Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -50%
Nike Sportswear Club Fleece – Sweat à ...
Voir le deal
29.97 €

LE TEMPS D'UN RP

Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen]

Asma
Messages : 157
Date d'inscription : 01/04/2022
Crédits : graenfur

Univers fétiche : Dystopique, fantastique, mythologie, etc.
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5038-protopl-asma https://www.letempsdunrp.com/t5166-repertoire-rp-d-asma#102871 https://www.letempsdunrp.com/t5030-proteiforme https://www.letempsdunrp.com/t5028-asma
Asma
Mar 9 Aoû - 18:33

Orion
J'ai 27 ans et je suis originaire de l'arche de Zéphyr. Dans la vie, je suis pilote d'aérostat et je m'en sors très bien. Sinon, j'étais célibataire et je le vivais très bien, mais on m'a arrangé un mariage, et je le vis un peu moins bien.
En savoir plus.




- C’est bien cela le problème, cela ne tient pas qu’à vous et moi, rétorqua Orion au commentaire de la jeune femme.

Il laissa ses couverts retomber bruyamment dans son assiette pour manifester son mécontentement. Elle prenait des airs hautains et, plus insupportable que tout, se donnait l’illusion de comprendre les tenants et les aboutissants de leur situation, alors qu’elle n’avait pas la moindre idée de ce qui se tramait. On avait trouvé une pauvre fille qui n’avait jamais quitté son arche et ne s’était d’ailleurs probablement jamais intéressée au monde extérieur, et on la lui avait joyeusement collée dans les pattes parce que, d’une façon ou d’une autre, elle servait les intérêts de la Guilde. Orion n’aurait pas su dire pourquoi Sidh, et pourquoi elle en particulier, mais la Guilde ne faisait jamais rien de façon altruiste et désintéressée. Il y avait toujours un intérêt caché, une motivation sous-jacente. Il ne savait pas encore laquelle, mais il savait qu’elle était là.

- Je ne préjugerai pas de ce qu’a été votre vie jusqu’à présent, alors de grâce, épargnez-moi votre condescendance quant à la piteuse image que vous vous faites de mon existence. Et ne prétendez pas savoir de quoi il en retourne me concernant.

Et pourtant il avait envie de préjuger. Intérieurement, il préjugeait. Probablement une vie insouciante et libre de complications. Une vie d’enfant gâtée, qui ne connaissait pas les règles, la contrainte, et tout ce qui était susceptible de s’opposer à son bon vouloir. Lui, on avait menacé de lui couper les ailes s’il n’acceptait pas cette union. La pire chose qui puisse arriver à un Navigateur était qu’on l’empêche de voler.
La démesure des propos du petit bout de femme semblait militer en faveur de cette théorie. Une prise d’otage ! Pensait-elle vraiment que Zéphyr avait besoin d’otages pour accepter d’assurer des liaisons commerciales ? L’arche n’avait vraiment pas besoin de cela. L’arche de Zéphyr n’avait d’ailleurs pas vraiment besoin de Sidh. Du moins, pas à sa connaissance. Avait-elle aussi vraiment la naïveté de penser qu’il ne s’agissait que de liaisons aériennes ? Olympe, son esprit de famille, se moquait éperdument de savoir qui son domaine desservait. Son objectif était que les vents circulent, que le Flux ne soit pas interrompu. Il n’était même pas sûr qu’il sache vraiment quelle arche se situait où, ni où se trouvaient ses frères et sœurs. Toute cette affaire sentait les magouilles du Conseil à plein nez. On organisait ce genre d’unions pour nouer des alliances stratégiques, pour tisser des liens autrement plus profonds que de tristes contrats de livraisons de marchandises. Il n’était malheureusement pas dans les arcanes du Conseil ni même de sa guilde pour savoir exactement quoi. Le passage par Zéphyr serait l’occasion pour lui d’essayer d’en savoir un peu plus.

En attendant, elle le mettait hors de lui. Il saisit à son tour sa coupe de vin et en avala une longue gorgée. Il était pourtant hors de question qu’il soit à l’origine de l’échec de ce mariage, ou n’en porte le chapeau. Il y avait beaucoup trop en jeu. Sauver ses ailes. Conserver son précieux Boréal.
Il faisait son possible pour contenir son agacement et se comporter comme un gentleman. Sanguin comme il pouvait l’être, qu’il soit encore à table face à elle relevait du miracle. Par contre, réalisa-t-il, si la volonté d’annuler la noce venait d’elle, et qu’elle le répudiait, il ne serait plus tenu par son engagement. Surtout, il ne pourrait aucunement être mis en cause. Cette pensée eût pour effet de l’apaiser quelque peu.

- Otage ? Reprit-il lorsqu’il parvint à poser sa voix pour formuler l’interrogation suffisamment flegmatiquement pour faire illusion. Vous êtes libre de débarquer de cet appareil quand bon vous semble. Nous atteindrons Cérès demain matin aux aurores. Libre à vous d’y descendre et y attendre le prochain long-courrier qui fera route retour vers Sidh.

Il reprit ses couverts et avec le peu de calme qu’il lui restait encore, porta une fourchette à ses lèvres et avala une bouchée de son plat. Il se garderait bien de lui dire que Cérès était une minuscule arche mineure d’une dizaine d’âmes, et que le long-courrier suivant ne passerait pas avant deux semaines. Il ne lui gâcherait pas le plaisir de la surprise, si le cœur lui en disait. La perspective lui donna envie de rire. Il se retint, son visage un masque de sérieux, et avala une nouvelle gorgée de vin pour chasser cette image.
Jen
Messages : 73
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Mer 10 Aoû - 15:20

Erika
J'ai 24 ans et je vivais à Sidh, XVIème arche majeure. Dans la vie, je suis fille de famille inlfuente et je m'en sors bien selon moi, mal selon mon père. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée par arrangement et je le vis plutôt mal, évidemment.

Fiche détaillée juste ici
En d'autres circonstances, pousser cet homme à bout aurait été terriblement amusant. Sous son calme apparent, Erika commençait à entrevoir une colère sourde, et le potentiel d'exploser à tout moment. Un peu comme son père finalement, et Dieu sait comme elle a aimé pousser le bouchon toujours plus loin, jusqu'à ce qu'il ne soit trop tard. Mais là, les circonstances étaient différentes : elle n'avait plus ses soeurs pour protéger ses arrières et surtout, la trahison de son père lui avait fait l'effet d'une sacrée douche froide : car oui, la forcer à se marier à cet homme n'était ni plus ni moins qu'une trahison à ses yeux.

Et la vérité, c'est aussi que la jeune fille était terrifiée par ce qu'elle commençait à apercevoir chez l'homme face à elle. Loin de chez elle et de ses proches, si cet homme décidait de se montrer violent, elle n'aurait personne vers qui se tourner. Mieux valait donc jouer la carte de la prudence. Mais pas question pour autant de se laisser marcher dessus; la brunette était intimement convaincue que le moindre aveu de faiblesse signifierait la fin pour elle.

Aux dires du colosse, le mariage ne tenait pas qu'à eux deux et pourtant aux yeux d'Erika, le seul autre paramètre dans cette histoire était son père qui lui avait tout simplement promis que la porte du foyer familial lui serait à jamais fermée si elle osait revenir sans être mariée. Et elle n'avait nulle part d'autre où aller, si ce n'étaient les rues des quartiers pauvres de l'arche. Cette perspective lui glaçait le sang, d'autant plus qu'elle savait maintenant que son père en était réellement capable. Mais à part cela, elle ne comprenait pas pourquoi le grand brun prenait un air si dramatique. Il se croyait probablement important d'une quelconque manière, et prenait tout trop au sérieux, sans aucun doute.

Elle observa scrupuleusement le contenu de son assiette pour avoir quelque chose à faire. Le ton qu'employait cet homme l'irritait au plus haut point, elle avait l'impression qu'il s'adressait à une gamine écervelée, ce qu'il pensait probablement d'elle d'ailleurs. Frustrée, elle le gratifia d'un regard noir, la mâchoire crispée. Il ne préjugerait pas ? Bien sûr qu'il le ferait, avait-il le culot de prétendre qu'il était la vertu incarnée et qu'il ne s'abaissait pas aux jugements hâtifs ? Elle savait pertinemment qu'elle était entrain de se faire juger tout aussi durement qu'elle l'avait jugé lui en arrivant. Mais c'était le lot, et Erika ne pouvait pas lui en vouloir pour ça. Elle lui en voulait par contre de prétendre qu'il n'en ferait rien.

Pire encore, l'homme prétendit qu'elle était libre de débarquer lorsqu'elle le souhaitait pour retourner de là où elle venait. Elle écarquilla les yeux et eut un rire sec.

"- Je vous en prie, ne me faites pas croire que vous pensez que je suis ici de mon plein gré, fit-elle en reprenant une gorgée de vin. Je n'ai pas eu le choix et je n'ai pas non plus la liberté de débarquer selon mon bon vouloir. Bien que j'apprécie l'attention, ajouta t-elle ironiquement.

Son seul espoir serait qu'il la jette par dessus le bord d'exaspération. Et encore, son père ne le lui pardonnerait sûrement pas non plus. Dans tous les cas, elle était prise au piège, et elle le savait.

Erika sentait ses pensées bouillonner, de par la situation mais aussi de plus en plus par l'alcool qui lui montait à la tête. Elle se dit qu'elle devrait essayer de manger un peu plus. C'est cet instant précis que choisit le commis pour faire irruption dans la pièce, carafe de vin à la main. Il s'approcha à grandes enjambées de la jeune fille, et arrivée à sa hauteur, lui proposa de la resservir. Elle allait poliment décliner, lorsque soudain, la carafe sembla lui glisser des mains et déversa l'intégralité de son contenu sur sa robe claire. Erika eut un hoquet de stupeur et pratiquement par réflexe fusilla moins l'homme que la carafe du regard. Mais le mal était fait. Dans une expression de surprise mélangée à de la confusion, l'homme se retrouva figé, pétrifié sur place.

Erika ouvrit grand la bouche, absolument paniquée. Elle se leva précipitamment en regardant tour à tour la statue de glace et son capitaine.

"- Je, je suis absolument navrée, balbutia t-elle en s'affairant à éponger le vin sur le sol avec la serviette qu'elle prit à la volée sur le bras de l'homme figé. Je vous assure que c'est involontaire, cela ne devrait pas durer plus de quelques minutes et il retrouvera son état normal, en fait je ne maitrise pas du tout ce pouvoir... Enfin il n'est pas assez puissant pour figer très longtemps, je suis désolée je...

Elle débita des excuses et des explications sans queue ni tête à toute allure, toujours son chiffon à la main. Elle ne savait plus où se mettre. Là tout de suite, ses soeurs lui manquaient horriblement. Elles étaient toujours là lorsque cela lui arrivait, et elles l'aidaient soit à défiger la victime, soit elles s'enfuyaient avec elle à toute allure lorsque la situation s'y prêtait mieux. Quoiqu'il en soit, si elle avait volontairement voulu faire pire ce soir, elle n'aurait très certainement pas réussi. Elle venait de se payer un retour simple pour Sidh certes, mais à quel prix ? Et surtout cette fois-ci elle en était plus que certaine, son père ne le lui pardonnerait jamais.


Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241206-10Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241209-5Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241536-6
Asma
Messages : 157
Date d'inscription : 01/04/2022
Crédits : graenfur

Univers fétiche : Dystopique, fantastique, mythologie, etc.
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5038-protopl-asma https://www.letempsdunrp.com/t5166-repertoire-rp-d-asma#102871 https://www.letempsdunrp.com/t5030-proteiforme https://www.letempsdunrp.com/t5028-asma
Asma
Mer 10 Aoû - 19:31

Orion
J'ai 27 ans et je suis originaire de l'arche de Zéphyr. Dans la vie, je suis pilote d'aérostat et je m'en sors très bien. Sinon, j'étais célibataire et je le vivais très bien, mais on m'a arrangé un mariage, et je le vis un peu moins bien.
En savoir plus.




Orion s'apprêtait à rétorquer à son tour quand le commis entra dans la pièce. Souhaitant s'épargner plus encore de commérages sur son compte si l'on apprenait que leur première entrevue se passait de façon aussi désastreuse, il s'abstint de tout commentaire et prit le parti de rester silencieux le temps qu'il fasse son travail. Sans un mot, il prit sa coupe et la vida d'une traite. Ernst pourrait ainsi la lui remplir une fois qu’il aurait terminé de servir son invitée. Le capitaine n’était habituellement pas très porté sur la bouteille, mais ce soir, il lui fallait bien cela pour supporter cette épreuve et chasser – ou plutôt noyer – son amertume.

Au fracas soudain, Orion se leva d'un bond de son siège. Il sentit sa tête lui tourner. Il avait dû un peu trop forcer sur la boisson, surtout sur un estomac encore vide lorsqu’il avait commencé avec l’aquavit. Son cerveau mit quelques instants à enregistrer la scène qu'il avait devant les yeux. La jeune femme couverte de vin et le commis transformé en esquimau. Contre toute attente, le grand gaillard éclata de rire. Il fit le tour de la table, s'approcha du garçon rondelet tout pétrifié et appuya sur son front. Il était bel et bien figé sur place.

- C'est donc cela, votre pouvoir ? S’enquit-il, sincèrement fasciné, tout en contemplant la statue qu'était devenue son commis.

Il avait entendu parler des pouvoirs des nécromanciens, mais n’avait jamais eu l’opportunité de les voir à l’œuvre. On lui avait appris que leur talent était assez convoité pour les forces de l’ordre sur différentes arches. Effectivement, un tel pouvoir était de nature à faciliter l’appréhension des criminels et autres délinquants. L’effet dissuasif était assez radical.

Orion lâcha le commis des yeux et se retourna vers la jeune femme, au sol, en train d'essayer de nettoyer le vin qui s’était renversé.

- Laissez, s’exclama-t-il en s'approchant d'elle et lui prenant les mains pour la relever. N'allez pas en plus vous blesser sur du verre brisé, ajouta-t-il en lui retirant le chiffon des mains.

Il avait pris ses mains dans les siennes et examinait méticuleusement celles-ci pour vérifier qu'aucun éclat de verre n'était venu s'y ficher. Ne manquerait plus que son invitée ne soit blessée. On aurait certainement beau jeu de lui en tenir rigueur, à lui, alors qu’il n’avait rien à voir là-dedans. Examinant ses mains, il ne pût s’empêcher de penser qu’elles étaient vraiment minuscules. La pensée fut chassée par une autre. Il visualisa mentalement la bague qui lui était destinée, lovée au fond de son écrin de velours bleu nuit, sur le bureau de sa cabine, et se dit qu’il allait sûrement devoir en faire reprendre le diamètre. C’était un autre problème, pour un autre jour. Il revint à l’instant présent.

- Il n'avait qu'à faire plus attention, après tout. Nous veillerons au nettoyage de votre tenue. Quant à cela, il nettoiera tout à son... dégel ?

Le regard d’Orion se posa de nouveau sur la statue du commis, et il pouffa une nouvelle fois de rire.

- Et, hum, reprit-il en essayant de se reprendre son sérieux, avez-vous d'autres talents qu'il faudrait connaître... ?

« ...ou dont il faudrait se méfier ? » se retint-il d'ajouter, intérieurement hilare.
Jen
Messages : 73
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Jeu 11 Aoû - 14:30

Erika
J'ai 24 ans et je vivais à Sidh, XVIème arche majeure. Dans la vie, je suis fille de famille inlfuente et je m'en sors bien selon moi, mal selon mon père. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée par arrangement et je le vis plutôt mal, évidemment.

Fiche détaillée juste ici
Il riait. Il riait. Déboussolée, Erika observa le colosse approcher en craignant le pire. Mais le rire paraissait sincère, et elle ne put s'empêcher de pouffer dans son soupir de soulagement. Elle s'en sortait beaucoup trop bien, cette fois-ci en tout cas.

Comme s'il venait de découvrir une curiosité venue d'un autre monde, le brun détailla le commis sous tous ses angles, et toucha son front comme pour en constater la texture. Erika devait bien avouer qu'elle aussi avait eu la même réaction petite, lorsque son frère s'était amusé à pétrifier un chat pour lui montrer. A mesure qu'elle voyait la fascination du capitaine pour cette statue de glace, la tension dans son estomac s'apaisa quelque peu, mais le sentiment de culpabilité restait. Sur un point au moins son père avait bien raison : il aurait mieux valu pour elle qu'elle naisse sans pouvoirs qu'avec des demi-pouvoirs imprévisibles.

Rouge de honte - et de vin aussi -, la brunette continua à s'affairer au sol en silence. En réalité ce qu'elle faisait était parfaitement inutile, le chiffon ayant déjà absorbé tout ce qu'il pouvait. Mais elle n'aurait pas su où se mettre si elle devait se relever. Et puis sa robe tâchée était une double peine, elle ne voulait même pas savoir de quoi elle avait l'air. Mais contre toute attente, le colosse la releva, lui intimant de ne pas se blesser. Comme une gamine prise en faute, Erika le laissa examiner ses mains avec attention. Elle était trop tendue pour protester, et tandis qu'il vérifiait qu'aucun bris de verre ne s'était fiché dans sa peau, elle se risqua à relever les yeux un court instant. De près, il était légèrement moins terrifiant qu'elle ne l'aurait cru.

Le capitaine reprit la parole et pouffa en se retournant vers son commis. Cette fois-ci, Erika ne put s'empêcher de l'imiter, tant pour évacuer sa tension que par amusement. A bien y regarder, c'est vrai qu'il avait une expression particulièrement comique.

"- Il n'aura aucun souvenir de sa période de pétrification, précisa Erika en se mordant la joue pour arrêter de rire. Et son "dégel" ne devrait pas tarder, mon pouvoir n'est pas très puissant cela dure rarement plus de quelques minutes... Oh et, ne vous en faites pas pour la robe ce n'est rien", ajouta t-elle trop gênée par ce qu'elle venait de faire pour oser se plaindre à ce sujet.

Elle eut un rire embarrassé à la question qui suit.

"- Malheureusement ou heureusement, vous venez d'avoir un aperçu complet de mes pouvoirs, si on peut appeler ça comme ça, fit-elle à moitié rieuse, avec un regard désolé vers la statue. Je ne maîtrise pas mon pouvoir de pétrification, et je ne parle ne parle qu'aux vivants, dit-elle en faisant allusion au pouvoir de nécromancie pourtant très courant sur son arche. Vous n'avez rien de plus à craindre de moi."

Bien que cela n'était pas rien, pensa t-elle.

Un léger craquement caractéristique se fit entendre du côté de la statue. Erika se précipita pour soutenir sa création.

"- Il va revenir à lui, il vaut mieux le stabiliser pour l'empêcher de tomber la tête la première."

En effet, le commis avait été figé dans son élan et sans soutien, il aurait fini le visage dans la flaque de vin. Tandis qu'Erika cherchait la meilleure prise sur le corps grassouillet de l'homme, elle se demanda avec appréhension quelle réaction ce dernier allait avoir. Assurément, il ne risquait pas de s'esclaffer comme son capitaine avant lui.


Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241206-10Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241209-5Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241536-6
Asma
Messages : 157
Date d'inscription : 01/04/2022
Crédits : graenfur

Univers fétiche : Dystopique, fantastique, mythologie, etc.
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5038-protopl-asma https://www.letempsdunrp.com/t5166-repertoire-rp-d-asma#102871 https://www.letempsdunrp.com/t5030-proteiforme https://www.letempsdunrp.com/t5028-asma
Asma
Ven 12 Aoû - 13:03

Orion
J'ai 27 ans et je suis originaire de l'arche de Zéphyr. Dans la vie, je suis pilote d'aérostat et je m'en sors très bien. Sinon, j'étais célibataire et je le vivais très bien, mais on m'a arrangé un mariage, et je le vis un peu moins bien.
En savoir plus.




– Quelques minutes ? Ce n’est pas plus mal. Vous admettrez que ce n’était tout de même pas la plus ornementale des décorations pour ce salon, s’amusa-t-il.

Lorsqu’elle lui révéla qu’il s’agissait de son seul pouvoir, Orion fût quelque peu perplexe. D’un côté, cela signifiait que, du point de vue d’un nécromancien de Sidh, on s’était peut-être tout bonnement débarrassé d’une jeune femme aux pouvoirs faiblards et visiblement mal maîtrisés. Ce n’était quelque part pas très flatteur pour sa personne. Toutefois, cela signifiait aussi et surtout qu’il avait peut-être hérité de la moins étrange de ses compatriotes. Tout du moins, « étrange » en matière de pouvoirs, parce qu’en matière de personnalité, il était encore difficile de se prononcer sur son compte à ce stade. Et ça, ça lui convenait plutôt bien. Il n’avait pas vraiment osé se l’admettre jusque-là, mais les nécromanciens de Sidh le mettaient mal à l’aise. Il n’avait pas franchement besoin de savoir qu’il était entouré de défunts, et encore moins de connaître leurs pensées et leurs états d’âme. Se dire qu’il existait une arche où le gros de la population entretenait régulièrement des échanges avec ses morts avait quelque chose de… malsain ? Dérangeant ? Un peu bizarre, à tout le moins. Il n’était pas certain que Sidh était une arche où il jugerait bon vivre… Par contre, on était là bien loin de la crainte.

Un craquement se fit entendre et la petite brune bougea promptement. Orion se retourna à son tour vers le garçon pétrifié et vint porter assistance à son invitée. Vu son gabarit et celui de son commis, soutenir ce dernier ne lui demandait pas beaucoup d’effort. En tout cas, certainement moins qu’à la jeune femme, de ce qu’il pouvait juger de son apparente frêle constitution. Il fit signe à la petite brune de s’écarter un peu et se posta face au garçon rondouillard, bien campé sur ses appuis. Il l’attrapa sous les bras lorsque ce dernier commença à basculer en avant. C’est ainsi qu’Ernst se réveilla, de la façon la moins romantique qui soit, dans les bras du capitaine.

– Vous… vous étiez là. Et vous êtes là ? Mais comment … ? Et pourquoi… ?
– Ernst, respire un bon coup, garçon.

Le grand adolescent grassouillet, le regard encore quelque peu hagard, obéit à la lettre.

– Et à l’avenir, je te conseille de ne plus essayer de renverser quoi que ce soit sur nos passagers. Encore moins quand la passagère est nécromancienne.

Il essayait de garder son sérieux en disant cela, mais avait la plus grande peine du monde à ne pas sourire.

– Maintenant, va me chercher de quoi nettoyer tout ce bazar.
– Bien, cap’.

Le jeune commis quitta la pièce, penaud et encore un peu abasourdi. Orion éclata une dernière fois de rire. Il se pinça l’arête du nez pour retrouver son calme et reposa le regard sur la petite brune.

Elle souriait et son sourire avait quelque chose de contagieux. Il préférait la voir ainsi que comme l’animal acculé et agressif qu’elle était encore quelques instants auparavant. Déjà, elle était plus jolie comme ça qu’avec ses sourcils froncés. D’autre part, l’air lui semblait moins irrespirable que lorsqu’il était rentré dans la pièce.

Le zéphyr décida de profiter de cette opportunité inespérée de briser la glace. Il savait qu’il ne referait pas une nouvelle première impression, mais il pourrait peut-être essayer de repartir sur de meilleures bases avec la jeune femme. Après tout, il était quand même destiné à l’épouser sous peu. Il fallait essayer de faire contre mauvaise fortune bon cœur, et à défaut de s’aimer, une entente cordiale constituerait déjà une nette amélioration. Se rendre la présence de l’autre dans une même pièce tolérable, à tout le moins.

– Est-ce que vous, hum, voudriez visiter la passerelle ?

Il le regretta presque aussitôt qu’il le dit. Il était évident qu’elle allait refuser de répondre favorablement à sa requête.

– Ou bien certainement préféreriez-vous vous changer, s’empressa-t-il d’ajouter en se flagellant mentalement de sa proposition. La jeune femme avait l’air du genre plutôt coquette et sa robe était tachée de vin. À tout le moins, cela pourrait lui servir de prétexte pour se dispenser d’avoir à supporter sa présence plus longtemps.
Jen
Messages : 73
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Ven 12 Aoû - 14:47

Erika
J'ai 24 ans et je vivais à Sidh, XVIème arche majeure. Dans la vie, je suis fille de famille inlfuente et je m'en sors bien selon moi, mal selon mon père. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée par arrangement et je le vis plutôt mal, évidemment.

Fiche détaillée juste ici
Une énième chose que n'avait pas anticipé Erika, c'était l'autorité du capitaine sur son équipage. Comment le commis s'était-il exécuté si promptement, sans poser une seule question, sans s'indigner de quoique ce soit ? Une boutade et un ordre simple de son capitaine et le jeune homme était reparti en cuisine sans sourciller pour nettoyer le carnage. La brunette devait s'avouer impressionnée. Mais au fait, elle n'avait même pas eu le temps de s'excuser auprès du celui-ci !

Face à elle, le capitaine s'esclaffa de nouveau après avoir congédié le malheureux. Erika sentait son naturel reprendre le dessus et, aidée par la boisson qui lui faisait bourdonner la tête, elle le suivit dans un grand éclat de rire. Tout en essorant ce qu'elle pouvait de sa robe, elle se prit à penser que tout cela ressemblait fortement à une vaste blague. Si le contexte n'avait pas été aussi dramatique - on parlait tout de même d'un mariage forcé, et plus elle y pensait, plus cela ressemblait à un enlèvement légalisé -, Erika aurait eu le plus grand des plaisirs à raconter cette scène mythique à ses amis.

Mais quels amis au fait, tu n'as plus personne.

Elle chassa cette pensée négative, pour le moment elle n'avait pas le temps de s'apitoyer sur son sort. Sa robe lui collait de manière fort désagréable à la peau, et elle empestait le vin à des lieues. Elle se mordit la lèvre pour ne pas exploser de rire en imaginant la tête déconfite de son père s'il la voyait ainsi lors de sa première entrevue avec son supposé futur époux. Insortable, aurait-il sûrement vociféré.

La voix du grand brun à ses côtés la tira de sa rêverie. Elle mit une seconde à traiter l'information puis manqua de s'étouffer.

"- Pardon ?" ne put-elle s'empêcher de lâcher avec surprise.

Puis elle regretta immédiatement sa réaction absurde. Le capitaine venait de faire un effort considérable pour tenter de rendre l'air plus respirable autour d'eux, et elle n'avait pas su réagir autrement qu'en écarquillant les yeux comme une idiote. Elle toussota pour se reprendre et lui adressa un sourire poli, comme si cela pouvait faire oublier sa réaction un peu trop spontanée.

"- Ce serait avec plaisir, fit-elle plus posément cette fois. Si vous voulez bien m'accorder un instant pour me changer, je peux vous retrouver devant la passerelle."

Et sans demander son reste elle s'éclipsa à toute vitesse, direction sa cabine. Elle n'oubliait pas leur conversation houleuse il y a de cela quelques minutes à peine. Elle n'oubliait pas non plus que la seule chose sur laquelle ils étaient tombés d'accord était leur répulsion mutuelle pour cette union arrangée. Que le moins de temps ils passeraient ensemble, le mieux cela serait. Mais d'un autre côté, sa curiosité était trop forte, et -peut être- un brin de bon sens lui soufflait qu'elle ne perdait rien à entretenir une relation cordiale avec cet homme. Dans tous les cas, c'était toujours préférable à devoir se lancer dans une joute verbale à chaque entrevue.

Arrivée dans sa cabine, Erika se saisit à la volée d'une robe dans ses malles et l'enfila avec empressement. Les quelques bonnes manières que ses parents étaient parvenus à lui inculquer lui dictaient de ne pas faire attendre son hôte. Elle ne put toutefois s'empêcher de faire une vérification de sa coiffure et de son maquillage. Pour se plaire uniquement à elle, à qui d'autre enfin.

En passant le seuil de sa cabine, Erika se rendit compte de sa bêtise. Elle ne savait plus où se trouvait la passerelle. Bartolomé lui avait bien fait visiter plus tôt dans la journée mais elle parvenait ne pas à se souvenir de tous les dédales qu'ils avaient passés. Elle erra au hasard dans différentes salles puis au détour d'un couloir, crut reconnaître la passerelle. Elle s'y risqua avec hésitation.

Tandis qu'elle marchait, la jeune fille sentait l'adrénaline de sa bêtise redescendre petit à petit et avec cela, des pensées plus pragmatiques la saisirent. Peut être qu'il ne viendrait pas finalement, qu'il allait profiter de sa fuite inespérée pour retourner vaquer à ses occupations. Après tout, elle venait de prendre ses jambes à son cou pour disparaitre après avoir sauvagement pétrifié un membre de son équipage. Sans parler qu'elle avait passé la soirée à être désagréable au possible - bien qu'elle n'ait aucun regret à ce sujet. Il fallait que les messages passent, et ils étaient bien passés.

Mais qu'est ce que cela pouvait bien lui faire finalement ? Qu'il vienne ou pas, elle n'en avait cure. Elle refusait de s'en soucier. Parce que c'était la seule chose qu'ils avaient convenu, parce que c'était la seule manière d'échapper à la condamnation de devenir une épouse terne et soumise comme ses soeurs. Parce que s'en soucier signifierait la fin de sa vie libre comme elle l'avait toujours aimé.


Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241206-10Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241209-5Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241536-6
Asma
Messages : 157
Date d'inscription : 01/04/2022
Crédits : graenfur

Univers fétiche : Dystopique, fantastique, mythologie, etc.
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5038-protopl-asma https://www.letempsdunrp.com/t5166-repertoire-rp-d-asma#102871 https://www.letempsdunrp.com/t5030-proteiforme https://www.letempsdunrp.com/t5028-asma
Asma
Ven 12 Aoû - 22:12

Orion
J'ai 27 ans et je suis originaire de l'arche de Zéphyr. Dans la vie, je suis pilote d'aérostat et je m'en sors très bien. Sinon, j'étais célibataire et je le vivais très bien, mais on m'a arrangé un mariage, et je le vis un peu moins bien.
En savoir plus.




Elle avait dit oui. Orion n'en revenait pas.

- Vous ne voulez pas que... commença-t-il alors que déjà elle s'éloignait à travers la pièce.

Elle n’était déjà plus là.

- ... je vous indique le chemin de la passerelle ? Finit-il pour lui-même, désormais seul.

Elle avait proposé de le retrouver directement devant le poste de pilotage. Le capitaine jeta un coup d’œil à sa montre. Il était de toute façon pour lui bientôt l'heure de prendre le quart. Le brun passa une main dans sa tignasse et soupira. Il avait survécu à leur toute première « confrontation », mais celle-ci avait de quoi laisser perplexe pour la suite. La jeune femme avait visiblement un caractère bien trempé, et la capacité – bien que mal maîtrisée, ce qui la rendait peut-être plus dangereuse encore – de geler sur place son interlocuteur. Ça promettait, pour un mariage.

La passerelle était plongée dans l'obscurité. Pour toute lumière, une liseuse éclairait faiblement au fond de la pièce une table recouverte de cartes. Avec son filtre, elle produisait un léger halo de lumière rouge, bien moins agressif pour les yeux que le blanc ou le rouge. Le pilote de direction bénéficiait également d’un très léger rétro-éclairage. Pour le reste, il n’y avait aucune autre pollution lumineuse.
C’était la condition sine qua none pour pouvoir assurer une veille dans de bonnes conditions. Au premier abord, on pouvait avoir l'impression qu'il n'y avait absolument rien dehors, que c'était le noir complet. Mais une fois que les yeux avaient eu le temps de s'adapter à l'obscurité, on découvrait l’étendue du monde nocturne qui les entourait.
La passerelle, dont tout l’avant et les côtés étaient ouverts de grandes vitres seulement séparées par la charpente de métal de la nef, offrait une vue panoramique sur le ciel de nuit. Au loin, on pouvait apercevoir sur l'horizon de petits amas de points lumineux. Les éclairages d'une ville ou d'un village, sur une arche un peu éloignée. Tout autour et au-dessus d'eux, ils étaient dans les étoiles. Une rivière d’étoiles suivait son immuable cours, et autour d’elle la voûte céleste se déplaçait. La Voie Lactée.
Un éclairage trop vif suffirait à détruire tout cela. Il fallut quelques instants aux yeux d’Orion pour s’adapter à la pénombre et identifier la silhouette de son troisième officier. Les deux hommes échangèrent quelques mots.

- Tu vas pouvoir y aller, Arthus. Quelque chose à signaler ?
- Rien du tout, Cap', c'est calme. Nous sommes toujours dans le Levant. Il nous porte tranquillement. J’ai fait le point. On est largement dans les temps pour la prochaine escale.
- C'est parfait, bonne nuit.
- 'Nuit, cap’taine. Bonne veille.

Orion alla jeter un coup d’œil à la montre posée sur la table à carte. Elle avait dit "avec plaisir". Elle ne comptait quand même pas lui faire faux bond, n’est-ce pas ? Le jeune homme se sentait étonnamment nerveux. Lui qui adorait pourtant ces moments. Quand tout était calme, silencieux, aucune agitation. Il y avait une certaine magie dans le fait de vivre dans les airs et avoir l’impression de partager le ciel avec les étoiles au firmament.

Evoluant tranquillement dans la pénombre de son ballon qu’il connaissait sur le bout des doigts, le capitaine retourna à sa cabine. La coursive qui desservait tout l’avant de l’appareil était habituellement réservée à l’équipage et fermée. Orion l’avait volontairement laissée ouverte pour que la jeune femme puisse revenir, comme elle s’y était engagée. A partir de cette porte, qui séparait la partie « passagers » de l’aérostat de la zone réservée aux équipages, tout l’avant était plongé dans la pénombre. Pour protéger les rétines du personnel de nuit. Pour permettre à ceux qui se lèveraient plus tard de se reposer tranquillement.
Le Boréal était un dirigeable de taille conséquence, un « paquebot volant » comme certains s’amusaient à le qualifier, de deux ponts, sans compter les soutes et espaces de stockage du fret. Sur ce pont, en rentrant dans ce couloir, on tombait sur les cabines du capitaine, de son second, du chef-mécanicien et du médecin du bord. Les autres chambres de l’équipage se trouvaient sur le pont inférieur, de même que la cuisine, l’office et le carré équipage. Celle du capitaine était mitoyenne de la passerelle, pour pouvoir lui permettre d’y accéder plus rapidement en cas d’urgence, et se trouvait juste en face de la cabine de navigation et de la cabine radio.

Orion était capable de s’orienter les yeux fermés au sein du Boréal. Il rentra dans sa cabine et attrapa le journal de bord qu’il avait oublié là plus tôt dans la journée. Il entendit alors du bruit dans le couloir et se retourna. En face de lui, une silhouette se détachant dans l’entrebâillement de la porte. Elle était là. Elle avait tenu parole.

- Pas la bonne porte. Ça, c'est ma cabine. Venez, c'est juste là, déclara-t-il en la guidant vers la porte suivante.

Le grand gaillard s'abstint de tout commentaire désobligeant sur sa conception du temps "d'un instant", et lui prit la main pour l'emmener jusqu'au centre de la passerelle, face aux vitres. Il avait fait cela sans arrière-pensée aucune, simplement pour la guider dans la pénombre et lui éviter de se cogner dans le mobilier et de renverser quoi que ce soit. Il avait aussi cru comprendre de son expérience récente que tout élément de surprise était à proscrire, puisque de nature à provoquer le déclenchement intempestif de son pouvoir. Il préférait qu'elle évite de le congeler lui ou la moitié des commandes du poste de pilotage. Par habitude plus que par nécessité, comme pour ne pas perturber la nuit, Orion chuchota.

- Nous maintenons l'obscurité dans la passerelle pour mieux voir ce qui se passe dehors, lui expliqua-t-il. Laissez quelques instants à vos yeux… vous verrez.
Jen
Messages : 73
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Dim 14 Aoû - 8:57

Erika
J'ai 24 ans et je vivais à Sidh, XVIème arche majeure. Dans la vie, je suis fille de famille inlfuente et je m'en sors bien selon moi, mal selon mon père. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée par arrangement et je le vis plutôt mal, évidemment.

Fiche détaillée juste ici
Alors qu'elle commençait à perdre espoir de retrouver un jour son chemin, Erika aperçut une porte entr'ouverte. Elle allait enfin pouvoir demander de l’aide ! Elle s'approcha à toute vitesse de la porte et s'arrêta net en reconnaissant le capitaine. C'était donc là qu'ils avaient rendez-vous ? Ha non, mauvaise porte. Elle se laissa guider par la main jusqu'au centre de la passerelle, soulagée de ne plus avoir à s'orienter à l'aveuglette. Non seulement elle ne connaissait pas les lieux mais toute cette partie de l'appareil était plongée dans une obscurité qui n'avait rien de rassurant.

Alors qu'elle se retrouvait face à une vitre bien plus haute de toutes celles qu'elle avait pu voir jusqu'ici, le capitaine prit la parole en chuchotant. Intriguée, elle se retourna vers lui. Il fixait l'obscurité face à eux avec un air qu'elle devinait bien plus détendu que lors du diner. Il semblait être réellement dans son élément. Incertaine, elle suivit son conseil et laissa quelques instants à ses yeux pour s'habituer à la pénombre. Le silence environnant la faisait frissonner. Mal à l'aise, la jeune fille piétina sur place. Elle ressentait le besoin de combler ce silence assourdissant par tous les moyens mais elle se retint, peut être par respect pour cet endroit qui lui était si étranger.

Toujours immobile à ses côtés le capitaine semblait s'être perdu dans la contemplation du... noir ? Erika plissa les yeux mais décidément, elle ne voyait rien de plus que dans sa cabine plus tôt dans la soirée. Juste de l'obscurité tâché ici et là par des points blanchâtres immobiles. Elle trépigna d'impatience. Rester immobile et silencieuse n'était vraiment pas son fort.

Puis petit à petit ses yeux semblèrent saisir de plus en plus de détails. D’abord des astres plus distincts. Puis certains plus petits encore, presque comme une traînée de poussière scintillante. Obnubilée par le spectacle qui se dessinait sous ses yeux, la brunette s’approcha inconsciemment de la vitre, jusqu’à y être presque collée. C’était bien plus impressionnant que tout ce à quoi elle aurait pu s’attendre. L’obscurité semblait dessiner une infinité blanchâtre sous ses yeux ébahis.

«- La Voie Lactée ? » murmura t-elle pour elle-même.

Elle en avait entendu parler, mais elle avait cru à une légende pour enfants. Une rivière d’astres au beau milieu de la nuit ? C’était pourtant exactement ce qu’elle était entrain d’observer. Et c’était d’une beauté surréaliste.

Inconsciemment, elle se mit a chercher du regard son arche natale, comme si elle avait seulement pu la reconnaître dans cet infinité. Mais hormis les astres et cette hypnotisante rivière scintillante, elle ne voyait pas la moindre manifestation d’une arche. Elle prit soudainement conscience qu’elle était bel et bien perdue au beau milieu de nulle part, au sens littéral du terme. Cette pensée la tira de son état de torpeur, puis elle reprit soudain conscience de la pénombre et du silence, qui la démangèrent de nouveau. Elle laissa ses yeux parcourir la traînée d’étoiles une dernière fois.

« - Je ne vais pas vous retenir plus longtemps, fit-elle en faisant un effort pour chuchoter. Merci pour cette visite… capitaine.  »

A force d’entendre tout l’équipage l’appeler ainsi, Erika avait elle aussi employé le terme par réflexe. Elle regretta instantanément, c’était en effet particulièrement malaisant mais comment l’appeler autrement ? Elle prit conscience qu’ils ne s’étaient jamais décliné leur prénom mutuellement. Elle soupira. C’était de loin les vingt quatre heures les plus étranges de toute sa vie.
[/b][/b]


Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241206-10Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241209-5Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241536-6
Asma
Messages : 157
Date d'inscription : 01/04/2022
Crédits : graenfur

Univers fétiche : Dystopique, fantastique, mythologie, etc.
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5038-protopl-asma https://www.letempsdunrp.com/t5166-repertoire-rp-d-asma#102871 https://www.letempsdunrp.com/t5030-proteiforme https://www.letempsdunrp.com/t5028-asma
Asma
Dim 14 Aoû - 15:55

Orion
J'ai 27 ans et je suis originaire de l'arche de Zéphyr. Dans la vie, je suis pilote d'aérostat et je m'en sors très bien. Sinon, j'étais célibataire et je le vivais très bien, mais on m'a arrangé un mariage, et je le vis un peu moins bien.
En savoir plus.




Lorsqu’elle quitta son côté pour se coller le nez à la vitre, Orion réalisa, non sans une certaine surprise, qu’il n’avait pas lâché sa main jusqu’alors. Il croisa les bras contre sa poitrine et posa son regard sur la silhouette qui se détachait face à la fenêtre.

L’espace d’un instant, il se prit à se demander ce que cela ferait d’avoir véritablement une compagne à ses côtés, quelqu’un qui l’aimerait. Quelqu’un qu’il aimerait. Qui partagerait véritablement sa vie et ses voyages. Il lui aurait fallu trouver une perle rare, de celles qui sauraient apprécier l’aventure et partager sa passion. Qui n'aurait pas peur de ne pas savoir de quoi demain serait fait. Il chassa rapidement cette pensée. Cela ne servait rien de s’éterniser sur des « si ». Cette opportunité lui avait échappé dès l’instant où on lui avait imposé cette union.
Le mieux qu’il pouvait espérer, à ce stade, était qu’elle s’installe sans trop faire d’histoires sur Zéphyr, et qu’il puisse continuer à mener son existence comme il l’avait fait jusqu’à présent. Solitaire, mais toutefois libre.

L’entendre l’appeler par son titre le mit instantanément mal à l’aise. Elle n’était pas de son équipage et ne le serait jamais. Elle n’était pas non plus une passagère comme les autres. Aussi déplaisante fût la perspective, elle appelée à devenir plus que cela. Il réalisa alors qu’ils n’avaient jamais pris la peine de se présenter. Il l’avait évitée à Sidh et lors du repas, il avait déclenché les hostilités d’emblée sans même ne serait-ce que décliner son identité au préalable. A bien y réfléchir, sa grand-mère lui aurait mis une grande tape à l’arrière du crâne pour le comportement qu’il avait eu à table. Peut-être la jeune femme s’entendrait-elle bien avec sa grand-mère….

- Orion, la corrigea-t-il. Comme la constellation, là, dit-il en indiquant du doigt un amas d’étoiles, parmi les plus caractéristiques de la voûte céleste, en forme de sablier.

Orion, sa ceinture, sa nébuleuse. Il ignorait la raison pour laquelle il avait été nommé ainsi. Il savait simplement que c’était sa mère qui avait choisi ce prénom. Cette mère qu’il n’avait jamais connue et qui l’avait abandonné peu après sa naissance. Le nom d’une des constellations les plus faciles à identifier dans le ciel. Plus petit, il s’était inventé l’idée qu’à chaque fois que sa mère levait les yeux au ciel, où qu’elle soit, elle voyait la constellation et pensait à lui. Il n’était plus un petit garçon. Il avait arrêté de croire à des histoires.

« Lorsque la nuit est à ce point opaque, le plus sage n’est-il pas de se laisser guider par un chasseur aveugle ? ». Cette phrase, son frère l’avait prononcée maintes et maintes fois lorsqu’il était petit. Il lui avait raconté la légende ancestrale du chasseur éponyme qui avait affronté un scorpion et avait perdu la vie, ce faisant. Qu’on l’avait accroché à la voûte céleste, lui et le scorpion, en les plaçant à l’opposé l’un de l’autre, qu’ils se voient et jamais ne puissent s’affronter de nouveau. Sottises, balivernes, histoires pour enfants, ou moyens mnémotechniques pour positionner les astres dans le ciel et mieux s’orienter. On en faisait ce qu’on en voulait. En général, cette citation par son père était suivie d’un long moment de silence pendant lequel ce dernier avait l’air absent, probablement plongé dans quelque douloureux souvenir.

Le grand brun reporta son attention sur son interlocutrice. Il ne l’empêcherait pas de partir si tel était son souhait. Elle était peut-être tout autant que lui prisonnière de la situation dans laquelle ils se trouvaient, mais il ne lui imposerait jamais rien de son initiative à lui. C’était la moindre des choses, compte tenu des circonstances.

- Bonne nuit, mademoiselle Erika.

Une pause.

- Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas à le signaler.

Non pas qu’il doutât de sa capacité à faire savoir ce qu’elle pensait ou voulait.

- Retrouverez-vous votre chemin ?
Jen
Messages : 73
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Lun 15 Aoû - 19:10

Erika
J'ai 24 ans et je vivais à Sidh, XVIème arche majeure. Dans la vie, je suis fille de famille inlfuente et je m'en sors bien selon moi, mal selon mon père. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée par arrangement et je le vis plutôt mal, évidemment.

Fiche détaillée juste ici
En réalité, Erika connaissait le prénom du capitaine grâce à Bartolomé. Simplement, ne l’ayant jamais entendu de lui-même, elle ne l’avait pas complètement assimilé, comme s’il n’était pas légitime tant qu’il ne l’avait pas prononcé par lui-même.

Elle plissa les yeux pour scruter la constellation indiquée par ce dernier. Mais elle n’y vit qu’un tas d’étoiles désordonné. C’était peut être même le tas d’étoiles d’à coté qu’il lui désignait. Elle haussa un sourcil interrogateur. Est ce que quiconque parvenait réellement à s’orienter grâce aux étoiles ? Elles se ressemblent toutes, elle n’était pas folle, non ?

La jeune fille tressaillit en l’entendant prononcer son prénom. C’était une sensation étrange que de l’entendre dans la bouche de ce parfait inconnu, en sachant qu’il était amené à l’épouser. Elle reprit le peu de contenance qu’il lui restait. En fait, entre la fatigue et l’alcool du dîner, il ne lui restait plus grand chose.

«  - Je vous remercie mais je devrais me débrouiller, » fit-elle sans y croire.

Elle avait surtout besoin d’être seule et de dormir. Mais elle apprécia l’attention.

« - Bonne nuit, Sir Orion. »

Elle allait tourner les talons puis se rappela d’une dernière chose.

« - Au fait, je suis vraiment désolée pour votre commis.  »

Puis elle passa le seuil de la passerelle, et se perdit une bonne dizaine de minutes à travers les couloirs avant de retrouver sa cabine par pur hasard. Exténuée, elle s’écroula sur son lit et s’endormît en un claquement de doigts.

La brunette se réveilla le lendemain matin, à plat ventre sur son lit, encore maquillée et habillée de la même robe qu’hier soir. Elle avait l’estomac en compote et la tête lourde. Assurément, l’alcool avait été de trop au dîner. Tout en grommelant, elle s’extirpa du lit et voulut se faire une toilette avant de se rappeler que les salles d’eaux étaient communes. Elle observa son reflet dans le miroir et manqua de s’étouffer. Son maquillage avait coulé durant la nuit et ses cheveux partaient dans tous les sens. Il était hors de question qu’elle mette un seul orteil en dehors de sa cabine dans cet état. Elle rattrapa comme elle put le fard qui avait coulé et s’attacha proprement les cheveux, puis passa une robe légère, pratique à porter après la toilette. Plus confiante, elle sortit de sa cabine serviette au bras, se perdit sans surprise, et dut demander son chemin à un membre de l’équipage qui passait par là. Celui-ci lui indiqua le chemin non sans un sourire graveleux. Erika se retint de le fusiller du regard, de peur de répéter ses exploits de la veille.

Une fois de nouveau présentable, elle grignota une pomme dans sa corbeille de fruits en guise de petit déjeuner. Elle n’avait pas franchement la notion de l’heure, mais il lui semblait que c’était la meilleure chose à faire pour le moment. De nouveau, une très longue journée de préparait.

« - Mademoiselle ? »

Erika sursauta avant de reconnaître la voix enjouée de Bartolomé. Elle lui ouvrit avec entrain et le salua chaleureusement. Il était pour le moment la seule personne qui lui apportait un peu de réconfort.

« - Je n’ai pas oublié ma promesse de la veille  » fit-il en lui désignant une pile de disques qu’il tenait sous le bras.

La jeune fille retrouva franchement le sourire. Finalement, la journée ne s’annonçait pas si mal.

Tandis qu’ils se rendaient au grand salon où la jeune fille avait repéré le tourne disque, Bartolomé l’assaillit de questions sur le dîner de la veille. Elle resta volontairement très évasive voire carrément muette à ce sujet, et s’amusa de l’agacement du capitaine second.

« - Vous n’avez qu’à demander à votre capitaine si vous tenez tant à connaître les moindres détails » le taquina t-elle.

Bartolomé leva les yeux au ciel et eut un sourire comique.

« - Bon puisque je n’arrive pas à vous tirer les vers du nez, passons aux choses sérieuses.  »

Il sortit délicatement l’un de ses disques et le posa sur le tourne disque avec précaution.

« - C’est l’un de mes morceaux préférés  » souffla t-il en enclenchant le mécanisme.

Erika s’assist dans un fauteuil et tendit l’oreille. C’est alors que s’élevèrent trois notes qu’elle connaissait sur le bout des doigts.

« - Comment connaissez-vous ce morceau ? » s’exclama t-elle un large sourire aux lèvres.

Elle l’avait entendu des centaines de fois lors des fêtes auxquelles elle assistait sur Sidh. Cet air joyeux, entraînant, ce qu’il avait pu lui manquer ! Bartolomé s’approcha de son fauteuil et lui tendit la main. Avec une joie à peine dissimulée, la jeune fille lui attrapa la main et se laissa entraîner sur l’air endiablé. Bartolomé se mit à chanter et elle le suivit, s’égosillant les poumons. L’espace d’un instant, elle était de nouveau chez elle parmi les siens.


Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241206-10Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241209-5Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen] - Page 2 1653241536-6
Contenu sponsorisé
Un mariage arrangé et deux affligés [Asma x Jen]
Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Un mariage arrangé - FT Game over
» Un. mariage. Arrangé. (avec Elizabeth)
» (m) Mariage arrangé à l'époque victorienne (Ouvert)
» She had a dream but she forgot about it [Asma x Jen]
» Et un deux trois... un deux trois [ft. Anouchka]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy-
Sauter vers: