Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Pèse-personne connecté – XIAOMI Mi Body Composition Scale 2 à ...
14.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

How to cook a Big Apple (avec Gaïa)

Jo'
Messages : 498
Date d'inscription : 21/08/2019
Région : Grand Est
Crédits : William Turner & Alfons Mucha

Univers fétiche : /
Préférence de jeu : Les deux
cat
Jo'
Jeu 1 Sep - 9:35
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Quelles étaient les chances pour que deux expatriées Espagnoles, passionnées de cuisine, se retrouvent à travailler dans le même restaurant à New York - tenu par l'une d'elles qui plus est ?

Entre misogynie du monde culinaire, compétitivité de la concurrence - pourquoi pas, au sein de la même équipe - et isolement, le terreau de leur amitié semble plutôt fertile.


How to cook a Big Apple (avec Gaïa) 16532433How to cook a Big Apple (avec Gaïa) 16532434
"Le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscurcir" - Boris Vian
How to cook a Big Apple (avec Gaïa) 76406_10
Jo'
Messages : 498
Date d'inscription : 21/08/2019
Région : Grand Est
Crédits : William Turner & Alfons Mucha

Univers fétiche : /
Préférence de jeu : Les deux
cat
Jo'
Jeu 1 Sep - 9:42

Mercedes
Alvara

J'ai 25 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis dans le monde culinaire et je m'en sors comme je peux.

How to cook a Big Apple (avec Gaïa) EOi5
Originaire de Madrid, Mercedes se retrouve à New York après avoir été inscrite à l'Institute of Culinary Education par un de ses anciens patrons. Diplômée et très douée, elle peine à se faire embaucher à hauteur de ses capacités en raison de la barrière de la langue - elle maîtrise assez mal l'anglais.
How to cook a Big Apple (avec Gaïa) Tumblr_mhexy28Xu01qlhq6zo1_500
Avatar : Florence Pugh
Spoiler:

Les corps se serrent et elle se tord pour en toucher le moins possible. Elle se garde bien de se tenir à la barre : mieux prendre le risque de chuter que toucher quoi que ce soit dans cette rame nauséabonde qui porte encore l'effluve des passagers de nuit - vomi et urine principalement. Un homme semble penser que plus il la poussera à se retrancher contre la porte, plus il parviendra à la séduire, et la jeune femme est contrainte de sortir plusieurs stations avant son arrivée. Le wagon s'ouvre derrière elle comme un soulagement et s'allège de passagers, vites remplacés par un flux nouveau. Elle vérifie plusieurs fois avant de s'en aller que le type ne l'a pas suivie ou volée. Tout va bien.

En fait, Mercedes a pris l'habitude de ce genre de matinées loin des photos tendances de la Grande Pomme ; son quotidien se fait tantôt de café latte à tomber par terre, tantôt de serreurs exécrables dans l'espace public, et elle embrasse les deux situations avec le même flegme joyeux. Aujourd'hui néanmoins ses humeurs se teintent d'une appréhension enthousiaste puisqu'elle doit être reçue pour un entretien auprès de la cheffe Langton, une femme en laquelle elle se retrouve beaucoup et qui se dresse pour elle comme un modèle. Avec un peu d'avance au rendez-vous malgré la marche supplémentaire, elle consulte son dossier de candidature pour réviser une dernière fois les questions potentielles qu'on lui poserait.

Après avoir passé un diplôme professionnel sans prestige en périphérie de Madrid, Mercedes a passé quelques années à travailler pour des restaurants familiaux sans prétention où elle a tour à tour été cheffe, commis, serveuse ou plongeuse - enfin, multifonction et là où on avait besoin d'elle. C'est un concours de circonstances qui la fait embaucher à l'Espuma d'Almeria en plein centre ville, et elle y évoluera pendant quelques années au sein d'une équipe de gastronomie. Face à ses compétences évidentes qu'il refuse de gâcher, le chef du restaurant la fait entrer dans le campus de son ami, l'Institute of Culinary Education à New York, dont elle sort diplômée. Malheureusement, son accent Espagnol à couper au couteau et son anglais approximatif plombent son brio culinaire, et elle est refusée partout où elle postule à hauteur de ses capacités. Après un bref détour par les bars où elle y expérimente la mixologie, la voilà toujours au bas de l'échelle, à se proposer pour remplacer le commis du [Nom du restaurant d'Eva] faute de mieux. Il faut bien (faire à) manger.

Le restaurant se trouve à l'angle d'une voie passante comme un écrin de confort dans l'agitation générale - entre buildings en verre et en briques rouges, le décor de la terrasse verdoyante chantonne la féminité de sa propriétaire. L'intérieur n'a rien à lui envier : il respire la confiance qu'on peut témoigner à un établissement à deux doigts de l'étoile, le professionnalisme et le bonheur de la passion culinaire. Entre des accents de matières brutes typiquement New Yorkaises - poutres métallisées apparentes, plafond en béton - s'étalent des peintures raffinées que Mercedes ne reconnaît pas ; la simplicité gaie de tables claires déjà dressées pour le service donnent l'envie d'y rester des jours durant.

D'ailleurs, Mme Langton est déjà installée à l'une d'elles, manifestement prête à recevoir sa candidate qui s'empresse de la saluer d'un sourire aussi franc qu'une poignée de main. "Good morning, nice to meet you." Bien sûr, le "r" roulé trahit derechef son origine latine.


How to cook a Big Apple (avec Gaïa) 16532433How to cook a Big Apple (avec Gaïa) 16532434
"Le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscurcir" - Boris Vian
How to cook a Big Apple (avec Gaïa) 76406_10
How to cook a Big Apple (avec Gaïa)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» (june72) time to cook.
» The Worms in the Rotten Apple (fr. Petitananas)
» Why are Iphone chargers not called apple juice?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: