Partagez | 
 
 
 

 ezekiel ∇ oh take me back to the start.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
En ligne
avatar
KASSIE.
Féminin MESSAGES : 712
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Ezekiel Greenwick
J'ai 31 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis rédacteur, journaliste et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis forcé de faire semblant de l'aimer, pour nos enfants, et je le vis plutôt mal, très mal.

Tu pensais avoir rencontré l'homme de ta vie, tu pensais avoir trouvé ton âme-sœur. Tu aurais pu tout lui céder, tout lui offrir, mais certainement pas la vie de tes enfants. Ce fut l'erreur de trop, une erreur que tu ne peux pas pardonner. Que tu ne veux pas pardonner. Vous jouez le parfait petit couple, pour le bonheur des petits, pour leur éducation, mais cette comédie te brise un peu plus chaque jour. Tu consoles tes peurs et tes doutes, en allant voir ailleurs, en couchant avec ceux qui te désirent. Rancoeur, tu veux le faire souffrir, alors même que tes sentiments envers lui te jouent des tours. Entre amour et haine, il n'y a qu'un pas.


Richard Madden © SHIYA


Le sommeil vient te quérir alors que tu cogites sur ta misérable vie de famille. Tu as ce maigre espoir que tout s’arrange. Que le fait d’être rester sous ce toit autant de temps passé à souffrir silencieusement de cette séparation ne soit pas vain. Le sommeil vient te quérir alors que tu songes à la séparation que cette cure signifie. Par le miracle qu’elle laisse entrevoir à la fin de ces quelques semaines. Un dernier regard pour cette photo de famille, et tu t’endors profondément jusqu’au lendemain matin, pensant peut-être et sans doute à tord, à une nouvelle vie qui commence.

Les jours passent. Le jour J arrive à grand pas. Assis derrière ton bureau de cet open-space, tu ne parviens pas à écrire le moindre mot. Tu songes trop. Tu cogites encore, sans cesse. Les articles s’entassent sur un coin de ton espace de travail, sans que tu parviennes à écrire la moindre phrase, le moindre groupement de mots. Ton esprit est ailleurs. Ton esprit divague, espère un changement, quel qu’il soit. Ou est-ce simplement toi qui attend beaucoup de cette promesse tacite que Dan a faite ? Tu souhaites qu’il change. Qu’il redevienne l’homme qui partageait ta vie, tes nuits. L’homme responsable qui aimait son boulot, qui s’occupait de ses enfants, les emmenait au parc, faisait le tour de la ville avec eux, installés bien sagement sur la banquette arrière. Tu aimerais retrouver cet homme qui n’a pas sombré dans l’alcool. Tu veux plus que tout retrouver l’homme pour lequel tu as tiré un trait sur ta famille. Te dire que tu n’as pas foutu en l’air sept ans de ta vie. Te dire que les gamins pourront grandir entourés de deux parents aimants. Te dire que par chance ou par miracle, ils n’auront pas eu le temps d’observer la déchéance d’un de leur père. Les jours défilent et l’inquiétude te ronge. Elle te bouffe les tripes. Seras-tu capable de gérer les journées des enfants, ta journée de boulot, les corvées et servir le même mensonge à Milo et Éléonore pendant des mois entiers ? Ils sont loin d’être bêtes, ils se rendront forcément compte que quelque chose cloche entre vous. Des doutes se font déjà sentir, et s’ils savaient déjà que leurs papas dormaient chacun de leur côté, ne s’adressaient plus la parole. Soupir. Ce n’est pas le moment de penser à ça. Il est temps de rentrer à la maison, de passer ce dernier à jour à quatre, cette dernière soirée tous ensemble, dernière soirée avant longtemps.

Tu déposes tes affaires dans l’entrée alors que vient le moment des adieux avec les enfants. Tu te rends compte à quel point il est difficile pour eux de faire leurs adieux à leur père, à Dan. Tu te rends compte à quel point c’est important pour toi qu’il quitte la maison et qu’il ne revienne qu’une fois guéri de cette saloperie. Si tant est que ce soit réellement possible… Tu doutes mais tu y crois. Tu y crois mais tu doutes. Est-ce que tu pourras à nouveau lui faire confiance ? Tu mimes un baiser à tes enfants, avant de quitter leur chambre pour les laisser avec cet homme. Un mensonge, encore un. Tu n’as jamais été doué pour mentir, c’est une chose que tu as appris sur le tas, une chose que tu as appris parce que tu ne souhaites que leur bonheur, que leur protection et leur sécurité. Tu donnerais ta vie pour ces deux bouilles d’anges. Ils t’apportent la force et le courage de poursuivre ce combat perpétuel contre toi, contre Dan, contre toute cette merde qui s’acharne à polluer ce que tu as construit. Pourtant ce soir, tu ne luttes pas. Tu laisses le sommeil te prendre et te bercer. Tu le laisses t’emmener loin, tu le laisses te plonger dans des souvenirs où tout était encore parfait. Votre couple, vos carrières, votre famille. Vous. Tu laisses le sommeil t’emmener pour trouver la force nécessaire d’espérer encore quelques semaines. Parce que tu dois tenir, pour eux, pour lui. Tu dois tenir.

Et cette nuit, cette seule et unique nuit, tu laisses ton ancien amant rejoindre la chambre conjugale. Tu le laisses serrer ton corps fatigué contre le sien. Tu laisses son bras t’offrir cette protection qui te manquait tant. Tu te perds dans son étreinte chaleureuse, les larmes roulant silencieusement sur tes joues.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 846
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Dan
Rosebury

J'ai 33 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis au chômage et je m'en sors absolument pas. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mi-célibataire mi-en couple et je le vis plutôt mal aussi.

Dan a toujours été un père modèle. Ses enfants, il les a toujours gâtés. Mais tout a déraillé quand il a perdu coup sur coup son boulot de chef cuisinier qu'il aimait tout particulièrement, et sa mère. Au lieu de chercher du réconfort chez son homme, il a préféré choisir l'alcool... Pour ne pas l'ennuyer avec toute sa peine. Grossière erreur.
Pour lui, ça n'est pas fini. Il est toujours amoureux d'Ezekiel et fera tout pour le reconquérir. Mais ça semble mal barré... Depuis peu, il croit savoir que son amoureux se tape d'autres hommes, et ça c'est juste inconcevable. Ca le met tellement en rogne... Lui il est incapable d'aller voir ailleurs.
Il passe tout son temps chez eux. Parfois dans un bar.


Boyd Holbrook © lux aeterna
Ce n’était pas la première fois que Dan tentait de s’incruster dans son ancien lit. Mais ç’avait toujours fini de la même façon : une baffe et quelques insultes. Allez savoir pourquoi il avait voulu retenter sa chance ce soir… Peut-être parce qu’il avait peur qu’un autre ne prenne définitivement cette place, peut-être pour avoir un dernier contact, peu importait la durée ou la tendresse de celui-ci… Limite, une claque ferait l’affaire. Juste histoire de se dire au revoir, à leur façon. Ce fut un vrai bonheur de pouvoir à nouveau glisser son bras autour de lui, de pouvoir sentir la chaleur de son corps contre le sien. Ce ne serait que de courte durée car la seule raison pour laquelle il ne l’avait pas encore viré du lit, c’est qu’il était en train de dormir. C’est toutefois ce qu’avait cru Dan, avant de s’apercevoir des quelques sanglots de son amoureux. Ca lui déchirait le cœur… Ezeckiel était un homme fort, il ne pleurait pas souvent. Et là, c’était de sa faute. Tout était de sa faute.

Dan resta un moment silencieux. Il avait tellement de choses à lui dire, mais aussi tellement peur de gâcher ce petit moment rien qu’à eux. Ils étaient devenus trop rares que pour vouloir les écourter. Et pourtant… Il resserra son étreinte et murmura doucement : « J’suis désolé chaton. J’voulais pas que ça se termine comme ça entre nous. J’voulais pas que ça se termine tout court. » Il déposa un petit bisou sur l’épaule dénudée de son amoureux avant de soupirer doucement. « Quand ma mère est partie j’ai voulu gérer tout seul… C’est la plus grosse erreur de ma vie. » A ne pas vouloir devenir un fardeau pour Ezeckiel, il était devenu pire que ça. Sa bête noire. Son ennemi. Il caressa distraitement le bras de son homme, s’attendant à tout moment à ce que les choses tournent mal et à ce qu’il se fasse virer à coup de pied dans le cul.

« Ez je… On va pas se revoir avant plusieurs mois et… je sais que d’autres vont très certainement attirer ton attention… » Il se mordit la lèvre. « La dernière fois qu’on l’a fait, je savais pas que ce serait la dernière. J’arrive pas à clôturer l’histoire… J’me sens con de pas avoir assez profité de tes gémissements, de ton corps contre moi, de tes mots doux plutôt que des insultes… » Il voulait clairement remettre le couvert, oui. Pour se donner la force d’y aller, de réussir et parce qu’il lui manquait vraiment. C’était trop dur sans lui. « S’il te plaît… Accorde-moi au moins ça… »


Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
avatar
KASSIE.
Féminin MESSAGES : 712
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Ezekiel Greenwick
J'ai 31 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis rédacteur, journaliste et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis forcé de faire semblant de l'aimer, pour nos enfants, et je le vis plutôt mal, très mal.

Tu pensais avoir rencontré l'homme de ta vie, tu pensais avoir trouvé ton âme-sœur. Tu aurais pu tout lui céder, tout lui offrir, mais certainement pas la vie de tes enfants. Ce fut l'erreur de trop, une erreur que tu ne peux pas pardonner. Que tu ne veux pas pardonner. Vous jouez le parfait petit couple, pour le bonheur des petits, pour leur éducation, mais cette comédie te brise un peu plus chaque jour. Tu consoles tes peurs et tes doutes, en allant voir ailleurs, en couchant avec ceux qui te désirent. Rancoeur, tu veux le faire souffrir, alors même que tes sentiments envers lui te jouent des tours. Entre amour et haine, il n'y a qu'un pas.


Richard Madden © SHIYA


Les larmes s’échappent de tes yeux et roulent sur tes joues, alors que tu tentes tant bien que mal de les contenir en fermant les paupières. Tu ne peux pas lutter contre les émotions contraires qui habitent ton esprit, ce soir. Tu n’as plus la force de te battre contre ce que tu ne peux plus repousser. Alors, tu ne cherches pas à le repousser comme tant de fois auparavant. Tu ne lui hurles pas dessus, tu ne l’insultes pas, seul le son de ta respiration saccadée résonne dans la pièce. Tu te doutais que ce ne serait pas éternel, tu te doutais que tu finirais par lâcher prise, mais jamais tu n’aurais pensé que ce serait si soudain, que ce serait dans ses bras. Tu agrippes sa main et le tires un peu plus contre toi. Dieu, qu’il t’avait manqué. Dieu, que c’est bon de sentir son torse contre ton dos, de sentir son bras t’enlacer. Les sanglots agitent tes épaules, et tu ne tentes même plus de les dissimuler. À quoi bon de toute manière ? Qu’il sache que tu souffres. Que tu ne peux plus supporter cette situation délicate et destructrice. Le silence t’emprisonne, les mots incapables de franchir le seuil de tes lèvres. Tu écoutes ses excuses, ses regrets, comme si Dan était le seul à en avoir, comme s’il n’avait pas eu l’occasion d’arrêter ses conneries lorsqu’il était encore temps d’y mettre fin. Tes doigts finissent par s’emmêler aux siens, n’étant qu’une preuve parmi tant d’autres de la tempête qui s’éveille dans ton esprit.

Sa voix résonne dans ta tête. La peur de ne pas le voir pendant des mois te percute de plein fouet. Et s’il trouvait quelqu’un d’autre, là-bas ? S’il ne guérissait jamais de son addiction ? S’il finissait par s’en aller, te laissant, les laissant les enfants. Pire, te les enlevant, te les arrachant de force. Chaque fois que tu montes dans ce lit, tu te souviens de cette décision d’adopter des enfants, de remplir les dossiers, tu te souviens aussi des angoisses de ne pas être apte à leur offrir une belle vie, d’échouer. Chaque fois que tu te hisses dans ce lit, que tu te faufiles sous les draps, tu revois les nuits blanches à vous embrasser, à redécouvrir le corps nu de l’autre, défiler devant tes yeux. Tu fermes les yeux. Tu sais ce qu’il te demande. Tu en rêves depuis des semaines. Des semaines que tu essayes de coucher avec des inconnus pour tenter de l’oublier, de tourner la page pour de bon. Des semaines d’échec permanent.

Tu te tournes alors vers lui, dévoilant ton visage sillonné par tes pleurs silencieux et incessants. Ton corps se blottit tout contre cet homme qui hante tes pensées à chaque instant de la journée. Qui te blesse à chaque insulte, à chaque regard empli de larmes. Que tu blesses à chaque rejet, à chaque provocation. Des mois à t’enfermer dans une bulle, installant minutieusement une barrière impénétrable entre vous deux. Pourtant, ce soir, tu veux qu’elle tombe, qu’elle s’effondre. C’est pour cela que tes lèvres sèches viennent trouver les siennes, se posant avec une timidité nouvelle. Comme un premier baiser. Toi non plus, tu n’as pas profité de ces instants précieux, de ses murmures au creux de ton oreille, de ses bisous volés, de ses caresses. Tu n’as pas profité des nombreux actes charnels. Tombés dans une routine où plus rien n’avait de saveurs. Tu as oublié de savourer chaque seconde de sa présence à tes côtés. Alors ce soir, cette nuit, tu lui accorderas tout.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
ezekiel ∇ oh take me back to the start.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ✣ take me back to the start (meltala)
» 04. Let's go back to the start.
» back to the start (lucas/intrigue)
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: