Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -25%
-25% Figurines Funko – Calendrier d’Avent ...
Voir le deal
18 €

LE TEMPS D'UN RP

"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly

Manhattan Redlish
Messages : 2518
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Ven 28 Oct - 10:35

Caleb Hamilton
J'ai 37 ans ans et je vis à Seattle, Etats-Unis. Dans la vie, je suis entremetteur et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt très bien.

Caleb a vu le jour et a grandi dans le quartier défavorisé de South Park, à Seattle.  Il s’est toujours considéré comme un privilégié dans le quartier. Son père n’était pas parti chercher un paquet de cigarette à sa naissance, pour ne plus jamais revenir, et sa mère ne cumulait pas trois emplois pour subvenir à leurs besoins. Il avait grandi dans une famille aimante, passant ses dimanches à jouer au baseball avec son père dans le jardin. Cela lui permis d’obtenir une bourse pour étudier la psychologie à l’Université, jusqu’à ce qu’il ne se blesse à l’épaule à sa quatrième année. Ses excellents résultats lui permirent de maintenir sa bourse, et il décrocha son diplôme. Il exerça un moment en tant que thérapeute en Californie à l’issue de ses études supérieures. Finalement, il prit conscience que la problématique récurrente de ses patients, c’était l’amour. Ils souffraient de chagrin d’amour ou encore se sentaient seuls, d’autres n’y croyaient plus, alors que certains espéraient encore, allant de déception en déception. Il décida donc de créer sa société , devenant une espèce de Dr. Love, comme Will Smith au cinéma, mais cette fois-ci, à Seattle.  
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Tumblr_inline_peii5mvR8V1tokatx_400
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Tumblr_inline_plibhawRpf1tokatx_400
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Tumblr_inline_peihwkjn511tokatx_400
gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


Bon, peut-être que ce n’était pas une si bonne idée que cela que de réunir leurs deux familles sous un même toit. Après tout, sa famille était noire et son père ne semblait pas vraiment apprécier l’idée. Mais de son côté, il n’aimait pas non plus l’idée de fêter Noël séparément, loin d'elle « On pourrait toujours leur soumettre l’idée, et mon père pourrait dire au tiens ce qu’il y a de super à sortir avec un black » répliqua-t-il avec le sourire. Enfin au vu de l’information qui suivit, ça ne serait sûrement pas d’actualité. Judy avait reçu une réponse positive à son entretien et elle partir faire le tour du monde durant un an. Qui aurait cru qu’ils en seraient-là après quelques mois. Enfin, son cœur le savait, mais n’avait pas prévenu le reste de son corps. Il se mit à rire « Qui te dit que ce n’est pas ça qui m'a séduit ? ». Ils en vinrent à parler de Jeffrey, suite logique de leur conversation et se retint de lui confier sa petite entrevue avec ce dernier « Je n’ai pas spécialement envie de le remercier pour autant ». Maintenant qu’il connaissait la vérité de son départ, il avait uniquement envie de lui mettre son poing dans la gueule.

Caleb parvint à la faire finalement rire avec ses inepties « C’est pour ça qu’on dit que l’amour rend aveugle. Je comprends mieux » en se moquait gentiment de sa moitié. Ils revinrent sur l'audition et il se mit à rire de nouveau « OK ! OK ! Tu as peut-être raison » alors qu’elle posait son doigt sur son nez. De nouveau ce sérieux alors que Judy lui fit part de sa peur de le perdre. Il le rassura sur ce point, ça ne serait pas le cas « Je suis trop joli garçon pour me cacher dans une valise » et ajouta en embrassant son cou « On va surmonter ça ensemble ». Ce n’était pas l’éloignement qui aurait raison des sentiments qu'ils se portaient mutuellement. Un sourire quand elle accepta finalement « OK » en sachant que ça n’allait pas être le plus simple…

Blottis l'un contre l’autre, entièrement nus, juste après l’amour, le beau brun sourit en apprenant la nouvelle. Elle acceptait. Son cœur lui faisait un mal de chien, mais il savait que c’était ce qui avait de mieux pour Judy. Il baissa les yeux sur elle et lui sourit avec douceur « Non, et encore moins si ta mère te supplie de le faire et l’embrassa avec douceur « Ça va être douloureux, mais on rattrapera le temps perdu à ton retour. Je compte sur toi pour que tu m’appelles dix fois par jour et que tu m’envoie des photos ». Il la regarde avec douceur, caressa sa joue « Je suis heureux que tu acceptes ».
Charly
Messages : 2433
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Ven 28 Oct - 13:30

Judy Freeman
J'ai 34 ans ans et je vis à Seattle, Pays. Dans la vie, je suis professeur. J'enseigne l'art à des lycéens et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt très mal.

Fille unique, petit trésor de ses parents, Judy n'a pas vraiment coupé le cordon. Elle passe régulièrement les voir. Sa mère est l'une de ses plus proches amies. Judy a grandi dans un foyer plein d'amour, entre ses peluches et ses amis imaginaires. Elle adorait jouer à la maitresse, mais aussi la peinture, le dessin... la voie était toute tracée. Professeure. Aujourd'hui, elle enseigne, elle aime ça, même si clairement les gosses qu'elle a en classe lui font passer l'envie d'en avoir à elle. Pas très organisée, tête en l'air, souvent à côté de la plaque, elle pratique beaucoup l'autodérision. Côté vie sentimentale, elle cherche désespérément un homme qui tombera amoureux d'elle. Elle en veut toujours à son ex, six ans plus tard.  
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Tumblr_inline_per47nizmr1t8bm8b_250
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Bryce-dallas-howard-gif-hunt-9
Crédits: / tumblr

« -on leur soumettra l’idée… parce que je trouve que c’est une très belle idée. Et ça fera réfléchir mon père tu as raison. » elle aimait l’idée de pouvoir passer les fêtes de fin d’année ensemble. Elle adorait cette période. « -tu aimes les pulls de noël ? » demanda la jeune femme avec un sourire taquin. « -parce que c’est une tradition qui tient très à cœur à ma mère ! » elle se plaisait à imaginer tout ça, même si elle ne savait pas si elle serait présente à ce moment-là. « -et en ce qui concerne mon père… tu as marqué des points avec mon anniversaire. Ce qui n’excuse pas totalement son comportement à ton égard au départ ! » précisa cependant Judy qui avait toujours quelques rancœur là-dessus. Un joli rire et elle avait répliqué : « -c’est mon numéro de fille trop alcoolisé te montrant mes seins qui t’as fait flanché ! » elle l’embrassa juste après avoir dit cela, souriant contre ses lèvres. Dans le fond elle s’en foutait de ce qui l’avait fait tomber amoureux. Ce qui comptait c’était qu’aujourd’hui ils étaient ensemble, amoureux comme jamais. « -ba tu devrais peut être sinon je serais encore avec lui et malheureuse probablement ! » s’amusa Judy en ayant pas la moindre d’obscurcir la soirée en parlant de Jeffrey plus que ça.

Ils se mirent d’accord sur le fait d’en reparler avant qu’elle ne se décide. Elle voulait d’abord en discuter avec sa mère. Forcement cette dernière poussa sa fille à vivre son rêve. Elle fit tout un tas d’éloge au sujet de Caleb, lui promettant à sa place qu’il l’attendrait à son retour. Un homme bien… gendre idéal… tellement adorable et gentil… « -dix fois par jours je ne sais pas vraiment si ça sera possible. Mais si on arrive pas à s’appeler avec le décalage horaire, je te ferais des vidéos. » elle avait déjà mal à l’idée de devoir être loin de lui. Mais il avait raison et sa mère aussi. Laisser passer l’opportunité, c’était trop bête. « -on a encore un mois… » souffla la jolie rousse en humant la peau de Caleb pour ne jamais oublier son odeur.

Trois semaines plus tard, Judy avait de plus en plus une sensation de boule dans le ventre et la gorge. Elle partait le dimanche qui arrivait et l’idée de laissa sa mère et Caleb la rendait presque malade. Elle avait du mal à se réjouir de ce choix. La rencontre qu’elle fit n’arrangea rien à son angoisse. Elle ne l’avait pas vu en le croisant. Une main sur son épaule et son prénom, prononcé par une voix familière. Elle se retourna et son cœur loupa un battement. Cela faisait maintenant plus de sept ans qu’elle n’avait pas vu cet homme. « -Jeffrey ? » s’étonna-t-elle en battant des cils comme si cela pouvait dissiper un mirage. « -qu’est ce que… enfin… je ne pensais pas… » elle perdit totalement ses moyens devant cet homme qui appartenait pourtant à son passé maintenant.

Manhattan Redlish
Messages : 2518
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Ven 28 Oct - 19:06

Caleb Hamilton
J'ai 37 ans ans et je vis à Seattle, Etats-Unis. Dans la vie, je suis entremetteur et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt très bien.

Caleb a vu le jour et a grandi dans le quartier défavorisé de South Park, à Seattle.  Il s’est toujours considéré comme un privilégié dans le quartier. Son père n’était pas parti chercher un paquet de cigarette à sa naissance, pour ne plus jamais revenir, et sa mère ne cumulait pas trois emplois pour subvenir à leurs besoins. Il avait grandi dans une famille aimante, passant ses dimanches à jouer au baseball avec son père dans le jardin. Cela lui permis d’obtenir une bourse pour étudier la psychologie à l’Université, jusqu’à ce qu’il ne se blesse à l’épaule à sa quatrième année. Ses excellents résultats lui permirent de maintenir sa bourse, et il décrocha son diplôme. Il exerça un moment en tant que thérapeute en Californie à l’issue de ses études supérieures. Finalement, il prit conscience que la problématique récurrente de ses patients, c’était l’amour. Ils souffraient de chagrin d’amour ou encore se sentaient seuls, d’autres n’y croyaient plus, alors que certains espéraient encore, allant de déception en déception. Il décida donc de créer sa société , devenant une espèce de Dr. Love, comme Will Smith au cinéma, mais cette fois-ci, à Seattle.  
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Tumblr_inline_peii5mvR8V1tokatx_400
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Tumblr_inline_plibhawRpf1tokatx_400
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Tumblr_inline_peihwkjn511tokatx_400
gif : Tumblr - Avatar : Moi-même


Un sourire en voyant qu'il parvenait à obtenir le soutien de Judy concernant son idée de rassembler leurs deux familles pour Noël « Et ça permettrait de faire connaissance » avant de fixer Judy, d’un air sceptique alors que son sourire s’étira peu à peu dans un sourire « Oh ! Je n’en porte jamais, mais je pourrais toujours faire une exception ». Généralement, c’était tenue habillée dans sa famille. On sortait les costumes et les robes élégantes, mais il saurait faire une exception ce Noël-ci pour Christy. « Il s’est rendu compte que je n’étais pas un type mauvais malgré le fait que je sois noir » répliqua-t-il plus avec amusement qu’avec amertume. Il se mit à rire ensuite « La vue était agréable ! ». Il n’allait pas démentir, ça avait fait son petit effet, mais ce n’était pas uniquement cela qui l’avait séduit. Il lui rendit son baiser avant qu’elle conversation ne tourne autour de Jeffrey. Il resta silencieux et sourit simplement avant de l'embrasser, ne préférant pas approfondir le sujet au risque de commettre un impair.
Judy avait finalement accepté de faire le tour du monde. Sa mère avait souhaité qu'elle parte et vive son rêve, et il savait que Judy prendrait cela comme la dernière volonté de sa mère. Un sourire en la courant du regard avec tendresse « Hum… Mon esprit imagine bien des choses quand dit cela » puis elle évoqua son départ. Un mois…. Ça le tuait de l’intérieur, mais il était hors de question pour lui de la retenir à lui…

Manhattan Redlish
Messages : 2518
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Ven 28 Oct - 19:23

Jeffrey Stevenson
J'ai 35 ans ans et je vis à Seattle, Etats-Unis. Dans la vie, je suis promoteur immobilier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma stupidité, je suis séparé et je le vis plutôt mal maintenant que j'ai revu Judy.

Jeffrey est issue d'une famille aisée de Seattle. Il réussit tout ce qu'il entreprend, sauf lorsque ça concerne sa vie amoureuse. Sur ce point, sa réussite n'est pas au rendez-vous. Il a seulement l'air d'être le gendre idéal, parce qu'en pratique, il est loin de l'être. Judy pourrait en témoigner. Après des années de relation, leur vie était devenue monotone, sur tous les points. Il avait donc fini par la tromper avec l'une de ses amies. Il avait succombé à ses avances. Il avait surtout faim d'une aventure sans lendemain, grisante, excitante qui ne se limitait pas seulement au missionnaire. Du sexe et uniquement cela. Pas de sentiments, pas de liste de courses juste après. Il avait pris son pied. Plus d'une fois. Et avait finalement regretté. Il était donc parti, avait fui, sans se douter qu'il avait détruit la femme avec qui il partageait sa vie. Et voilà que sept ans après, un consultant l'interroge sur leur séparation, et que son chemin croise à nouveau celui de Judy...
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Dan-stevens-downton-abbey
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 F65c52033296c48aef54321e948b6132
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 55dfb851cf9edff5ab23a166b76553d5765170e8
gif : Tumblr - Avatar : Bazzart


La rencontre avec le dénommé Caleb Hamilton avait remué beaucoup de souvenirs, de sentiments chez Jeffrey. Il avait regardé à nouveau les photos de son passé avec Judy, la femme qui avait partagé sa vie durant tant d’années avant qu’il ne s'en lasse et la trompe avec Amelia. Une erreur. Une sombre erreur qui l’avait poussé à partir précipitamment, sans un mot. Il s’en était voulu, il l’avait sûrement détruite, mais ça avait été nécessaire. Il s’était envolé pour l’Amérique du Sud durant quelques mois, puis avait accepté un poste à Chicago avant de revenir à Seattle il y a deux ans. Et comme chaque jour depuis deux ans, il passait dans cette avenue près de chez lui et il crut souffrir d’hallucinations en posant ses yeux sur la jolie rousse qui était passée devant lui sans un regard.

Il posa alors sa main sur son épaule en l’interpellant, et lorsqu’elle se retourna, lui offrit son plus beau sourire, réellement heureux de la revoir après tout ce temps « Je suis heureux de te revoir » et sourit alors qu'elle se mit à bafouiller. Elle le faisait souvent lorsqu’elle était perturbée « Je ne pensais pas te revoir un jour… » avoua-t-il. « Le destin est dingue ! Je veux dire, un de tes amis, Caleb… Caleb Hamilton, c’est ça ?! m’a retrouvé il y a trois semaines pour parler de notre séparation, et te voilà maintenant, devant moi » tout en la désignant de la main sans se douter un instant qu'elle ne savait rien de cette entrevue. Il l’observa ensuite un moment, tout sourire, ne pensant pas qu’il serait aussi heureux de la revoir après tout ce temps écoulé. Un regard pour sa montre, et demanda « Tu as du temps devant toi ? On pourrait aller prendre un café et discuter. Qu’en penses-tu ? » Et posa sa main dans son dos. Après tout, il l’avait laissé tomber du jour au lendemain. Il comprendrait donc qu’elle veuille en faire de même.

Charly
Messages : 2433
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Ven 28 Oct - 20:35

Judy Freeman
J'ai 34 ans ans et je vis à Seattle, Pays. Dans la vie, je suis professeur. J'enseigne l'art à des lycéens et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt très mal.

Fille unique, petit trésor de ses parents, Judy n'a pas vraiment coupé le cordon. Elle passe régulièrement les voir. Sa mère est l'une de ses plus proches amies. Judy a grandi dans un foyer plein d'amour, entre ses peluches et ses amis imaginaires. Elle adorait jouer à la maitresse, mais aussi la peinture, le dessin... la voie était toute tracée. Professeure. Aujourd'hui, elle enseigne, elle aime ça, même si clairement les gosses qu'elle a en classe lui font passer l'envie d'en avoir à elle. Pas très organisée, tête en l'air, souvent à côté de la plaque, elle pratique beaucoup l'autodérision. Côté vie sentimentale, elle cherche désespérément un homme qui tombera amoureux d'elle. Elle en veut toujours à son ex, six ans plus tard.  
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Main-qimg-98710c71ab92bfe2617f342d35190418
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Tumblr_inline_per4swWTn91t8bm8b_250
Crédits: cherry / tumblr

Tomber sur Jeffrey au beau milieu de la rue, sept ans après qu’il l’ai laisser tombé comme un lâche… la situation était surréaliste pour Judy. C’était quoi ? Le destin qui se foutait d’elle ? Elle bafouilla, prise au dépourvu, incapable de garder un air détaché. Vraiment elle était sous le choc. « -je ne pensais pas te revoir un jour… » finit elle par souffler en clignant encore une fois des paupières, avant de réaliser que c’était exactement ce qu’il venait de dire. Elle baissa les yeux prise au dépourvu, déstabilisé par cette rencontre. Pourtant elle avait imaginé mille fois la scène dans son esprit durant toutes ces années. Lui hurler dessus, pleurer, lui jeter un verre d’eau au visage, ou bien encore le gifler… Elle avait envisagé tout un tas de possibilité. Et voilà qu’elle était presque incapable d’aligner trois mots.

Elle plissa les yeux en entendant la suite. Il avait rencontré Caleb ? Judy n’était visiblement pas au bout de ses surprises. Il avait bien aligné les mots Caleb et parler de leur séparation. Pourquoi Caleb n’avait rien dit ? Trois semaines… Judy répondit alors : « -tu as rencontré Caleb ? je ne savais pas… » elle n’aurait peut être pas dû d’ailleurs… mais elle n’arrivait pas à réfléchir convenablement là tout de suite. « -je suis… je suis désolée mais je suis tellement surprise de tomber sur toi… je… j’ai un peu de mal à réaliser. » avoua la jeune femme avec sa politesse à toute épreuve qui reprenait toujours le dessus lorsqu’elle était mal à l’aise. « -je suis un peu fatiguée et j’ai un million de choses en tête… donc heu… » où comment tenter de justifier son trouble face à lui. Le revoir là, en chair et en os c’était… c’était comme une sorte d’arrière-gout amer. Et pourtant elle fut forcée de constater que la haine l’avait quitté.

Elle tourna légèrement la tête en arrière en sentant sa main dans son dos tout en bafouillant un : « -heu… et bien je… d’accord… » en réalité elle n’avait pas de temps à lui accorder. Et elle n’avait pas non plus envie de passer du temps avec lui. Ils furent très vite assis à la table d’un café quelques mètres plus loin. « -qu’est ce que… qu’est ce que tu deviens ? ça fait… longtemps… » elle avait bien du mal à faire la conversation. Elle commanda un expresso histoire d’avaler sa tasse le plus vite possible. Et puis la nouveau Judy décida au fond d’elle-même de reprendre la dessus. « -Non, en fait, je m’en fou. Je n’ai pas envie qu’on discute. Je… » elle se pinça les lèvres et chercha ses mots quelques secondes après avoir redressée les épaules. Elle releva le regard sur Jeff et reprit : « -tu m’as détruit. Quand tu es partie. Alors si on doit parler, je veux seulement savoir pourquoi. » elle savait parfaitement qu’elle lui donnait la possibilité de lui tirer une balle à bout portant. Mais elle devait savoir. Si son chemin avait recroisé celui de Jeffrey, il y avait une raison à cela.  
 
Manhattan Redlish
Messages : 2518
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Ven 28 Oct - 20:55

Jeffrey Stevenson
J'ai 35 ans ans et je vis à Seattle, Etats-Unis. Dans la vie, je suis promoteur immobilier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma stupidité, je suis séparé et je le vis plutôt mal maintenant que j'ai revu Judy.

Jeffrey est issue d'une famille aisée de Seattle. Il réussit tout ce qu'il entreprend, sauf lorsque ça concerne sa vie amoureuse. Sur ce point, sa réussite n'est pas au rendez-vous. Il a seulement l'air d'être le gendre idéal, parce qu'en pratique, il est loin de l'être. Judy pourrait en témoigner. Après des années de relation, leur vie était devenue monotone, sur tous les points. Il avait donc fini par la tromper avec l'une de ses amies. Il avait succombé à ses avances. Il avait surtout faim d'une aventure sans lendemain, grisante, excitante qui ne se limitait pas seulement au missionnaire. Du sexe et uniquement cela. Pas de sentiments, pas de liste de courses juste après. Il avait pris son pied. Plus d'une fois. Et avait finalement regretté. Il était donc parti, avait fui, sans se douter qu'il avait détruit la femme avec qui il partageait sa vie. Et voilà que sept ans après, un consultant l'interroge sur leur séparation, et que son chemin croise à nouveau celui de Judy...
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Dan-stevens-downton-abbey
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 F65c52033296c48aef54321e948b6132
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 55dfb851cf9edff5ab23a166b76553d5765170e8
gif : Tumblr - Avatar : Bazzart


Un sourire étira les lèvres de Jeffrey alors qu’elle prononça les mêmes paroles que lui, au mot près. Elle était déstabilisée par leurs retrouvailles. Ça se voyait, et ça se sentait également. Plus d’une fois il s’était interrogé sur la réaction de Judy si jamais leur route venait à se recroiser. Pas de gifle, de cris, de larmes. Elle était seulement déstabilisée par leur rencontre impromptue. Quant à lui, il était plutôt surpris par le petit coup du destin. La visite de Caleb qui s’était intéressé à leur relation, et maintenant voilà qu’il la voyait en chair et en os. Un petit sourire tout en penchant légèrement la tête « C’est lui qui m’a retrouvé. Il voulait parler de toi. Il m’a dit qu’il était une espèce de consultant / thérapeute. Pour tout t’avouer, je n’ai pas bien compris ce qu’il était et ce qu’il faisait. J’ai seulement répondu à ses questions ». De toute manière, il n’avait rien à cacher. Il assumait pleinement sa disparition soudaine et brutale de la vie de Judy. Son sourire ne quitta pas ses lèvres « Je comprends. Sept ans qu’on ne s’est pas croisé et voilà qu’on tombe l’un sur l’autre comme ça… C’est assez dingue ». Il hocha de la tête sans la quitter du regard « Tu as toujours été ainsi. Préoccupée de tout ». Cela n’avait pas changé, et d’une certaine manière, ça lui fit plaisir de voir qu’elle n’avait pas tant changé que cela après toutes ces années.

C’était peut-être un peu trop optimiste de sa part, mais il décida de l’inviter à boire un café. Rien qu’un café. Sa main dans son dos, il l’entraina jusqu’à la terrasse la plus proche et il commanda un café noir sans sucre, avant de porter son attention sur Judy qui s’intéressait à ce qu’il était devenu « Je suis revenu à Seattle il y a deux ans, et… », mais n’eut le temps de finir qu’elle le coupa brutalement. Elle s’en moquait. Il acquiesça « C’est compréhensible. Je t’ai fait du mal et je mérite amplement ta manière de me traiter » et encore, il s’était attendu bien pire. Il la regarda fixement tout en l’écoutant, puis fronça les sourcils avant de sourire « Tu as changé Judy. Tu as l’air… plus confiante » et ce n’était sûrement pas grâce à lui « Caleb ne t’a rien dit ? » et remercia le serveur avant de prendre une gorgée de son café « Tu mérites un homme bien et pas un menteur. Parce que c'est ce qu'il est pour toi ? Ton petit-ami ? Tu es une femme bien, tu mérites un homme qui te respecte. Je parle en connaissance de cause, je ne te méritais pas ». Il remua légèrement sur sa chaise, puis posa ses bras sur la table « Notre vie était devenue monotone. Tout. Le sexe y compris. Amélia me tournait autour depuis quelques temps, et puis j’ai décidé d’accepter ses avances. Une première fois et ainsi de suite. Ça a duré quelques temps. Et un jour, j’ai eu une prise de conscience soudaine. J’ai fait mes valises et je suis parti parce que je ne voulais pas te faire plus de mal » et glissa sa main jusqu’à celle de Judy « Je t’ai aimé Judy. Sincèrement. Je crois que c’est toujours un peu le cas et je m’en veux terriblement de ce que je t’ai fait endurer. J’étais jeune et stupide. Je n’ai pas compris que j’aurais pu juste communiquer avec toi et tenter d’arranger notre relation ». Il entoura sa tasse chaude de ses mains « Tu étais la femme de ma vie et j’en ai pris conscience que trop tard » et ajouta « Quant à Amélia, tu dois t’en défaire. Elle se nourrit de ton malheur et ce qu’elle a fait avec moi, elle le fera avec le prochain, et ainsi de suite ».

Charly
Messages : 2433
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Ven 28 Oct - 21:19

Judy Freeman
J'ai 34 ans ans et je vis à Seattle, Pays. Dans la vie, je suis professeur. J'enseigne l'art à des lycéens et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt très mal.

Fille unique, petit trésor de ses parents, Judy n'a pas vraiment coupé le cordon. Elle passe régulièrement les voir. Sa mère est l'une de ses plus proches amies. Judy a grandi dans un foyer plein d'amour, entre ses peluches et ses amis imaginaires. Elle adorait jouer à la maitresse, mais aussi la peinture, le dessin... la voie était toute tracée. Professeure. Aujourd'hui, elle enseigne, elle aime ça, même si clairement les gosses qu'elle a en classe lui font passer l'envie d'en avoir à elle. Pas très organisée, tête en l'air, souvent à côté de la plaque, elle pratique beaucoup l'autodérision. Côté vie sentimentale, elle cherche désespérément un homme qui tombera amoureux d'elle. Elle en veut toujours à son ex, six ans plus tard.  
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Main-qimg-98710c71ab92bfe2617f342d35190418
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Tumblr_inline_per4swWTn91t8bm8b_250
Crédits: cherry / tumblr

« -oh… il a dit ça… » souffla Judy en ayant un peu de mal à comprendre pourquoi Caleb avait tenu à retrouver Jeffrey alors qu’il n’y avait plus lieu d’être. Ils étaient heureux ensemble, et techniquement il n’était plus son consultant depuis déjà un bon moment. « -j’ai… j’ai fais appel à lui pour aller mieux. » avait elle ajouter avec pas autant d’aplomb qu’elle l’aurait voulu. Pourquoi est-ce qu’elle se justifiait ?! « -qu’est ce que… non laisse tombé. » elle n’avait pas envie d’avoir cette conversation avec lui. Mais avec Caleb. C’était à Caleb qu’elle demanderait des réponses. « -ma vie est sur le point de changer du tout au tout donc, oui, j’ai mille chose en tête. » répliqua la jeune femme qui avait bien du mal à apprécier le sourire presque tendre qu’il avait sur les lèvres.

Alors une fois assise en face de lui, elle décida qu’il était temps de reprendre cette conversation en main. Elle n’était plus la jeune femme fragile et blessée qu’il avait abandonné. Elle n’allait pas se laisser faire ainsi. S’ils devaient parlé, elle voulait seulement savoir pourquoi est-ce qu’il avait disparu. Et rien d’autre. « -oui ba remercie le travail personnel que j’ai fais sur moi pour ça. » claqua la jeune femme sous entendant qu’il s’en sortait plutôt bien là tout de suite. « -c’est le cas. » avait elle ajouté avant de le regarder fixement. « -il n’a pas dû en voir l’utilité. » il était en train de lui faire quoi là ? « -s’il ne m’en a pas parlé c’est qu’il avait ses raisons. » répliqua Judy le dos posé sur la chaise, sans avoir touché son café. De quel droit jugeait il Caleb ?!

La suite la laissa médusée. Immobile comme pétrifiée, les yeux écarquillées elle eut bien du mal à encaisser ce qu’elle venait d’entendre. « -toi et Amélia ? » souffla t elle presque étranglée. « -donc tu n’avais vraiment aucun respect pour moi ? Aucun estime de ma personne ? Tu m’as trompé avec une amie et tu n’as pas été capable d’assumer cela ? De me regarder dans les yeux pour me le dire. » c’était tellement lâche et petit. Elle en avait presque la nausée. Elle retira sa main comme s’il venait de la brûler. « -tu n’imagines pas une seule seconde ce que tu m’as fait enduré. » lui répondit la jolie rousse les dents serrées et le regard sombre. Et il osait lui donner des conseils. « -Tu es aussi fautive qu’elle. » elle regarda son café et décida de lui mettre en face ce qu’elle avait traversé. « -j’ai passé deux années à espérer te voir revenir. Deux années sous anti dépresseur. J’ai perdu toute confiance en moi. Tu m’as détruit intérieurement en te barrant comme un lâche ! » elle avait haussé le ton pour la fin de la phrase. « -ne pas savoir pourquoi ou pour qui tu étais parti c’était… » elle se pinça les lèvres. « -alors arrête avec les tu étais la femme de ma vie, je ne te méritais pas… c’est du vent. Quand on aime quelqu’un on le respecte assez pour lui dire la vérité. Même si elle est douloureuse à entendre. » elle le pointa du doigt : « -et ne t’avise pas de juger Caleb ou de me donner le moindre conseil en matière de couple. » Si Caleb ne lui avait pas parlé de sa rencontre avec Jeff, c’était certainement pour une bonne raison. Ça n’était en rien comparable avec ce que Jeffrey lui avait fait.

Manhattan Redlish
Messages : 2518
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Ven 28 Oct - 21:39

Jeffrey Stevenson
J'ai 35 ans ans et je vis à Seattle, Etats-Unis. Dans la vie, je suis promoteur immobilier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma stupidité, je suis séparé et je le vis plutôt mal maintenant que j'ai revu Judy.

Jeffrey est issue d'une famille aisée de Seattle. Il réussit tout ce qu'il entreprend, sauf lorsque ça concerne sa vie amoureuse. Sur ce point, sa réussite n'est pas au rendez-vous. Il a seulement l'air d'être le gendre idéal, parce qu'en pratique, il est loin de l'être. Judy pourrait en témoigner. Après des années de relation, leur vie était devenue monotone, sur tous les points. Il avait donc fini par la tromper avec l'une de ses amies. Il avait succombé à ses avances. Il avait surtout faim d'une aventure sans lendemain, grisante, excitante qui ne se limitait pas seulement au missionnaire. Du sexe et uniquement cela. Pas de sentiments, pas de liste de courses juste après. Il avait pris son pied. Plus d'une fois. Et avait finalement regretté. Il était donc parti, avait fui, sans se douter qu'il avait détruit la femme avec qui il partageait sa vie. Et voilà que sept ans après, un consultant l'interroge sur leur séparation, et que son chemin croise à nouveau celui de Judy...
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Dan-stevens-downton-abbey
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 F65c52033296c48aef54321e948b6132
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 55dfb851cf9edff5ab23a166b76553d5765170e8
gif : Tumblr - Avatar : Bazzart


Il fallait croire qu’il n’était pas le seul à mentir ou à éclipser certains faits. Le nouvel ami de Judy avait semblablement le même don que lui en la matière « Oui. Ça a l’air de te surprendre ? ». Par la suite, il comprit un peu mieux le rôle qu’avait le consultant ou le thérapeute, peu importe son statut, envers son ex-petite-amie « On dirait que ça a fonctionné » répliqua-t-il aussitôt tout en la désignant de la main. C’était un fait, elle semblait heureuse, épanouie. En ce qui concernait la confiance en elle, il y avait semblablement du travail encore à fournir, mais ce n’était sûrement qu’un détail « Tu vas te marier ? » comme si c’était la seule chose qui pouvait préoccuper de la sorte la femme qu’il avait aimé. La romantique. Celle qui voulait signer pour une belle histoire d’amour comme dans les films à l’eau de rose. Il voulait en savoir davantage sur la femme qu’elle était devenue et l’invita donc à boire un café. À peine furent-ils installés en terrasse qu’il la complimenta et sans la quitter du regard, acquiesça « Je le remercie alors », et il avait l’amer impression que le dénommé Caleb n’était pas innocent dans cette évolution. Un petit sourire, même un rire alors qu’il écouta Judy le défendre « L’amour rend aveugle. C’est bien ce que l’on dit. Tu le défends alors que tu sais qu’au fond de toi, tu te sens sûrement trahie par son silence ». Il avait répondu cela comme s’il la connaissait depuis toujours et que les années n’avaient pas eu d’impact sur elle. Que peu importe les années, elle réagirait toujours de la même manière avec les hommes.

Judy posa ensuite la question. Celle que Caleb lui avait également posé presque un mois auparavant, et fut surpris de voir que ce dernier avait gardé le silence. Il expliqua donc son infidélité, son aventure avec Amélia, puis son départ « Il ne t’a vraiment rien dit… ». Dommage. Ça lui aurait évité d’en parler ainsi, sur cette terrasse de café. Il détourna le regard tout en poussant un soupir, puis la fixa à nouveau « Tu vois ta réaction après sept ans ?! Imagine ce que ça aurait pu être le jour J ! J’ai préféré partir » et fronça les sourcils en l’écoutant. Elle avait terriblement souffert de son départ… Plus qu’il n’aurait pu s’en douter. Deux ans à espérer qu’il revienne. Deux ans sous antidépresseur… Il déglutit avec difficulté « Je… Je… Je ne savais pas… Je suis désolé Judy… Je pensais que tu souffrirais moins ainsi… J’ai été stupide ». Quand elle parla de sincérité, de respect, il ouvrit la bouche, mais elle le devança aussitôt en lui conseillant de ne pas évoquer Caleb « Pourtant il n’a pas été sincère avec toi, lui non plus… » rétorqua-t-il comme si le fait de décrédibiliser le nouvel homme de sa vie la ferait revenir dans ses bras. Il passa une main dans ses cheveux blonds et reprit « Je n’ai jamais voulu faire autant de mal Judy. Je pensais prendre la bonne décision. J’avais 28 ans, j’étais encore un gamin, comprends-le. Aujourd’hui je le regrette et si c’était à refaire, je ne l’aurais jamais fait. J’aurais été fidèle ».

Charly
Messages : 2433
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Ven 28 Oct - 22:03

Judy Freeman
J'ai 34 ans ans et je vis à Seattle, Pays. Dans la vie, je suis professeur. J'enseigne l'art à des lycéens et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt très mal.

Fille unique, petit trésor de ses parents, Judy n'a pas vraiment coupé le cordon. Elle passe régulièrement les voir. Sa mère est l'une de ses plus proches amies. Judy a grandi dans un foyer plein d'amour, entre ses peluches et ses amis imaginaires. Elle adorait jouer à la maitresse, mais aussi la peinture, le dessin... la voie était toute tracée. Professeure. Aujourd'hui, elle enseigne, elle aime ça, même si clairement les gosses qu'elle a en classe lui font passer l'envie d'en avoir à elle. Pas très organisée, tête en l'air, souvent à côté de la plaque, elle pratique beaucoup l'autodérision. Côté vie sentimentale, elle cherche désespérément un homme qui tombera amoureux d'elle. Elle en veut toujours à son ex, six ans plus tard.  
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Main-qimg-98710c71ab92bfe2617f342d35190418
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Tumblr_inline_per4swWTn91t8bm8b_250
Crédits: cherry / tumblr

« -me… non ! » répondit Judy comme si elle venait de comprendre ce qu’il venait de dire. « -je… je pars pour un an à l’étranger. Pour la danse. » mais pourquoi est ce qu’elle lui donnait ces informations ?! Une fois en face à face à cette terrasse de café, le ton changea rapidement. Simplement parce qu’elle n’était plus la même, et qu’elle n’avait pas la moindre envie de laisser Jeffrey revenir dans sa vie ou lui embrouiller les idées. « -je ne suis pas aveugle et je ne me sens pas trahie. J’ai seulement du mal à comprendre c’est tout. » il commençait à l’agacer. De quel droit se permettait il de juger Caleb après ce qu’il avait fait ?! Elle n’était plus celle qu’il avait connu. Et Judy avait beaucoup travailler sur elle-même afin de ne plus être cette femme. Il était exclus que par un hasard de circonstance étrange, Jeffrey immisce des doutes dans son esprit au sujet de Caleb. Une fois avec lui, elle lui en parlerait et il lui expliquerait pourquoi il ne lui en avait pas parlé. C’était aussi simple que ça.

En l’écoutant, Judy comprenait petit à petit pourquoi Caleb n’avait rien dit. Du moins elle essayait de se faire une idée. Il avait tenté de la convaincre que Jeffrey était parti parce qu’elle était trop bien pour lui. Pas à cause d’elle. Il y avait un peu de deux dans ce que lui racontait son ex petit ami. Il avait été infidèle et lâche. Sa faute. Mais s’il était allé voir ailleurs, c’était à cause d’elle. A cause de leur couple qui ne le passionnait plus autant qu’avant. Elle leva les yeux au ciel. « -comme si j’avais été capable de te lancer des assiettes au visage ! » répliqua la jeune femme. A l’époque elle aurait été assez stupide pour lui pardonner ! Mais ça n’était plus le cas. Le temps avait passé. Et il appartenait à ce passé. Amélia allait d’ailleurs bientôt le rejoindre.

Cependant avant de partir, Judy décida de lui expliqué ce qu’il avait créé en partant. Ce qu’elle avait enduré à cause de lui. « -stupide… le mot est faible je pense… » souffla la jeune femme avec le même regard sombre. « -tu n’es pas en mesure ni en droit de faire la moindre comparerons entre lui et toi. » ce qui revenait à lui dire de la fermer. « -non… non… je ne le comprends pas. C’est facile d’avoir des regrets sept ans plus tard au détour d’une rue. Maintenant il est trop tard pour les excuses. Le mal a été fait. Et je pense que je vais vraiment pouvoir tourner la page maintenant que j’ai mes réponses. » même si c’était vraiment douloureux d’apprendre que son ex l’avait trompé avec une femme qui faisait encore partie de son cercle d’amie proche. C’était peut être à elle que Judy en voulait le plus finalement. « -je vais te laisser. Je crois que c’est mieux. » elle se leva sans avoir touché son café. Elle prit sur elle et ajouta : « -je te souhaite de belles choses malgré tout. Après tout tu n’étais qu’un gamin n’est ce pas ? » un sourire forcé et elle quitta le café, le cœur lourd. L’air lui manquait.


Manhattan Redlish
Messages : 2518
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Ven 28 Oct - 22:18

Jeffrey Stevenson
J'ai 35 ans ans et je vis à Seattle, Etats-Unis. Dans la vie, je suis promoteur immobilier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma stupidité, je suis séparé et je le vis plutôt mal maintenant que j'ai revu Judy.

Jeffrey est issue d'une famille aisée de Seattle. Il réussit tout ce qu'il entreprend, sauf lorsque ça concerne sa vie amoureuse. Sur ce point, sa réussite n'est pas au rendez-vous. Il a seulement l'air d'être le gendre idéal, parce qu'en pratique, il est loin de l'être. Judy pourrait en témoigner. Après des années de relation, leur vie était devenue monotone, sur tous les points. Il avait donc fini par la tromper avec l'une de ses amies. Il avait succombé à ses avances. Il avait surtout faim d'une aventure sans lendemain, grisante, excitante qui ne se limitait pas seulement au missionnaire. Du sexe et uniquement cela. Pas de sentiments, pas de liste de courses juste après. Il avait pris son pied. Plus d'une fois. Et avait finalement regretté. Il était donc parti, avait fui, sans se douter qu'il avait détruit la femme avec qui il partageait sa vie. Et voilà que sept ans après, un consultant l'interroge sur leur séparation, et que son chemin croise à nouveau celui de Judy...
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 Dan-stevens-downton-abbey
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 F65c52033296c48aef54321e948b6132
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 5 55dfb851cf9edff5ab23a166b76553d5765170e8
gif : Tumblr - Avatar : Bazzart


« Un an ? Pour la danse ? » et la regarda un instant avant d’ajouter « J’avais tort. Tu as changé » sans vraiment savoir si c’était positif ou négatif. Lorsqu’ils étaient ensemble, Judy n’aurait sûrement pas tenté une telle aventure, et voilà que maintenant, elle partait durant un an en laissant ses parents et son petit-ami aux États-Unis. Un petit-ami qui n’avait pas pris la peine d’évoquer leur rencontre quelques semaines auparavant, et elle lui trouvait des excuses. Après tout, l’amour rendait aveugle. Cet adage n’existait pas pour rien « Je comprends. Le nouveau petit-ami qui ment. Ça ne doit pas être agréable » répliqua-t-il avec un petit sourire qu’il voulait discret. Il avait envie de lui montrer que tous les hommes se valaient, et qu’elle n’avait peut-être pas tiré le pire numéro en le choisissant lui quelques années auparavant. Oui, il avait commis une erreur en la trompant avec Amélia, et oui, il s’en était voulu, mais le temps avait finalement fait son œuvre et n’était plus le même homme qu’à cette époque-ci. Il s’était racheté une conduite et avait fait en sorte de ne pas reproduire les mêmes erreurs avec les femmes qu’il avait rencontré ensuite. Des femmes qu’il n’avait eu de cesse de comparer à Judy et qui faisait qu’elles étaient vouées à l’échec dès le début. La preuve en était, il était aujourd’hui un cœur à prendre et il avait envie que la jeune femme lui laisse une seconde chance… Ce qui n’était pas prêt d’être le cas en la voyant réagir ainsi face à la révélation qu’il venait de faire « Tu as raison. Tu aurais sûrement fait comme avec ton nouvel ami. Tu m’aurais pardonné ». Il s’en voulut soudainement d’être parti comme un lâche.

« Connard ? Salopard ? Tu préfères ? » rétorqua-t-il en levant ses yeux bleus sur Judy alors qu’elle considérait que le terme était trop faible pour le désigner. Il eut un petit rire nerveux tout en tournant la tête, et la regarda à nouveau « Rien de mieux qu’un menteur pour en juger un autre… Un mensonge en entraîne un autre, et c’est une spirale infernale. S'il t'a menti sur ça, sache qu'il l'a déjà fait auparavant ». Jeffrey était bien placé pour juger, mais elle l’aimait alors elle ne parvenait pas à ouvrir les yeux sur tout ça. « Je m’en veux depuis sept ans Judy… » répliqua-t-il tout en la regardant, en espérant qu’elle le croit, mais il savait déjà que ce n’était pas le cas. Elle le détestait. C’était légitime. Il serra la mâchoire à sa conclusion et la laissa partir, l’observant s’éloigner, et termina son café, jeta un billet sur la table et marcha en sens inverse, soudainement bien moins enjoué qu’en la retrouvant au détour d’une rue quelques instants plus tôt.


Contenu sponsorisé
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly
Page 5 sur 25
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 15 ... 25  Suivant
Sujets similaires
-
» “La célébrité vous donne l'impression que tout le monde vous connaît, mais en réalité, vous ne connaissez personne.”
» "Il n'y a pas de hasards, que des rendez-vous" [ft Charly]
» petit oiseau si tu n'as pas d'ailes...
» Tomber amoureux est un véritable parcours du combattant [ft Charly]
» “Journaliste. D'abord, il lèche, puis il lâche et il lynche.” [Ft. Charly]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: