Partagez | 
 
 
 

 stay close to me (alles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 827
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Après le désastre de la rencontre à l'aéroport, les trois mots premiers prononcés par Will résonnent dans la tête d’Hazel. « Tu me dégoûtes. » Le jeune garçon ne supporte plus de les entendre, et pourtant, cette courte phrase ne l’abandonne jamais. La tristesse est profonde, coule dans ses veines. Il pensait avoir trouvé l’amour de sa vie, il n’a gagné qu’une solitude qui ronge ses tripes et absorbe toutes couleurs de ce monde déjà bien trop sombre à son goût. Il revoit le visage de cet homme dont il espérait tant se décomposer, lui cracher des mots qu’il n’aurait jamais cru entendre sortir de sa si belle bouche. Et là, Hazel a fait une connerie. Hazel a voulu se foutre en l’air. Hazel, à trop croire au prince charmant qui excuserait les non-dits lorsqu’il le verrait, il a vu son cœur voler en éclats, se faire piétiner sans la moindre tendresse. Alors, Hazel a fait une connerie. Hazel a voulu se foutre en l’air. Hazel a avalé une boîte entière de médicaments.
Contexte provenant d'une idée entre @ALLES et moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 827
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Hazel Swanson

J'ai 18 ans et je vis à Annecy, France. Dans la vie, je suis un étudiant en art et je m'en sors à peine. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Tout juste majeur, tu es bien loin d'être à l'aise avec le corps que l'on t'a attribué à la naissance. D'ailleurs, tu te trouves tout aussi mal quant à ta sexualité. Tu ne te comprends pas, tu es une énigme. Tu as honte de ce que tu peux ressentir pour un autre homme, tu as honte de toi. Cette honte, ce sont tes parents qui te l'ont donné. Ces mêmes personnes qui n'ont pas hésité à te mettre à la porte pour tes sentiments contre nature. Depuis, tu peines à joindre les deux bouts, dans ton petit studio, loin de la capitale. Puis un soir, lors d'un vague élan de courage, tu t'es inscrit sur ce site de rencontre, sans remplir la petite case "sexe".


Ash Stymest © EVIE


Fond du trou. Désespoir ou espoir brisé. Monde coloré qui se transforme en un monochrome fade et sans vie. Cauchemars qui ne cessent pas dès que tu fermes l’œil. Insomnies que les somnifères ne parviennent pas à calmer. Tristesse sans nom qui te tire vers le bas au moindre mouvement, à la moindre pensée, au moindre pas. Tu ne lèves plus le matin, ne manges plus, ne te douches plus. Tu es devenu un déchet. Un déchet rejeté par la seule personne que tu pensais sincère, la seule personne que tu pensais capable de te sauver cette minable vie, la seule personne pour laquelle tu ais ressenti des sentiments si forts, si véritables. Et il a fallut qu’il te fasse tomber un peu plus bas, un peu plus profondément. Assis sur le haut de cette chaise, tu regardes par la fenêtre. Des couples passent en se tenant, d’autres se précipitent hors des bureaux pour retrouver leurs familles, tandis que certains se préparent pour leur nuit de travail acharnée. Toi, sur cette chaise en bois trouvée sur un marché aux puces, tu retires le film d’aluminium des plaquettes de comprimés pour les vider dans le creux de ta main. Une plaquette. Deux plaquettes. Des gellules, des cachets trônent dans ta paume. Tu les regardes avec attention. Il ne faut pas faire d’erreur. Tu n’as qu’une chance. Tu mélanges ce charmant de cocktail et attrapes le verre d’eau. Tu regardes l’heure. Les passants sur les trottoirs. Les oiseaux sur les toits. Et tu avales tous les comprimés.

Des bruits. Tu entends des bruits, mais il fait terriblement noir. Un néant angoissant que tu souhaites repousser de toutes tes forces, mais l’obscurité ne semble pas vouloir t’écouter. Tu entends des voix qui te paraissent lointaines, et pourtant si proches. Des machines qui bipent au rythme de ton cœur, de tes palpitations qui accélèrent et descellèrent sans raison apparente. Les voix parlent de toi. Tu le sais. Il parle de médicaments, d’une cuisine, et d’une chance. Où est-ce que tu es ? Tu sens tes paupières qui papillonnent, pourtant tu ne peux pas les ouvrir. À demi-conscient. Tu peines à bouger. Tu ne le peux pas. Mais tes sens se réveillent un à un. L’odorat est le plus désagréable. Une odeur de désinfectant et de mort se faufile dans tes sinus, te faisant paniquer. Le bip s’affole. Panique qui te tétanise. Voix affolées autour de toi. Black out.

Le silence. Tout est silencieux, seule cette machine persiste à te tenir conscient du monde qui t’entoure. Tu ouvres les yeux difficilement. Aveuglé par le néon qui scintille au-dessus de toi. En vie. Deux mots qui cognent dans ta tête. En vie. C’est ce que tu es. La mort t’a épargné un jour de plus. La mort n’a pas voulu de toi, elle non plus. Les souvenirs se succèdent à la porte de ton esprit, te rendant d’autant plus misérable. Tu n’es même pas parvenu à mettre fin à tes jours. Tu n’as pas réussi à mettre fin à ce profond désespoir, à cette tristesse. Tu es un incapable. Si faible que les calmants que l’aiguille dans ton bras libèrent en toi te ramènent au pays des songes, loin de tout rêve.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 990
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



William
Morel

J'ai 25 ans ans et je vis à Lyon, France. Dans la vie, je suis cadreur et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Will sort d'une rupture difficile avec ce qu'il considérait être la femme de sa vie. Pour ne pas le laisser se morfondre, ses amis l'ont convaincu de tout de suite rencontrer d'autres femmes et donc de l'inscrire sur un site de rencontres. Il a trouvé ça amusant, et puis après tout pourquoi pas...



Will Higginson © timeless.
« Monsieur Morel ? Ici le centre hospitalier Annecy Genevois. Je vous appelle à propos de Hazel Swanson. » La simple combinaison du mot hôpital avec le prénom d’Hazel suffit à le figer sur place. Très vite il imagina le pire. Qu’il était mort, qu’il avait eu un accident, qu’il lui était arrivé malheur. Et pourtant, deux secondes avant cet appel, il ne voulait plus entendre parler de lui. Quelques jours de travail en Croatie n’avait pas été suffisant pour oublier la trahison. Il y avait pensé à chaque moment qu’il avait eu de libre, regrettant parfois que les choses se soient passées comme ça, et ne voyant pas, d’un autre côté, comment elles auraient pu se passer autrement. Il était très difficile pour lui d’admettre qu’il était tombé amoureux d’un… homme. Hétéro depuis toujours, il n’en avait même jamais embrassé un. Et l’idée de toucher un autre pénis que le sien le révulsait totalement. « Est-ce qu’il va bien ? » demanda-t-il en se rendant compte qu’il n’avait absolument pas écouté les mots de l’autre personne au bout du fil, et qu’il avait sûrement raté un bout de la conversation. « Il a fait une tentative de suicide, mais il se remet… Nous nous sommes dit qu’avoir de la compagnie de quelqu’un qu’il semble apprécier après une telle épreuve lui ferait du bien. » Will se mordit la lèvre. Cet appel allait marquer un tournant dans sa vie. Ou il acceptait et il allait de l’avant, il lui pardonnait – plus ou moins. Ou il refusait et le rayait définitivement de sa vie. « C’est-à-dire que je suis en Cr… » Croatie, oui. Mais il y avait plus important que le boulot, et le poids qu’il ressentait désormais au creux du bide le lui faisait comprendre. Hazel avait besoin de lui. Et surtout, c’était de sa faute à lui s’il en était arrivé là. Will avait certes été surpris, choqué, déçu… Mais il aurait pu être plus délicat dans ses mots. Lui laisser une chance, même si ça lui paraissait encore impossible. « Je prends le premier avion et j’arrive. Dites-lui que j’arrive… » Tiens le coup Hazel.

Et plusieurs heures plus tard, le voilà sur le sol français. Oui, il risquait de perdre son boulot. Mais il s’en foutait, car il avait failli perdre bien plus que ça. Maintenant, Will était forcé d’admettre que ces derniers jours, Hazel lui avait manqué. Ils avaient pris l’habitude de se parler tous les jours, autant que possible. Et d’un coup, plus rien… Ca lui en avait mis un coup.
Il débarquait à l’hôpital tout juste sorti de l’avion, avec ses bagages qu’il laissa à l’accueil pour se précipiter dans la chambre. Il y trouva un Hazel endormi… Pâle et perfusé. Son cœur se déchira un peu plus. Sa faute. Il s’approcha presque timidement, comme s’il avait peur de le réveiller. A vrai dire, il redoutait ce moment car Will ne savait pas du tout quoi lui dire. Surtout qu’il sortait d’un vol très long, et qu’il était terriblement crevé… Un peu à l’ouest. Il finit par s’asseoir sur le siège à côté de lui, hésita un peu puis attrapa sa main dans la sienne. Leur tout premier contact. Peut-être le dernier. « Je suis désolé Hazel… » Il ne savait pas quoi dire d’autre de toute façon.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 827
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Hazel Swanson

J'ai 18 ans et je vis à Annecy, France. Dans la vie, je suis un étudiant en art et je m'en sors à peine. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Tout juste majeur, tu es bien loin d'être à l'aise avec le corps que l'on t'a attribué à la naissance. D'ailleurs, tu te trouves tout aussi mal quant à ta sexualité. Tu ne te comprends pas, tu es une énigme. Tu as honte de ce que tu peux ressentir pour un autre homme, tu as honte de toi. Cette honte, ce sont tes parents qui te l'ont donné. Ces mêmes personnes qui n'ont pas hésité à te mettre à la porte pour tes sentiments contre nature. Depuis, tu peines à joindre les deux bouts, dans ton petit studio, loin de la capitale. Puis un soir, lors d'un vague élan de courage, tu t'es inscrit sur ce site de rencontre, sans remplir la petite case "sexe".


Ash Stymest © EVIE
Les oscillations de l’électrocardiogramme bercent ton sommeil artificiel. Les calmants te forcent à clore les yeux, te plongent dans le noir sans que tu ne puisses donner un quelconque consentement à cela. Cette position inconfortable qui ne t’épargne pas te montre une nouvelle fois que tu n’es plus maître de rien. Le bruit incessant de ce bip que tu perçois dans la pénombre persiste. Tu te sens partir, enfumé par les perfusions qui diffusent un liquide tranquillisant dans tes veines. Un sérum censé t’apaiser, alors que tu angoisses. Tu réalises. Tu sais, maintenant. Tu ne veux pas mourir. Tu ne peux pas mourir. Pas tout de suite. Ça fait trop peur. Tu ne veux pas mourir avant de t’être excusé auprès de cet homme. Cet homme auquel tu as caché ta véritable nature. Ses mots blessants, son regard haineux, tous ces détails qui te reviennent comme une grosse claque en pleine figure. Tu es perdu, dévasté, alors même que tu ne peux pas ouvrir les yeux. Tes pupilles sadiquement obstruées par tes paupières immobiles. Will. T’as besoin de le voir, tu dois le voir. Le supplier à genoux de te pardonner s’il le faut, lui dire ces mots que tu répétais en observant ton reflet dans la vitre du train, lui dire ce que tu as sur le cœur. Tout avouer, une bonne fois pour toute. Sans crainte, être honnête. Pour ne pas avoir de remords, de regrets. Les ténèbres pourront t’emporter ensuite, pourront faire de ton âme, de ton enveloppe charnelle, ce qu’elles désirent. Panique qui grignote tes entrailles, rythme cardiaque qui ne cesse d’accélérer, douleur dans le creux de ton estomac.

Et un contact. Doux. Léger. Une caresse aussi douce qu’une boule de coton. Des doigts qui effleurent tes mains, qui l’emprisonnent d’une prison dorée. Peut-être même qu’un sourire naît sur tes lèvres à l’heure actuelle. Que tes doigts s’agitent pour découvrir à qui appartient cette délicatesse. Tes paupières papillonnent longuement. Une lumière vive t’aveugle. Tu blémis. Tes yeux mettent du temps à s’adapter à cette violente lumière blanchâtre. Contraste avec cette chaleur au bout de tes doigts. Tu fronces les sourcils, grognes. Tu lèves la main pour la porter à tes pauvres yeux victimes d’une trop forte lueur. Chacun de tes gestes est douloureux, comme si tes membres avaient tous été roués de coups. Tu ne réalises pas. Tu ne réalises pas où tu te trouves. Ta vue est trouble. Ton ouïe te fait défaut. « Putain… » parviens-tu à marmonner. Ton estomac se tord. Un simple courant d’air pourrait te briser. Tu es si pitoyable. Où est-ce que tu es ?
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 990
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



William
Morel

J'ai 25 ans ans et je vis à Lyon, France. Dans la vie, je suis cadreur et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Will sort d'une rupture difficile avec ce qu'il considérait être la femme de sa vie. Pour ne pas le laisser se morfondre, ses amis l'ont convaincu de tout de suite rencontrer d'autres femmes et donc de l'inscrire sur un site de rencontres. Il a trouvé ça amusant, et puis après tout pourquoi pas...



Will Higginson © timeless.
Will était tiraillé. D’un côté, il voulait qu’Hazel se réveille. De l’autre… il avait un peu peur de le voir ouvrir les yeux car il ne saurait absolument pas quoi lui dire. Ni comment réagir. Il avait pourtant eu de longues heures de vol pour réfléchir mais préparer un discours à l’avance ça ne marchait jamais. On pouvait avoir tout un texte à déballer dix minutes avant, pis quand on se retrouvait face à la situation, rien ne sortait de la même façon. Pour la simple et bonne raison que la vie n’était pas une pièce de théâtre, qu’il n’y avait personne pour nous écrire nos textes, pour nous donner notre rôle. A nous d’assumer, de tenter des choses, de se planter parfois.
Tant de choses dans sa tête. S’il avait été dans un film, Will se serait penché pour embrasser le beau brun endormi, et ce dernier se serait réveillé comme par magie. Mais plusieurs choses : ils n’étaient pas dans un film et Will ne se voyait pas encore embrasser un garçon. Enfin, c’était bizarre, en fait. Il sentait bien qu’il éprouvait quelque chose de particulier pour lui – et ça bien avant le drame. Mais de là à franchir le pas… Un baiser c’était comme le reste, ça ne se prévoyait pas. A l’instant il ne se voyait pas le faire, mais peut-être que dans dix, quinze, vingt minutes… les choses seraient différentes ?

Il n’avait pas bien pris le temps de l’observer, à l’aéroport. Maintenant, Will pouvait parfaitement le voir. Il était… mignon. Mais il avait l’air triste. Profondément triste. A cause de lui. Merde, il ouvre les yeux. Okay, reste calme, ne gâche pas tout. Il en oublia presque leurs mains entrelacées, tandis que le jeune homme tentait de s’habituer à la luminosité de la pièce. « H… hey… » dit-il avec un peu de mal. Il ne voulait pas le brusquer ni l’affoler, mais en même temps il avait tant de choses à lui dire ! Que Will ne savait même pas par où commencer. Déjà, il aurait bien voulu l’engueuler. Mais en avait-il vraiment le droit ? C’était de sa faute, tout ça. Et puis il n’était rien pour lui, pour lui faire la leçon.
Will resta silencieux quelques instants, pour qu’il se remette un peu de ses émotions. « Les médecins m’ont appelé, ils ne savaient pas qui contacter d’autre. » C’était peut-être ça le plus triste. Will n’était sûrement pas le mieux placé pour être à son chevet. « J’ai tout de suite pris l’avion pour venir te voir… Je… j’ai eu peur pour toi. » Il baissa les yeux vers leurs mains, puis commença à caresser doucement sa peau avec son pouce. Un geste tendre. « Je ne voulais pas que ça se finisse comme ça. J’ai été un peu… pris de court. » Lui qui pensais être tombé amoureux d’une fille géniale… C’était à peu près pareil, avec moins de boobs et plus de centimètres. « C’est à cause de moi… que t’as fait ça ? »


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 827
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Hazel Swanson

J'ai 18 ans et je vis à Annecy, France. Dans la vie, je suis un étudiant en art et je m'en sors à peine. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Tout juste majeur, tu es bien loin d'être à l'aise avec le corps que l'on t'a attribué à la naissance. D'ailleurs, tu te trouves tout aussi mal quant à ta sexualité. Tu ne te comprends pas, tu es une énigme. Tu as honte de ce que tu peux ressentir pour un autre homme, tu as honte de toi. Cette honte, ce sont tes parents qui te l'ont donné. Ces mêmes personnes qui n'ont pas hésité à te mettre à la porte pour tes sentiments contre nature. Depuis, tu peines à joindre les deux bouts, dans ton petit studio, loin de la capitale. Puis un soir, lors d'un vague élan de courage, tu t'es inscrit sur ce site de rencontre, sans remplir la petite case "sexe".


Ash Stymest © EVIE
Le suicide s’était avéré être la meilleure des solutions, à l’instant où la tentative a été faite. Enfermé dans ta cuisine, tu ne recherchais pas l’attention, ou quoique ce d’autre que semble pourtant penser la majeure partie de la société. Cela te semblait la solution la plus facile pour mettre fin à cette immense tristesse. Mettre fin à ce dégoût que tu ressentais pour ta propre personne. Tu voulais noyer ce mal-être. Tu voulais l’oublier. T’oublier. Oublier ta vie merdique, oublier le rejet de tes géniteurs, oublier cette école d’art qui menaçait sans cesse de te sucrer ta bourse. Mais par-dessus tout, tu voulais l’oublier, lui. Fond du trou. Désespoir. Insomnies. Tristesse. Minable. Tu es devenu un déchet. Les cachets et les gélules sont devenus ton seul échappatoire. L’envie de mettre fin à tes jours, tu l’as longuement réfléchi. Dans le train, dans ton studio ridicule, dans cette cuisine. C’était le seul choix disponible. Les oscillations de l’électrocardiogramme résonnent toujours dans tes oreilles. Le venin continue de couler dans tes veines par les dards que tu sens s’insinuer dans les creux de tes bras au moindre mouvement. Tes paupières clignotent. Aveuglé par la lumière vive et blanchâtre de ton environnement. Tu te réveilles. Tu te réveilles au même titre que toutes les douleurs se propageant dans tout ton corps. Tu blémis. Un grognement éveille même ta gorge. Tu ouvres les yeux et commences à paniquer en voyant les perfusions, les aiguilles sous ta peau. Les bips agitent les machines autour de toi. Tu en oublies la douce chaleur entourant ta main.

Tes pupilles troublées regardent autour de toi, et tout te revient en pleine face. Les rejets, les déceptions, les comprimés et l’inconscience. Tu n’es pas mort. Quatre mots que tu penses tandis que tes yeux se posent sur cet homme. Ton rythme cardiaque ne désemplit pas. Il accélère davantage, affolent encore et toujours les moniteurs posés à côté de ta tête. Les larmes roulent sur tes joues. Respiration difficile. Aucun mot ne sort de ta bouche. T’en as pas la force. Pas plus que tu n’as la force de retirer ta main de la sienne. Je ne suis pas mort. Étrange mélange d’émotions. Un échec, un soulagement. Will. Les larmes coulent cascade, sans que tu ne puisses t’arrêter. Dois-tu t’excuser d’avoir voulu mettre fin à tes jours ? Sa présence, ici, ravive ta souffrance, tes douleurs. Tu l’entends, tu essaies de l’écouter. Tu acquiesces doucement. C’est à cause de lui, de tes parents, de ton homosexualité, ta vie, de toi… La panique s’amplifie. Devient plus réelle, plus palpable. Bordel, oui. Tu as peur. Tu veux disparaître. Envie de ne plus exister. Envie d’être quelqu’un d’autre, d’être heureux. Être heureux pour connaître cette sensation inconnue. Panique. Panique. Panique. Ton esprit ne se focalise plus que là-dessus, sur cet environnement qui t’angoisse. Tes mains tremblantes se libèrent et cherchent à arracher toutes les électrodes, toutes les perfusions. Tu ne peux pas rester ici. Tu ne peux pas. Tu pleures encore et encore, toujours. Les larmes brouillent ta vue. Une interrogation qui persiste. Pourquoi tu n’es pas mort ?
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 990
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



William
Morel

J'ai 25 ans ans et je vis à Lyon, France. Dans la vie, je suis cadreur et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Will sort d'une rupture difficile avec ce qu'il considérait être la femme de sa vie. Pour ne pas le laisser se morfondre, ses amis l'ont convaincu de tout de suite rencontrer d'autres femmes et donc de l'inscrire sur un site de rencontres. Il a trouvé ça amusant, et puis après tout pourquoi pas...



Will Higginson © timeless.
Hazel ne devait pas y comprendre grand-chose, le pauvre… Alors sa panique était légitime. Mais il avait besoin de soins, il ne pouvait pas s’en aller comme ça ! Will le savait, il devait le rassurer. Mais il n’avait jamais été très doué pour ça… Surtout que tout était de sa faute et que le gamin ne voudrait peut-être pas l’écouter. En le voyant essayer d’arracher tout ce qui le retenait à ce lit, à cet état plus ou moins végétatif, Will attrapa les deux bras d’Hazel pour le faire s’arrêter. Le bip de la machine s’affolait, de quoi inquiéter les médecins aux alentours qui vinrent à deux pour essayer de le calmer. Ils firent sortir Will de la chambre afin de discuter avec Hazel et aussi de le remettre sous sédatif pour réduire le choc du réveil. Juste quelques calmants, pas assez pour l’endormir mais plutôt pour le faire se détendre un maximum. Devant la chambre, le brun faisait les cents pas, inquiet, perturbé. Il aurait pu prendre ses jambes à son cou, il aurait pu fuir et décliner toute responsabilité. Mais il était bien obligé de reconnaître une chose : malgré les mensonges, malgré toute cette histoire, il tenait à Hazel. C’était sûr. Sinon, jamais il n’aurait dit merde à son patron pour rentrer en urgence, jamais il n’aurait pris un avion à la dernière minute. C’était d’ailleurs la première fois qu’il faisait autant de kilomètres pour une seule et même personne.

Les médecins sortirent de la chambre où Hazel semblait déjà plus calme. Ils s’approchèrent de Will pour lui donner quelques conseils, notamment d’éviter de hausser la voix, éviter une quelconque dispute, éviter de parler de la tentative de suicide ratée. Le rassurer constamment, se montrer présent pour lui. Tant de choses auxquelles Will aurait de toute façon pensées, question de bon sens. Il les remercia et pénétra à nouveau dans la chambre, pas très sûr de lui. Will resta un moment devant le lit, le regardant sans trop savoir quoi dire. Finalement, il retourna s’asseoir sur la chaise, se gratta la nuque, ne sachant pas trop quoi faire de ses mains. « J’sais pas trop… pas trop quoi dire… » Mais il fallait qu’il parle. Qu’il rassure Hazel sur la nature de sa visite. Lui dire que… qu’il ne lui en voulait plus. Le mensonge était pardonné, oublié. « Je suis là parce que je tiens à toi, tu sais. C’est difficile pour moi de parler de ça mais je… Je me suis attaché à la personne. » On ne tombait pas amoureux d’une paire de seins, pas vrai ? Mais de la personne qui les portait… « A toi. » Il osa à nouveau prendre sa main afin de le rassurer au maximum. « Alors je suis content que tu ailles bien. On va peut-être pouvoir enfin le prendre, ce café… » Comme s’ils s’étaient rencontrés d’une manière totalement normale. Comme s’il n’y avait pas eu l’aéroport.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 827
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Hazel Swanson

J'ai 18 ans et je vis à Annecy, France. Dans la vie, je suis un étudiant en art et je m'en sors à peine. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Tout juste majeur, tu es bien loin d'être à l'aise avec le corps que l'on t'a attribué à la naissance. D'ailleurs, tu te trouves tout aussi mal quant à ta sexualité. Tu ne te comprends pas, tu es une énigme. Tu as honte de ce que tu peux ressentir pour un autre homme, tu as honte de toi. Cette honte, ce sont tes parents qui te l'ont donné. Ces mêmes personnes qui n'ont pas hésité à te mettre à la porte pour tes sentiments contre nature. Depuis, tu peines à joindre les deux bouts, dans ton petit studio, loin de la capitale. Puis un soir, lors d'un vague élan de courage, tu t'es inscrit sur ce site de rencontre, sans remplir la petite case "sexe".


Ash Stymest © EVIE
L’odeur du désinfectant, les murs blancs immaculés, la sensation de mort entre chaque cloison, les bips de l’électrocardiogramme, les perfusions, et maintenant les blouses blanches des médecins s’activant autour de toi. Tout cela te donne la nausée. Tout cela agite tes palpitations cardiaques, les rendent plus importantes, plus fortes. Leurs regards et chacun de leurs mots te semblent étrangers. Comme si leur langue t’était complètement inconnue. Tu entends mais tu n’écoutes pas. Tu entends mais tu ne comprends pas. Tu ne prononces pas un seul mot, et ton regard se perd sur les cloisons vitrées qui te sépare du couloir de l’hôpital. Tu cherches le regard de la seule personne que tu connais. L’unique personne que tu n’imaginais pas trouver près de toi une deuxième fois. Tu as ressenti le manque de sa présence au quotidien. Ne plus te réveiller avec un sms de sa part, ou une photo de ses beaux yeux bleus dès lors que tu lui demandais. Le manque de ne plus voir son nom apparaître sur l’écran verrouillé de ton smartphone. Le manque, tout simplement. La tristesse, aussi. Le désespoir. L’abandon. La peur. La solitude. L’absence de courage, de force. Encore un échec. Et le désir profond d’en finir. Tu le regardes faire les cent pas pendant que les médecins piaillent des mots que tu ne veux pas entendre. Au bout de quelques minutes qui te semblent des heures, ils s’en vont, te laissant amorphe sur un lit inconfortable dont l’oreiller est mal installé sous ta tête. Aucun mot ne sort de ta bouche asséchée. Les perfusions ont été réinstallées, les sédatifs libérés dans tes veines. Tu te sens lourd, épuisé à nouveau. Ton nez est obstrué par deux canules. Sensation d’un large tuyau qui descend dans ta gorge. Fantôme d’un examen médical. Bordel. Et déjà, tes yeux se remplissent de larmes qui ne coulent pas. Sa voix fait écho en toi. Des premiers mots maladroits. Tu le regardes comme un fin connaisseur observe une toile dans un musée. Sa main glisse dans la tienne et tes petits doigts tremblants se referment sur elle. T’es dans le brouillard. Tu es présent. Tu es absent. Tu pleures et tu souris légèrement. « Bois pas de café... » Encore un enfant, le goût de la boisson caféinée t’est désagréable, tout autant que son odeur. Pourquoi est-il là ? Est-ce que tu as rêvé toute cette scène à l’aéroport. Le fantôme du tube dans le fond de ta gorge est irritant. Tu tousses comme si cela pouvait suffire à le retirer. Les canules nasales te chatouillent. « T’es pas parti ? » tu demandes faiblement, ton autre main occupée à retirer les petits tubes dans tes narines, soulevés par tes narines.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 990
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



William
Morel

J'ai 25 ans ans et je vis à Lyon, France. Dans la vie, je suis cadreur et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Will sort d'une rupture difficile avec ce qu'il considérait être la femme de sa vie. Pour ne pas le laisser se morfondre, ses amis l'ont convaincu de tout de suite rencontrer d'autres femmes et donc de l'inscrire sur un site de rencontres. Il a trouvé ça amusant, et puis après tout pourquoi pas...



Will Higginson © timeless.
Il ne buvait pas de café, qu’il répondit. Will ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire à son tour… C’était bien Hazel. Le Hazel qu’il connaissait. Ils avaient tellement parlé par message, s’étaient tellement confiés l’un sur l’autre qu’il aurait presque pu deviner cette réponse. Non Hazel ne buvait pas de café et rien que pour cette raison il se considérait encore comme un enfant. En réalité, boire du café n’était pas tellement un rite de passage pour entrer dans le monde des adultes mais c’était assez mignon qu’il le pense. Bien sûr qu’Hazel était encore un gamin, sinon il n’aurait pas agi ainsi. Sinon il n’aurait peut-être pas menti non plus. Mais Will l’aimait de cette façon, comme il était, et puis ils pourraient toujours grandir ensemble. Lui non plus n’avait pas été très mature dans toute cette histoire alors ça ne lui ferait pas de mal. « C’est plus une expression qu’une vraie proposition… Un chocolat chaud, si tu veux. Ou même une glace. On ira où tu veux… » Tout simplement. Hazel serait libre de choisir le programme de leur première date lorsqu’il sortirait de l’hôpital. Car Will l’avait rendu malheureux et qu’il s’en voulait atrocement. Il n’en était pas au point de s’avouer totalement qu’il était amoureux d’un homme, qu’il pourrait coucher avec un homme et c’était pour cela qu’il leur faudrait apprendre à se connaître dans la vraie vie. Il essaierait au maximum de faire abstraction de son sexe même si ça n’aurait rien d’évident.
« Si, je suis parti. Tu sais, en Croatie. Mais ils m’ont appelé pour me dire que t’étais à l’hôpital et je me suis barré. J’ai dit à mon patron que mon petit frère était très malade… » Il haussa les épaules. Will n’était pas un très bon menteur alors il était à peu près sûr d’être viré une fois qu’il retournerait sur Lyon, mais ça n’était pas bien grave. Il retrouverait du boulot ailleurs, tant pis s’il fallait déménager sur Paris ou ailleurs. Il regarda leurs mains liées, un peu mal à l’aise. « Tu veux que j’aille te chercher quelque chose à boire ou à manger ? Je peux faire quoique ce soit pour t’aider à aller mieux ? »


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 827
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Hazel Swanson

J'ai 18 ans et je vis à Annecy, France. Dans la vie, je suis un étudiant en art et je m'en sors à peine. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Tout juste majeur, tu es bien loin d'être à l'aise avec le corps que l'on t'a attribué à la naissance. D'ailleurs, tu te trouves tout aussi mal quant à ta sexualité. Tu ne te comprends pas, tu es une énigme. Tu as honte de ce que tu peux ressentir pour un autre homme, tu as honte de toi. Cette honte, ce sont tes parents qui te l'ont donné. Ces mêmes personnes qui n'ont pas hésité à te mettre à la porte pour tes sentiments contre nature. Depuis, tu peines à joindre les deux bouts, dans ton petit studio, loin de la capitale. Puis un soir, lors d'un vague élan de courage, tu t'es inscrit sur ce site de rencontre, sans remplir la petite case "sexe".


Ash Stymest © EVIE
Dans un sale état. Tu es dans un piteux état, si bien que tu ne parviens pas à te redresser sur ton pauvre lit d’hôpital. Le pauvre oreiller sous ta tête ne suffit pas à te mettre en position assise. Toutes les forces de ton corps semblent t’avoir abandonné et tu ne peux rien y faire. Tu ne peux pas lutter. Ta vie aurait dû s’enfuir de la cuisine et laisser ton corps tomber de sa chaise sans revenir l’aider à se soulever, sans revenir dans ce lit d’hôpital. Encore un échec. Encore un projet que tu n’as pas su terminer. Tu déglutis doucement, les yeux tristes à nouveau perdu dans le vague, entre les odeurs de désinfectant et les abominables relents de mort. Sa proposition aurait dû te faire plaisir, aurait dû te faire longuement sourire, mais tu n’oublies pas. Tu n’oublies pas ces paroles qu’il a eu pour toi, devant les spectateurs que sont les passagers de l’aéroport. Tu n’oublies pas son expression de dégoût à ton égard. Cœur serré dans le fond de ta poitrine, tu baisses les yeux sur tes mains desquelles sortent un ou deux tubes en plastique. Tu lui en veux, sans pouvoir le faire. Sentiments contraires. Désagréables. Tes pupilles tristes ne se relèvent pas pour s’ancrer dans les siennes, bleu merveilleux. Ta main quitte lentement la sienne. Et les larmes s’échappent de tes yeux sans que tu ne puisses les retenir une seule seconde de plus. Tu pleures à grosses larmes. Pitoyable, misérable. Tu veux retourner dans ta cuisine, ré-ingurgiter toutes ces conneries. Tu veux les avaler pour ne plus te relever. Finir seul comme tu l’as toujours été. Ne pas vouloir mourir, mais le vouloir quand même. Fuir. Tu n’as pas l’énergie pour te retourner, pour fuir le regard du brun. Tu pleures sous ses yeux. Tu comptes si peu pour les autres. Tu comptes si peu pour lui. Tu comptes si peu pour toi-même. Tu ne veux pas être sauver une seconde fois. Tu ne veux pas te contenter de survivre. Perdu. La douleur s’exprime par les pleurs, par les secousses de tes épaules, ton manque d’air, tes yeux bouffis. « J’veux pas de ta pitié... » Mais tu veux tant qu’il reste.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
stay close to me (alles)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» BUT I'LL ONLY STAY WITH YOU ONE MORE NIGHT - 9 JUIN, 2H24
» Mÿ <3 __ Atelier [ - CLOSE - ]
» Attaque Close combat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: