Partagez
 
 
 

 Et ses beaux mensonges... | Galyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Ayii-sensei
Ayii-sensei
MESSAGES : 25
INSCRIPTION : 13/03/2017
CRÉDITS : solosands

UNIVERS FÉTICHE : Université, city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Et ses beaux mensonges... | Galyn Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Kait et Gab l'histoire d'un éternel va et vient. Meilleurs amis avec beaucoup trop d'amour, beaucoup trop de blessures du passé. La limite entre l'amour et l'amitié avait toujours été assez flou pour eux deux. Mais quelque part ils s'y complaisaient, quelque part ça les rassuraient.
Jusqu'à cette fois de trop. Une dispute sur le lieu de travail de Kaitlyn qui a finit dans les flammes. Elle ne pouvait plus survivre à cette amitié : trop intense, trop passionné.
Alors pendant des mois, plus rien.
Jusqu'à ce soir de Décembre, quelques jours avant Noel. Un des amants sous les draps, un régulier, avait cru qu'elle était du genre à se laisser faire. Un peu trop saoul il avait levé la main sur elle, son visage tuméfié, sa lèvre ouverte. Cet idiot lui avait crié : "je viendrais te violer pendant ton sommeil salle pute !", juste avant de partir. Un frisson, son palpitant qui s'affole. Kait pour la première fois depuis longtemps se sentait vulnérable. Elle savait qu'elle n'aurait pas du l'appeler mais elle l'avait fait. C'était le seul qui viendrait à cette heure-ci.

Contexte provenant de cette magnifique tête qu'est la mienne !
Revenir en haut Aller en bas
 
Ayii-sensei
Ayii-sensei
MESSAGES : 25
INSCRIPTION : 13/03/2017
CRÉDITS : solosands

UNIVERS FÉTICHE : Université, city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Et ses beaux mensonges... | Galyn Empty


Gabriel
Morales

J'ai 25 ans et je vis à San Fransisco, Etat-unis. Dans la vie, je suis garagiste et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Et ses beaux mensonges... | Galyn Tumblr_nmrd8cICBi1r5dir1o6_250
my angels


avatar ©️ SweetDisaster

Il ne se souvient plus trop bien si il était deux heures ou trois. Ses yeux à peine ouverts, juste assez pour voir l'appel. Sans aucunes hésitations il avait décroché. Pas qu'il n'était pas rancunier et qu'il ne lui en voulait pas de l'avoir ignoré pendant des mois. C'était juste l'heure et ce pré-sentiment qui lui faisait se dire qu'elle n'appelait pas pour rien. Trop vite il s'était assit.
Essoufflé.
Étourdis.
Il avait bafouillé.
Arrête de pleurer poupée.
J'arrive.
Je viens te sauver.

Tout ce qu'il avait compris c'était ses pleures. Son cœur s'était tordu dans sa poitrine. Parce qu'il savait que pour qu'elle marche sur sa fierté de la sortes il fallait vraiment que ce soit grave. Alors sans demander plus de détails il avait accourus.
Sac sur le dos, encore en pygama.
Petite fille dans les bras encore endormie.
Enroulé dans son petit plaid elle avait l'air d'un burrito.
Heureusement qu'elle avait le sommeil lourd , Kaitlyn n'apprecirait surement pas qu'elle la voit ainsi. Tara était la fille de Gabriel, la prunelle de ses yeux. N'ayant jamais vraiment eu de model féminin autour d'elle c'est tout naturellement qu'elle s'est attaché à Kait. Gabriel en était ravi, lui qui travaillait dans un garage miteux et qui devait souvent la ramener avec lui, était heureux qu'elle ai trouvé un peu de douceur dans les yeux et les bras de Kait.  


...

Il frappait à la porte.
Il frappait à la porte mais ne s'attendait pas à tomber nez à nez avec des restes de Kait.
Les yeux luisant , le bleu sur le visage.
Son coeur battait à tout rompre, tellement qu'il avait même peur que la fillette endormies dans ses bras ne se réveil.
"Kaitlyn Qué pasó !" - il s'exclamait le plus doucement possible. Il rentrait sans même attendre sa permission. D'un pas pressé il déposait le petit ange sur le canapé avant de venir lui faire face.
"Qui a fais ça ?!" - il effleura la joue, à peine.
Il avait mal.
Son cœur se serrait.
Comme si on lui avait mit les coups.
Comme si il pouvait comprendre.
Cette douleur se transformait doucement en colère. Il serait les poings.

Dis lui qui t'as fais du mal.
Qu'il les attrape.
Les torde et les face disparaître.
Comme ses bleu sur sa peau.
Disparaître.
Comme ses larmes aux coins de tes yeux.
Dis lui tout le mal.
Dis lui qu'il te soigne.
Il en donnerait sa vie et tu le sais.
Il en donnerait sa vie et plus si tu lui demandais.
Dis lui ...





Revenir en haut Aller en bas
 
Hako
Hako
Féminin MESSAGES : 16
INSCRIPTION : 13/03/2017
ÂGE : 24
RÉGION : Île-de-France
CRÉDITS : Pomeline

UNIVERS FÉTICHE : Réel/Disney/Université
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Limace

Et ses beaux mensonges... | Galyn Empty


Kaitlyn Ortega-Woods
J'ai 23 ans et je vis à San Francisco, Californie, Etats-Unis. Dans la vie, je suis Barmaid et je m'en sors Moyen. Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis Célibataire et je le vis plutôt Bof.




Claudia Nelson ©️ Moi-même


Le cœur battant, les mains tremblantes, tu restais là. Le regard plongé dans le vide avec seulement tes yeux qui machinalement s'étaient mis à verser des litres de perles lacrymales. Pour la première fois, tu étais effrayée. Toi qu'on voyait toujours prête à tout et n'avoir peur de rien, restais tétanisée face aux paroles de ton agresseur. Au-delà de ta sécurité, tu pensais surtout celle de ta fille. Qu'est-ce qu'il pourrait lui arriver ? Tu ne vivais plus chez tes parents depuis un moment maintenant. Il savait où vous viviez. Et si ses paroles n'étaient pas de simples menace lancée en l'air ? Et s'il comptait vraiment agir ? Tu te sentais sombrer dans la folie, la peur et l’effroi. Tu avais fait entrer dans vos vies un psychopathe ! Kait ! Quelle idiote tu fais ! Tout ça pour t'évader pendant quelques heures. Tout ça pour avoir l'impression de ne pas porter toutes ses fardeaux seules. Pour avoir l’illusion d'avoir quelqu'un avec toi. Juste une nuit. Juste un instant. Ne pas te sentir seule ni vulnérable. Et maintenant, c'est bien pire.
Respire.
Cesse donc de trembler, petite feuille.
Respire.
Cesse donc de pleurer, beau nuage.
Respire.
Te laisse pas t'étouffer dans ces ténèbres.
Respire.
Ne te noie pas dans cette mer de menace.
Respire.

Alors, comme un réflexe de survie, comme une réponse logique biologique, tu avais eu, tu ne t'es pas vu taper son numéro sur ton téléphone. Tu n'avais même pas réalisé l'acte, jusqu'à c qu'il décroche. Tu restais muette à l'entente de sa voix. Tes reniflements comme seule moyen de communiquer. Aucun son ne sortait de ta bouche. Comme muette. Comme si le coup qu'il t'avait assigné avait blessé ta voix par la même occasion.
Sauve-moi.
Revient. Aide-moi.
Sauve-moi.
Guéris-moi comme tu l'as toujours fait.

Si ta bouche arrivait à articuler des mots, c'est sûrement ce qu'elle dirait. Mais ce n'était pas le cas. Tout ce qu'il entendait était tes reniflements et tes petits cris étouffé par la peur même de respirer. Tu voulais mourir. Tu voulais disparaître à ce moment-là. La détresse dans l'âme et dans le corps, tu voulais disparaître. Comme ta fierté à ce moment-là. Il était encore au téléphone avec toi. Tu ne savais pas ce que ça voulait dire. Il ne disait pas plus de choses que tu en disais. Tu entendais simplement un boucan arrière comme s'il cherchait quelque chose. Mais être au téléphone avec lui te rassurait. Sa présence téléphonique te suffisait à apaiser ce cœur près à un imploser un peu plus tôt.
Ne me laisse pas.
Plus.
Jamais.

Tu te roules en boule, le téléphone à l'oreille, en l'entendant baragouiner quelques mots en espagnol. Après quelques minutes. Tu entendais quelqu'un sonner ton cœur fit un bond et ton sang qu'un tour. Mais ce qui te rassura fut lorsque tu entendais ta sonnette résonner dans le téléphone que tu tenais. Tu te levais encore tremblante regardant dans le judas juste avant d'ouvrir la porte. Tu le regardais sans comprendre ce qu'il faisait là, mais ça te rassurait tellement que tu ne risquais pas de t'en plaindre. Tu le regardais déposer Tara sur le canapé avant de revenir vers toi. Tu le laissais faire plongeant seulement tes yeux dans les yeux. Tu voulais t'étouffer au creux de ses bras, pour qu'il te protège, ressentir sa présence protectrice tout autour de toi. Mais tu avais déjà du mal tenir debout. Toute cette soirée t'avait pris toute la force que tu avais en toi.
Tu respires.
Maintenant qu'il te sert de bouée dans cette mer aride.
Tu respires.
Maintenant qu'il t'apporte la lumière dont tu avais besoin.
Tu respires.
Maintenant qu'il te porte toute cette pluie.
Tu respires.
Maintenant qu'il te maintient dans ses mains.
Tu respires.

Revenir en haut Aller en bas
 
Ayii-sensei
Ayii-sensei
MESSAGES : 25
INSCRIPTION : 13/03/2017
CRÉDITS : solosands

UNIVERS FÉTICHE : Université, city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Et ses beaux mensonges... | Galyn Empty


Gabriel
Morales

J'ai 25 ans et je vis à San Fransisco, Etat-unis. Dans la vie, je suis garagiste et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Et ses beaux mensonges... | Galyn Tumblr_nmrd8cICBi1r5dir1o6_250
my angels


avatar ©️ SweetDisaster

Elle se tenait face à lui tremblante comme une feuille. Vulnérable. Fragile. Peu de fois il l'avait vu ainsi. Parce que c'était une guerrière, il l'avait toujours su, elle l'avait toujours revendiqué. Elle n'avait pas froid au yeux et plusieurs fois, comme aucune autres, elle lui avait tenue tête. Kaitlyn n'était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Pourtant ce soir elle n'était plus que l'ombre d'elle même.
Il osait à peine la toucher ou l'approcher de peur qu'elle ne prenne la fuite ou qu'elle ne se cache. La rage brûlait, le consumait. Il avait envie de hurler, de la forcer à avouer tout le mal qu'on lui avait fait. Qui avait pu lever la main sur elle. Qui avait cogné ses phalanges sur ce visage qu'il chérissait tant en secret.

Tout est déjà fait.
Il est trop tard.
C'est de ta faute.


Une petite voix lui susurrait qu'il n'aurait jamais du la laisser. Malgré les appels ignoré, malgré a colère qu'elle n'arrivait pas à refouler. Il s'était promit de veiller sur elle et sur Hope. Il s'était promis qu'elles seraient sa famille désormais. Mais c'était un lâche. Et voilà un joli trait qu'il devait tenir de son père. L'habitude de fuir quand ça devenait compliqué. L'habitude d'abandonner et de décevoir le peu de personne qui comptait sur lui.

Son coeur se froissait sous le poids des remords.
Sa lèvre s’abîmait sous l'emprise de ses dents.

Mais maintenant il était.
Il pouvait encore réparer.
Il pouvait encore, au moins, soulagé et apaisé.
Maintenant il était là et il y resterait un bon moment.

Alors après un peu de silence il l'avait prit dans ses bras. Laissant son côté vengeur pour le moment. Parce qu'il savait que la seule personne que ça soulagerait vraiment qu'il s'en prenne à cette personne : c'était lui et son égaux peut-être.
Pour le moment il lui offrait uniquement la chaleur de ses bras et le réconfort d'un baiser sur le front. Pendant un long moment il ne disait plus rien, leur deux coeur parlaient tout les deux côte à côte. Il se suffisait de sa présence et des effluves de son parfum qu'il avait presque oublié.

"Hope va bien ?" - d'un coup il pensait que peut-être celui qui lui avait fait ça avait fait aussi du mal à Hope. Il paniquait.
"Je suis là , je bouge pas." - juste pour la rassurer, des mots, juste pour lui faire comprendre qu'il ne comptait pas fuir.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Et ses beaux mensonges... | Galyn Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Et ses beaux mensonges... | Galyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Art Est Le Plus Beau Des Mensonges | Groupe 2
» Avoir des beaux ongles
» Elarinya
» Les larmes d'Hillary apportent de beaux sourires!
» L'homme au long nez ou Uldry D. Kenneth.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: