Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-45%
Le deal à ne pas rater :
TEFAL – Marmite 36 cm – Inox, Tous feux dont induction
29.49 € 53.27 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R]

Charly
Messages : 2504
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Sam 21 Jan - 14:10

Bonnie Brennan
J'ai 34 ans ans et je vis à Miami. Dans la vie, je suis vendeuse et je m'en sors pas mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis à libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Bonnie est une jeune femme indépendante, sur d'elle, qui mène sa vie comme elle l'entends. Issue d'une famille Irlandaise plus que modeste, Bonnie a quitté son pays d'origine ainsi que sa famille à 17ans. Par la même occasion, elle a laissé derrière elle sa fille, pour des raisons qui selon la jolie blonde étaient purement égoïste. Elle n'avait rien à offrir à cet enfant. Bonne menteuse lorsqu'il le faut, elle sais se montrer prudente et discrète. Il en va de sa survit. En rencontrant Elena et son père Rafael, Bonnie ne se doute pas que sa vie va prendre un nouveau tournant.  
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Tumblr_inline_oxpx7reGvo1unkpqt_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 4adcbca15ef0ed16a7b3e63173a90e6a731feab7
Crédits: cherry / tumblr


« -non je crois pas. » avait répondu Bonnie avec assurance. Là tout de suite en en parlant, les choses avaient évolué. Ils apprenaient à se connaitre, ils s’attachaient l’un à l’autre. Mais dans les premiers temps, si elle avait prit les devant, cela aurait pu conduire à une histoire sans lendemain. Elle souligna le fait qu’aujourd’hui, s’ils venaient à passer une nuit ensemble, elle ne s’imaginait pas partir juste après. Qu’elle voyait plutôt une longue nuit. Cela amusa Rafael. « -il n’y a rien de mal à ça. » avait soufflé Bonnie sur un ton mutin. Quant à la sincérité entre eux, la belle blonde ne souhaitait pas que cela change. Elle aimait ça et ne voyait pas les choses autrement. « -non, je ne pense pas. » à nouveau elle parlait avec assurance. Elle avait du mal à l’imaginer nul au lit. Peut-être qu’elle se trompait. Peut-être qu’il manquait de pratique, même s’il se tapait son ex femme de temps à autre. « -on verra le moment venu. » oui, ils n’avaient pas envie de faire des plans à l’avance, et ça lui allait parfaitement bien.

La soirée au bar se déroula sans souci, mis à part les paroles blessantes d’Elena vis-à-vis de son père. Peu importait ces mots pour Bonnie. Elle n’avait pas besoin d’une mise en garde ou de conseils. Elle préférait de loin apprendre à connaitre Rafael et voir l’évolution que pouvait prendre leur début de relation. « -alors je choisi les deux. » avait affirmé Bonnie qui n’avait pas envie de partir pour le moment. Ils n’avaient pas vraiment eut le temps de parler ce soir, alors maintenant que le bar était calme, elle voulait passer un peu de temps avec lui. Mais pour cela, elle devait d’abord virer Elena du paysage. Chose qui fut faite rapidement, à la façon Bonnie. « -mais de rien. » lança la belle blonde en portant sa bière à ses lèvres.

« -entendre raison ? » s’amusa Bonnie. « -toi tu me connais encore très mal. » elle n’aimait pas être influencée. Préférant se faire une opinion par ses propres moyens. « -oh t’es mignon… » la taquina-t-elle sourire aux lèvres derrière sa bière. « -mon avis ? Tu devrais arrêté de dire des conneries et de penser de la merde. » voilà c’était assez clair ? « -visiblement tu n’as pas eu la totalité de la conversation. J’m’en fou de ce qu’elle peut dire. Elle te juge parce que tu es son père. Moi ce n’est pas le père qui m’intéresse. C’est l’homme dans sa globalité. » elle n’avait jamais passé autant de temps à devoir rassurer un homme. « -comme je te le disais tout à l’heure, je ne pense pas que toi soit vraiment le problème. Le souci, à mes yeux, c’est que si tu rencontres quelqu’un, tu auras à nouveau moins de temps à lui accorder. » elle observa Rafael après avoir lâché son avis, presque persuadé qu’il allait rire ou lui dire qu’elle avait tort.

Manhattan Redlish
Messages : 2593
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Sam 21 Jan - 15:45

Rafael Melendez
J'ai 38 ans ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis un ancien flic du 12th district et propriétaire d'un bar et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien.

Après un passage de deux ans dans une université de bas-étage à Miami, Rafael est entré à l’école de police avec pour objectif de protéger et de servir. Il rencontra sa femme quelques mois avant son incorporation, et elle tomba rapidement enceinte, bousculant quelque peu ses projets de vie. Ils emménagèrent donc ensemble et se marièrent à la mairie sans leurs familles. En tout intimité. Mais bien vite, ce fut la désillusion pour son ex-femme qui se retrouva à élever seule leur fille. Rafael cumulait les infiltrations de plusieurs mois. Des mois sans entrer en contact avec sa famille. Sa mutation à la criminelle ne fut pas suffisant pour sauver son mariage et divorcèrent après dix ans de mariage. Il quitta la police quelques années après pour ouvrir un bar, mais le mal était déjà fait. Angie lui avait pardonné, mais ce n’était pas le cas d’Elena qui décida de lui rappeler, quotidiennement, qu’il n’est pas réellement son père… Peu importe ses efforts pour rattraper le temps passé 
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 A84d92cf48bfd0cc225ad6bed0b2820b9d5b8ffe
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Original-4
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Neil-melendez-the-good-doctor

gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


Un sourire en coin se glissa sur les lèvres du latino face à l’aplomb de la jeune femme qui ne doutait pas que si elle avait réellement voulu, elle n’aurait eu aucun mal à l’entrainer dans son lit « Tu es sûre de toi » conclut-il, non sans s’interroger sur les moyens qu’elle aurait employé pour le faire succomber. Il aurait pu poser la question ouvertement, mais Rafael ne souhaitait pas jouer avec le feu alors qu’il n’était pas encore certain de la tournure que pourrait prendre leur relation. Un sourire en coin et répliqua « Non. Tu as raison. Et dans ton esprit, tu aimes la nuit qu’on pourrait passer tous les deux ? ». Bon, peut-être que finalement, il jouait un peu avec le feu, mais le latino avait assez confiance en lui pour stopper avant que ça n’aille trop loin, si jamais ça venait à se produire ce soir. Puis, qui disait qu’il serait capable de tenir toute la nuit et surtout, qu’est-ce qui assurait à la jeune femme qu’elle aimerait que ça dure aussi longtemps. Après tout, il était peut-être mauvais dans ce domaine et que c’était également pour cela que son ex-femme avait demandé le divorce. Il haussa les sourcils devant la réponse de Bonnie « Oh ! » et ajouta « Tu me mets sur un piédestal sur bien des domaines Bonnie. Tu n’as pas peur d’être déçue ? ». Parce que c’était souvent ce qui se produisait lorsque l’on idéalisait une situation ou un moment. La réalité n’était pas toujours à la hauteur. Un hochement de tête tout en portant son soda à ses lèvres « Si cela se produit ». Oui, le beau brun tenait à cette réserve. Il n’avait pas envie d’imaginer que c’était acquis, que leur relation tournerait ainsi obligatoirement. Il aimait se laisser surprendre par l’instant, par le moment, par les gens. Ne rien prévoir.

« Je viendrais te chercher vers les 11 heures, ça te convient ? » alors qu’il sortait deux bières du réfrigérateur pour poursuivre la soirée rien que tous les deux. En effet, Bonnie avait envoyé l’adolescente poursuivre sa nuit dans son lit, les laissant ainsi seuls tous les deux pour poursuivre cette conversation qu’ils n’avaient pas terminée. Alors que Bonnie prenait place sur le comptoir, Rafael décida de s’appuyer contre l’évier en face de cette dernière, bière à la main et chevilles croisées « J’apprends à te connaître ». Il se mit à sourire tout en levant sa bière vers ses lèvres « Je sais » et prit une gorgée de bière tout en l’écoutant. Il garda le liquide levuré dans la bouche alors que la jeune femme ne prenait pas de pincettes pour lui dire le fond de sa pensée. Il déglutit avec lenteur tout en la regardant fixement, n'osant pas prononcer le moindre mot alors qu’elle lui fit part de sa manière de voir le latino, et que peu importe les propos d’Elena, elle se faisait son propre avis sur l’homme. Il posa sa bière sur le rebord de l’évier et glissa ses mains dans les poches de son jean « J’aurais toujours du temps pour Elena. Mais je ne peux pas mettre ma vie personnelle entre parenthèse pour elle. J’ai tenté de le faire ces dernières années et tu as vu le résultat ». Il observa la porte de son bar un moment, puis reprit « Je suis content que tu te fasses ton avis sur moi… Ton propre avis, je veux dire ». Il posa ses yeux sur elle et lui sourit avec douceur « Pourquoi tu es restée le jour de notre rencontre ? Tu aurais pu me ramener Elena et repartir. Pourquoi tu es restée pour discuter avec moi et que tu as même acceptée de me revoir ensuite ? ».

Charly
Messages : 2504
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Sam 21 Jan - 19:02

Bonnie Brennan
J'ai 34 ans ans et je vis à Miami. Dans la vie, je suis vendeuse et je m'en sors pas mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis à libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Bonnie est une jeune femme indépendante, sur d'elle, qui mène sa vie comme elle l'entends. Issue d'une famille Irlandaise plus que modeste, Bonnie a quitté son pays d'origine ainsi que sa famille à 17ans. Par la même occasion, elle a laissé derrière elle sa fille, pour des raisons qui selon la jolie blonde étaient purement égoïste. Elle n'avait rien à offrir à cet enfant. Bonne menteuse lorsqu'il le faut, elle sais se montrer prudente et discrète. Il en va de sa survit. En rencontrant Elena et son père Rafael, Bonnie ne se doute pas que sa vie va prendre un nouveau tournant.  
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Tumblr_inline_oxpx7reGvo1unkpqt_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 4adcbca15ef0ed16a7b3e63173a90e6a731feab7
Crédits: cherry / tumblr


Bonnie grimaça, pencha la tête de gauche à droite avant de lancer : « -c’était pas la meilleure de ma vie mais ça allait… » elle se foutait de lui et le prouva en se mettant à rire. « - arrêtes je ne te mets pas sur un piédestal. Et pour tout te dire, non je suis certaine de ne pas être déçue. » elle était sincère. « -mais ça va te mettre la pression hein ! » elle allait peut être le faire stresser avec tout ça. Ça n’était pas le but.

« -oui parfait. » il savait maintenant où elle habitait. Ça allait devenir une habitude les petits déjeuners ensemble. Elle aimait l’idée. Tout comme celle de boire une bière rien que tous les deux maintenant que le bar était vide. « -oui, alors sache que j’aime me faire ma propre opinion. Même si parfois j’ai droit à un : je te l’avais bien dit. Je m’en fou. Je préfère voir par moi-même. De plus c’est ta fille, alors elle n’était pas du tout objective. » elle connaissait le père qu’il était. Pas l’homme. Elle le voyait avec ses yeux d’ado en colère. « -oh ba si tu le sais ! » s’amusa Bonnie du haut de son perchoir.

Puis elle lui exposa son idée, sa vision des choses fassent aux paroles blessantes de sa fille. « -elle ne semble pas s’en apercevoir ou d’en rendre compte. » ça venait peut être d’un côté enfant unique. Un peu trop au centre de l’attention tout le temps ? Bonnie n’était pas là pour juger Elena ou Rafael, encore moins le relation merdique qu’ils avaient. « -sincèrement, je pense ne pas me tromper. Parce que je ne vois pas en quoi elle trouverait un intérêt de me protéger de quoi que se soit. On est pas copine, elle ne me connait pas. » donc il y avait une autre raison à son blabla de mise en garde. Bonnie plissa les yeux : « -parce que tu en doutais ? » elle finit par lui sourire. « -elle ne te connait pas en totalité. Seulement en tant que père. » père absent peut être mais père quand même. La jeune femme l’observa, il semblait ailleurs. Elle descendit du comptoir, et sourit un peu plus encore en entendant sa question : « -sincèrement. » elle pencha la tête la sur le côté et ajouta : « -je pensais qu’on s’enverrait en l’air. » un léger haussement d’épaules. Puis elle ajouta avec un peu plus de sérieux : « -je sais pas pourquoi j’ai accepté. Sans doute parce qu’on a un bon feeling dès le départ. » elle fit un pas vers lui, comblant quelque peu l’espace entre eux : « -pourquoi tu me demande ça ? C’est ce qu’elle a dit qui te retourne la tête ? »


Manhattan Redlish
Messages : 2593
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Sam 21 Jan - 20:31

Rafael Melendez
J'ai 38 ans ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis un ancien flic du 12th district et propriétaire d'un bar et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien.

Après un passage de deux ans dans une université de bas-étage à Miami, Rafael est entré à l’école de police avec pour objectif de protéger et de servir. Il rencontra sa femme quelques mois avant son incorporation, et elle tomba rapidement enceinte, bousculant quelque peu ses projets de vie. Ils emménagèrent donc ensemble et se marièrent à la mairie sans leurs familles. En tout intimité. Mais bien vite, ce fut la désillusion pour son ex-femme qui se retrouva à élever seule leur fille. Rafael cumulait les infiltrations de plusieurs mois. Des mois sans entrer en contact avec sa famille. Sa mutation à la criminelle ne fut pas suffisant pour sauver son mariage et divorcèrent après dix ans de mariage. Il quitta la police quelques années après pour ouvrir un bar, mais le mal était déjà fait. Angie lui avait pardonné, mais ce n’était pas le cas d’Elena qui décida de lui rappeler, quotidiennement, qu’il n’est pas réellement son père… Peu importe ses efforts pour rattraper le temps passé 
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 A84d92cf48bfd0cc225ad6bed0b2820b9d5b8ffe
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Original-4
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Neil-melendez-the-good-doctor

gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


Les yeux légèrement plissés, Rafael s’avança sur la banquette du fast-food tout en rétorquant un « Oh ! Ça allait ?! » avant de rire de bon cœur face à la gentille provocation de Bonnie « Je prends note ! » renchérit-il sans être pour autant vexé de sa remarque. Bien au contraire, il aimait ce petit jeu entre eux. Il se retrouva à la fixer avec un peu plus d’intensité qu’à son habitude, et cela venait sûrement du sujet qu’ils étaient en train d’aborder. La jeune femme n’éprouvait pas le moindre doute sur ses compétences sexuelles et osait le dire à voix haute « Je n’ai jamais de pression sur ce point. Si je parviens à te faire passer une belle nuit, alors ça sera parfait. Le cas contraire, on pourra considérer que nous sommes incompatibles et qu’une belle amitié peut naître de tout ça ». Rafael ne souhaitait pas s’obscurcir l’esprit avec tout ça. Comme il le lui avait dit, ils n’étaient pas encore certain que ça se produirait entre eux, et si jamais ça venait à arriver, alors ça se ferait naturellement, sans qu’il ait le temps d’y penser.

Pour le moment, la relation qu’il avait avec Bonnie lui convenait parfaitement. Il avait apprécié de travailler à ses côtés ce soir au bar, et se faisait un plaisir de prendre le petit-déjeuner sur le bord de mer le lendemain matin. Cela allait finir par devenir un rituel chez eux. Le bas du dos posé contre l’évier du bar, sa bière à la main, Rafael hocha lentement de la tête « Et je suppose que si tu es toujours là, c’est que ton opinion de moi n’est pas si mauvaise » et lui sourit tout en portant le liquide levuré à ses lèvres et se mit à rire doucement « Je le vois dans tes yeux » répliqua-t-il sur un ton taquin. Il perdit son sourire sur la suite de la conversation. Pas que les paroles prononcées par Bonnie ne lui plaisait pas, mais seulement parce que le sujet était sérieux « J’essaierais de lui parler demain. Peu importe la femme qui entrera dans ma vie, elle reste ma fille et j’ai réellement envie de rattraper le temps perdu avec elle ». C’était sincère. Maintenant, est-ce qu’Elena était prête à l’entendre et à l’accepter ?! C’était une toute autre histoire. Il l’observa avant un moment, puis avoua « Non ». Il n’en doutait pas un instant. « Oui, et apparemment, elle a une piètre image du père » alors il n’imaginait pas l’image de l’homme qu’elle pourrait avoir. Il ne souhaitait pas le savoir. Rafael avait assez souffert des paroles prononcées par sa fille ce soir.

Le regard perdu un instant, il laissa un maigre silence les envelopper et qu’il finit par briser en posant une question sans rapport avec leur conversation de ce soir. Il releva ses yeux noirs sur Bonnie qui venait de descendre de son perchoir « Oui, de préférence » répliqua-t-il avant d’être surpris par sa réponse « Oh ! Eh bien tu as dû être déçue ». Parce que de son côté, il n’avait pas envisagé de coucher avec elle dès le premier soir. Il acquiesça aux paroles de cette dernière et reprit sa bière pour en avaler une gorgée alors qu’il vit la jeune femme réduire l’espace entre eux deux peu à peu « Non. J’étais seulement curieux. Je n’ai pas le droit de l’être ? » et se mit à sourire avant de se détacher de l’évier, comblant l’espace restant entre eux « Il commence à se faire tard. Je vais te ramener » et déposa un baiser sur son front « Et puis je dois être à l’heure pour venir te récupérer pour le petit-déjeuner. Je ne souhaite pas que ton avis sur moi change parce que je t’aurais posé un lapin ». Il termina le fond de sa bière et s’éloigna de Bonnie. Il n’avait pas envie de succomber maintenant. Pas ici. Pas dans ce bar. Pas comme ça. Il récupéra sa veste et ouvrit la porte du bar « Tu viens ? ». Il referma la porte derrière eux, et héla un premier taxi qui ne s’arrêta pas, puis un second qui accepta la course. Rafael fit patienter le chauffeur en arrivant devant l’immeuble de cette dernière « Merci encore pour ce soir » et s’approcha et déposa un baiser sur sa joue « Bonne nuit Bonnie », puis retourna dans le taxi.

Charly
Messages : 2504
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Dim 22 Jan - 22:13

Bonnie Brennan
J'ai 34 ans ans et je vis à Miami. Dans la vie, je suis vendeuse et je m'en sors pas mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis à libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Bonnie est une jeune femme indépendante, sur d'elle, qui mène sa vie comme elle l'entends. Issue d'une famille Irlandaise plus que modeste, Bonnie a quitté son pays d'origine ainsi que sa famille à 17ans. Par la même occasion, elle a laissé derrière elle sa fille, pour des raisons qui selon la jolie blonde étaient purement égoïste. Elle n'avait rien à offrir à cet enfant. Bonne menteuse lorsqu'il le faut, elle sais se montrer prudente et discrète. Il en va de sa survit. En rencontrant Elena et son père Rafael, Bonnie ne se doute pas que sa vie va prendre un nouveau tournant.  
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Tumblr_inline_oxpx7reGvo1unkpqt_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 4adcbca15ef0ed16a7b3e63173a90e6a731feab7
Crédits: cherry / tumblr


Bonnie n’avait pas envie de quitter le bar tout de suite. Passer un peu de temps rien que tous les deux, c’était agréable. Et puis Rafael avait besoin d’être rassuré. La conversation qu’elle avait eu avec Elena lui était parvenu, et avait laissé des traces. Des doutes et des peurs aussi visiblement. « -arrêtes de douter s’il te plais. » souffla Bonnie avec douceur. Elle n’allait pas partir en courant parce que sa fille lui avait dit de le faire. Bonnie n’était pas faite ainsi. « -et tu vas le faire. Elle finira par s’en rendre compte. » là-dessus Bonnie n’avait pas de doute. Il fallait seulement qu’Elena ouvre un peu les yeux, et que lui, trouve un meilleur moyen de communiquer avec elle. Ils avaient évoqué le surf, Bonnie gardait l’idée en tête. « -arrêtes de faire cette tête tu veux. Ça va lui passer. Et comme je te l’ai dit, je vais faire mon possible pour t’aider. Avec subtilité. » elle n’avait pas envie que la gamine pense que son père l’avait missionné.

« -du tout. » répliqua la belle blonde avec franchise. S’ils avaient couché ensemble dès le premier soir, ils seraient passés à côté d’une amitié. Parce que c’était bien ce qui était en train de naitre entre eux. Une amitié. Cela lui avait aussi prouvé qu’il n’était pas comme les autres. Et grâce à cela, elle apprenait à le connaitre, à le découvrir au lieu d’être partie comme une voleuse sans laisser de trace. Elle grimaça en sentant ce baiser sur son front. Une légère grimace. Dans le genre Friends zone… mais elle retrouva bien vite le sourire, faisant style de rien et lança : « -tu enverra un message si jamais tu ne peux pas venir. » elle n’avait pas de doute la dessus non plus. La jeune femme termina sa bière alors qu’il lui demandait si elle venait. Elle lui montra son index pour lui dire qu’elle finissait. Puis posa le verre et alla rapidement chercher ses affaires dans le bureau, avant de rejoindre Rafael à la porte. Une fois devant chez elle, Bonnie sourit et souffla un : « -quand tu veux. » soulignant ainsi le fait qu’elle était partante pour un nouvel extra quand il aurait besoin. « -bonne nuit. » un petit signe de la main, et elle gagna son appartement.

Le lendemain matin, elle eut bien du mal à ouvrir les yeux, ayant passé la plus grande partie de la nuit à se tourner encore et encore dans son lit. Elle ne cessait de penser à lui. Il y avait de la frustration, elle en était bien consciente. Mais elle lui avait assuré qu’elle n’était pas pressée et qu’elle respectait son souhait de prendre leur temps. Enfin de laisser faire le temps surtout. Elle prit une longue douche et se prépara, tout juste prête lorsqu’il sonna. Elle le rejoignit en bas quelques minutes plus tard, évitant cette fois-ci de venir embrasser sa joue. Si lui ça ne lui faisait rien, de son côté c’était différent. « -ça va ? » demanda la belle blonde en faisant quelques pas à ses côtés. « -j’ai besoin d’un grand café. » ajouta-t-elle comme si c’était une urgence vitale. « -tu as compté la caisse ? Dis moi que le compte était bon. » comme si c’était ça qui l’avait obsédé toute la nuit.

Manhattan Redlish
Messages : 2593
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Lun 23 Jan - 11:22

Rafael Melendez
J'ai 38 ans ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis un ancien flic du 12th district et propriétaire d'un bar et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien.

Après un passage de deux ans dans une université de bas-étage à Miami, Rafael est entré à l’école de police avec pour objectif de protéger et de servir. Il rencontra sa femme quelques mois avant son incorporation, et elle tomba rapidement enceinte, bousculant quelque peu ses projets de vie. Ils emménagèrent donc ensemble et se marièrent à la mairie sans leurs familles. En tout intimité. Mais bien vite, ce fut la désillusion pour son ex-femme qui se retrouva à élever seule leur fille. Rafael cumulait les infiltrations de plusieurs mois. Des mois sans entrer en contact avec sa famille. Sa mutation à la criminelle ne fut pas suffisant pour sauver son mariage et divorcèrent après dix ans de mariage. Il quitta la police quelques années après pour ouvrir un bar, mais le mal était déjà fait. Angie lui avait pardonné, mais ce n’était pas le cas d’Elena qui décida de lui rappeler, quotidiennement, qu’il n’est pas réellement son père… Peu importe ses efforts pour rattraper le temps passé 
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 A84d92cf48bfd0cc225ad6bed0b2820b9d5b8ffe
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Original-4
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Neil-melendez-the-good-doctor

gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


Rafael aimait ce retour au silence après une soirée mouvementée dans son bar. Ce calme soudain et la redescente de pression à l’issue de la soirée. Ce soir était un peu différent. Il ne fermait pas le bar seul. Bonnie lui avait proposé de poursuivre leur conversation avant de rentrer, alors ils le firent autour d’une bière. La mise en garde de l’adolescente avait soulevé quelques inquiétudes chez Rafael, mais il comprit au fil de la conversation avec Bonnie, que cette dernière se moquait bien des paroles prononcées par Elena. Elle était assez grande pour se faire sa propre opinion. Il sourit avec douceur tout en soufflant un « Ok » à sa demande. Il allait faire confiance en la jeune femme et ne pas douter davantage. Si elle était encore là ce soir, c’était qu’elle acceptait de prendre le risque d’en apprendre davantage sur lui. Un hochement de tête « On verra bien ». Il n’était pas convaincu qu’une conversation avec Elena allait résoudre tous leurs problèmes, mais si ça pouvait les atténuer, il n’était pas contre l’idée. « Je ne fais aucune tête » répliqua-t-il avec amusement « C’est seulement que je commence à être fatigué de me battre continuellement contre elle. C’est pour ça que j’accepte volontiers ton aide » et lui fit un clin d’œil amical tout en portant sa bière à ses lèvres. Oui, il n’était pas contre l’idée d’obtenir un peu d’aide de la part de Bonnie.

Par la suite, Rafael posa une question qui n’avait aucun lien avec leur conversation de cette fin de soirée, mais il voulait savoir. Elle était restée parce qu’elle avait envisagé de passer la nuit avec lui. Pour autant, elle n’était pas déçue que ça ne se soit pas passée et il sourit avec douceur à cette réponse « Je suis content de l’apprendre ». Il n’était pas certain que ça arriverait un jour… Parce que lorsqu’elle commença à réduire l’espace entre eux, Rafael déposa un baiser sur son front avant de s’éloigner. Une manière comme une autre de lui faire comprendre que ça ne se produirait pas ce soir « C’est évident » répliqua-t-il avec un sourire et s’approcha de la porte. Il sourit tout en l’observant avaler le reste de son verre puis quittèrent le bar. En bas de chez elle, il lui proposa de réitérer ce genre de soirée et répliqua un « Je vais te prendre au mot ». Ils se souhaitèrent bonne nuit et Rafael rentra chez lui. Il passa par le chambre d’Elena et remonta la couverture sur les épaules de l’adolescente avant d’embrasser sa chevelure brune « Bonne nuit » souffla-t-il avant de prendre une douche et de rejoindre les bras de Morphée. Même si c’était beaucoup dire, car il passa une bonne partie de sa nuit à repenser à leur proximité, au baiser posé sur son front et à savoir s’il faisait bien de leur imposer cette espèce d’amitié. Il finit tout de même par s’endormir avant que la télévision ne l’extirpe des bras de Morphée. Rafael jeta un regard à l’heure. Il devait se lever de toute manière. Il passa rapidement par la salle de bain pour en ressortir vêtu d’un jean et d’un t-shirt, puis salua sa fille qui déjeunait « Salut. Bien dormi ? » « Mieux que sur le comptoir de ton bar ». Rafael se mit à sourire et se servit un café « Tu ne déjeunes pas ? » « Non, je dois rejoindre Bonnie » « Tu l’aimes bien ? » « Oui » « Tu comptes sortir avec elle ? » « Je ne sais pas trop encore… » « C’est une chic fille » « Je sais… Mais peu importe si ça arrive, je ne serais pas de nouveau absent Elena. J’ai appris de mes erreurs et j’ai vraiment envie de faire les choses correctement cette fois-ci ». Elena resta silencieux, prit une bouchée de céréales et acquiesça, en soufflant un « Ok ». Rafael embrassa le sommet de sa tête en passant à ses côtés « À tout à l’heure ».

Rafael arriva à l’heure devant l’immeuble de la jeune femme. Il sonna et attendit patiemment son arrivée. Un froncement de sourcils et un hésitant « Euh… Oui et toi ? ». Il manquait quelque chose. C’était différent ce matin « Tu n’as pas bien dormi ? ». Il répliqua ensuite un « Non. Et tiens au fait » et sorti son portefeuille pour sortir l’argent qu’il lui devait pour la soirée. Ils remontèrent dans la voiture pour se rendre sur le bord de mer et s’installèrent à table, sur la terrasse, au-dessus du sable qui menait jusqu’au bord de mer « Tu es sûre que tu vas bien ? ».


Charly
Messages : 2504
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Mar 24 Jan - 21:02

Bonnie Brennan
J'ai 34 ans ans et je vis à Miami. Dans la vie, je suis vendeuse et je m'en sors pas mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis à libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Bonnie est une jeune femme indépendante, sur d'elle, qui mène sa vie comme elle l'entends. Issue d'une famille Irlandaise plus que modeste, Bonnie a quitté son pays d'origine ainsi que sa famille à 17ans. Par la même occasion, elle a laissé derrière elle sa fille, pour des raisons qui selon la jolie blonde étaient purement égoïste. Elle n'avait rien à offrir à cet enfant. Bonne menteuse lorsqu'il le faut, elle sais se montrer prudente et discrète. Il en va de sa survit. En rencontrant Elena et son père Rafael, Bonnie ne se doute pas que sa vie va prendre un nouveau tournant.  
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Tumblr_inline_oxpx7reGvo1unkpqt_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 4adcbca15ef0ed16a7b3e63173a90e6a731feab7
Crédits: cherry / tumblr


« -essaie de laisser trainer mon numéro quelque part, qu’elle puisse l’avoir si jamais… » c’était une idée comme une autre. Mais comme ça Elena pourrait la joindre facilement, si elle avait besoin d’aide ou simplement de parler. Pour le moment Bonnie doutait d’être dans ses bonnes grâces mais avec un peu d’espoir… Elle comprenait parfaitement que Rafael soit fatigué face à la situation. Le dialogue était compliqué. Mais il y avait toujours de l’espoir. Elena allait grandir, la crise d’ado allait se calmer.

Par le geste du barman, la belle blonde comprit que rien ne se débloquerait ce soir entre eux. Elle ne força pas les choses. Même si le baiser sur le front, c’était un truc qu’elle n’appréciait pas vraiment. Il était temps de rentrer, alors elle avala le reste de sa bière, récupéra ses affaires et rejoignit Rafael à la porte. Une fois seule chez elle, la jeune femme eut bien du mal à trouver le sommeil. Et lorsqu’elle le retrouva en fin de matinée pour le petit déjeuner qu’ils avaient prévu, elle se força à garder une certaine distance. « -ça va. » souffla-t-elle pour toute réponse avant de réclamer un café. « -j’ai connu mieux. » avoua-t-elle avant d’ajouter : « -j’ai eu du mal à trouver le sommeil. Sans doute à cause de l’effervescence de la soirée. » oui bien sûr. « -non ? Non quoi ? Non t’as pas compté ou non le compte n’y était pas ? » elle prit l’argent qu’il lui tenait. « -merci. » avant de ranger les quelques billets dans sa poche. Elle resta silencieuse le temps du trajet, et fut heureuse de pouvoir prendre un petit déjeuner face à la mer. Après s’être installée, elle fronça les sourcils devant la question : « -oui. Pourquoi ? » ok… elle n’était pas assez au naturel.

Bonnie croisa les jambes et fit tomber ses lunettes de soleil sur son nez. La serveuse se pointa enfin et elle commanda. Un grand café noir et une assiette de pancakes. Elle remercia la serveuse laissa Rafael commander et ferma les yeux pour savourer le soleil. « -j’adore la plage… » souffla la belle blonde en fixant ensuite le paysage : « -je crois que ne pourrait plus m’en passer. » si jamais elle devait partir un jour, la nouvelle destination resterait sur le côte. Elle avait beau réfléchir et se dire qu’elle pouvait trouver mieux comme sujet de conversation, elle n’en trouvait pas.


Manhattan Redlish
Messages : 2593
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Mar 24 Jan - 21:32

Rafael Melendez
J'ai 38 ans ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis un ancien flic du 12th district et propriétaire d'un bar et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien.

Après un passage de deux ans dans une université de bas-étage à Miami, Rafael est entré à l’école de police avec pour objectif de protéger et de servir. Il rencontra sa femme quelques mois avant son incorporation, et elle tomba rapidement enceinte, bousculant quelque peu ses projets de vie. Ils emménagèrent donc ensemble et se marièrent à la mairie sans leurs familles. En tout intimité. Mais bien vite, ce fut la désillusion pour son ex-femme qui se retrouva à élever seule leur fille. Rafael cumulait les infiltrations de plusieurs mois. Des mois sans entrer en contact avec sa famille. Sa mutation à la criminelle ne fut pas suffisant pour sauver son mariage et divorcèrent après dix ans de mariage. Il quitta la police quelques années après pour ouvrir un bar, mais le mal était déjà fait. Angie lui avait pardonné, mais ce n’était pas le cas d’Elena qui décida de lui rappeler, quotidiennement, qu’il n’est pas réellement son père… Peu importe ses efforts pour rattraper le temps passé 
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 A84d92cf48bfd0cc225ad6bed0b2820b9d5b8ffe
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Original-4
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Neil-melendez-the-good-doctor

gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


Comme le lui avait conseillé Bonnie, Rafael avait pris le temps d’écrire le numéro et l’adresse de cette dernière sur un morceau de papier arraché d’un carnet, et l’avait déposé sur la porte du réfrigérateur. Maintenant, il espérait que si jamais Elena s’en sentait le besoin, elle utiliserait cette information à bon escient. Il passa ensuite rapidement dans la chambre de l’adolescente pour lui souhaiter une bonne nuit, lui rappelant quelques souvenirs alors que la jeune fille n’était qu’une enfant et que, bien souvent, elle dormait déjà à poing fermé lorsqu’il rentrait du travail. Il retrouva ensuite son propre lit, mais ce ne fut pas pour autant qu’il trouva aussi facilement le sommeil. Il remua quelques heures avant de parvenir à trouver refuge dans les bras de Morphée. Il n’avait eu de cesse que de penser à Bonnie, à ce rapprochement qu’elle avait initié et ce baiser sur le front qu’il avait déposé. Une manière pour lui de lui faire comprendre que ça ne se produirait pas ce soir. Il ne ferait pas le premier pas, ni le second. Cela ne l’empêcha pas d’arriver en bas de son immeuble avec le sourire aux lèvres, sincèrement ravi de la revoir pour prendre le petit-déjeuner en sa compagnie. Pour autant, en remarquant l’absence de baiser sur sa joue, il l’interrogea. Elle allait bien. Enfin, c’était ce qu’elle venait de dire, mais n’en crut pas le moindre mot. Il hocha lentement de la tête tout en soufflant un « Ok » peut convaincu et lui demanda alors si elle avait bien dormi « Tu es sûre de vouloir refaire des extras si ça t’empêche de dormir ? » répliqua-t-il sur un ton taquin puis fronça les sourcils « Eh respire ! » et lui sourit « Le compte y ait » et lui donna sa part.

Le trajet jusqu’au restaurant du bord de mer fut pour le moins silencieux. Pas que Rafael n’avait pas envie de discuter, mais il sentait bien que quelque chose n’allait pas chez Bonnie. Son attitude était différente. Donc, lorsqu’ils furent placés sur la terrasse, il lui demanda si elle allait réellement bien. Il fut surpris de sa question, et se montra hésitant en répondant « Euh… Oh rien. Je te trouve juste différente ce matin ». Il nota ses lunettes de soleil sur le nez et de nouveau son silence. La serveuse arriva et il la laissa passer commande avant de demander des pancakes, un café et un jus d’orange. Il posa ses bras sur la table en attendant que la serveuse ne s’éloigne, et fixa Bonnie. Il tourna la tête vers le bord de mer lorsqu’elle évoqua la plage « Moi aussi… », puis se mit à sourire avant de fixer à nouveau la jeune femme « Tu peux retirer tes lunettes de soleil, s’il te plaît ? » et se déplaça sur la chaise juste à côté de celle de la jeune femme, sans pour autant faire suivre set, couvert et verre. Ce n’était qu’en attendant la commande. Il posa sa main sur celle de Bonnie « Tu m’en veux pour le baiser sur le front d’hier soir ? ».

Charly
Messages : 2504
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Mer 25 Jan - 14:34

Bonnie Brennan
J'ai 34 ans ans et je vis à Miami. Dans la vie, je suis vendeuse et je m'en sors pas mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis à libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Bonnie est une jeune femme indépendante, sur d'elle, qui mène sa vie comme elle l'entends. Issue d'une famille Irlandaise plus que modeste, Bonnie a quitté son pays d'origine ainsi que sa famille à 17ans. Par la même occasion, elle a laissé derrière elle sa fille, pour des raisons qui selon la jolie blonde étaient purement égoïste. Elle n'avait rien à offrir à cet enfant. Bonne menteuse lorsqu'il le faut, elle sais se montrer prudente et discrète. Il en va de sa survit. En rencontrant Elena et son père Rafael, Bonnie ne se doute pas que sa vie va prendre un nouveau tournant.  
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Tumblr_inline_oxpx7reGvo1unkpqt_400
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 4adcbca15ef0ed16a7b3e63173a90e6a731feab7
Crédits: cherry / tumblr


Ah ba oui, forcement qu’il se demandait si elle voulait refaire des extra du coup ! Mais elle trouva bien vite la réponse lorsqu’il lui tendit les billets, qu’elle agita avant de les mettre dans sa poche : « -bien sûr que oui ! » ça faisait un peu vénale mais rien à foutre. A la base elle n’avait pas seulement accepté pour les beaux yeux de Rafael. « -hé heu… tant mieux si j’ai pas merdé sur la caisse. » comme si cela était son premier souci du moment. Elle ne cessa de se répété d’arrêter d’agir comme une débile, durant tout le trajet. D’ordinaire elle n’était pas si transparente ! A la base elle était même plutôt douée pour mentir. Et depuis quand elle se prenait la tête comme ça rien que pour un mec !

Une fois assise en terrasse, elle mit rapidement ses lunette. Au tant pour le soleil que pour cacher son regard. Prendre une certaine forme de distance. C’était sans doute stupide de sa part, elle le savait. Hé ba voilà ! Il la trouvait différente. Pas la peine de nier. Elle se contenta de regard la plage, et évita donc de répondre. La jolie blonde regarda Rafael par-dessus ses lunettes, baissant légèrement le visage, son index tenant ses lunettes sur son nez. « -pourquoi ? T’es perdu si voit pas mes yeux ? » c’était de l’humour, mais visiblement pas du côté du barman. Il venait de réduire l’espace entre eux. Elle soupira, pencha, la tête en arrière cette fois, relevant ses lunettes dans ses cheveux, retirant sa main de celle de Rafael par la même occasion. « -à ton avis ? » répliqua-t-elle en le regardant fixement.

Elle soupira de nouveau, un poil agacé, par elle-même. « -je suis désolée. Mais y’a une nette différence entre : on prends le temps, et je te balance dans la friendzone. Un baiser sur le front c’est… » elle haussa les épaules en montrant ses deux mains : « -c’est le genre de truc que tu fais à ta fille, à ta mère. Mais pas… » elle haussa les sourcils comme pour marqué l’évidence. « -c’est pareil, j’ai fais un pas vers toi hier soir, physiquement je veux dire hein ! Et je sais pas, t’as eu peur que je te saute dessus je pense. » en réalité, elle avait du mal à comprendre ce qui le bloquait tant. « -je t’ai dis que ça me posait pas de problème de laisser les choses se faire d’elles même. Donc tu as peur de quoi ? De céder ? Du lendemain ? De pas être à la hauteur ? Là tu laisses pas les choses se faire, tu les contrôles. » c’était totalement différent.


Manhattan Redlish
Messages : 2593
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Mer 25 Jan - 19:43

Rafael Melendez
J'ai 38 ans ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis un ancien flic du 12th district et propriétaire d'un bar et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien.

Après un passage de deux ans dans une université de bas-étage à Miami, Rafael est entré à l’école de police avec pour objectif de protéger et de servir. Il rencontra sa femme quelques mois avant son incorporation, et elle tomba rapidement enceinte, bousculant quelque peu ses projets de vie. Ils emménagèrent donc ensemble et se marièrent à la mairie sans leurs familles. En tout intimité. Mais bien vite, ce fut la désillusion pour son ex-femme qui se retrouva à élever seule leur fille. Rafael cumulait les infiltrations de plusieurs mois. Des mois sans entrer en contact avec sa famille. Sa mutation à la criminelle ne fut pas suffisant pour sauver son mariage et divorcèrent après dix ans de mariage. Il quitta la police quelques années après pour ouvrir un bar, mais le mal était déjà fait. Angie lui avait pardonné, mais ce n’était pas le cas d’Elena qui décida de lui rappeler, quotidiennement, qu’il n’est pas réellement son père… Peu importe ses efforts pour rattraper le temps passé 
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 A84d92cf48bfd0cc225ad6bed0b2820b9d5b8ffe
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Original-4
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R] - Page 11 Neil-melendez-the-good-doctor

gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


Quelque chose était différent ce matin. L’attitude de Bonnie était différente. Sa manière de le saluer était différente également. Ses réponses manquaient de sincérité et de naturel. Elle semblait dire que tout allait pour le mieux, mais il sentait bien qu’il n’en était rien. Au moins elle ne semblait pas lui en vouloir concernant son emploi au bar car elle fut partante de réitérer quelques soirs par mois. C’était toujours 200$ de plus dans la poche de la jeune femme. Il répliqua donc un « Bien. Bien » un peu sceptique. Il tenta un sourire alors que Bonnie semblait rassurer de voir qu’elle n’avait pas commis d’erreur dans la caisse « Ça n’aurait pas été bien grave, tu sais ». Pendant une seconde, Rafael se demanda si c’était ça qui l’avait empêché de dormir correctement cette nuit ?! Il resta un moment sur sa pensée jusqu’à leur arrivée au restaurant dans un silence de plomb. Ils passèrent tour à tour commande, puis Bonnie cacha ses yeux avec sa monture solaire, ce qui ne fut pas vraiment au goût de Rafael qui lui demanda poliment de les retirer « Les yeux ne mentent pas » répliqua-t-il avec aplomb. Pour lui, si on cachait son regard, c’était que l’on avait quelque chose à passer sous silence, et ce n’était pas dans les habitudes de Bonnie. À moins qu’il se soit trompé sur elle depuis le début et que c’était son vrai visage qu’il découvrait à l’instant. Un regard pour la serveuse qui préparait leurs commandes, et réduisit l’espace entre eux en prenant place sur la chaise voisine. Ils devaient parler et le latino ne passa pas par quatre chemins en soumettant une autre hypothèse que celle de l’erreur de la caisse. En sentant la main de Bonnie se retirer, il comprit qu’il avait vu juste. Il se recula dans sa chaise, sa main toujours sur la table et la fixa alors qu’il sentit l’agacement dans sa voix.

Rafael fronça légèrement les sourcils alors qu’elle parlait de friendzone et remercia intérieurement d’être le père d’une adolescente pour comprendre le langage employé par la jeune femme en cet instant. Il ne la quitta pas du regard tout le long de son explication. Il avait vu juste en ce qui concernait le rapprochement qu’elle avait opéré la veille au soir dans son bar « C’est bon ? Tu as fini ? » demanda-t-il tout en se redressant sur sa chaise, ses avant-bras posés sur le rebord de la table. Il observa un bref moment le bord de mer avant de tourner la tête vers Bonnie « Je ne les contrôle pas. Je n’en avais pas envie hier soir ». Il poussa un soupir et la serveuse arriva, hésitante « Posez-les, on se débrouillera. Merci ». La serveuse obéit et s’éclipsa, les laissant ainsi poursuivre leur conversation « Qu’est-ce que je disais déjà ? » réfléchit et répliqua « Ah oui ! ». Un nouveau soupir « Je n’avais pas envie que ça se passe ainsi, dans mon bar. Je ne voulais pas du sexe pour du sexe, et on n’aurait pas pu poursuivre la nuit chez moi avec Elena à l’appartement ». Il prit une gorgée de café avant de poursuivre « Et j’aime notre relation telle qu’elle est aujourd’hui. Je veux dire, on a une belle amitié. Est-ce que tu es vraiment prête à tout risquer pour plus ? Et si ça ne se passait pas bien ? Ou que tu devais encore mystérieusement partir pour une autre ville, un autre État ? Je fais quoi moi ? Je tire un trait sur toi et continue ma vie comme si tu n’avais jamais existé ? Je me protège en agissant ainsi…. Et je te protège aussi… ». Il tira l’assiette de pancakes jusqu’à lui, ainsi que les couverts et versa le sirop d’érable par-dessus, et releva ses yeux noirs sur Bonnie « Pourquoi tu n’as rien dit quand je t’ai demandé si ça allait ? D’habitude, tu te montres sincère avec moi. Qu’est-ce qui a changé ? ». Oui, il était curieux de savoir pourquoi elle avait menti.


Contenu sponsorisé
Je crois que vous avez perdu quelque chose [Manhattan R]
Page 11 sur 14
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14  Suivant
Sujets similaires
-
» C’est une bonne chose d’avoir peur, ça prouve au moins qu’on a encore quelque chose à perdre. [Princess Pitch]
» (m ou f) il y a quelque chose, c'est obligé (terminé)
» Vous en étiez à peau de couille je crois ? .... Voilà comment on les mate. [ft. Aodhàn]
» (M) Et alors qu'ils se cachent de tous, un bout de chou pointe son nez. Quelque chose que tout le monde verra.
» EOIN+SID - Quelque part perdu au milieu de nul part [+18]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: