Partagez | 
 
 
 

 Réfléchir la lumière {Alanna & Hugo}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
Nico
Masculin MESSAGES : 19
INSCRIPTION : 29/03/2017
ÂGE : 27
RÉGION : Sud
CRÉDITS : Ich

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, Harry Potter
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t840-this-one-time-at-band-ca
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Alanna et Hugo se sont connus au lycée, à cette époque ils étaient des amis fusionnels, une protection permanente l'un envers l'autre. Bien sûr Alanna avait eu des sentiments pour lui. Des sentiments qu'il se refusait d'avoir pour elle. Étant âgé d'un an de plus qu'elle il avait quitté le lycée lorsqu'elle allait être en terminale. Pendant des années ils ne s'étaient pas quittés, et pourtant ce dernier été avant l'entrée d'Alanna en terminale ils s'étaient fait des adieux. Des adieux qui à l'époque ne devaient sonner que comme un au revoir. C'est sur le pont de Londres qu'ils ont rit pour la dernière fois ensemble. Voilà plus de 10 ans qu'ils ne se sont pas vus. Un événement inattendu va permettre leurs retrouvailles...
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Nico
Masculin MESSAGES : 19
INSCRIPTION : 29/03/2017
ÂGE : 27
RÉGION : Sud
CRÉDITS : Ich

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, Harry Potter
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t840-this-one-time-at-band-ca
Limace



Alanna
Rogers

J'ai 27 ans et je vis à Londres, Royaume-Uni. Dans la vie, je suis dans la merde et je m'en sors comme je peux.




avatar © Moi

Alanna ajustait sa robe noir devant son miroir, elle ne l'avait pas mise depuis longtemps et il y avait des plis sur le devant. Avec la paume de la main elle tentait de rendre la trace la plus invisible possible. Elle redressa la tête et regarda son reflet, elle replaça une mèche de ses cheveux désormais court en arrière et vérifia que rien ne clochait sur son visage. Elle se devait d'être présentable un minimum, même si elle savait qu'une certaine tolérance à son égard allait avoir lieu. Elle se racla la gorge et commença "Ma mère... raclage de gorge... Ma mère est... était...." Elle n'en était pas capable, pas capable de prendre la parole devant toute une assistance. Toc toc toc. "Est-ce que tu es prête ?" "Oui, j'arrive Alec." lança t'elle à son cousin. Alanna souffla un grand coup et jeta un dernier coup d'œil au miroir. Même en essayant de le masquer, on voyait clairement des énormes cernes sur son visage. Visiblement elle n'avait pas passé de nuit belles et douces dernièrement. Elle entendit l'agitation commencer au rez-de-chaussée, ils devaient l'attendre. Elle attrapa son sac et avant de partir, se murmura "tu peux le faire."

*******

Dans la voiture, le silence était de mise, son cousin et sa femme étaient à l'avant et Alanna était à l'arrière, coude contre la fenêtre à regarder vers l'extérieur. Elle regardait ces inconnus, tous ces gens qui devaient aussi, chacun à leur façon, vivre quelque chose d'exceptionnel aujourd'hui. Elle les enviait, elle aurait échangé sa place contre n'importe qui aujourd'hui. "ça va aller Aly ?" demanda Alec. Elle regarda son regard à travers le rétroviseur, lui fit un sourire et répondit "Ne t'en fait pas." La voiture s'arrêta sur le parking, une foule de monde était là. Pas étonnant. Sa mère avait travaillé de nombreuses années pour le pays, à travers plusieurs services qui plus est. Son décès avait été annoncé dans la presse, amis et simple curieux étaient venus rendre un dernier hommage. C'est con quand même ce qu'un carrefour et un mec bourré peuvent provoquer. Un rien, un instant, une fraction de seconde et le monde de plusieurs personnes peut s'écrouler. Abernathy, la femme de son cousin, attrapa la main d'Alanna pour l'entraîner vers l'église. Contre son gré, Alanna avança et sentit sur des épaules des mains compatissantes se poser. Elle prétendit un sourire, un merci et avançait. Devant la porte d'entrée une immense photo de sa mère. Alanna lâcha la main de Abertnathy et resta là devant le portrait. Elle prit une inspiration tremblante et Alec passa la main dans son dos pour la faire avancer. Bien sûr, elle avait l'immense honneur d'être assise au premier rang, là où elle était à la porté de la pitié de tout le monde. Alors qu'elle avançait dans l'allée principale tête baissée, une silhouette se plaça devant elle "Salut étrangère...""Hey, papa." Elle fit un léger sourire et une courte accolade. "Merci d'être venu... pour elle." "De rien c'est normal." "Je... je dois y aller, ça va commencer." Jamais Alanna n'avait eu de bonne relation avec ce père quasi inexistant. Un ou deux contact sans plus. Leur relation avec sa mère n'avait jamais été des plus simples non plus. Du coup la famille Rogers s'était plutôt construite avec la famille de sa mère. Alanna s'assit sur le banc, on lui tendit un programme "A la mémoire d'Amanda Rogers". La jeune fille retourna la feuille sur ses genoux tandis que le prêtre montait sur l'estrade. Elle n'écouta pas les premiers mots qu'il prononça, trop obnubilée par la vue du cercueil qui se tenait au centre de l'estrade. Elle était là, enfin ce qu'il devait en rester. C'était terminé. Elle ne la verrait plus. Alanna inspira profondément et tourna la tête.

*******

Après vingt minutes de citation de bible, de chants, et autres. Il était venu l'heure pour Alanna de "prononcer quelques mots pour sa mère." Alanna se leva doucement, posa le programme sur la chaise, attrapa son sac et fouilla pour y trouver un morceau de papier qu'elle avait préparé la vieille. Elle se redressa une fois le papier en main, remit une mèche derrière son oreille et se dirigea vers le micro. Elle regarda Alec qui lui fit un signe de la tête.

"Ma... le micro fit un son aiguë qui la déstabilisa. Ma mère était une femme admirable. Elle serait heureuse aujourd'hui de vous voir tous ici... pour elle. Elle déglutit. J'ai eu la chance d'être élevée par une femme forte, combattante et indépendante qui a été et qui sera toujours un rôle modèle à mes yeux. Respiration. Sa fin n'était pas à la hauteur de la personne qu'elle était. Elle nous manquera à tous, et j'espère que vous saurez tous garder d'elle un souvenir tendre et aimant pour faire perdurer sa vie au delà de son vivant. Respiration. Merci."

Alanna retourna s'assoir à sa place alors qu'un chant commençait. Le reste de la cérémonie resta floue, comme si son esprit avait quitté son corps pour vagabonder dans un océan de souvenirs. Quand la commémoration toucha à sa fin, en retournant vers l'allée centrale, Alanna se rapprocha du cercueil et y posa sa main. Le bois était lisse et froid, Alanna se mordit la lèvre du bas. Elle voulait dire quelque chose mais ne savait pas quoi. Alec attrapa sa main, Abernathy passa son bras atour du sien, et tous les trois sortirent de l'église. Là un flot de personne vint à la rencontre de la jeune fille, des visages, des paroles qu'elle remerciait gentiment sans vraiment y croire. "Bonjour Filette, je suis vraiment désolé" "Oncle Chad, merci d'être venu" elle l'embrassa chaleureusement tandis qu'il plongeait sa tête dans ses cheveux. "Tu y arriveras, tu traverseras cette épreuve." "Je sais, ça va aller." Elle fit une accolade à sa cousine Sarah, qui embrassa ensuite son frère et sa belle sœur.
"Je... j'ai besoin d'un moment seule, excusez-moi."
Alanna dépassa la foule et fit le tour de l'église pour trouver un coin tranquille. Elle ouvrit son sac et en sortit une cigarette. Alors qu'elle l'allumait, elle ne pu retenir les larmes, les larmes qu'elle avait jusqu'alors caché à tout le monde...

*******

Un mois plus tôt

- C'est donc chez toi... c'est douillet ? Lança Amanda à sa fille alors qu'elle découvrait son appartement pour la première fois. C'est vrai qu'étant donné les moyens qu'elle avait, elle ne pouvait pas s'offrir un palace.
- C'est temporaire, tu connais l'immobilier à Londres. Et puis je pense prendre une coloc, j'aurai un appart mieux comme ça.
- ça ne sera pas bien difficile de faire mieux que ça...
- Je sais maman.
- Tu aurais pu rester à la maison.
- J'avais besoin de mon indépendance, depuis la fin de la fac je traine chez toi, il est temps que je fasse mes propres choix.
- Je croyais que tu avais commencé à faire des propres choix y'a bien longtemps. Dès que tu as pris ce boulot de barista pour être franche. Tu aurais pu faire mieux, surtout avec tes études.
- Ne commence pas Maman, je t'ai dit que c'était temporaire, j'ai besoin de faire le point.
- Faire le point ? Faire le point sur à quel point tu gâches ta vie ?
- Maman ! Arrêtes de faire ça !
- Je ne t'ai pas élevée pour que tu deviennes une barmaid de bas étage dans un quartier pourri de Londres !
- Tu ne m'as pas élevé du tout ! J'étais en pensionnat ! Tu ne sais même pas qui je suis !
- Je m'attendait pas à ce que ma fille devienne une si grande déception !
- Je t'emmerde maman ! Alanna se dirigea vers la porte et l'ouvrit en grand. Merci de ta visite, tu n'es plus la bienvenue ici.
Amanda sortit et vit volte face pour dire quelque chose mais Alanna lui claqua la porte au nez. C'était leur dernier échange.

*******

Alanna s'adossa au mur et de laissa tomber par terre. Elle leva la tête vers le ciel, pris une bouffée de sa cigarette, essuya de l'autre main les larmes sur ses joues et souffla la fumée de ses poumons.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Aryon
Féminin MESSAGES : 9
INSCRIPTION : 30/03/2017
ÂGE : 33
RÉGION : Sud
CRÉDITS : Randomisbliss

UNIVERS FÉTICHE : HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Hugo
O. Garnaliel

J'ai 28 ans et je vis à Auckland, Nouvelle Zélande. Dans la vie, j'ai pas le droit de dire ce que je fait et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon merveilleux caractère, je suis séparé et pour l'instant j'en ai un peu rien à foutre.

Informations supplémentaires ici.


James Franco

Les promesses sont faites pour être tenu, quand on dit à une personne qui compte qu'on la retrouvera, que ce n'est qu'un au revoir, on est censé tenir parole. Cependant, Hugo n'avait jamais tenu un engagement, il n'avait été que très peu fidèle durant sa courte vie et il n'était animé que par sa propre vie, son bien être, les autres pouvaient bien aller se faire foutre. C'était un jeune homme passionné par ce qu'il faisait avec beaucoup d'ambition et écraser des cafards au passage ne lui avait jamais causé aucun problème. Aussi, malgré toute les belles paroles qui avaient pu être prononcées, lorsqu'on lui avait donné l'opportunité de quitter son pays natal pour effectuer de plus grandes choses pour la société dans laquelle il avait été embauché à la fin de sa scolarité, il n'avait pas hésité une seconde et avait tout plaqué, peut lui importait ceux qu'il pouvait bien laisser derrière.

Dix ans plus tôt, ce n'était pas à n'importe qui qu'il avait fait ses adieux, en promettant qu'il ne s'agissait là que d'un au revoir. Il s'en rappelait comme si c'était hier. Le London Bridge avait été le théâtre de ses dernières frasques avec son amie, la seule qui ait pu le connaitre dans les plus petits détails, celle pour qui il aurait pu faire n'importe quoi pour là protéger lorsqu'ils étaient ensemble au lycée. Mais il avait rompu sa promesse lorsqu'il avait du choisir entre conserver ce lien ou partir pour Auckland. Il aurait bien évidemment pu continuer à entretenir leur lien qui pouvait sembler indestructible, mais il avait immédiatement su que la savoir aussi loin de lui lui aurait fait du mal. Ressentir des sentiments, ce n'était pas vraiment son truc, la joie, le bonheur, il ne l'avait jamais vraiment ressenti, il l'avait bien évidemment frôlé du doigt en sa présence, la rage, la haine, étaient ceux qu'il connaissait le mieux, mais la peine... Il avait préféré tirer un trait sur son passé et se consacrer à lui même quitte à effacer de sa mémoire ses meilleurs souvenir.

Il avait plutôt bien réussit dans ce sens là. Cela faisait 10 ans maintenant qu'il vivait en Nouvelle Zélande et les choses évoluaient plutôt bien en sa faveur. Il s'était fait un nom, avait fricoté à droite et à gauche, il avait même rencontré une personne qui avait su l'apaiser, le calmer, le rendre moins... Moins lui en fait et c'est d'ailleurs ce qui avait finit par ébranler leur relation qui ne tenait plus qu'à un fil. Il lui arrivait de regarder en arrière avec parfois une petite once de regret quand il pensait à elle, mais il avait finit par se faire une raison. Si vraiment il lui avait manqué, elle n'en avait montré aucun signe. Pas une seule fois en 10 ans elle n'avait tenté de prendre contact, de le chercher, en même temps savait elle seulement ou le chercher ? Car il n'avait laissé aucune trace derrière lui après son départ, tout effacer, tirer un trait était la meilleure chose qu'il avait à faire. Il avait cependant gardé cette manie d'acheter le Times histoire de se tenir informé indirectement de ce qu'il se passait là bas.

Ce matin là lorsqu'il déplia le journal, il sentit le sol vibrer sous ces pieds. La photo en première page, ce visage, il ne le connaissait que trop bien. Le titre qui l'accompagnait venait d'allumer une étincelle au fond de son esprit et il savait qu'il ne servait à rien de lutter, il n'arriverait pas à éteindre ce feu qui allait le consumer s'il ne faisait rien. Amanda Rogers était morte... Morte... On ne peut pas dire que c'était sa personne préférée étant donné qu'il y à quelques années de cela elle avait tenter de les séparer lui et sa fille, mais en ce moment il ne pensait plus qu'à elle. Comment allait elle ? Mal bien évidemment. Que devait il faire ? La question ne se posait même pas. Il devait arrêter de se préoccuper de lui, en ce moment, c'était elle qui comptait et rien d'autre. Aussi, sans réfléchir il se rendit à son boulot pour prévenir de son absence et les choses ne s'étaient pas vraiment bien passé. Comme son supérieur ne voulait pas lui accorder de congés pour se rendre à Londres, sous prétexte que " des gens meurent tous les jours et puis on passe à autre chose, tu n'as pas besoin d'aller là bas, ce n'est même pas quelqu'un de ta famille..." Il avait finit par lui balancer son point dans la gueule, avait récupéré ses affaires, déposé sa démission sur son bureau, non sans avoir oublié de le traiter de gros con au passage. Plus rien ne le retenais ici, il sentait déjà un fil invisible qui le tirait pour le ramener chez lui, auprès d'elle, pour tenter de rattraper cette promesse qu'il n'avait jamais tenu.

Il passa chez lui rassembler quelques affaires et tomba comme il s'y attendait sur Amy, la fameuse petite amie, qui le regardait d'un air ahuri faire ses valises. "Non mais... Tu vas où là ?" "A Londres." "Attend t'es sérieux ? Tu débarque, tu fait ta valise et tu va... à Londres ?" "C'est l'idée ouai." "Et tu crois que je vais te laisser faire ? Je croyais que t'avais décidé de faire des efforts pour nous." Il préférait ne rien répondre, il était concentré à tout rassembler et ne trouvait pas son foutu costume noir. Il retourna toute son armoire laissant Amy vociférer dans son coin, ses paroles glissant sur lui comme de l'eau et lorsqu'il le trouva enfin, il boucla sa valise et se dirigea vers la porte. " Si tu passe cette porte..." "Ouai c'est ça, j'enverrais quelqu'un récupérer mes affaires. Je te souhaite une belle vie." Et il claqua la porte sans regret, tirant maintenant un trait sur cette partie de vie pour revenir à la précédente.

***********************************

Il était arrivé à l'enterrement en retard et avait observé la scène de loin. Il l'avait aperçut au loin mais avait préféré la laisser vivre ce moment de deuil. Il ne voulait pas perturber ce moment si intime que celui de dire adieu à un être cher. Il avait été ému pas les mots de son amie, par la vue aussi de cette foule si nombreuse pour accompagner Amanda vers son dernier refuge et célébrer sa vie. Enfin, il avait fini par se retirer pour prendre l'air avant la fin, il n'avait jamais été doué pour ce genre de chose, il ne savait pas vraiment ce qu'il allait dire, quand il l'aurait en face de lui il saurait, pas besoin de répétition stupide à se ressasser les pires conneries qu'il pouvait sortir. Il alluma une cigarette histoire de calmer ses nerfs et se posta non loin de la sortie de l'église pour l'apercevoir lorsqu'elle sortirait. Il se redressa lorsqu'il entendit les cloches sonner, annonçant la fin de la cérémonie et il la vit passer seule et faire le tour du bâtiment. Prenant son courage à deux mains, il balançât sa clope et suivit le même chemin qu'elle. Lorsqu'il la vit se laisser glisser à terre, dos au mur, il ressentis de la peine et tout son stress s'envola. Il s'approchât d'elle d'un pas lent jusqu'à ce que son ombre se projette sur son visage. Il pouvait voir une larme rouler le long de sa joue. "C'est pas bien de fumer tu sais ?" Non, sans déconner, mais quel abruti. Il s'accroupit devant elle, essuyant une nouvelle larme qui perlait au coin de son oeil. "Aly... Aly, si tu savais comme je m'en veux, je suis vraiment désolé pour ta mère..." Que dire de plus, il ne savais même pas à quelle réaction s'attendre, enfin si. Il se doutait bien, mais il préférait ne pas y penser, et il affronterait le pire mais il ne la quitterait pas. Plus maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Nico
Masculin MESSAGES : 19
INSCRIPTION : 29/03/2017
ÂGE : 27
RÉGION : Sud
CRÉDITS : Ich

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, Harry Potter
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t840-this-one-time-at-band-ca
Limace



Alanna
Rogers

J'ai 27 ans et je vis à Londres, Royaume-Uni. Dans la vie, je suis dans la merde et je m'en sors comme je peux.




avatar © Moi

La tête en l'air, les yeux tournés vers le ciel, Alanna se demandait ce qu'il allait se passer maintenant. Dans sa vie, pas à l'instant T. Elle allait surement avoir des rendez-vous un peu partout, notaire, succession, etc. Et quand toute cette agitation sera passée, que fera-t-elle ? C'est bien ce que lui reprochait sa mère. Cette capacité qu'à la jeune fille à arriver au carrefour de sa vie et de rester planter là sans prendre aucune décision. Peut être que c'était le réveil qui lui fallait, peut être que maintenant il était temps qu'elle se sorte les doigts du cul et qu'elle accomplisse quelque chose de sa vie. C'est fou qu'il faille que quelqu'un meurt pour réaliser ce genre de chose. Réaliser que la vie ne tient qu'à un fil et qu'il ne tient qu'à nous de ne pas la gâcher. De ne pas perdre de temps.

Alors qu'elle était en plein débat philosophique sur la vie, Alanna fut interrompue par une ombre qui vint se placer devant elle. Cigarette au bout des doigts Alanna plaça sa main au dessus des ses yeux pour cacher le soleil qui dissimulait cet individu à contre jour.

"C'est pas bien de fumer tu sais ?"

Entendit elle d'une voix qui lui semblait sortir d'outre tombe. Une voix qui avait changée, qui s'était une peu aggravée dirait elle. Hugo... Hugo était là... ça devait faire... 10 ans ? Oui au moins, 10 ans qu'elle ne l'avait pas revu et il avait choisi ce jour là. C'est étrange quand même. C'est pas le jour où émotionnellement n'importe qui est d'aplomb pour des retrouvailles joyeuses. En même temps leurs histoires à eux deux n'était pas si joyeuse que ça, ça allait avec l'ambiance. Alanna balança sa cigarette du bout du doigt et la laissa se consumer toute seule à quelque mètres sur le sol. Elle le regarda s'avancer vers elle, s'accroupir et essuyer ses larmes.

"Aly... Aly, si tu savais comme je m'en veux, je suis vraiment désolé pour ta mère..."


"Je... merci ?" Dit elle avec hésitation, la voix un peu cassée. C'était étrange, bien trop étrange. Ils étaient devenu des adultes et par la même occasion des inconnus. Même le fait qu'il l'appelle "Aly" la perturbait. Plus personne ne l'appelait ainsi depuis la fin du lycée, c'était le passé. Il pensait retrouver quelqu'un qu'elle n'est plus. La vie s'était écoulée entre eux. On ne pouvait pas débarquer comme ça, comme une fleur, comme si de rien n'était. L'attention était agréable bien sûre, mais il aurait pu faire comme tout le monde, l'attendre gentiment devant l'église et dire un mot sympa avec de laisser sa place à un autre. Pourquoi lui tendre un guet-apens ? C'était bien Alanna ça, se sentir agressée même quand ce n'était pas le cas.  Elle lui fit un sourire du bout des lèvres et s'appuya sur le mur pour se relever. Quand ses yeux croisèrent les siens des tas de souvenirs et de sentiments lui revinrent. Il avait toujours cette manie de fixer les gens, de ne pas les quitter du regard. Vous aviez l'impression d'être électrifier sur place.

"Merci d'être venu, ça me touche." Dit-elle en ramassant son sac. Elle releva le visage et poussa un soupir. "Hugo... Hugo ?! Soupire. ça doit bien faire 10 ans ? Tu vis toujours sur Londres ?"

Elle ne savait même pas si elle avait envie d'entendre la réponse, elle se dégagea de sa portée et s'éloigna pour aller écraser sa cigarette qui fumait encore. Elle l'écouta répondre en replaçant une mèche de ses  cheveux derrière l'oreille.

"C'est vraiment sympa d'être venu en tout cas. Peut-être qu'on pourrait aller boire un verre un de ces quatre" lança t'elle sans grande conviction. "Enfin, si... si t'es dans le coin bien sûr."

Lui en voulait elle ? Peut être oui. Il avait disparu. Elle était retournée au pensionnat, et ses messages puis lettres lui étaient toujours revenus. Il l'avait tout bonnement supprimé de sa vie. Et elle en avait fait autant. Méritait-il d'en refaire parti ? Elle n'avait plus à rien à lui dire.

"Je ferais mieux d'y retourner. On m'attend..." Alanna fit volte face et repris le chemin du parvis de l'église.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Aryon
Féminin MESSAGES : 9
INSCRIPTION : 30/03/2017
ÂGE : 33
RÉGION : Sud
CRÉDITS : Randomisbliss

UNIVERS FÉTICHE : HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Hugo
O. Garnaliel

J'ai 28 ans et je vis à Auckland, Nouvelle Zélande. Dans la vie, j'ai pas le droit de dire ce que je fait et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon merveilleux caractère, je suis séparé et pour l'instant j'en ai un peu rien à foutre/b>.

Informations supplémentaires ici.


James Franco

Il existe de nombreuse réactions à ce genre de situation. Hugo avait eu le temps d'en étudier quelques une la veille lorsqu'il s'était installé au bar en face de l'hôtel ou il avait posé ses valises. Il y avait bien évidemment la plus simple mais aussi la moins susceptible de se produire. La joie. Celle de deux amis qui se sont perdu de vu et qui sont juste heureux de se revoir, qui oublient les années de séparation, sans rancœur et démarre là où ils en étaient resté en oubliant les erreurs de chacun. Ou plutôt ses erreurs à lui. Autant dire qu'il n'y avait aucune chance que cela se produise. Venait en deuxième position la colère, accompagnée de ses insultes, mais qui est tout à fait normale et fini par s'apaiser lorsque viennent les explications. Une bière plus tard, il en était arrivé à la haine. Le dégout, le rejet, la gifle qu'il risquait de se recevoir, connaissant Alanna il se pouvait même que se soit son poing qui atterrisse dans sa mâchoire. Cinq bière plus tard, il décida de rentrer se reposer car il en était arrivé au fait qu'elle allait tout simplement le tuer et le laisser pourrir dans un coin de rue sombre. Il avait décidé de laisser venir et d'affronter quoi qu'il arrive.
Ce à quoi il ne s'était pas attendu en revanche, c'était sa réaction à elle, bizarrement celle-là il ne l'avait pas imaginé car en réalité il n'y en avait aucune. Pas de réaction du tout, le vide total, à croire qu'elle avait perdu son âme. Il la fixait attendant la tempête, le déferlement, tout ce que vous voulez, mais tout ce qu'il obtint c'est une légère surprise et de l'indifférence.

"Je... merci ?"

Merci ? Rien de plus ? Ok ce n'était pas le bon jour, mais quand même ? Il ne la quitta pas du regard alors qu'elle se relevait, il ne savait pas ce qu'il cherchait en elle, mais il ne pouvait quitter son regard. Il aperçut son sourire mais il lui sembla forcé, presque poli.

"Merci d'être venu, ça me touche. Hugo... Hugo ?! ça doit bien faire 10 ans ? Tu vis toujours sur Londres ?"

Il fut pris au dépourvu par sa question qu'il trouvait bien trop banale pour ce genre de situation. Elle se déplaçât pour aller éteindre sa cigarette qui fumait encore sur le sol à quelques mètres de là. Il la quitta enfin des yeux et senti au fond de lui une bouffée de colère qu'il s'appliqua à camoufler et répondit simplement à sa question.

" C'est ça, 10 ans. Non, je vis en Nouvelle Zélande depuis... Ben 10 ans en fait. Enfin je dit je vit... Je vivait là bas, mais je suis ici maintenant donc je pense qu'on peut dire que je vit ici... A Londres."

Hein ?! Non mais c'était quoi ce charabia. Il était tellement à la fois déconcerté et agacé qu'il en perdait le fil et se mettais à parler comme un abruti. Il avait besoin de se reprendre sérieusement, mais il fut pris de cours. Il n'avait même pas encore commencé qu'elle mettait déjà les voiles.

"C'est vraiment sympa d'être venu en tout cas. Peut-être qu'on pourrait aller boire un verre un de ces quatre. Enfin, si... si t'es dans le coin bien sûr."

C'était tellement convainquant.

"Je ferais mieux d'y retourner. On m'attend..."

Et elle le planta là. Tout simplement, elle tourna les talon. Il eu du mal à encaisser le coup. Il sentait la colère monter en lui, une bouffée de nerfs qu'il se devait de contrôler. Si c'était tout ce qu'elle avait à offrir, alors que faisait-il encore ici ? Un verre un de ces quatre... Il se demanda alors qu'est ce qu'il faisait là. Quelle idée avait bien pu lui passer par la tête quand il avait décidé de tout plaquer pour être là auprès d'elle. Il serra les dents et reposa son regard sur elle. A cet instant, il se rendit compte qu'il risquait de ne plus jamais la revoir. Il devait faire quelque chose, dire quelque chose. Il la rattrapa juste avant qu'elle ne tourne à l'angle du bâtiment, et l'attrapa délicatement par le bras.

" Attend. Deux minute s'il te plait, je n'en demande pas plus. Je pense même que je n'en vaut pas plus."

Il pris une profonde inspiration détourna son regard d'elle pour ne pas se laisser perturber et se lança.

" Je sais que je ne suis qu'un égoïste, mais ce n'est pas le jour pour en discuter. Je suis venu pour ta mère, quand j'ai appris la nouvelle je savais que je devait venir lui rendre hommage. C'était quelqu'un de bien, une femme forte. Elle méritait que je me déplace pour elle."

Cette fois il planta son regard dans le sien avant de continuer en glissant une carte dans sa main droite.

" Aly... Si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis là, n'importe quoi. Si tu as besoin d'aide... Si tu veux parler, appelle moi " Il lui désigna la carte qu'elle avait entre les mains et qui portait ses coordonnées. " Si tu veux qu'on se voit, appelle moi. Enfin... Apelle moi..."

Il commença a apercevoir la foule qui s'était formée à la sortie de l'église, il ne pouvait pas la retenir plus longtemps. Il recula donc d'un pas et tourna son regard vers la rue. Il senti sa gorge se serrer.

" Si ça te dérange pas, je vais rester jusqu'à la fin de la cérémonie. Je veux être là pour lui dire au revoir. Après, je m'en irai. Je suis à l'Hôtel London Bridge, et je veux juste que tu saches que tous les soirs à partir de ce soir, j'irai faire un tour sur le pont entre 18 et 19 h. J'espère qu'un soir je t'y verrai."

Il la dépassa alors et alla se joindre à la foule. Il ne savait pas si elle voudrait lui parler ensuite mais il avait décidé de rester pour Amanda. Ensuite il partirai aussitôt que la foule se disperserait. Appellerait elle ? Viendrait elle le voir ? Il n'en savait rien. La seule chose dont il était sur, c'était que dès ce soit il serait sur le pont à 18 h et il y resterait autant de soir que nécessaire avec l'espoir qu'elle se pointerait.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Réfléchir la lumière {Alanna & Hugo}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOS :Hugo coton de Tulear 5a battu et séquestré ADOPTE
» Where Hugo Chavez and William Baldwin agree.
» Hugo Chavez et le vice-president cubain en Haiti
» Urgent, hugo, bichon frisé ( bethune 62)- ADOPTE
» Obélisque de lumière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: