Partagez
 
 
 

 (noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Afida Turner
Afida Turner
Féminin MESSAGES : 89
INSCRIPTION : 24/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : (quiche) lorraine
CRÉDITS : CHLOE (icon) me (signature)

UNIVERS FÉTICHE : réel / fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t259-better-than-afida-turner http://www.letempsdunrp.com/t269-ca-va-senna
Tortue

(noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria Empty


Neo
Nozère

Jeune vagabond d'une vingtaine d'année, toujours paumer et déçu par la vie. t'as voulu joué le caliméro mais la vie t'as bénie avec le plus beau des cadeaux. une gamine de dix huit ans à peine, qui a frapper ta vie à coup de hache. tu lui a promis le monde, alors offre lui réellement. Suis-là jusqu'en enfer, emmène la au paradis. tant qu'elle reste près de toi.

tes désires, font désordres (son être, son corps, son coeur et son âme n'appartienne qu'à une demoiselle, dont le regard qu'elle me donne est indescriptible. ses yeux émeraude auront ma mort, ma douce chapelle sixtine)


Quitté les Etats-Unis pour l’Europe est la meilleure chose qu’il avait pu faire tout les deux. ils n’avaient plus rien à faire là-bas et ici, il y avait la famille de Sixtine a retrouvé. Quand les 21 ans de la demoiselle ont sonnée, et qu’ils ont pu prendre l’avion, autrement qu’avec des fausses identités, ils ont lever le camp pour un avenir meilleur. Avec tristesse, Neo a du vendre sa jolie Betty, ce van qui lui tenais à coeur et qui l’a accompagner depuis tellement d’année, sa maitresse, sa seule amie, il a du la laisser au plus offrant, vendant un par un chaque affaire qu’il avait dedans. Ses affaires qui avaient plus de valeur sentimentale qu’autre chose, mérite un meilleur happy ending que d’être salement abandonner et ronger par le temps et la poussière. il avait profiter d’une brocante pour tout vendre, gardant l’argent pour ce qui devait les attendre en arrivant en Europe. Quatre année ce sont écouler depuis la rencontre de Sixtine et Neo, des mots ont été dit, des choses ont été fait, une relation qui était baser sur la confiance et l’amour et personne pour les embêter. Neo ne pensait pas rester aussi longtemps avec une personne, il pensait sincèrement que quelqu’un qui partagerai sa vie sur du long terme aller finir par se lasser de lui. Lui et son intelligence moyenne, lui et ses habitudes un peu barbare, mais avec surprise, Sixtine avait fait de lui un homme meilleur, un aventurier, un élite, un jeune homme cultiver et plein d’avenir, à l’aube de ses 25 ans, il était la meilleure version de lui même.

Ils ont mis le cape sur la France, arrivé à Charles de Gaulle, c’est la grand mère de la gamine qui est venu les chercher. une vielle dame ternis par le temps, les yeux presque invisibles cacher sous ses rides et un coeur grand comme un château. elle les accueillit dans son appartement, elle avait une chambre de bonne assez grande pour eux deux. ils ont passer les quinze premiers jours là bas, jusqu’au départ de la grand mère pour le sud de la france. Neo avait eu le privilège de parler avec mamie Chang, elle n’avait plus toute sa tête, mais elle pouvait voir à travers les gens, comme le fond les vielles personnes. ils eurent une discussion sur la signification de l’amour et on finalement bu une tasse de thé ensemble, en regardant une rediffusion d’une émission française dont le jeune homme comprenait la moitié des mots. elle s’est endormis à la moitié, et c’est réveiller en sursaut vers la fin, laissant le jeune homme en tête à tête avec l’écran magique. avant de regagner sa chambre, elle a filer une boite à bijou à Neo, remplis de breloque et de pierre précieuse. ça vous servira, vend les tous, ou enterrés les! avait-elle marmonnait avant de rire aux éclats. Neo était gêner, mais il la remercier, et lui souhaiter un bon voyage.

Samedi soir, ça faisait officiellement un mois que Sixeo étaient à Paris, Neo aimer bien la ville, les gens jurent sans arrêt et s’en fiche pas mal de ce que les autres peuvent faire ou penser. il avait trouver un boulot dans un bistro ou il travailler à 30h, et donner des cours de conduite illégale a des étudiants qui n’avait pas les moyens d’aller dans des auto-école, son objectif était de racheter une voiture, peut être pas directement un van, mais moins pouvoir rouler pour partir de nouveau de la ville. il avait demander à sixtine de ramener le pain, il avait préparer un repas, rapidement, des restes du bistro et une bouteille de vin, sixtine avait 21 ans passer à présent, il était en toute légalité de la faire boire et lui faire l'amour autant qu’il voulait. il avait préparer une table, maladroitement, et voler des pétales de rose en plastique dans un magasin de bric à brac. l’ambiance été présente, il s’était donner un mal fou pour que ça ressemble à quelques choses de correcte. bien qu’on est pas la vu sur la tour eiffle et que tout ne briller pas que des diamants, il avait tout de même fait un effort. quand la porte claque, il se retourne en sursaut et adresse un sourire à sa douce. « mh, bonsoir. » avait-il dit dans un français peut correcte et plein d’accent mélange d’anglais et de coréen, étrange. il se racle la gorge. « j’ai préparer à manger. t’as faim j’espère? » quel question, Sixtine a toujours faim. il se souvient de la première fois quel s’est réveiller à côté d’elle, ce sentiment étrange qui lui gratter la poitrine, ce sentiment toujours présent à chaque fois qu’elle est dans ses bras. comme deux âmes soeur séparer qui se retrouve de nouveau. Neo ne peut pas attendre une minute de plus pour tirer Sixtine sur le canapé, il enroule ses bras autour de sa taille et vient nicher sa tête dans ses cheveux. il redresse ensuite la tête pour coller son nez contre le sien, les frottes l’un contre l’autre pour un bisou esquimau. il avait un truc qui lui trotter dans la tête depuis un moment. il se demander juste si c’était réel ou pas. « Six? » il smack alors ses lèvres, mais ne quitte pas cette proximité. « T’es enceinte, pas vrai? » comment ? les seins. ses seins sont plus ferme, plus dur, et il a l’impression qu’ils sont plus gros.
Revenir en haut Aller en bas
 
Morning Rain
Morning Rain
Féminin MESSAGES : 54
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 25
RÉGION : in taehyung's bed sorry not sorry
CRÉDITS : myself (avatar & icons profil)

UNIVERS FÉTICHE : univers réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2390-n-u-m-b http://www.letempsdunrp.com/t388-blood-sweat-and-tears-fiches-personnages#4469
Tortue

(noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria Empty


Sixtine
Nozère-Chang

ancienne fugitive qui à attendu la majorité pour réapparaitre sous son nom véritable. la vie lui à joué de malchance depuis a naissance, une rencontre fortuite avec l'ancien amant de son meilleur ami et voilà qu'elle papillonne tel une luciole dans une nuit de pleine lune

and that exact moment, i realized, he was no longer just my world, he was my entire universe


Paris, c'était une ville dans laquelle j'étais resté seulement quelques heures avant de m'envoler pour l'Amérique du nord et finir par poser mes bagages dans cette petite bourgade de l'état du Wyoming. une ville qui n'allait pas tellement me manquer et qui pourtant avait marqué ma vie comme aucun endroit sur cette planète ne l'avait fait auparavant. c'était là que ma nouvelle vie avait réellement commencé, mais c'était surtout ici que j'avais fait la connaissance de Neo et qu'une histoire d'amour au départ interdite s'était transformée en romance sincère, deux coeurs qui battaient à l'unission pour ne former plus qu'un et venir s'étaler sur de nombreuses années, quatre plus précisément. lui qui n'était pas du genre à avoir d'attache, il avait finit par céder et passer quatre ans à mes cotés et comptait bien en passer d'avantage. on n'avait pas encore passé le cap du mariage officiel puisque nos anciens papiers disaient clairement qu'on l'était mais on avait vécu de nombreuses aventures ensembles et je comptais bien faire en sorte que les plus belles arrivent dans le future. les plus belles mais aussi les plus dépidantes, celles qui allaient changer une vie du tout au tout et qui pour l'une d'entre elle était déjà en train de changer la mienne. mentalement, physiquement et surtout hormonalement parlant. sur Paris, on avait été accueillit par ma grand-mère paternelle, madame Rodriguez qui avait des airs de mamie espagnole, toujours avec son tablier autour de la taille et à vous faire de bons petits plats bien lourds pour que vous finissiez par pleurer pour rejoindre votre lit. elle qui avait du mal à apprécier sa propre famille avait tout de suite adopter Neo comme son propre petit-fils, comme si il était réellement mon époux et de lui rendre la vie un peu plus facile. elle parlait pas trop l'anglais mamie mais elle faisait des efforts considérables pour pouvoir une communication avec le brun. de mon côté, durant ces quatre années d'amour, j'avais pu apprendre quelques mots en français au jeune Nozere, surtout les formes de politesse, les mots doux aussi et il avait toujours cette petite habitude de me donner des surnoms en français quand il voulait des câlins.

maintenant majeure et libre de faire ce que bon me semblait, j'avais intégré une faculté sur la capitale pour simplement suivre des cours généraux et le weekend, je travaillais comme serveuse dans un starbucks alors ce soir, puisque j'étais de fermeture, je n'avais pas dérogé à la règle de rentrer plus tard que l'heure du repas habituelle pour pouvoir m'occuper de nettoyer la salle et donner un coup sur les machines à café. c'était épuisant, c'était un rythme à prendre mais au vu de notre situation, il fallait bien que je me démène un maximum et que je mette aussi un maximum d'argent de côté. parce que la nouvelle n'avait encore été dite à personne mais moi-même je réfléchissais à déjà comment l'annoncer à Neo, pour simplement qu'il ne nous fasse pas une sycope en plein repas ou qu'il puisse enregistrer le moindre de mes mots. alors pendant une heure de pause, j'avais magouiller quelques trucs et j'étais rentrée à l'appartement pour rapidement installer le tout dans la chambre qu'on occupait depuis maintenant un petit mois. j'espérais simplement que le garçon n'aille pas dans la chambre avant que je ne sois arrivé mais le connaissant, il serait tellement fatigué et affamé de sa journée qu'il quitterait tout simplement ses chaussures à l'entrée avant d'attraper un paquet de biscuit et de venir se caler dans le canapé pour regader une émission française dont il ne comprendrait pas la moitié des dialogues. ça devait être compliqué pour lui de vivre dans un pays où il ne parle ni la langue, ni ne connait les réelles coutumes... après le travail, je me pressais toujours un peu pour rentrer, parce que Neo me manquait, toujours, un peu trop à chaque minutes, à chaque secondes. mais les trames étaient souvent blindées et j'avais pas les moyens de payer un taxi. alors quand j'étais arrivée devant chez nous, ou du moins, devant chez ma grand-mère, c'était épuisée, à bout de souffle, et je savais que les prochains mois seraient une vraie torture pour moi au niveau de ma forme physique. un tour de clé dans la serrure et j'avais automatiquement retiré mes talons, chaussures que je détestais le plus au monde mais qui faisait bien au boulot. j'avais retiré également mon gilet et mon badge avant de faire face à un Neo légèrement transpirant, petit sourire aux lèvres et qui venait à s'adresser à moi dans un français encore frêle mais qui avait tout son charme. "bonsoir mon amour" lui avais-je simplement répondu moi de même toute sourire avant de l'écouter prononcer la suite dans sa langue natale. je venais à hocher la tête positivement avant de me faire tirer sur le canapé et cajoler comme si j'avais disparu des mois durant et qu'il m'avait retrouvé il y a quelques jours, que son besoin affectif s'était mit en pause pendant un temps avant d'exploser en supernova.

il était comme ça Neo, imprévisible et pourtant si délicat à la fois. il avait cette habitude avec moi de toujours venir coincer son nez dans ma tignasse pour s'apaiser et se dire que j'étais bien là avec lui, que j'étais pas le fruit de son imagination, qu'il n'était pas fou et qu'il était réellement en train de vivre ce qu'il avait toujours mérité de vivre. c'est fou d'aimer quelqu'un aussi profondément que je n'aimais ce garçon, j'avais jamais cessé de l'aimer depuis la première seconde où je l'avais eut pour moi et un peu plus chaque jour, je tombais amoureuse de lui et de tout ce qu'il pouvait être. ce petit baiser esquimau me tirait les commissures avant qu'une main ne vienne se caler sur sa joue brûlante. je venais à réceptionner son petit smack avant de prendre une mine interrogatrice quand il me questionnait en soufflant mon prénom. un sourire tirait alors une nouvelle fois mes lèvres quand il en vient au sujet que moi-même j'avais envie de lui parler depuis mercredi dernier. est-ce qu'il avait été dans la chambre aujourd'hui ? est-ce qu'il était tombé sur le test de grossesse dans la salle de bain ? ça j'en savais rien mais apparemment ses yeux de lynx avaient bien cernés mes deux monts qui avaient, et je ne pouvais pas le cacher, prit une petite taille en plus. une caresse sur sa joue et je revenais à frotter mon nez contre le sien telle la gamine que j'avais toujours été. "je sais pas ?" lui avais-je soufflé avant de reprendre. "pourquoi ? t'aimerais qu'on fasse un petit bébé ?" un bébé voire un millier si c'était son rêve, je ferrais tout pour le réaliser. mais en soit, j'essayais surtout de détourner la conversation et le faire aller dans mon sens plutôt que dans le sien. et au pire les seins, ça pouvait toujours être une nouvelle pilule qui faisait ça.
Revenir en haut Aller en bas
 
Afida Turner
Afida Turner
Féminin MESSAGES : 89
INSCRIPTION : 24/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : (quiche) lorraine
CRÉDITS : CHLOE (icon) me (signature)

UNIVERS FÉTICHE : réel / fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t259-better-than-afida-turner http://www.letempsdunrp.com/t269-ca-va-senna
Tortue

(noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria Empty


Neo
Nozère

Jeune vagabond d'une vingtaine d'année, toujours paumer et déçu par la vie. t'as voulu joué le caliméro mais la vie t'as bénie avec le plus beau des cadeaux. une gamine de dix huit ans à peine, qui a frapper ta vie à coup de hache. tu lui a promis le monde, alors offre lui réellement. Suis-là jusqu'en enfer, emmène la au paradis. tant qu'elle reste près de toi.

tes désires, font désordres (son être, son corps, son coeur et son âme n'appartienne qu'à une demoiselle, dont le regard qu'elle me donne est indescriptible. ses yeux émeraude auront ma mort, ma douce chapelle sixtine)


Neo n’inspirer à rien d’autre qu’à la normalité, lui qui a toujours rouler sur le coter, voulait pouvoir rouler droit maintenant. il ne voulait plus s’enfuir, ni se cacher, se fondre dans la masse ou s’évader, son escapade s’arrête ici. dans le creux même des bras de l’amour de sa vie. Est-ce qu’il s’en douter ? pas vraiment. en réalité, il avait juste remarquer qu’elle était plus sensible au niveau de ses seins et dieu seul sait à quel point moins nozere aime torturer ses deux planètes. il avait aussi remarquer qu’elle ralentissez sur le café, qu’elle agissait étrangement à chaque fois que de la nourriture beaucoup trop forte lui frôler le nez et qu’elle avait un mal fou à s’endormir. globalement, ça pouvait être à cause de ce nouveau mode de vie qu’ils avaient tout les deux, des journées bien remplis, se voyant à peine après une longue journée et des nuits courtes à cause des services court. il voulait rallumer la flamme, imbiber tout cet amour de douceur et la dévorer à point. mais si il savait que sa vie entière aller être bouleverser, il aurait pris une bouteille de shampomy au franprix qu’à coter.

ses bras viennent tiré sur sa douce et tendre, enfin rentrée de son travail. deux boulots dans un resto et au starbucks signifier que leurs journées finissez sans les eaux de 23h, passer même, que les samedis étaient également occuper par ce même travail et parfois même le dimanche. Ils n’avaient que peu de créneaux ensemble, rupture étrange quand on a passer les quatre dernière année l’un sur l’autre dans un van. il presse son nez contre le sien, et lui offre de nouveau des caresses. il ne voulait pas rompre le lien, la poussant doucement sur le canapé pour qu’ils se retrouvent tout les deux allongés l’un contre l’autre. « Tu devrais peut être faire un teste? » par sureté. maintenant elle pouvait avoir des pilules contraceptives sous ordonnances et avoir un vrai médecin traitant, ils avaient enfin les moyens d’être des gens normaux, en bonne santé. « On essaie souvent, déjà, non ? » un rire s’évade de ses lèvres alors qu’il prend le dessus, comme toujours Neo aimer être au dessus de Sixtine. il embrasser ses lèvres avec envie, avant de descendre ses baiser le long de sa nuque, cette chaleur qui d’échappe de son corps lui faisait du bien, et il avait l’habitude d’avoir son parfum dans les narines.  ses mains se baladant le long de ses hanches, comme si il les découvrait de nouveau. « Aller, on va bouffer. » il se redresse et la redresse avec lui, si ça continue, il sait très bien ou ça va mener et il a pas préparer des lasagnes pour rien. Il avait ramener un gâteau au chocolat du boulot pour le dessert et le tout été accompagner de limonade artisanal. la france avait raffiner ses papilles gustatives, il avait dit à dieu au pasta box et au sandwich triangle. il pointé la table du doigt pour qu’elle s’installer et se presser d’aller sortir son plat du four. il avait l’air ridicule avec les gants et le tablier de cuisine de mamie, mais c’était ce qu’il fallait donner quand on est un homme d’action.

« Merde, j’avais aussi pris du sel marin, j’ai du l’oublié dans mon sac. » il avait laisser ses affaires dans la chambre de bonne dans lequel ils dormaient, mais depuis le départ de mamie, Neo prenait un plaisir fou à dormir devant la télé. il se sentait vieux, mais ça le reposer, monter les escaliers en bois était un vrai calvaire pour lui, surtout après un service de quatre heure, il préféré s’assoupir directement au premier étage. un soupire s’échappe de sa bouche quand il prend finalement le courage d’aller récupérer ses affaires. il embrasse le font de Sixtine au passage, en tapotant sur sa tête. c’était chiant de devoir dormir là, mais ils n’avaient pas a payer de loyer alors pour lui c’était tout  bénéf. quand il allume la pièce pour la première fois en trois jours, il se retrouve face à une boite emballer et des ballons accrocher. il sursaute un peu en voyant les objets flotter et s’approche pour lire ce qu’il a écrit dessus. « Bienvenue à la maison, papa? » ses sourcils sont froncé, il comprend pas vraiment. il se contente de prendre ce qu’il est venu chercher et descendre la boite et les ballons. « Je comprend pas. C’est…? » un bébé ? Sixtine attend vraiment un bébé ? ou Sixtine veux juste appeler Neo, Daddy pour un kink ? Il devrait peut être ouvrir la boite, il s’en rend pas vraiment compte. « C’est toi qui a laisser ça dans la chambre ou c’est un terroriste ? ou ton amant ? » il prend place en face d’elle, ouvre ensuite son fameux cadeau. le coeur palpitant à 800 à l’heure.
Revenir en haut Aller en bas
 
Morning Rain
Morning Rain
Féminin MESSAGES : 54
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 25
RÉGION : in taehyung's bed sorry not sorry
CRÉDITS : myself (avatar & icons profil)

UNIVERS FÉTICHE : univers réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2390-n-u-m-b http://www.letempsdunrp.com/t388-blood-sweat-and-tears-fiches-personnages#4469
Tortue

(noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria Empty


Sixtine
Nozère-Chang

ancienne fugitive qui à attendu la majorité pour réapparaitre sous son nom véritable. la vie lui à joué de malchance depuis a naissance, une rencontre fortuite avec l'ancien amant de son meilleur ami et voilà qu'elle papillonne tel une luciole dans une nuit de pleine lune

and that exact moment, i realized, he was no longer just my world, he was my entire universe


il est vrai qu'il avait raison, j'avais changé que ce soit physiquement ou moralement et quand il parlait de test de grossesse, il me rassurait sur le fait qu'il n'était pas du tout au courant de la situation. dieu merci comme ça, j'avais encore la possibilité de lui faire la plus mignonne des surprises qui soit. en réalité quand j'étais sortis pendant ma pause, j'avais prit le temps d'acheter quelques vêtements de bébé de couleur neutre et de les faire emballer dans une petite boite avant d'accrocher des ballons à ce dernier avec le mot "bienvenue à la maison, papa" en anglais. parce que oui, si j'avais écrit ça en français ou en coréen, je me doute qu'il aurait pût mal comprenre. je venais alors à caliner le visage de l'ange de ma vie tout en rigolant. "plus trop hein, mais... on à jamais parlé de ça toi et moi. j'veux dire... vraiment." parce que si le bébé était pas réellement en route, j'avoue que j'aurais voulu qu'on parle de faire un enfant lui et moi, qu'on puisse fonder notre petite famille, que je lui offre une vie de rêve, celle qu'il rêve peut-être pas d'avoir mais qui selon moi serait la meilleure qu'il puisse vivre. et voilà qu'il y eut des baisers, des caresses délicates et que le température montait doucement entre nous avant que Neo ne rompe de lui-même tout contact physique vraiment proche pour éviter de faire encore une fois des choses peu catholiques. alors, je me redressais avec lui jusqu'à le suivre à table où mes yeux s'était illuminés. mon dieu, j'avais vraiment le meilleur petit ami du monde ! "c'est super joli mon coeur ! t'as dû vraiment tu casser la tête à faire tout ça." ou alors il avait demandé à finir plus tôt pour avoir le temps de tout préparer. je le remerciais d'un petit baiser et d'un petit câlin des plus mignon. en tout cas, ici, ça sentait super bon, ça avait ce petit côté italien que j'aimais bien et je venais meme à regarder la table curieusement, l'envie de goûter à tout aussi. j'ai fallis me faire prendre la main dans le sac alors je me mis une nouvelle fois à rire avant de me poser à table et attendre que Neo daigne sortir les lasagnes du four.

mais voilà qu'il avait oublié le sel marin. ah cet homme... décidément, il avait vraiment prit goût à la cuture française en moins d'un mois alors il s'éclipsa délicatement vers la chambre et je ne pouvais m'empêcher de sourire radieusement. il allait tout droit dans mon piège, si je pouvais l'appelait comme ça mais malheureusement, je pouvais pas tellement savoir ce qu'il pouvait se dire parce que notre chambre se trouvait à l'étage mais j'imaginais bien qu'il devait être perdu. parce que j'avais feinté ne pas être enceinte alors qu'en réalité, un petit etre était en train de grandir dans mon ventre. je posais un coude contre la table avant de coincer ma bouche dans la paume de ma main, toujours mon sourire amusé avant d'entendre ses pas lourd descendre les escaliers alors, je me retournais pour finir par le voir avec la boite dans les mains, le paquet cadeau mais aussi sa bouille complètement perdue, celle que j'aimais bien voir de temps en temps, meme si celle-ci ne le quittait plus. "un terroriste ? Neo quand même... tu crois vraiment qu'un terroriste viendrait t'offrir un cadeau et des ballons tout ça pour t'amadouer ?" décidément, il était un peu con quand il s'y mettait mais bon, je l'aimais ce petit idiot. je restais pour le moment assise avant de venir tapoter le paquet cadeau pour qu'il l'ouvre et qu'il puisse découvrir ses petits bodies mixtes. j'avais un peu la boule au ventre, une gêne dans la gorge en me demandant comment il allait prendre la chose et le voir s'asseoir en face puis déballer le tout, faisait tambouriner mon coeur à mille à l'heure. c'était pas évident d'annoncer devenir parents mais après tout, il fallait bien passer par là un jour où l'autre. puis il semblait abasourdit soudainement, encore plus perdu qu'avant parce qu'il finit par réaliser que c'était pas une petite blague, que je l'avais pas appelé daddy pour le kink de l'appeler ainsi au lit mais bel et bien parce qu'il allait devenir papa dans quelques mois. "je... savais pas trop comment te l'annoncer." commençais-je avant d'humecter mes lèvres et de poser le regard dans le sien. "je sais même pas si ça te fais plaisir.." continuais-je avant de reprendre. "mais t'as cramé la chose y'à pas dix minutes de cela et je voulais pas te le cacher plus longtemps. je suis enceinte chaton." bel et bien dans la plus belle période de la vie d'une femme, celle de porter un enfant, le mettre au monde et réellement trouver un sens à sa vie. Neo était particulier, il était pas mon premier amour mais il était mon véritable amour, celui avec qui je partageais tout et surtout celui avec qui, moi, j'avais envie d'avoir des enfants. mais malgré tout, je restais un peu sur mes gardes parce que j'avais peur qu'il prenne la chose mal, qu'il finisse par me quitter parce que c'était pas la vie qu'il voulait et je serrais finalement les dents en attendant une réponse de sa part, positive comme négative. je gardais tout de même ce petit sourire aux lèvres pour lui montrer que moi, j'étais heureuse par la situation et que même si l'argent était pas tellement au rendez-vous pour l'instant, j'avais atteint un âge mature et que j'étais sûre de mes choix.
Revenir en haut Aller en bas
 
Afida Turner
Afida Turner
Féminin MESSAGES : 89
INSCRIPTION : 24/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : (quiche) lorraine
CRÉDITS : CHLOE (icon) me (signature)

UNIVERS FÉTICHE : réel / fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t259-better-than-afida-turner http://www.letempsdunrp.com/t269-ca-va-senna
Tortue

(noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria Empty


Neo
Nozère

Jeune vagabond d'une vingtaine d'année, toujours paumer et déçu par la vie. t'as voulu joué le caliméro mais la vie t'as bénie avec le plus beau des cadeaux. une gamine de dix huit ans à peine, qui a frapper ta vie à coup de hache. tu lui a promis le monde, alors offre lui réellement. Suis-là jusqu'en enfer, emmène la au paradis. tant qu'elle reste près de toi.

tes désires, font désordres (son être, son corps, son coeur et son âme n'appartienne qu'à une demoiselle, dont le regard qu'elle me donne est indescriptible. ses yeux émeraude auront ma mort, ma douce chapelle sixtine)


« je suis un homme d’action. » et il parle. il parle même beaucoup, il avait réussi à se sentir bien dans ses chaussettes, à s’ouvrir un peu au autres, il étaient pas encore prêt à se lancer dans le grand bassin, comme accoster une inconnue pour lui demander de l’aider ou sympathiser avec le premier venue, mais il arrive à entrée timidement dans la cuisine en lançant un grand bonjour et secouer la tête de manière rapide pour dire qu’il est d’accord. il lui arrive même de prendre ses pauses clopes avec d’autre collège, de s’amuser à rire des clients et du rush qu’ils viennent de vivre. c’était différent, Paris avait rendu Neo différent, ou juste Sixtine. Et il n’était pas au bout de ses surprises, quand il s’agit la boite avec ce ballon accroche dessus. Il fait surement une tête du gars ahurit quand il descend les escalier, encore plus quand il se met à table pour faire face à Sixtine. Un enfant ? non il n’y avait jamais penser, car c’est encore un enfant, car il n’a aucune idée si il peut maintenir une plante ou un animal en vie, que Sixtine a été un défis et qu’il a pu le relever parce qu’il n’avait pas peur de se battre, mais un enfant ? ça demander tellement de travail, tellement d’investissement. il n’aimerais pas être déçu comme Sixtine l’est de son père, ni être dégouter comme Neo l’est de son géniteur. il aimerais juste être un père normale, un homme a qui on peut confier un secret, un super héros de la vie quotidien, un adulte responsable qu’on peut appeler en cas de problème. est-ce que ça peut devenir Neo ? Est-ce qu’il y a une chance infime qu’il puisse devenir cet homme un jour ?

La joie le fait pousser un cris d’adolescente, il devient alors une jeune fille en fleure devant le dernière album de NCT, en larme face à la beauté du leader. il n’arrive pas à le croire, son coeur bat si fort qu’ll est persuadé que son son tambourine dans tout l’appartement. Il ouvre la boite et découvre des body rouler en boule, unicolore, la nouvelle vient de tomber, il en le souffle court. « je vais devenir papa? on va devenir parent? toi et moi.. » il reste stoïque, paralyser par l’envie de sauter partout ou de se rouler en boule et de hurler. seigneur. un enfant est entrain de pousser dans le ventre de sa petite amie. il en tremble. elle va bien ? oh mon dieu, elle va avoir les seins énorme. « tu.. sixtine t’es enceinte. » et on va avoir un enfant ? c’est dingue, c’est fou. il se lève alors et se met a genoux devant sixtine, tirant sa chaise et elle devant pour pouvoir lui faire face. il soulève le haut de la gamine pour regarder son ventre potelé et reste coincé devant pendant un cours instant. « il est dedans? tu m’entend, petit haricot. » ses doigts viennent effleurer la peau tendue de la demoiselle, avant de se redresser pour la prendre dans ses bras, enroulant ses immenses haricots vers autour de sa nuque. elle était si petit et si fragile et cet être si pur va donner naissance a un autre être encore plus pur. « tu pensait que j’allais pas être heureux ? je le suis. je suis très très très heureux. j’ai jamais… été heureux, mais maintenant je le suis. depuis 5 ans, je le suis. parce que t’es là, parce que nous ça me suffit. parce que nous c’est tellement exceptionnelle que j’ai pas besoin de plus, pas besoin de plus d’argent, de plus de je ne sais quoi d’autre. ça, c’est parfait pour moi. tu es parfaite pour moi, et .. » les mots lui manque, je t’aime, je t’aime sixtine. depuis le première fois ou tu m’as frapper assez fort pour que j’me rende compte que t’étais pas n’importe qui, qu’on faisait pas n’importe quoi avec toi. t’es tellement importante et t’es tellement de chose à la fois, je t’aime tellement six.

ses bras viennent de nouveau la tiré pour une embrassade un peu plus long, il l’embrasse, la sert de nouveau, l’embrasse encore et la fait tournée sur elle même avant de prendre son visage entre ses mains. l’euphorie est à son comble et son coeur ne cesse de tambouriné. est-ce qu’il peut encore s’assoir et manger ? est-ce qu’il peut encore profiter de cette soirée ? oui, oui, il doit le faire, alors il embrasse sa joue avant de se installer à coter d’elle et prendre la bouteille de vin. « Du coup, tu peux pas en prendre, alors je vais en boire pour deux. non, pour trois! » parce qu’ils sont trois maintenant, trois Nozère, alors qu’il pensait mourir en étant le dernier sur cette planète.
Revenir en haut Aller en bas
 
Morning Rain
Morning Rain
Féminin MESSAGES : 54
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 25
RÉGION : in taehyung's bed sorry not sorry
CRÉDITS : myself (avatar & icons profil)

UNIVERS FÉTICHE : univers réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2390-n-u-m-b http://www.letempsdunrp.com/t388-blood-sweat-and-tears-fiches-personnages#4469
Tortue

(noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria Empty


Sixtine
Nozère-Chang

ancienne fugitive qui à attendu la majorité pour réapparaitre sous son nom véritable. la vie lui à joué de malchance depuis a naissance, une rencontre fortuite avec l'ancien amant de son meilleur ami et voilà qu'elle papillonne tel une luciole dans une nuit de pleine lune

and that exact moment, i realized, he was no longer just my world, he was my entire universe


Neo avait terriblement changé depuis que je l'avais rencontré il y à de cela bientôt 5 ans. il était plus mature tout en gardant aussi son côté enfantin, il était bien plus soucieux, il était bien plus aimant et surtout, il avait apprit à s'ouvrir, à communiquer parce qu'il avait pût voir qu'il n'avait pas à craindre que je le juge ou que les gens le jugent pour ce qu'il est. il était lui et les gens l'appréciait pour ce qu'il était. c'était pas le mec le plus intelligent qui soit, pas celui non plus qui avait la meilleur répartie mais il avait sût faire de tout ce qu'il craignait un force et je l'enviais pour ça. il y avait des soirs où il parlait pas mal du boulot, où il me disait qu'il avait parlé avec intel ou intel lors de leur pauses clopes et qu'il avait ci ou ça à me raconter. mais voilà que cette fois-ci c'était une autre chose que je lui annonçait, quelque chose qui le rendrait complètement mature et responsable. un enfant, c'était le passage presque obligé de tout couple qui s'aimait. créer et mettre au monde le fruit de leur amour. mais derrière, il y avait de nombreuses responsabilités, de sacrifices d'argent et de temps de liberté. j'avais pas envie que tout ça soit un poids pour le jeune américain alors il est vrai que j'avais hésité à lui avouer attendre un enfant. c'était la claque du siècle.

son cri de joie aiguë qui s'échappa de se muqueuses me tiraient un sourire radieux mais à la fois perdu. parce que j'étais pas sûre à 100% qu'il était ravi par la nouvelle, qu'il était prêt à faire tout pour chérir ce bébé qui était notre. j'hochais doucement la tête à sa question pour qu'il puisse bien se rentrer dans le crane qu'un petit être poussait bel et bien dans mon ventre. "bien sûr bébé que tu vas devenir papa. on va voir un petit bébé toi et moi. notre mini nous." un mini Netero ou une mini Sixtine, ça par contre, c'était pas moi qui choisissait du sexe du bébé mais que ce soit l'un ou l'autre, moi, je serais ravi parce que c'était notre enfant, ça serait un Nozère. certes un bébé qui n'était pas attendu à la base mais un bébé qui serait aimé par ses deux parents. Neo du haut de son mètre quatre-vingt vient à se mettre à genoux face à moi, tirant sur ma chaise avant de venir soulever mon haut. je l'attrapais et je venais à regarder ce qu'il faisait. il était atrocement mignon à venir effleurer mon ventre de la sorte, comme si était perturbé de ce dire qu'un fœtus était dans mon bide. "voui, il est dedans. mais je pense pas qu'il puisse t'entendre encore. mais j'imagine qu'il t'aime déjà et qu'il à hâte de pouvoir entendre la voix de son papa adoré." doucement je venais à presser ma main contre la sienne pour qu'il puisse avoir une proximité même rapide avec le bébé avant qu'il ne se relève, ne m'attrape et ne me prenne dans ses bras comme un gosse qui aurait reçu le plus beau des cadeaux à Noël. je le serrais contre moi, posant mon menton contre son épaule également avant de l'écouter parler, s'extasier et j'avoue que tout ça, toutes ses magnifiques paroles mélangeaient à des hormones en feu, c'était pas la meilleure chose pour contenir ses émotions. alors oui, je pleurais dans ses bras, de joie néanmoins parce qu'il venait de résumer cinq ans de ma vie à ses côtés. je l'aimais tellement, je l'aimais vraiment. il était tout pour moi alors, avoir un enfant avec lui était la meilleure chose qui puisse arriver. "je t'aime tellement mon ange."

jusqu'à ce que je finisse par m'asseoir une nouvelle fois sur ma chaise et que Neo ne me rejoigne. après tout, il avait mit un temps fou à tout préparer et c'était la moindre des choses que de goûter à ces bonnes lasagnes qui fumaient encore sur la table. je le regardais servir un verre de vin et sourit timidement. non, c'est vrai, je pouvais plus boire d'alcool, devoir faire attention à mon alimentation également, ça allait être dur mais ça ferrait que j'aurais un bébé en bonne santé. je secouais négativement la tête avant rire mélodieusement. "non mais, si y'à du jus de raisin au frigo, je suis pas contre faire semblant de lever un verre à nous trois." de cette façon, on pourrait tout de même profiter du repas comme il se doit. alors je me levais pour aller dans la cuisine et chercher une brique de jus de fruit avant de tomber enfin sur celle au raisin. je venais alors à me servir un verre et me rasseoir. porter mon verre en l'air avant de venir embrasser Neo avec tendresse et simplement murmurer près de ses lèvres. "à nous trois alors ? et à tout les projets que j'ai encore envie de faire avec toi ?"  
Revenir en haut Aller en bas
 
Afida Turner
Afida Turner
Féminin MESSAGES : 89
INSCRIPTION : 24/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : (quiche) lorraine
CRÉDITS : CHLOE (icon) me (signature)

UNIVERS FÉTICHE : réel / fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t259-better-than-afida-turner http://www.letempsdunrp.com/t269-ca-va-senna
Tortue

(noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria Empty


Neo
Nozère

Jeune vagabond d'une vingtaine d'année, toujours paumer et déçu par la vie. t'as voulu joué le caliméro mais la vie t'as bénie avec le plus beau des cadeaux. une gamine de dix huit ans à peine, qui a frapper ta vie à coup de hache. tu lui a promis le monde, alors offre lui réellement. Suis-là jusqu'en enfer, emmène la au paradis. tant qu'elle reste près de toi.

tes désires, font désordres (son être, son corps, son coeur et son âme n'appartienne qu'à une demoiselle, dont le regard qu'elle me donne est indescriptible. ses yeux émeraude auront ma mort, ma douce chapelle sixtine)


un enfant, ils vont avoir un enfant. ils vont réunir leurs deux coeurs battant pour ne former qu’un seul être. un amour indescriptible pour former un seul petit ange. il n’arrive pas à y croire. en réalité, il pensait a l’éventualité de ne jamais avoir de progéniture. dans le futur imaginer par Neo, il n’y avait que Sixtine et lui, dans leur immense maison, avec des objets éparpiller un peu partout, des souvenirs tasser dans chaque coin de la maison et des photos à ne plus en finir. Mais dans cet image là, Sixtine serait triste à la mort de Neo, elle serai dévaster car elle serait seule a devoir enterrer le corps de son époux perdu dans l’espace temps et elle perdit la vie, quelques semaines après, sans que personne ne remarque son corps décomposer dans cette si grande maison. Cette penser avait effleurer le jeune homme et il ne voulait plus jamais à se l’imaginer. le tableau avait changer, Sixtine aussi aura une belle cérémonie, entouré des gens qui l’aime, continuant à raconter ses histoires farfelue et elle sera une mamie gâteau, qui gâtera beaucoup trop ses petits enfants. neo lui, les apprendrons à siffler avec une feuille et à faire un château de carte sans qu’il ne tombe. Sixtine et Neo pourrons mourir en sachant que leur nom continuera à être porter, et leur souvenir chérie par ses êtres qui partagerons le même sang qu’eux. rien que d’y penser, le coeur de Neo battait la chamade. sa tête poser sur le ventre de sa petite amie, devant leur futur qui aller être totalement modifier.

« je t’aime plus que tout au monde. » et arrête de lire dans mes pensers avait-il envie de rajouter, car Sixtine avait gagner en super pouvoir, un simple sourcil froncer et elle devinez l’humeur de Neo, un grognement et elle avait un remède contre son mal de crâne. il s’installe de nouveau en face d’elle pour reprendre le repas, il allait devoir boire pour trois ce soir, car c’était la fête assurer. il se servit alors un verre de vin, pendant que la gamine faisait de même pour son verre de jus de raisin. c’était ridicule comme situation, mais il était si heureux qu’il s’en ficher pas mal. il avaler une grosse boucher de lasagne avant de lever son verre lorsque sixtine fit le geste. un hochement de tête à ses mots et un baiser déposer sur ses lèvres, alors qu’il mâchait encore son repas. « à tout les projets que je veux encore faire avec toi. » c’était une affirmation, une acceptation d’un deal verbale entre les deux tourtereaux.  il avale ensuite le verre cul sec et s’essuie la bouche du révère de sa main avant de venir déposer un baiser sur la joue de sixtine. « il va falloir qu’on déménage? » ou que la grand mère ne revienne pas. Elle n’avait pas donner de date pour son retour, elle a juste décrété que ses plantes pouvaient être arroser et que le couple pouvait faire autant de bruit qu’ils voulaient pour déranger les voisins qu’elle détesté. alors ça aller à Neo, qui pouvait faire l’amour à Sixtine sans s’obliger à se taire. « ça veux dire que t’es plus sensible des seins? » seigneur, c’est un rêve qui se réalise enfin. il boit une autre gorger de vin, finissant ses lasagnes, c’était si bon qu’il aurait pu en manger encore, mais comme un bon français, le plateau de fromage était présent pour le dessert.

tout ses rêves de tour d’Europe devait prendre une pause. il devait acheter une voiture adéquate pour pouvoir porter bébé partout, car non il ne sera pas comme un parent bobo qui roule a vélo avec leurs bébés sur le siège arrière. et puis il fait très mal du vélo, il risque de faire tomber le gosse et tomber avec. ses penser l’entraine alors qu’il coupe le pain pour la fromage, il rejoint de nouveau sixtine dans le salon et pose le plateau, après cette découper un morceau de brie. « on devrait se marier. » avant qu’elle soit trop grosse pour mettre une robe de marier et lui chauve après s’être arracher les cheveux pendant l’accouchement. et puis, on lui avait dit beaucoup de bien sur le mariage, c'était un partage des bien équitable, c'est festif de fêter ça avec des amis et ça fait des bons souvenirs. peut être pas quelques choses de gros, même pas quelques choses de couteux, justes eux deux et faire disparaitre une bonne fois pour toute Sirra Nozere pour laisser la place à sa maitresse Sixtine Chang.


If I die tomorrow, then I’d go happy.  What about me? I wouldn’t be happy.    Oh yeah, well I’d just come back and do nob jokes to cheer you up. I’d like that. Your nob’s always been a bit of a joke.  It has. But usually… it’s ready for a bit of stand up. — grace & rich
Revenir en haut Aller en bas
 
Morning Rain
Morning Rain
Féminin MESSAGES : 54
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 25
RÉGION : in taehyung's bed sorry not sorry
CRÉDITS : myself (avatar & icons profil)

UNIVERS FÉTICHE : univers réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2390-n-u-m-b http://www.letempsdunrp.com/t388-blood-sweat-and-tears-fiches-personnages#4469
Tortue

(noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria Empty


Sixtine
Nozère-Chang

ancienne fugitive qui à attendu la majorité pour réapparaitre sous son nom véritable. la vie lui à joué de malchance depuis a naissance, une rencontre fortuite avec l'ancien amant de son meilleur ami et voilà qu'elle papillonne tel une luciole dans une nuit de pleine lune

and that exact moment, i realized, he was no longer just my world, he was my entire universe


moi, mon avenir je l'avais toujours vu joyeux. remplis de rire et de sourires. peut-être parce que dans mon enfance, ça en avait terriblement manqué, surtout pour ma part puisque j'avais vécu avec un poids immense sur les épaules depuis ma naissance. celui d'avoir arracher la vie de ma génitrice en venant au monde. mais Neo avait toujours été là pour me faire comprendre que je n'étais nullement coupable de tout ça et que si c'était ainsi, c'est que la vie en avait décidé de cette manière et non d'une autre, que peut-être que dans un univers parallèle, ma mère serait toujours en vie mais que cette fois-ci, c'est moi qui n'avait pas survécu. et puis, mes pensées avaient radicalement tournées le jour où j'eus découvert que j'attendais un bébé. c'était quelque chose que je m'étais laissé imaginer depuis quelques mois; former une famille avec celui qui partageait ma vie depuis plusieurs années maintenant. mais il était toujours dans l'envie de vouloir bouger, voir du monde, voir des paysages qu'il n'avait pût voir qu'en carte postale ou à la télévision pour le peu de fois qu'il la regardait. mais encore une fois, le destin en avait décidé autrement et avait mit sur notre chemin ce petit être qui n'attendait qu'une chose, pouvoir être aimé de ses parents autant qu'eux s'aimaient. je l'aimais déjà moi. je l'aimais aussi fort que ma propre vie et je me voyais déjà avec une poussette landau dans les rues de Paris ou ailleurs, le cajolant et lui donnant tout ce que ma défunte mère n'avait pas pût me donner. je remuerais ciel et terre pour cet enfant parce qu'il était le fruit d'un amour démesuré, parce qu'on pourrait voir dans ses yeux à lui à quel point Neo et moi on pouvait s'aimer.

alors que le brun venait à poser sa tête contre mon ventre encore plat, je laissais un délicat sourire fendre mes lèvres et je glissais une main délicate dans sa tignasse, comme j'avais l'habitude de le faire pour jouer avec elle d'un geste apaisant. je n'avais jamais pensé qu'une telle nouvelle pourrait faire autant plaisir au garçon et ça me touchait énormément. je venais de lui offrir le plus cadeau qu'on pouvait rêver pour un homme. lui offrir une progéniture, une lignée à son nom de famille, un enfant qui le rendrait encore plus délicat que lui ne l'était déjà. je venais à me pencher légèrement en avant pour finir par poser un baiser le haut de son crâne et le laissa se réinstaller à table avant que les lasagnes ne devienne complètement froides. et voilà qu'on se mit à trinquer à une belle vie en devenir. lui à coup de vin et moi, à jus de raisin puisque la normale voulait qu'on évite tout alcool quand on était enceinte. j'avais encore le verre de liquide collé contre la bouche quand Neo vient à poser un délicat baiser sur la joue me tirant encore une fois ce petit sourire de future maman fière. je tournais la tête vers lui à sa question. "hmm... pourquoi pas ? on aurait notre petit chez nous à nous deux. heu, nous trois. on sait jamais si ma grand-mère décide de revenir. parce qu'elle supporte pas rester trop longtemps au même endroit." et puis, il est vrai que si on avait notre propre appartement ou maison qui sait, on pourrait faire ce qu'on y veut l'intérieur et surtout pour Neo, pouvoir faire l'amour sans qu'il ne se force à faire le moins de bruit possible pour ne pas déranger l'occupante de cette maison là. mais voilà qu'il arrivait à m'arracher un rire franc. bon sang Neo, t'as un sérieux soucis avec les seins toi... j'hochais alors positivement la tête pour lui faire comprendre qu'effectivement, au niveau de la poitrine, ça risquait de beaucoup changer. "avec un peu de chance, tout ça, ça risque de gonfler pour ton plus grand bonheur."  je montrais alors mon torse avant de lui tirer la langue. j'étais pas née avec une poitrine de fou furieux mais quelques unes de mes collègues de travail m'avait dit qu'elles avaient prit plusieurs bonnets durant leur grossesse. je revenais alors à manger ces délicieuses lasagnes qu'il avait durement préparé. elles étaient vraiment bonnes et je me demandais où est-ce qu'il avait bien pût apprendre à cuisiner aussi bien ? ah bah si, peut-être à la brasserie où il travaillait. sauf qu'un morceau de pâte passait de travers quand il revient dans le salon avec le fromage. un mariage ? je tapais fortement mon sternum pour tenter de faire descendre la lasagne dans ma gorge en buvant du jus de fruit pour aider le tout. j'écarquillais les yeux parce que ça me choquait totalement de la part de Neo de vouloir se faire passer la bague au doigt.

il me fallut un petit moment pour redescendre doucement et je posais mes mains contre les joues de l'américain et lui accorder malgré tout un sourire radieux. "t'es sûr de vouloir ça ? j'ai pas envie que tu te forces à vouloir qu'on se marient parce que je suis enceinte.." je marquais une courte pause avant de laisser mon index glisser contre sa lèvre inférieure et finir par poser un rapide baiser sur cette dernière. "mais si c'est ce que tu veux, alors oui Netero Nozère. oui. oui je veux devenir ta femme, porter ton nom de famille et finir mes jours à tes côtés pour la continuer dans l'au-delà." je me surprenais moi-même à ne avoir les yeux embués parce que cette fois-ci, je ne serais pas son épouse à travers de faux papiers mais bel et bien sienne devant les dieux. je crois que cette journée serait l'une de celles que je préférais et l'une desquelles j'aurais envie de raconter à mes enfants et mes petits-enfants en leur disant à quel point Neo était un homme rêvé et qu'il était rare de pouvoir aujourd'hui encore trouver son âme sœur parmi ces milliards d'individus. je venais alors à le serrer à nouveau contre moi, oubliant totalement le fond de mon assiette pour me concentrer sur le garçon qui semblait vouloir m'offrir la lune présentement.
Revenir en haut Aller en bas
 
Afida Turner
Afida Turner
Féminin MESSAGES : 89
INSCRIPTION : 24/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : (quiche) lorraine
CRÉDITS : CHLOE (icon) me (signature)

UNIVERS FÉTICHE : réel / fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t259-better-than-afida-turner http://www.letempsdunrp.com/t269-ca-va-senna
Tortue

(noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria Empty


Neo
Nozère

Jeune vagabond d'une vingtaine d'année, toujours paumer et déçu par la vie. t'as voulu joué le caliméro mais la vie t'as bénie avec le plus beau des cadeaux. une gamine de dix huit ans à peine, qui a frapper ta vie à coup de hache. tu lui a promis le monde, alors offre lui réellement. Suis-là jusqu'en enfer, emmène la au paradis. tant qu'elle reste près de toi.

tes désires, font désordres (son être, son corps, son coeur et son âme n'appartienne qu'à une demoiselle, dont le regard qu'elle me donne est indescriptible. ses yeux émeraude auront ma mort, ma douce chapelle sixtine)



il était fou de joie car il était fou de tout. il était le vagabond qui était désiré à ne rien faire, rien devenir. oublié par le peu de personne qui l’ont connue, maltraiter par la vie elle même. il ne pouvait être que fou de joie car rien de tout ça n’était réel. tout été si beau que c’était presque féerique. et il s’assoie en face d’elle sans perdre un instant ce sourire béant qui décore son visage, si large et grand qu’il commence à avoir mal à la mâchoire. mais mettait vous à sa place, il a marcher si longtemps dans le brouillard qu’il ne s’attendait plus à voir une lueur d’espoir, comme avoir les yeux bondes et se forcer à avancer sous peine de crouler sous sa propre tristesse. vie minable qui l’a trainer jusque dans les abysses, quand il a déchirer sa peau avec un bout de verre pour mettre fin à ses jours, tous ses soirs ou il souhaité ne plus se réveiller, tous ses matins ou il se demander si foncer un rond point trop serrer et éclater sa belle Betty contre un arbre pourrais adoucir ses idées noirs. il n’y arrivait plus, il se tenait à peine debout, il avancer par dépit et n’avait aucune force pour continuer. et maintenant ? maintenant le graal. maintenant il pouvait voir ces yeux verdâtre l’accueillir tout les soirs, voir cet être qui allait grandir dans ce four à pizza qu’est sa petite femme.

je t’aime. ce n’est plus suffisant. il faudrai inventé un mot encore plus fort, encore plus poignant, encore plus coupe souffle quand on y pense et que l’espoir s’échappe. un mot qui redonne la pèche, qui vous réchauffe le coeur à chaque fois que vous y pensez. Neo veux inventer ce mot, ce mot si pur et doux qu’il pourra le dire à SIxtine tout les soirs et tout les matins qu’ils vont faire ensemble. pour qu’elle ne l’oublie jamais. « épouse moi. » ça ne devait pas être la demande en mariage dont elle rêver, mais il n’avait pas mieux. il avait garder la bague que cette vielle mamie lui avait donner, l’avait fait estimer et nettoyer pour qu’elle soit toute brillante. une alliance simple en argent qu’il avait mis dans une boite que le pakpak lui avait vendu sur Creteil en sortant du boulot. il l’avait toujours sur lui, se demandant si ce n’était pas plus facile de le glisser dans ses affaires quand elle partait au boulot le matin, et tomber dessus comme les kinder qu’il glisser souvent dans son sac de cours pour qu’elle se rappel de grignoter. comme un post-it : se rappeler d’épouser Néo. « On prendra un appartement un peu plus en banlieue? J’vais me démerder pour trouver une voiture. Ou mangera du pain matin, midi et soir. On pourra de nouveau voyager quand il sera là. Partir partout ou on a envie d’aller, juste tout les trois. » ça sonner bien. ça sonner plus organiser que de partir du jour au lendemain des états-unis après le 21ème anniversaire de Sixtine. ça sonner encore plus logique que de partir à la recherche d’un ancien meilleur ami et ex petit copain dans une ville inconnue.

il se redresse pour lui faire face, et surtout parce qu’il n’avait plus vraiment faim, ni soif. est-ce qu’il avait vraiment envie de se marier ? il en savait rien, mais si le papier ça sembler marcher correctement. ça avait même l’air d’être un bon plan. alors il se redresse vers elle et de nouveau se mettre à genoux pour lui tendre la boite. « Pour toujours? » c’était plus une question réthorique qu’autre chose. et il lui enfile la bague au doigt quand elle fini par dire un grand oui. un sourire se dessine alors sur ses lèvres et il se redresse de nouveau en la prenant dans ses bras cette fois-ci pour recouvrir son visage de baiser. de son front à ses joues, en dévalant sur sa nuque si douce et sa peau tendue. il est heureux, pleinement heureux. et il ne peux s’empêcher de reposer sixtine au sol pour l’embrasser de nouveau, plus goulument et avec plus de passion cette fois-ci. sixtine sa petite amie, sixtine sa femme. « tu regrettes pas? » elle n’est jamais sortit avec quelqu’un d’autre, elle n’a jamais coucher qu’avec lui. et elle allait peut être le regretter un jour. mais neo aller faire en sorte que non. alors il la porter jusque dans la cuisine pour la poser sur le plan de travail. se rappelant soudainement que cet scène avait été mis sur pause jadis.

et il l’embrassait de nouveau. avec amour et passion. ses bras se baladant sur son corps si attirant, d’abord sur ses nuques, puis se déplacer avec légèreté jusqu’à son dos, qu’il caresser du bout de ses doigts. il glisser quelques doigts sous son pull pour venir caresser la chair de son dos, avant dériver ses lèvres sur sa nuque, cherchant avec désirs à toucher le reste de son corps. « il me semble qu’on l’a jamais fait dans la cuisine, non? depuis le temps. »


If I die tomorrow, then I’d go happy.  What about me? I wouldn’t be happy.    Oh yeah, well I’d just come back and do nob jokes to cheer you up. I’d like that. Your nob’s always been a bit of a joke.  It has. But usually… it’s ready for a bit of stand up. — grace & rich
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


(noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
(noctua) (sixeo) take my hand now cause you are the cause of my euphoria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: