Partagez | 
 
 
 

 (robert) quand robert rencontre cunegonde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Ezra Evans
J'ai 17 ans et j'étudie à Poudlard dans la maison qu'est Gryffondor. Dans la vie, je suis préfet et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis ce que l'on appelle un né-moldu.




avatar © florescentia
Je suis moi-même surpris de mon agressivité. Mais j’en arrive à un point de non-retour. Je ne peux plus me contenir, je ne peux plus supporter Clary. Bêtement, j’essaye de lui faire comprendre qu’elle ne vaut rien, et que personne ne peut la voir en peinture. C’est bien bête, oui. Parce qu’elle s’en fout pas mal. J’aurais dû le savoir. « Evidemment. » Lâché-je finalement avant de me reculer d’un pas. Pendant deux petites secondes, je me dis que c’est dommage. Dommage qu’une fille aussi jolie à l’extérieur soit à ce point pourrie à l’intérieur. Blasé, j’envisage de quitter la salle des préfets en la laissant prendre la décision qui lui plaira. Discuter avec elle, c’est comme tenter de discuter avec Donald Trump. Oui, je viens de dire ça, oklm. Je n’ai pas spécialement envie de passer la nuit à la supplier de punir un peu plus sévèrement sa maison. Néanmoins, si elle s’engage à retirer le moindre point aux Gryffondors, je lui fais la promesse d’en retirer à sa maison. Simple question de principe. « Non, j’te menace pas. Et j’prétends pas non plus faire le poids face à toi, comme tu dis. » Je la regarde en haussant les épaules. « Je m’en fiche, j’ai rien à prouver. Je t’informe juste de ce qu’il se passera si jamais tu venais à pénaliser ma maison pour rien. » Etrangement, je lui expose la chose dans le plus grand des calmes, d’une voix presque anormalement douce. En moins de deux minutes, ma colère s’est dissipée. Enfin, pas complètement. Clary m’énerve toujours autant et j’ai bien envie de lui faire manger ses beaux cheveux. Pour des raisons évidentes, j’évite. Ca ferait un peu désordre. Ou peut-être parce que dans le fond, je n’ai pas envie de réellement lui faire du mal ? Je ne sais pas. Quelque chose d’étrange s’opère. Quelque chose d’assez incompréhensible. D’ailleurs, je me rends brutalement compte que je suis présentement en train de la fixer depuis plusieurs longues secondes. Je l’observe juste, sans que rien ne se passe. Mon cerveau me hurle de partir, mes pieds restent solidement fixés au sol. Un peu trop solidement, d’ailleurs. « Et dooooonc ! ME CHERCHE PAS, REYNOLDS. » Voilà, c’est dit. Je m’en vais comme un prince. Du moins, j’essaye. Parce qu’en voulant me retourner avec rage, mes pieds ont fait quelque chose qu’ils n’auraient pas dû et je me retrouve légèrement par terre. En grande douleur. Oui parce qu’en plus, ma tête vient de violemment heurté le sol, et je me sens tout pas bien maintenant.


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
AVADA TEQUILA
Féminin MESSAGES : 388
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 23
RÉGION : sur le mur qui sépare la morue de la pollution
CRÉDITS : AILAHOZ

UNIVERS FÉTICHE : fantastique et réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t50-je-suis-un-pigeon http://rpgistes.forumactif.com/t51-la-plume-a-papote-de-wolfgang http://rpgistes.forumactif.com/t52-les-doubles-triples-quadruples-personnalites-de-wolfgang
Pigeon



Clary
Reynolds

J'ai 17 ans et j'étudie à Poudlard dans la maison qu'est Serpentard. Dans la vie, je suis batteuse dans l'équipe de Quidditc et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis de sang pur et préfète de ma maison

Informations supplémentaires ici.


avatar © SAVAGE
karma is a bitch — J’ai pas l’impression de réellement t’intimider ou alors tu ne le montres pas. Dans tous les cas, je m’en fiche pas mal parce que je veux juste que tu comprennes que tu ne gagneras pas à ce jeu là. T’as beau me pousser contre les murs et utiliser de ta force, je ne suis pas du genre à me laisser faire et tu le découvriras que ça te plaise ou non. « Alors tu cherches quoi ? » Parce que me dire que tu vas me rendre chaque coup, chez moi, ça sonne comme des menaces. Peu importe comment t’appelles ça toi. « C’est toi qui a lancé le débat. » Qui a voulu que je me rende ici, qui a tenté de faire en sorte que j’enlève des points à ma propre maison. On ne serait pas présent ici si tu ne l’avais pas exigé. Ce qui prouve que tu te contredis toi-même et c’est fatiguant en fait d’être face à toi. Puis c’est quoi ce silence soudain ? Cette façon que t’as de me fixer ? C’est presque dérangeant. Vraiment. J’essaie de soutenir ton regard mais t’arrives à me mettre mal à l’aise pour le coup et je déteste ça. J’ai le regard qui flanche à gauche et semble t’il que tu reprends soudainement tes esprits hurlant sans que je ne comprenne pourquoi. Je crois qu’en fait, ça tourne pas rond chez toi. Tes changements d’humeur sont limite impressionnants. Je suis prête à te rentrer dedans encore une fois mais.. Y a tout qui se déroule trop vite, toi qui tombe lourdement sur le sol et je peux même entendre en répétition le bruit sonore qu’a fait ta tête en heurtant le sol. J’arque un sourcil, reste interdite. Mauvaise ? Oui. Méchante ? Sûrement. Prête à te laisser sur le sol en te balançant un rictus amusée ? Probablement pas. J’ai des limites et faut croire qu’elles sont là. « Ca va ? » Ca n’a pas l’air. Je m’agenouille à côté du préfet, l’air sérieusement inquiet, posant ma main sur sa tête comme si j’étais capable de déterminer quoi que ce soit. « J’vais te conduire à l’infirmerie, tu peux te lever ? » J’espère quelque part, au pire j’irais chercher madame Pomfresh même si pour le coup j’étais réticente à l’idée de le laisser. Moi ? Avoir du coeur ? Sûrement pas. Ou alors si peu. « En fait te redresses pas, c'est peut-être pas une bonne idée. » Puis merde, est ce que j'ai une tête à savoir quoi faire dans ce genre de cas ? Le bougre serait même probablement capable de dire que c'est à cause de moi tout ça.


je suis un pigeon sisi
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Ezra Evans
J'ai 17 ans et j'étudie à Poudlard dans la maison qu'est Gryffondor. Dans la vie, je suis préfet et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis ce que l'on appelle un né-moldu.




avatar © florescentia
Ce que je cherche ? Je crois que je n’en ai moi-même pas la moindre idée, alors pour seule réponse, j’hausse les épaules d’un air indifférent. L’impressionner ou la ridiculiser ? Telle est la question. Dans les deux cas, je m’y prends comme un pied. Après l’avoir regardée slash admirée slash fixée comme un creep, je commence à hurler de presque rage. Je crois que je tente de lui montrer qu’elle ne m’effraie pas tant que ça, que lui tenir tête ne me fait pas peur. C’est vrai, dans le fond. Contrairement à beaucoup d’élèves, Clary Reynolds est bien loin de m’intimider. Mais je perds bien vite toute ma crédibilité en tombant sans même que je ne sois en mesure de comprendre quoi que ce soit. Je perds le contrôle de mon corps, ma tête embrasse le sol avec un peu trop de passion et pendant deux secondes, c’est le trou noir. Lorsque je rouvre les yeux, le visage de Clary se trouve tout près du mien. Et pour une fois, elle ne semble ni énervée, ni aigrie. Juste… Inquiète. Je crois. Elle me demande si ça va, si je peux me lever et moi, je lui souris. Je suis encore un peu sonné, je l’admets. Ma tête est si lourde que je suis incapable de la décoller du sol pour le moment. Donc dans l’immédiat, je décide de ce qui me semble être le plus prudent pour ma personne. Je reste allongé et continue de regarder Clary en affichant un sourire de béatitude. Etrangement, sa beauté me frappe de plein fouet. J’ignore si c’est à cause du choc, ou si mon cerveau vient lui aussi de s’en rendre, mais je la trouve incroyablement jolie. C’est une autre Clary Reynolds que je découvre. L’idiot que je suis lève fébrilement une main pour attraper une mèche de cheveux qui pendouille au-dessous de moi. Un instant plus tard, l’envie de l’embrasser me prend subitement. J’oublie qu’elle est Clary Reynolds, j’oublie que je suis Ezra Evans et je réponds au moindre de mes désirs. « Embrasse-moi si je me trompe, mais les dinosaures existent toujours non ? » Malgré mon esprit légèrement embrumé, je suis en mesure d’affirmer que les dinosaures ne soient plus de notre monde. Ce qui veut techniquement dire qu’elle doit m’embrasser. A vrai dire, je ne lui donne pas le choix, ma main glisse jusque derrière sa tête et je la force à se pencher vers moi. Jusqu’à ce que nos lèvres se rencontrent.


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
AVADA TEQUILA
Féminin MESSAGES : 388
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 23
RÉGION : sur le mur qui sépare la morue de la pollution
CRÉDITS : AILAHOZ

UNIVERS FÉTICHE : fantastique et réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t50-je-suis-un-pigeon http://rpgistes.forumactif.com/t51-la-plume-a-papote-de-wolfgang http://rpgistes.forumactif.com/t52-les-doubles-triples-quadruples-personnalites-de-wolfgang
Pigeon



Clary
Reynolds

J'ai 17 ans et j'étudie à Poudlard dans la maison qu'est Serpentard. Dans la vie, je suis batteuse dans l'équipe de Quidditc et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis de sang pur et préfète de ma maison

Informations supplémentaires ici.


avatar © SAVAGE
karma is a bitch — Ouais, je l’imagine déjà bien aller raconter à qui veut l’entendre que la garce que je suis lui ait donné un grand coup sur la tête. En guise de vengeance ou quelque chose comme ça. Parce que je refusais de me montrer raisonnable et qu’à la place, je l’insultais de la pire façon qui soit. Mais j’étais comme ça, j’allais pas changer qui j’étais et surtout pas me montrer faible face à un rouge. Quoi que.. C’était plus ou moins ce que j’étais en train de faire puisque j’étais désormais à genoux devant lui, m’inquiétant un peu trop de son état. Mais il aurait fallu entendre le bruit que ça avait pu faire sa tête contre le sol pour comprendre ma réaction. Même une connasse par excellence n’aurait pas pu rester de marbre et sortir de la pièce l’air de rien. Puis j’avais pas vraiment envie d’avoir un mort sur la conscience et j’sais pas, peut être que c’était grave mine de rien. Je ne pouvais pas savoir. Alors je préférais me rassurer sur son état avant de remettre mon masque de marbre et lui balancer une insulte au visage pour clôturer tout ça. Mais j’ai beau demander tout et n’importe quoi, je n’ai en réponse que des sourires ce qui pourrait être mignon mais ne l’est pas vraiment. J’arque un sourcil commençant à me dire que le choc sur sa tête avait été probablement trop violent et c’était sa main qui se levait attrapant une de mes boucles l’air de rien. Donc oui, vraiment, c’était un sacré choc qu’il avait reçu parce que j’aurais presque pu avoir l’impression de me faire draguer en silence ce qui était plus que bizarre venant de lui. « Qu..Quoi ? » Je suis même pas sûre d’avoir bien compris pour le coup parce que rien n’a de sens dans ce qu’il raconte. Embrasse-moi et dinosaures ne vont pas ensemble dans la même phrase, qu’on s’entende. Mais y a sa main qui se décale sur ma nuque et qui fait pression dessus me forçant –quoi que je ne résistais pas vraiment- à me pencher toujours plus jusqu’à ce que nos lèvres entrent en collision. Comme ça, l’air de rien. Comme on dit bonjour le matin. C’était doux, timide et fébrile à la fois. Moi j’étais muette, interdite devant le geste, incapable de remettre mon cerveau en marche comme si tout s’était soudainement arrêté autour de nous. J’avais même fermé les yeux ce qui était stupide en soit parce que j’aimais même pas ça. Pas vrai que j’aimais pas ? Et d’un coup je me reculais, l’air hagard, perdu par ce qui venait de se passer. « Si tu racontes ça à quelqu’un Evans.. » Et quoi ? Qu’est-ce que j’allais faire ? Nier en bloc ? Probablement. « T’es un idiot. »


je suis un pigeon sisi
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Ezra Evans
J'ai 17 ans et j'étudie à Poudlard dans la maison qu'est Gryffondor. Dans la vie, je suis préfet et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis ce que l'on appelle un né-moldu.




avatar © florescentia
Au moment où mes lèvres s’écrasent en toute délicatesse contre celles de Clary, mon jukebox interne lance une chanson pleine de joie et d’entrain. Une connexion s’opère, un étrange sentiment de bien-être m’envahit. Evidemment, je profite de ce baiser et cherche à l’approfondir. De façon un peu hésitante, voire timide. J’évite de paraître trop insistant, je sens bien que Clary n’est pas forcément réceptive. Ceci dit, elle ne me repousse pas non plus. Je pense qu’elle est en état de choc. Un peu comme moi, d’ailleurs. Je compte déjà justifier mon acte par la chute survenue un peu plus tôt. Je vais même plus loin que ça, en essayant de me convaincre moi-même que cette chute est bien à l’origine du baiser. C’est bien le cas, n’est-ce pas ? Je n’ai pas les idées claires, mon cerveau en a pris un sacré coup. Ce n’est pas de ma faute. Ce n’est pas de ma faute. Et puis diantre… Dans le fond, je crois que je préfère ne pas savoir le pourquoi du comment. Ne pas réfléchir, ne pas se poser de questions, ne penser à rien d’autre que ce qui est en train de se passer. J’évite même d’envisager les retombées qui vont suivre. Connaissant Clary, elle serait capable de me donner la claque la plus puissante du monde. Le genre de claque qui me donnera une bonne raison de finir à l’infirmerie. Lorsque je rouvre les yeux, ceux que Clary sont encore clos. Ca me fait sourire. Ca veut dire qu’elle a apprécié. Un peu, j’espère. Je romps le baiser tout en douceur, et dans la seconde qui suit, nos regards se croisent vaguement. La Clary que j’entrevois en ce court laps de temps me plait bien plus que celle de d’habitude. Mais chassez le naturel et il revient au galop, pas vrai ? Elle casse l’ambiance de son ton dur et peu sympathique. Moi, je laisse ma tête se poser sur le sol en soupirant. Elle me fatigue. Si je raconte ça à quelqu’un, quoi ? Je pense que cette histoire lui ferait bien plus de mal qu’à moi, je n’ai pas grand-chose à craindre. « J’ai mal à la tête. » Que je fais soudain, comme si je n’avais pas compris ou entendu sa précédente remarque. Je me redresse lentement, et tout en prenant appui sur mes mains, je la regarde droit dans les yeux. « C’est dommage que tu sois aigrie tout le temps. T’es plutôt… Moins agaçante, quand tu l’es pas. » Le vrai mot, c’était belle. Mais si je lui dis ça à voix haute, je passe un cap dans notre relation et vu ce qu’il vient de se passer, je doute qu’elle soit prête. « Tu veux bien m’accompagner jusqu’à l’infirmerie ? » Quand même. Au moins pour la forme. Les soins de Madame Pomfresh ne sont clairement pas nécessaires. Ca, Clary n’est pas supposée le savoir.


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
AVADA TEQUILA
Féminin MESSAGES : 388
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 23
RÉGION : sur le mur qui sépare la morue de la pollution
CRÉDITS : AILAHOZ

UNIVERS FÉTICHE : fantastique et réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t50-je-suis-un-pigeon http://rpgistes.forumactif.com/t51-la-plume-a-papote-de-wolfgang http://rpgistes.forumactif.com/t52-les-doubles-triples-quadruples-personnalites-de-wolfgang
Pigeon



Clary
Reynolds

J'ai 17 ans et j'étudie à Poudlard dans la maison qu'est Serpentard. Dans la vie, je suis batteuse dans l'équipe de Quidditc et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis de sang pur et préfète de ma maison

Informations supplémentaires ici.


avatar © SAVAGE
karma is a bitch — Un idiot profond. Et puis pourquoi avoir fait ça ? Dans quel but ? C’était juste.. Idiot. J’avais pas d’autres mots me venant sur l’instant présent. Et je n’arrivais pas à comprendre le pourquoi du comment. Puis je devais avouer être frustrée de ma réaction. Parce que j’avais laissé faire. J’avais peut-être pas été la plus réceptive du monde mais j’avais laissé faire sans broncher. J’avais laissé faire et j’avais fermé les yeux. C’était limite le détail le plus terrifiant dans tout ça. Parce qu’on fermait les yeux quand on était amoureux ou bien quand on aimait vraiment le contact avec la personne mais là.. Là c’était Ezra. C’était un gryffondor et né moldu de surcroît. Comment est-ce que j’avais pu laisser faire sans rien dire et savourer la douceur de ses lèvres par la même occasion ? Frustrant. Alors forcément que quand j’arrivais à me remettre les idées en place au moins un peu je reprenais mon masque de fille hautaine, froide et imbu de sa personne. Mais merde, c’était le bordel dans ma tête. Encore pire qu’après avoir fait des cul secs de whisky pur feu à la tête de Sanglier. « Et moi j’ai envie de vomir. » Mensonge, clairement. Mais exagérer le résultat de l’échange qu’on venait d’avoir était un moyen pour moi de mettre des barrières et le dissuader de recommencer rien qu’une seule fois. « Je ne suis pas aigri » que je répondais soutenant son regard. Et puis quoi encore ? J’étais juste.. J’aimais juste pas me mêler à tout le monde prétextant être sociale quand la vérité était que ce n’était que de l’hypocrisie. Non mais ils étaient niais les gens à faire genre de s’entendre avec tous les gens autour, moi au moins, je ne faisais pas semblant. « Et de toute façon, je cherche pas à ce que tu m’apprécie. » Donc ça réglait plus ou moins la chose pour le coup. Poussant un soupir, je me redressais hésitant quelques secondes avant de lui tendre la main pour qu’il fasse de même. « Si tu parles de ça à quelqu’un, c’est à St Mangouste que tu seras obligé d’aller. » Donc oui, c’était une menace et en passant, j’acceptais aussi d’aller avec lui jusqu’à l’infirmerie. Juste pour être certaine qu’il y arrive en un seul morceau et qu’on ne m’accuse de rien. Du moins, c’était ce dont je tentais de me convaincre. « Pourquoi t'as fais ça ? » Du coup, je suis quand même en droit de poser la question et d'avoir des explications en prime. C'était pas le genre de geste anodin et je n'acceptais pas la chute en guise de réponse. Trop facile comme échappatoire et j'étais pas non plus stupide. Du coup, j'attends Ezra. Pourquoi ?


je suis un pigeon sisi
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Ezra Evans
J'ai 17 ans et j'étudie à Poudlard dans la maison qu'est Gryffondor. Dans la vie, je suis préfet et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis ce que l'on appelle un né-moldu.




avatar © florescentia
Je viens d’embrasser Clary. Mes lèvres se sont malencontreusement retrouvées contre les siennes. Et j’ai apprécié ce moment, sans doute un peu trop. Mais le plus improbable dans l’histoire, c’est que la préfète des Serpentards semble avoir apprécié aussi. Elle ne m’a pas repoussé, ni même giflé ou tué sur place. Elle m’a juste traité d’idiot, ce qui est étonnant venant de sa part. Je ne m’attendais pas à une réaction aussi gentille, voire douce. Comme quoi Clary n’est pas un monstre, elle a aussi de bons côtés. Du moins, c’est ce que j’ai envie de croire, et ce que je lui dis de façon plus ou moins claire. Sa réaction me fait lever les yeux au ciel. Très fort. « Tu peux arrêter d’être aussi égocentrique juste deux secondes s’il te plait ? Je te dis pas que je t’aime à la folie des grandeurs, ni que je te déteste. Juste que t’es plus agréable quand t’es pas aigrie. Ce qui était juste une remarque à laquelle t’avais pas forcément besoin de répondre. » Voilà, maintenant, c’est à mon tour d’être aigri. Mais mon aigreur disparaît parce que Clary redevient une jolie personne. J’attrape sa main en lui adresse un sourire, me relevant tant bien que mal. A ce moment, je me rends compte de la violence de ma chute. Je suis en douleur extrême, ce n’est même pas une blague. Je me gratte bêtement le crâne, comme si ce geste allait calmer mes maux de tête. « J’en parlerai pas. » Marmonné-je en grimaçant. En réalité, je m’en fiche de ce baiser. En parler ne m’apportera sans doute rien de bon et en prime, je ne vois pas à qui je pourrais en parler. On se dirige tous les deux vers l’infirmerie et Clary se sent obligée de demander pourquoi je l’ai embrassée. C’est une merveilleuse question ! A laquelle je n’ai pas de merveilleuse réponse…  Alors en attendant de trouver un truc pertinent à dire, j’hausse les épaules. « Pourquoi pas ? » D’accord. Pour la pertinence de l’argumentation, on repassera. Mais Clary me stresse, à me regarder avec autant d’intensité. « C’était pas contrôlé et je suis désolé, mais je sais même pas pourquoi j’ai fait ça. Enfin… Je suis désolé de ne pas pouvoir te donner d’explication, mais pas de l’avoir fait. » Et peut-être qu’il serait temps pour moi de ne plus parler. Ce que je suis en train de dire à Clary est véritablement en train de me mettre très mal-à-l’aise. Il y a aussi de fortes chances pour qu’elle soit répugnée et beuuuurk, Ezra Evans l’a embrassée, c’est un crime contre l’humanité ! Olala, à mort les sang-de-bourbes ! « Il n’y a pas mort d’hommes, ç’aurait pu être pire. Je sais qu’au fond, ça t’a pas déplu. Eeeet… J’ai vraiment mal au crâne. Arrête de me forcer à la discussion, je suis pas prêt. » Le silence étant de nouveau présent entre nous, je veille à le maintenir jusqu’à ce que nous atteignions l’infirmière. Avant d’ouvrir les portes pour hurler à la mort, je me tourne vers la brunette. « Je t’embrasserais bien pour te remercier mais j’ai cru comprendre que ça pouvait te poser problème. Alors je vais juste me contenter d’un sympathique merci. » Ceci dit, je suis étonnamment prêt pour le second round.


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
AVADA TEQUILA
Féminin MESSAGES : 388
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 23
RÉGION : sur le mur qui sépare la morue de la pollution
CRÉDITS : AILAHOZ

UNIVERS FÉTICHE : fantastique et réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t50-je-suis-un-pigeon http://rpgistes.forumactif.com/t51-la-plume-a-papote-de-wolfgang http://rpgistes.forumactif.com/t52-les-doubles-triples-quadruples-personnalites-de-wolfgang
Pigeon



Clary
Reynolds

J'ai 17 ans et j'étudie à Poudlard dans la maison qu'est Serpentard. Dans la vie, je suis batteuse dans l'équipe de Quidditc et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis de sang pur et préfète de ma maison

Informations supplémentaires ici.


avatar © SAVAGE
karma is a bitch — Ce qui est dingue en réalité c’est qu’il est capable de me déstabiliser et de m’énerver en deux secondes. Du coup, ça fait le yoyo dans mes émotions et ouais, ça me rend dingue. J’ai l’impression de ne pas savoir sur quel pied danser en sa compagnie comme si d’un coup il avait totalement prit le dessus et forcément que ça me mettait en rogne. J’aimais pas ce genre de retournement de situation mais d’un autre côté, j’avais besoin de savoir. Alors je n’avais aucune idée de la réponse que j’attendais mais j’en voulais une. Histoire de pouvoir comprendre en fait. Peu importait ce qu’il pourrait dire tant que j’avais une explication assez convaincante me permettant de passer à autre chose. Et ma conscience me prenait vraiment la tête par moment parce qu’il aurait été bien plus simple de retourner tranquillement de mon côté plutôt que de l’accompagner. Au moins, en agissant de la sorte, j’aurais pu juste tirer un trait et prétendre que ce n’était jamais arrivé. Mais non, j’étais là, à traîner dans les couloirs avec lui comme si j’en avais réellement quelque chose à faire et je sentais déjà toutes les indécisions faire des popups dans ma tête. De quoi me rendre totalement barge en fait. « Parce que ce n’est pas logique ? » C’était pas non plus comme si l’on avait des antécédents nous permettant d’avoir un crush ou quoi que ce soit. Là, c’était juste sortie de nulle part. A moins qu’il ait eu une sorte de penchant sur ma personne sans que je ne sois au courant mais je ne pensais sincèrement pas que c’était le cas. « Donc t’avais réellement envie de le faire ? » Génial. C’était typiquement le genre de réponse qui ne m’aidait pas, qui ne m’apportait aucune réelle explication et qui avait le don de juste me perturber un peu plus. Merde quoi, de base j’étais juste venu récupérer mes Serpentards, pas me lancer dans un truc.. Comme ça. J’étais même pas capable de le définir. « T’es personne pour savoir si ça m’a plu ou pas. » Que je ronchonnais mal à l’aise. Peut-être que j’avais aimé, je disais bien peut-être, mais j’allais certainement pas lui faire le plaisir de le dire à haute voix. Jamais que ça n’arriverait. Et puisqu’on venait d’arriver devant les portes de l’infirmerie, c’était enfin le moyen de me débarrasser de tout ça. Ouais, si seulement. Je détournais le regard mal à l’aise pendant quelques secondes entendant ses mots et l’insinuation présente. Merci Ezra, merci beaucoup. Je restais planté là, comme une débile de première, tournant mes doigts dans tous les sens pour trouver une occupation. Barre toi Clary, barre toi vraiment. Je le regardais rapidement et choisissait de tourner les talons. C’était la meilleure solution hein ? Partir et puis basta, on n’en parle plus. Ouais alors je faisais quelque pas sans un mot et.. Merde. Je me retournais plongeant mes yeux chocolat dans les siens quelques secondes de plus. « Tu me saoûle. » J’étais obligée de le dire. Je détestais me sentir comme ça, aussi perdu en fait. C’était le genre de truc qui me rendait juste dingue. Mais je devais avouer que le contact avec ses lèvres m’avait laissé sur ma faim. Peut-être parce que j’avais été trop surprise pour être réceptive la première fois et si ça restait entre nous, j’avais peut-être l’opportunité de recommencer. De nouveau face à lui, je me hissais légèrement sur la pointe des pieds me mains se plaçant de part et d’autre de son visage. « Promet que ça reste entre nous » que je murmurais sentant son souffle sur mon visage.


je suis un pigeon sisi
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Ezra Evans
J'ai 17 ans et j'étudie à Poudlard dans la maison qu'est Gryffondor. Dans la vie, je suis préfet et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis ce que l'on appelle un né-moldu.




avatar © florescentia
Clary a entièrement raison. Ce n’est pas du tout logique. J’ai toujours défendu l’idée que la préfète des Serpentards représente tout ce que je déteste le plus au monde. Elle n’est que méchanceté gratuite et mépris, comment l’apprécier ? A mes yeux, les quelques défauts qu’elle possède, si tant est que l’on puisse admettre ses qualités, sont les pires du monde. Alors pourquoi l’avoir embrassé ? On sait tous les deux que ma chute n’a rien à voir là-dedans. Oui, ma tête en a pris un sacré coup, mais pas au point de perdre le contrôle sur mes actes. La question de Clary me fait tiquer. Donc t’avais réellement envie de le faire ? J’essaye de me souvenir de ce que j’ai ressenti avant de prendre la décision de l’embrasser. Son visage était proche du mien, un maigre écart de quelques centimètres seulement séparait nos lèvres. J’imagine que par pure faiblesse, j’ai succombé à son charme. J’ai agi naturellement, en effaçant inconsciemment tous les préjugés que je pouvais avoir sur elle. Et peut-être que j’en avais envie. Un peu. J’avoue que là, un certain nombre de détails m’échappent. Voilà pourquoi je reste étrangement silencieux. Tout en étant parfaitement conscient que ce silence ne dément pas ce qu’elle semble affirmer de façon indirecte. Pour ma défense, je ne dis pas non plus que j’en mourrais d’envie. Disons que je fais durer le suspense. « Okok. Ca ne t’a pas plu. » Que je fais en levant les deux mains en l’air. Si ça peut la rassurer que j’aille dans son sens, alors soit. Moi, je sais ce que j’ai vu et ressenti, et c’est sans doute le plus important. Elle peut tout nier en bloc et continuer à me haïr de tout son être, on va dire que je m’en fiche. La discussion s’arrête là. On marche en silence jusqu’à l’infirmerie et une fois plantés devant la porte, on se regarde dans le blanc des yeux. J’imagine que pas mal de personnes trouveraient la situation gênante, et je pense même qu’elle l’est pour Clary. Dans mon cas, je ne me sens pas spécialement gêné. Je ne dirais pas que je sois très à l’aise non plus, cela dit. Je crois que la situation me convient. Tout simplement. J’en viens même à glisser mes mains dans les poches de mon pantalon, dans le plus grand des calmes. Clary finit par se retourner pour prendre la fuite, ce qui m’arrache un léger rire. Pour une raison mystérieuse, je trouve la situation parfaitement cocasse. Je la regarde partir, sans bouger d’un cil. Et au moment où je m’y attends le moins, Clary rebrousse chemin pour revenir vers moi. Je la soûle, qu’elle me dit sans avancer le moindre argument. C’est à mon tour d’être perdu. Ce qu’elle dit n’est absolument pas en adéquation avec son geste. J’accepte cependant le fait que ce soit sa façon à elle d’exprimer son dédain pour ma personne. Alors dans le doute, j’agis de façon similaire, en posant naturellement mes mains dans le bas de son dos. « Promis. » Il ne me faut pas plus de deux secondes pour renouveler l’expérience du baiser. Cette fois, j’y vais plus lentement. Je prends le temps de bien faire les choses, en apprécie chaque instant. Lorsqu’enfin nos bouchent se scellent, je souris légèrement contre la sienne avant de chercher à approfondir le baiser. Et cette fois, Clary est mille fois plus réceptive. Ca me plait. Ca me plait beaucoup. J’ignore combien de temps on peut rester là, à s’embrasser comme les deux adolescents fougueux que nous sommes. Mais quand le baiser se rompt, je suis prêt à en redemander. « Bon, bon, bon. Je te soûle encore ou on est bon ? » Je lui pose la question en toute innocence, sans parvenir à me détacher complètement d’elle.


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
AVADA TEQUILA
Féminin MESSAGES : 388
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 23
RÉGION : sur le mur qui sépare la morue de la pollution
CRÉDITS : AILAHOZ

UNIVERS FÉTICHE : fantastique et réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t50-je-suis-un-pigeon http://rpgistes.forumactif.com/t51-la-plume-a-papote-de-wolfgang http://rpgistes.forumactif.com/t52-les-doubles-triples-quadruples-personnalites-de-wolfgang
Pigeon



Clary
Reynolds

J'ai 17 ans et j'étudie à Poudlard dans la maison qu'est Serpentard. Dans la vie, je suis batteuse dans l'équipe de Quidditc et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis de sang pur et préfète de ma maison

Informations supplémentaires ici.


avatar © SAVAGE
karma is a bitch — Fallait pas que ça sorte de nous deux parce que ce genre d’écart pouvait sérieusement entacher ma réputation et autant dire que j’y tenais comme à la prunelle de mes yeux. Mes parents y tenaient certainement encore plus encore. J’étais.. Clary Reynolds. Fille d’une famille haut placé au ministère de la magie, sang-pur et sans rien pour venir ternir l’image de cette famille réputée. Alors si quelqu’un osait raconter que la même Clary se retrouvait à bécoter un garçon de la maison ennemi, né moldu de surcroit, c’était prendre le risque de s’exposer à des sanctions probablement démesurées. Parce que les Reynolds ne plaisantait pas avec ce genre de chose et je savais mieux que personne la cruauté des punitions que mon père pouvait attribuer s’il avait l’impression que quelque chose n’allait pas dans son sens. Je ne voulais pas prendre ce risque là et au final, je faisais quoi ? Lui faire promettre, ce n’était pas assez. Après tout, comment pouvais-je en toute lucidité laisser ma confiance entre les mains de quelqu’un que je n’affectionnais même pas ? A ce point là, c’était de l’inconscience. Et j’avais juste l’impression que mon cerveau était trop embrumé pour que je puisse réfléchir correctement aux actions qui me serait préférable. Non, là, j’étais collée à Ezra Evans, préfet de Gryffondor, ses mains dans le bas de mon dos et nos visages bien trop proche pour qu’un spectateur puisse assurer que rien n’était étrange. Puis il promettait et sans trop savoir pourquoi, je voulais y croire. J’y croyais en fait et c’était affligeant venant de ma part. Mais ses lèvres revenaient à la conquête des miennes et cette fois, je le savais. Ce n’était pas le genre de surprise où je restais de marbre sans savoir comment agir. Je l’avais cherché, je l’avais voulu et sans avoir spécialement prononcé les mots, je l’avais demandé. Alors me voilà, à embrasser langoureusement mon ennemi juré, me délectant de la douceur de ses lèvres et donnant peut-être bien trop de passion dans tout ça. J’étais sans conteste la personne la plus stupide du monde. Et c’était à bout de souffle qu’on finissait par rompre l’échange sans pour autant rompre le contact entre nos deux corps. Combien de temps ça avait duré ? Une éternité sûrement. Et bien trop rapide en même temps. Je savais que j’avais besoin de reprendre le contrôle dans tout ça. D’agir de façon logique et de remettre ce masque de froideur qui me caractérisait tant. Ce serait le plus logique dans tout ça. Ouais mais je ne le faisais pas. « Je crois qu’on est bon. » que je venais souffler sans pour autant être certaine de ce que j’avançais. Mais je n’étais plus réellement en mesure de faire des reproches quand j’avais presque réclamé que ça arrive une nouvelle fois. Non, je n’étais vraiment pas en mesure de le faire. « Tu devrais peut-être.. Entrer. Madame Pomfresh doit toujours t’examiner. » Mais qu’est-ce que je fais encore collée à toi dans ce cas ?


je suis un pigeon sisi
Revenir en haut Aller en bas
 
 
(robert) quand robert rencontre cunegonde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ROBERT WYATT
» LES NOUVELLES DE ROBERT MENARD/Robert Ménard a reçu 100 000 $ de Taïwan
» Robert McNamara, artisan de la mise au pas des peuples
» ROBERT MANUEL : NOUVELLES REVELATIONS
» ROBERT MENARD VOLE GAGE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: