Partagez | 
 
 
 

 hide the scars (thybalt/ava)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
January Blues
MESSAGES : 56
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 17
RÉGION : Westeros.
CRÉDITS : @killer from a gang

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique de préférence.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Thybalt, l'alpha de la meute de loups, fou de rage, se rue dans le QG des sorcières car il a appris qu'elles ont lié sa vie à celle d'une des leurs afin de les forcer à devenir leurs alliés dans la guerre contre les vampires. Première rencontre entre Thybalt et Ava.

Contexte provenant de cette recherche


“Part of me aches at the thought of her being so close yet so untouchable, but her story and mine are different now. It wasn't easy for me to accept this simple truth, because there was a time when our stories were the same, but that was six years and two lifetimes ago.” - Dear John


Recherche un jeune homme pour une histoire d'amour pleine de feels dans un contexte réel. I love you
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
January Blues
MESSAGES : 56
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 17
RÉGION : Westeros.
CRÉDITS : @killer from a gang

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique de préférence.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Thybalt Goldstein
J'ai 30 ans et je vis à la Nouvelle-Orléans, USA. Dans la vie, je suis l'Alpha de la meute, ainsi que mécanicien et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et aujourd'hui lié à la vie d'une sorcière et je le vis plutôt mal.

Sa mère est morte en donnant naissance à son jeune frère, il a toujours remis la faute sur ce dernier parce qu'il fallait un fautif. Est en conflit depuis toujours avec ce frère, Orion. + A tué son père il y a un an. Celui-ci était alcoolique, manipulait la meute et se fichait totalement du sort de ses loups. N'a jamais trouvé un seul point commun avec son père, ne l'a jamais appelé "papa". Les plus anciens de la meute lui en veulent, mais il sait qu'il a fait le bon choix ; la plupart est soulagée. + Autoritaire, méfiant, a un très bon fond, veut le bonheur des siens et c'est pourquoi il fait un très bon chef. + Fonctionne beaucoup sur la notion de devoir. + N'est tombé amoureux qu'une seule fois d'une femme qui l'a trahi. N'est pas beaucoup intéressé par les sentiments amoureux, pense au bonheur des autres avant le sien. + Colérique.


michiel huisman © BALACLAVA
Two days ago.
Pris d'un violent vertige, Thybalt se retire de la vaste pièce où loups et louves festoient, boivent et chantent, comme après chaque pleine lune. La demeure Goldstein, qui appartenait à ses aïeux bien avant lui et dont les pierres ont connu bien des générations de lycans, est devenue le véritable refuge de la meute depuis la mort du père de Thybalt. Ou plutôt depuis le patricide du père de Thybalt. Ce dernier n'y pense plus beaucoup. Il ne lui a jamais vraiment manqué, pas même lorsqu'il était encore vivant, et ce malgré son absence. Ils se portent mieux sans lui ; c'est une évidence. La meute a retrouvé une immense joie à se retrouver les soirs, à se rendre visite en journée, à retrouver des habitudes et des valeurs communes que Thybalt a voulu réinstaurer ; le partage, la famille, la loyauté. Alors c'est discrètement, afin de ne pas inquiéter ses camarades, qu'il quitte la salle principale, et se dirige vers l'étage. Il croise le regard de son jeune frère, et espère que celui-ci n'a pas pu y lire toute sa détresse. Orion ne le connait pas assez pour cela. Du moins, c'est ce qu'il pense.

Sa respiration s'accélère, il se passe de l'eau froide sur le visage ; rien n'y fait. Son cœur s'emballe, ses yeux vrillent. Qu'est-ce qui lui arrive ? Il sent, il le sent au plus profond de lui que ce n'est pas normal. La santé n'est habituellement pas quelque chose qui inquiète les loups, étant donné qu'ils sont dotés naturellement d'un système immunitaire plus performant que celui d'un humain, voire même d'un vampire. Ses muscles tremblent, il se laisse tomber le long du mur de la salle d'eau. Une panique mystique l'envahit ; il ne se reconnait plus, lui qui est d'une nature si calme, lui qui parvient d'habitude à garder son sang-froid dans n'importe quelles circonstances, malgré ses colères meurtrières. Et il sent que quelque chose change. Que quelque chose s'est bloqué. Il respire à nouveau, ferme les yeux. Il la voit. Une silhouette élancée, une chevelure d'un blond solaire qui retombe en cascade sur ses omoplates, sur ses épaules, sur sa poitrine. Ses courbes déchirent l'obscurité et sa voix raisonne alors qu'elle ne bouge pas d'un cil. Il ne comprend pas ce qu'elle dit ; peut-être parle-t-elle dans une autre langue. Elle est magnifique. Une déesse. Il rêve, il sait qu'il rêve, et pourtant... Elle semble si réelle. Elle se retourne, s'éloigne. Elle n'est plus qu'une ombre à peine visible. « NON, attends... Qui es-tu ? Reviens... » Une main le réveille de sa rêverie, il manque de frapper son frère par réflexe. Ce dernier lui adresse un léger rire moqueur ainsi que quelques mots que Thybalt n'écoute pas, encore auprès de cette muse inconnue. Il se relève et adresse un signe de la tête aux quelques loups qui étaient partis à sa recherche. Quelque chose de grave vient de se passer, il en a pleinement conscience. Et même si cette femme a tout de la perfection, il est loin de se sentir en sécurité avec cette vision.

***

« Laissez-moi passer ! » Sans demander la moindre permission, Thybalt pousse les trois sorcières qui tentent de l'empêcher d'entrer dans le cimetière. Leurs cris alertent leurs congénères et bientôt, il se retrouve encerclé par une armée d'enchanteresses. Son visage se crispe, il serre la mâchoire, les yeux voilés par une colère qui embrase ses iris. Mieux vaut ne pas contrarier Thybalt Goldstein. Elles l'auront cherché. Ses yeux changent immédiatement de couleur, passant du noisette au rouge, et alors qu'il s'apprête à se transformer sous l'effet de la rage (Thybalt est un des rares loups qui, à force de douloureuses heures de travail et de concentration, maîtrise parfaitement sa transformation), une grande rousse s'approche de lui. Il pourrait la reconnaître entre mille. Leur leader. Frida. Pendant un temps, ils se sont vus de manière assez régulière et particulièrement intime, avant que le loup ne mette rapidement fin à cette petite idylle sans sentiments. Thybalt suppose que la plupart des sorcières est aujourd'hui au courant ; peu importe. Il stoppe immédiatement le processus, n'en restant pas moins hors de lui. « Espèce de garce... » Il s'approche, s'apprêtant à lui attraper la mâchoire, mais une sorcière lui lance un sort qui le propulse en arrière. Il grogne. S'il n'a jamais vraiment aimé ces femmes, aujourd'hui, il leur déclarerait bien la guerre la plus sanglante que l'Histoire n'ait jamais connu. « Où est-elle ?! » Un sourire satisfait se dessine sur les lèvres de Frida et cela n'a d'effet que de renforcer la colère de Thybalt. « Il faut croire que les bonnes manières n'existent toujours pas chez les loups. » Il sent qu'il est sur le point d'exploser. Elle ose le défier, le provoquer, après ce qu'elle a fait. N'a-t-elle pas honte ? Les sorcières ne sont rien d'autres que des faibles désormais à ses yeux, qui se cachent derrière leur magie et qui n'arriveront jamais à se défendre seules, malgré leurs pouvoirs. « OU-EST-ELLE ?! » Frida croise les bras. Malgré leurs différences, il ne pensait pas qu'elle pourrait lui faire ça, pas à lui. « Je veux pouvoir la voir et lui parler, ou bien je m'assurerai qu'il ne reste plus une seule sorcière dans ce putain de cimetière ! » La menace fait comme l'effet d'une bombe sur les suivantes de Frida. Si elle reste de marbre, ses camarades se questionnent du regard, soudain inquiètes. Pauvres petites créatures qui ont peur du grand méchant loup. Et elles ont raison. Thybalt n'en épargnerait qu'une. Celle à qui sa vie a été liée bien contre son gré. Frida hausse les épaules, soupire bruyamment, et fait volte-face, en lui faisant signe de la suivre. Thybalt regarde autour de lui, lance des regards meurtriers à la masse de sorcières, et s'engouffre dans le cimetière à la suite de Frida.

C'est elle. Assise au fond de la petite chapelle, discutant avec une enfant. Elle peut avoir vingt ou vingt-deux ans. C'est elle. Thybalt en est certain. La déesse de sa vision. Il s'immobilise, les yeux écarquillés, alors que Frida l'observe avec étonnement. Ne sait-elle donc pas qu'il l'a déjà vue en rêve ? N'a-t-elle pas lancé le sort, provoquant cette fascination et cette vision ? Leurs regards se croise et une électricité instantanée paralyse le corps et l'esprit de Thybalt. Sa colère s'accroit davantage ; que lui ont-elles fait ?


“Part of me aches at the thought of her being so close yet so untouchable, but her story and mine are different now. It wasn't easy for me to accept this simple truth, because there was a time when our stories were the same, but that was six years and two lifetimes ago.” - Dear John


Recherche un jeune homme pour une histoire d'amour pleine de feels dans un contexte réel. I love you
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ice and fire.
MESSAGES : 40
INSCRIPTION : 10/04/2017
RÉGION : BERLIN.
CRÉDITS : AV/@MACFLY.

UNIVERS FÉTICHE : HP, ATLA, RQ.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



ava jaegger
J'ai vingt-un ans ans et je vis à la Nouvelle-Orléans, US. Dans la vie, je suis une sorcière parmi tant d'autres et je m'en sors plutôt mal. Sinon, grâce à ma malice, je suis célibataire, mais liée à l'alpha de la ville et je le vis plutôt bien.



ava est une sorcière, elle a perdue sa mère à l'âge de cinq ans et son père deux ans plus tard. élevée par sa grande soeur, elle n'avait donc plus qu'elle qui appartenait à la famille jaegger. - capricieuse, insolente, ava n'en fait toujours qu'à sa tête. discrète et sur l'arrière de la scène, elle aime espionner, fouiner là où elle ne devrait pas. - elle avait l'impression de s'ennuyer toute sa vie; junkie d'adrénaline et d'excitation, elle était la première à provoquer les problèmes. - elle a perdue sa soeur sous les crocs d'un vampire il y a quelques semaines, aveuglée par son deuil et par la rage, elle a décidé de mettre de côté sa passivité pour endosser le rôle du déclencheur: la guerre approche et ava n'attend que ça.


nicola peltz © jugband blues.


Princesse dans son palais de glace, la musique colère résonna le long des murs de la petite cave dans laquelle elle s’était prélassée. Quelques jours étaient passés depuis la mort de sa sœur, et pourtant ce vide, ce vide dans sa poitrine battait toujours son plein. Il n’était plus question de rester passive, de s’ennuyer ou de rire, il était temps d’agir, de mordre, de crever l’abcès, de reprendre ce qu’on lui avait arraché. Son aînée, elle qui lui avait tout appris, elle, qui était si douce, si gentille, s’était faite assassiner dans d’horribles circonstances. Ava était en général quelqu’un qui restait en retrait, remarquée à cause de ses airs d’aguicheuse ; elle ne donnait jamais plus. Personne ne savait réellement si elle était intelligente, si elle valait les talents de sa sœur, ou si elle contrôlait ses pouvoirs. Sorcière elle était, une petite sorcière aux yeux carmin, enchanteurs, charmeurs, elle avait fait parler les hommes, elle les avait fait murmurer dans leur sommeil après leur avoir volé leurs lèvres. Capricieuse, innocemment confiante, elle était Ava, la petite blonde, l’ovni, la déesse aux yeux sataniques. Une insolente, une capricieuse qui s’ennuyait, elle s’était tant ennuyée avant de comprendre la gifle qu’on lui avait donné. Ça avait claqué non seulement sur sa joue, mais également dans la tête, dans son âme. Sa sœur était partie, et elle regrettait. Elle regrettait de ne pas lui avoir dit avant qu’elle l’aimait, qu’elle l’adorait, qu’elle avait encore besoin d’elle, qu’elle ne pouvait pas partir ainsi, comme une voleuse. Le destin était pourtant une saleté de besogne, et maintenant, maintenant les mécaniques du cœur rouillées s’étaient éveillées. Elle en voulait au monde, mais surtout à elle-même, à ceux qui l’avaient concilié dans l’idée de rester à l’arrière, de ne pas participer à la vie de cette communauté. Ava avait changé en l’instant de quelques secondes, après l’annonce tragique qu’on lui avait faite. Une claque qui avait eu l’effet d’une bombe ; La guerre était déclarée, finie la passivité, finie la bouche en cœur, les yeux supplicateurs. Armure de guerrière endossée, elle avait passé des journées entières à trouver un moyen de se venger, de forcer les loups à se joindre à son camp et après des heures à lire d’anciens grimoires, elle avait trouvé. Elle lierait sa vie à celle de l’Alpha de la ville, ils dépendraient l’un de l’autre. Les sorcières avaient d’abord été réticente à l’idée de donner cette tâche à une vulgaire gamine, mais aucune d’elle ne voulait se sacrifier pour prendre sa place ; Ava ne les aurait de toute façon pas laissé , c’était son affaire, sa vengeance. On s’était peut-être dit que finalement la gamine n’était pas bête, qu’elle avait plus de jugeotte qu’elle en avait l’air. Et que derrière le visage poupon se cachait peut-être vraiment un cerveau. L’esprit battait son plein, il était fier, si près du but.
Les vampires allaient payer et Ava serait celle enfonçant le dernier pieu.

L’alpha de la ville, Thybalt était connu, plutôt célèbre, pas tendre, mais pas cruel, elle s’était dit que peut-être vivante elle se sortirait de ce complot. Cela faisait maintenant deux jours qu’elle avait provoqué le rituel, que sa vie était liée à la sienne. Si pour elle le changement n’était pas étonnant, ni choquant, il devait l’être pour le loup. Elle l’avait vue pendant son rêve, il avait dû l’apercevoir également. C’était différent, différent d’autrefois. La rage était là, elle avait un objectif, une flamme fluorescente dans les entrailles encouragée par une victoire qui se voulait immédiate. Si elle arrivait à l’intimider, à le convaincre, alors peut-être que les sorcières vaincraient ceux qui les avaient oppressés pendant si longtemps. Le rire, les sourires avaient été remplacé par une mine sérieuse, grisée par les responsabilités, par le nouveau but révulsant. « Il va venir Ava. » Tirée de ses pensées, elle regarda l’enfant qui s’était assise à ses pieds. La chapelle était un endroit qui l’avait autrefois effrayée, elle n’aimait pas la froideur, ni la lumière tamisée de l’endroit. C’était trop calme, trop humide, c’était tout simplement trop. Mais les sorcières avaient tendance à s’y rendre, s’y réunir pour le plaisir de discuter. Gin, son aînée, avait toujours mis un point d’honneur à forcer sa cadette à s’y rendre, ensemble, comme routine tous les dimanches. Mais Ava s’était battue bec et ongles pour ne pas avoir à la suivre. Elle regrettait à présent, peut-être était-ce d’ailleurs la raison pour laquelle elle y était si souvent ces derniers temps. « Je l’attends, qu’il vienne. » Deux jours étaient passés ; et pourtant aucune nouvelle de l’Alpha. Les sorcières étaient discrètes et plus malignes qu’elles n’en avaient l’air, mais pourtant les rumeurs bougeaient si vite dans cette ville qu’elle s’était étonnée à ne pas l’avoir encore croisé. Bête comme ses pieds ? Peut-être. « Et s’il te tue ? » La gamine la regarda avec de grands yeux. La peur, elle l’avait, elle s’était réfugiée dans son estomac comme un monstre, elle grondait toutes les heures. Mais l’adrénaline, ô cette douce adrénaline de déceler le mystère, de confronter la bête, ça l’éveillait. Sa sœur était peut-être morte et pourtant Ava revivait. « Je lui dirais qu’il mourra aussi. » Les limites du lien qui les unissaient étaient définies, en revanche les mensonges qu’elle pouvait lui chanter étaient infinis. Une vie contre une autre, la seule faute des loups était de ne pas s’être immédiatement liés aux sorcières. Le rituel, le sort, l’idée n’aurait jamais pris forme, si les alliances avaient été créé bien au-delà de ce jour. Elle s’était attendue à une telle éventualité ; elle les avait observé toutes ces années, elle qu’on ne reconnaissait pas, qu’on apprenait à aimer le temps d’une nuit, elle les avait vu. Ces féroces créatures et ces monstres aux crocs acérés. Ils ne s’aimaient pas, ne s’appréciaient pas, alors pour les loups ignoraient-ils la demande des sorcières ? Pourquoi ? Pour la frustrer ? Empoisonner son esprit, son âme qui se languissait d’une sœur partie trop tôt ? Un vacarme se fît entendre au-dehors de la chapelle, alors qu’elle sentit son cœur s’emballer. « Il est là. » Elle poussa l’enfant derrière elle, avant de vriller ses yeux sur la gamine. « Tu devrais partir. » Un ordre plus qu’un conseil. Si les choses terminaient finalement dans un bain de sang, l’innocence pouvait être encore sauvée. Elle ne le vit pas entrer, mais ce sont pourtant ses yeux qu’elle captura immédiatement ; Le cœur battit, le temps s’arrêta. C’était si étrange d’être la mère de ce sort, d’être l’autre moitié dépendante d’un autre être. Elle ne connaissait que trop bien ce sentiment, cette peur, cette excitation. La seconde phase du plan s’était enfin enclanchée. Elle se leva ; gracieuse, trop parfaite, telle une sirène elle se rapprocha de l’Alpha. « Deux jours que j’attends patiemment votre visite. » Elle fît mine de s’incliner avant d’arquer un sourcil. « Que puis-je pour vous ô valeureux Thybalt ? » Une froideur claire dans sa voix, une provocation lâchée ; que le jeu commence.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
hide the scars (thybalt/ava)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sondage pour les Scars Pirates
» Bonne fête, Hide-hime. [Pv]
» [Mai] Taeyang Hide Doubt Version
» All we do is hide away {Dranna}
» APRIL † all my scars are open

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: