Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
L’édition Collector de la BD Saint Seiya ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

American dreams [Ben & Dara]

Mandrin
Messages : 49
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Noob
Mandrin
Jeu 26 Mai - 13:34

Cray
J'ai 50 ans et je vis à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis employé de maison et je m'en sors comme un chien. Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je peux me transformer en chien, c’était pas une façon de parler. Enfin parfois, je me pose la question : je suis peut-être un chien qui peut se transformer en homme. Au fond, est-ce que ça ferait une différence ?
American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Sans-titre-2
Je travaille pour Marjo Paavolainen, occultiste, en fait ma famille travaille pour sa famille depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne. Ses travaux tournent autour du vaudou et je vais souvent prospecter sous les tropiques pour lui ramener de l’information.

Un sorcier local s’y rend aussi, de plus en plus souvent ces dernières années, auquel cas les Paavolainen me « prêtent » et il me sert de maître de substitution. Il est terrifiant, mais c’est la vie.

En le fréquentant, j’ai croisé les amis de son fils à la fac et de fil en aiguille, je me suis retrouvé père, à 48 ans, c’était vraiment pas sérieux.

Ils ne sont pas seuls ici. Il y a une âme qui erre. Est-ce que ce serait l’âme de la maison ?
Là d’où vient Cresus, la maison en a une, il l’a déjà vue, elle peut presque prendre forme. Un eggrégore de rites partagés et de croyances amoncelées, qui s’est nourri de substances infâmes et de toute la vie putride du marais, comme il a entendu dire, il ne sait plus où. Pas le genre de chose qu’on a envie de rencontrer au fond d’un grenier.
Qu’est-ce que c’est que cette connexion entre les nécromanciens et les marécages ? Ça ne le concerne pas, il ne veut pas savoir. Benedikt est sauvé, reste la voix mourante dans le corps de porcelaine brisée et son appel, qu’il ne peut pas plus ignorer que l’appel d’un maître.

« Je suis là. Je vais veiller sur toi. J’ai promis. »

Kyril va devoir absorber un choc qui ne lui était pas destiné, mais au moins dans son cas, son pouvoir y est adapté. Peut-être qu’en frictionnant les zones marbrées, la circulation va repartir. Ou, il y a ce truc, connu de ceux qui n’ont pas accès aux soins hospitaliers. L’eau glacée. Y plonger la tête discipline le coeur quand il ne sait plus ce qu’il fait. Le coeur croit qu’on se noie, il panique… un choc salutaire.
De toute façon il faut de l’eau froide, où trouver ça dans une chapelle, dans le foutu bénitier ? Mais ce n’est pas une chapelle, c’est une extension de laboratoire. Il doit y avoir l’eau courante tout près, ne serait-ce que pour nettoyer. Ce genre de rituels, il sait à quel point ça peut vite devenir salissant.
L’eau s’étend sur la peau pâle, le froid endolorit les phalanges de Cresus.

Il n’arrive plus à utiliser ses mains précisément, il n’arrive plus à réfléchir. Sa nature animale essaie de prendre le dessus. Ses mâchoires claquent, il sent les cheveux sur sa nuque qui se hérissent et la lueur animale dans son regard qui flamboie, un grondement qu’il retient endolorit sa gorge. La loyauté qui fait l’essentiel de sa nature et de ses pouvoirs se débat pour s’exprimer, envers et contre tout, y compris les limites de la réalité.
La loyauté n’existe que lorsqu’elle est offerte librement. Sinon, c'est juste un sacrifice. Une nuance qu'un militaire comme Dara aurait sans doute pu lui expliquer. Un sourire triste éclaire son visage, c'est pour lui qu'ils sont venus et il ne sait pas ce qui va lui arriver.

« Bonne chance… Pour aider Dara, » dit-il avec effort, en jetant un regard en direction de Benedikt. « Essaie le dialogue, mon frère. Les démons aiment les pactes. C’est avec ça qu’on les attrape. »

Si seulement il lui avait fait confiance et l’avait écouté, s’il avait parlé gentiment à Kyril. Mais personne n’écoute Cresus. Personne ne veut bien croire que ses valeurs stupides pourraient être utiles à quelque chose. Si… Une personne. Son frère le loup. Sa taille se redresse, son corps se déforme, son museau s’allonge, ses crocs brillent… tandis que de toutes parts, la fourrure noire surgit à travers sa peau. La métamorphose ne s’achève pas, elle reste suspendue, à mi-chemin, parce qu’il a promis d’être un protecteur et pour cela, il lui faut toutes ses forces : toutes celles de l’homme, toutes celles de la bête. Ni un homme, ni un chien : quelque chose entre les deux. Quelque chose de plus.
Et pour une fois, ce quelque chose va vraiment se rendre utile.
Il a promis.

« Je n’aime pas comment on te parle ici. Je n’aime pas comment on te traite. »

A qui parle-t-il ? A l’homme, au chien qu’il a été ? Ou à cette frêle forme pâle qu’il soulève entre ses bras. En ce moment, c’est la même chose, une cause unique, qu’il défendra s’il le faut. Les pas s’allongent, rapides et puissants, les pas d’un fauve qui court pour rejoindre la forêt. Il est probablement un peu monstrueux en ce moment, mais il sait que Crow le reconnaîtrait immédiatement, et cette pensée l’empêche de perdre ses moyens : il sait exactement qui il est, ça n’a pas changé. Son âme est intacte. Et il ne compte pas la perdre. Il emporte Kyril, et il emporte son âme. Quand l’appel viendra les chercher… il ne sait pas. Il y a toujours répondu. Aujourd’hui, il ne sait pas, car à ses maîtres, il n’a jamais rien promis. On n’a pas pris la peine de le lui demander et il ne l’a pas fait spontanément. Et les Tarock ne sont pas ses maîtres.
Ils auraient pu être des amis et ils ont choisi d’être autre chose.

Les possesseurs de ces deux entités vont probablement lui déclarer la guerre pour ça. Ex possesseurs. Ils ne possèdent plus rien maintenant, la forêt a tout repris. Mais il y a une chose qui les a peut-être suivis… à moins qu’elle ait été liée à la maison. Ce n’est pas par peur de cette chose qu’il disparaît à grands pas, les bras refermés sur son fardeau précieux, comme les monstres emportent les enfants dans les contes. S’il a peur d’une chose, c’est de cette chose qu’il est tout à coup et qu’il ne connaît pas. Il ne savait pas qu’il en était capable. Une porte qu’il ignorait pouvoir ouvrir. Chien battu, forgé de compulsions et de rituel, terrifié par l’immensité sauvage qui se déploie dans son âme. Fait pour mourir sur le tombeau de son maître le cas échéant, mais fait pour survivre à tout le reste, et pour aider à survivre ceux qui font appel à lui.



American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Ezgif-com-gif-maker-2022-04-25-T100505-014

I know who I am now, and all that you've made of me
I know who you are now, and I name you my enemy
I know who I am now, I know who I want to be

Oskar
Messages : 115
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Jeu 26 Mai - 20:56

Ben Jensen
J'ai 35 ans et je vis à en Louisiane , aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis guide touristique et je m'en sors pas trop mal.. Sinon,  je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
J'ai une particularité, je peux me transformer, en vautour moine... Un grand oiseau aux plumes brunes, un peu dégarni, qui surveille en vol plané les proies éventuellement restées d'une chasse menée par un autre... Un charognard ? Disons, un écologiste qui gère la pénurie et récupère les ressources ! Ce n'est pas pour me vanter, mais mon comportement humain en est très proche, j'ai horreur du gâchis.



Sinon... J'ai autre chose qui sort de l'ordinaire... Mon colocataire. C'est un garçon fantastique, un ex officier des Marine's, décoré de je ne sais quelle médaille, je n'y connais pas grand chose, mais il a un uniforme classe qu'il garde dans un placard parce qu'il n'a plus le droit de le porter en étant redevenu civil...
Notre rencontre a été... étrange pour le moins.
Et notre cohabitation l'est également. Il a besoin de boire du sang, est capable de lire dans l'esprit des gens, de leur dicter leur conduite par lien mental... Ce qu'il est ? Nous n'en savons fichtre rien, les vampires ça ne sort pas le jour ? Il prend des bains de soleil sans gêne...



Lui et moi, nous sommes liés, par le secret, et par une amitié hors paire. Échange de sang, fraternité, fidélité... Personne n'y touchera, et il ne permettrait pas qu'on me touche non plus ! J'en mettrais ma main au feu.



American dreams
Cresus ft Dara, Ben, Louis-Marie Jakob, Kyril



Dara ! Je ne rêve pas, il leur a échappé, comment il s'y est pris je l'ignore mais il est là, il m'entoure de ses bras, pose sa tête sur la mienne dans ce geste que j'aime tant... Le petit sorcier n'est pas un bijou, mais c'est un brave gosse, entre l'attaque et mes soins, il est réduit à néant, presque comateux...

Je me laisse cajoler, les autres peuvent arriver d'un moment à l'autre, mais je ferai face, avec l'aide de mon bidasse je me lève et vais dans la boîte à gants chercher l'arme que je ne porte jamais... C'est un souvenir d'adolescence dirons-nous... Un fermier dans nos campagnes a une arme, certains pour chasser, d'autres pour défendre leur peau de métamorphe.

En parlant de change-peau, Cresus me donne un spectacle que je n'avais jamais eu l'occasion de voir ! La chamane du camp -enfin des fermes Jensen- en parlait, mais en dernier, je n'écoutais plus Bethany... Bethany, c'est la femme qui m'a promis sa main pour épouser un cousin deux fois plus âgé mais plus riche aussi, elle n'a jamais parlé d'amour pour lui, juste de sécuriser sa vie ! J'ai pris ça comme une double trahison, envers moi, jeté comme un malpropre, et envers lui, qui se croyait apprécié pour sa personne. Peu de temps après, j'ai fait mon sac et ai dit adieu à mes parents... J'y retourne parfois, mais je fais en sorte de ne plus jamais croiser la chamane.

Pourtant, dans son domaine elle était compétente, et instruite... Elle a fait état de métamorphoses « partielles », ce qui a donné naissance à des tas de légendes, des hommes-loups, hommes-oiseaux avec des ailes, homme-rats... Simplement des métas qui maîtrisent tellement leur état qu'ils parviennent à prendre dans leurs deux natures ce qu'ils souhaitent utiliser, épouvantant ceux qui les croisent quand ça arrive. Devant nous, se tient un chien-garou, et ce chien-garou tient au creux de ses bras poilu un petit sorcier qui me paraît soudainement... autre que ce qu'il paraît ?

Cresus s'enfuit en emmenant Kyril, avant que je n'ai pu le mettre en garde ! Avant aussi que mon nez qui a saigné ait retrouvé son plein odorat. Le rouquin est lové, ce que Dara dirait « en position foetale » en langage bien humain, et que moi j'appellerais un œuf. Mais de ma part, bien sûr, un embryon est un œuf... Je suis un oiseau.

Ce qui m'inquiète moi, c'est ce que je ne sais pas identifier en Kyril... Et le fait qu'aveuglé par son serment, et probablement ce qui l'a motivé, Cresus ne sente pas ce qui m'a médusé ? Si c'est ce que je pense, il devrait en être averti aussi ? Quel âge a Kyril ? Est-ce qu'il s'est révélé ce soir ? Ce qui inquiète Dara est tout autre, il regarde vers la maison, il renifle, il tend son mental. Je ne sais pas ce qu'il sent ou voit, mais je sais qu'il cherche, qu'il scrute les esprits à l'entour traquant une chose inconnue et inaccessible pour moi.

Pour l'instant, je sors mon arme, et m'apprête à m'en servir si l'un des deux hommes qui viennent de sortir de ce palais des horreurs fait mine de remettre la main sur Dara ! J'ai le droit à un sourire franc -franc ? De ce bellâtre de Tarock?-

« Ne craignez rien Benedikt, le malentendu est dissipé, je vous présente le Docteur Laveau »

Je garde quand même l'arme en main, qu'ils essaient de me la prendre ! En moi-même, je sais, comme eux, combien c'est illusoire... Il m'a suffit de quelques minutes pour tomber à genoux devant Kyril, la mort déjà prête à m'embarquer pour un voyage sans retour. Je dois avoir piteuse apparence parce qu'il continue le putain de sorcier, enfin non, c'est l'autre, sa voix est plus perçante, ce type au quotidien doit être une torture pour les oreilles.

« Vous avez rencontré Kyril j'en ai peur ? Venez, il vous faut des soins et un remontant. »

Personne n'a demandé où ils sont, Cresus et Kyril... Ce n'est pas moi qui le dirai... Dans un murmure, tandis que Dara m'a confirmé d'une pression que le danger est écarté, le toubib ajoute.

« Elle est toujours là, vous la sentez Tarock ? La magie de Kyril l'attire toujours, elle lui tourne autour avec je ne sais quelle intention... »

Je ne sais pas de qui il parle, mais j'ai l'impression que Cresus va avoir du mal à tenir sa promesse... Quelle idée aussi « Je suis là. Je vais veiller sur toi. J’ai promis. »  ! Mais n'ai-je pas promis la même chose, il y a deux ans désormais, à un demi-vampire couvert de sang et agonisant presque ?

Je tourne la tête, j'ai senti quelque chose, quelque chose d'étrange... Enfin comme s'il y avait quelque chose qui ne le soit pas, ici ce soir.


American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Vautou10American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Oeuf_d10American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Chien_10

@mandrin

« Kyril » - « Ben » -  « Cresus » - « Louis-Marie » - «  Dara »


Prendre son envol

et tout oublier
Val
Messages : 108
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Ven 27 Mai - 10:52

Kyril Zorkin
J'ai 22 ans et je vis désormais dans les environs de La Nouvelle Orléans en Louisiane, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis … que suis-je ? C'est déjà une question à laquelle je peine à répondre. Je m'en sors plutôt bien, depuis peu.. Sinon,  je suis célibataire et je le vis parfaitement.

Informations supplémentaires ici.
Je suis né à Moscou, dans un quartier pourri de Moscou, l'aîné, des trois enfants d'Oksana et d'Ivan Zorkin. Rapidement j'ai compris que mon père avait à mon égard une sorte de rancune dont je ne savais pas l'origine. Je pensais que ma mère s'était fait épouser à cause de sa grossesse, je suis né si tôt après leur mariage. Puis, j'ai su qu'il n'était même pas mon père et s'était marié pour le petit pécule qu'elle ramenait de l'étranger... Elle s'était prostituée, et avait reçu de mon géniteur de quoi rentrer au pays. En soi, ça faisait de lui un type presque bien ? Il aurait pu ne rien faire ?

Dans une scène digne du plus mauvais drama d'un cinéma décadent, j'ai appris que j'étais un descendant direct de Marie Laveau, la reine du Vaudou au XIXe siècle. Mon père, Louis-Marie Laveau, mon employeur aussi, me l'a jeté à la figure avec des résultats d'analyse de notre ADN. Notre ADN ! A part que moi, je n'ai jamais donné mon accord pour être « analysé » ? J'ai avec le Dr Laveau des rapports complexes, faits de crainte, d'envie, de rage... et je crois bien d'amour. Comment je suis arrivé là ? C'est une longue histoire. Mais cette parenté explique bien des choses.



Mon enfance a été ponctuée de crises plus ou moins graves. Ivan Zorkin me haïssait, et plus je grandissais, plus cette haine se montrait au grand jour. Ma mère... laissait faire. Je sentais en elle à la fois de la pitié et de la peur, comme si elle avait su des choses sur moi que j'ignorais. J'en faisais les frais, les coups s'abattaient, elle ne s'interposait jamais, mais venait me soigner.

Il faut dire que j'étais un étrange enfant, je suis parait-il un étrange adulte. Tout jeune, j'ai découvert que j'entendais et voyais des choses que d'autres ne percevaient pas, que j'avais sur les corps et les esprits des pouvoirs effrayants. Un camarade qui m'insultait venait tout à coup manquer de souffle, le sang n'arrivant plus au cœur... Je pouvais d'un trait de pensée valoir une journée noire à un autre qui s'était moqué, appelant sur sa tête tous les tourments du monde, il se blessait, brisait un objet cher, faisait une gaffe impossible à rattraper, dévoilait un secret bien gardé et lourd de conséquences... malgré lui, juste parce que j'avais murmuré « Je te maudis ! Puisse ta vie devenir un enfer ! ». ça ne durait pas, mais ça faisait peur. Personne ne voulait nommer la chose, mais plus les années passaient et plus on m'évitait.




Ma mère a fini par me confier à Luba... Luba, son nom ramène le sourire sur mes lèvres... Elle était vieille et d'une telle laideur qu'elle en semblait belle. Des traits grossiers, coupés au couteau, des lèvres drues et sombres, une peau ridée comme de l'écorce. Elle avait de rares cheveux blancs, fins et bouclés, des yeux d'un bleu si pâle qu'on les trouvait éteints. Elle a été ma maîtresse, mon initiatrice, et ma destinée. C'est elle à sa mort qui m'a envoyé en Louisiane... « Va, là-bas, on t'attend. » Qui, quoi ? Je ne l'ai pas su. J'ai traversé la moitié de mon pays, passé la frontière en Norvège, et me suis caché sur un bateau qui partait au Canada... J'ai mis deux ans, en me cachant, en offrant de moi la seule chose vendable, mon innocence et ma rousseur... Et je suis arrivé. Chez moi.





American dreams
Cresus , Dara, Ben, Louis-Marie, Kyril, Jakob...

American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Bayou010

«  Je suis là. Je vais veiller sur toi. J’ai promis. »

Je m'accroche à lui, j'ai besoin de son contact, besoin de sa vie ! Oh je ne la lui prendrais pas ! Non, je ne prends pas les vies si je peux éviter ! Mais de la chaleur, il me faut de la chaleur, pour renaître... C'est le feu qui ramène la vie disait Luba, elle disait aussi que j'étais exceptionnel, unique, mythique ! C'est la seule personne que j'ai rencontré qui m'ait parlé ainsi, tous me trouvent stupide, incapable de maîtriser ce pouvoir qui m'habite, bizarre, voire monstrueux ! Tous, sauf Luba... Et lui !

« Je n’aime pas comment on te parle ici. Je n’aime pas comment on te traite. »

Moi non plus je n'aime pas comme ils le traitent, me traitent, et même ont traité Dara. Ils ont le pouvoir de la mort, moi aussi, mais moi... Je l'entends qui me parle même si je ne réponds pas, je me blottis contre lui quand il me prend dans ses bras, en sécurité, tout contre son coeur... Lui aussi  est « différent », pas différent du Docteur ou de Monsieur Tarock, non différent de lui-même, comme je le sens, je le sais, je vais l'être. Alors qu'il m'emmène, vite, loin, qu'il soit le seul avec moi à savoir ! Je murmure, à peine audible, mais je suis sûr qu'il saura entendre...

« Je vais te montrer mon secret … Jure, jure de le garder pour toi...»

je m'accroche, qu'il m'emmène ! Vite !

Je vais disparaître, dans ses bras puissant, la vie me quitte et me transforme recroquevillé en une sorte d'ovoïde de pierre... C'est une façon de parler, mais … pas uniquement. C'est arrivé une fois, une seule, j'avais été pris à partie par un groupe d'élèves, une bande de gamins braillards et bravaches... Ils m'avaient insulté, traité de débile mental et de monstre, et puis... Ils avaient voulu me frapper, et là, il s'était passé comme toujours. J'avais tendu les mains, et l'un d'eux était tombé à genou, pris de malaise. L'un d'eux, le plus fort, le plus virulent, celui dont j'avais le plus peur ! C'est curieux ce souvenir ? Ils auraient dû faire comme Cresus ? Se préoccuper du blessé ? Mais ils se sont rués sur moi, l'un a même fait un signe de croix, parlant de démon à terrasser ?

Je ne suis pas un démon ! Mon âme pleure, je ne suis pas un démon ! Je n'ai rien voulu de ce qui m'arrive ! Ni donner la mort, ni être... La seule à l'avoir senti, c'est Aimée, mon... arrière-grand-mère si l'ADN que le Docteur a fait analyser n'a pas menti ? Elle me rode autour, essayant de s'approprier ce qui fait mon identité, avec l'avidité d'une morte qui aurait tant voulu avoir ce pouvoir là !

Cresus m'a posé sur le sol, un sol de mousse douce. Je sens son étonnement et je souris, enfin, je souris dans ma tête parce que je ne peux pas encore sourire sous cette forme... Je le vois mieux, le feu fait effet, il doit se demander ce qu'il a sous les yeux ? Je dois ressembler à une de ces momies comme il y a dans les livres des musées ? Repliée sur elle même, les bras autour des jambes ramenées sur le torse et la tête posée sur les genoux... Une momie oui, mais parce que le feu me consume et que je brûle intérieurement, dans quelques minutes, je vais paraître scintiller, mon enveloppe sera comme une lampe dans laquelle on a allumé une bougie, Luba me l'a décrit... Mais le feu est bon !

Luba, toujours elle, disait qu'elle avait connu des sorciers de la nature doués du don de change-peau, mais jamais un nécromancien. C'est en cela qu'elle me disait « unique », moi je me dis que si je le suis, il doit y en avoir d'autres ? Mon animal lui, est beaucoup plus surprenant... Peut-être est-ce l'un et l'autre couplés qui font ma spécificité ? Ou bien ne suis-je pas métamorphe ? Mais encore autre chose ? Une chose qui -là, en effet- serait unique et source de convoitise ? Je sais en tout cas que je ne dois rien dire, cacher tout au fond de moi ce qui dort.

Je vois Cresus reculer, comme épouvanté ! Luba aussi avait eu ce mouvement de peur et de surprise, c'est normal, je me suis embrasé ! J'étends mes ailes, je suis un feu au milieu de la forêt, un feu qui ne brûle personne d'autre que moi, mais qui illumine la nuit alentour... Et je pleure, je suis soulagé, j'ai réussi ! Je pleure... Et je reprends ma forme humaine, humaine, mais toujours de feu vêtu...

« Ramasse une larme, prends là, je te la donne... Ils disent que c'est précieux, les larmes de phénix, que ça soigne tous les maux ...»

Tous... Même la mort paraît-il ? Et au fond de moi, je ris... Je suis pris d'une hilarité que je contiens... Il n'a pas vu, « il » pas Cresus, Louis-Marie, il ne sait pas... Si je suis venu, c'est parce que je suis sur cette terre ce qu'il cherche de toutes ses forces : un être qui renaît de ses cendres... Pas indéfiniment je ne pense pas, mais je l'ai déjà fait deux fois, en vingt deux ans...

Aimée elle rit aussi, elle rit d'un rire joyeux, parce qu'elle a la preuve que je lui cachais... Elle sait qu'elle pourrait peut-être revenir, et rester, en moi !

Je m'accroche à Cresus, si mon corps ne brûle que moi il diffuse une chaleur... que je partage... Et je chantonne un air qui m'a parlé dés que j'ai pu en comprendre les paroles...

They say an end can be a start
Feel like I've been buried yet I'm still alive
It's like a bad day that never ends
I feel the chaos around me
A thing I don't try to deny
I'd better learn to accept that
There are things in my life that I can't control
They say love ain't nothing but a sore
I don't even know what love is
Too many tears have had to fall
(*)

« Comme ça, on connaît chacun le secret de l'autre ! C'est comme un pacte de sang...»

Je n'ose pas le regarder, je cherche des yeux mes vêtements... Ils doivent être tombés quelque part, quand je me suis transformé...


American dreams [Ben & Dara] - Page 3 6495610


@mandrin

« Kyril » - « Ben » -  « Cresus » - « Louis-Marie » - «  Dara »

La chanson de Kyril:


Follow

the dream spirits
Mandrin
Messages : 49
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Noob
Mandrin
Jeu 2 Juin - 20:50

Cray
J'ai 50 ans et je vis à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis employé de maison et je m'en sors comme un chien. Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je peux me transformer en chien, c’était pas une façon de parler. Enfin parfois, je me pose la question : je suis peut-être un chien qui peut se transformer en homme. Au fond, est-ce que ça ferait une différence ?
American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Sans-titre-2
Je travaille pour Marjo Paavolainen, occultiste, en fait ma famille travaille pour sa famille depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne. Ses travaux tournent autour du vaudou et je vais souvent prospecter sous les tropiques pour lui ramener de l’information.

Un sorcier local s’y rend aussi, de plus en plus souvent ces dernières années, auquel cas les Paavolainen me « prêtent » et il me sert de maître de substitution. Il est terrifiant, mais c’est la vie.

En le fréquentant, j’ai croisé les amis de son fils à la fac et de fil en aiguille, je me suis retrouvé père, à 48 ans, c’était vraiment pas sérieux.

"C'est pas des larmes que je veux de toi."

Cette transformation bizarre lui a laissé la voix rauque quand Cresus reprend forme humaine. Rien n'était naturel là-dedans, c'est bien la première fois qu'il se trouve vraiment surnaturel, un mot dans lequel il ne s'était jamais reconnu. Et maintenant... Maintenant. Il a l'impression d'avoir changé, définitivement. Pourtant il est bien redevenu lui-même. Il touche son visage, il est redevenu ce qu'il était, pas même vieilli, comme ces nécromanciens qui dépassent les limites du vivable pour le temps d'un rituel. Il hallucine encore de ce qui vient d'arriver. Sur le moment, ça avait l'air complètement logique, alors il l'a fait, sans se poser de questions...

"Mon secret ? je ne le connaissais pas jusqu'à maintenant. Je ne comprends pas ce qui s'est passé. Mais ça va aller."

A moins que ce soit la larme qui lui donne cette impression. Il garde une larme en verre filé, monsieur Tarock, dans ses collections, une création d'un sorcier des siècles anciens, à quoi ça sert ? Rien, sans doute, juste un souvenir, la trace de quelqu'un qui a existé et qui mérite qu'on s'en rappelle. Celle-là lui dit que ça va aller, et ça tombe bien, parce que c'est ce qu'il a besoin d'entendre. Il est un être d'habitudes compulsives, de conditionnements pavloviens. C'est tout cet être qui vacille dans son for intérieur, ébranlé par un arrachement fondamental.

"Faut pas qu'on reste là. On peut trouver des cachettes, même avec des tenues, mais toutes celles que je connais dans le coin, Tarock les connaît aussi. Faut qu'on bouge avant qu'ils te cherchent. Quand on sera présentables, on descendra en ville, y a un réseau qui aide les gens comme nous."

Pourvu que tout aille bien pour Benedikt... Cresus se sent coupable de l'avoir laissé sur place, sa main se resserre sur cette larme qui est tout ce à quoi il peut s'accrocher en ce moment. Enfin, il l'a conduit à destination. Jamais l'aigle n'aurait pu retrouver son compagnon sans ça. Peut-être qu'il va juste faire un carton, façon western, délivrer son vampire et quitter la vieille maison en laissant un massacre qui s'ajouterait aux sombres mystères inexpliqués, ici, sur cette propriété sinistre... Pour le moment, la priorité, c'est Kyril. Le mettre à l'abri. Il doit bien exister un abri pour eux, ici, quelque part ; il le faut. En ce moment, l'abri, ce sont ses bras, et le feu qui émane de sa peau comme un parfum absurdement séduisant. Un rayonnement féérique qui s'attache à sa personne et illumine tout ce qui l'entoure.

Cresus se recule un peu pour mieux le voir. Est-ce que ça vient de ses cheveux ? Est-ce que c'est la faute de ses yeux trop graves pour son âge ? Ou cette longue route qu'il a suivie comme un chemin de croix pour arriver sur ces terres de sorcellerie, a-t-elle transformé quelque chose chez lui, laissé dans ses veines un peu du feu de Saint-Elme glané au-dessus de l'océan ?

"Tu es unique, mais tu n'es pas seul." Cresus lui prend la main et la ramène à ses lèvres, le regard fixe, attentif. "J'ai promis et je vais tenir parole. Dis, qu'est-ce que tu cherchais, en venant ici ? Je peux t'aider à chercher, je suis bon pour ça."

Et toi, Cresus, qu'est-ce que tu venais chercher ? Pour les autres, d'accord, mais qu'est-ce que tu venais chercher pour toi ? Un de ces jours, il faudra se poser sérieusement la question, sinon tu vas trouver la mort sans avoir répondu. Pour l'instant, la carte des environs se déploie autour de sa tête. Là-bas, en coupant à travers bois, en évitant les écueils du terrain, il y a sur une colline une cabane de chasse. Monsieur Tarock l'y a déjà fait dormir, si on peut appeler ça dormir. Sous la trappe, il y a une ancienne mine hantée où ils ont déjà pratiqué des expéditions de spéléologie, dont ils sont remontés en possession d'une essence vitale contenue dans un petit flacon... D'un autre côté, il y a une zone commerciale désaffectée, ça pourrait être la prochaine étape. C'est un voyage qui commence.



American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Ezgif-com-gif-maker-2022-04-25-T100505-014

I know who I am now, and all that you've made of me
I know who you are now, and I name you my enemy
I know who I am now, I know who I want to be

Val
Messages : 108
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Sam 4 Juin - 16:18

Kyril Zorkin
J'ai 22 ans et je vis désormais dans les environs de La Nouvelle Orléans en Louisiane, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis … que suis-je ? C'est déjà une question à laquelle je peine à répondre. Je m'en sors plutôt bien, depuis peu.. Sinon,  je suis célibataire et je le vis parfaitement.

Informations supplémentaires ici.
Je suis né à Moscou, dans un quartier pourri de Moscou, l'aîné, des trois enfants d'Oksana et d'Ivan Zorkin. Rapidement j'ai compris que mon père avait à mon égard une sorte de rancune dont je ne savais pas l'origine. Je pensais que ma mère s'était fait épouser à cause de sa grossesse, je suis né si tôt après leur mariage. Puis, j'ai su qu'il n'était même pas mon père et s'était marié pour le petit pécule qu'elle ramenait de l'étranger... Elle s'était prostituée, et avait reçu de mon géniteur de quoi rentrer au pays. En soi, ça faisait de lui un type presque bien ? Il aurait pu ne rien faire ?

Dans une scène digne du plus mauvais drama d'un cinéma décadent, j'ai appris que j'étais un descendant direct de Marie Laveau, la reine du Vaudou au XIXe siècle. Mon père, Louis-Marie Laveau, mon employeur aussi, me l'a jeté à la figure avec des résultats d'analyse de notre ADN. Notre ADN ! A part que moi, je n'ai jamais donné mon accord pour être « analysé » ? J'ai avec le Dr Laveau des rapports complexes, faits de crainte, d'envie, de rage... et je crois bien d'amour. Comment je suis arrivé là ? C'est une longue histoire. Mais cette parenté explique bien des choses.



Mon enfance a été ponctuée de crises plus ou moins graves. Ivan Zorkin me haïssait, et plus je grandissais, plus cette haine se montrait au grand jour. Ma mère... laissait faire. Je sentais en elle à la fois de la pitié et de la peur, comme si elle avait su des choses sur moi que j'ignorais. J'en faisais les frais, les coups s'abattaient, elle ne s'interposait jamais, mais venait me soigner.

Il faut dire que j'étais un étrange enfant, je suis parait-il un étrange adulte. Tout jeune, j'ai découvert que j'entendais et voyais des choses que d'autres ne percevaient pas, que j'avais sur les corps et les esprits des pouvoirs effrayants. Un camarade qui m'insultait venait tout à coup manquer de souffle, le sang n'arrivant plus au cœur... Je pouvais d'un trait de pensée valoir une journée noire à un autre qui s'était moqué, appelant sur sa tête tous les tourments du monde, il se blessait, brisait un objet cher, faisait une gaffe impossible à rattraper, dévoilait un secret bien gardé et lourd de conséquences... malgré lui, juste parce que j'avais murmuré « Je te maudis ! Puisse ta vie devenir un enfer ! ». ça ne durait pas, mais ça faisait peur. Personne ne voulait nommer la chose, mais plus les années passaient et plus on m'évitait.




Ma mère a fini par me confier à Luba... Luba, son nom ramène le sourire sur mes lèvres... Elle était vieille et d'une telle laideur qu'elle en semblait belle. Des traits grossiers, coupés au couteau, des lèvres drues et sombres, une peau ridée comme de l'écorce. Elle avait de rares cheveux blancs, fins et bouclés, des yeux d'un bleu si pâle qu'on les trouvait éteints. Elle a été ma maîtresse, mon initiatrice, et ma destinée. C'est elle à sa mort qui m'a envoyé en Louisiane... « Va, là-bas, on t'attend. » Qui, quoi ? Je ne l'ai pas su. J'ai traversé la moitié de mon pays, passé la frontière en Norvège, et me suis caché sur un bateau qui partait au Canada... J'ai mis deux ans, en me cachant, en offrant de moi la seule chose vendable, mon innocence et ma rousseur... Et je suis arrivé. Chez moi.




American dreams
Cresus , Dara, Ben, Louis-Marie, Kyril, Jakob...

American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Bayou_12

«  C'est pas des larmes que je veux de toi. »

Moi non plus je ne veux pas lui offrir que des larmes ! Mais... Cette larme-là, j'en verse une tous les dix ans ? Et je sais que certains chasseurs de surnaturel et sorciers donneraient leur âme pour la posséder... Je lui donne, une des choses les plus précieuses que j'ai, sans doute LA plus précieuse... Il est là, à balbutier, surpris, choqué de ce qu'il a dévoilé ? Il ne savait pas ? Je me rapproche, j'ai besoin de lui, j'ai besoin de son corps, de sa présence, de sa chaleur même si de nous deux je suis le seul encore brûlant...

Ça va aller dit-il ? Oui, ça va aller, ça va toujours après la tempête... Un réseau ? De l'entraide ? Pour les gens « comme nous » ? Les gens comment ? Lui est un chien, un chien-garou... Il est change-peau, c'est un beau don. Moi, je suis réveilleur de morts. Réveilleur déjà ça serait grave, car les morts ont gagné leur paix et leur dernier sommeil, mais je réveille bien souvent ceux que j'ai tués ? Qu'avons-nous de commun Cresus ? Qu'avons-nous de commun ? Je ferme les yeux, les larmes reviennent... Lui a reçu une bénédiction, et moi, je suis maudit. Avant aujourd'hui, jamais cette notion de malédiction ne m'a retenu, je ne crois pas en Dieu, je ne crois en rien, juste que la vie est une épreuve et qu'à ce que j'ai pu voir la mort n'est guère mieux ?

Je me blottis contre lui, je le caresse, je l'embrasse, je baise sa peau partout où elle est disponible... Je le fais avec la frénésie de celui qui va perdre l'objet de son amour... Comme ces êtres des contes, Mélusine en vouivre,  la petite-sirène qui ne peut avouer qu'elle aime faute de parler, tous ces personnages dont Luba m'a parlé et qui doivent se quitter le cœur arraché au risque de ne plus jamais rencontrer l'Autre...

J'avoue, elle est si tentante son idée... Fuir, nous faire héberger, vivre ensemble, à tout jamais ! Oublier la sorcellerie, la nécromancie, la lignée des Laveau dont je suis si peu -et tant pourtant- ! D'autant qu'il le veut, qu'il y croit.

« Tu es unique, mais tu n'es pas seul. J'ai promis et je vais tenir parole. Dis, qu'est-ce que tu cherchais, en venant ici ? Je peux t'aider à chercher, je suis bon pour ça. »

Je me rapproche encore, j'enfouis mon visage contre son torse... Qu'est-ce que je venais chercher ? Lui peut-être ? Je venais peut-être chercher quelqu'un qui me trouve « normal » ? Qui sache m'aimer ? Pourquoi n'y aurais-je pas droit ! Qu'ai-je fait pour devoir porter ce fardeau ?! Quand je suis né, j'ai l'impression que j'étais Amour... Et qu'ils m'ont sali, jour après jour. « Ils » ? Qui « Ils »

« Tu dois te mettre en sécurité, il ne faut pas qu'il t'arrive quelque chose de mal. »

Je le serre plus encore, je voudrais … le cacher tout au fond de moi ! Faire de ma maigre enveloppe un costume qui le dissimulerait aux yeux des autres, de ceux qui voudront le punir -me punir aussi, mais ça je ferai face-. Je voudrais, que comme moi il puisse devenir un œuf, invisible aux yeux humains, et renaître quand le danger serait passé ! Je voudrais... tant de chose que je n'ai pas le pouvoir d'obtenir...

Qu'est-ce que tu cherchais ? Je ne cherchais rien... Peut-être la paix ? Peut-être la mort ? Luba m'a dit « Vas à cette adresse, on t'y attendra, je le sais ». Luba, c'est avant lui la seule personne à qui j'ai fait confiance, j'ai regardé l'adresse, c'était à l'autre bout du monde, j'ai marché. Mon corps a payé cher le voyage, et mon âme plus cher encore... Je revois la mambo Marie-Amélie à mon arrivée en Louisiane... Son air extasié... Elle n'a rien expliqué, juste … m'a entraîné et « offert » à Louis-Marie...  « Il est élu ! » Élu ? Avec mon nouveau maître, mes dons se sont affirmés, complétés, dévoilés, expliqués. Je suis devenu un faiseur de mort, un seigneur de l'ombre, encore imparfait mais à n'en pas douter doué... Ils ont pour moi de l'admiration et de la fascination, ils me craignent parce que je ne maîtrise pas tout, mais je sais qu'une fois en pleine possession de mes pouvoirs, ils me craindront plus encore !

Mais... Voulais-je découvrir ça ? Voulais-je devenir ce que je suis ?

« J'aurais voulu ne jamais naître... »

Il me prend la main, la porte à ses lèvres... Il cherche, ça se voit, cherche où nous emmener...

« Je ne peux pas te suivre Cresus, j'appartiens à cette terre, au marais, aux Laveau... Je suis l'ombre qui met en valeur ta lumière... Toi, tu dois leur échapper, tu dois vivre... libre. »

Je me recule et me détourne ! Ces larmes là n'ont plus rien de phénix, ce sont juste les larmes d'un humain au cœur brisé !

Au fond de moi, Aimée rit... Je sais que je devrais partir, que ma sauvegarde est loin, très loin d'ici ! Mais je ne peux pas, elle est en moi, elle vit à travers ce que je viens d'être... Elle a recouvré la vie en même temps que moi !

Dans ces contrées, il y a encore le vaudou "folklorique" celui que les touristes aiment croiser, force chants, danses, costumes bigarrés... Et puis, il y a la froideur de la mort, le sang qui se fige, les coeurs qui arrêtent de battre, et les corps possédés. Je suis l'Elu ! Celui qu'elle attendait, qui a fait qu'elle a pris le risque d'être bannie par les siens.

Mais qu'est-ce que l'Elu ?

American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Marie_10


@mandrin

« Kyril » - « Ben » -  « Cresus » - « Louis-Marie » - «  Dara »


Follow

the dream spirits
Oskar
Messages : 115
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Ven 10 Juin - 13:30

Ben Jensen
J'ai 35 ans et je vis à en Louisiane , aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis guide touristique et je m'en sors pas trop mal.. Sinon,  je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
J'ai une particularité, je peux me transformer, en vautour moine... Un grand oiseau aux plumes brunes, un peu dégarni, qui surveille en vol plané les proies éventuellement restées d'une chasse menée par un autre... Un charognard ? Disons, un écologiste qui gère la pénurie et récupère les ressources ! Ce n'est pas pour me vanter, mais mon comportement humain en est très proche, j'ai horreur du gâchis.



Sinon... J'ai autre chose qui sort de l'ordinaire... Mon colocataire. C'est un garçon fantastique, un ex officier des Marine's, décoré de je ne sais quelle médaille, je n'y connais pas grand chose, mais il a un uniforme classe qu'il garde dans un placard parce qu'il n'a plus le droit de le porter en étant redevenu civil...
Notre rencontre a été... étrange pour le moins.
Et notre cohabitation l'est également. Il a besoin de boire du sang, est capable de lire dans l'esprit des gens, de leur dicter leur conduite par lien mental... Ce qu'il est ? Nous n'en savons fichtre rien, les vampires ça ne sort pas le jour ? Il prend des bains de soleil sans gêne...



Lui et moi, nous sommes liés, par le secret, et par une amitié hors paire. Échange de sang, fraternité, fidélité... Personne n'y touchera, et il ne permettrait pas qu'on me touche non plus ! J'en mettrais ma main au feu.



American dreams
Cresus ft Dara, Ben, Louis-Marie Jakob, Kyril



Dès que j'ai été en âge de comprendre et de garder un secret -surtout garder un secret, mais les Jensen ne sont pas des oiseaux parleurs épris d'auditoire- mes parents ont entrepris de m'expliquer le monde. « Notre » monde.

C'est très simple, d'un côté, il y a l'innocence... En l'occurrence les humains. Pas qu'ils soient plus « innocents » que les autres, personnellement je trouve que leur innocence leur permet parfois des perversions dont ils n'ont pas conscience, mais disons « l'ignorance », le « non-savoir ». Ceux qui n'ont pas de pouvoir, d'aucune sorte, et ne soupçonnent pas l'existence d'êtres qui en seraient pourvus.

De l'autre, il y a ceux qui savent, leurs dons sont divers mais se classent assez aisément si l'on dispose des bons tiroirs. D'abord, il y a les sorciers, ce sont eux qui sont à l'origine de la plupart des trucs qui ne vont plus que ce soit parmi nous ou chez les humains non initiés à notre univers. C'est pour cela que je les hais, tous. Créés par les sorciers, il y a les créatures... Des morts-vivants, les vampires, des monstres, les lycanthropes qu'on appelle ici rougarous. Et puis, il y a … nous. Nous, nous sommes une survivance d'une époque où les frontières étaient autres, une semblance de sorciers en fait, mais dénués d'autre don que d'accueillir leur animal totem. Et puis, il y a les médiums, les liens entre les mondes, humains, initiés, qui servent de relais entre vivants et morts.

Cela, c'est le monde que m'ont décrit mes parents, j'avais peut-être sept ou huit ans, je savais que je deviendrais un oiseau -probablement- sans être certain de l'espèce, ni même d'avoir des ailes... J'aurais pu être n'importe quel mammifère  « rampant » ou un reptile, ou je ne sais quoi. Rarement, il y a un Jensen qui reste « nu », humain. Mais depuis peu j'ai pu observer des choses subtiles mais réelles, des changements, des êtres qui ne sont pas dans l'énumération somme toute très simple faite par mon père. Il y a ceux que j'ai croisés, et ceux dont je suppute l'existence, des mythes, des légendes dont la plupart des peuples humains font mention et qu'on considérait comme du folklore jusqu'à une période récente...

D'abord, il y a eu Dara... Dara est vivant, mais il boit le sang, il peut aller au soleil, mais ses sens sont décuplés la nuit, il est humain -semble-t-il- mais il lit dans les esprits et peut forcer un mental à lui obéïr... Dara n'est pas un vampire, mais il en est la version non morte. Ce qu'il est réellement, ça n'est pas décrit dans les récits de mon clan.

Aujourd'hui, il y a Cresus. Si Bethany a fait part de quelques cas de métamorphes qui se transformeraient partiellement, elle avait l'air de dire qu'ils étaient très expérimentés et « volontaires » pour le faire. Or Cresus a eu l'air tout particulièrement surpris de se retrouver en chien bipède ? Comme je le serais si j'avais mes ailes et mon bec en restant humain pour l'essentiel.

Et Kyril.

Kyril aussi j'en ai entendu parler, avec effroi. Des métamorphes sorciers ! Qui non pas accueilleraient l'esprit de la bête mais l'asserviraient ? Qui imposeraient à un animal de renaître en eux ? C'est ainsi que Bethany présentait la chose, à mi voix, devant les Anciens qui la questionnaient. Elle semblait dérangée par les questions et je ne me souviens pas à quel propos elles avaient été posées. L'un de nous avait-il déjà rencontré ce type de créature ? Je n'ai pas eu l'impression que le petit sorcier roux imposait quoi que ce soit, c'est plutôt à lui que le pouvoir s'impose, il est dépassé par sa puissance et la méconnaissance qu'il en a.

J'en reviens à Dara, et à moi. L'un comme l'autre nous avons perçu la chose qui rôde. Cette ombre tenace qui enveloppe Kyril comme dans une toile d'araignée ? Les vieux nécromanciens aussi l'ont sentie... J'ai peur de découvrir à plus de trente-cinq ans un monde totalement différent de ce que je le croyais, avec une infinité de créatures « non répertoriées... » Pourquoi pas des goules, des incubes et succubes, des diables à la queue fourchue, des sirènes, des centaures ? Toutes ces histoires rapportées par les contes anciens et accueillies comme de sacrés récits d'un plan d'exitence horrifique et onirique. J'avoue que je n'ai pas trop envie d'avoir raison, il y a bien assez de dangers dans ce que je connais.

J'ignore ce qu'ils ont fichu ici, ce qu'ils ont réveillé, mais je pense que nous sommes tous en péril. A cause bien sûr de cette maudite engeance qui ne sait pas laisser faire la nature ! Pourquoi aller coller de la sorcellerie dans le ciboulot d'un méta ? Ce gamin est totalement désaxé, c'est normal ! Je revois l'oeuf qu'il symbolisait, presque mort... C'est un oiseau ! Quel oiseau ? Je mettrais ma main au feu que sa forme animale a des ailes !

« Vous avez rencontré Kyril j'en ai peur ? Venez, il vous faut des soins et un remontant... Elle est toujours là, vous la sentez Tarock ? La magie de Kyril l'attire toujours, elle lui tourne autour avec je ne sais quelle intention... »

Je n'ai pas répondu. Que j'ai rencontré Kyril, ça semble évident pour eux ! Il a l'habitude de laisser pour mort les gens qui l'effraient le « Trésor » de Cresus ? Que j'ai besoin de remontrant, ça n'appelle pas de confirmation... Par contre, « qu'elle » est attirée par la magie du rouquin, ça, ça m'interroge. Je regarde Dara qui est visiblement soucieux, je regarde les deux hommes qui ne le sont pas moins. Malgré la saison l'air est glacial, on se croirait en plein hiver dans les montagnes du bidasse ! Nous en sommes conscients tous les quatre et nous regardons en silence.

Puis, le vieillard qui fut roux reprend la parole.

« En parlant de Kyril... Où est-il ? »

Il va vers ce qui semble un interphone interne et appuie sur un bouton... Son « Kyril ? Peux-tu nous rejoindre ? » reste sans réponse, et pour cause.

Sa question est la bonne, où est-il ? Où sont-ils ? Dara me pose la question dans un bref échange mental, je n'ai pas à mentir, je ne sais rien. Et je n'ai pas suffisamment confiance en cet environnement pour expliquer quoi que ce soit !

Le « Docteur » Laveau regarde mon arme que j'ai remise dans son étui lequel pend sous ma veste.

« Vous ne l'avez pas blessé ! Ça serait compréhensible vu le traitement qu'il vous a réservé, mais ne pas l'avoir dit... »

J'ai un haut le cœur outré ! Mais pour qui me prend cet abruti !

« Si je l'avais blessé j'aurais appelé les secours ! Quoi qu'il soit !  »

Il me fait un geste d'apaisement mais paraît toujours aussi inquiet. Pourquoi s'en fait-il ? Parce que le gosse lui tient à cœur ou parce qu'il va devoir chercher un électron libre en fuite ?


American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Marie-10

@mandrin @Val

« Kyril » - « Ben » -  « Cresus » - « Louis-Marie » - «  Dara »


Prendre son envol

et tout oublier
Val
Messages : 108
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Mer 22 Juin - 21:24

Dara Mærtens
J'ai 29 ans et je vis à en Louisiane , aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis joueur de poker professionnel , enfin « professionnel » si l'on veut... mes placements suffiraient à me faire vivre correctement, je m'en sors bien.. Sinon,  je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
J'ai une particularité, découverte par hasard après une grave blessure à la tête, je vis beaucoup mieux si je bois votre sang... Quand je dis « vivre » mieux, j'ignore si m'en abstenir me laisserait de ce monde, c'est un besoin qui va croissant , impérieux, impossible à oublier et qui décuple les quelques talents que j'ai déjà. Avant cette aventure, j'étais militaire, et accessoirement mentaliste, ces gens qui prévoient votre comportement et lisent presque vos pensées, rien qu'en vous regardant agir : votre attitude, vos regards, vos hésitations... Le sang me permet désormais d'entrer en vous, de vous « lire » d'avoir une connexion telle que je peux vous influencer, faire vivre en vous la volonté de faire ce que je vous suggère... Dans la branche que j'ai choisie après mon retour forcé à la vie civile, inapte au service, c'est un atout non négligeable.



Ce que je suis  ? Ne déraisonnez pas !
Les vampires sont du folklore, des créatures légendaires... Je peux vous croiser en plein soleil, entrer dans les lieux consacrés, et je suis aussi vivant que tous ceux que vous croiserez dans une rue.

Sinon... J'ai autre chose qui sort de l'ordinaire... Mon colocataire. Notre rencontre a été... étrange pour le moins. Il se transforme en rapace, un vautour moine... Il m'a surpris en son temps, lorsque j'ai cédé pour la première fois à l'appel du sang, et tué par la même occasion le garçon qui comptait bien me déclarer sa flamme. Du ciel, en plein vol, il a assisté à la scène, et m'a porté secours, m'aidant à fuir, et à gérer ce que je venais de faire.



Lui et moi, nous sommes liés, par le secret, et par une amitié hors paire. Échange de sang, fraternité, fidélité... Celui qui s'en prendra à l'un aura affaire à l'autre ! Cela, j'en fais le serment.



American dreams
Cresus ft Dara ft Ben


« Vous avez rencontré Kyril j'en ai peur ? Venez, il vous faut des soins et un remontant... Elle est toujours là, vous la sentez Tarock ? La magie de Kyril l'attire toujours, elle lui tourne autour avec je ne sais quelle intention... »

Ben prend la mouche, bien sûr. Je crois que le vaudou a sur Ben un effet plus nocif que sur la plupart des gens. C'est probablement normal, quand je l'ai rencontré, il y croyait déjà, c'est un acadien, dans ces contrées la sorcellerie est partout. Benedikt a toujours porté une amulette -ou plusieurs-, va savoir ce qu'il y a dans ce petit sac de cuir de quelques centimètres de diamètre qu'il porte au bout d'un cordelette autour du cou. Là, je le sens pourtant beaucoup plus tendu qu'à l'ordinaire.

En quoi « rencontrer Kyril » peut-il l'avoir mis dans cet état ? Je ne peux pas dire que j'ignore que le jeune rouquin est sorcier. De lui plus que de tous les présents il émane quelque chose d'indéfinissable et de lourd, sombre, tempétueux. Un peu comme mes propres pouvoirs à leur arrivée, avant que je ne parvienne à refréner mes besoins de sang, du moins, à les contrôler assez pour choisir qui, quand et où je boirais. Qui ? J'ai lu que les vampires -encore faut-il croire à leur existence, mais pour moi cela n'a guère de sens de la nier- pouvaient se passer de sang humain. J'ai lu qu'ils pouvaient survivre en se repaissant de la vie animale. En cela comme pour le reste, je reste un Mærtens, que j'ai ou non renié le nom de mon père, je n'accepte pas les demi-mesures ! Je bois à travers le sang l'âme du réceptacle, et peu me chaud de boire l'âme d'un rat ou d'un caïman !

Kyril a donc semble-t-il utilisé ou agressé Ben... Cette idée m'indispose au plus haut point. Comme m'indisposent les explications fragmentaires et laborieuses de ce brave Docteur Laveau qui paraît tâtonner plus qu'avancer, aveugle dans une nuit dont il ne maîtrise pas la noirceur ! Il me paraît à la fois craindre et apprécier son collaborateur, l'admirer et le détester ? Je me préoccupe peu de leurs relations, il a touché à mon oiseau et l'a mis dans un état abominable.

« Je vais m'occuper de Benedikt moi-même. »

Ma sortie a pour effet de focaliser l'attention du maître des lieux. Peut-être n'aurais-je pas dû insister sur les vertus de mon sang ? Ben va s'en trouver mieux, je le sais, lui aussi, mais je ne sais toujours pas exactement ce qui m'a valu cette étrange et impérieuse invitation, sinon le fait que je suis un « Oviedo » mâle, et que pour lui ça semble bien plus important que ma lignée paternelle ! A n'en pas douter, mon père lui en serait fort marri. Je cherche du regard Tarock. Il guette. A l'affût en bon chasseur. « Elle est toujours là, vous la sentez Tarock ? La magie de Kyril l'attire toujours, elle lui tourne autour avec je ne sais quelle intention ». Qui ?

« Pourriez-vous nous mettre au courant des enjeux de cette soirée ?  »

Après tout nous sommes en première ligne face à ce « elle » ? J'observe Ben qui lève légèrement le nez comme il le fait pour s'imprégner des senteurs alentour.

« En parlant de Kyril... Où est-il ? »

Kyril n'est pas loin, je pourrais le lui signaler, je « sens » le jeune homme comme chacune de mes proies. Il m'a eu par traîtrise certes mais j'ai bu son sang, ma mémoire garde l'empreinte de sa fugace présence, et la gardera des années... Par contre... Je ne détecte plus du tout Cresus ? Je me tourne vers Benedikt ? Sait-il quelque chose ? Sans dire un mot j'essaie d'avoir la réponse, apparemment ce qu'il sait est indicible alors ma curiosité est éveillée... Plus que tout autre chose, je voudrais que lui et moi retournions chez nous finir tranquillement cette nuit bien entamée déjà.

« Vous détenez la clef Monsieur Oviedo, je vous l'ai dit. »

Quelle clef ! Je parodie Ben en pensant très fort « je hais les sorciers ! », mon expression doit être particulièrement explicite car Tarock se fend d'un sourire très policé.

 « Si nous vous expliquons Dara, j'ai peur que votre nuit soit plus courte encore, votre sang pourrait être une réponse à une question qui taraude le Docteur depuis des lustres... »

Il fait de la tête un mouvement circulaire, cherchant dans les ténèbres cette présence que nous avons tous captée à un degré plus ou moins important.

 « Et j'en ai peur, pas que lui... » Parfait. Voilà qui est tout de suite plus clair. Les yeux de Ben s'allument un peu malgré son immense fatigue, il me prend à témoin « Ne te l'avais-je pas dit ? Aucun n'est digne de confiance ! C'est une engeance à abattre ! »

Je fais volte face, j'ai vu quelque chose ! Quelque chose qui se meut aussi vite que moi ivre de sang, sans doute indétectable pour les autres ! Quelque chose qui pue la charogne et la décomposition mais qui est en parfaite possession de ses moyens intellectuels, beaucoup trop à mon goût !

Dans la pénombre, j'ai l'impression tout la-bas au loin, d'apercevoir aussi... Kyril.


American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Bofbof10


@mandrin @Oskar


Follow

the dream spirits
Mandrin
Messages : 49
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Noob
Mandrin
Ven 24 Juin - 21:46

Jakob Tarock
J'ai 60 ans et je vis à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis nécromancien auteur et je m'en sors magnifiquement bien, merci. Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis séparé et je le vis plutôt bien.

Quand on a baigné dans la magie noire depuis sa plus tendre enfance, on ne se demande plus où est le bien ou le mal ; on cherche comment augmenter sa puissance, en jonglant avec des forces plus puissantes encore. On repousse les limites du ciel, plutôt qu'on ne s'y taille un empire. C'est grisant, c'est étourdissant, mais il faut bien garder la raison ; l'exercice est, par nature, cérébral. Les imbéciles n'y ont pas leur place, c'est le premier enseignement que j'ai reçu.

American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Sans-titre-16


J'ai été formé aux arts nocturnes Marjo Paavolainen, occultiste, et ce n'est pas un sous-entendu scabreux. Je suis l'un de ses plus brillants associés et, sous couvert de me passionner pour le vaudou en romancier gothique féru d'ésotérisme, j'ai ajouté bien des rayons à sa prestigieuse bibliothèque. Lors de ces voyages, je suis fréquemment accompagné d'un bon à rien qu'elle m'adjoint pour mon service, ce qui flatte ma fierté d'aristocrate manqué. Pas la conversation la plus éveillée qui soit, ce pauvre diable, pas même un sorcier, mais au moins il est obéissant.



American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Sans-titre-13

Ils ne peuvent donc rien faire calmement et posément, dans l'ancien monde. L'illustre dynastie Tarock, au parfum de vieilles cheminées de pierre surmontées de têtes animales et au son de clavecin distant, avait perdu ici l'un de ses rejetons les plus prometteurs, et il aurait dû abandonner les lieux avec sa dignité intacte, tant qu'il en était encore temps. Mais il n'en était pas question. Il avait le sentiment de voir l'Histoire s'écrire sous ses yeux. Bien davantage que sa fierté ne l'autorisait à le montrer, il était hypnotisé.

Tout s'effaçait derrière lui comme un mirage, la longue route parcourue et ses fatigues, l'épisode de cécité totale qui l'avait réduit à l'état de phobique terrorisé deux ans plus tôt, la rage avec laquelle il s'était lancé dans l'écriture d'un nouveau roman, qui devait être son chef d'oeuvre, comme pour conjurer la crainte que cela recommence... Les conflits avec sa femme, les conflits avec son fils, leurs désaccords au sujet de la science qu'il méprisait cordialement, leurs voyages le plus loin possible d'un foyer familial qui n'en avait plus que le nom... Et jusqu'aux promesses qu'il avait adressées à Dame Marjo, son mentor et l'origine de cette virtuosité avec laquelle il commandait à ses dons aujourd'hui.

Pour elle, il était ici dans le but d'observer les techniques développées par les maîtres du vaudou, et en tirer un enseignement applicable aux cryptes glacées de Scandinavie, une connaissance universelle. Mais en ce moment, il avait bien l'impression que son vieux complice Paris venait de tomber sur un filon d'or, un vrai. Si ce forcené résistait à l'impulsion de tout faire sauter dans un feu d'artifice de dynamite... Alors, quelque chose d'extraordinaire allait se produire sous leurs yeux. Une victoire sur la mort. Etait-ce souhaitable ? En seraient-ils les victimes ? Quelle importance cela pouvait-il avoir ? C'était une question de "voir Naples et mourir" : le spectacle surpassait en importance tout ce qui l'avait précédé, et tout ce qui le suivrait.

Néanmoins, des questions subsistaient.
Se pouvait-il réellement que les phénomènes qu'il percevait soient le résultat de la présence du vampire, de son sang en mouvement, agité par un coeur qui battait peut-être pour cet autre prisonnier imprévu ? Ben n'avait jamais apprécié le chercheur scandinave et ses manières bourgeoises, ça ne risquait pas de s'arranger avec les échanges de ce soir. C'était un terre à terre, une tête de pioche, qui refusait absolument de se plonger dans les mystères occultes comme s'il risquait d'y tacher son glorieux plumage. Les métamorphes avaient décidément quelque chose de... sainte-nitouche. Le couple formé avec Dara n'en était que plus insolite. Mais s'il fallait cela pour faire émerger le potentiel de ce sang si rare, alors soit, Tarock pour sa part n'allait pas jouer le dégoûté si près du but. Bon certes, il n'approuvait pas réellement, mais personne ne lui posait la question.

Il se tourna vers son collaborateur et hôte afin de lui communiquer le léger doute qui lui taraudait le fond de la conscience ; peu importait que leurs invités de ce soir les entendent ou non, il les imaginait même capable de les éclairer. Après tout, leurs consciences étaient ouvertes à divers plans du réel, et auraient pu se montrer complémentaires.

"J'ai travaillé récemment sur un texte qui faisait allusion à la loyauté d'un métamorphe, une sorte de sacrifice dans mon interprétation, ce n'était pas clair... et au déclenchement d'une ère nouvelle... Je suis à peu près sûr qu'il s'agissait d'une possession spectrale plutôt que d'une survivance fondée sur la consommation sanguine, cependant. Il ne faut pas nous précipiter."

Encore des paroles qui tomberaient dans l'oreille d'un sourd, mais au moins on ne pourrait pas lui reprocher de les avoir tues.


American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Sans-titre-17

Promise me you'll try to leave it all behind,
'cause I've elected hell, lying to myself.
Why have I gone blind? Live another life,
You

Val
Messages : 108
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Jeu 30 Juin - 12:16

Kyril Zorkin
J'ai 22 ans et je vis désormais dans les environs de La Nouvelle Orléans en Louisiane, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis … que suis-je ? C'est déjà une question à laquelle je peine à répondre. Je m'en sors plutôt bien, depuis peu.. Sinon,  je suis célibataire et je le vis parfaitement.

Informations supplémentaires ici.
Je suis né à Moscou, dans un quartier pourri de Moscou, l'aîné, des trois enfants d'Oksana et d'Ivan Zorkin. Rapidement j'ai compris que mon père avait à mon égard une sorte de rancune dont je ne savais pas l'origine. Je pensais que ma mère s'était fait épouser à cause de sa grossesse, je suis né si tôt après leur mariage. Puis, j'ai su qu'il n'était même pas mon père et s'était marié pour le petit pécule qu'elle ramenait de l'étranger... Elle s'était prostituée, et avait reçu de mon géniteur de quoi rentrer au pays. En soi, ça faisait de lui un type presque bien ? Il aurait pu ne rien faire ?

Dans une scène digne du plus mauvais drama d'un cinéma décadent, j'ai appris que j'étais un descendant direct de Marie Laveau, la reine du Vaudou au XIXe siècle. Mon père, Louis-Marie Laveau, mon employeur aussi, me l'a jeté à la figure avec des résultats d'analyse de notre ADN. Notre ADN ! A part que moi, je n'ai jamais donné mon accord pour être « analysé » ? J'ai avec le Dr Laveau des rapports complexes, faits de crainte, d'envie, de rage... et je crois bien d'amour. Comment je suis arrivé là ? C'est une longue histoire. Mais cette parenté explique bien des choses.



Mon enfance a été ponctuée de crises plus ou moins graves. Ivan Zorkin me haïssait, et plus je grandissais, plus cette haine se montrait au grand jour. Ma mère... laissait faire. Je sentais en elle à la fois de la pitié et de la peur, comme si elle avait su des choses sur moi que j'ignorais. J'en faisais les frais, les coups s'abattaient, elle ne s'interposait jamais, mais venait me soigner.

Il faut dire que j'étais un étrange enfant, je suis parait-il un étrange adulte. Tout jeune, j'ai découvert que j'entendais et voyais des choses que d'autres ne percevaient pas, que j'avais sur les corps et les esprits des pouvoirs effrayants. Un camarade qui m'insultait venait tout à coup manquer de souffle, le sang n'arrivant plus au cœur... Je pouvais d'un trait de pensée valoir une journée noire à un autre qui s'était moqué, appelant sur sa tête tous les tourments du monde, il se blessait, brisait un objet cher, faisait une gaffe impossible à rattraper, dévoilait un secret bien gardé et lourd de conséquences... malgré lui, juste parce que j'avais murmuré « Je te maudis ! Puisse ta vie devenir un enfer ! ». ça ne durait pas, mais ça faisait peur. Personne ne voulait nommer la chose, mais plus les années passaient et plus on m'évitait.




Ma mère a fini par me confier à Luba... Luba, son nom ramène le sourire sur mes lèvres... Elle était vieille et d'une telle laideur qu'elle en semblait belle. Des traits grossiers, coupés au couteau, des lèvres drues et sombres, une peau ridée comme de l'écorce. Elle avait de rares cheveux blancs, fins et bouclés, des yeux d'un bleu si pâle qu'on les trouvait éteints. Elle a été ma maîtresse, mon initiatrice, et ma destinée. C'est elle à sa mort qui m'a envoyé en Louisiane... « Va, là-bas, on t'attend. » Qui, quoi ? Je ne l'ai pas su. J'ai traversé la moitié de mon pays, passé la frontière en Norvège, et me suis caché sur un bateau qui partait au Canada... J'ai mis deux ans, en me cachant, en offrant de moi la seule chose vendable, mon innocence et ma rousseur... Et je suis arrivé. Chez moi.




American dreams
Cresus , Dara, Ben, Louis-Marie, Kyril, Jakob...

American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Photo_11

J'ai été courageux... Je lui ai dit de partir ! Partir... Sans moi ! Parce que je suis dangereux pour lui, dangereux pour eux tous... Je ne sais pas ce qu'elle a fait mais j'ai froid, j'ai l'impression qu'elle a volé le feu de mon oiseau ? J'ai l'impression que mes os se calcifient, que ma peau se parchemine, je crois qu'elle a échangé ma vie et ma jeunesse contre sa vieille mort ! J'ai peur... J'ai peur et besoin de chaleur, d'amour, de présence ! Je suis faible...

Je ne peux pas dire au Docteur ce qui s'est passé, il me clouerait les ailes à la table d'examen pour mieux me disséquer ! Il me punirait d'avoir caché cette information capitale : je suis le phénix, l'oiseau légendaire qui renaît de ses cendres... Comment le suis-je ? Je ne le sais pas plus que de qui je tiens ma magie. Enfin ma magie, ça doit être de lui ? Il a beau dire, ses autres enfants aussi sont sorciers, et lui a toujours clamé que le don se refusait à lui, mais lui comme moi, nous savons qu'il mentait.

« Laisse-moi … S'il te plaît laisse-moi ! Ne lui fais pas de mal, je l'aime... Tu sais ce qu'est aimer toi ? »

Sait-elle ? A-t-elle aimé, Aimée ? Avoir un tel prénom et être privée d'amour ? Est-ce possible ? Je n'avais vu que des photos floues, la Grande Marie est partout, Aimée elle, est occultée... Il n'y a qu'une jeune femme rousse posée sur une des commodes de chambre d'amis, Aimée a échoué, Aimée a été punie, le Coven l'a privée de son don ! Orgueilleux comme ils sont, ils ont gardé en eux la fierté de son talent, et affiché la rancune de la mise au ban ! Elle est responsable de leur reniement, les Laveau, Paris, et autres descendants de Marie la Reine du Vaudou écartés de leur art parce qu'elle a failli ! A n'en pas douter si elle avait réussi, et assuré aux siens cette immortalité que son petit-fils est encore en train de chercher, ils la porteraient aux nues.

Pourquoi suis-je là moi ? Comment suis-je là ?

Est-ce que je suis le résultat de ce rituel qui l'a fait chasser par ses pairs ? Est-ce elle qui a lié à l'âme d'un sorcier de la mort celle d'un oiseau mythique de la vie ? Mes enfants hériteraient-ils de cette... particularité ? Les Laveau sont-ils, par mon sang, porteurs de la double essence de donneurs de mort et de porteurs de vie ? C'est ce que cherchait Aimée... Ce que veut Louis-Marie ? Ressusciter son Helena et nous octroyer à tous, les sorciers, une immortalité que n'ont que leurs créatures ? C'est vrai que c'est paradoxal de créer des vampires et des rougarous capables de transcender la mort, et d'être bêtement et simplement mortels, comme de vulgaires humains ... nus ?

Luba me disait « Prends garde Kyril à ne jamais trop perturber l'Equilibre, l'univers est un tout, nous autres n'usons de nos pouvoirs que dans des limites acceptables, la sorcellerie est un art Kyril, un art, pas un saccage... »

Aimée a-t-elle saccagé son monde ? Est-ce pour cela qu'elle est condamnée à me hanter ? Ou est-elle à ce point avide de pouvoir que même la mort n'a pu avoir le pas sur elle ? S'est-elle ramenée elle-même ? Si c'est le cas, à n'en pas douter son petit-fils va chercher à comprendre et à maîtriser cela... Une telle puissance qui lui échapperait ! Revenir de l'autre côté, immatériel mais doué de toutes ses facultés, ça résoudrait le problème de ces corps qui ne tiennent pas le coup et pourrissent aussi vite qu'ils reviennent ? Je n'en peux plus d'essayer de leur insuffler une vie dont ils ne veulent pas !

« Cresus ! Sauve-toi ! Sauve-nous ! »

Je ne suis pas certain qu'il a obéi ? J'ai dans le nez son odeur, sa drôle d'odeur hybride ? Mais je ne l'ai pas que dans le nez Cresus... C'est l'homme-chien qui veut m'emporter loin de tout cela...

« En parlant de Kyril... Où est-il ? »

Je ne suis pas là ! Je ne suis pas là ! Laissez-moi ! Laissez-moi tous ! En moi je sens comme un hurlement de terreur !

Je ne me sens plus prêt à servir sans rechigner ! Je ne veux pas disparaître ! J'ai à faire encore dans ce monde, le meilleur m'attend !

En parlant de créature... Je sens en moi, contre Aimée, l'esprit de Dara... Dara... J'ai eu la surprise de le découvrir vivant en le suivant, lui aussi est un étrange animal, un vampire doué de vie ?

« Vous détenez la clef Monsieur Oviedo, je vous l'ai dit. »

Quelle clef ? Est-ce la présence de Dara qui a permis à mon oiseau de renaître ? La première fois, j'ignorais jusqu'à son existence ? Je ne sais rien, la seule chose qui s'impose à moi, c'est que je suis un esclave en quête de liberté ! Et j'ai dans l'idée que mon souhait aura du mal à être exaucé...

Voilà, mon courage a déjà disparu... Je ne suis pas fait pour l'héroïsme... Si Cresus est sauvé,moi, qu'importe...

American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Il_15810


@mandrin

« Kyril » - « Ben » -  « Cresus » - « Louis-Marie » - «  Dara »


Follow

the dream spirits
Oskar
Messages : 115
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Jeu 30 Juin - 17:36

Louis-Marie Laveau
J'ai 65 ans et je vis à en Louisiane, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis médecin retraité et je m'en sors très bien, mon activité était rémunératrice mais surtout ma famille est très riche.. Sinon,  je suis veuf et je le vis assez mal.

Informations supplémentaires ici.
Je suis un descendant direct de Marie Laveau, la reine du Vaudou, qui a officié à La Nouvelle Orléans comme prêtresse au XIXe siècle. Notre famille compte de nombreux mages noirs, plus ou moins doués. La dernière en date était ma grand-mère, Aimée, qui a perdu ses immenses pouvoirs -dit-on- après avoir été maléficiée par un coven jaloux de sa puissance !



La malédiction toutefois n'a pas survécu à ma naissance, j'ai juste soigneusement gardé le secret, de peur que nos ennemis ne s'en prennent à moi également ! J'ai épousé Helena il y a trente ans, et l'ai perdue, divorce cinq ans plus tard puis... son décès. J'ai eu avec elle deux enfants qui ne veulent pas me connaître, et avec Oksana un fils, bâtard que je n'ai pas vraiment légitimé, mais qui m'a retrouvé et me seconde, Kyril.



Lui, promet d'être un sorcier d'exception ! Meilleur encore que je ne suis, il a établi avec l'aïeule une connexion qui tient de l’envoûtement... Aimée a confié à mon héritier sa puissance et j'en ai peur, son besoin de vengeance...



American dreams
Cresus , Dara, Ben, Louis-Marie, Kyril, Jakob...

American dreams [Ben & Dara] - Page 3 Myrtle14

« J'ai travaillé récemment sur un texte qui faisait allusion à la loyauté d'un métamorphe, une sorte de sacrifice dans mon interprétation, ce n'était pas clair... et au déclenchement d'une ère nouvelle... Je suis à peu près sûr qu'il s'agissait d'une possession spectrale plutôt que d'une survivance fondée sur la consommation sanguine, cependant. Il ne faut pas nous précipiter. »  

Cet homme est précieux, il lit, à l'inverse de beaucoup il prend la peine de réfléchir à ce qu'il lit et le comprend, il ne se jette pas dans n'importe quelle direction sans savoir où il va ni ce que cela entraînera. Mais il est également « précieux » au sens qui m'indispose au plus haut point ! C'est un concentré de manières d'un autre âge et d'un autre monde... Certes, j'en suis moi-même l'héritier... Est-ce à dire que moi également j'agace des individus dénués d'éducation par mes façons ampoulées ? En tout cas, dès que j'entends sa voix snob et sûre de sa valeur, j'ai le poil qui se hérisse comme un des métamorphes dont il parle, un chien sauvage, ou un chat en furie... C'est instinctif, je ne peux m'en empêcher, malgré toute la valeur de chercheur et d'érudit que je lui concède sans difficulté.

« Un métamorphe possédé par un spectre ? Qui se sacrifie ? Les métamorphes se sacrifient souvent, c'est dans leur nature... »

Le regard assassin de « Monsieur Jensen » me clouerait au pilori s'il en avait le pouvoir. Il est amusant ce rapace ! Un métamorphe et un spectre ? Du primitif mes yeux se portent sur l'homme du monde... Dara Oviedo peut-il être un spectre ? Un vampire qui n'est pas mort ? Ou un vivant habité d'un vampire ? Mais Oviedo, ou Mærtens, ou quel que soit son nom, s'il est moins vivant qu'il n'y paraît depuis combien de temps erre-t-il sur cette terre ? N'est pas métamorphe. Son compagnon de débauche lui, l'est ! Et je voudrais bien connaître un fantôme assez hardi pour tenter de prendre possession de Benedikt Jensen, même Aimée ne s'y essaierait pas j'en ai peur.

J'ai été surpris de mes dernières découvertes, moi, si j'avais dû parier j'aurais opté pour une clef dénommée Kyril... Mais Kyril s'il semble de plus en plus possédé par ma volcanique aïeule n'est pas métamorphe... Or Tarock bien qu'il dise que « ce n'était pas clair »... O ! Comme j'aime entendre ces mots dans la bouche de cet homme !  a bien dit « un métamorphe » pas un sorcier. Un change-peau possédé et loyal à son maître ? Et son chien ? Ne peut-il pas correspondre à cette définition ? Nous sommes décidément envahi par ces créatures d'un autre âge ! Survivance d'une époque où le monde... n'était pas clair lui non plus ! Et où les frontières entre l'humain et l'animal, le naturel et le surnaturel n'étaient pas aussi figées qu'aujourd'hui.

« Êtes-vous certain que le sang n'y avait pas sa part ?  »

A quoi me sert Dara alors ? Encore que Tarock n'a pas dit que le sang n'entrait pas en ligne, simplement que sa consommation n'expliquait pas la possession ? Ou cette ère nouvelle ? Quelle ère ? Je suis à deux doigts d'obtenir ce que j'attends ! J'ai épuisé mon Russe à exiger de lui qu'il me ramène un hybride de rougarou et d'humain... les os de l'un et de l'autre mêlés, pour faire un monstre qui l'a presque tué par les efforts demandés et a vécu... deux heures... Le loup lui aurait survécu, mais l'homme l'a vidé de sa substance ! L'homme est faible ! Je rêve d'un monde de sorciers affranchis de cette misérable enveloppe corporelle humaine ! Des sorciers, possesseurs en plus de leur puissance magique de la force des surnaturels ! Imaginez un vampire sorcier ? Ou un oiseau doué de pouvoirs magiques ? C'est comme une vision, elle m'enivre !

Je marque un arrêt, qu'a-t-il dit ?  « au déclenchement d'une ère nouvelle » Alors nous touchons au but ! Après nous être fourvoyés, avoir dévié, nous être trompés dans certaines interprétations et l'avoir amèrement regretté, avoir échoué et payé cher nos déductions foireuses ! Aimée ! Illumine mon fils ! Donne lui la vision ultime ! Mon FILS ! S'il réussit je lui donne mon nom ! Il sera de mes héritiers le seul à être conservé en mémoire !

Mais en réalité, cette ère nouvelle est-elle ce que j'attends ? Si la survivance d'un spectre dans un métamorphe en est l'origine, lequel des métamorphes en notre présence sera-t-il cette clef que j'aspire à trouver ? Les ouvrages me menaient à Oviedo ? à ce Joaquin ? C'est là son nom il me semble ? Son descendant serait donc la clef ? Ou la détiendrait ? Mes yeux à nouveau mesurent la haute silhouette de Jensen. Loyal, il l'est très certainement, n'est-il pas accouru pour sauver son maître ? Mais coopératif... Et puis ce n'est pas lui qu'Aimée semble avoir choisi ? Cela dit, c'est lui que Kyril a attaqué ?

Je n'y comprends plus grand chose moi non plus...

Qu'a dit Tarock ? Ne pas se précipiter ? En effet, il devient urgent d'avancer avec prudence et parcimonie...

« Il se fait tard Messieurs, passons à table si vous le voulez bien ? Et il va sans dire que je vous invite à passer la nuit à Swamp Domain, je vais faire ouvrir les chambres. »

Je presse la sonnette dissimulée dans les boiseries, à l'ancienne, j'ai horreur de ces nouveautés électriques qui font un bruit d'enfer en résonnant dans toute la maison ! Mon majordome attend, impeccablement stylé, il faut que mon imbécile de soeur augmente cet homme, il est parfaitement représentatif du bon goût qui règne dans le domaine et la demeure !

« Ces Messieurs dorment ici Campbell, faites le nécessaire. »

Tandis qu'il s'éloigne après une inclinaison de tête et de buste appropriées je le rappelle.

« Campbell ? Et rappelez à Monsieur Zorkin que nous l'attendons voulez-vous ! Nous passons à table, je ne veux pas patienter plus longtemps. »

Où est donc passé Kyril ! Il est temps qu'il cesse de se conduire comme un enfant gâté !



@mandrin @val


Prendre son envol

et tout oublier
Contenu sponsorisé
American dreams [Ben & Dara]
Page 3 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» (m) I met you in my dreams
» My rainbow's dreams
» Boulevard of Broken Dreams
» [Nobody thinks what I think, nobody dreams when they blink.] - Foxy
» In my wildest dreams, i never knew anyone can move me like you. Ft Oskar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: