Partagez
 
 
 

 Carry On Wayward Son (Elyan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
Elyan
Elyan
Féminin MESSAGES : 44
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 26
CRÉDITS : 高橋のぞむ (pixiv)

UNIVERS FÉTICHE : Tout dépend de... Euh... La motivation ? L'envie ? Les cookies ?
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace

Carry On Wayward Son (Elyan) - Page 2 Empty


Axelle Grant
J'ai aux alentours de 23 ans et je vis au sein des Terres Désolées (ex-USA). Dans la vie, je suis Pilleuse et Menteuse et je m'en relativement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je m’en fiche clairement..

@Sha :D :D :D


avatar ©️ NOM CRÉATEUR
Honnêtement, elle n’aurait jamais pensé devoir non seulement compter sur la bienveillance d’un solitaire, sans parler de se déplacer à travers le désert sur un véhicule qu’elle n’avait jamais vu. Mais malgré l’étrangeté de la situation, il y avait quelque chose de confortable au fait de se laisser porter, de se laisser un peu aller contre le dos de l’homme sans avoir à craindre une quelconque menace. Oui, il aurait tout à fait pu l’abandonner soudainement en plein désert, voire pire… Mais pour le moment, elle avait pris le parti de lui faire confiance – de toute manière, vu la situation actuelle, elle ne pouvait pas faire grand-chose quelle que soit la décision qu’il prenait.  

Elle était consciente de la chance qu’elle avait eue qu’il se trouve là, qu’il lui tende une main secourable. Elle refusait de penser à ce qui aurait pu advenir d’elle si jamais elle n’avait rencontré que l’immensité du désert à la place de l’homme. Elle avait entendu d’autres femmes en parler. L’idée l’avait révulsé, lui avait fait serrer les poings – et elle s’était juré de mourir plutôt que de subir ce sort. Et que si jamais la mort se refusait à elle, alors la vengeance l’accueillerait à bras ouvert – tout plutôt que de se résigner, que de cesser de lutter.

Elle écouta l’homme parler paisiblement, notant silencieusement les noms des Villes qu’il prononçait. Orderville, Big Water, Gray Mountain… Des noms qu’elle connaissait vaguement, par les récits des voyageurs, incapable de les situer ailleurs qu’un vague point cardinal, piégé par sa méconnaissance du monde extérieur. Parce que le Refuge n’était pas parfait, parce que le Refuge craignait trop que ses jeunes disparaissent, attirés par le désert et ce qui se trouvait au-delà de celui-là. Elle n’en avait que trop conscience – elle pensait être armée pour survivre au monde extérieur, surtout après que ses premières expéditions se soient parfaitement passées. Elle avait été tellement naïve – elle n’était rien d’autre qu’une proie aux yeux du monde et de ceux qui le parcourait. Peut-être devrait-elle retourner au Refuge, renoncer à ses rêves de désert et de liberté, les laisser passer les chaînes à ses poignets et la lier au premier venu. Mais… Elle en était incapable. Au plus profond d’elle-même, elle se savait incapable de renoncer à tout ça, même si ça avait couté la vie à ses deux camarades.  

« Tant qu’ils ne s’attaqueront pas directement à une des Villes… Elles ne feront rien. Si le statu quo n’est pas menacé… »

Elle soupira. La paix entre les villes était relative. Fragile. Pour des querelles sans importance, des lunes pouvaient passer sans que des échanges n’aient lieu parfois. New Babylone représentait une menace… Mais pas une menace assez importante pour que les Villes se concentrent dessus. Non, il faudra que les dégénérés fassent un faux pas, s’attaquent à la mauvaise personne, à la mauvaise cargaison. Mais ils étaient bien trop prudents étonnamment, bien trop rusés. S’ils s’en prenaient à quelqu’un ou quelque chose… Le Refuge serait leur première cible. Après tout, celui-ci avait toujours refusé de prendre part dans les guérillas intestines des Villes, ne prenant jamais parti, s’attirant l’inimité de ceux qui exigeait un soutien.
Elle avait un goût de cendre dans la bouche.
Mais elle ne dit rien, serrant juste un peu plus la veste avant de détendre ses doigts, appuyant son front sur l’épaule de l’homme.
Un ricanement léger lui échappa.

« Les Villes… Elle s’interrompit. Après tout, elle n’en savait que ce qu’on lui racontait et les face à face qu’elle avait parfois eu avec certaines venant de là-bas. Ils sont… Imbus ? Ils essayent toujours d’avoir le dessus dans les transactions, essayent de changer les quotas, d’imposer leurs décisions… Elle grimaça. Enfin. La plupart de ceux que j’ai croisés sont comme ça ? »

Elle gigota un peu sur le véhicule. Elle commençait à s’habituer, étrangement – après tout, quand le monde est devenu un synonyme de marche ou crève, l’adaptation était la clef.

« C’est quoi, le truc que je dois réparer ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Sha
Sha
MESSAGES : 304
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 27
RÉGION : Sarthe, Le Mans.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash

Carry On Wayward Son (Elyan) - Page 2 Empty


Billy Walker
J'ai 26 ans et je vis au sein des Terres Désolées, ex-USA. Dans la vie, je suis Loner, Pilleur, Voleur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, et je le vis très bien.

Code Billy : #917e1f


@Elyan :




Il eut un petit « mmh » quand elle parla des villes. C’était vrai qu’aucune d’entre elles ne bougeait quand elles n’y avaient pas d’intérêts concrets, pas de matos ou de monnaie à récupérer. Tout se troquait bien sûr, mais il y avait des choses qui avaient tout de même plus de valeur que le reste. Pour Coyote Wave - le coin où ils se rendaient - les femmes et l’argent n’étaient pas une excuse suffisante. La technologie seulement les intéressait, et le cuivre et le métal s’y vendaient une petite fortune. On avait déjà proposé plus que de raison pour Molly, et si Joe et Jack étaient sympathiques, ce n’était pas le cas de tous les rats qui s’y terraient.
Beaucoup étaient capables de voler ou pire, de tuer, pour quelque chose d’important. C’était défendu par les règles de la ville, mais quand on ne faisait pas partit de la ville, les règles ne s’appliquaient pas vraiment...

« C’est compliqué, les Villes » admit simplement Billy, leva une main pour se masser les yeux qui commençaient à en pâtir à cause du vent et du sable, « j’dirais que c’est comme partout, y a du bon et du pas bon. C’qui faut retenir, c’est que si t’es un bon, les Villes ne te donneront que le bon. Mais si t’es trop gentil, ou trop faible, les Villes te mangeront. Les gens des Villes n’bossent que pour la Ville. Tout ce qui est dehors, les Loner, les visiteurs, tout ça, ils s’en foutent. On est des rats. Des rats utiles, mais des rats quand même. »

Il ne se faisait pas d’illusion. Même pour Joe et Jack, la seule raison qui les poussait à se montrer sympa avec lui, en plus du fait qu’ils n’avaient ni l’un ni l’autre d’enfants, c’était que Billy avait le flair pour récupérer ce qui intéresser les deux ferrailleurs. Il avait les couilles, ils avaient le fric. Du reste, chacun rentrait chez soi à la fin de la journée et c’était très bien comme ça.

« C’est compliqué... J’sais pas vraiment ce que c’est. »

La ville approchait vite, trop vite.

« J’te montrerais une fois qu’on sera à Coyote Wave. J'passe déposer Molly chez les frères, et après, on verra. »

La moto commençait à souffrir de la chaleur, mais ils n’étaient plus qu’à un petit kilomètre de la ville. Billy accéléra légèrement, se laissant porter par l’élan.



Autour de la ville, quelques hommes discutaient, d’autres montaient la garde. Tous plus ou moins armés, tous plus ou moins aimables. Billy Walker se méfiait toujours de ces gens-là, mais il venait régulièrement à Coyote Wave. C’était un habitué, à tel point qu’on le laissa filer sans même l’arrêter une fois. Il se mit à ralentir afin de passer par le tunnel de métal qui faisait office de porte de passage.

Pour le coup, la circulation était bonne. A Coyote Wave, petite ville perdue entre deux canyons rouges, il devait y avoir un peu moins de cinq cent âmes. Le chef était depuis toujours Greyson, un vieux bonhomme gras du bide, qui avait deux femmes et cinq gosses - sauf si un était mort dernièrement.

Les regards des quelques badauds se posèrent naturellement sur la moto mais également sur la petite rousse que Billy ramenait derrière lui. Le Loner n’y fit pas attention et ne s’arrêta que dans l’atelier de Joe&Jack qui tous les deux étaient visiblement très attelés à la soudure d’une énième bécane. Molly était déjà passée sur le pont, quelques années avant, en échange de bons et loyaux services. C’était comme ça que ça marchait à Coyote Wave.

En descendant de la bécane, il mit un petit coup pour faire glisser la béquille. Il laissa Axelle descendre toute seule, faisant face aux jumeaux qu’on ne différenciait vraiment que grâce à leurs scarifications très traditionnelles. On leur avait lardé les bras avec des rouages. Celui qui avait les plus gros n’étaient autre que Joe - l’autre étant Jack.

L’un comme l’autre était pâle comme la craie - un maquillage sans doute pour éviter aux moustiques d’être trop agressifs - et leurs yeux étaient maquillés de noirs pour éviter les mouches. De fins stratagèmes à n’en pas douter.

« Heeeeey, Billy ! »

Jack fut le premier à le voir et à venir. Il souriait, dévoilant ses belles dents blanches.

« Salut Jack » il empoigna sa main pour la serrer chaleureusement, « ça va depuis le temps ? »

« On est encore en vie, alors pas de quoi se plaindre ! »

Les deux frères eurent un rire de concert avant que Joe ne lance un regard vers la petite rousse.

« On t’avait demandé d’nous ramener un truc précis, pas une nymphette... »

Le ton était légèrement moqueur. Billy eut un petit sourire crispé, avant de se racler la gorge.

« Rien à voir les gars, elle est avec moi. Et j’ai ce que vous m’aviez demander. »

Le garçon fit le tour de la moto et tira de la besace de cuir un truc un peu épais, fait de multiples rouages et de quelques écrous plus épais. Il le leur tendit sans cérémonial. Joe l’attrapa avec un sourire excité avant de se tourner vers Jack. Les deux semblaient avoir eu le plus beau des cadeaux. Le jeune Walker jeta un regard à Axelle, avant de reposer son attention sur les deux.

« Vous m’faites le plein de Molly ? Je repasse pour le paiement dans quelques minutes. »

« Ouais, ouais, fais ça... » marmonna Jack, la tête déjà sous la voiture qu’il cherchait à réparer depuis maintenant deux mois et à qui il manquait malheureusement un simple régulation d’alternateur en état.

Billy s’éloigna un peu, et jeta un regard à Axelle :

« Une fois qu’ils en ont fini, on ira dans un coin tranquille. Pour que je te le montre. »

Son sourire était simple mais pressé.




Oh Darling,
Darling, What I have done ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Elyan
Elyan
Féminin MESSAGES : 44
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 26
CRÉDITS : 高橋のぞむ (pixiv)

UNIVERS FÉTICHE : Tout dépend de... Euh... La motivation ? L'envie ? Les cookies ?
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace

Carry On Wayward Son (Elyan) - Page 2 Empty


Axelle Grant
J'ai aux alentours de 23 ans et je vis au sein des Terres Désolées (ex-USA). Dans la vie, je suis Pilleuse et Menteuse et je m'en relativement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je m’en fiche clairement..

@Sha J'en suis excessivement pas fière. Mhh. e_e.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR
Elle ne répondit pas, acceptant simplement sa réponse sans un mot. C'était probablement la manière la plus simple de définir ce qu'était une Ville dans leur désert poussiéreux : un ramassis d'opportunistes tentant de survivre d'une manière ou d'une autre : tendez-leur la main et ils vous prendront le bras si vous ne faites pas attention. Elle n'avait jamais eu la (mal ?)chance d'avoir à traiter directement avec un individu issu d'une Ville. En général, elle se contentait de traîner dans un coin lors des négociations, tendant une oreille peu attentive aux palabres précédents l'échange - ce n'était pas son rôle, après tout. Maintenant...

Elle soupira faiblement, appuyant son visage sur la veste de l'homme et fermant les yeux pour les préserver du sable qui jaillissait de sous les roues de l'engin. Sous la peau fragile de sa joue, elle sentait la chaleur du cuir et les légers mouvements du muscle. Malgré les réticences qu'elle pouvait avoir envers un quelconque contact humain, elle ne pouvait s'empêcher d'y trouver un certain réconfort, appréciant à sa juste valeur ce que cette présence représentait : la certitude qu'elle avait bel et bien fuit la station-service désertée, qu'elle ne faisait plus face à des inconnus prêts à...

Ses doigts tremblèrent un instant, se crispant quelques secondes sur le vêtement auquel elle se raccrochait. Elle ne voulait pas y penser. Se le refusait. Plus jamais elle ne voulait ressentir cette impuissance, cette terreur que ressentait la proie face à un prédateur. Plus jamais elle ne voulait se sentir aussi désemparée.

Ses pensées avaient commencé à dériver quand l'engin accéléra, un cahot plus brusque la tirant brutalement hors de sa rêverie. Elle se redressa un peu, rouvrant les yeux pour observer l'horizon et les contours maladroits qui s'y dessinaient, étroitement enserrée dans ce qui semblait être un canyon. Coyote Wave... Elle était bien loin de chez elle, si ses souvenirs étaient exacts.

Ils se rapprochaient rapidement, le désert perdant de plus en plus de terrain jusqu'à ce qu'ils arrivent aux prémices de la ville, puis au tunnel. La jeune femme se redressa un peu plus, ses yeux désormais grands ouverts, tentant d'assimiler toutes ces nouvelles informations, toutes ces étrangetés dont les voyageurs avaient pu leur parler mais qu'elle n'avait jamais ou compléter de ses yeux. C'était tellement étrange, tellement différent - dès qu'ils quittèrent le tunnel, elle eut la sensation d'avoir pénétré dans un nouveau monde. Rien de ce qu'elle avait pu vivre auparavant n'aurait pu la préparer au fourmillement que représentait Coyote Wave - naturellement quand on prenait en compte que le Refuge comptait à peine une centaine d'âmes, n'importe quelle Ville voire communauté un peu plus fournie semblait être un autre monde.

Finalement, l'homme stoppa l'engin en face de ce qui semblait être un garage. La rousse descendit maladroitement, ses yeux pâles virant d'un coin à l'autre de son champ de vision tandis qu'elle tentait mentalement de faire le tri parmi tout ce qu'elle avait pu voir, tant et si bien qu'elle ne réagit même pas aux remarques des deux hommes, se tournant vers eux bien longtemps après que leur intérêt à son égard soit retombé. Elle retint difficilement un mouvement de surprise en les voyant - elle avait jamais croisé ce genre de marques lors de sa courte existence. Rien d'étonnant, encore une fois, considérant que le Refuge prenait à cœur sa mission de protéger ses habitants de tout ce qui pourrait les perturber...

Elle se désintéressa immédiatement de la discussion qui avait lieu non loin d'elle, préférant s'accroupir pour observer un quelconque agencement de métal, tentant d'en deviner son utilité. Perdue dans sa réflexion, elle n'entendit pas Billy s'approcher, levant seulement les yeux vers lui quand il s'adressa à elle. Elle inclina légèrement la tête sur le côté, acquiesçant à demi. Apparemment, il n'était pas décidé à lui donner plus d'informations sur ce qu'il attendait d'elle. Prenant son mal en patience, elle pointa du doigt l'engin sur lequel il l'avait amenée jusqu'ici.

« Qu'est-ce que c'est ? Je n'en avais jamais vu de fonctionnel. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Sha
Sha
MESSAGES : 304
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 27
RÉGION : Sarthe, Le Mans.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash

Carry On Wayward Son (Elyan) - Page 2 Empty


Billy Walker
J'ai 26 ans et je vis au sein des Terres Désolées, ex-USA. Dans la vie, je suis Loner, Pilleur, Voleur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, et je le vis très bien.

Code Billy : #917e1f


@Elyan :
Ta réponse était cool ! Mais je suis pas non plus satisfaite de la mienne cela dit... J'espère que t'as de la matière !




« Qu'est-ce que c'est ? Je n'en avais jamais vu de fonctionnel. »

« C'est Molly » répondit-il sur un air fier, plantant ses poings sur ses hanches en regardant la bécane, « Une vielle moto qu'en a encore dans le moteur. Le bolide le plus rapide des Terres Désolées ! »

Derrière lui, Jack se mit à rire, la tête coincée entre les deux pneus de la vieille voiture montée sur le pont. Billy jeta un regard terrible par dessus son épaule avant de s’approcher un peu et d’ouvrir la besace qui était accrochée à l’arrière de la moto. Faite d’un cuir épais, il y avait visiblement tout un tas de chose à l’intérieur, mais pas d’argent. L’argent, ce n’était pas pour les gens comme Billy Walker. Se balader avec de l’espèce c’était un coup à se faire suriner au détour d’une ruelle. Autant dire que l’aventure ne lui faisait pas envie. Billy savait se battre. Il était agile et puissant, encore plus quand sa vie était en danger. Il avait déjà flanquer quelques roustes dans le bar du coin. Sa réputation n’était plus à faire, mais avec Axelle, les choses seraient différentes.

Dans un monde aussi fou que celui des Terres Désolées, les nanas ne servaient pas à grand chose si elles ne savaient pas se défendre. Alors c’est vrai, y avait toujours des matrones un peu dur, comme Doria qui tenait d’une main de fer son lupanar miteux, ou encore Zia, la seule médecin de Coyote Wave. Ces filles là avaient de la chance d’être respectée. La petite rousse... Dès qu’ils apprendraient que New Babylone la voulait, aucun d’entre eux n’aurait de remord à la balancer saucissonnée au pied du silo.

« Molly c’est la seule chose dont j’ai besoin sur terre. Le gage de ma liberté. Et ma plus vieille compagnie que je connais depuis... un bout d'temps. »

Depuis toujours... pensa-t-il, avec un brin de nostalgie.

Billy sortit de la besace de quoi boire - une gourde en plastique un peu sale - et la lui tendit, avant de boire dans la sienne. C’était plutôt une flasque et il était difficile de savoir si ce qu’il buvait était de l’eau ou autre chose, mais il ne fit aucune grimace et la referma, après quoi il se remit à fouiller et sortit finalement un petit quelque chose. Emballé dans plusieurs couches de linge, impossible de savoir ce que c’était.

Joe approcha, et attrapa Molly pour la tirer jusqu’au banc. Billy attendit que Joe ait fini pour se rapprocher légèrement d’Axelle et lui fit signe de la tête de le suivre. Il avait toujours dans une main le petit paquetage enroulé dans du linge. Ce n’était pas très gros, mais le garçon semblait y tenir. Quand Joe lui ramena la moto, il rangea de nouveau le petit paquetage comme s’il n’avait jamais eu confiance, et grimpa dessus.
Entre deux plis de son jeans, on pouvait voir au niveau de sa cuisse deux coutelas, dont un ressemblait à un papillon. Cela même qui s’ouvrait en deux en appuyant sur un petit bouton sur le côté.
De l’autre côté, une arme à feu un peu rudimentaire et visiblement bricolé était coincée à sa ceinture, cachée par le manteau de cuir qui se soulevait parfois, à cause du vent. Les murs de Coyote Wave étaient hauts, mais le vent s’engouffrait toujours, en bourrasque puissante.
Billy mit en route Molly et après qu’Axelle l’ait rejoint, ils commencèrent à zigzaguer dans le taudis.

Ils passèrent devant plusieurs magasins un peu étranges, dont un où il y avait des femmes presque nues dans des vitrines grises. L’une avait la peau plus noire que l’ébène, tandis que l’autre jouait à dissimuler sa poitrine opulente derrière ses longs cheveux bruns et crépus. Billy n’eut aucun regard pour le spectacle. Il y était habitué, pour ne pas dire totalement indifférent. Il s’arrêta devant l’échoppe qui se tenait juste à côté du lupanar et gara sa moto. Il récupéra à l’arrière le petit paquet de tissu et se tourna vers l’entrée faite d’une porte de bois en travers, tenant à peine dans le seul gond encore en état. Le bar qui lui faisait désormais face était un ramassis de récupération en tout genre.

Sur la devanture, on pouvait lire « Le Barbu ». Pas difficile de deviner pourquoi une fois le palier dépassé. Le patron qui se tenait juste derrière le comptoir avait pour ainsi dire la plus belle des barbes du monde, aussi longue qu’un bras, aussi hirsute qu’imposante. Il y avait un quelque chose d’impressionnant chez lui, et pas seulement sa taille, ni l’incroyable bar de fer qu’il avait accroché juste au dessus des verres avec juste au dessus en lettres rouges : «me faites pas chier».

Billy passa devant ce dernier et alla s’asseoir tout au fond, dans un petit coin à l’abri des regards, entre deux panneaux de bois. La banquette était faite de cuir rapiécé mais propre au demeurant. Pas très loin, une petite porte dissimulée derrière un rideau épais et rouge laissait passer du bar jusqu’au lupanar, mais Billy était plus occupé à poser délicatement l’objet qu’il avait traîné sur la table qu’à vraiment faire attention.

« Tu veux manger un truc ? »

Il appela le serveur, commanda un bout de bison rouge et un peu d’eau. Ça lui coûterait sans doute un peu cher, parce que la viande à Coyote Wave comme partout dans le désert était un met de qualité, mais ça faisait longtemps qu’il ne s’était pas arrêté dans une ville. Les rations de survie avaient un goût de cendre. Billy Walker, comme tous les Loner, ne vivait que pour l’instant présent. Amasser du fric n’avait aucun sens dans les Terres Désolées.

Le jeune homme attendit que le serveur reparte pour déballer lentement et avec précaution le petit objet caché. Chaque couche de tissu, chaque couche de cuir, pour cacher au final une... toute petite cage à oiseau mécanique, avec un oiseau minuscule au ventre rouge et à la tête grise. La chose tenait tout au plus dans une main. En dessous du socle rond fait d’or, ou peut-être d’un placage ou de feuilles dorées, il y avait une serrure et une clé un peu abîmée. Si on essayait de tourner, la clé ne tournait pas, comme bloquée dans la serrure. Quelques barreaux avaient été abîmé également, soit cassés en deux, soit tordus.

« C'est ce que je veux que tu répares. »

Billy se pinça les lèvres, refusant de trop lui en dire, même s’il imaginait déjà ce qu’elle devait se dire.

Que fichait un Loner d’un tout petit objet aussi inutile que ça, au point de prendre des risques ?




Oh Darling,
Darling, What I have done ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Carry On Wayward Son (Elyan) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Carry On Wayward Son (Elyan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» N'est malheureux que celui qui ne sait pas chanter [Carry]
» Carry on, as nothing really matters. [Jaden]
» Pris en flagrant délit de ...chant! ( PV Carry Chainsaw)-Terminé
» (X) Just you and me together for one night-Carry & Ty
» Deux personnes sur un toit ... || ft. Carry Chainsaw

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: