Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !

LE TEMPS D'UN RP

~ Il vaut mieux vivre un bonheur imparfait qu'un amour impossible pour une personne hors d'atteinte ~

Clionestra
Messages : 572
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Dim 24 Juil - 16:28

Simon
Prébois

J'ai 24 ans et je vis en Californie, dans le manoir de la meute. Dans la vie, je suis éclaireur (et chaire à canon) et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis ne suis pas imprégné et je le vis plutôt pas bien.

~ Il vaut mieux vivre un bonheur imparfait qu'un amour impossible pour une personne hors d'atteinte ~ - Page 2 E72c40335dbd969dbc0c891bef45df74
→ Négociateur de la meute, il arrive à mieux cacher son aversion pour les vampires, peu même parler avec eux sans qu'on est l'impression de lui faire du mal.
→ Viens d'une meute en France (Au Gévaudan) exterminé par des vampires.

→ Loup merle (ce qui est rare)
~ Il vaut mieux vivre un bonheur imparfait qu'un amour impossible pour une personne hors d'atteinte ~ - Page 2 Roh1
Simon était d’accord avec le jeune. C’était cool de ne pas être seul au monde. C’était aussi pour ça que Simon était certains qu’il existait d’autres peuples dans la galaxie. S’ils étaient vraiment les seuls dans tout l’univers, cela serait d’une tristesse affligeante. Il ne voulait pas être seul. Il voulait des aliens, gris, bleu, vert, il voulait des formes humanoïdes, des formes animales, il voulait des langages variés. Pandora tant qu’à faire, comme dans le célèbre film de James Cameron. Il voulait que l’univers soit rempli de chose à découvrir et de peuples divers et variés.

C’était aussi pour ça qu’il n’aurait jamais pu penser faire parti de la seule meute de modificateur du monde entier. Cela ne se pourrait pas. Cela serait triste. Cela serait une ironique blague. Les anomalies existaient bien sûr, mais être un exemplaire unique serait étrange. Le monde était fait pour être pareil et différent. Le loup du Gévaudan était un loup unique en son genre, mais Simon ne commettait pas l’erreur de penser qu’il n’y en avait qu’un comme lui.

Simon, Ian, Jade, tous les jeunes loups connaissaient l’existence des loups à travers le monde. Sans connaître le nombre, leurs noms, ou leurs visages, ils savaient tous qu’ils n’étaient pas seuls. Cela ne les étonnait même pas de tomber sur des solitaires. Simon avait été un loup solitaire pendant cinq ans environ. Il savait que les loups solitaires existaient réellement. Il l’avait vécu. Et il ne le souhaitait pas même à son pire ennemi. Simon ne dit rien quand le jeune lui donna leur nombre. Ils étaient quatorze, pour une des meutes. Simon n’avait pas trouvé de chiffre pour la seconde, mais ça n’allait pas bien haut non plus. Leur petit nombre était une des raisons pour laquelle Ohrist voulait la guerre …Car ça serait vite fait. Il aurait été si simple de les détruire d’une attaque surprise.

Simon était assez heureux d’être celui entre sa meute et cette meute. Il s’en serait peut-être voulu autrement … ou pas. Il n’aurait pas parlé au jeune loup et donc il n’aurait pas eu de raisons d’avoir de la pitié pour eux. Bon. Il préférait se dire qu’il avait fait ce qu’il fallait. Il resterait une bonne personne, pour le moment. Simon répondit alors qu’il savait que Leah était en train de rappeler les meutes.

- Il y a la meute principale, et les branches. Les lieutenants s’occupent des branches la plupart du temps. Nous vivons tous au même endroit pour la meute principale. Nous nous déplaçons assez facilement et nous avons des groupes d’interventions rapides.

Un grand territoire n’était rien quand on le gérait comme Ohris. Les branches secondaires étaient stratégiquement placées et … ils savaient se déplacer rapidement et efficacement. Ils avaient plus d’une méthode d’attaque que sa meute avait appris. Pour exterminer rapidement les vampires, il fallait être organisé. Simon réfléchit, il releva ses doigts et se mit à compter.

- Si on compte seulement la meute principale nous sommes cent soixante-trois. Pour ce qui est des groupes et des sous-meutes, ou des ambassadeurs, je dirais un peu plus de deux cent.

Bien sûr, il comptait que les loups, mais les enfants loups aussi. Il y avait dans la meute une vingtaine d’enfants qui seront loups, sans nul doute. Loup par le sang. Loup par les deux parents qui le sont aussi… Il fallait bien les compter. Il y avait aussi les loups « solitaires » mais liés à la meute … Il pensa un instant à un homme en particulier. Il eu un frisson de dégoût pour lui. Ian ne parlait jamais de lui. Personne ne parlait de lui, mais il était dans la meute.

Simon savait que la jeune femme était en train de noter les informations … mais pourquoi cacher le nombre de personnes dans sa meute ? Cela prouvait simplement ce qu’il avait déjà dit. Contre sa meute, les Quileute n’auraient aucune chance. Même aider par les vampires, ils n’auront aucune chance. Même en appelant des alliées, ils n’auront aucune chance. Si Ohris ramenait les autres meutes, dont certains lui devaient des services, alors ils n’auront aucune chance. C’était un fait.

- A la prochaine Chayton. J’ai été ravi de te rencontrer, dit-il au jeune loup en lui faisant un signe de la main.

Puis, Simon se relève, époussète son pantalon qui avait pris de la poussière de la pierre et se tourna d’un grand sourire vers Jacob. Le sourire était sincère, bien que conscient de la position dans laquelle il était. Oh, il avait signé pour cette mission. Il continuerait de faire sa mission. S’il doit mourir pour cela, il n’en voyait pas d’inconvénient. Il valait mieux mourir avant d’avoir trouvé son âme sœur.

- Enchanté, je suis Simon, le négociateur de la meute de Californie, dit-il tranquillement.

Malgré lui, il fit un signe de tête, avec un nouveau sourire, vers la louve. Il connaissait son prénom maintenant. Cela devait la déranger, mais Simon trouvait cela rigolo. Il trouvait la louve bien droite. Pourquoi avait-il l’impression qu’il n’y avait que des loups ? Est-ce que les quileutes étaient contre les louves ? Il huma l’air. Non. Aucune autre louve dans les environs. Il fronça légèrement les sourcils mais ne dit rien.

- Nous œuvrons pour le bien commun. Contre les vampires. Cependant, nous semblons plus … mhh… comment dire sans avoir le droit à un nouveau grognement … extrême, que vous.

Il prit son sac, un instant, cherchant quelque chose. Il trouva la carte de la ville de Forks et la tendit un instant. C’était sa preuve de bonne foi… en quelques sortes. La carte sentait très fort le pain, les pâtisseries, et les sucreries .. Ce n’était pas sa faute à Simon, s’il avait toujours faim.

- Désolé pour l’odeur. Je ne suis pas chez moi. On a essayé d’avoir votre numéro de téléphone, mais on a refusé de nous le donner, et le pirater n’aurait pas été cohérent avec la démarche, n’est-ce pas ? Si tu es l’alpha de ta meute, tu sais que les ordres sont les ordres. Cependant, j’ai vu ma petite sœur se faire éventrer par un vampire qui disait vouloir la paix, alors excuse moi de ne pas croire en votre bonne foi, sans vouloir vérifier.

Simon jeta un regard vers Jacob. Qu’il ose lui dire, en face, que la mort de sa sœur n’a rien à voir avec la situation. Qu’il ose lui parler du fait que tous les vampires n’étaient pas les mêmes. Qu’il ose essayer pour le moment. Simon se releva.

- Cependant, même si je déteste les vampires de tout mon cœur, que j’ai envie de tous les exterminés, sans distinction, je ne suis pas là pour la guerre. Je serais prêt à admettre qu’il existe des vampires …, il se sentit étrange en disant cela, qui ne mérite pas de crever comme les meurtriers d’enfants qu’ils sont… Mais moi, et ma meute, on a besoin de preuve. On aimerait pouvoir vérifier cela, et vous prouvez que vous avez tort, si tel est le cas.

Il réfléchit un instant, regardant Leah, puis Jacob. Il mettait en avant le fait que sa meute avait peut-être tort ...mais il ne le pensait pas une seconde. La meute du gévaudan avait cru à une alliance possible entre eux et les vampires ... et jamais Simon ne pourrait enlever l'image du cadavre de sa soeur.

- Croyez-moi au moins sur ce sujet. J’aimerais une fin pacifique à cette histoire. Et un grand nombre des miens seraient curieux de rencontrer les Cullen et leurs… manières de se nourrir. Si cela est véridique et non de la poudre aux yeux.

Croire qu’un loup s’est imprégné d’une vampire. Croire qu’une famille de vampire puisse être végétarienne. Croire que des loups, des cadavres et des humains peuvent cohabiter … après des années de guerres ouvertes contre les vampires, il était normalement que la meute de Californie ne les croit pas sur paroles. Il leur fallait des preuves. Des preuves solides … Si Simon ne pouvait pas avoir de preuve, alors il y aurait la guerre. Il sentit son téléphone vibrait dans sa poche. Ian. Il n’avait pas besoin de vérifier, il entendait déjà les hurlements lointain de son ami dans son esprit.



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Calypso*
Messages : 46
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : Mon bébé ♥

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5167-c-est-un-beau-roman-c-est-une-belle-histoire https://www.letempsdunrp.com/t4864-presentation-de-calypso
Calypso*
Lun 25 Juil - 1:04

Leah Clearwater
J'ai 24 ans et je vis avec dans un appartement situé à La Push. Dans la vie, je suis agent d'entretien communal au sein de la Push mais aussi une modificatrice qui chasse les vampires mal intentionnés. Je m'en sors bien quand il s'agit de chasser, même si je me pose beaucoup de questions quant à mon statut de femme et de modificatrice au sein des Quileutes. Sinon, je suis célibataire et non imprégnée et je le vis plutôt mal, tout en ayant peur de l'imprégnation.

~ Il vaut mieux vivre un bonheur imparfait qu'un amour impossible pour une personne hors d'atteinte ~ - Page 2 2c0d19ee94baa420dd0c9d8299d1dae478d99d81

→ Peut paraître froide au premier abord, a un fort tempérament, est en quête de reconnaissance et cherche à prouver sa valeur, est impulsive et parfois insouciante, têtue, compétitive, franche et directe, rancunière.
→ Mais est aussi bienveillante, très protectrice, loyale et plus ouverte avec ses proches, faisant preuve d'humour.

→ Elle est la seule femme modificatrice parmi les Quileutes.
→ Elle est la Bêta de la meute de Jacob. Elle ne se perçoit plus vraiment comme un monstre mais n'est pas encore complètement en paix avec elle-même.
→ Elle arbore un pelage gris teinté de poils tirant vers le blanc ou le noir, avec quelques nuances de brun par-ci par-là.
→ Elle est la plus rapide de sa meute.

→ Elle a une perception des vampires un peu différente de celle qu'elle avait par le passé. Elle a conscience qu'ils ne sont pas tous de monstrueux buveurs de sang.

→ Elle a été très marquée par sa relation amoureuse avec Sam qui a brutalement pris fin du fait de son imprégnation sur sa cousine Emily.
Malgré la situation, l'intrus dévoile sans aucune retenue des informations sur sa meute, sur son organisation. Sans doute parce qu'il sait qu'il a l'avantage, à moins que ce ne soit que du bluff, mais s'il se tient là, devant nous, tout ce qu'il nous dit ne peut être que vrai. En tout cas, je ne peux me permettre de penser que ce ne sont que des balivernes, pour la sécurité des miens et plus globalement celle de Forks. Je ne parlerais pas d'une quelconque forme de « solidarité » ou disons plutôt collaboration qui l'inciterait également à se confier, pas en connaissant les intentions de son Alpha. En tout cas, pour une première rencontre, il ne me donne pas une bonne impression de nos cousins éloignés.

« Plus de deux cents loups ?? C'est incroyable ! Mais comment... »

Il n'a pas le temps de finir sa phrase que la relève arrive. Je m'éloigne afin de revenir sous forme humaine quelques instants plus tard, alors que Jacob nous a déjà rejoint. Son arrivée ainsi que celle de quatre membres de ma meute ne me détend pas. Je n'ai pas peur du loup qui se tient devant nous, je ne crois même pas pouvoir dire que je suis effrayée en ce qui concerne ma propre sécurité, je m'en fais davantage pour celle de mes proches. Je ressens la même tension qui parcourt mes camarades. Particulièrement deux d'entre eux, sans surprise en connaissant les individus en question. Déjà du genre bagarreur et dédaigneux par le passé, leur transformation n'a fait qu'accentuer ces traits de caractère. Je tolère l'un des deux sans trop de difficulté mais l'autre, Nahele, m'insupporte. Nous nous sommes déjà battus lui et moi, souvent pour des broutilles mais il donne le premier coup de crocs, alors je réplique et le remets à sa place, le blessant dans sa fierté plus que physiquement. Le reste du temps, ce sont plutôt des piques acides qu'il me balance, parfois sans agressivité explicite mais l'intention est là. Je ne me laisse clairement pas marcher sur les pattes par lui, ni par aucun autre mâle. Je n'ai aucun problème à écouter les ordres de mon Alpha et à respecter la hiérarchie – je n'ai que lui au-dessus de moi cela dit –, et suis prête à attendre les points de vue de mes congénères, plus qu'à une certaine époque disons, mais uniquement si le respect est là. Dans le cas contraire, je sais montrer les crocs et n'hésite jamais à en faire usage. Le troisième loup montrant de l'agressivité est plus jeune et n'agit que par peur, et non réel bellicisme quoiqu'il sache lui aussi s'imposer face à des loups plus âgés. Je l'apprécie, même si je ne le dirais pas explicitement. Cependant, la crainte n'est pas toujours plus rassurante que l'hostilité, car elle peut amener à la perte de contrôle elle aussi. Le dernier canidé, qui n'est autre qu'Embry qui est le plus haut placé dans la hiérarchie de la meute après moi, est le plus placide, sans trop de surprise. Il est le plus expérimenté des quatre et de par son caractère, il n'est pas du genre impulsif et à s'emporter sans avoir jaugé la situation au préalable.

Le sourire de Simon m'irrite. Je ne peux plus grogner, mais je pense que l'expression de mon visage, mâchoire serrée et traits fermés, est équivalente quant à ce qu'il m'inspire. Toujours cette tranquillité, cette légèreté dans son attitude, c'en est agaçant. Son rictus satisfait après qu'il n'ait entendu mon prénom m'incite à lui jeter un regard noir. Je sais, il ne m'a rien fait, il n'est pas désagréable non plus, mais il n'y a pas besoin de se montrer antipathique pour être irritant.
J'avais aisément remarqué le côté extrémiste de sa meute de par ses propos précédents. Sont-elles toutes ainsi ? Nous l'étions nous aussi, quoique nous avions accepté un traité avec les Cullen, ce que n'aurait jamais fait l'Alpha du brun visiblement.

« Le bien commun... » commence Jacob en lâchant un rire bref et froid. « Visiblement, vous ne vous contentez pas que des vampires, pour être prêts à nous déclarer la guerre sans même nous connaître. »

Les deux loups les plus agités émettent un grondement sourd et contractent leurs muscles quand l'intrus commence à fouiller dans son sac. Une odeur sucrée s'en dégage. Elle est tellement forte qu'il n'y a nul besoin d'être transformé pour la sentir. En tout cas je crois que je peux affirmer qu'il a le même genre de métabolisme que le nôtre. Il finit par en sortir une carte, celle de Forks. Un sourire sardonique s'ancre sur mes lèvres quand il reprend la parole. C'est exactement ce que Jacob lui a renvoyé dans la face, qu'il n'était pas chez lui. Pourquoi sortir cette carte et le repréciser ? Nous l'aurions su si c'était un Quileute. Je me retiens de rire à l'idée d'un simple échange téléphonique sur un sujet aussi sérieux, alors que nous ignorions jusqu'à aujourd'hui leur existence. La scène a un côté... comique ? Je ne peux m'empêcher de répliquer avant même que mon Alpha ne le fasse.

« Ta meute n'avait peut-être pas assez de jugeote pour démêler le vrai du faux dans les paroles de ce vampire. »

« Leah ! » que Jacob me réprimande.

Je n'ajoute rien, mais ne vais pas m'excuser, il le sait parfaitement. Si son histoire est vraie, je compatis sincèrement à sa peine liée à la perte sa sœur. Si un vampire tuait Seth, je ne cesserais de le traquer jusqu'à ce que son cou glacé finisse enlacer par mes crocs. Néanmoins, je ne remettrais pas en question ma vision complète de ces êtres. Les Cullen ne seraient pas responsables. Pas plus que les vampires végétariens vivant à l'autre bout de la terre. Il n'y aurait qu'un coupable, ou même plusieurs, ils seraient désignés et je ne viserais pas l'espèce entière. Je me montrerais probablement vindicative avec les vampires mal intentionnés, clairement, mais je laisserais les autres en paix, s'ils en feraient de même avec nous.
Nous gardons le silence le temps que l'intrus achève sa tirade. S'ensuit un silence de quelques secondes, avant que Jacob ne prenne à son tour la parole, d'une voix calme qui ne trahit rien de ses émotions.

« Je suis navré pour ta sœur, sincèrement. Mais en effet, l'œuvre d'un vampire ne résume pas la façon d'agir de tous les autres. Un homme d'une certaine nationalité vient tuer un gamin d'ici, dois-je en déduire que tous les hommes de cette nation sont des assassins ? Ce serait très réducteur. Je sais ce que tu vas me dire, que c'est dans la nature des vampires de boire du sang humain. Eh bien au fil des siècles, certains ont adopté un autre mode de vie et sont bien moins dangereux que certains loups, il faut croire. Et non, je n'irais pas défendre tous les buveurs de sang, beaucoup, une majorité même, représentent une menace et doivent être éliminés. Mais dans la masse, il y en a qui ne causent de tort à personne, si ce n'est aux populations de cervidés ou d'ursidés. »

J'ai pu observer son évolution aux côtés de Renesmée. Il n'a pas eu besoin d'elle pour se montrer plus tolérant avec les vampires, puisqu'il avait été prêt à accepter Bella après sa transformation. Mais il faut dire qu'à partir de sa naissance, il a quelque peu changé. Ce n'est plus à la vampire au don si particulier qu'il était ancré, mais à sa fille. À ses côtés et sans ce lien toxique qu'il entretenait – oui, je le qualifie ainsi, n'ayant jamais trop porté cette femme dans mon cœur –, il est devenu bien plus apaisé et... heureux, tout simplement. Il n'a jamais laissé sa mission de côté, l'accomplissant toujours avec un engagement certain, mais il a noué des liens assez forts avec nos ennemis. Avec son amie d'enfance bien évidemment, mais aussi avec Edward, leurs « parents adoptifs », et même Rosalie du fait de son lien avec Renesmée. La seule qui a soutenu Bella lors de sa grossesse. Il a également accepté de côtoyer certains proches de la famille Cullen en diverses occasions, sans les qualifier à un seul instant de buveur de sang. Leur témoignant un respect d'égal à égal, ce que je soutiens au fond de moi, tout en restant davantage dans la réserve, sans que cela nous empêche par ailleurs de conserver cette haine envers les monstres sanguinaires qui demeurent. Je crois qu'aucun d'entre nous n'aurait imaginé cela possible dix années en arrière. Peut-être bien qu'aux yeux des autres nous apparaissons ainsi en tant que parias, mais la minorité n'est pas toujours celle qui a tort.

« Notre bonne foi... Expliques moi quel intérêt nous aurions à cohabiter avec des vampires qui s'en prennent aux humains ou représentent un danger pour nous ? » reprend l'Alpha, d'un ton légèrement narquois. « Quel genre de preuve voulez-vous ? Que je leur amène des gens bien juteux couverts de sauce ketchup ou barbecue et que vous constatiez de vos yeux que non, ils ne leur sautent pas dessus pour les vider de leur hémoglobine ? »

Un des loups glousse. Sans doute imagine-t-il la scène dans sa tête. Jacob ne rétorque rien à l'idée que nous puissions avoir tort. Probablement se doute-t-il que cette meute ennemie, ce qu'elle est pour l'instant, a ses idées bien forgées et qu'il estime inutile d'alimenter davantage un débat stérile.

« Je ne vais pas mettre en doute tes paroles, mais il n'est pas question qu'un grand nombre des tiens débarque ici. Je devrais même dire qu'aucun n'est le bienvenu sur notre territoire. »

Il a toutefois conscience que la situation risque de prendre une tournure dangereuse et que nous ne sommes pas vraiment en mesure de les empêcher d'agir s'ils sont aussi nombreux que Simon l'a affirmé. Je n'aime pas l'idée d'être en position de faiblesse. Et nous le sommes pourtant de très loin.

« Nous ne sommes pas les seuls impliqués. Je dois traiter avec les principaux concernés au préalable. Néanmoins, si toi aussi tu tu veux faire preuve de bonne foi, dis à ton Alpha qu'il ne sera pas toléré plus de six membres de sa meute sur nos terres, toi y compris. Après tout, si votre lien télépathique est aussi efficace que le nôtre, six témoins devraient être plus que suffisants. » conclut-il d'un ton quelque peu dédaigneux.

Nous ne sommes pas vraiment en mesure de négocier mais je suis satisfaite que Jacob impose des limites. Reste à voir si cette consigne sera respectée ou non et si ce n'est pas le cas, quelles en seront les conséquences... Mais je me dis que si cet Alpha a un tant soit peu de considération pour ses subalternes, il préférera peut-être éviter des morts inutiles, dans la mesure où nous acceptons – ou plutôt sommes contraints – de collaborer.
Je jette un œil en direction de l'homme qui se tient à mes côtés. Je n'ai pas besoin d'être sous ma forme lupine pour savoir exactement à quoi il pense. La sécurité des Cullens mais surtout, de celle à qui il a donné son cœur, son âme et sa vie.
[/b][/color]
Clionestra
Messages : 572
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Sam 30 Juil - 13:01

Simon
Prébois

J'ai 24 ans et je vis en Californie, dans le manoir de la meute. Dans la vie, je suis éclaireur (et chaire à canon) et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis ne suis pas imprégné et je le vis plutôt pas bien.

~ Il vaut mieux vivre un bonheur imparfait qu'un amour impossible pour une personne hors d'atteinte ~ - Page 2 E72c40335dbd969dbc0c891bef45df74
→ Négociateur de la meute, il arrive à mieux cacher son aversion pour les vampires, peu même parler avec eux sans qu'on est l'impression de lui faire du mal.
→ Viens d'une meute en France (Au Gévaudan) exterminé par des vampires.

→ Loup merle (ce qui est rare)
~ Il vaut mieux vivre un bonheur imparfait qu'un amour impossible pour une personne hors d'atteinte ~ - Page 2 Roh1
Simon n’avait pas besoin de donner une bonne impression de sa meute. Bien que négociateur et ne désirant pas faire de vague, il n’avait pas à être leur ami. Il était là pour vérifier la vérité, pour voir si les cullens étaient aussi bisounours cœur cœur love que semblaient le penser les Quileute. Et s’ils avaient tort, être gentil n’aura servi à rien… Il doutait que les Quileute accepte simplement que sa meute débarque pour tuer les vampires, surtout en sachant la relation de Jacob Black et de la sangsue… Mhhh que toute cette histoire était compliqué… il aurait dû rester chez lui à se dorer la pilule …

Non. Il y aurait eu Jade dans ses pattes … Entre la peste et le choléra, il préférait prendre la situation qui lui apportait de nouvelles choses. Exemple : cette meute. Il pouvait sentir une différence dans l’air… Sans comprendre pourquoi, son loup était agité. Il ne semblait pas être entouré de loups, mais si, mais non. Un peu comme si le loup sentait l’odeur des autres loups, mais pas leur présence en esprit. Simon savait que certaines meutes étaient différentes, transformation plus douloureuse, loups plus petits, capacité à ne transformer qu’une partie d’eux…Mais normalement, il y avait toujours la dualité loup/humain dans les esprits. Là, son loup lui disait que cette dualité n’existait pas. Il mit ses mains sur la tête alors que ses yeux changèrent légèrement de couleur pour revenir à leur couleur initial. Son loup ne se sentait pas bien. Il avait faim. Simon avait toujours faim.

Son loup sentait aussi l’agressivité de deux d’entre eux, et il posa un regard sur eux. Il sentait son regard changeait à nouveau de couleur, prenant la tête jaune de la bête. Il se reprit en préférant se concentrer sur la jeune femme et l’alpha. Leur montrer sa puissance de loup serait contreproductif. Il pourrait se transformer assez rapidement, même si plus lentement qu’eux, mais un loup juste après une transformation avait besoin de se défouler… Simon n’était pas sûr de réussir à garder en vie ceux qui l’attaqueraient.

Et puis, ça donnerait raison à son alpha pour attaquer la meute, et ça il n’en avait pas envie. Simon observa Jacob.

- En réalité, je n’ai jamais dit que nous vous déclarons la guerre. J’ai dit que si j’étais attaqué, par vous, cela serait considéré comme une déclaration de guerre. Le fait est qu’il est plus simple, et rapide, de se faire attaquer que de venir à un compromis. Vous le savez aussi non ? Je suis le négociateur parce que je n’aime ni souffrir, ni me battre, et que j’évite les conflits autant que je peux. Une véritable anguille.

Simon sourit en se souvenant du commentaire de son meilleur ami sur sa capacité à foutre la merde avec Jade pour partir juste avant qu’elle n’explose. Laissant Ian gérer la louve rousse en colère, et parlant allemand pour décharger ses vulgarités. Son sourire était donc dans ses souvenirs, et ça pouvait se voir. Tout le monde pourrait voir un sentiment de bien-être et de joie à ses pensées. Il ne cachait pas ses émotions. Il avait trouvé une famille avec Ian, il ne voyait pas pourquoi il devrait cacher cet attachement. Il lança un regard noir à Leah.

- Ou alors, nous avions de la jugeote mais beaucoup d’espoir. Les vampires sont plus nombreux que nous, bien que mieux dissimuler. J’y ai cru par espoir, je ne le ferais plus jamais sans preuve.

La vision de sa petite sœur, morte, se plaça sur l’image de Ian en train de le maudire et il en eu le cœur brisé. Plus jamais. Plus jamais il ne croirait un vampire sans avoir vérifier, bien comme il faut, qu’il n’est pas un danger. Il était le seul de sa meute, ou en tout cas à le dire, à croire encore à la possibilité qu’un vampire change. Il était le seul. Les autres avaient vu pire et vécu pire que lui … Comment ne pas comprendre leur aversion de toute la race des vampires quand on sait leur perversion et leur cruauté ? Si les Quileute ne veulent pas comprendre, c’est bien parce qu’ils viennent tout juste de revenir dans le monde surnaturel, et qu’ils se sont occupés égoïstement de leur petite ville et pas du monde entier. Pour une meute disant vouloir protéger les gens, ils n’étaient pas bien utiles. Mais Simon se tut sur cela. Qu’ils utilisent leur « jugeote » pour réaliser cela. Il n’était pas là pour expliquer leur bêtise, pas pour le moment en tout cas.

- Il n’y a pas eu que ma sœur, dit-il les dents serrés, il y a eu Schtromp, Milodar, Crest, Recol, Cholet, des villes décimés par des vampires et dont il a fallu couvrir le massacre pour éviter que le secret ne s’ébruite et se retrouve avec une nouvelle chasse aux sorcières. Des villes entières décimés. Par un enfant vampire, par une lune de miel de vampire, par une famille voulant s’installer et l’utiliser comme garde-manger. Si ce que vous dites est vrai, vos vampires sont l’exception à la règle, et non la norme. Et vous ne pouvez pas nous demander de croire sur paroles les vampires, nous avons plus de jugeote que ça.

Il fit un clin d’œil à Leah en passant outre la tristesse du souvenir de sa sœur. Il écrasa ses pensées pour elle et se concentra sur le moment présent. Jacob, Leah, et même les autres loups à proximité pourrait le voir sur son visage et à son ton. Il ne voulait pas les agresser, à ce moment-là, il essayait juste de faire passer le souvenir le plus rapidement possible bien que cela était difficile.

- Alizée, souffla-t-il simplement en observant Jacob et en haussant les épaules, j’ai besoin de dire son prénom, elle s’appelait Alizée, ma sœur.

Il avait besoin de dire son prénom, de penser à elle vivante, chantante, souriante, riant aux éclats. Il ne voulait pas risquer de l’oublier … mais malgré tout l’image de sa mort revient dans son epsrit. Combien de vampires bons pour combien de vampire mauvais ? Sans la meute de Californie et les autres meutes qui ont gérés tout ça, il n’y aurait jamais eu de paix sur Terre. Et il y aurait eu beaucoup plus d’Alizée.

- Les vampires ont des pouvoirs, dont ceux d’hypnotiser les plus faibles. Je ne dis pas que vous l’êtes, c’est un fait qu’ils le peuvent. Alors vous pouvez croire qu’ils ne sont pas un danger, mais que cela ne soit pas le cas. Pour nous le prouver, accepter que nous restions un peu dans les environs. Que nous cohabitions avec une branche de notre meute, un temps.

Il observa Jacob et eu un sourire ironique et simple à nouveau.

- Par pitié, ne gâchez pas de la sauce ketchup ou barbecue, ça briserait mon cœur de voir tout cela jeter… Même si je préfère le Ketchup au barbecue.

Il écouta le reste de la tirade et fit un large sourire. Tellement large qu’il finit par prendre toute la place sur son visage et à se transformer légèrement en rire.

- Deux. Deux loups, en me comptant sur votre territoire, et quatre qui attendront au cas où dans la ville d’à côté. Il y a certaines personnes qu’aucun de vous n’a envie de rencontrer.

Il pensait à Jade. Il pensait à Jade tellement fort. Il prit son téléphone dans sa poche et fit un SMS rapide et efficace à Ian. Simon expliqua avec des termes fleuris et français que personne ne voulait de Jade dans les environs. Ian dû le rappeler à l’ordre. Ian acceptait de venir avec Simon, seul. Simon avait dit que quatre attendrait dans la ville d'à côté... et sans surprise son ami demandé à Simon de préciser aussi. Il le connaissait trop bien. Il posa un nouveau regard sur Leah. Il eu un frisson. Supporter Jade pendant une négociation de paix serait la pire idée de la création.

- Ian. Le fils de l’alpha. Chef d’un des groupes d’intervention. Il sera là assez rapidement, il était contre que je vienne tout seul me présenter, il doit être en route. Si notre alpha trouvait cela plus simple que vous nous déclarez la guerre, lui n’en avait aucune envie. Et j’imagine que l’on verra à son arrivé comment gérer toute la situation. Par exemple, est-ce que vous nous autorisez à camper quelque part, et si oui, ou sur la carte. Pour le reste…

Il montra son téléphone.

- Si vous avez un numéro pour qu’on se voit et parle ensemble, ça serait peut-être plus simple. Les vampires n’ont pas fait de victime depuis un moment, alors je suis prêt à prendre le temps… bien que la dernière fois une armée de nouveaux nés a été éliminé par vos soins …

Ce qui prouve que les vampires ont tout de même apporter de la merde et du souci ici non ? Il ne savait pas pourquoi il y avait eu autant de mort … mais comme ce n’était pas aller très loin, personne n’était venu se mêler… Ils auraient peut-être dû ?



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Calypso*
Messages : 46
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : Mon bébé ♥

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5167-c-est-un-beau-roman-c-est-une-belle-histoire https://www.letempsdunrp.com/t4864-presentation-de-calypso
Calypso*
Dim 31 Juil - 1:56

Leah Clearwater
J'ai 24 ans et je vis avec dans un appartement situé à La Push. Dans la vie, je suis agent d'entretien communal au sein de la Push mais aussi une modificatrice qui chasse les vampires mal intentionnés. Je m'en sors bien quand il s'agit de chasser, même si je me pose beaucoup de questions quant à mon statut de femme et de modificatrice au sein des Quileutes. Sinon, je suis célibataire et non imprégnée et je le vis plutôt mal, tout en ayant peur de l'imprégnation.

~ Il vaut mieux vivre un bonheur imparfait qu'un amour impossible pour une personne hors d'atteinte ~ - Page 2 2c0d19ee94baa420dd0c9d8299d1dae478d99d81

→ Peut paraître froide au premier abord, a un fort tempérament, est en quête de reconnaissance et cherche à prouver sa valeur, est impulsive et parfois insouciante, têtue, compétitive, franche et directe, rancunière.
→ Mais est aussi bienveillante, très protectrice, loyale et plus ouverte avec ses proches, faisant preuve d'humour.

→ Elle est la seule femme modificatrice parmi les Quileutes.
→ Elle est la Bêta de la meute de Jacob. Elle ne se perçoit plus vraiment comme un monstre mais n'est pas encore complètement en paix avec elle-même.
→ Elle arbore un pelage gris teinté de poils tirant vers le blanc ou le noir, avec quelques nuances de brun par-ci par-là.
→ Elle est la plus rapide de sa meute.

→ Elle a une perception des vampires un peu différente de celle qu'elle avait par le passé. Elle a conscience qu'ils ne sont pas tous de monstrueux buveurs de sang.

→ Elle a été très marquée par sa relation amoureuse avec Sam qui a brutalement pris fin du fait de son imprégnation sur sa cousine Emily.
J'observe attentivement le loup qui nous fait face au cours de l'échange. Malgré la petite distance qui nous sépare, je distingue ses yeux changer de couleur à plusieurs reprises. Cela me surprend un instant, étant donné que ce n'est pas l'une de nos caractéristiques. Est-ce lié à ses émotions ? Ou bien est-ce sa seconde nature qui s'exprime ? Je l'ignore pour l'instant mais compte bien en apprendre davantage sur cette particularité et les autres qui nous distingueraient d'eux, s'il y en a. « Sois proche de tes amis, et encore plus proche de tes ennemis » dit-on. Cela dit, c'est à moitié une excuse même si je n'envisage pas les choses sous cet angle, car il m'intrigue réellement. Toutefois, je ne le qualifierais pas autrement pour l'instant, doutant que je puisse à un moment donné le considérer comme un allié, même si nous avons un objectif commun. Les méthodes, elles, ne semblent pas les mêmes. Même si l'intrus vient d'affirmer qu'il n'aime pas se battre et préfère éviter les conflits. Je renchéris rapidement.

« C'est tout de même ce qu'espère ton Alpha, tu l'as dit toi même. La différence est minime. »

Je ne tarde pas à le provoquer davantage, en critiquant le manque de jugeote de sa meute. C'est mesquin de ma part, Jacob me fait bien comprendre qu'il n'approuve pas. Probablement que si la situation ne m'agaçait pas, je me serais abstenue de ce genre de commentaire. Le problème, c'est que je suis directe. Trop en fait. Enfin, à mes yeux, cela n'en est pas vraiment un, ou disons pas toujours, même si parfois je sais que les personnes auxquelles je balance des remarques acerbes ne le méritent pas toujours. Ce défaut se mêle à mon impulsivité, ce qui peut parfois me mettre dans des situations fâcheuses, bien qu'avec le temps, j'ai appris à réagir moins brusquement. C'est le caractère inattendu de cette rencontre qui me déstabilise je pense, bien que je ne l'avouerais pas. Quoi qu'il en soit, je ne me moque pas de la perte de sa sœur, loin de là. Je soutiens néanmoins le regard glacial qui me fixe sans sourciller mais n'ajoute rien.
Je ne doute pas de la supériorité numérique des vampires, qui ont l'avantage de pouvoir se multiplier assez aisément, à l'image de bactéries – comparaison peu flatteuse certes –, à condition qu'ils survivent au venin et à certains de leurs congénères qui sont de véritables bourreaux même entre eux. En ce qui nous concerne, c'est plus compliqué, bien qu'à nouveau je me questionne sur d'éventuelles divergences avec les autres meutes.
Je me demande bien quelles preuves il attend, question que mon Alpha ne va pas tarder à poser. En même temps, il n'y en a pas des milliers possibles. Cela va probablement principalement se jouer à l'observation sur une période plus ou moins longue. Il va peut-être s'amuser à éplucher les articles du journal local de Forks évoquant des disparitions inquiétantes ou la découverte de cadavres vidés de leur sang, affaire classée comme conséquence d'actes sectaires. Et peut-être cherchera-t-il à retracer le chemin des Cullen au cours de ces dernières décennies pour étudier les articles de journaux de ces contrées dans lesquelles ils auraient élu domicile durant un temps. J'en ris intérieurement. N'aurait-il vraiment rien d'autre à foutre ?

« Au cours des siècles, les vampires ont fait de nombreuses victimes, nous le savons très bien. La majorité continue de se nourrir de sang humain, la plupart en tuant froidement leur victime, ce n'est pas un secret même si nous n'avons probablement pas vu autant de pays que vous. Nous ne les mettons simplement pas tous dans le même sac. Les Cullen ne sont pas la seule exception. Vous n'avez pas besoin de les croire eux, nous croire nous aurait été suffisant. Mais peut-être que ton expérience t'a appris que tous les loups n'étaient pas fiables eux non plus. »

Jacob ne hausse pas le ton mais n'hésite pas à user de piques plutôt habiles. Cela dit, notre interlocuteur n'est pas en reste non plus, ayant retourné mon jugement à son avantage précédemment. Il paraît passer d'une émotion à l'autre, en évoquant sa sœur, allant jusqu'à nous dévoiler son prénom. J'ai la certitude qu'il dit la vérité et ne cherche pas à nous apitoyer pour faire baisser notre vigilance qui, dans tous les cas, demeure au plus haut point. Les deux loups les plus agressifs se tendent d'ailleurs davantage à son intervention suivante, n'appréciant pas l'idée qu'il puisse supposer que nous soyons faibles. Je souffle moi-même un peu trop fort, en signe de protestation, mais demeure silencieuse et à ma place, ce n'est pas à moi de lui répondre.

« Bien que les Cullen soient puissants, je ne pense pas qu'ils auraient réussi à hypnotiser toute la ville donc leur manigance, si elle était avérée, aurait forcément été exposée. Et nous ne nous laissons pas abuser par ce genre de subterfuge. »

Son ton est devenu plus sec sur la fin, il n'apprécie visiblement pas non plus d'être indirectement rabaissé. Un muscle tressaute au niveau de sa mâchoire, il sait qu'il n'a pas vraiment le choix quant à la requête de Simon même s'il n'hésite pas à dire ce qu'il pense après quelques instants, ignorant sa boutade quant à la nourriture. C'est peut-être lui qu'on devrait badigeonner de ketchup et jeter aux Cullen, peut-être que l'odeur canine qu'ils détectent sur nous en serait moins désagréable...

« Entendu. » se contente de répondre Jacob, sur la défensive.

Des personnes que nous ne souhaiterions pas rencontrer ? Serait-ce encore des menaces ? Je l'ignore, rien dans l'attitude du jeune homme n'indiquant que cela pourrait être le cas, ou non. Il en fait cependant partie pour moi, de ces êtres que je n'aurais pas voulu rencontrer. Du moins, c'est ce que je pense en surface, ce que mon corps laisse transparaître à travers l'irritation qu'il me provoque, mais au fond la curiosité s'insinue sournoisement dans mon esprit. Nous demeurons attentif quand il dévoile l'identité de son camarade de meute qui le rejoindra sous peu. Le fils de l'Alpha... ça promet. J'espère que ce n'est pas le genre à se croire au-dessus de tout de par ce rang. Je retiens toutefois qu'il semble être moins radical que son paternel, du moins si on peut se fier aux propos de Simon, comme toujours.

« J'irai me présenter à lui à son arrivée et nous définirons ensemble les modalités de cette... « mission » que vous vous octroyez. »

Le terme est parfaitement bien choisi.

« Ne comptez pas sur nous pour vous héberger. Vous vous démerderez à l'instar de tous les touristes qui viennent ici. Leah peut te conduire au gîte le plus proche. Il n'est pas si mal, à ce qu'on dit. »

J'esquisse un sourire au coin des lèvres.

« Sinon vous pouvez toujours demander aux Cullen s'ils sont d'accord que vous logiez sous leur toit, afin d'être au plus proche d'eux. Après tout, ils n'utilisent pas leur lit. Du moins pas pour son usage premier. »

Jacob s'avance vers le brun, escorté sans qu'il ne l'ait demandé par les deux mâles dont le poil se hérisse de plus en plus.

« Je pense que mon flair aurait suffi à vous retrouver mais le vôtre n'est peut-être pas aussi performant. »

Je me perds dans mes pensées pendant qu'il échange son numéro de téléphone avec le français, ressassant cette rencontre dans ma tête, me demandant comment vont réagir Sam et sa meute, ainsi que les vampires concernés. J'envisage aussi de demander à ma mère si elle avait connaissance de l'existence d'autres meutes. Je ne pense pas, et si c'était le cas, je crois que je lui en voudrais ainsi qu'aux autres anciens de ne nous en avoir jamais parlé.
Jacob ne tarde pas à revenir à ma hauteur, m'invitant d'un geste de la main à me décaler du reste du groupe.

« Je vais aller chez les Cullen pour les informer de la situation... J'en discuterai ensuite avec Sam. Il vaut mieux qu'il apprenne la présence de deux modificateurs étrangers par moi avant qu'un membre de sa meute ou lui-même ne tombe sur eux. Je peux te laisser avec lui ? » me demande-t-il en désignant Simon d'un signe de tête. « Conduis-le au gîte et surveille-le, au moins le temps que je fasse le point de mon côté. »

Je soupire et ne cache pas mon manque de motivation quant à l'exécution de cette tâche qui m'incombe. Jouer les baby-sitters, ce n'est vraiment pas mon truc. Surtout quand la personne à surveiller est encore plus agaçante qu'un gamin. Je suis sûre que Chayton aurait été ravi, lui. Je concède néanmoins.

« Pas de problème, je m'en occupe. »

« Et tâches de ne pas te montrer trop désagréable. » dit-il, un léger sourire sur les lèvres.

« Ne m'en demandes pas trop quand même. »

Je lui adresse un rictus malicieux avant de rejoindre l'intrus, tout en restant à une certaine distance de lui. Non par crainte, mais je ne tiens pas à ce qu'il envahisse ma zone de confort. Je me tourne une dernière fois vers Jacob, qui fait comprendre aux loups de le suivre, sauf Embry, qui prend une autre direction. Je suppose qu'il va veiller au loin.

« Allez, en route. »

C'est sûr que nous irions plus vite sous notre forme animale, mais il n'est pas question que je me transforme, puisque je n'aurais plus de vêtements ensuite pour reprendre forme humaine. J'espère qu'il ne va pas se mettre à jacasser plus que nécessaire.

Nous marchons un certain temps à travers la forêt, empruntant des chemins qui n'en sont pas vraiment, afin de nous rapprocher du gîte auquel je dois le conduire sans faire de détour. Je sens soudainement une odeur qui ne m'est pas inconnue mais qui ne m'attire pas contrairement à d'autres, celle du sang. Instinctivement, je me tends, tous les sens en alerte, prête à muter alors même que je le refusais jusqu'à présent. L'odeur se mélange avec une autre que je distingue sans difficulté, l'essence. En estimant leur provenance, je comprends qu'il y a probablement eu un accident de la route. Nonobstant mon objectif premier, je me dirige rapidement vers la source d'où proviennent ces effluves, sans ajouter un mot à l'attention de l'homme qui m'accompagne. Ou plutôt que j'accompagne. J'aperçois bientôt le véhicule accidenté, qui a percuté un arbre. Je m'approche doucement et aperçoit le conducteur, seul occupant du véhicule, inconscient, une plaie au niveau de la tête entre autres. Je vérifie son pouls et m'apercevant qu'il est vivant, j'appelle sans plus tarder les secours. Cet appel, conjugué au vent qui a joué en la faveur du prédateur en approche, me distrait suffisamment pour que Simon et moi soyons soudainement percutés par une masse glacée et à la peau solide comme un bloc de béton. Mais je réalise bien vite ce qu'il se passe et au moment d'atterrir sur le sol, je suis déjà redevenue louve. Je me relève, grondant avec frénésie, avant de foncer vers le vampire en question qui a été attiré par le casse-croûte à portée de main ou plutôt de canines. Une fois de plus, mon impulsivité me joue des tours. J'ai beau avoir appris qu'il ne faut pas s'attaquer de front à un nouveau-né, c'est exactement ce que je fais. Par conséquent, si j'arrive à éviter d'être écrasé par ses bras, je n'ai pas réussi à avoir une bonne prise. Toutefois, Embry déboule et le percute à son tour de plein fouet. Heureusement que c'est lui le « chaperon » et non Nahele, parce qu'avec lui seraient venus les problèmes également. On ne peut éliminer ce buveur de sang. En théorie. Noah est... une connaissance d'amis des Cullen qui ont décidé de le prendre sous leurs ailes durant un temps. Un jeune vampire, dont la seule chance de survie lorsqu'il était humain avait été de le transformer. Il a encore beaucoup de mal à se contrôler. Ce qui me fait d'autant plus hérisser le poil, c'est que j'ignore où sont ses responsables légaux, ouais, je vais les appeler ainsi. Sans plus attendre, on l'immobilise à l'aide de nos mâchoires et nos pattes, mais maintenir une proie vivante est plus compliquée que de l'éliminer. Par chance, le patriarche des Cullen ainsi qu'Emmett et Rosalie arrivent au moment où, à force de se trémousser dans tous les sens, Noah est parvenu à se dégager de la gueule d'acier d'Embry. Il a tout de même le temps de m'asséner un coup qui me fait couiner. Je secoue la tête et serre mes crocs qui ont une soudaine envie de se refermer sur la sienne.

« Noah stop ! »

La voix de Carlisle, douce mais imposante, résonne à travers les bois. Pour autant, le nouveau-né demeure perturbé et le sera tant qu'il sera à proximité du chauffeur blessé.

« Vous allez gérer ? »

Ses deux enfants adoptifs hochent la tête.

« Désolé pour cet... incident. »

Je grogne, lui faisant comprendre que sans notre intervention, le pauvre homme ne serait plus de ce monde et que malgré notre entente plus que cordiale, nous ne sommes pas là pour gérer leurs affaires. Il a beau ne pas être télépathe, je sais qu'il a parfaitement compris.

« Il a échappé à notre vigilance. Du fait de sa condition, il a détecté l'odeur du sang bien avant nous. Je vais voir ce que je peux faire pour cet homme en attendant l'arrivée des secours. Merci à vous pour votre intervention. »

Se dirigeant vers la voiture, le blond pose un instant un regard curieux sur Simon, avant de me fixer d'un air interrogateur. J'en déduis qu'il n'a pas encore parlé à Jacob. Il ne perd pas davantage de temps pour s'impliquer auprès du blessé. Me tournant vers Embry, je lui ordonne de suivre Emmett et Rosalie qui éloigne le nouveau-né de la scène qui attise sa soif de sang.

« Accompagnes-les. »

« Tu es sûre ? »

« Ne t'en fais pas ça va aller. »

Mon congénère s'éloigne. Restant sous ma forme lupine, je retourne auprès de Simon, afin de m'assurer qu'il va bien. On peut dire que les négociations commencent mal... J'imagine déjà ce qu'il va me dire.
Clionestra
Messages : 572
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Sam 6 Aoû - 15:52

Simon
Prébois

J'ai 24 ans et je vis en Californie, dans le manoir de la meute. Dans la vie, je suis éclaireur (et chaire à canon) et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis ne suis pas imprégné et je le vis plutôt pas bien.

~ Il vaut mieux vivre un bonheur imparfait qu'un amour impossible pour une personne hors d'atteinte ~ - Page 2 E72c40335dbd969dbc0c891bef45df74
→ Négociateur de la meute, il arrive à mieux cacher son aversion pour les vampires, peu même parler avec eux sans qu'on est l'impression de lui faire du mal.
→ Viens d'une meute en France (Au Gévaudan) exterminé par des vampires.

→ Loup merle (ce qui est rare)
~ Il vaut mieux vivre un bonheur imparfait qu'un amour impossible pour une personne hors d'atteinte ~ - Page 2 Roh1
- Est-ce que vous êtes toujours d’accord avec ce que dis votre alpha ? La réponse est certainement non. Deux meutes en un si petit territoire peuvent signifier deux choses. Un. La meute d’origine est vraiment gentille. Deux. La deuxième meute a commencé par des loups de la première meute qui ont décidé de partir de l’autorité de leur alpha. J’ai raison ?

On n’est pas tous d’accord avec l’alpha, c’était ce qu’il voulait dire. Et pour qu’une meute devienne deux, il fallait que le désaccord entre les loups et l’alpha ne soit pas qu’un sujet. Et que donc, pendant un temps, les loups n’espéraient pas la même chose que leur alpha. Il avait bien envie de dire que c’était logique, pour en rajouter une couche, mais ne le fit pas. Dans tous les cas, Simon voulait clairement insister sur le fait que lui et son alpha étaient bel et bien deux entités différentes. Que son alpha espère qu’on l’attaque ne voulait pas dire que Simon se laisserait faire. Et Simon ne tuait jamais personne. Sauf les vampires. Sauf que ça ne compte pas ça.

- Donc, aucun Cullen, pas un, n’a tué des humains avant de devenir… végétarien ?

Ce mot arrache une grimace à Simon… non pas parce qu’il n’y croit pas, ou qu’il est contre les végétariens, mais parce que justement, il est mal utilisé. Végétarien venir qu’il ne mange pas de viande animal… les vampires boivent leur sang…. BON ce n’est pas de la viande mais la sémantique voudrait que l’on trouve un meilleur mot. Genre Sanguinanimaliphage. Ou quelque chose du genre pour dire « sang » (sanguis) « animaux »  (animalis) « mangueurs » (phage)… Simon se promit d’aller vérifier comment on dit « buveur » dans cette même langue pour trouver le meilleur terme a utilisé …Végétarien ça ne collait pas, c’est tout.

- Et tous les loups ne sont pas fiables. Certains mêmes mériteraient le même traitement que les vampires…mais pour ceux-là, cela se passe souvent en interne.

Si un loup de la meute à Jacob devenait fou, il s’en chargerait simplement et ça n’irait pas plus loin. Il y avait un fou dans leur meute, tenu par l’alpha lui-même et utilisé comme tel. Il n’allait pas le dire, mais l’alpha le tenait, et il s’en était occupé … même si de la pire manière qui soit, mais c’était un autre débat. Simon haussa les épaules sur les Cullen et la faculté ou non à avoir une ville. Comme il l’avait dit, Simon avait vu plus de pays qu’eux, il savait que ça existait, et que ça avait eu lieu.

Simon hocha la tête. C’est bien si Jacob va se présenter. Ian parait sympa quand il vient en ami, c’est ensuite qui ne faut pas le chercher. Simon sourit.

- Sérieusement ? Un gîte quand vous avez une forêt, pas cool les gars, mais ça marche. Et je pensais que tu voulais leur dire avant que nous étions là… Si tu veux je vais les voir, mais tu sais que c’est une mauvaise idée, commença-t-il avec ironie puis réalisa : Puis, ils n’auront pas assez de nourriture chez eux ! C’est mort !

Oui. La bouffe gouverne sa vie, et il n’a même pas honte de le dire. Il ne répondit rien sur le flair. Ils étaient dans une époque progressiste qui permet d’avoir de la technologie et des outils pour se défendre… Clairement, il n’avait pas envie de sniffer le sol pour retrouver la trace des personnes qu’il voulait voir, quand il pouvait leur envoyer un petit SMS. Mais il ne dit rien. Il n’allait pas continuer à les taquiner, il risquait de se faire mordre.

Simon laissa Leah et Jacob parler alors qu’il fouillait son sac. Il trouva une unique madeleine écrabouillée au fond de son sac et demandant grâce d’être avaler par son humble propriétaire.

- Je ne partage pas cette fois, m’en reste qu’une. Ne faut pas non plus déconner avec la nourriture vue ce que j’ai déjà gaspiller.

Il pensait à la nourriture qu’il avait offerte à Leah et qu’elle n’avait pas touché… tant pis pour elle, mais lui ne pouvait pas la manger. C’était un principe de Simon, une nourriture offerte ne pouvait être reprise…C’était triste. Il allait peut-être changer de principe en fait. Il parla de nourriture tout le long. Il savait qu’il agaçait la jeune femme, mais justement, il se vengeait. Elle lui avait fait gâcher du pain ! Donc. Il parla donc de ce qu’il allait acheter et faire pour se nourrir ce soir.

Simon se tut quand il sentit l’odeur aussi. Il n’aimait pas l’odeur du sang, ça lui piquait toujours le nez. Il suivit la jeune femme et l’odeur, les deux allant dans la même direction. Quand il arriva, Simon se mit à chercher les constantes de l’homme. Il n’était pas médecin, ou infirmier, mais à force d’être toujours dans la merde on apprenait certaine chose. Alors qu’il avait la main vers le corps, à travers le parebrise, la masse morte s’abattu sur lui. Le problème, son bras était pas du tout dans un alignement propice à se prendre un trente-trois tonnes sur le coin du museau. Il hurla des injures en français alors qu’il essaya de sortir son bras avec un angle bizarre de son étau de métal. Il observait les vampires et son loup se mit à grogner violemment. Il n’aimait aucune des personnes présentes, et le fait que le vampire soit encore en vie l’agacer au plus au point ! Alors qu’il essayait de dégager son bras, il se rendit compte qu’il avait quelque chose d’autre qui l’empêcher de bouger. La plaque d’immatriculation de la voiture, bien que pliable normalement aisément pour un loup, lui était rentré dans le dos.

Il dit plusieurs autres termes peu gracieux en français alors qu’il se dégage dans un craquement d’os qui ne faisait plaisir à personne. Heureusement, le sang des loups n’attirait pas les vampires… Ses yeux étaient rouges, et il avait envie de déchiqueté quelqu’un dans la seconde… peut-être la blonde qui semblait le jugeait.

Il n’était pas complètement transformé, il essayait mais c’était bien trop douloureux et la transformation était lente. Il avait plus de poil, des dents pointus et sanglante, ses yeux jaunes, ses os tordus d’une manière étrange. Il sentait son loup au bord de l’explosion. Il se recula de la voiture, dans laquelle s’approchait le vampire.

Pas de guerre. Pas de guerre. Pas de guerre.Pas de gueurre.Pasdeguerre.

Il se passait la même phrase en boucle pour chercher l’instant de paix qui calmerait son loup pour ne pas attaquer les quatre vampires. Il observa Leah revenir. Pas de guerre. Il avait promis la paix, et il voulait la paix… et il voulait croire à ce qu’ils avaient dit … il voulait croire au « sanguisanimalisphage » il voulait y croire. Il ne devait pas s’énerver. Il devait respirer. Son visage était craquelé par la transformation.

- J’ai faim, dit-il avec une voix plus rauque que ce qu’elle devrait, aide-moi à m’éloigner d’eux.

Eux, étant le vampire unique restant encore sur la scène de l’accident … mais la jeune femme pouvait comprendre qu’il manque un peu de compréhension pour le moment. Il se leva doucement alors que sa main était pleine de poil et de griffe, son autre main n’était pas encore apte à être utilisé. Il l’observa.

- J’ai besoin de me transformer totalement pour guérir, tu connais un endroit ?, demanda-t-il, et il faudra que tu répondes à mon téléphone, dit-il encore de sa voix rauque déraillant.

HRP – proposition : Les loups de Ian pourraient, eux, avoir besoin de se transformer totalement et un petit moment pour guérir plus rapidement (et Ian pourrait l’appeler et faire la première rapide rencontre ainsi, puisqu’ils se sont pas vue O:-)  ) si ça te tente n’hésite pas à me dire



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Contenu sponsorisé
~ Il vaut mieux vivre un bonheur imparfait qu'un amour impossible pour une personne hors d'atteinte ~
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» (m) il n’y a pas de vacances à l’amour, ça n’existe pas. l’amour, il faut le vivre complètement avec son ennui et tout, il n’y a pas de vacances possibles à ça. (en cours)
» L'amour sans l'espoir devient une chose morte. L'amour est cette lueur d'espoir qui jaillit dans le noir. (Senara)
» (F/M) Pour mieux vous servir Majesté (ouverte)
» Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama
» Vivre, on veut tous vivre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Twilight-
Sauter vers: