman.".

Un silence. Il entendit que sa mère se retenait de ne pas verser des larmes.

"Protège-le d'accord? Moi je n'ai pas réussi à... Bref. Prend soin de lui. Et de toi. Et... quand tu pourras... plus tard... rassure ta vieille mère."".

Le fils renifla et hocha la tête, luttant lui aussi contre la boule qui lui obstruait la gorge.

"Tu es le meilleur fils dont on puisse rêver David... Même si tu penses un peu trop aux filles. Je t'aime mon biquet.".

David avait horreur de ce surnom stupide que sa mère n'avait pourtant jamais lâché. Il se fît violence pour répondre:
"Moi aussi M'an.".

Non pas qu'il ne l'aimait pas, sa mère. Mais on ne disait pas ce genre de chose. Pas quand on était un vrai mec. Et c'était lui l'homme de la maison. Il l'avait toujours été. David Oliver coupa la communication et rejeta au loin l'image de sa mère, seule, pleurant sans doute sur la table en bois fatigué de leur pièce à manger. Une hésitation le saisit quand il ouvrit son portable pour en enlever la batterie conformément aux instructions de sa mère: et si Britanny...?

"... Y'a plus de Britanny.".

Si elle l'aimait, elle se serait inquiétée. Aurait appelé. Demandé des explications. Mais... rien. Il n'avait été qu'un plan cul. Une bite parmi d'autres. ça faisait mal d'être de l'autre côté de la barrière. D'être celui qu'on avait utilisé et jeté. Il se jura de ne plus jamais faire subir cela à quiconque. Jamais.

Le jeune homme sépara son téléphone de son bloc d'alimentation et fourra les 2 parties dans la poche de son jean. Il venait, par ce geste symbolique, de tirer un trait sur sa vie d'avant. Définitivement. Il se jetait à corps perdu vers un avenir incertain où tout ses repères étaient bouleversés. Mais il n'avait pas peur. Non. Car il n'était pas seul: Dan était avec lui. Et aussi longtemps qu'ils seraient ensemble, rien ne pourrait les arrêter.

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2267
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 23
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

on the road - PierreHope - Page 3 Empty


Dan Ockfield
J'ai 17 ans et je vis sur la route, quelque part aux USA. Dans la vie, je suis lycéen en fugue et je m'en sors bof bof hein. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais c'est pas le problème.

on the road - PierreHope - Page 3 Tumblr_na5aw50TFg1su3du1o1_500


George Shelley :copyright:️ P'titbou


Les coups de ceinture sur la peau. Les hurlements. Les insultes. Le sang. La brûlure de cigarette. Le harcèlement moral, les coups physiques. De nombreux trous noirs. Voilà ce qu’il avait à nouveau vécu dans son cauchemar. Voilà pourquoi il s’était réveillé brusquement. Voilà pourquoi il avait eu besoin de prendre l’air. Assis sur un bout de trottoir mal éclairé, Dan réalisait alors qu’il ne pourrait jamais oublier. Que les images seraient toujours présentes dans son esprit, et que son cerveau n’aurait de cesse de les lui montrer. Pour qu’il n’oublie jamais à quel point l’homme peut être une pourriture. Non, il n’oublierait jamais.
Mais il n’était pas seul. David l’avait suivi les yeux fermés, et Danny ne saurait jamais comment le remercier. Il se sentirait à jamais redevable, ô combien même David lui répéterait que ce n’était pas utile. Dans son malheur il avait de la chance. La chance d’avoir un ami en or qui ne le laisserait pas tomber. Parce qu’il en était persuadé, David était la seule personne qui ne lui ferait jamais de mal. Et qui le suivrait jusqu’au bout du monde. En tout cas il avait besoin de se raccrocher à cette idée pour ne pas sombrer.

Eh merde, trop tard. Crise de panique. Boule d’angoisse dans le creux du bide. S’imaginer seul. David qui lui tourne le dos. Lui qui reste seul. Sans nulle part où aller. Sa famille qui ne veut pas le rencontrer ou le connaître. Tout seul. La respiration de Danny se fit soudainement plus compliquée, et il dût prendre quelques minutes pour se ressaisir. Mais la crise ne passant pas, il finit par attraper son téléphone. Dan n’avait peut-être pas été totalement honnête. Il y avait peut-être quelqu’un qui risquait de lui manquer, là-bas. Quelqu’un qu’il avait dû quitter précipitamment. Il composa alors le numéro et, sans surprise, tomba sur le répondeur. « Tom, salut… Je… Je sais pas trop pourquoi j’appelle, je… j’imagine que j’avais envie d’entendre la voix de ton répondeur… Je voulais te dire que j’serais pas en cours demain… Ni les autres jours… En fait je… j’suis parti… Et voilà… Je crois que tu vas me manquer, je tenais à te le dire. Bonne nuit… » Tom, c’était un garçon avec qu’il s’était bien entendu au lycée. Il ne s’était rien passé de concret… Ils n’en avaient pas eu le temps. Il raccrocha, et après un énième soupir, il se releva. Danny devait retourner dans la chambre avant que David ne se réveille et ne s’inquiète. S’isoler ne lui avait pas fait que du bien, finalement. En se retournant, il l’aperçut. Là, avec son téléphone dans les mains, sa batterie dans l’autre. Il fronça les sourcils et rejoignit son ami. « Désolé… Je voulais pas te réveiller. J’avais besoin de prendre l’air. Qu’est-ce que tu fais avec ton téléphone ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 415
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
cat

on the road - PierreHope - Page 3 Empty


David
Oliver

J'ai 18 ans et je vis sur la route, aux USA. Dans la vie, je suis en fuite et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraîchement célibataire et je le vis bifbof.
Brandon Flynn :copyright: Tumblr-pureartsophia


Il sursauta presque quand l'autre se pointa sans bruit et lui demanda à brûle pourpoint ce qu'il foutait avec son (foutu et foutrement fichu) mobile.
"D'puis quand c'est un ninja lui?".

"Nan nan t'inquiètes, j'aurais été réveillé de toute façon...".

Il allait quand même pas lui avouer qu'il avait balisé comme un teubé, non, pas lui David Oliver, Mister sans peur et sans reproche!

David hésita entre plusieurs conneries et opta pour la plus grosse, se recoiffant et offrant son profil le plus avantageux:
"Je faisais mes adieux à mes nombreuses maîtresses et j'ai demandé la dissolution de mon fan-club.".

Il secoua sa main gauche devant lui tandis que l'autre était posée pudiquement devant ses yeux et déclara d'un air mélodramatique:
"Oui je sais c'est cruel, tant d'espoirs de jeunes filles en fleur brisés... Je suis impardonnable.".

Puis il posa son index sur les lèvres de Dan qui n'avait pourtant rien dit et continua avec son air de lover latino du samedi soir:
"Non, ne dis rien: je sais que tu en étais le président, mais ce serait trop cruel de te laisser présider un fan-club sans membre. Je te rends ta liberté...".

David écarta les bras pour souligner ses dires et redevint enfin sérieux. Il n'avait aucune raison de mentir à Danny et de toute façon, c'était un piètre mytho. Il avait toujours l'impression que son nez s'allongeait comme dans ce conte à la con: "Si seulement c'était ma bite qui s'allongeait quand je raconte des bobards... huhuhu... Hum.".

"J'ai eu Sally au téléphone...

Il ne disait jamais "maman" "ma mère"-voire "ma daronne". Peut-être par pudeur, ou pour ne pas rappeler à son ami que lui il en avait encore une, de mère. Même si c'était un peu la sienne aussi en quelque sorte (en tout cas elle, elle en était carrément persuadée).

"... et tu sais comme elle aime jouer son Sherlock. Mais j'ai rien moufté, sur ta vie hein, nada mais tu la connais...".

Le grand brun soupira en haussant les épaules:
"...elle a à peu près tout grillé.".

Il vit l’affolement gagner les yeux de son protégé et se dépêcha de le rassurer:
"Eh eh balises pas! Elle va couvrir nos fesses autant qu'elle pourra. Elle nous balancera jamais. T'inquiètes.".

Oliver enserra les épaules d'Ockfield de son bras gauche et l'entraîna à marcher un peu:
"Tu sais qu'elle fera jamais rien qui puisse te nuire. Limite elle te préfère à son propre fils...".

Il prit un air faussement choqué:
"Non mais tu y crois toi? Moi qui suit TELLEMENT parfait quoi!".

Lâchant un petit rire, il récupéra son bras pour mettre ses mains dans ses poches.
"Bref, elle m'a dit de retirer la batterie de mon tel, pour pas qu'on nous retrouve et à part elle, ben...".

David s'arrêta et sourit à Dan, son visage à moitié masqué par les ombres dansantes du feuillage portant son ombre frissonnante sur ses traits:
"J'ai plus grand chose à foutre de personne en fait donc... Pour une fois, je lui obéis.".

Le vent remua quelques papiers gras égarés au sol.
"Bon... T'as assez respiré d'air pollué et tu reviens te pieuter ou...?".

Laissant sa phrase en suspend, il préféra rappeler ceci à Danny:
"Tu sais que tu peux tout me dire hein? Alors, ben...".

Bon décidément il arrivait pas à finir correctement sa putain de phrase ou idée:
"... Enfin je devrais ptet te laisser t'aérer encore un peu seul, si tu en as besoin... Tout ça.".

Allez allez vanne, vanne pour faire passer la gêne!
"Je sais que se séparer de moi plus de 10 minutes peut occasionner un effet de manque mais...".

Air faussement épouvanté et compatissant à la fois, main sur son épaule:
"Ou... Oh non, tu es devenu trop accro à moi, ça fait trop longtemps que tu es exposé à mes phéromones de compet'. T'es foutu mon pauvre gars. Pardon il n'existe aucun remède à ce jour. Rah je savais que j'aurais dû mettre plus de déo...".

Tape dans le dos de Dan:
"Allons allons ça aurait pu être pire, j'aurais pu être une blondasse hystérique qui t'aurait jeté ma poitrine siliconée à la tronche à la moindre occasion... Ou un gros routier moustachu ("Encore lui??")qui aurait fait de toi sa chose... Ou...".

Et cette patate de David continua de délivrer toute une galerie de personnages aussi clichés qu'abracadabrantesques pour illustrer ses dires. Une fois lancé dans un délire, il lui était impossible de s'arrêter.

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2267
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 23
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

on the road - PierreHope - Page 3 Empty


Dan Ockfield
J'ai 17 ans et je vis sur la route, quelque part aux USA. Dans la vie, je suis lycéen en fugue et je m'en sors bof bof hein. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais c'est pas le problème.

on the road - PierreHope - Page 3 Tumblr_na5aw50TFg1su3du1o1_500


George Shelley :copyright:️ P'titbou


Difficile de garder son sérieux face à ce type… Ni de rester triste trop longtemps. Quand le garçon commença à partir dans un délire de fan-club - qu’il avait vanté de nombreuses fois déjà -, Danny ne put s’empêcher de sourire légèrement. Il fut toutefois un peu troublé par le doigt posé sur ses lèvres et dès lors il eut du mal à se concentrer sur les mots de son ami. Il ne reposa les pieds sur terre que lorsque David prononça le prénom de sa mère. Elle avait dû hurler en apprenant la fuite de son fils et le pauvre avait dû passer un sale quart d’heure au téléphone. Dan eut surtout peur qu’il lui ait tout dit mais son ami s’empressa de le rassurer : Sally était de leur côté. Il hocha plusieurs fois la tête aux explications de David et baissa un instant les yeux sur son téléphone. Enlever la batterie... Est-ce qu’il était vraiment prêt à mettre une croix sur Tom ? C’était sûrement le mieux à faire. Alors il démonta la coque de son téléphone et retira la batterie à son tour, à contre coeur. « N’importe quoi, elle me préfère pas… Elle a juste toujours voulu compenser que je n’avais pas de mère. Elle me disait souvent que t’étais un bon gamin et qu’elle était contente de t’avoir même si tu coûtais cher en bouffe ! Mais j’allais pas te le dire, t’as déjà des chevilles qui passent plus les portes… » Il lui sourit doucement. Il prenait vite la grosse tête le David. En fait tout semblait grossir très vite chez lui ! Sauf le cerveau, peut-être…

David semblait se douter que quelque chose clochait encore car il rappela à Dan qu’il pouvait tout lui dire. Ce dernier hocha la tête pour indiquer qu’il était au courant, avant que son ami ne parte encore dans un de ses délires. Le visage de Dan prit une moue agacée alors que ce dernier ne s’arrêtait plus de parler. Il s’approcha et plaqua sans hésitation sa main sur la bouche de son ami pour le faire taire. « STOOOOP j’ai compris ! Oui je suis accro à un gros mangeur pervers qui galère avec les filles, et j’assume ! T’es pas croyable toi hein… » Mais encore une fois il parvint à faire rire le bouclé. Ce dernier retira sa main puis entraîna David dans la chambre pour qu’ils retournent se coucher. Enfin, avant de se rendormir, Dan voulait jouer franc jeu avec lui. Il s’installa donc sur le lit en tailleur et soupira. « Toute blague mise à part, y’a un truc que je t’ai pas dit. Je… Je me suis un peu rapproché de Tom, avant de partir… On n’a rien fait ensemble, mais il me plaisait et je crois que je lui plaisais. J’avais besoin de lui dire au revoir, alors j’ai appelé et j’ai laissé un message. J’ai dit que je ne laissais personne là-bas mais voilà, je l’ai laissé lui. Il s’en remettra facilement, mais ça me fait un peu mal au coeur… »

Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 415
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
cat

on the road - PierreHope - Page 3 Empty


David
Oliver

J'ai 18 ans et je vis sur la route, aux USA. Dans la vie, je suis en fuite et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraîchement célibataire et je le vis bifbof.
Brandon Flynn :copyright: Tumblr-pureartsophia


"Hmf ffmm ffrmmhmff hmfhmf.".
Voilà, il tenait à ce que ce soit dit, bâillonné ou non. Aucune gratitude ce sale gosse.

"Pfuuuah! Objection je galère pas du tout.".
Enfin... Il galérait pas. A l'avenir, ça serait plus compliqué. Contrairement aux promesses de succès du fait de son statut de routard-rebelle-mècheauvent comme Dan l'avait affirmé.

Enfin il allait pouvoir pionc... Ah bah non pas encore. Visiblement son petit discours avait fait son effet et Danny se sentait des velléités de confidences. Mais pas vraiment celles auxquelles il s'attendait... Il lui sortait ça comme ça lui. Tranquille, en position soirée BFF "Friendship is magic" sur le lit défait.

Il digéra les paroles et hocha mécaniquement la tête avec un air indéchiffrable.
"Ah... C'est...".

ça s'embrouillait. Le brun ne savait plus ce qu'il pensait.
"...Bien.".

A la rigueur, Oliver s'en foutait de Tom. Il le connaissait à peine ce mec. Enfin non il s'en foutait pas c'était même sympa pour Dan. Bien et... Triste aussi. Il aurait dû le soutenir. Lui dire des choses rassurantes, comme quoi Tom l'attendrait sûrement, qu'il s'en foutait pas de lui. Mais il était incapable de jouer au bon pote. Pas quand on l'avait prit pour un con. Pas quand son ami de toujours lui avait menti comme un arracheur de dent. Sa colère refoulée bondit d'un coup à la surface. Les bras croisés, il fît un effort pour se contenir et tourna sa langue plusieurs fois dans sa bouche pour ne pas sortir de connerie.

"... t'en as encore beaucoup des révélations dans le genre?".

Oups. Pas très diplomate. Mais il était blessé. Et émotionnellement épuisé. Qu'est ce qu'il lui cachait encore? Son cerveau envoya plusieurs pirouettes humoristiques pour rattraper la situation. Mais le jeune homme n'en avait plus envie. D'abord son père, maintenant Tom...
"En fait... il me fait pas confiance. Il m'a jamais fait confiance...".

Toute agressivité quitta son être d'un coup. Il était vidé. Vidé et empli d'amertume à la fois. Qu'est ce qu'il avait cru hein? Qu'un déconneur qui pensait qu'à sa queue était quelqu'un à qui on faisait vraiment confiance? Sur lequel on pouvait se reposer? Sur qui compter? Ben non. Bien sûr que non. Qu'est ce qu'il avait été neuneu...

"On a dû... faire tous 2 des choix pas facile. C'est normal que ça te fasse mal. Aimer ça fait mal. Et... Je pense pas qu'il s'en foute. Enfin j'en sais rien mais... C'est pas le genre. T'as bien fait de lui dire ce que t'avais sur le coeur. Tu...".

David se frotta les yeux et se concentra pour finir sa phrase:
"... tu pourrais prendre un téléphone pré-payé et essayer de rappeler. Histoire de savoir... ça serait dommage de passer à côté de...".

Bon... Sa pauvre boîte mentale avait épuisé tout son jus.
"...quelque chose.".

Le gars paumé désigna de l'index la pièce d'eau:
"Sur ce... M'attend pas. Je...".

Il resta là les bras ballants sans finir sa phrase et hocha la tête les yeux dans le vague avant de prendre rapidement des affaires dans sa valise et referma le battant de la salle de bain derrière lui en lui souhaitant un "Bonne nuit" distrait.

Adossé contre la porte, David souffla doucement avant de se redresser et d’enlever rapidement ses vêtements pour se coller sous un jet d'eau bouillante: il aurait tué pour prendre un bon bain chaud dans sa modeste, mais proprette salle de bain. Il aurait même piqué des sels de bains de sa mère si ça avait pu faire passer cette anesthésie mentale et enlever cette impression de crasse qu'il sentait poisser sur toute sa peau. Les mains à plat contre le carrelage blanc fendillé par endroits, il laissa le liquide brûlant ruisseler sur son visage et cascader au hasard sur son enveloppe charnelle qu'il avait temporairement quitté. Son esprit était parti battre la campagne loin, très loin du motel, îlot de lumière blafarde perdu au milieu de la nuit d'encre l'environnant.

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2267
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 23
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

on the road - PierreHope - Page 3 Empty


Dan Ockfield
J'ai 17 ans et je vis sur la route, quelque part aux USA. Dans la vie, je suis lycéen en fugue et je m'en sors bof bof hein. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais c'est pas le problème.

on the road - PierreHope - Page 3 Tumblr_na5aw50TFg1su3du1o1_500


George Shelley :copyright:️ P'titbou


Danny avait encore fait une connerie. Il n’aurait jamais dû mentionner Tom. Ou plutôt, il aurait dû le faire bien avant. Dès qu’ils avaient commencé à parler, à se rapprocher. Aujourd’hui, il ne savait pas dire pourquoi il n’en avait pas parlé à David. Peut-être qu’il avait eu peur que ce dernier ne se moque. Qu’il ne soit pas bien à l’aise avec le fait que Dan lui parle d’un homme. Peut-être qu’il avait eu peur que David ne soit jaloux, qu’il ait l’impression de perdre sa place de meilleure amie au profit d’un autre. Difficile à dire, en fait il avait à la fois plein de raison et aucune valable. Dan aurait dû lui en parler. Et il l’aurait certainement fait. Genre, au premier baiser. Au premier effleurement de main. Quelque chose comme ça. Pour le moment, ça lui avait paru trop tôt pour le faire. Un peu comme une mère enceinte qui préfère attendre un trimestre avant d’annoncer la nouvelle.
Dan soupira alors que David prenait la fuite dans la salle de bain. « David… » Il s’en voulait de l’avoir blessé. Mais cette fois, au moins, il ne lui cachait plus rien du tout. Il restait à voir si David parviendrait à lui pardonner ou s’il allait faire la tête pour le restant du voyage. Voire de leur vie ?

Comme David sembla s’éterniser sous la douche, Dan perdit patience. Si l’ambiance avait été différente, il aurait pu croire que son ami se touchait la nouille et l’aurait donc laissé tranquille. Mais cette fois, il lui semblait que David n’était pas d’humeur à ça - car oui, il n’était pas toujours d’humeur. Presque, mais pas toujours. Alors Dan se releva et alla frapper à la mince porte qui le séparait de son meilleur ami. Trop de distance entre eux, émotionnellement et physiquement. Dan respirait mal. « David… David j’suis désolé… Je voulais t’en parler, j’attendais juste qu’il se passe un truc concret… Tu me parles toujours de fille, mais je savais pas si tu serais à l’aise avec l’idée que moi je parle d’un garçon… » Nouveau soupir. Il colla sa tête à la porte. « Je sais que j’suis nul, que j’aurais dû tout te dire. Pour mon père, pour Tom… Mais j’avais tellement peur d’être un fardeaux, ou que ton comportement change avec moi… Ce que j’aime chez toi, c’est tes conneries à longueur de temps et j’avais peur que… que tu me regardes avec de la pitié… que tu n’oses plus comme avant… Que tu changes… S’il te plait ne change jamais… J’t’aime David, je veux pas te perdre… » Pas de réponse. Il n’entendait peut-être même pas. Dan se mordit la lèvre, sentant les larmes l’assaillir. Il finit par se laisser glisser contre la porte et ferma les yeux.

Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 415
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
cat

on the road - PierreHope - Page 3 Empty


David
Oliver

J'ai 18 ans et je vis sur la route, aux USA. Dans la vie, je suis en fuite et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraîchement célibataire et je le vis bifbof.
Brandon Flynn :copyright: Tumblr-pureartsophia


Un éclat de vie revint dans les yeux noisettes quand on frappa à la porte et il fût à 2 doigts de gueuler le fameux "Who's theeeere?" mais serra les lèvres et ne laissa pas passer un son: il était toujours vexé comme un pou. David était orgueilleux et même s'il faisait semblant de s'auto-kiffer à 2000%, c'était en majorité une façade. Comme pratiquement toutes les grandes gueules en fait. Surtout chez les mecs hétéro. Concours de bite quoi. Qui a la plus grosse tout ça.

Le garçon blessé se savonna furieusement en écoutant le mea culpa de son (ex?) meilleur poto, lâchant des "pf!" méprisants en l'entendant déblatérer connerie sur connerie. Non mais qu'est ce qu’il avait crû? Qu'il était un gros beauf homophobe? Et possessif, super-jaloux et...

"... en même temps c'est l'image que tu renvoies et que tu te plais à cultiver, non?". Touché. Son Jiminy Cricket avait raison.

"... et puis soit franc avec toi-même: t'aurais vraiment pris la nouvelle avec une zénitude de yogi?". Non. Il aurait sans doute flippé sa mère qu'on lui vole ses moments de complicité avec Dan. Qu'un autre prenne toute sa place à lui et qu'il n'aie plus que les miettes. Il l'avait déjà vu: une fois en couple, les gens oubliaient leurs amis. Ils n'avaient plus le temps. Les confidences se raréfiaient, et puis on se voyait autour d'une bière une fois par an pour parler du bon vieux temps et causer politique en bavant sur le parti qui était au pouvoir, en regrettant d'avoir transformé ses abdos "tablette de choco" en abdos Kro.

"... et donc laisser ton pote s'accuser de tout les maux, se taper une crise d'angoisse et le faire encore chialer ça fait de toi un bon gros blaireau, non?. Crise d'angoisse...? "... Oh merde.". Terminant de se doucher en catastrophe, l'ado se précipita hors de la douche en nouant à l'arrache sa serviette autour de sa taille: il avait déjà eu à gérer des crises d'angoisses de Danny. Est ce que ce crétin avait pris son inhalateur? Bon il refusait 9 fois sur 10 de s'en servir (une histoire de coquetterie à la con comme quoi c'était pas sex la Vento-line, ce à quoi Oliver avait répondu qu'un mec mort, c'était encore moins bandant) et le rassurer, faire respirer suffisait mais en cas d'urgence...

David ouvrit la porte d'un coup et le jeune homme adossé au battant s'écroula dans un cri les 4 fers en l'air à moitié dans la salle de bain, tête entre les jambes de son ami qui se retint de se marrer et recula d'un pas pour pouvoir toiser sévèrement la crevette avachie au sol: "En effet t'es un putain de boulet quand tu t'y met.". L'autre était cramoisi: la faute à l'étuve qu'il avait crée avec sa douche brûlante sans doute.

David se retourna et enleva la serviette autour de sa taille pour se sécher et laisser Dan se calmer avant de passer un caleçon Freegunnm: il en avait toute une collec. ça maintenait bien le paquet et les imprimés étaient trop funs.

Toujours le dos tourné, il ébouriffa ses cheveux avec la serviette pour chasser l'eau qui y restait encore:  "Je vais te dire un truc... Non deux en fait.". Le tissu éponge jeté négligemment sur l'épaule, il se retourna et fît un effort pour ne pas craquer devant la bouille perdue de Danny, assis sur le sol carrelé en mode chien abandonné et désigna ses propres yeux: "Est-ce que ça c'est de la pitié? Hein? Tu sais très bien que j'ai la sensibilité d'une petite cuillère.". Il était pas non plus au point de shooter dans le gobelet d'un SDF quand même mais les trucs qui faisaient fondre tout le monde ou qui les émotionnaient genre un chaton qui gambade dans un champ de fleurs, les populations affamées d'un pays du tiers monde: pfuit. ça lui passait au-dessus. "T'as pas de coeur!" lui avait reproché son ex (ça faisait bizarre de l’appeler comme ça...) devant une comédie romantique à la mord moi le nœud (et il se faisait jamais mordre le nœud ce pauvre gars dans ce genre de film, mwarf). Ptet bien qu'il avait pas de cœur. En tout cas, il en avait assez pour pardonner à Dan (mais il fallait lui mettre les points sur les i):

"Deuxième chose...".

Le brun s'accroupit pour être à hauteur plus égale de son interlocuteur et qu'il arrête de lever sur lui ses yeux bleus larmoyants:

"Les gens changent Danny. Je resterais toujours aussi con mais je peux pas te jurer que je ne changerais pas. C'est normal de changer. C'est même recommandé. Mais y'a une chose qui changera jamais...".

Il tendit sa main devant lui pour qu'il la saisisse et l'aida à se relever, avant de poser ses mains sur ses épaules:

"C'est que je t'aime aussi et que je me contrefous que tu préfères les culs poilus aux nichons. ça me fou pas mal à l'aise tu peux en parler avec moi, j'essayerais de pas jouer le beauf hétéro. Je suis désolé si tu as pris mes vannes au sérieux.".

Son air sévère était parti mais il le menaça du doigt quand même:  "Par contre je ne veux plus de mensonge: si au final tu es une femme dans ton slip et que ce que j'ai vu toutes ces années quand on était petits était une prothèse-vachement bien faite, que tu es une star de porno gay de renommée internationale, ou que tu adores le Kiri aux épinards avec de la confiture de mûre... Tu me le dis. ".

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2267
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 23
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

on the road - PierreHope - Page 3 Empty


Dan Ockfield
J'ai 17 ans et je vis sur la route, quelque part aux USA. Dans la vie, je suis lycéen en fugue et je m'en sors bof bof hein. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais c'est pas le problème.

on the road - PierreHope - Page 3 Tumblr_na5aw50TFg1su3du1o1_500


George Shelley :copyright:️ P'titbou


Dan ne survivrait pas sans David. Dit comme ça c’était un peu bateau, un peu bête même. Ce n’était pas sain de miser toute sa vie sur une seule personne. Mais voilà des années que Dan avait remis la sienne entre les mains de ce gros balourd de David et il ne le regrettait pas une seconde. Alors s’il n’avait rien dit ce n’était pas par manque de confiance envers son ami. Il avait juste été guidé par une peur irrationnelle de le voir changer de comportement à son égard. Il n’y avait qu’à voir aujourd’hui. David, même s’il restait David, s’était légèrement transformé en un être plus sensible et sérieux. S’il racontait à tout va que ce n’était que des allergies, Danny savait qu’il cachait juste des larmes. Il retenait certaines blagues, certains gestes. C’était minime, mais c’était déjà du changement. C’était sûrement la situation et l’état de Dan qui exigeaient ça. Mais il avait eu peur d’un changement plus conséquent encore. Pire, il avait eu peur que David ne veuille venger son ami et confronter le paternel. Il en aurait été capable tête brûlée comme il était. Et ça aurait pu très mal tourner. La porte finit par s’ouvrir à un moment où Dan ne s’y attendait plus, alors il tomba à la renverse car son dos était appuyé tout contre. Il se redressa rapidement pour écouter les mots de son ami et déceler le moindre indice sur les traits de son visage. Vraiment fâché ou prêt à céder ? Il fallait admettre que Dan était le meilleur pour faire les yeux doux, ça marchait quasiment à tous les coups ! Il laissa David parler, hochant la tête de temps en temps pour montrer qu’il écoutait, tout en guettant les signes. Et, quand son ami recommença à sortir des conneries, il comprit qu’il était pardonné. Sans hésiter il passa ses bras autour du cou de David pour l’enlacer. Décidément, ils ne s’étaient jamais fait autant de câlins qu’aujourd’hui ! « Je te promets de tout te dire à partir de maintenant... On ne se cache plus rien. » Après quelques longues secondes, il quitta ses bras et retourna s’installer dans le lit, de nouveau le sourire aux lèvres. « Tu as dit que tu m’aimaaaais…. ouuuuuuh ! Très viril tout ça ! » Il lui tira la langue pour l’embêter.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


on the road - PierreHope - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
on the road - PierreHope
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: