Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

In my wildest dreams, i never knew anyone can move me like you. Ft Oskar

Oskar
Messages : 130
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Ven 24 Juin - 0:19

Jonathan Switcher
J'ai 25 ans et je vis actuellement en France. J'ai trouvé un emploi aux Galeries Nouvelles, un des derniers grands magasins parisiens, au rayon prêt-à-porter féminin, comme je m'en sors à peu près on m'a aussi confié l'habillage des mannequins qui suppose paraît-il des compétences artistiques ?

Pour une fois qu'on voit en moi un talent que je ne soupçonnais pas, je ne vais pas m'en plaindre ! Et puis au moins, à toucher ces femmes-là je ne commets pas d'impair. Elles ne se dérobent pas, ne me toisent pas du haut de leurs talons aiguilles, et ne me renvoient pas à l'image de plus en plus désastreuse que j'ai de moi-même !

Je suis vendeur. Est-ce que ça me convient ? Je ne suis pas certain que ma réserve naturelle et mon silence habituel me permette de beaucoup faire de chiffre, mais bon, on ne va pas partir perdant !

Ce qu'il y a de bien avec ces magasins, c'est que tu n'as pas à harponner les client(e)s pour les faire acheter, les touristes qui regardent remplissent aussi le rayon et créent une impression de presse, il me suffit de me montrer, de faire des sourires, de demander discrètement si je peux renseigner, c'est dans mes cordes !

Pour faire passer le temps quand les allées se vident, je « croque » les passantes, et commence à avoir un carnet à dessin bien rempli.




Je vais, pas vraiment mal, mais pas vraiment bien. Je viens de rompre avec la femme que je voulais dans ma vie « pour l'éternité », et ai pris mes distances avec ma mère dont la positivité inébranlable me mine plus qu'elle ne m'aide à vivre ! Avoir quitté le giron maternel, et ma « fiancée » ça veut aussi dire que je suis à la rue, j'ai trouvé un arrangement provisoire mais il ne faudrait pas que ça s'apprenne... Je risquerais de sacrés problèmes si cela venait à l'oreille de ma hiérarchie.

Que puis-je dire d'autre ? Je suis né à Nice, pendant une virée en péniche de mes mère et grand-mère, par « erreur », ma famille vient de Hollande, pour ce que je connais, on m'a baptisé Jonathan mais j'ai une nette préférence pour Jon, qui fait bien moins « biblique ».

Je suis affublé d'une très légère myopie et porte des lunettes quand je suis fatigué, mais c'est rare, non pas que je sois fatigué mais que je sorte ces trucs qui m'ennuient à rester posés partout dés que je les retire.


avatar : Wim de Klerk - copyright: Gabsyale, laidswesen

In my wildest dreams,
i never knew anyone can move me like you.


Vicki Goodman & Jon Switcher

2022 – Début juin

In my wildest dreams, i never knew anyone can move me like you. Ft Oskar - Page 2 Selfie10

« Je me demandais surtout pourquoi j'étais toujours aussi... minable. Je suis sensée avoir une chance de changer tout ce qui n'allait pas dans ma vie précédente et qu'est-ce que je fais ? Je suis désagréable avec la seule personne capable de me rendre humaine»

C'est elle qui demande ça ? Alors qu'il m'arrive un truc invraisemblable ? Que je vis ce que personne ne vit et me retrouve -moi et non elle- incapable de me projeter ne serait-ce que sur le seuil de cette dimension incroyable ?

« Mais tu n'es pas du tout minable ! Moi je le suis ! Je suis là, comme toujours, même pas possible de faire passer ce que je pense au moyen des paroles ! Ton film, c'est pas qu'il m'intéresse pas, c'est que je ne sais pas de combien de temps on dispose ! Et regarder un film alors que tu pourrais bouger, te détendre, voir plus que ta vitrine ? Ça me paraît juste dommage ? Sinon, oui, je peux le charger, même ancien il y a des sites de streaming où on doit pouvoir le trouver ? Tu veux le revoir ? »

Il faut que je trouve les bons mots ! Après tout, même si elle est un rêve, au moins, j'aurais rêvé jusqu'au bout, intensément !

« Si on parlait plutôt de toi, pour changer. Il m'a semblé entendre que tu dormais ici. Qu'est-ce qui a fait que tu vives ici, toi aussi ? T'es plutôt... beau gosse. Je suis certaine qu'il y a des tas de filles qui aimeraient te prêter un bout de leur lit pour une nuit. Voir plus.»

Ouh là ! Elle commence fort... Est-ce que je sais seulement pourquoi c'est la seule solution qui m'est apparue viable ? Je suis toujours compliqué, même quand on peut faire simple. En fait, je suis tel que Gérald, le chef de rayon, me décrit : un inadapté social. Il ne se gêne pas pour le faire savoir, il baisse à peine la voix quand il le dit à d'autres employés... Ce type ne m'aime pas, dès le premier jours il m'a détesté, je me suis demandé pourquoi depuis notre première rencontre, mais jamais je n'ai vu les choses comme elle les voit ELLE.

Gérald, c'est un type apprêté, hautain, tiré à quatre épingles, qui parle haut et clair, s'écoute parler, il est … pas mal, mais sans son costard hors de prix, ses chaussures qui imitent le sur-mesure, ses cravates en soie voyantes, je ne sais pas s'il serait « beau gosse » ? En fait, je n'y connais absolument rien en beauté masculine et en virilité fatale. Lui en tout cas n'a aucun doute sur sa splendeur et sa capacité à conquérir toutes les filles, clientes, employées, responsables du magasin, et même... femme de ménage. Moi...

Moi, je privilégie les tenues « sport », les polos, les cols roulés, ici on ne porte pas de sweats ou de T-shirts mais ça serait plus mon style que les costards. Quand je fatigue, ou que l'éclairage est mauvais j'ai ces fichues lunettes, ça me donne un air intello gaucho et décadent -du moins le dit-il- en insistant sur le fait qu'intello, je n'ai vraiment que « l'air », ce qui est vrai. Mais je ne suis pas certain que lui ait les paroles de la chanson... Après tout, c'est un vendeur qui a « réussi » à se hisser chef de rayon, probablement parce que notre responsable de secteur est une femme ? S'il m'entendait, il deviendrait violet sous le sous-entendu. Je n'ai jamais donc, envisagé qu'il me jalouse ou me déteste parce que je suis « beau gosse » ! Mais elle a peut-être raison.

Que je le sois ou pas, c'est vrai que certaines filles semblent me trouver sympathique, ça doit être plus ma timidité, ma gaucherie, mes rougeurs soudaines que me beauté fatale, mais en tout cas, je retiens l'attention de femmes qui ne lui jettent pas un coup d'oeil, et le connaissant ça doit le vexer épouvantablement !

Laissons cela. Gérald n'est intéressant que parce qu'il me pourrit la vie et cherche à me faire éjecter de toutes les façons qui se présentent à lui.

Comment répondre à sa question ?

« Je pourrais te mentir et te dire que je ne peux me passer de ta merveilleuse beauté, mais ça serait … abject ! D'abord parce qu'avant ce soir je ne savais pas que tu pouvais être une femme, et ensuite parce que ce genre de discours... c'est franchement pas mon genre. Non, disons que … j'ai besoin d'un lit, et pas les moyens de louer une chambre, tout simplement. J'habitais avec ma mère et ma grand-mère, elles sont un peu … possessives. Et puis, j'ai rencontré la femme que je pensais... Enfin, tu te vois minable, je peux te jurer que si tu l'es, on fait la paire. J'ai rencontré une jeune femme, je lui trouvais toutes les qualités, on a emménagé ensemble, je me voyais passer toute ma vie avec elle. »

Ouais, toute ma vie... On a cohabité... trois mois. Avant qu'elle me dise qu'elle avait fait le tour de « moi » et que je pouvais me tirer pour laisser la place au suivant ! Elle a bien détaillé tout ce qui lui avait plu, mes performances au lit, ma gentillesse, mon humour parfois involontaire, ma douceur, l'habitude que j'avais de la faire passer avant moi-même... Ouais, j'étais un type bien. Qu'elle avait assez vu !

« Tu sais, j'ai pu te paraître très tiède devant l'extraordinaire qu'est notre rencontre, mais... Bah la scène que tu as racontée, pour ton anniversaire, je suis très capable de la vivre... Je ne sais pas si je te serai utile, si je suis capable de te servir à quelque chose... Je ne suis pas un mec hardi, ni très débrouillard. Je suis timide, pas très instruit, et... enfin si tu me trouves beau gosse au moins, c'est déjà ça, mais je ne suis pas trop certain de l'être non plus ! »

J'ai un sourire un peu... bête, disons-le. Elle m'intimide ! Elle est tellement belle ! Maintenant beaucoup plus encore qu'en mannequin inanimé ! Pourquoi est-elle revenue s'asseoir ? Sagement ? Elle n'a pas envie de profiter de sa liberté de mouvement ?

Tout à coup, j'ai une pensée tout à fait terre à terre ! Elle a faim ! Depuis combien de temps a-t-elle dit qu'elle était prisonnière ? Elle doit manquer de forces ! Comment se tenir debout en ayant jeûné tant de temps !

Je sors mon téléphone, autant qu'elle le regarde ma petite télévisios mobile .

Si je demande à Patrick d'accueillir un livreur parce que je crève de faim, est-ce qu'il va beaucoup râler ? Sans doute, il va me traiter de tous les noms, mais je sais qu'il ne m'en voudra pas longtemps.

« Tu as faim ? C'est pour ça que tu ne veux pas bouger ? Tu penses que demain et les autres nuits, tu seras là aussi ? Je veux dire « humaine »... Tu sais, j'envisageais de te voler ! Voler le mannequin pour t'emmener ailleurs, mais comme je dors au rayon literie, je ne peux même pas t'emmener chez moi... Si tu veux manger, je commande une pizza ? Ou du chinois ? Patrick va rouspéter si je lui demande de réceptionner mais il le fera, c'est un ami. Tu vois, on est relié au monde entier, par internet ! Je peux regarder un film, écouter de la musique, commander à manger -ou autre chose, des vêtements, des bouquins, en fait n'importe quoi-. Bien sûr tu peux aussi téléphoner, t'en servir de réveil, prendre des photos... »

Je m'arrête. Mais oui ! Un selfie !

« Mets toi à côté de moi ! On va prendre une photo de nous deux !»

J'ai le sourire maintenant, je l'ai noyée sans doute, mais j'ai l'impression que le temps est compté. Je pourrais lui acheter un téléphone, à elle ! Comme ça elle pourrait se désennuyer si je ne peux pas être là ? Je doute d'être absent un jour, mais sait-on jamais ?

Je la serre contre moi, cadre en inversant la caméra, et prends le selfie. Ma timidité a disparu sous l'effet de l'excitation, je rappelle la photo et lui montre !



@titekaori


Prendre son envol

et tout oublier
titekaori
Messages : 2560
Date d'inscription : 31/01/2019
Région : Les Hauts de France
Crédits : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

Univers fétiche : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
Préférence de jeu : Femme
flower
https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre https://www.letempsdunrp.com/t3703-m-pas-cheres-pas-cheres-les-p-tites-idees-de-rp-1-6 https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-silence-a-la-fois-denys-gagnon
titekaori
Lun 27 Juin - 17:31




Vicki Goodman
J'ai 35 ans, en 1987, et je vis à Los Angeles, Amérique du Nord. C'est du moins ce que je vous aurai répondu, si je n'avais pas atterri droit dans ce mannequin de plastique. J'étais également une starlette en perpétuel déclin, doublée d'une psychologue très peu réputé. Les clients ne se bousculaient pas devant la porte de mon bureau donc je m'en sortais tout aussi bien qu'au cinéma, misérablement. Plus personne ne supportait la personne aigrie que j'étais devenue, d'ailleurs. Sinon, grâce à ma malchance, j'étais juste bonne pour être le coup d'un soir et je le vivais très mal. J'ai toujours rêvé de fonder une famille, de faire de ma vie une aventure exaltante. La donne a comme qui dirait changé sur ce dernier point, semblerait-il.

In my wildest dreams, i never knew anyone can move me like you. Ft Oskar - Page 2 65f1674c04dfaa25b32796bcf1633486103a2d74
+ Vicky a vu le jour au cours de l'année 1952, dans une petite ville de province américaine dont le nom lui a échappé depuis fort longtemps. N'y ayant elle-même vécu qu'une année, cela n'a rien de bien étonnant cela dit. Sa mère a emmener toutes leurs affaires pour s'établir à Los Angeles, désireuse d'y faire de sa fille la future Marylin Monroe.
+ Les débuts étaient plutôt concluants, d'ailleurs. Vicky avait tout du bébé que les productions américaines, les agences de publicités, s'arrachaient. Ce ne fut qu'au cours de sa 7ème année, lorsqu'une série vint à être annulée par manque d'audience, que la lumière a cessée de briller pour elle, provoquant ainsi la colère de sa mère.
+ A partir de cet instant, les rapports mère/fille n'ont été que conflits. Rien de ce que pouvait dire Vicky, rien de ce que pouvait faire Vicky, ne suffisait à rallumer la flamme de l'admiration de sa génitrice. Pas même ses brillantes études en psychologie.
+ C'est à l'âge de 21 ans que Vicky enterra sa mère, décédé d'une cirrhose du foie, avant d'être totalement livrée à elle-même.
+ Depuis, elle cumulait les auditions ratés, ainsi que ses rendez-vous avec ses patients, peu optimiste quant à un bouleversement en sa faveur. Fait qui vient tout juste de changer, d'ailleurs, alors qu'elle vient à peine de voir le film "mannequin". Étrange coïncidence, non ?      
In my wildest dreams, i never knew anyone can move me like you. Ft Oskar - Page 2 Cb2d06c783ee509ccfad6a6e29b5a38b833c64ed


Katie Cassidy (c) james-andthemoon
Je dois dire que la réaction de Jon n'est pas celle à laquelle je m'attendais. J'imaginais bien qu'il essayerait de me rassurer quant au fait que je ne suis pas minable, mais pas que cela l'encouragerait à s'insulter lui-même ! Était-ce le mot magique pour qu'il comprenne que tous ce que nous vivons est réel ? Si c'est le cas : j'aurais mieux fait de me lamenter bien plus tôt sur ma pitoyable existence. Nous aurions gagner un temps fou. Mais pourquoi me croit-il à présent ? C'est la question que je me pose, lorsque le jeune homme me parle à nouveau du film que je lui suggérais. C'est donc vraiment pour ça qu'il n'a pas voulu le regarder ? Parce qu'il est persuadé que j'aurai préféré me dégourdir au lieu de le revoir ? C'est tellement adorable. Je ne dis pas que je n'ai pas envie de quitter cette vitrine pour visiter la boutique qui m'expose mais... cela me semblait inévitable puis... c'est quoi "des sites de streaming" ? Je m'apprête à lui poser la question, quand le vendeur se décide à m'informer sur la raison de sa présence nocturne en ses lieux. Il avoue qu'il aimerait me mentir en me disant qu'il ne peut se passer de ma merveilleuse beauté -ce qui me flatte considérablement- mais trouve cette idée bien trop abject pour s'en contenter. Il opte donc pour une totale transparence, me dévoilant bien plus sur sa vie que je n'aurai pu le désirer.

"_ Dur."

Je souffle doucement, n'ayant pas réellement le temps de rebondir davantage à ces confidences. Car c'est que c'est un véritable moulin à parole ce gars. Il n'y a plus rien qui semble l'arrêter. Une idée qui ne manque pas de me faire doucement rire, pendant qu'il continue de me parler de lui. Il doute de pouvoir m'être utile. Il se définit même comme quelqu'un d'empoté, de timide et d'idiot. C'est un peu excessif comme description de lui, je trouve. Pourquoi serait-il tout ce qu'il prétend être ? Parce que des personnes de son entourage lui ont souvent répétés ? Ce ne sont pas forcément des vérités. Ma mère n'a eu de cesse de dire que je ne ferai jamais rien de bon de ma vie, là où j'aidais des dizaines de patients à ce sentir mieux dans leur peau.

"_ Ce n'est pas parce que l'on ne correspond pas aux attentes de nos proches que nous sommes tout ce qu'ils prétendent de nous, Jon."

Je rétorque au jeune homme, surprise moi-même de faire preuve de bon sens à ce sujet. Car je ne suis pas un exemple. Loin de là. J'ai toujours eu une image déplorable de ma personne. Mais il faut croire que je ne trouve cela logique que pour moi.

"_ Que tu sois "beau gosse" ce n'est qu'un plus pour moi. J'ai le plaisir des yeux, en plus du plaisir d'échanger avec toi."

Il a beau avoir mit énormément de temps à franchir l'étape suivante, je suis heureuse de partager cette expérience en sa compagnie. Je n'aurai pas aimé un type comme son collègue, prétentieux à souhait. Il aurait eu l'indélicatesse de faire celui qui sait tout sur tout et cela m'aurait très vite agacé. Puis, rien ne dit que l'expérience doit n'apporter quelque chose qu'à moi. Peut-être cela l'aidera lui aussi à prendre confiance en lui, à voir ces nombreuses qualités ? J'en vois déjà quelques unes, pour ma part. Car qui d'autre qu'un homme bienveillant se soucierait que je puisse être affaiblie par la faim ? Qui d'autre qu'un homme généreux se dévouerait à me commander un repas -au risque de perdre son logement provisoire- afin que mon appétit soit sustenter ? Certainement pas ce... Voilà que j'ai oublié son prénom à ce pervers. Qu'importe. Je me concentre sur le flot de parole qu'il m'adresse, contenant quelques questions, avant d'obtenir certaines explications quant à sa télévision mobile. On n'arrête pas le progrès. C'est connecté au monde entier grâce à internet, ce qui lui permet de faire une multitude de choses. Et de ce que je comprends : cet appareil fait tout en un. Plus besoin d'acheter une télévision, un livre, une radio-cassette, un réveil ou encore un téléphone fixe. Tout ce que l'on peut avoir besoin se trouve dans ce condensé de technologie, y compris un appareil photo. Je m'installe à côté de lui comme il me le demande, avant qu'il ne prenne un cliché de nous. Et... Comment dire ? Le rendu n'est pas réellement ce à quoi nous aurions pu nous attendre. Je suis bien sur la photo à côté de lui, souriante, mais en tant que mannequin de plastique.

"_ J'imagine que "ceux" qui ont crée cette malédiction ont prévu toutes les éventualités possibles. Je souffle à son intention, navré de cet échec. Puisque j'imagine qu'il a voulu une preuve concrète de mon existence, afin d'affirmer à tous qu'il n'est pas fou ? Je pense vraiment que nous devrions regarder ce film. Je reprends, très sérieusement. Il va nous prendre une heure trente de notre temps, mais il t'éclairera peut-être un petit peu plus sur la situation."

Ce film est vraiment la notice idéale à toutes ces questions. Il apprendra que je n'ai ni faim -ni soif- et que je suis en pleine forme. Il découvrira également que je serai présente à chaque instant où nous serons totalement seuls, avant de reprendre ma forme originel devant toutes sortes de témoins. Nous devons visionnés ce film. Il m'apparait comme essentiel à la suite de notre... relation.



@Oskar
Oskar
Messages : 130
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Jeu 30 Juin - 8:48

Jonathan Switcher
J'ai 25 ans et je vis actuellement en France. J'ai trouvé un emploi aux Galeries Nouvelles, un des derniers grands magasins parisiens, au rayon prêt-à-porter féminin, comme je m'en sors à peu près on m'a aussi confié l'habillage des mannequins qui suppose paraît-il des compétences artistiques ?

Pour une fois qu'on voit en moi un talent que je ne soupçonnais pas, je ne vais pas m'en plaindre ! Et puis au moins, à toucher ces femmes-là je ne commets pas d'impair. Elles ne se dérobent pas, ne me toisent pas du haut de leurs talons aiguilles, et ne me renvoient pas à l'image de plus en plus désastreuse que j'ai de moi-même !

Je suis vendeur. Est-ce que ça me convient ? Je ne suis pas certain que ma réserve naturelle et mon silence habituel me permette de beaucoup faire de chiffre, mais bon, on ne va pas partir perdant !

Ce qu'il y a de bien avec ces magasins, c'est que tu n'as pas à harponner les client(e)s pour les faire acheter, les touristes qui regardent remplissent aussi le rayon et créent une impression de presse, il me suffit de me montrer, de faire des sourires, de demander discrètement si je peux renseigner, c'est dans mes cordes !

Pour faire passer le temps quand les allées se vident, je « croque » les passantes, et commence à avoir un carnet à dessin bien rempli.




Je vais, pas vraiment mal, mais pas vraiment bien. Je viens de rompre avec la femme que je voulais dans ma vie « pour l'éternité », et ai pris mes distances avec ma mère dont la positivité inébranlable me mine plus qu'elle ne m'aide à vivre ! Avoir quitté le giron maternel, et ma « fiancée » ça veut aussi dire que je suis à la rue, j'ai trouvé un arrangement provisoire mais il ne faudrait pas que ça s'apprenne... Je risquerais de sacrés problèmes si cela venait à l'oreille de ma hiérarchie.

Que puis-je dire d'autre ? Je suis né à Nice, pendant une virée en péniche de mes mère et grand-mère, par « erreur », ma famille vient de Hollande, pour ce que je connais, on m'a baptisé Jonathan mais j'ai une nette préférence pour Jon, qui fait bien moins « biblique ».

Je suis affublé d'une très légère myopie et porte des lunettes quand je suis fatigué, mais c'est rare, non pas que je sois fatigué mais que je sorte ces trucs qui m'ennuient à rester posés partout dés que je les retire.


avatar : Wim de Klerk - copyright: Gabsyale, laidswesen

In my wildest dreams,
i never knew anyone can move me like you.


Vicki Goodman & Jon Switcher

2022 – Début juin

In my wildest dreams, i never knew anyone can move me like you. Ft Oskar - Page 2 Przot-10

Elle tient vraiment à regarder ce film. Après tout pourquoi pas ? Je n'ai jamais eu tellement l'occasion d'aller au cinéma, à part les inévitables Disney étant enfant, et encore, ma mère comme ma grand-mère trouvaient qu'ils « programmaient » un gamin à devenir un bon consommateur muet et docile... J'aimerais bien avoir cette capacité, à quoi bon être en rébellion continuelle contre un monde que tu es obligé de côtoyer et qui s'impose à toi ? Peut-être que si j'avais eu plus de références communes avec les jeunes de mon âge, même filmographie, même lectures, même jeux, je me serais mieux intégré ? Bon... Inutile de partir sur des digressions sans fin et de me demander pourquoi et comment je suis toujours le mec qu'on laisse sur le banc ? Disons que c'est mon lot dans cette vie -dans LA vie, car je ne crois en rien qui me donnerait une seconde chance !-

ELLE est la seule aventure qui m'arrivera jamais ! Même si au fond de moi je crains toujours de la rêver et de perdre la raison, je préfère finir fou et heureux que traîner mon vague à l'âme encore trente, quarante, cinquante ans ? Qui sait ? Je sors donc mon téléphone...

D'autant qu'elle m'a dit quelque chose de si... gentil ! Et vrai, pourquoi ne me dis-je jamais ça moi aussi ? Alors qu'à ELLE je le retournerais tout de suite ?

« Ce n'est pas parce que l'on ne correspond pas aux attentes de nos proches que nous sommes tout ce qu'ils prétendent de nous, Jon. »

« Tu as dit « Mannequin » en 1987 ? J'espère que je vais trouver ça, ça commence à dater »

Zut ! Elle a vécu à cette époque, je viens de lui dire qu'elle est vieille ! Mais quoi, moi je n'étais pas né...  J'essaie un premier site : rien, un second : rien ? Pourtant ceux-là sont bien complets, on y trouve presque tout ce qu'on veut et même si c'était « mannequins » avec un S ils me le sortiraient, l'orthographe, les modules de recherche en ligne s'en tapent, ça vaut mieux vu la façon dont certains internautes écrivent... Elle me regarde, je dois paraître perplexe...

« Tu es sûre du titre ? On peut chercher dans la filmographie des acteurs si je ne trouve pas ? C'est bizarre, ce n'est pas très récent mais pas non plus préhistorique comme date... C'est bien un film ? Pas un documentaire ? Il y a d'autres sites spécialisés dans les documentaires ... »

J'ai continué les recherches, il doit y avoir un cinquantaine de sites, je n'en connais que trois ou quatre, en général ils me suffisent largement ? Ah !

« J'ai trouvé ! Ah... non... Celui-là c'est 1937... Et le résumé ne raconte pas du tout ton histoire... Une fille qui se marie avec un escroc et qui veut faire chanter un industriel amoureux fou d'elle, mais finalement divorce de son voyou et se marie avec le type riche parce qu'il est ruiné...»

Résumé comme ça c'est idiot, mais ça reflète l'époque, du drama avant la première guerre mondiale, à faire pleurer dans les chaumières... En tout cas pas de vendeur qui voit s'animer le mannequin vedette de sa vitrine.

Je suis déçu, je voulais lui faire plaisir... Elle tenait tellement à voir son film. Jamais il ne me viendrait à l'idée que le film, elle a pu se le faire, dans sa tête, ce n'est pas mon genre de ne pas croire une femme, surtout ELLE. Ce sont mes sites qui sont nuls... Il n'a pas dû avoir assez de succès son film, et ils ont fait l'impasse dessus ? Encore que le navet de 1937... A-t-il eu du succès ? Peut-être à cause des acteurs ? Joan Crawford et Spencer Tracy ?

Je la suppose déçue et m'enhardis un peu... Si elle est triste, va-t-elle s'en aller ? Non ! Je ne veux pas ! Maintenant qu'elle est là, soyons fou -que ce soit vrai ou pas- aimons nous ? Je serre ses mains dans les miennes... et pose un baiser des plus timides sur ses lèvres si magnifiques... Juste tout petit, il ne sera jamais dit que je roule des patins de ouf, je ne suis pas Gérald...

Malheureusement ? Lui l'aurais déjà emballée... Ou se serait pris une paire de claques. Je rêve de voir Gérald se prendre une gifle magistrale devant toutes les vendeuses de l'étage parce qu'il s'est permis des privautés avec une cliente digne et respectable !

« Je suis désolé. »

De quoi ? D'avoir volé un coin de ses lèvres ou de ne pas trouver le film ? A elle de le dire... Moi, surtout de ne pas lui donner son film, ses lèvres...

« Tu vois... Je suis bon à rien, je ne peux même pas te faire plaisir... Tu es tellement... »

Arrête Jon ! Tu es déjà pathétique... Elle est magnifique, phénoménale, remarquable, superbe, incroyable, sublime... Elle est sans doute surtout irréelle, issue de ton imagination malade de solitude et de désespérance, mais ne pense pas à ça ! Crois mon garçon ! Crois ! Si tu crois en elle, elle ne disparaîtra pas ?

« Tu ne vas pas t'en aller ? »

Ça sonne comme une prière. Ne pars pas ! Laisse-nous profiter de cette nuit ! Demain, toute la journée, je vais te voir inanimée, rigide, toujours fabuleuse mais « morte », et je vais me torturer à me demander si j'ai rêvé ou pas, si je te retrouverai ou pas...

Je regarde la photo que j'ai prise... C'est bizarre, elle a eu l'air de dire qu'elle n'était pas « humaine » dessus ? Moi, je la vois telle qu'elle est devant moi ? C'est peut-être vraiment ça la « malédiction » dont elle parle ? Je suis le seul à la voir ! Le seul ! Même elle ne se voit pas en dehors de mon regard ?

Je pense à haute voix...

« Cette fille que j'ai cru aimer... Elle ne t'arrivait pas à la cheville, mais j'avais tellement besoin... Tu sais de quoi j'ai peur ? C'est que demain soir j'attende, en vain, que tu reviennes  comme ce soir... Et que le temps passe, que tu restes prisonnière de cette apparence figée, que je sois là devant toi à ne rien pouvoir faire ? Juste à mesurer combien j'ai perdu et combien je n'ai pas su te servir à quoi que ce soit ?! »

Je le pense oui, je le crains, c'est ma terreur du moment... C'est viscéral... Mais si ça se trouve, je perds juste l'esprit et fais une déclaration à...

un mannequin en plastique ?



@titekaori


Hum...:


Prendre son envol

et tout oublier
Contenu sponsorisé
In my wildest dreams, i never knew anyone can move me like you. Ft Oskar
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» I like to move it, move it (Lust)
» Art3mis * I knew you were trouble
» To recall the love we knew. (Flo & Lully)
» Dracoola ♠ But oh my heart, was flawed I knew my weakness
» (m) I met you in my dreams

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction-
Sauter vers: