Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-34%
Le deal à ne pas rater :
[CDAV] SAMSUNG Galaxy S20FE 128Go 5G Bleu à 329€
329 € 499 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Can the sun find its match in anything but the moon? [Mad Max]

Lya
Messages : 9
Date d'inscription : 23/11/2021
Crédits : Lya

Univers fétiche : Crossover ⋄ Fantastique
Préférence de jeu : Femme
Noob
Lya
Mer 3 Aoû - 14:12
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Dans un monde similaire au notre de part son évolution technologique, les Dieux se mêlent parfois aux humains. Alors que la jeune Perséphone, élevée dans le secret par sa mère réussis finalement à quitter le nid pour faire ses études à Athènes en Grèce elle rencontre Hadès qui l'enlève aux Enfers.
Lya
Messages : 9
Date d'inscription : 23/11/2021
Crédits : Lya

Univers fétiche : Crossover ⋄ Fantastique
Préférence de jeu : Femme
Noob
Lya
Mer 3 Aoû - 14:13

Perséphone
J'ai 19 ans et je vis à, Athène en Grèce. Dans la vie, je suis étudiante en botanique et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

J'ai tendance à être naïve, naturellement très amicale, douce, gentille. ❀ Je suis totalement incapable de faire  délibérément du mal à une personne même si elle m'a fait du mal auparavant. ❀ Je suis aussi très émotive, je pleure très souvent. ❀ Quand je ne contrôle pas mes émotions (colère/stresse) mon pouvoir prend le dessus, des fleurs ou des arbres apparaissent autour de moi (parfois même sur mon corps) et mes cheveux poussent. ❀ J'ai pour réflexe de tenir les gens que j'apprécie par la main. ❀ J'ai très peu été habituée à m'endormir seule mais je fais des efforts là-dessus. ❀ Je suis douée pour les études notamment en math et en natation. ❀ Je suis aussi une pro des échecs. ❀ Je parle couramment le grec ancien ❀ J'ai un feeling naturel avec les animaux peu importe leur taille, leur forme et leur espèce.

Can the sun find its match in anything but the moon? [Mad Max] 90bcaa538f242cdbfb10a260aa245b09
C'était une matinée comme les autres. Agréable, pas particulièrement plus chaude que les autres. Pourtant, pour moi, cette journée serait unique, marquant même un tournant dans ma vie. Avançant dans les rues du monde des humains, je ne faisais que perdre mon regard sur ce qui m'entourait. Nous étions en plein milieu du printemps et je me sentais si à l'aise. Cette saison, c'était la mienne. Je n'étais encore que novice dans ce que je devais faire, ma mère m'assistant encore pour que le printemps soit mis en place à la perfection. Un livre plaqué contre moi, je regardai les jardinières fleuries des balcons. Je pouvais, de là où j'étais, imaginer les odeurs, la sensation douce des pétales de ces fleurs. J'adorais la faune et la flore, je pouvais d'un regard deviner l'espèce de végétation sur laquelle mes yeux se posaient. C'était de beaux lys blancs. Une beauté éclatante réfléchissant la lumière du soleil. Je fermais les yeux un instant, profitant de la douce chaleur et de la brise qui passaient délicatement sur mes joues.

Je venais tout juste de finir les cours, j'avais encore quelques heures devant moi pour profiter un peu de l'extérieur avant de me mettre sérieusement sur mes devoirs de fac. J'étais studieuse. Je l'avais toujours été. Lorsque l'on a une mère comme Déméter, ce n'est pas réellement un choix. Parfois, je me demandais ce que je voulais réellement, si j'étais heureuse dans cette vie préfabriquée que je menais. J'aimais ma mère, de tout mon cœur et il n'y avait rien qui pourait le changer. Pourtant, je rêvais de liberté, je ne voulais plus être la petite fille parfaite gagnante de prix, de concours ou autre. J'aimais les échecs, les maths, les sciences, mais si seulement je pouvais parfois décider par moi-même ce que je voulais faire, je ne m'en serais pas plus mal sortie. Une charmante jeune femme, habillée de blanc, promise à rejoindre les déesses pures et chastes. Et mon avis dans tout ça? J'avais passé les dix-huit premières années de ma vie recluse, cachée parmi les mortels.

Ma mère ne voulait pas que les autres Dieux apprennent mon existence. Elle m'avait élevée en secret, loin de toutes les intrigues politiques, les histoires d'amour et malsaines des Dieux. Elle me disait « Ma petite fleur, les autres Dieux sont bien trop malsains pour toi, il vaut mieux que tu ne les fréquentes pas. » la seule raison de ma présence ici, hormis mes études, c'était la présence d'espion de ma mère présente un peu partout. Je ne serais jamais totalement libre, mais je l'étais plus ici que dans la prison de verre. Cette grande serre dans laquelle j'avais passé la plupart de me après-midi, cachée à m'occuper des orangers, des fleurs. Cette vie ne me manquait pas, j'étais réellement ravie que ma mère eut finalement accepté de me laisser partir pour Athènes. Parce que je me sentais enfin un minimum libre de pouvoir faire ce que je voulais. Oh, évidemment ce n’était pas sans prix. Elle m’appelait tous les soirs, me faisait surveiller par ses Nymphes. Je le savais, je n’étais pas dupe. Je les voyais souvent se fondre dans la masse. J’avais grandi en fréquentant des Nymphes, je savais les reconnaître.

Ce jour-là, mes pieds ne me guidèrent pas au même endroit que d’habitude. J’étais en train de me diriger vers une jolie fontaine, bordée de plantes. En général, après les cours, je me contentais de lire dans le parc, de réviser avant de tout bonnement rentrer profiter de ma colocataire et de notre superbe appartement. Artémis était la seule personne au courant de ma nature et c’était en grande partie grâce à sa présence que ma mère avait accepté de me laisser partir. J’approchai des plans de fleurs, attirée par la beauté et le parfum si délicat des narcisses. Je me penche, sentant de plus prêt cette fleur que je ne voyais que très peu chez moi. C’était la fleur d’Hadès, ma mère n’appréciant pas plus que ça son frère, elle ne voulait pas avoir quotidiennement quelque chose lui rappelant le roi des Enfers. de la brume apparut et ma main se retrouva bloquée dans une poigne ferme. Mon regard se leva de la fleur à cette main, puis au visage qui était apparu proche du mien. J’avais beau tirer, il ne me lâchait pas.

- Qui êtes-vous ? Lâchez moi.
Mad Max
Messages : 338
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
cat
Mad Max
Mer 17 Aoû - 16:43

Hadès
J'ai l'âge du monde et je séjourne pour le moment à Athènes, en Grèce. Dans la vie, je dirige une entreprise de services funéraires et je gouverne également le royaume des morts. J'ai le cœur glacé par l'ennui et la fadeur de mon quotidien.

Hadès.
God of Death,
King of the Underworld.


I could keep you safe, they’re all afraid of me.

Can the sun find its match in anything but the moon? [Mad Max] Edf14b1deb1dc9a18d9451cdb6568dc8

L’ennui était mortel. Léthal. C’était mourir à petit feu, rongé par un poison qui déferlait dans les veines et le sang, qui empoisonnait jusqu’à la moelle. L’ennui était un ennemi redoutable. Discret, fourbe, il rampait dans l’ombre pour venir assombrir votre esprit et corrompre vos pensées jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune trace de joie. Hadès soupira. Le monde des vivants n’avait aucune saveur. Les mortelles ne lui inspiraient rien d’autre qu’un désir éphémère, un plaisir froid qui rendait sa déception plus grande encore. La vie ici lui paraissait…si fade. Si terne. Même la nourriture l'écœurait. Le Dieu de la mort se languissait de son royaume ; il vivait parmi les humains depuis bien trop longtemps. Voilà plus d’une centaine d’années qu’il n’avait pas posé un pied dans le monde souterrain et la nostalgie commençait à poindre doucement.  

Son regard fuya vers l’immense baie vitrée à sa droite. Hadès contempla le jardin qui clôturait l’établissement de son entreprise, observant avec indifférence la beauté des fleurs qui s’épanouissait dans la douce lumière du Soleil. L’arrivée du printemps apportait un brin de couleurs au monde. La végétation reprenait vie, signe de renouveau. Les oiseaux se remettaient à gazouiller et le froid mordant laissait place à des températures plus agréables. La trêve hivernale prenait fin. Et chaque année, le cycle se répétait, encore et encore… Le Dieu des morts ne ressentait plus qu’une profonde lassitude envers son quotidien, rythmé par toutes les accablantes facettes du monde des vivants et par les émoi, terriblement assommants, des mortels.

Hadès se redressa. Il repoussa son fauteuil et contourna son bureau en acajou. Sa florissante entreprise ne parvenait même plus à le distraire de son agonie. Lui qui s’était senti si enthousiaste à l’idée de vivre comme un mortel, tombait à présent dans son propre piège. Quel enfer.

“ Souhaitez-vous boire un café, monsieur ?”lui demanda son assistante de sa voix calme et posée. Zoey était une étonnante petite créature. Elle paraissait si frêle, d’apparence et pourtant…les dieux seuls savaient que sa colère pouvait faire trembler des montagnes. Il appréciait la vivacité de son esprit. Et la remarquable intelligence qu’il entrevoyait dans son regard. C’était une des rares humaines qui ne le rendait pas morose, bien qu’il ne lui ai jamais révélé l’affection qu’il lui portait ; Zoey devait le voir comme un homme distant et réservé, qui affichait peu d’émotions. “ Non ça ira, merci.”répliqua-t-il sans s’arrêter tandis qu’il se dirigeait vers la sortie d’un pas confiant. La porte claqua dans son dos. Une petite brise, légère et agréable, effleurait son visage alors qu’il flânait dans le parc, ses yeux se promenant partout autour de lui.

Son escapade dans le monde des mortels touchait à sa fin. Il avait parcouru la Terre dans ses moindres recoins et avait goûté à tous les délices que pouvait lui offrir cet univers…bientôt, il regagnerait son trône. Bientôt, il récupérerait la couronne qui l’attendait patiemment. Oui, bientôt. La vie sous terre l’appelait. Et son cri s’amplifiait chaque jour un peu plus. C’est alors qu’il la senti. Cette douce caresse, d’une délicatesse infinie, glissant sur sa peau tel un délicieux frisson.

Hadès cessa tout mouvement. Son corps se mit à vibrer d’une énergie nouvelle. Comme s’il retrouvait subitement un semblant de vie. Il ferma les yeux pour se concentrer sur cette essence qui lui était étrangère, afin d’en trouver la source. Attiré comme un aimant par cette attraction, son corps disparut dans un nuage de fumée sombre et lorsque ses paupières se relevèrent, ses yeux accrochèrent le regard le plus captivant qu’il n’ai jamais vu. Il resta interdit. La beauté sans égale de la jeune femme le frappa de plein fouet. Son visage, aux traits si délicats, rendait tous les trésors du monde bien pâles en comparaison et Hadès se retrouva capturée, ébloui par l’aura qui enveloppait cette inconnue. Que Zeus lui pardonne cet impair. Il n’avait pas contemplé une aussi troublante créature depuis…à vrai dire, aucun être n’avait eu un jour une telle influence sur lui.

Lorsqu’il remarqua enfin la terreur dans ses yeux, le Dieu des morts sentit sa gorge se nouer, dévoré par un remord soudain. Il relâcha aussitôt son poignet. “ Je ne voulais pas te terrifier. ”déclara-t-il lentement, d’une voix que la confusion rendait rauque. Hadès inclina la tête sur le côté. “ Mais la question est plutôt…qui es-tu ?” Ce n’était pas une mortelle.

Il émanait d’elle un halo divin qui ne trompait personne, et certainement pas le Seigneur du monde souterrain. Mais qui était-elle ? Il ne connaissait aucune déesse dotée d’une telle prestance. Et surtout…elle ne semblait pas non plus le reconnaître. Or Hadès, malgré sa discrétion, était connu de tous au sein des Dieux. Tous savaient à qui ils avaient affaire dès lors où ils croisaient son regard. Mais cette douce créature…semblait être l’exception qui confirme la règle. Hadès tourna la tête pour observer la fleur aux pétales dorées que l’étrangère tenait entre ses mains un instant plus tôt. Il se pencha pour cueillir le narcisse. Voilà donc ce qui l’avait attiré jusqu’ici…il avait suffit que la jeune femme effleure la plante pour que son contact se répercute dans tout son être. Le dieu le tendit à l’inconnue. “ Pardonne-moi pour cette interruption. Je n’ai pas pour habitude d’être…dérangée ainsi dans mon quotidien.”expliqua-t-il, redoutant qu’elle refuse le mince cadeau qu’il lui offrait.


j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Lya
Messages : 9
Date d'inscription : 23/11/2021
Crédits : Lya

Univers fétiche : Crossover ⋄ Fantastique
Préférence de jeu : Femme
Noob
Lya
Lun 19 Sep - 20:59

Perséphone
J'ai 19 ans et je vis à, Athène en Grèce. Dans la vie, je suis étudiante en botanique et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

J'ai tendance à être naïve, naturellement très amicale, douce, gentille. ❀ Je suis totalement incapable de faire  délibérément du mal à une personne même si elle m'a fait du mal auparavant. ❀ Je suis aussi très émotive, je pleure très souvent. ❀ Quand je ne contrôle pas mes émotions (colère/stresse) mon pouvoir prend le dessus, des fleurs ou des arbres apparaissent autour de moi (parfois même sur mon corps) et mes cheveux poussent. ❀ J'ai pour réflexe de tenir les gens que j'apprécie par la main. ❀ J'ai très peu été habituée à m'endormir seule mais je fais des efforts là-dessus. ❀ Je suis douée pour les études notamment en math et en natation. ❀ Je suis aussi une pro des échecs. ❀ Je parle couramment le grec ancien ❀ J'ai un feeling naturel avec les animaux peu importe leur taille, leur forme et leur espèce.

Can the sun find its match in anything but the moon? [Mad Max] 90bcaa538f242cdbfb10a260aa245b09
Cet endroit représentait énormément pour moi. La liberté, la connaissance, les études. J'avais de quoi me permettre de vivre réellement. Pas simplement par procuration ou alors sous le contrôle incessant de ma mère. Je pouvais lire, je pouvais boire un late à la vanille, je pouvais me promener sans qu'on me reproche strictement de respirer de travers. J'avais découvert le café grâce à ma colocataire. Lexa était une mortel mais pas de ce qu'il y avait de plus banale. Elle avait de longs cheveux noirs, elle était tatouée et arborait un style un peu à elle, assez excentrique. Ma mère ne savais pas qui elle était et à quel point elle pouvait être rebelle, sinon jamais au grand jamais elle ne m'aurait laisser vivre avec elle. Je l'aimais beaucoup, parce qu'il n'y avait pas de problème, seulement que des solutions. Grâce à elle, j'avais la possibilité de vivre une seconde adolescence. Enfin, je restais tout de même la petite fille sage qui ne faisait pas de vague, qui restait studieuse, mais je pouvais souffler, je pouvais ne plus être parfaite.

A ma place, mon amie aurait su comment réagir, elle aurait probablement reconnu le Dieu en face de moi, elle aurait probablement compris qu'elle n'était pas face à n'importe qui. Tout ce que j'en savais, c'est qu'il pouvait se téléporter, qu'il avait une sacré poigne et qu'il sentait le miel et la cannelle. Quelque chose de boisé dans son parfum me rappelait les longues après-midi d'hiver et ce besoin de réconfort qu'elle m'inspirait. Pourtant, je ne savais pas encore si c'était une bonne chose. Impossible de savoir si c'était parce qu'il ne m'inspirait pas confiance ou son contraire. Des sentiments contradictoires commencèrent à naître en moi.

Il y avait quelque chose d'étrange dans son regard. Aussitôt avais-je senti qu'il desserré sa poigne que je retirais ma main de la sienne comme si je m'étais brûlée. Ce contact, bref, indésiré avait était chaud et étrangement désagréable. Il s'excusa, expliquant qu'il n'avait pas voulu me faire peur. J'étais bien trop confuse, contrarier pour remarquer sa voix. Rauque, étonnement grave et agréable. Il semblait lui aussi tout aussi intrigué par cette rencontrer.

- Je suis Perséphone. Mais j'aimerais savoir qui vous êtes et surtout pour quelle raison m'avez-vous attrapée?

Je n'aimais pas particulièrement cette interaction. Enfin, qui aurait apprécié ? Peut-être l'un de ces rares fanatiques. Qui sait, il en avait peut-être quelqu'un. Je n'en faisais pas partie, j'arrivais à peine à identifier qui il était, ignorant énormément de choses sur le divin. Merci maman, si j'avais su, j'aurais fait plus attention. Ignorant tout de cet homme, j'étais simplement intriguée, confondant la prestance d'un dieu et le charisme. Je m'étais sur le compet du second mon impression étrange vis à vis de cet inconnu.

- Que me vaut donc cet imprévu allant à l'encontre de votre quotidien?

Je ne me dégonflais pas, parce que ce n'était pas mon style, parce que c'était simplement hors de question. Alors je lui tenais tête du mieux que je le pouvais, tentant de ne pas me montrer aussi impressionnée que je l'étais.
Contenu sponsorisé
Can the sun find its match in anything but the moon? [Mad Max]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Find your soul before you find your soulmate || Patate Douce
» Moon - And if you're ever feeling lonely, just look at the moon. Someone, somewhere is look at it too
» A match made for chaos [Clionestra x Jen]
» Light the match and let the fire build into a blaze
» Let Me Find You #Jelsa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: