Partagez | 
 
 
 

 you'll be alright (sirius and james)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
MONTCLAIRE
Féminin MESSAGES : 164
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : AQUITAINE
CRÉDITS : KILLER FROM A GANG, TUMBLR

UNIVERS FÉTICHE : FANTASTIQUE
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t77-she-was-heterosexual-and- http://www.letempsdunrp.com/t186-m-f-maraudeurs
Flash


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
VACANCES 1975 James Potter, âgé de seize ans, à la surprise de retrouver son meilleur ami Sirius sur le palier de la maison où il vit avec ses parents. Les questions se bousculent dans sa tête à la vue du garçon.

Contexte provenant de cette recherche



She remembered when Will had died, her agony, the long nights alone, reaching across the bed every morning when she woke up, for years expecting to find him there, and only slowly growing accustomed to the fact that that side of the bed would always be empty. The moments when she had found something funny and turned to share the joke with him, only to be shocked anew that he was not there. The worst moments, when, sitting alone at breakfast, she had realized that she had forgotten the precise blue of his eyes or the depth of his laugh; that, like the sound of Jem’s violin music, they had faded into the distance where memories are silent.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
MONTCLAIRE
Féminin MESSAGES : 164
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : AQUITAINE
CRÉDITS : KILLER FROM A GANG, TUMBLR

UNIVERS FÉTICHE : FANTASTIQUE
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t77-she-was-heterosexual-and- http://www.letempsdunrp.com/t186-m-f-maraudeurs
Flash



James
Potter

J'ai seize ans et je vis chez mes parents quand je ne parade pas dans les couloirs de poudlard. Dans la vie, je suis encore à l'école et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma chance somme toute assez contestable, je suis follement épris d'une rouquine obsédante à souhait.




avatar © morrigan


« Tes lunettes, James ! Mets tes lunettes ! » L’intéressé dut prendre de sur lui pour ne pas rouler des yeux. De mauvaise grâce, il tira sa paire de lunettes et l’enfila tout en regardant bien sa mère, comme pour lui demander si elle se trouvait plus satisfaite ainsi. Au final, ce fut elle qui poussa un soupire, sous entendant qu’il allait finir par la tuer. Ouais, elle n’avait peut-être pas tord. L’après-midi déclinait, les heures s’écoulaient et James, âgé de seize ans, décida de fausser compagnie à ses parents pour rejoindre sa chambre. A la base, dans un élan de bonne volonté, il tâcha de se motiver pour bosser un peu (il avait tout une série de chapitres à lire et d’exercices à pratiquer, tant de devoirs refilés par ses professeurs de toute évidence peu familiers au concept de « vacances »). Il attrapa l’un de ses gros bouquins de classe et, assis sur son lit arborant les couleurs de son équipe de quidditch favorite, il commença à le feuilleter d’un air vaguement pensif. Il garda ses lunettes vissées sur son nez alors qu’il tâchait de se concentrer sur ses cours, mais bien, vite son attention fut détournée. Au final, à l’issu de quelques minutes de concentration intense, il finit par enlever ses lunettes, s’allonger sur son lit et jouer avec un vif d’or. C’était l’un de ses passe-temps inutiles favoris : il s’amusait à lancer la petite balle toute dorée, s’émerveillant à la vue familière de ses petites ailes déployées. Sa main se refermait toujours sur la balle dans un automatisme rassurant. Se redressant sur ses coudes, James lorgna du regard l’étendue de sa chambre. Dans un coin de la pièce, juste à côté d’un grand miroir en pied, se trouvait son balai. Quelques secondes s’égrenèrent avant qu’il ne décide d’un brusque changement de programme. Quittant son lit, il rejoignit en quelques secondes le balai et s’en saisit, refermant avec assurance sa main libre sur son manche. Au diable ses cours. Les vacances n’étaient pas faites pour bosser. Ou alors si, mais plutôt sa technique au quidditch. Bien décidé à regagner le petit jardin s’étendant devant sa maison, il descendit l’escalier. « Tu n’avais pas décidé de travailler ? » L’interrogea sa mère, plus pour le taquiner que pour le réprimander. L’ébauche d’un sourire blasé aux lèvres, James décida de l’ignorer. Droit comme un i, son balai à la main, il passa tranquillement devant elle. Du James tout craché. Un monstre d’arrogance, quoique pas bien méchant. Enfin, ça dépendait avec qui. Laissant ses parents à l’intérieur de la maison, James fila rejoindre le jardin. Le jour déclinait lentement, mais il faisait encore suffisamment beau pour s’adonner tranquillement au quidditch durant une bonne heure. La journée avait été belle et le jardin soigneusement entretenu par sa mère dégageait un sentiment de confort familier.

Sans plus attendre, James  libéra le vif d’or qui fila gaiement vers le ciel, disparaissant de la vue de son propriétaire. Instinctivement, les coins de la bouche de James se soulevèrent. Il était éperdument amoureux de ce sport et éprouvait toujours un sentiment de plénitude intense à le pratiquer. En fait, s’il n’y avait que lui et que différents paramètres rendaient la chose possible, il passerait sans doute toute sa vie perché dans les airs, le vent fouettant sa peau et ses vêtements. Il se sentait parfaitement à son aise en hauteur et le ciel le lui rendait bien. L’étendue bleue semblait l’accueillir joyeusement à chaque fois. Avec un soupire de bien-être, James enfourna son balai et s’éleva avec aisance dans le ciel. Il commença ensuite l’exercice qui avait plus des airs de pur passe-temps. James suivait la trajectoire du vif d’or avant de se ruer dessus avec souplesse et ce encore et encore. A chaque fois que sa main se refermait sur la petite balle volante, il éprouvait un sentiment de victoire saisissant qui le poussait à relâcher sa prise immédiatement pour renouveler la chose. Il s’entraînait depuis une bonne demi-heure lorsqu’à nouveau, la voix de sa mère raisonna à ses oreilles. « James ! Il y a quelqu’un pour toi ! » L’intéressé fronça les sourcils, un peu ennuyé d’être ainsi interrompu. Malgré tout, il descendit gracieusement jusqu’au sol sur lequel il vint atterrir en douceur. Passant une main sur sa nuque légèrement poisseuse de sueur, il abandonna son balai pour rentrer à nouveau à l’intérieur. Rejoignant en deux-deux l’entrée de la maison, il tomba nez-à-nez avec son meilleur ami. Sirius ne dérangeait pas bien sûr, mais James fut très surpris de le voir. En générale, au grand damne des deux amis, ils ne se voyaient guère durant les vacances, Sirius étant coincé chez lui et ne tenant pas à imposer sa famille à ses amis. James demeura donc bouche-bée à la vue de son ami. « Qu’est-ce que tu fais là ? Entres » joignant le geste à la parole, James s’écarta dans l’embrasure de la porte pour laisser passer son ami.




She remembered when Will had died, her agony, the long nights alone, reaching across the bed every morning when she woke up, for years expecting to find him there, and only slowly growing accustomed to the fact that that side of the bed would always be empty. The moments when she had found something funny and turned to share the joke with him, only to be shocked anew that he was not there. The worst moments, when, sitting alone at breakfast, she had realized that she had forgotten the precise blue of his eyes or the depth of his laugh; that, like the sound of Jem’s violin music, they had faded into the distance where memories are silent.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
you'll be alright (sirius and james)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Presentation de James Sirius Potter,Fils de Harry Potter
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» All i wanted was you [PV James Stanford]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: