Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau coffret Ultra Premium ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Une histoire de citron.

Argawaen
Messages : 119
Date d'inscription : 14/11/2021
Région : Belgique
Crédits : Pintrest

Univers fétiche : Fantastique/Réaliste/Historique
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4792-salle-aux-echos#97120 https://www.letempsdunrp.com/t4828-sommaire-rp-s#97505
Argawaen
Lun 4 Juil - 2:41
https://i.servimg.com/u/f24/18/95/82/60/valent11.jpg
Valentio

Informations:

J'étais un peu nerveux, la rue n'était pas bien longue et bientôt mes pas auront fini de me porter à l'adresse prévus. Il avait plu, plutôt dans la soirée et le sol de bitume défoncé, regorgeait de flaque d'eau boueuse, où se reflétait la lumière des enseignes lumineuses qui jongeaient la rue. Je portais une longue veste à capuche large vert kaki, qui couvrait une bonne partie de ma tignasse d'un roux flamboyant et un jeans troué, assortie de bottine noir. Le bruit de mes pas emplissaient la rue et je n'arrêtais pas de tourner mon bic entre mes doigts, enfoncés dans ma poche. Je m'apprêtais à ressortir mon téléphone afin de vérifier le numéro indiqué par Lyra, quand j'ai remarqué un homme, plutôt grand, tout en noir, qui semblait simplement se tenir sans bouger devant l'entré d'un des commerces. J'étais intrigué et ai relevé les yeux pour lire le panneau au couleur fluo qui affichait le nom des lieux. Luxury Paradize. C'était là et c'était une boite de Striptease ?

Mon sang ne fit qu'un tour, je n'avais absolument jamais mis les pieds dans un endroit du genre, mais le soucie n'était pas là. J'avais grand peur de m'être fait avoir par une quelconque embuscade et de ne pas avoir mes muffins aux citrons... Oui, j'ai un sens des priorités particulier. J'ai penché la tête, réfléchissant un moment à la marche à suivre, puis je me suis approché de l'homme, finalement bien trop accroché à cette adrénaline qui m'envahissait tout entier. J'aimais cette douce sensation d'interdit et de danger et sans difficulté, j'y cédais totalement. Une fois à son niveau, je pu remarquer une différence de taille, mais pas plus déstabilisé que ça, j'ai calmement sorti mon calepin de ma poche, où j'avais écris au préalable mon nom, celui de Lyra et le motif de ma venue, à savoir les muffins et je lui ai tendu d'un air confiant, malgré une légère gène à l'entende de la musique plus qu'évocatrice de l'établissement.

Je ne l'avais pas prévenu, de mon mutisme, car comme souvent, je ne savais pas comment amener la chose lors d'une rencontre. Comment expliquer au gens, que j'ai une voix, que je peux rire, hoqueter et même parler si l'envie m'en prenait, mais que j'ai renoncé à ce droit ? Je me suis mordu la lèvre et un tic de jambe commença prouver mon anxiété naissance. J'ignorais toujours comment faire comprendre aux gens, que les mots me fatigue, que de toute façon personne n'écoute et que le propre son de ma voix à fini par me blesser par son ton vide et las, qui à lui tout seul me donnait l'envie horrible de me tirer une balle dans la tête. J'ai soupiré, tant pis, elle l'apprendrait sur le tas, comme beaucoup et avec un peu de chance, ne poserait pas plus de question en m'entendant rire ou soupiré, ce qui trahissait le fait que je ne suis pas réellement muet.

Une histoire de citron. 19387310
LarkoDim
Messages : 83
Date d'inscription : 14/06/2022
Région : Occitanie
Crédits : LarkoDim (Av.)

Univers fétiche : Réel/Surnaturel
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5186-la-colocation-des-enfers https://www.letempsdunrp.com/t5197-listing-d-un-anxieux https://www.letempsdunrp.com/t5185-larkodim-une-plume-fragile-au-service-d-un-esprit-etrange
LarkoDim
Mar 5 Juil - 10:26

Lyra Lancas
J'ai la vingtaine presque trentaine et je vis en Europe. Dans la vie, je suis serveuse et danseuse et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureuse et je le vis plutôt bien.

Petite poupée d’un mètre soixante-dix-huit dans un monde d’homme. Son père, ses frères, ses amis proches sont des bikers. Des costauds portant un cuir avec un coeur de marshmallow caché sous le ronronnement des Harley.

Née avec un corps masculin, elle a fait sa transition vers l’adolescence avec le soutient infini de ses frères jumeaux et de son père.

Sa mère est morte en donnant naissance à ses frères et elle. Elle assume pleinement le rôle de la " maîtresse " de maison sans pour autant se sentir traitée de bonniche. C’est une fille, sœur de biker et cela se sent, se voit.

Excentrique, joyeuse, tactile et pleine de vie, elle assume qui elle est sans se faire marcher sur les pieds. Un peu tête en l’air et bavarde, elle est la meilleure amie des timides et introvertis.


Les Lancas:


Crédit av. leenisabel (Devianart)
- Non ! C’est pas pour vous ça !

Que tu t’étais mise à hurler alors que tu sortais à peine les muffins du four. Tels des vautours autour d’une carcasse, ton frère aîné et ton père étaient déjà en train d’essayer de piter dans la petite réserve que tu avais fait en plus. Le benjamin de la famille s’était mis à te regarder, curieux, ne comprenant pas pourquoi tu en avais fait plus que d’habitude. Armée d’un rouleau à pâtisserie, tu tapotes sur le dos des hommes de ta vie pour les faire partir de ton sanctuaire le temps de finir d’empaqueter dans un tupperware jaune citron la dizaine de muffins préparés avec soin.

Baiser rapide sur les joues des messieurs, tu attrapes toutes tes affaires pour aller au Luxury Paradize. Ce soir, tu ne danseras pas, tu te contenteras de servir à la salle. Et même, tu n’as pas spécialement besoin d’y aller, tu pourrais rester chez toi au calme, mais non. Tu voulais descendre donner un coup de main et pour croiser la route du destinataire qui a mérité tes pâtisseries. Tu ne sais même pas à quoi il ressemble, cela te fait juste plaisir de rencontrer quelqu’un qui ne connaît pas ta famille, ton passif et qui pourrait ne pas paniquer en voyant les cuirs de certains clients.

Et à peine arrivée, voilà qu’on vient te voir. Tu sautilles un peu, manquant de riper sur tes talons et poses tes affaires dans ta loge avant d’attraper le tupperware en vitesse.

- Repos soldat ! C’est un ami !

Tu tires la langue et fait un petit coucou au rouquin.

- Tu es pile à l’heure, on n'est pas aux heures d’ouverture alors on sera tranquille, vient!

Tu tends la main pour le faire entrer, pour le faire passer dans les coulisses et pour que vous soyez au calme dans ta loge, loin du brouhaha qui va monter dès que tes collègues vont arriver.

- Désolé pour Viktor dehors. Il fait trop bien son boulot pour notre bien.

Argawaen
Messages : 119
Date d'inscription : 14/11/2021
Région : Belgique
Crédits : Pintrest

Univers fétiche : Fantastique/Réaliste/Historique
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4792-salle-aux-echos#97120 https://www.letempsdunrp.com/t4828-sommaire-rp-s#97505
Argawaen
Sam 9 Juil - 23:22


Valentio23 ansEuropeBaccalauréatCélibataire
Voir plus d'info
Une histoire de citronfeat Lyra

Quelques chiffres :

Age : 23 ans
Taille : 1m66
Poids : 51Kg
Note social : 6/10

Quelques couleurs :

Cheveux : Roux
Yeux : Vert
Préféré : Rouge



Quelques détails :

Force : Profond | Réfléchis
Faiblesse : A la recherche de sensation | Muet

On remarque :

Ses boucles légères | Son silence | Sa " jeunesse " | Son amour pour la vie | Son sourire
Elle était apparue en grande forme, toute pétillante d'une assurance sans faille. J'avais pu récupérer mon carnet de note, mais pas celui de lui tendre. Elle me prit chaleureusement par le bras et me fit entrer à sa suite, dans la bâtisse. Elle était déjà éclairée de plusieurs couleurs et un fond de musique bâtait en fond, mais personne ne semblait d'y être déjà réfugiés. Je n'eu pas le temps d'analyser plus les lieux, nous entrions dans une petite pièce blanche, simplement garnie de photo et d'un grand miroir encadré de lumière. je m'imprégnais des lieux avec un sourire niais sur le visage, mon carnet toujours étroitement collé contre moi, entre mes doigts. J'imaginais les dizaines d'artistes se métamorphosaient ici, se paraître de plume et paillette pour entrer dans un monde bruyant et intense. Elle reprit alors parole, coupant ma stupeur, pour s'excuser du comportement du videur. Mais je n'avais rien trouvé à lui reprocher, étant même plutôt d'accord avec elle, il présentait le parfait profil type de son travail.

Nous en étions maintenant à l'un de ces moments de silence que je redoute toujours, j'ai donc fouillé dans ma poche à la recherche de mon crayon et j'ai ouverts mon calepin à une page vierge. Pendant que j'écrivais, j'observais à travers mes boucles rousses, sa réaction. Le fait que je ne l'ai pas prévenu, me berçait d'une douce angoisse, que j'embrassais chaleureusement, tintant mon écriture d'un léger tremblement, je souriais à la venue de toute ces nouvelles émotions en moi. Finalement je lui ai tendu le carnet, évitant dans un premier temps son regard, pour finalement y planter mes grands yeux émeraudes. Je connaissais leurs effets, la teneur de mon regard profond et pourtant si vide. Il me représentait bien, une coquille sans chaleur. On pouvait lire sur le carnet :

" Valentio, grand amateur de citron, enchanté "

Je n'avais toujours rien écrit pour m'expliquer et j'attendais encore de voir quelle genre de personne elle était pour orienter ma réponse. J'ai ensuite remarqué un contenant jaune vif qui, si je ne me trompais pas, devait contenir les précieuses pâtisseries. Je l'ai donc indiqué du doigt, affichant un grand sourire enfantin, si bien travaillé pour paraître sincère et je me suis assis, sans plus de cérémonie. J'ai tout de fois tendu la main dans l'espoir de récupérer mon précieux carnet. Je pouvais déjà sentir l'adrénaline baisser dans mes veines et une vide immense recommençait à m'envahir, faisant vaciller un moment mon sourire. Je me suis donc mordu la lèvre pour faire diversion et j'ai recommencé à regarder la pièce qui m’accueillais, feintant la curiosité. Le monde redevenait pâle et terne et je dû combattre un long soupire intérieur qui menaçait de sortir. Personne n'aime le vide Val', contient donc cette horreur en toi, me suis-je répété en me pinçant le poignet sous la table.

Code by Landscape
LarkoDim
Messages : 83
Date d'inscription : 14/06/2022
Région : Occitanie
Crédits : LarkoDim (Av.)

Univers fétiche : Réel/Surnaturel
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5186-la-colocation-des-enfers https://www.letempsdunrp.com/t5197-listing-d-un-anxieux https://www.letempsdunrp.com/t5185-larkodim-une-plume-fragile-au-service-d-un-esprit-etrange
LarkoDim
Mar 12 Juil - 9:12

Lyra Lancas
J'ai la vingtaine presque trentaine et je vis en Europe. Dans la vie, je suis serveuse et danseuse et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureuse et je le vis plutôt bien.

Petite poupée d’un mètre soixante-dix-huit dans un monde d’homme. Son père, ses frères, ses amis proches sont des bikers. Des costauds portant un cuir avec un coeur de marshmallow caché sous le ronronnement des Harley.

Née avec un corps masculin, elle a fait sa transition vers l’adolescence avec le soutient infini de ses frères jumeaux et de son père.

Sa mère est morte en donnant naissance à ses frères et elle. Elle assume pleinement le rôle de la " maîtresse " de maison sans pour autant se sentir traitée de bonniche. C’est une fille, sœur de biker et cela se sent, se voit.

Excentrique, joyeuse, tactile et pleine de vie, elle assume qui elle est sans se faire marcher sur les pieds. Un peu tête en l’air et bavarde, elle est la meilleure amie des timides et introvertis.


Les Lancas:


Crédit av. leenisabel (Devianart)
Tu le laisses s’imprégner lentement des lieux alors que tu te poses déjà devant ton miroir, te permettant tout de même de voir son visage et lui le tien. A la recherche de quelques artifices pour poudrer ton visage, faire un peu acte de présence pour cette journée qui, pour toi, va très bien se passer. Tu le vois qui s’affaire avec un carnet. Tu fronces un peu les sourcils, le laissant faire.

- Ca te dérange pas si je me maquille en même temps ? Normalement, je ne bosse pas aujourd’hui, mais sait-on jamais. Je connais les filles ici… certaines sont capables de se mettre en maladie au dernier moment et ceux, même si ça plaira pas aux patrons.

Petit ricanement de ta part. Tu les connais, ces pimbêches qui se pensent tout permis parce qu’elles sont ici. Parce qu’elles pensent être enfin protégées du trottoir ou autre. Mais les règles sont les règles, dont la ponctualité, le respect du client… Tu te retournes un peu vers lui, voir s’il va réagir, répondre et tu remarques enfin qu’il te tend son carnet.

- Oh.

Tu le prends dans tes mains délicatement et souris un peu en lisant les mots écrit dessus. Fine écriture que tu admires. Tu le regardes de nouveau, cette fois en agitant tes mains, ordres précis qui se forment, comme si tu connaissais les gestes à faire en même temps que tu parles.

- Je suis désolée, je ne savais pas. Juste muet ou sourd avec ça ? Tu parles la langues des signes?

Oui, tu sembles habituée. Tu sais ce que ça fait d’avoir en face quelqu’un qui ne parle pas ou peu. C’est d’ailleurs ce qui fait le plus rire dans ta famille un peu déséquilibrée. Tu parles pour tes frères. Si l’un ne parle pas parce qu’il est difficile à comprendre à travers son langage de chartier, l’autre est bien trop introverti et timide pour aligner des mots. Et parce qu’il n’en a pas envie aussi.

- Lyra, enchantée aussi.

Tu le vois regarder le tupperware et rigole en lui rendant son carnet.

- Oui, ce sont les fameux muffins. Vas-y, prends-les. Ils sont rien que pour toi. Mes frères n’ont pas compris pourquoi j’en avais fait plus que d’habitude.
Argawaen
Messages : 119
Date d'inscription : 14/11/2021
Région : Belgique
Crédits : Pintrest

Univers fétiche : Fantastique/Réaliste/Historique
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4792-salle-aux-echos#97120 https://www.letempsdunrp.com/t4828-sommaire-rp-s#97505
Argawaen
Mar 12 Juil - 15:32


Valentio23 ansEuropeBaccalauréatCélibataire
Voir plus d'info
Une histoire de citronfeat Lyra

Quelques chiffres :

Age : 23 ans
Taille : 1m66
Poids : 51Kg
Note social : 6/10

Quelques couleurs :

Cheveux : Roux
Yeux : Vert
Préféré : Rouge



Quelques détails :

Force : Profond | Réfléchis
Faiblesse : A la recherche de sensation | Muet

On remarque :

Ses boucles légères | Son silence | Sa " jeunesse " | Son amour pour la vie | Son sourire
Je me sentais un peu à l'écart dans ce monde de lumière et ces questions finirent pas tomber. J'avais un peu honte, peut-être un long sentiment d'illégitimité, qui me reprenait à la gorge alors que ma main se saisit de mon carnet. Je n'étais ni muet, ni sourd, loin de là. J'avais toujours eu une voix clair et douce, mais qui pouvait s'en rappeler ? J'ai saisis la boite d'un jaune éclatant, l'ouvrant pour découvrir le lit de pâtisserie, à la douce odeur de citron, qui était à l'intérieur.

J'en ai pris un, soigneusement et je l'ai observé, il avait l'air si moelleux, mes doigts s'enfonçant dans la pâte à la moindre petite pression de ma part. J'ai ensuite reposé le muffin devant la boite et j'ai repris mon carnet, plus hésitant cette fois, car ce n'était plus de l'adrénaline, mais déjà le doux sentiment d'être un imposteur, qui m'animait. J'avais déjà annoncé ça de toutes les manières du monde, sans jamais que personne ne comprennent. Et cette fois, alors que je traçais mes mots, je ne me faisais aucun espoir sur leurs sens profonds.

J'ai ensuite simplement retourné le carnet cette fois, l'utilisant plus comme un petit panneau ou j'avais juste écrit le mot " non ", deux fois, un pour chaque question. J'aimais bien la regarder s'apprêter, voir toutes ses poudres, couleurs et instruments qu'elle utilisait pour se transformer en muse d'un soir. J'ai sourie légèrement en la regardant faire, puis une fois que j'eu posé le carnet sur la boite pour lui permettre de lire, comme un écriteau en équilibre, je me suis enfin régalé de mon muffin.

Il était doucement acide, avec un voile de sucre et aussi moelleux qu'il avait semblé sous mes doigts. Je l'ai dégusté longuement, marchant les yeux fermés, pour en absorber toute la substance. Elle était douée et j'ai à nouveau ouvert les yeux avec un grand sourire pour lui indiqué d'un pouce levé, qu'elle pouvait être fier de son travail ! J'ai ensuite secoué, ma masse de boucle rousse, d'une main et me suis levé pour venir plus près d'elle. J'avais bien envie de rencontrer ses susdites frères, quelle étrange famille pouvait-elle avoir ?

Il y avait un rouge à lèvre près d'elle et alors qu'elle ne devait pas s'attendre à quoi que ce soit de plus de ma part, je l'ai attrapé et décapuchonné. Il était d'un rouge carmin, avec un petit effet doré dans la couleur, je l'ai examiné un moment, avant de l'utiliser pour tracer, pas trop grand non plus, sur le miroir.

" Personne n'entendait "

J'ai ensuite examiné mon travail, la couleur éclatante rendait bien, sur le miroir. L'avais-je fâchée ? Je ne m'en préoccupais pas pour l'instant, remettant consciencieusement le bouchon à sa place et le rangeant. C'était pourtant ma seule option. Je n'étais ni sourd, ni muet, le monde l'avait été à mon égare et je refusais de prétendre le contraire. J'ai toute fois ponctué mon geste, d'un petit " Hum " assez bruyant pour faire attendre ma voix, mais assez court pour qu'il ne serve qu'à indiquer que oui, je possédais belle et bien un voix.
Code by Landscape
LarkoDim
Messages : 83
Date d'inscription : 14/06/2022
Région : Occitanie
Crédits : LarkoDim (Av.)

Univers fétiche : Réel/Surnaturel
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5186-la-colocation-des-enfers https://www.letempsdunrp.com/t5197-listing-d-un-anxieux https://www.letempsdunrp.com/t5185-larkodim-une-plume-fragile-au-service-d-un-esprit-etrange
LarkoDim
Sam 16 Juil - 11:04

Lyra Lancas
J'ai la vingtaine presque trentaine et je vis en Europe. Dans la vie, je suis serveuse et danseuse et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureuse et je le vis plutôt bien.

Petite poupée d’un mètre soixante-dix-huit dans un monde d’homme. Son père, ses frères, ses amis proches sont des bikers. Des costauds portant un cuir avec un coeur de marshmallow caché sous le ronronnement des Harley.

Née avec un corps masculin, elle a fait sa transition vers l’adolescence avec le soutient infini de ses frères jumeaux et de son père.

Sa mère est morte en donnant naissance à ses frères et elle. Elle assume pleinement le rôle de la " maîtresse " de maison sans pour autant se sentir traitée de bonniche. C’est une fille, sœur de biker et cela se sent, se voit.

Excentrique, joyeuse, tactile et pleine de vie, elle assume qui elle est sans se faire marcher sur les pieds. Un peu tête en l’air et bavarde, elle est la meilleure amie des timides et introvertis.


Les Lancas:


Crédit av. leenisabel (Devianart)
Non. Rien de tout ça. Il n’est pas sourd, il ne parle pas la langue des signes. Tu essayais de ton comprendre un peu pourquoi, puis abandonna, comme si cela ne te dérangeait en rien. Tu te remets alors devant ton miroir, le voyant faire du coin de l’œil. Il semblait heureux de goûter à la petite pâtisserie faite main. Tu ne pouvais que sourire devant cette scène si douce et innocente, comme fière du travail que tu avais accomplis, le temps passé à bien faire les choses en suivant la vieille recette de ta mère, écrite main dans son carnet. Le seul souvenir qu’il te reste d’elle.

Tu te prends alors à faire tes cheveux quand tu le sens prêt de toi. Aucun geste brusque de recul de ta part, comme confiante, comme habituée. Tu le regardes faire, touchant du bout des doigts ton maquillage avant de prendre avec délicatesse un des rouges à lèvres présents sur la table. Tu le regardes faire, attendant de voir ce qui va en sortir, curieuse. Il semblait un instant hypnotisé par la couleur et tu souris de nouveau.

- Il est beau, hein?

Nouveau mouvement. Doucement articulée, tel un pantin, tu suis son mouvement de la tête et ton regard trace en même temps les lettres sur le miroir. Tu clignes lentement des yeux en relisant à voix haute, murmurant presque ces trois mots qui résonnaient en toi.

- Personne n’entendait...

Tes yeux chocolat se posent alors de nouveau sur le petit rouquin. Petit bruit de sa part et tu ne peux que sourire davantage.

- Si personne ne l’a entendu, c’est qu’ils n’étaient pas dignes. Moi, je suis prête à t’écouter s’il faut, et même parler à ta place si tu as envie. Et puis cela ne me changera pas de mon grand frère.

Petit rire alors que tu reprends le rouge à lèvre pour en mettre, léger. Tu l’étales du bout des doigts, pour le rendre uniforme et hausses les épaules.

- Lui non plus n’aime pas parler, comme s’il avait peur de déranger, comme s’il pensait que tout le monde s’en fichait… Je peux le comprendre en soit, je parle presque pour rien dire, même si personne ne m’écoute.
Contenu sponsorisé
Une histoire de citron.
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» tartelette : framboise, citron, ou chocolat ?
» C'est l'histoire de ma vie
» C'est l'histoire d'un con, un con qui...
» l'histoire de la vie.
» (f/m) histoire de famille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: