Partagez | 
 
 
 

 Do I wanna know ? - dunk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Chris et Jonas se sont toujours bien entendus. Ils sont complices, partagent plein de choses communes comme le dessin et le goût pour les tatouages. Plus copains que père et fils. Jusqu'au jour où Chris apprend que Jonas n'est pas vraiment son fils. Commence pour lui l'enfer au point de le rejeter totalement et de se renfermer sur lui-même. Rejet très mal vécu par Jonas qui ne comprend pas ce qu'il se passe, qui va se faire plein de film, et ça va petit à petit déraper entre eux. Les liens du sang sont-il vraiment importants ?

Ce rp se passe avant la révélation histoire de poser un peu leur relation !


Contexte provenant de cette recherche
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Christopher Durden
J'ai 41 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis professeur de guitare à domicile et je m'en sors comme il faut avec les économies qu'on a de côté. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt bien pour l'instant.



tom hardy ©️ carolcorps


Aujourd’hui était un jour spécial pour père et fils. Ils allaient faire leur premier tatouage en commun. Oh, ça n’avait pas été facile de se mettre d’accord ! Ni de faire avaler ça à sa femme qui pour le coup avait une raison de se sentir exclue. Pour Christopher, cette journée était très importante – un peu comme toutes les journées qu’il passait avec Jonas en fait. Son fils, c’était devenu toute sa vie. Enfin, il l’avait toujours été du jour de sa naissance à maintenant mais il y avait eu un sacré déclic dans leur vie à tous les deux. Dans son enfance, Chris n’avait pas été très présent. Son métier très prenant de musicien accompli l’avait trop souvent éloigné de la maison. Les tournées, les concerts à l’autre bout du monde. Ah ça, il avait eu du succès avec son groupe et il avait passé de très bons moments. A l’époque, c’était un peu son oxygène, sa passion, son métier, tout à la fois et pour rien au monde il n’y aurait mis fin volontairement. Enfin… Jusqu’à cette fameuse nuit.

Cinq heures du matin. Chris ne dormait que depuis deux heures à peine après un concert inoubliable. Ce soir ils avaient tout donné, plus que d’habitude, en hommage à son fils dont c’était l’anniversaire et à qu’il avait dédicacé trois chansons. Encore une année où il n’était pas présent, encore une année où il n’avait pas de vrai cadeau à lui offrir. La dernière. Quand le téléphone sonna, Christopher eut du mal à émerger. Il grogna tel un ours que l’on dérangeait en pleine hibernation puis attrapa son téléphone – qu’il manqua de peu d’exploser contre le sol. « Allô ? » Sa femme au téléphone. Il comprit tout de suite qu’il s’était passé quelque chose de grave et effectivement, son fils avait eu un accident. Il était à l’heure actuelle entre la vie et la mort.

Ce soir-là fut une véritable prise de conscience. Chris avait eu une vie bien remplie, il avait fait tout un tas de choses. La seule chose qu’il n’avait pas fait, c’était profiter de son fils. Il s’en était voulu. Tellement voulu. Christopher avait sauté dans le premier avion qui passait, lâchant son groupe et la tournée. Il abandonna tout, rompit le contrat avec la maison de disques et déçut tout le monde. Tant pis.

Le retour à la réalité avait été assez dur. De rockstar il était devenu prof de musique à domicile. Si la frustration était parfois présente, il profitait enfin de sa petite famille et surtout de Jonas avec qu’il avait créé des liens très forts depuis ce jour-là. C’était lors de journées comme aujourd’hui qu’il savait qu’il avait fait le bon choix. Son fils avait besoin d’un père, et le père de son fils. Ils aimaient les mêmes choses, s’apprenaient mutuellement tout un tas de trucs. Tellement complices que sa femme, Linh, le vivait mal. Oh elle avait été contente de retrouver son mari. Un temps. Maintenant, elle se sentait juste de trop la plupart du temps.

C’était Jonas qui avait dessiné leur tatouage, Chris lui faisait entièrement confiance. Et parce qu’il ne s’était plus fait tatouer depuis très longtemps, il annonça : « Tu passes en premier, hein. » Un petit sourire sur les lèvres. Comme ça, il se dégonflait ? Mais non… Il était juste galant, disons ça comme ça ! Ils entrèrent dans le salon de tatouage et furent comme toujours très bien reçu. Chris avait accompagné Jonas dans presque tous ses tatouages. Ce gamin était un petit miraculé alors peut-être qu’après l’accident il avait légèrement laissé tomber l’autorité pour juste devenir pote avec lui. C’était Linh qui avait toujours le mauvais rôle en fait, on pouvait aisément comprendre qu’elle fasse la gueule.
Comme prévu donc, Jonas s’installa en premier, prêt à se faire charcuter. « Ca craint pas trop de se faire un tatouage avec son vieux père ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
dunk
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 02/10/2018
ÂGE : 19
RÉGION : lost in salem
CRÉDITS : solsken (av) anesidora (sign)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, mais si tu veux m'emporter dans ton univers, je fais ma valise
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2391-dites-au-diable-que-je-lui-vol http://www.letempsdunrp.com/t2399-salem-s-madness#52183 http://www.letempsdunrp.com/t2393-skyzoderline#51944
Limace



Jonas
durden

J'ai 19 ans, bientôt 20 et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis étudiant en faculté d'arts, option audiovisuel et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis un célibataire averti et satisfait par mes quelques conquêtes et je le vis plutôt bien.

Il est allergique au chocolat | Il a une sainte horreur des endroits clos | Jonas est un grand fan de Kurt Cobain, sa chambre est tapissée d'une quantité considérable d'affiches à son effigie | Il aime énormément les tatouages, son corps en est orné | Il apprécie beaucoup dessiner des cartoons, ses feuilles de cours en font les frais | Jonas est un étudiant assez solitaire, il ne compte que très peu d'amis et préfère privilégier les moments passés aux côtés de son père | Fumeur invétéré, au grand dam de sa mère | Célibataire depuis toujours, il compte tout de même quelques conquêtes, sa seule relation plus ou moins sérieuse a prit fin dû au fait qu'il passait plus de temps avec son paternel qu'avec son propre petit-ami, chose qui ne changerait certainement pas.




« Rappel ; aujourd'hui rendez-vous chez le tatoueur », affichait l'écran de son téléphone, comme s'il avait seulement pu l'oublier. Cette notification avait eu pour effet de faire naître un sourire à la commissure de ses lèvres, plutôt étonnant pour quelqu'un qui avait pour habitude de se lever du pied gauche. Inutile de préciser que l'ambiance matinale dans la cuisine, ça n'était pas ce qu'il y avait de plus chaleureux. La cigarette avant le café, consumé le ventre vide sous le regard suspicieux de sa mère qui ne se ferait jamais à l'idée de le voir se bousiller la santé si bêtement. Quoi qu'elle en pense, il savait de toute façon qu'elle trouverait toujours quelque chose à redire concernant sa façon d'agir ; leur relation était au point mort et ils se contentaient tous les deux du strict minimum lorsqu'ils se croisaient. Jonas avait beaucoup de mal à comprendre pourquoi elle se conduisait de la sorte à son égard, cependant il s'était fait à l'idée qu'elle ne supportait pas ce qu'il était devenu, après tout, c'était probablement la seule explication possible à son changement radical de comportement. Il est vrai qu'il passait le plus clair de son temps avec son père et bien souvent, lorsqu'il demandait quelque chose et que Linh disait non, son géniteur lui, disait oui. Peut-être en avait-elle simplement marre d'être le tyran de service sous ce toit, mais quand bien même ils avaient beaucoup de mal à s'entendre et se parler, il se souvenait de tout ce qu'elle avait pu faire pour lui auparavant.

De ces tristes nuits où l'absence de son père était si difficilement supportable qu'il se glissait dans ses draps pour dormir avec elle, les nombreux anniversaires où il n'avait eu que l'épaule de sa mère pour pleurer. Les premières chutes, les premières déceptions, les premières insomnies, ces fameux premières fois où il n'avait pas eu le regard rassurant de son père, ses paroles apaisantes, ses conseilles, son soutien. Tout ce qu'il avait finalement trouvé après ce malheureux accident où il aurait pu y laisser sa vie, une vie dans laquelle son paternel avait par la suite fait preuve d'une omniprésence qu'il avait rapidement adopté, assez pour s'accrocher à lui comme à une bouée de sauvetage. Sa complicité avec son père, sa manie à lâcher des soirées, des invitations au dernier moment pour profiter un maximum des moments avec ce dernier lui avait fait perdre des amis, l'envie de se sociabiliser davantage et ça lui avait coûté une relation amoureuse stable et envoûtante ; mais peu importe. Jonas se fichait pas mal des autres, sûrement parce qu'il avait apprit à ne compter que sur lui-même, du moins presque. Étudiant assez solitaire, il ne repoussait aucunement ceux qui l'approchaient pour discuter, cependant les conversations tournaient court au vu des centres d'intérêts qui n'étaient pas les mêmes. En son père il avait trouvé un modèle, un meilleur ami, un allié, quelqu'un à qui confier ses peurs, ses craintes, ses envies, une personne digne de confiance sur laquelle il pouvait reposer ce qu'il ne pouvait porter seul, avec laquelle il partageait des passions communes, des délires similaires.

Encore aujourd'hui, leur relation prenait un tournant ; ils allaient se faire tatouer ensembles et pas n'importe quoi, ils mutileraient leurs corps du même dessin, quelque chose d'unique qui n'appartiendrait qu'à eux et là encore, ça échappait totalement à sa mère qui semblait contre l'idée. Jonas l'avait laissé seule dans la cuisine, à grommeler son mécontentement sous toutes les formes possibles. Il était resté cloîtré dans sa chambre, le casque sur les oreilles à terminer un devoir graphique qu'il devait rendre la semaine prochaine. Voilà principalement le contenu de sa journée, peu chargée soit-elle. C'est euphorique qu'il s'était rendu au salon de tatouage en compagnie de son père ; un salon qui le connaissait déjà plus que de raison. Ils étaient les talentueux artistes s'étant occupé de l'intégralité des broderies qui ornait esthétiquement son corps, des œuvres dont il était particulièrement fier pour la simple et bonne raison qu'il avait apporté sa touche personnelle à chacune d'elles. « Avec plaisir » répondait Jonas en ricanant, persuadé que son père repoussait l'échéance au plus tard possible. L'un des artistes les invitait à enter dans l'une des pièces à l'arrière afin de se mettre un peu plus à l'aide ; autrement dit, il ôtait son pull et s'allongeait sur le ventre sur la table de tatouage, prêt à se faire agréablement mutiler l'épiderme d'une douce manière. La joue écrasée contre le coussin de cuir, il gardait les yeux rivés sur son père alors que le son mélodieux de l'aiguille chatouillait divinement ses sens après l'application du calque sur son omoplate gauche. « Pas si vieux que ça si tu veux mon avis, non, ce qui craint c'est plutôt la trouille que je vois dans tes yeux », se moquait son fils qui lui, ne craignait pas réellement la douleur - « profite que ce soit mon tour pour faire ta dernière prière, parce que je t'assures que tu y passeras aussi ».

HJ: si l'avatar ne convient pas, je peux toujours changer, no prob !  minicoeur


† tous les jours le même t-shirt comme bart simpson ; do, ré, mi, fa, puis j'ai touché le sol.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Christopher Durden
J'ai 41 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis professeur de guitare à domicile et je m'en sors comme il faut avec les économies qu'on a de côté. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt bien pour l'instant.




tom hardy ©️ carolcorps


N’allez pas croire que Chris disait amen à tout. Il n’avait pas non plus aimé apprendre que son fils fumait. Mais… étant un grand fumeur lui-même, difficile de lui faire la leçon. En fait, leur relation marchait comme ça : Christopher préférait tout savoir quitte à désapprouver plutôt que Jonas ne fasse les choses dans son dos. Avec cet accord, il avait pleinement confiance en son fils. Bien sûr il essayait parfois de l’engueuler, de lui faire la leçon… Mais c’était tellement peu crédible ! Le fait d’être son ami pâtissait un peu sur sa crédibilité de père. D’un autre côté, sa position de conseiller était prise très au sérieux par Jonas qui n’hésitait pas à lui demander quand il avait besoin.
Comprenant bien le sentiment que pouvait ressentir Linh par rapport à cette mise à l’écart, ils avaient parfois tenté de l’intégrer à leur duo. Oui, ils passaient parfois du temps tous les trois et le fils aimait la mère autant que le mari aimait sa femme. Mais elle n’avait pas les mêmes sens d’intérêt, n’écoutait pas les mêmes choses, alors c’était toujours plus compliqué. Ils l’excluaient donc un peu sans faire exprès et surtout sans penser à mal. Linh avait été là pendant l’enfance de Jonas, avait pleinement eu un rôle dans sa vie et maintenant, Christopher voulait simplement le sien. Il se sentait tellement reconnaissant que Jonas le lui laisse, qu’il ne lui en veuille pas pour ses erreurs du passé. En même temps, le gamin était assez intelligent pour comprendre à quel point ç’avait été difficile pour son père d’arrêter sa carrière, alors il n’avait pas été dur trop longtemps avec lui.

Clairement, les deux se vannaient tout le temps. Et Jonas n’y manqua pas, détectant la petite appréhension dans les yeux de son père. Bah quoi ? Il n’avait pas dû se faire de tatouage depuis bien dix ans ! Il ne se souvenait plus vraiment de la douleur que c’était et songeait même qu’à son âge elle pouvait être accentuée. Il fit la moue, se retenant de lui faire un doigt. Oui, c’était ce genre d’ambiance. Mais les rares fois où Chris le faisait, Linh l’engueulait. Ce qui en soi était assez normal au final. Jonas n’était pas censé être un pote. « Je vais te faire bouffer tes clopes par le nez toi. J’ai pas peur. » Il remonta sa manche pour montrer un de ses tatouages. « Tu crois que c’est des faux ou bien ? » C’était avec plaisir qu’il répondait à ses provocations. « Par contre je flippe de dormir sur le canapé ce soir. Il est plutôt inconfortable. » ajouta Chris avec un léger rire. Il avait connu pire en tournées… Mais clairement Linh allait lui mettre ceinture pendant quelques jours, elle l’avait bien prévenu. Il haussa finalement les épaules, se concentrant sur la tête de son fils plutôt que sur l’aiguille qui le déchiquetait déjà. « J’vais pas me dégonfler, c’est pas mon genre. Sinooon… Pour changer totalement subtilement de sujet, comment ça se passe la fac ? »

hj : non tkt minicoeur

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
dunk
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 02/10/2018
ÂGE : 19
RÉGION : lost in salem
CRÉDITS : solsken (av) anesidora (sign)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, mais si tu veux m'emporter dans ton univers, je fais ma valise
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2391-dites-au-diable-que-je-lui-vol http://www.letempsdunrp.com/t2399-salem-s-madness#52183 http://www.letempsdunrp.com/t2393-skyzoderline#51944
Limace



Jonas
durden

J'ai 19 ans, bientôt 20 et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis étudiant en faculté d'arts, option audiovisuel et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis un célibataire averti et satisfait par mes quelques conquêtes et je le vis plutôt bien.

Il est allergique au chocolat | Il a une sainte horreur des endroits clos | Jonas est un grand fan de Kurt Cobain, sa chambre est tapissée d'une quantité considérable d'affiches à son effigie | Il aime énormément les tatouages, son corps en est orné | Il apprécie beaucoup dessiner des cartoons, ses feuilles de cours en font les frais | Jonas est un étudiant assez solitaire, il ne compte que très peu d'amis et préfère privilégier les moments passés aux côtés de son père | Fumeur invétéré, au grand dam de sa mère | Célibataire depuis toujours, il compte tout de même quelques conquêtes, sa seule relation plus ou moins sérieuse a prit fin dû au fait qu'il passait plus de temps avec son paternel qu'avec son propre petit-ami, chose qui ne changerait certainement pas.




Son rire franc emplissait les murs colorés d'affiches de conventions, accompagné de près par le ricanement du tatoueur qui assistait malgré lui à la conversation . « Ça serait idiot, puisque c'est toi qui me les paies », rétorquait Jonas sans le moindre scrupule, énonçant une simple vérité. Étant étudiant, il n'avait pas une once de revenu, pas le temps pour un petit job, il ne pouvait pas compter sur sa mère quant au budget nicotine alors, là encore, son père lui était venu en aide. Ses yeux lorgnaient le tatouage montré par celui-ci, un rictus moqueur éclairant toujours son visage fin ; « j'ai toujours cru que c'était l'un de ces tatouages éphémère, tu sais, ceux qu'on colle sur les bras des petites filles et qu'on humidifie avec de l'eau pour que ça s’imprègne mieux ». Le charrier était devenu une passion, un passe-temps que son père lui rendait bien et, sans mentir, ça l'amusait. Le peu d'amis qu'il avait trouvait cool la relation qu'ils entretenaient, ils admiraient tous son paternel et dieu sait combien de fois il avait pu entendre ; « putain, je veux le même ». Jonas se savait chanceux, il se sentait particulièrement spécial aux yeux de son géniteur, celui qui avait abandonné sa musique, sa carrière, une grande partie de lui, de sa vie, juste pour veiller sur sa personne, pour passer du temps à ses côtés. C'est peut-être l'une des raisons qui faisait qu'il n'était jamais attristé de perdre un pote, un petit-ami, à cause de leur lien fusionnel et sûrement envahissant pour certains ; parce qu'il se sentait prêt à tout sacrifier, comme il l'avait fait pour lui.

« Tu peux toujours venir dormir sur la moquette de ma chambre, elle est bien plus confortable que ce qui nous sert de canapé », proposait Jonas en imaginant combien sa mère serait furieuse de voir qu'ils l'avaient fait, qu'ils avaient réellement osé. Cela dit, le fait qu'elle soit sur les nerfs ne datait pas d'aujourd'hui alors, un peu plus ou un peu moins, ni l'un, ni l'autre, ne verrait vraiment la différence. « T'as intérêt, mauviette », souriait-il, ravi de pouvoir à nouveau le vanner à ce propos. Cependant, son paternel trouvait toujours le moyen de s'en sortir. Il déviait le sujet sur ses études ; ah, la fac, une légende urbaine à en faire frémir plus d'un. Jonas ne voulait pas l'inquiéter sur le fait qu'il était souvent seul, plutôt à l'ouest durant les cours bien qu'il donnait malgré tout le meilleur de lui-même, il essayait toujours de faire de son mieux pour ne pas le décevoir et pour éviter une crise d'hystérie de sa mère qui serait probablement folle devant un bulletin de note médiocre. « Ça se passe, c'est déjà ça », répondait Jonas en plaisantant, un moyen pour lui de se faire à l'idée que sa filière, bien qu'intéressante, ne parvenait pas à toucher ses sens artistiques qu'il aurait voulu approfondir - « Non, sans rire, ça peut aller, je détrônerais Tarantino un jour, tu peux me croire », ricanait l'étudiant avant de finalement, se souvenir d'un détail troublant ; « Finalement, il y a un truc qui me revient, j'ai un prof de théorique un peu étrange, déjà que ce qu'il raconte est pas hyper passionnant mais il m'a retenu plusieurs fois à la fin de ses cours pour me poser des questions, pas des questions qui pourraient m'aider à entraver un mot de ce qu'il raconte, non, des questions du genre où je suis né, est-ce que je vis avec vous ou tiens, la dernière fois il m'a même demandé où tu travaillais, je crois qu'il est juste un peu frappé », soupirait Jonas, sans vraiment y réfléchir davantage.


† tous les jours le même t-shirt comme bart simpson ; do, ré, mi, fa, puis j'ai touché le sol.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Christopher Durden
J'ai 41 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis professeur de guitare à domicile et je m'en sors comme il faut avec les économies qu'on a de côté. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt bien pour l'instant.




tom hardy ©️ carolcorps


Merde il avait de la répartie le gamin. On se demandait bien de qui il tenait ça… « Euh… Ouais peut-être. Bah dans ce cas je te les confisque et je les fume une par une devant toi. » Il en serait capable. Mais Christopher qui confisquait quelque chose à Jonas, était-ce vraiment crédible ? Pas trop. Il sourit en percevant la moue amusée du tatoueur. Il ne devait pas avoir de tels clients tous les jours, de quoi le divertir un peu pendant les prochaines heures. « C’est toi la petite fille. » Oui, bon, sa répartie à lui n’était pas toujours la meilleure. En règle générale il lui aurait ébouriffé les cheveux mais il ne pouvait pas tellement sur le coup au risque de le faire bouger et de faire rater son tatouage. Ce qui était assez étonnant, c’était que malgré leur complicité, les deux hommes n’étaient pas très tactiles ensemble. Un câlin de temps en temps, mais ça restait très rare. Probablement parce que Jonas avait passé l’âge d’être câlin avec ses parents et que ça craignait un peu trop pour lui d’embrasser son vieux père.

« Dormir sur le canapé avec la télé, ou dormir sur ta moquette avec toi qui ronfles. Je me demande vraiment ce que je préfère… » Chris lui tira la langue. Non, dormir dans la chambre de son fils c’était plutôt une mauvaise idée, il ne voulait pas le mêler dans ses disputes de couple et si Linh voyait ça, elle penserait que Jonas était de son côté à lui. Ce qui était un peu le cas aussi parce que cette histoire de tatouage le concernait également, mais s’ils pouvaient éviter d’en rajouter. Chris grimaça lorsque Jonas le traita de mauviette. Il lui mit une petite pichenette sur le nez. « Toi tu perds rien pour attendre. Vous pouvez pas lui faire un truc ridicule en gros dans le dos là ? J’vous paie le double ! » Malheureusement ça ne marchait pas comme ça. Mais il se vengerait. Avec un seau d’eau en guise de réveil demain matin. Un seau d’eau froide.

Finalement, et parce qu’il fallait avoir l’air d’un père par moment, il se renseigna à propos de la scolarité de son fils. Il n’était pas dupe, il savait que Jonas n’était pas un grand fana de l’école. Mais Christopher tenait malgré tout à ce qu’il finisse ses études afin d’avoir un diplôme et une certaine sécurité. C’était peut-être le sujet sur lequel il était le moins cool.
Chris arqua les sourcils en entendant la petite histoire de son fils. Un prof un peu étrange, disait-il ? Ca ne lui plaisait pas du tout. Christopher avait tendance à sortir les crocs quand on s’approchait trop près de son fils. Et… connaissant son penchant pour les hommes, il craignait que ce professeur n’ait des vues sur lui. « C’est quoi ce prof ? Est-ce qu’il t’a déjà fait des avances ? J’ai besoin d’aller lui casser la gueule ? » Calme-toi. Redescends. « Comment il s’appelle ce type ? » Quand Jonas énonça son nom, Chris se mit à réfléchir. Puis la révélation. « Merde. C’est l’ex de ta mère. »

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
dunk
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 02/10/2018
ÂGE : 19
RÉGION : lost in salem
CRÉDITS : solsken (av) anesidora (sign)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, mais si tu veux m'emporter dans ton univers, je fais ma valise
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2391-dites-au-diable-que-je-lui-vol http://www.letempsdunrp.com/t2399-salem-s-madness#52183 http://www.letempsdunrp.com/t2393-skyzoderline#51944
Limace



Jonas
durden

J'ai 19 ans, bientôt 20 et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis étudiant en faculté d'arts, option audiovisuel et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis un célibataire averti et satisfait par mes quelques conquêtes et je le vis plutôt bien.

Il est allergique au chocolat | Il a une sainte horreur des endroits clos | Jonas est un grand fan de Kurt Cobain, sa chambre est tapissée d'une quantité considérable d'affiches à son effigie | Il aime énormément les tatouages, son corps en est orné | Il apprécie beaucoup dessiner des cartoons, ses feuilles de cours en font les frais | Jonas est un étudiant assez solitaire, il ne compte que très peu d'amis et préfère privilégier les moments passés aux côtés de son père | Fumeur invétéré, au grand dam de sa mère | Célibataire depuis toujours, il compte tout de même quelques conquêtes, sa seule relation plus ou moins sérieuse a prit fin dû au fait qu'il passait plus de temps avec son paternel qu'avec son propre petit-ami, chose qui ne changerait certainement pas.




Son père trouverait toujours les mots pour le faire sourire, même si ça relevait d'une réplique qu'un gosse de douze ans pourrait déblatérer pour se défendre. Il savait qu'il pouvait toujours se tourner vers lui en cas de spleen, après une dure journée éreintante, parce que son père aurait la parole qu'il faudrait pour le détendre, lui arracher un rictus ou tout bonnement la blague si peu réfléchie qu'elle le ferait rire aux éclats. C'est de cette façon qu'il avait su remonter si rapidement la pente après sa rupture, grâce à son aide, à sa compagnie si solide et réconfortante. Il ne le considérait pas seulement comme une figure paternelle qu'il devait respecter par obligation mais comme un repère, un pilier sur lequel prendre appui, comme une personne admirable dont il avait irrémédiablement besoin. Jonas se fichait pas mal de mettre cette jeunesse entre parenthèse pour des moments si précieux avec son père, pourtant après avoir connu le pire on aurait pu croire qu'il aurait incontestablement cherché à vivre des aventures folles, digne d'un jeune de son âge, apprendre, voir, découvrir, parcourir. Seulement, il n'était pas comme ça, il n'avait pas envie et ne ressentait aucunement la pulsion de mener ce genre de chemin. Il se complaisait particulièrement bien dans sa vie actuelle, jonglant entre études, de brèves sorties entre amis et le reste du temps, aux côtés de celui qu'il avait toujours considéré comme le meilleur des êtres humains.

« Je ronfle pas si fort que ça », ronchonnait son fils, qui malgré tout, comprenait sans aller chercher à insister. Il ne voulait aucunement être la cause d'un divorce, qui sait, il ignorait si sa mère avait déjà atteint la limite de saturation et il ne désirait pas tirer sur la corde sensible. Après avoir reçu une pichenette qui parvenait à le ramener sur terre, l'extirpant de ses songes, il plissa le nez par réflexe en abordant une moue désapprobatrice. Finalement, un léger rire émanait de ses lèvres étirées en un sourire franc, amusé par le comportement de son père. Il était rare de voir ce Jonas entre les murs de la faculté, ni même lorsqu'il jouait à la console avec ses deux et fidèles amis qui eux, s'était fait à sa personnalité quelque peu changeante. Seul son paternel savait comment s'y prendre, peut-être parce qu'il le connaissait mieux que quiconque de son entourage. C'était là la raison pour laquelle sa relation avec sa mère ne pouvait pas être la même ; elle n'en savait pas autant sur lui, bien qu'elle ait été à ses côtés de nombreuses années avant que son père ne daigne se montrer présent pour lui. Elle n'était jamais parvenu à apprivoiser ses goûts, ses passions, ni même à cerner son caractère, contrairement à Chris qui, lui, l'avait fait avec brio.

Au fil de son explication concernant ce professeur aux habitudes étranges, il voyait la mine de son père devenir suspicieuse, presque fermée. Il s'en était douté, c'était digne de lui et de ses habitudes surprotectrices. Les questions défilaient et malgré tout, ça le faisait rire ; « détends-toi, il ne m'a pas encore demandé en mariage », plaisantait Jonas avant de reprendre - « il est clean, il pose juste des questions bizarres », rétorquait-il. « Il s'appelle John Carswell, tu comptes faire ouvrir une enquête sur lui ? », s'amusait l'étudiant qui, finalement perdait toute sa bonne humeur dans une brève et infime fraction de seconde. Par chance, le tatoueur était entrain de nettoyer une partie de son épiderme lorsqu'il se redressait légèrement sous le choc de l'annonce, confus et surpris - « pardon ? t'es entrain de me dire que mon prof de théorique est sorti avec maman ? », soufflait Jonas sous l'incompréhension, se réinstallant correctement afin que l'artiste puisse enfin finir son job ; « qu'est-ce que tu crois qu'il nous veut ? », demandait-il en levant le regard vers son père, un brin sur ses gardes quant aux intentions encore inconnues de cet individu qu'il n'aimait déjà pas vraiment.


† tous les jours le même t-shirt comme bart simpson ; do, ré, mi, fa, puis j'ai touché le sol.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Christopher Durden
J'ai 41 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis professeur de guitare à domicile et je m'en sors comme il faut avec les économies qu'on a de côté. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt bien pour l'instant.




tom hardy ©️ carolcorps


Cette histoire le rendait déjà nerveux. John Carswell. Ce gars n’avait jamais rien fait de bien dans sa vie et n’était absolument pas un type honorable. D’accord, Chris n’était peut-être pas très objectif à son propos… Il était jaloux. Il l’avait toujours été. Si sa relation avec Linh n’était pas au beau fixe, il l’aimait malgré tout. Ils s’aimaient. Le souci… C’est qu’il avait toujours soupçonné sa femme de l’avoir revu alors qu’il était en tournée. Et pas seulement pour jouer aux cartes… Elle avait toujours nié, il n’avait jamais vraiment su la vérité. Et maintenant, ce type réapparaissait dans leurs vies, semblant tourner autour de son fils pour une quelconque raison qui lui était encore inconnue. Pas pour longtemps. Ce serait simple, il savait où le trouver. Même s’il allait falloir éviter de faire un scandale car il s’agissait du professeur de son fils et qu’il ne fallait pas que ce dernier n’en subisse les conséquences. Ca risquait d’être compliqué d’ailleurs car Christopher était du genre un peu sanguin. « Oui ton prof est sorti avec ta mère. Et j’sais pas ce qu’il nous veut… Il est capable de tout ce gars. Mais ne t’en fais pas, je vais m’en occuper. » Même le tatoueur avait compris que ce n’était pas bon signe, cette phrase ! « En attendant méfie-toi de lui. J’aime autant. »

Ils parlèrent de ce type de longues minutes, peut-être heures. Chris était vraiment préoccupé par cette histoire et il se demandait bien ce que ça voulait dire. Mais plus le temps d’y penser… C’était son tour. Eh merde. Il devait se montrer brave pour donner l’exemple à son fils qui n’avait pas bronché tout du long ! La vérité c’est qu’il avait un peu pâli. Son dernier tatouage remontait tellement… Et les années ayant passé, il n’était pas certain de supporter aussi bien !
Lui avait choisi le bras pour ce tatouage. Il prit alors la place de son fils, pas franchement rassuré mais faisant semblant que si. « Il rend vachement bien ton tatouage ! Je crois que ta mère n’a pas réalisé qu’il serait aussi gros… » Ca sentait les problèmes ! Mais au pire, Chris avait un argument dans sa poche maintenant : John. Il n’allait probablement pas lui en parler mais ça pouvait toujours servir en temps de guerre.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Do I wanna know ? - dunk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» CBS wanna trade
» I just wanna live right now. Are you gonna be there for me? (Paxadee)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: