Partagez | 
 
 
 

 heaven in hiding (dreamy, jihan, hellinka)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
harley queen
MESSAGES : 379
INSCRIPTION : 24/02/2017
CRÉDITS : LoneWolf

UNIVERS FÉTICHE : harry potter/city/fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t151-female-robbery http://www.letempsdunrp.com/t257-f-rupphire-steven-universe-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t188-life-is-now http://www.letempsdunrp.com/t193-alt-er-love
Pigeon


Le contexte du RP
Mise en situation
La situation
Marilou a emménagé avec Mayline, Antoine et Kamil il y a plusieurs mois. Durant ce temps, elle a commencé à développer des sentiments... pour ses trois colocataires. Elle a également observé des dynamiques entre eux, et en ce jour, elle a décidé de leur parler de l'idée de polyamour. Elle, elle voudrait essayer de vivre une relation qui impliquerait les quatre.

Contexte provenant de cette recherche.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
harley queen
MESSAGES : 379
INSCRIPTION : 24/02/2017
CRÉDITS : LoneWolf

UNIVERS FÉTICHE : harry potter/city/fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t151-female-robbery http://www.letempsdunrp.com/t257-f-rupphire-steven-universe-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t188-life-is-now http://www.letempsdunrp.com/t193-alt-er-love
Pigeon



Marilou
Chevalier

J'ai 24 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis libraire et je m'en sors correctement. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire mais plus pour longtemps je l'espère et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.

charlotte mckee © granger
Elle agrippe son téléphone, ses deux mains refermées sur l'appareil, et elle relit les mots de Lola, affichés sur l'écran. Elle essaie d'y puiser le courage d'aller jusqu'au bout, la force de ne pas abandonner, de ne pas courir le plus loin possible, de ne pas choisir la fuite. Ca vaut le coup, se répète-t-elle, et elle met la peur au second plan. Elle fait de son mieux pour ignorer l'incessante angoisse dans son estomac, la noie dans le va et vient de ses pas infinis. Elle tourne en rond dans l'appartement, se berce dans l'errance statique, s'oublie dans une présence restreinte. De temps à autre elle relit la conversation avec sa meilleure amie, les arguments en faveur de l'action qu'elle s'apprête à entreprendre, ceux qui vont à l'encontre, les mots qui ont jailli de son cœur, les mots de Lola qui lui disent que tout va bien, que tout ira bien, qu'elle fait bien, et elle s'étourdit de ce mot dans l'espoir que cela teinte le résultat.
Quand le bruit d'une clé dans la serrure de la porte se fait entendre, pourtant, sa respiration se coupe violemment et Marilou s'immobilise soudainement, manquant de tomber tant le contraste est grand entre sa vélocité précédente et la soudaineté de l'arrêt. A nouveau ses dents maltraitent ses lèvres, ses doigts se referment hargneusement sur son téléphone, ses pieds tapent sur le parquet. Le léger apaisement atteint auparavant se dissout dans les airs alors que la porte s'ouvre pour révéler les silhouettes familières de ses colocataires, et des sourires qui font des papillons dans le ventre de Marilou, et des regards brillants qui lui semblent aussi beaux que les étoiles dans le ciel d'une nuit sombre d'été.
Elle s'efforce de sourire, sourire tremblant, yeux vacillants. Ses colocataires entrent dans l'appartement, d'abord avec l'insouciance qui les caractérise lorsqu'ils reviennent ensemble de leurs journées de travail. Elle sourit, Marilou, un peu plus calmement, parce que leur simple présence suffit à l'apaiser, à faire ronronner ce quelque chose au fond de son estomac, à faire briller ses yeux de cette lueur si particulière. Et puis ça lui rappelle ce qu'elle a décidé de faire et elle se fige, elle se tend. C'est Mayline qui remarque la première son état, et ce sont ses questions posées de sa voix douce qui permettent à la blonde de cesser d'hyperventiler. Bientôt, les jeunes gens sont face à face dans leur salon et un silence suspendu semble immobiliser toute la pièce. Même la poussière ne vole plus, même la lumière ne brille plus.
« Euh... »
Les mots, ceux qui dansent sur le papier, ceux qui habitent ses journées, les mots à coup échappent à Marilou.
« Je voulais... J'ai remarqué... Enfin, je... Je vous aime, enfin je... Enfin je veux je crois que... Enfin on s'est embrassé, et... Mais vous vous êtes... Et, enfin, je veux dire, euh... »
Ils dansent dans l'esprit de Marilou, trop vite pour qu'elle en attrape un au vol, qu'elle le sorte, qu'elle l'enrobe d'une phrase.
« Vous... connaissez, enfin, je me disais que peut-être, c'est... May, tu... Oui ? »
Elle est rouge et elle respire trop vite pas assez pas comme il faut, elle a la tête qui tourne et le corps qui s'affaisse et les jambes qui s'effondrent.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
nightblood
Féminin MESSAGES : 1200
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 24
RÉGION : Ile-de-France
CRÉDITS : BONNIE (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t694-m-il-y-a-des-destins-parfois-inexplicables-incoherents-et-pourtant-inexorablement-enchevetres http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Licorne



Mayline
Oesterwind

J'ai 21 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis jeune mannequin et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire mais le cœur multiplicativement pris et je le vis plutôt avec curiosité.


A grandi à Phoenix, Arizona jusque ses 17 ans où elle demande à ses parents à déménager en Californie pour "étudier à UCLA" + elle engage un agent et commence à passer différentes auditions pour devenir actrice. Le monde impitoyable de Los Angeles fait qu'elle enchaine les petits boulots pendant un an, jusqu'à ce que ses parents la rejoignent. Elle leur avoue la vérité, et ils la soutiennent. + Trois mois plus tard, un cambriolage vire au drame dans leur appartement, pendant que Mayline passe la soirée chez des amies. Ses parents sont tués, et elle se retrouve orpheline. + Elle déménage à Paris où ses grands parents paternels habitent, dans le 16e arrondissement + elle éprouve des sentiments différents mais tous très forts envers ses colocataires + Elle parle très bien français, son père étant français et lui ayant enseigné la langue, mais elle possède un léger accent américain.


natalia dyer © AILAHOZ
Elle rentre du boulot, à la fois épuisée et euphorique. C'est toujours le même effet, un an après, et elle arrive pas à s'y faire, Mayline. Mannequin. Sa vie se résume maintenant à des sourires devant la caméra, les maquilleuses qui s'escriment autour d'elle, des tenues toutes plus belles les unes que les autres, et de longues heures de préparation mais qui la font se sentir belle, terriblement belle. Alors elle est fatiguée, oui, mais aussi ravie à l'idée de raconter sa journée à ses colocataires. A ses amis. A ses .. elle ne saurait même pas mettre de mots tant ils sont importants pour elle. Comme s'ils étaient devenus vitaux, comme l'air dans ses foutus poumons, à la petite. A tel point que rien qu'en apercevant Kamil, à la sortie de l'agence, elle sourit, vient prendre sa main dans la sienne. C'est tellement naturel que c'en est déroutant, mais elle ne dit rien, May, se contente de lui demander comment s'est passée sa journée, tout en se dirigeant vers le métro. Et quand ils arrivent, elle remarque rapidement ces petits détails qui lui indiquent que Lou est déjà là. Marilou, qui met toujours ses chaussures au même endroit en arrivant. Ses clés qui sont posées dans le petit pot du meuble de l'entrée, des détails insignifiants pour beaucoup, sauf pour Mayline, fine observatrice. Et alors qu'elle retire ses chaussures élégament, virevoltant dans le couloir dans sa robe d'été jusqu'à arriver dans le salon, elle marche à reculons tout en regardant Kamil, terminant de lui raconter sa journée, son léger accent américain perçant dans le ton de sa voix: « .. et là, le photographe a balancé qu'il a déjà travaillé pour Armani. Tu te rends compte ? Armani! » Et elle s'immobilise en manquant de se prendre un mur, tourne la tête, voit Marilou, debout au milieu du salon, qui les observe tour à tour. Et c'est joyeusement que la brune au regard bleu la salue. « Lou! J'étais en train de raconter à Kam.. » Mais elle arrête de parler, fronce les sourcils, son regard oscille entre ses deux colocataires, avant qu'elle ne se risque à dire: « Marilou..? Tout va bien..? » Immédiatement, la plus jeune de l'appartement s'approche, avec précaution, avec inquiétude, aussi. Et elle bafouille, Lou, elle cherche ses mots, devant ses deux colocataires qui ne comprennent pas tout. Et quand elle dit la phrase, Mayline reste muette. "On s'est embrassé." Et elle voit bien qu'elle n'est pas la seule à se tendre, que Kamil aussi, reagit immédiatement. Est-ce que c'est parce que Marilou vient de parler des baisers qu'elles ont déjà échangés ? Ou est-ce qu'il l'a embrassée, lui aussi? Elle a bien vu qu'il y a aussi quelque chose entre eux, Mayline. Sauf qu'elle n'a jamais su comment appréhender la chose. Les paupières de la jeune fille papillonnent, Mayline approche d'un nouveau pas quand Marilou dit son prénom. Sauf que son corps s'affaisse. Mayline s'élance. « Marilou! » Elle n'est pas la seule à s'être élancée. D'un même geste, Kamil l'a suivie, et si Mayline a ralenti la chute, c'est le brun qui la rattrape. « On va aller se poser dans le canapé. » Et son ton ne laisse pas de place aux protestations.

Et voilà qu'ils sont là, tous les trois, Marilou assise sur le canapé, Kamil à ses côtés, Mayline, elle, assise sur le rebord de la table basse, face à ses deux colocataires. Le temps que Marilou reprenne ses esprits, la brune tourne son regard vers le jeune homme dont elle est venue prendre la main. « Je crois qu'elle voulait parler de nous.. De nous trois. » Elle-même sent le rouge monter à ses joues à cette pensée. « Qu'est ce qu'on est censés faire ? » Qu'elle demande, plus à elle-même qu'à Kamil, malheureusement.





we’ve been through a lot together you and I.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
j!han
MESSAGES : 323
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 27
RÉGION : occitanie
CRÉDITS : eudoxis (icon)

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantastique, hp ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t421-m-f-new-generation-albus-scorpius-en-cours
Pigeon


Kamil Grabowski
J'ai 23 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis mannequin et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureux sans trop le savoir et je le vis plutôt comme je peux.

Kamil est né en Pologne, dans l'un des villages les plus pauvres du pays. Sa mère est morte en le mettant au monde et il a été élevé seul par son père qui bossait comme un fou pour leur assurer un toit. Leur appartement était si petit que Kamil a passé toute son enfance dehors, dans les rues, à jouer avec les autres, à se bagarrer et à voler parfois. Pourtant, il ne considère pas son enfance comme malheureuse, il a été aimé par son paternel. Quand il a eu douze ans, son père a rencontré un riche français qui l'a embauché pour des travaux chez lui et ils ont débarqué en France grâce à lui. Depuis, son père travaille tous les jours dans une maison si grande que Kamil s'y est perdu trop de fois. A dix-huit ans, le propriétaire a estimé qu'il n'avait plus à vivre ou s'il voulait rester, il lui faudrait travailler. Il a donc bossé pendant deux ans avant de finalement s'en aller. A vingt ans, le voilà livré à lui-même dans les rues de la capitale et pour se faire de l'argent, il participe à des concours de parkour urbain, une pratique qu'il connaissait bien pour l'avoir expérimenté toute sa jeunesse dans les rues. Malgré le côté dangereux, il se prête au jeu et amasse pas mal d'argent, gagnant à chaque fois un peu plus. Il a fini par trouver une colocation pour avoir un toit au dessus de la tête. Il a un fort accent et il glisse souvent des mots polonais parmi ses phrases quand il ne trouve pas ce qu'il veut dire. Il maîtrise le français comme il le peut, apprenant avec la fille de l'homme pour qui son père travaillait. Il a commencé à se tatouer deux ans auparavant et il est devenu accro à l'aiguille. Il continue ses concours de parkour urbain mais il a également été repéré par une agence de mannequinat, il comble les fins de mois ainsi. Il a un humour décalé et il est dopé au danger, il aime prendre des risques et déteste la routine du quotidien. Il a été amoureux de la fille de son patron un temps mais c'est avec ses colocataires qu'il a appris l'amour. Il n'a jamais vécu une histoire normale et il s'est découvert bisexuel par la même occasion. Il est protecteur et parfois franchement vulgaire, il ne prend pas de pincettes pour s'exprimer, il peut débiter deux gros mots à la seconde sans le moindre souci, l'avantage qu'il a c'est qu'il jure la plupart du temps en polonais. Il n'a pas le permis mais se contente des transports en commun.
   

ash stymest © LUX AETERNA
Clope au bec et l’air vague se baladant sur les passants qui se précipitent dans la rue après le travail, Kamil attend patiemment que sa jeune collègue de travail et très jolie colocataire le rejoigne à la sortie du travail. Ils s’étaient rencontrés dans leur agence de mannequinat et c’était Mayline qui lui avait proposé la colocation avec Marilou. Une colocation franchement idyllique pour lui, habitué à vivre avec son père depuis des années et qui n’avait pas réussi à trouver un pied à terre en quittant le domicile où ils vivaient tous les deux. Alors avec les mois, les deux demoiselles étaient devenues indispensables à sa vie même s’il se sentait parfois bien différent d’elle. Son accent étranger, ses faux airs de bad boy quand elles étaient toutes les deux pleines de vie et toujours débordante de gentillesse, elles lui faisaient énormément de bien pour le solitaire et étrange garçon qu’il avait été depuis des années. Pourtant, quand il la voit sortir à son tour de l’agence, c’est comme dans un réflexe incontrôlable qu’il lui rend son sourire resplendissant tandis qu’elle cherche déjà à savoir comment s’est déroulée sa journée. Elle lui prend la main et il n’y fait même pas attention tant il est habitué et tant il considère ce geste comme naturel entre eux. Il ne doute pas un seul instant qu’on devait les prendre pour un couple et peut-être qu’ils l’étaient parfois. Il n’en sait rien. Il aime Mayline, comme il aime Marilou, du même amour. Mais pas un amour fraternel non, il sait qu’il ne s’agit pas de cela. C’est autre chose, quelque chose de déroutant, de percutant. « .. et là, le photographe a balancé qu'il a déjà travaillé pour Armani. Tu te rends compte ? Armani! » Ils étaient déjà arrivés à la maison et avec la jeune femme comme accompagnatrice, Kamil n’a même pas vu le trajet passer. Il faut bien avouer qu’elle déborde d’énergie pour un petit bout de femme comme elle. Il sourit toujours quand ils débarquent dans le salon pour trouver Marilou déjà rentrée et plantée au milieu des fauteuils et canapés. « Marilou..? Tout va bien..? » Il manifeste à présent la même inquiétude face à l’attitude étrange de leur ami et il s’avance en même temps que leur troisième colocataire. La jeune femme n’est pas dans son état habituel et elle se mit alors à parler, assez rapidement, de manière complètement confuse et Kamil échange un regard avec Mayline, pas sûr de comprendre tout ce à quoi elle fait allusion. Il ne peut s’empêcher de se tendre légèrement à la mention du baiser qu’ils avaient échangé et il fronce les sourcils en constatant que Mayline a la même attitude. Il y a définitivement quelque chose qui ne tourne pas rond dans cet appartement. Il va ouvrir la bouche et définitivement l’interrompre et peut-être l’aider quand il la voit s’effondrer sous le poids de son corps. Légèrement moins rapide que la demoiselle plus proche de lui, il est quand même là pour réceptionner son amie et pour la prendre dans ses bras avec toute la douceur qui le caractérise. « On va aller se poser dans le canapé. » Et c’est ce qu’il fait, il dépose Marilou sur les coussins du canapé et reste à côté d’elle tandis que Mayline se met en face d’eux, sur la table basse. Avant qu’il puisse à nouveau s’exprimer, Mayline lui prend la main et le regarde dans les yeux. « Je crois qu'elle voulait parler de nous.. De nous trois. » Il reste un instant interdit tandis que son regard passe de l’une à l’autre. Est-ce qu’elles sont réellement entrain de suggérer ce à quoi il est entrain de penser ? « Qu'est ce qu'on est censés faire ? » Elles sont toutes les deux aussi gênées l’une que l’autre et en temps normal cette candeur l’aurait fait sourire mais là, il est bien trop abasourdi pour se moquer gentiment de leur gêne. « Attendez, vous suggérez qu’on pourrait ressentir exactement la même chose tous les trois ? Chacun les uns pour les autres ? » Il était presque sûr jusqu’à présent d’être le seul à éprouver la même chose pour ses colocataires mais si tous ces sentiments étaient réciproques et qu’en plus, elles s’aiment aussi ? Il commence à se faire des nœuds au cerveau à force de réfléchir. Il a moins de mal à en parler, peut-être parce qu’il est un homme et que sa bisexualité qu’il a découvert récemment lui a ouvert l’esprit mais la question reste entière. « Et vous croyez qu’il peut y avoir une issue à ça ? » Il est légèrement perdu, comment s’en sortir sans briser ce qu’ils ont ? « C’est dingue, ça pourrait mettre en miettes ce qu’on a, c’est hors de question ! » Il est toujours le sceptique, il ne voit pas comment l’issue pourrait être heureuse sans briser leur amitié. Mettre des mots sur leurs sentiments, ça semble si irréaliste qu’il s’y refuse s’il doit perdre les demoiselles à cause de ça. Il se rend compte qu’il a posé sa main sur celle de Marilou quand il l’a posé sur le canapé et il a toujours l’autre dans celle de Mayline et cette vision le trouble. Il préfère se lever pour faire les cent pas, lâchant les demoiselles. Il ne sait pas si cette conversation peut bien se terminer mais il est perdu, comme les deux jeunes femmes.
   




Revenir en haut Aller en bas
 
 
heaven in hiding (dreamy, jihan, hellinka)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» heaven in hiding ∴ (bella)
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven
» Stairway to Heaven
» We are lost somewhere between Heaven and Hell
» Heaven's Night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: