Partagez
 
 
 

 Naufragés des temps pas si pacifiques (ft Gemini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Solille
Solille
Féminin MESSAGES : 96
INSCRIPTION : 13/03/2019
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : Romance, fantastique, réel, animé , je suis preneuse de pas mal d'idée
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

Naufragés des temps pas si pacifiques (ft Gemini) Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Deux naufragés sont sur une île déserte, sans eau potable, sans personne pour les aider. Que va t'il se passer ? Vont-ils survivre ? L'avenir le leurs dira.

Contexte provenant de nos petites têtes
Revenir en haut Aller en bas
 
Solille
Solille
Féminin MESSAGES : 96
INSCRIPTION : 13/03/2019
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : Romance, fantastique, réel, animé , je suis preneuse de pas mal d'idée
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

Naufragés des temps pas si pacifiques (ft Gemini) Empty


Thalia Garcia
J'ai 31 ans et je vis sur une île déserte, perdu au milieu de nulle part. Dans la vie, je suis esthéticienne et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt vraiment mal.




oona chaplin ©️ /


La tête la première dans le sable brûlant, le sable lui rentrait dans la bouche. Le soleil lui brûlait la peau, les coups de soleil lui faisais mal. Elle était assommée et ne comprenais pas ce qui c'était passé.
Elle ouvra les yeux et se redressa pour regarder autour d'elle. Thalia ne savait pas où elle était, ni comment elle était arrivée là. Sa mémoire encore brouillait, elle eu des flashbacks, l'avion, des turbulences, un grand fracas puis plus rien.
La jeune femme ne comprenait pas comment cela c'était passé. « J'ai un mal au crâne... où suis-je ? » Elle se leva et déposa son regard sur le paysage verdoyant. Derrière elle, la mer à perte de vue et devant se trouvait une énorme forêt voir même une jungle.
Ses vêtements plein de sable, sa bouche pâteuse il lui fallait de l'eau, de l'eau potable. Combien de temps s'était-elle évanouis ? Elle était perdu. Thalia regarda si il y avait d'autre personne dans le même état qu'elle, dans la même détresse. Personne, elle était seule.
Elle commença à marcher, près de la jungle pour avoir au moins un peu d'ombre face à ce soleil, l'air était chaud voir même brûlant, la jungle était immense. Cette jungle était vraiment hostile, il fallait qu'elle trouve quelqu'un, un village , un secours quelqu'un qui pourrait la rassurer et l'aider.
Plusieurs heures passaient, elle commençait vraiment à paniquer, les animaux était clairement présent, elle avait une chance énorme que rien ne surgisse dans les feuillages pour la manger. C'était clairement le mot.
Elle arriva à sortir de cette jungle, le soleil lui brûlait les yeux et devant elle, la mer. « Oh non... C'est une île ?!! » pensa t-elle.
Prise de désespoirs, elle pleura de chaudes larmes. Elle ne savait pas quoi faire. Elle n'avait jamais eu ce genre d’expérience sur la survis, elle ne savait ni faire du feu, ni trouver de l'eau potable, ni rien du tout. « je vais mourir ici, seule.. ma vie pourris.. peut-être que c'est mieux ainsi.. » pensa t-elle.
Soudain un mouvement se dessina du coin de l’œil, elle regarda d'où se mouvement venait. Une silhouette, elle se leva précipitamment, et couru vers cette silhouette et diminua la distance qui les séparés. Elle s’arrêta à un mètre de l'inconnu. Elle découvrait une silhouette d'homme, le soleil lui tapait dans les yeux , elle ne voyait ni son visage, ni ses cheveux rien. Elle voyait juste le corps d'un homme. Thalia plaça ses mains devant les yeux.

« Bonjour, excusez moi de vous déranger, je suis complètement perdu, j'ai besoin de votre aide, je ne sais pas comment je suis arrivé ici. Où sommes nous ? »

Elle était soulagé de trouver enfin hommes qui vivent.

@gemini
Revenir en haut Aller en bas
 
Gemini
Gemini
Masculin MESSAGES : 177
INSCRIPTION : 29/06/2018
ÂGE : 29
RÉGION : BFC
CRÉDITS : prakash

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1933p10-grouse-my-heart-hope-to-dye
Flash

Naufragés des temps pas si pacifiques (ft Gemini) Empty


Samuel Herraiz
J'ai 30 ans et je vis sur une île depuis le crash, de l'avion qui devait me ramener en France. Dans la vie, je suis commercial itinérant sur la région du Sud-Ouest et je m'en sors globalement bien dans les relations avec les clients et les hôtesses des showrooms où nous exposons nos produits. Sinon, grâce à ma chance, je suis sur le point d'épouser ma fiancée qui m'attend pour notre mariage planifié dans trois semaines et je le vis plutôt mal d'être perdu à des milliers de kilomètres d'elle et de ne pas savoir quand je rentrerai.




Timothy Granaderos ©️ /

Port Elizabeth - 36H avant le crash
Les copains avaient vraiment tenté de sortir le grand jeu pour mon enterrement de vie de jeune garçon, et je passais un séjour très atypique en Afrique du Sud. De leur côté, les amies de Maëlys l'avaient emmenée s'amuser aux îles Canaries à l'occasion d'une des dernières possibilités pour chacun de faire la fête. Bientôt nous serons unis par les liens sacrés, pour le meilleur comme le pire, jusqu'à ce que la mort nous sépare. Et un tel voyage à l'autre bout du monde arrivera bien vite, puisque nous devrons nous décider de la destination idéale où profiter de notre futur statut de couple marié.
Dans tout groupe se retrouvaient des individus plus extravertis que d'autres, des métabolismes plus ou moins sensibles, des caractères compatibles et des tensions un peu plus palpables. Dans l'ensemble, les potes rendaient les moments sympas sans trop se prendre la tête dans des complications. Le séjour manquait de ce petit truc qui aurait pu le rendre magique pour l'événement d'une vie que le déplacement représentait, mais je ne m'en plaignais pas. Cela me convenait très bien qu'on se soûle juste ce qu'il fallait et qu'on ne dérive pas dans des conneries qui nous auraient gâché le voyage.

Quelque part dans le Golfe de Guinée - 2H après le crash
Des cris. De la peur. Un choc. D'autres cris, violents. Un autre choc, aussi violent en réponse à l'effroi des passagers prisonniers de cet appareil qui incompréhensiblement traversait le plancher d'altitude puis perdit toute stabilité. Touché à la tête, je sombrais avec l'impression de valser comme dans une attraction forte jusqu'à ce que tout s'immobilise net et que le silence anéantisse le suspense. Je ne sais pas combien de minutes j'étais resté allongé mais le destin m'avait épargné pour cette fois. Le premier réflexe qui m'a pris en me relevant, meurtri de douleurs à plusieurs endroits, fut de constater les dégâts physique sur mon corps. J'ignorais si ma mâchoire était déboîtée, si mon genou avait subi une entorse ou s'il ne s'était froissé que d'un coup qui passerait, ni si mon bassin avait tourné dans les heurts de la carlingue qui s'était déchirée par bouts en touchant les vagues puis la plage de sable pour finir son dernier raid kamikaze à travers le rideau d'arbres jusqu'à s'exploser contre un imposant tronc qui n'aura probablement laissé aucune chance aux occupants de la cabine de pilotage. Mais l'heure de ma mort n'avait pas encore sonné, même s'il fallait se coltiner une migraine, des ecchymoses sur les membres et des entailles sur le visage ainsi que les avant bras et les cuisses où les tendons bien étirés présageaient un claquage qui se confirmait dès que je foulais le sol terrestre. Mon regard se mit alors à la recherche de survivants. L'espoir fut immédiatement refroidit lorsque j'aperçus un forme humaine rejetée par la marée sur la plage, face contre le sol, probablement inanimée. Mes craintes se confirmèrent au moment où je retournais le cadavre pour qui c'en était terminé.

Un début de nausée m'accompagna en me relevant pour tenter d'oublier ce que je venais de voir, et une voix lointaine divaguait dans mon esprit. Penchant la tête, les propos étaient bien réels, provenant d'une femme à peine à quelques mètres de moi. Encore sous l'effet d'avoir frôlé la mort, je m'estimais heureux d'entendre et de bouger mes doigts. Une de mes mains se posa sur la joue de l'inconnue pendant que je reprenais mes esprits pour lui répondre avec le peu d'informations dont je disposais : « Je n'en sais strictement rien .. mais on doit être très chanceux d'être vivant pour se poser la question. » Je n'envisageais que le pire ; d'avoir perdu tout d'imaginable au monde en un éclair de temps. Je ne parvenais pas à réprimer une grimace en m'inquiétant pour cette autre personne épargnée dans un tel accident. « Ca va, vous n'êtes pas trop blessée ? », je l'interrogeais sans lui laisser une seconde afin de me le confirmer. « Vous savez si ... Vous avez croisé des .. Quelqu'un d'autre ? De vivant ? », je tremblais en relâchant mon emprise sur sa joue.

@Solille
Revenir en haut Aller en bas
 
Solille
Solille
Féminin MESSAGES : 96
INSCRIPTION : 13/03/2019
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : Romance, fantastique, réel, animé , je suis preneuse de pas mal d'idée
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

Naufragés des temps pas si pacifiques (ft Gemini) Empty


Thalia Garcia
J'ai 31 ans et je vis sur une île déserte, perdu au milieu de nulle part. Dans la vie, je suis esthéticienne et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt vraiment mal.




oona chaplin ©️ /


Thalia avait tellement eu de l'espoir quand elle avait aperçu cet homme au bord de la plage que quand celui-ci lui répondit qu'ils étaient chanceux d'être vivant elle pu réprimer un sanglot. Le cœur ballant, sa gorge se serrait et la nausée la prit. La main de l'inconnu la rassura tout de même, cela lui donnait encore la force un peu d'avancer comme ci ce simple geste pouvait la réanimé, lui donner de l'espoir.

« Non je... Non je suis pas vraiment blessée juste quelques écorchures et vous ? »

Ils étaient donc seuls à être des rescapés de se terrible accident ? Il n'y avait donc plus personne sur qui se tourner ?
Elle ne savait pas où elle se trouver, elle tâta ses poches de jean pour trouver son téléphone, évidemment il n'y était pas et de toute façon vu la flotte où elle était disons qu'il n'aurait pas bien fonctionner. Mais dans cette détresse, on ne réfléchis plus vraiment de façon rationnelle.
Décidément le jeune homme débarquer aussi ici, puisqu'il lui demanda si elle avait croisé homme qui vivent.

« Non je n'ai croisé personne, à part vous, je me suis dis que vous viviez ici. Je crois que nous sommes dans la même merde, excusez moi du mot, mais décidément il va falloir se débrouiller tous seul »

Elle s'assit sur le sable avant de tomber dans les pommes, ses vêtements la démangeaient, elle prit une grande inspiration et demanda.

« Si vous avez une quelconque notion sur la survie, je suis preneuse, car je n'y connais absolument rien et disons que il va falloir survivre le temps de trouver quelqu'un sur cette.. île, je pense que s'en est une, ou le temps que les secours nous trouve. »

Elle regarda le jeune homme, il était dans un sacré état, tout comme elle, on voyait clairement quelques écorchures par-ci par-là. Malgré cela, il était plutôt beau garçon, ça elle ne pouvait pas le nier.
La mer s’étendait à perte de vue, en la regardant elle pensait à son fils, à sa famille qui lui manquait tant. « Comment vais je faire pour m'en sortir ? Pourquoi avoir voulu faire ce voyage ?.. » pensa t'elle.
Elle se releva, rassembla son courage et sa détermination pour s'en sortir coûte que coûte, puis lui proposa

« On commence peut-être à aller chercher de l'eau potable ? »

Thalia regardait la jungle , son corps de ce côté-ci , elle le prévenait de ne pas faire d'étincelle dans cette foutu jungle.

« Faite attention j'ai traversé la jungle elle est vraiment hostile, alors soyez sur vos gardes. »

Son ventre gargouilla, elle avait faim aussi, « de l'eau d'abord sans eau on mourra bêtement » pensa t'elle.
Combien de temps s'étaient écoulés depuis l'accident , elle n'en avait aucune idée.

@gemini
Revenir en haut Aller en bas
 
Gemini
Gemini
Masculin MESSAGES : 177
INSCRIPTION : 29/06/2018
ÂGE : 29
RÉGION : BFC
CRÉDITS : prakash

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1933p10-grouse-my-heart-hope-to-dye
Flash

Naufragés des temps pas si pacifiques (ft Gemini) Empty


Samuel Herraiz
J'ai 30 ans et je vis sur une île depuis le crash, de l'avion qui devait me ramener en France. Dans la vie, je suis commercial itinérant sur la région du Sud-Ouest et je m'en sors globalement bien dans les relations avec les clients et les hôtesses des showrooms où nous exposons nos produits. Sinon, grâce à ma chance, je suis sur le point d'épouser ma fiancée qui m'attend pour notre mariage planifié dans trois semaines et je le vis plutôt mal d'être perdu à des milliers de kilomètres d'elle et de ne pas savoir quand je rentrerai.




Timothy Granaderos :copyright:️ /
Idem, des égratignures principalement. Ce qui fut plutôt rassurant quand on constatait la scène de désastre qui avait remplacé la plage de sable trop paisible pour ne pas être le théâtre d'un drame tel que celui qui venait de survenir.

La nervosité contenue, la stress accumulé, l'adrénaline comme cause principale me fit éclater un fou rire lorsque l'inconnue m'avoua m'avoir considéré local sur ces terres d'Afrique Centrale. Mon teint de peau aurait pu se confondre dans le pays le plus au Sud du continent. Pas ici où la population blanche est quasi inexistante parmi les natifs. Et j'étais trop imberbe pour pouvoir jouer le rôle du Robinson Crusoé qui s'est aménagé son domicile depuis plusieurs semaines dans les environs. « Non je ne suis pas d'ici, je suis européen. Mais ce serait invraisemblable que nous soyons les uniques survivants de cet épisode. Regardez comme nous sommes tellement chanceux ! D'autres personnes doivent bien se trouver quelque part à chercher de l'aide comme nous. » A mesure que je me prononçais, je me remémorais les endroits traversés pour tomber sur cette brune. Les chances ne sont tout de même pas énormes. Un bout de l'épave qui s'est arrachée en mer, et l'autre partie de l'appareil avec tout au plus une quinzaine de personnes avait été secoué par des rebonds du fuselage sur l'eau. Confirmés parmi ceux-ci, je comptais trois morts et deux rescapés. Il devait bien y avoir une probabilité sur les dix autres personnes à avoir pu se relever sans trop de fracas de ce choc.

Je la perdais en la voyant s'accroupir puis s'affaler à même le sol entre le littoral et la forêt, et me précipitais à genoux pour la réanimer aussi vite que possible. Je tapotais son visage pour l'entendre me parler de ce qui serait à son idée une île. Ce n'est pas le plus important pour l'instant, nous ferons les vérifications le moment venu. Elle avait encore la lucidité de penser à l'intervention de secours, mais s'apitoya rapidement sur le sort qui nous avait joué un sale tour. « Hey, on est vivants pour l'instant, il n'y a pas de raison que ça termine mal sauf si on se blesse grièvement. Ca n'arrivera pas si on reste vigilants. Ok ? »

En une demi-seconde la femme se releva et regardait déjà en direction de la végétation pour aller y chercher des vivres. Ma gorge se noua en repensant aux corps désarticulés tels des marionnettes des deux pilotes et à l'avertissement que je reçus de la part de celle qui revenait de cette nature indomptée. De l'eau ? Oui, évidemment. Je n'y avais même pas songé pour l'instant, réfléchissant à d'autres problématiques.. et surtout me remettant mentalement de ce qui nous arrivait. « On peut longer les côtes dans un premier temps. Je ne m'y connais pas plus que vous et je ne regarde pas les documentaires à la télévision, mais peut-être on pourrait tomber sur des ressources intéressantes. J'en sais rien, on avisera ensuite pour la jungle si on doit vraiment aller là-bas. »

Strictement je n'étais pas adepte des virées du genre, et je ne le serais d'ailleurs plus jamais à la suite de cet événement. Je me rappelais de l'endroit où se situait un cadavre, alors je proposais d'aller dans le sens inverse. S'il s'agissait réellement d'une île, on en ferait le tour jusqu'à ce que le soir tombe et que nous nous préparions à passer la nuit. Je n'avais que de faibles espoirs de nous voir tirés d'affaire d'affaire le jour-même du crash. A moins que les radars n'étaient précis et eussent fait leur travail de quadrillage de notre position pour que des équipes nous recueillent d'ici quelques heures, le temps de rallier notre position. Je me tournais vers la seule âme qui pouvait tuer ma solitude, pour l'inciter à fouler la plage en quête d'objets et de nourriture, que je la vis placer la main au niveau de son ventre. « Vous êtes sûre que vous n'êtes pas trop blessée ? Laissez moi vérifier malgré que je ne sois pas médécin... », je séparais la distance entre nous pour doucement relever le bord de sa tunique là où un peu de sang séché éclaboussait son vêtement.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Naufragés des temps pas si pacifiques (ft Gemini) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Naufragés des temps pas si pacifiques (ft Gemini)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D
» Le sablier du temps...
» L’alimentation en temps de guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Afrique-
Sauter vers: