Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-43%
Le deal à ne pas rater :
Logitech MX Keys Plus – Clavier sans fil rétroéclairé avec ...
79.99 € 139.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Entre chien et loup ~

Mandrin
Messages : 57
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Noob
Mandrin
Dim 15 Mai - 19:14

Cray
J'ai 50 ans et je vis à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis employé de maison et je m'en sors comme un chien. Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je peux me transformer en chien, c’était pas une façon de parler. Enfin parfois, je me pose la question : je suis peut-être un chien qui peut se transformer en homme. Au fond, est-ce que ça ferait une différence ?
Entre chien et loup ~ - Page 2 Sans-titre-2
Je travaille pour Marjo Paavolainen, occultiste, en fait ma famille travaille pour sa famille depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne. Ses travaux tournent autour du vaudou et je vais souvent prospecter sous les tropiques pour lui ramener de l’information.

Un sorcier local s’y rend aussi, de plus en plus souvent ces dernières années, auquel cas les Paavolainen me « prêtent » et il me sert de maître de substitution. Il est terrifiant, mais c’est la vie.

En le fréquentant, j’ai croisé les amis de son fils à la fac et de fil en aiguille, je me suis retrouvé père, à 48 ans, c’était vraiment pas sérieux.
C’est très décevant, cette description de l’Alaska, on dirait la Finlande, au Nord, où les neiges des terres se confondent avec les glaces des mers, et où avec un peu d’organisation, peut-être qu’on pourrait traverser à pied d’un toit du monde à l’autre. Mais qu’est-ce qu’il attendait, de toute façon ? Est-ce que les bêtes sont les mêmes ? Les odeurs qui racontent des histoires à travers les forêts ? Oui, sans doute, à quelques nuances près...

Cresus n’ose plus poser de questions, il a senti l’autre se raidir, changer d’attitude et se préparer au combat, peut-être, ou au moins à la fuite. Il se sent mal tout à coup. Après une hésitation, il pose ses affaires au sol, sort une canette, la boîte, abandonne le tout au sol. Il les entend bruisser comme des branches de saule, soulever par le vent, ces cheveux magnifiques qui ont pourtant l’air à un Grand Nord de distance tout à coup.

« Détective ouais, on pourrait dire ça. Je, euh, je cherche – c’est pas vraiment pour moi, c’est pour mes maîtres... »

L’enthousiasme a disparu de sa voix. Il essaie d’expliquer, mais son ton est morne. C’est la fatalité qui s’est placée entre leurs deux espèces comme une de ces statues au visage de marbre et aux yeux creux, les bras écartés et les mains en signe d’immobilisation, comme ces affreux Christ qui répètent leur supplice un peu partout dans le cimetière. Cresus se relève, remet son sac sur son dos. Juste retourner à l’hôtel et dormir, ça ne sera pas trop mal. Il est fatigué de toute façon, et puis, à son âge, c’est plus raisonnable. Il ne sait pas quoi faire de ses mains, les range dans ses poches, les ressort, en poursuivant la conversation comme s’ils étaient encore en confiance, incapable de reconnaître à voix haute le vide qu’il ressent vraiment.

« Mes maîtres adorent les trucs glauques type magie noire, disons que c’est des espèce de collectionneurs un peu morbides. Et hm… je veux pas dire quelque chose contre eux, c’est pas ma place mais… ils payent tous mes déplacements, alors ils sont un peu près de leurs sous. J'aurais de gros problèmes si je me payais des trucs de luxe. »

Voilà. L’histoire est finie. Rideau. Quelle histoire fantastique, pas vrai ? Et il n'a pas l'imagination ni la sournoiserie pour l'embellir de quelques mensonges. Après un mouvement pour tendre la main à nouveau, qu’il ne termine pas – on ne tend pas la main vers une bête sauvage qui vous a retiré sa confiance – il recule et cherche à sourire. Un sourire pour clore le débat, ce serait pas mal. Mais les regrets le submergent, et s’il souriait, il sait que toutes les autres émotions apparaîtraient sur ses traits en lui donnant un drôle d’air…

Qu’est-ce qu’il pourrait dire ? Il est trop accoutumé à ça. Ce changement d’ambiance qui lui indique que c’était idiot d’espérer. Peut-être qu’il pourrait murmurer un reproche. Une remarque sur son innocence et l’injustice de ce lien brisé. Mais il n’y avait pas vraiment de lien, n’est-ce pas ? Et il n’a pas envie de faire des reproches, s’il doit laisser une seule chose à ce vagabond, qui lui a tout de même offert un magnifique sourire tout à l'heure, ce serait...

« T’as raison de faire attention. C'est bien que tu sois dans ce monde. Continue comme ça, fais gaffe à toi. »

Un coup d’oeil, pour fixer cette vision, se rappeler de ce moment si particulier. Puis Cresus tourne les talons. Il a de la marche à faire même si personne ne l’attend.

« Salut, Crow. »




Entre chien et loup ~ - Page 2 Ezgif-com-gif-maker-2022-04-25-T100505-014
Dear Dictator
At the trial, they'll be no jury, all the dead are going to play witness.
It's not too late to say you're sorry, but it's too late to truly mean it.
Val
Messages : 166
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Dim 15 Mai - 23:09

Amka Wraith,
dit « Valravn ou Crow »  

J'ai 33 ans et je vis pour le moment à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis .. . que dire ? J'ai fait à peu près tous les métiers qui ne demandent que de la bonne volonté et du muscle, pas que je sois idiot, mais je n'ai pas en tête de « faire carrière » dans aucun. En fait, je suis chamane en quête du Savoir qui fera de moi un sage porteur de sagesse auprès de tous. Je suis célibataire, mon rôle ici bas n'est pas de procréer, mais de transmettre autrement l'humanité et la paix. Je dois être libre, attaché à tous et non à l'un(e), pour aller au bout de ma quête,.

Sur mes papiers, il est écrit Amka Wraith... Avant ce que je continue à appeler la colonisation avec une rancoeur qui m'honore peu, nous nous appelions Uyarak, Je suis Amka Uyarak, et répond aux surnoms de Valravn que j'utilise souvent comme prénom, et de Crow...




A quatorze ans, j'ai accueilli lors d'un rituel initiatique, l'esprit du loup. A seize, le Corbeau m'a été donné, le « Valravn » que certains disent "Crow", celui qui accompagne les âmes aux mortes de l'Autre côté, au delà des brumes sur la glace...

Depuis, je suis fidèle à ma double mission, aider de mon mieux les vivants et les morts... Et à ma double nature, homme, et loup... J'aurais voulu pouvoir m'incarner en oiseau, voler dans les airs, mais aux dires des Anciens, un seul esprit de bête entre en toi, et le loup m'a choisi. Qui sait ? Les anciens voient et savent, mais pas tout parfois ?

Oh... En passant... J'ai un passeport américain, mais je suis inuit, quand je ne parle pas le Yupik sibérien, assez peu usité dans le reste du monde, j'ai une préférence pour le Russe, appris avec les marins sur les bateaux de pêche puis les cargos où j'ai commencé ma carrière professionnelle. Pourquoi ? Parce que disons que les USA et moi sommes un peu en froid, c'est une longue histoire, depuis la mort de mon père ! Mais bien sûr, je peux vous répondre en Anglais, et même en Français, une autre histoire... Un jour, je conterais peut-être tout cela.




avatar :copyright: inconnu

Entre chien et loup

Cray & Amka

Entre chien et loup ~ - Page 2 Ms15bi10Entre chien et loup ~ - Page 2 Ethan-14

Mai 2022

« Salut Crow »

Il a laissé les bières et le sandwich, et il a l'air d'un chien qu'on vient de siffler pour le battre... Pourquoi j'ai honte de moi ? C'était pas logique ma réaction ? Peut-être pas ! Je regarde l'offrande, on peut appeler ça comme ça ? Il a laissé son repas pour que je mange, et moi j'ai sorti les crocs prêt à mordre ? Pas à mon honneur, pourquoi ai-je réagi ainsi ? Je le sais bien pourquoi, les crocs... C'est une expression ça « j'ai les crocs...  »?, j'ai faim oui, pas de façon effroyable, en fait, j'ai beaucoup plus peur que faim. Peur de devoir partir en hâte parce qu'ici il n'y a plus rien pour moi, peur de devoir affronter -encore- une pseudo justice qui considère la pauvreté comme un crime. Je n'ai pas de quoi être fier, il a fait les frais de ma nervosité, alors que mon premier jugement semblait être correct : c'est une bonne âme, et je l'ai blessé.

« Attends !   »

De la magie noire il a dit ? Il y a des tarés qui apprécient la magie noire ? Mon sang de chamane se fige, repousser le plus loin possible les entités du mal, c'est mon job à plein temps ! Autant que permettre aux âmes une bonne transition vers l'autre monde, cette soirée est décidément invraisemblable...

« S'il te plaît, excuse-moi ! Reste... Je suis désolé, les gens comme moi n'aiment pas la police, quand un flic ne sait pas de quoi t'accuser, il te déclare juste coupable...   »

Je rebranche mon sourire... Et énonce une évidence, je ne suis pas loup pour rien.

«  Je n'aime pas les cages... Je suis un loup après tout. Si tu cherches autre chose qu'à me créer des problèmes, ça ne me regarde pas, mais...   »

Enfin la magie noire ! Est-ce qu'il se rend compte ?! Je montre les bières et le sandwich, sors mon couteau et le coupe en deux, il y a un morceau un peu plus grand que l'autre et je lui tends, mes cheveux comme souvent me tombent devant les yeux, et cachent mon visage à demi, ils ont jailli de sous le bonnet, je ne sais pas pourquoi je m'entête à en mettre, je n'ai pas froid, c'est juste pour avoir l'air « comme les autres ».

«  Tu as un peu de temps ? Moi j'ai toute la nuit, et j'en ai peur toute la journée, personne n'a l'air pressé de me donner du taf en ce moment, il paraît que c'est pas un mois où il y a de la demande...  »

Je n'ajoute rien, moi, je mange tous les jours si je peux, en tout cas, au moins trois ou quatre fois par semaine, alors... « pas de demande pour des intérimaires » ça ne fait pas mon affaire. Je sais de plus qu'ils privilégient les gars d'ici, c'est normal, moi qui sait où je serais demain ? Ils ont tout intérêt à embaucher des gens qu'ils pourront retrouver facilement, même si tous les employeurs que j'ai eu ont été satisfaits de mon boulot.

«  Qu'est-ce que c'est ton histoire de magie de l'ombre ? Tu te rends compte de ce que c'est la magie... »

Je pratique la magie du sang, parfois, dans des cas très très rares, quand c'est la seule solution, que j'ai un esprit particulièrement retors à chasser, mais... Enfin c'est une magie des morts ! Les morts en soi, ce n'est pas le problème, je les côtoie, non, le problème c'est d'écourter des vies pour arriver à ses fins. Ce n'est plus une question de chasser du gibier, chasser pour manger c'est « normal », là, il s'agit de tuer gratuitement, ou plutôt, dans un but néfaste.

J'en ai trop dit encore ! Qu'est-ce que ce type a comme magnétisme qui me fait me comporter comme un imbécile.

«  Ici, il y a des morts... Les morts ont le droit au repos... tous ne le trouvent pas aisément. Que cherche tes « employeurs » dans un cimetière ! Excuse moi, je ne suis pas que loup, je suis chamane... Crow, c'est parce que les morts, je les guide vers leur nouvelle existence, je leur permets de passer le voile ! »

C'est peut-être pour ça en fait que j'ai été attiré par lui ? Parce que j'avais un rôle à jouer ?

Tout à l'heure il a dit « Je crois que j'avais besoin de parler. » et moi, je n'ai rien entendu !

« On peut discuter, tes patrons ça ne leur coûtera rien de plus, si tu veux tout garder, je chasserai... »

C'est ça la différence entre les chiens et les loups... Les chiens obéissent, même aux mauvais ordres, les loups... jamais !


Entre chien et loup ~ - Page 2 Egtebo



@mandrin
Mandrin
Messages : 57
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Noob
Mandrin
Dim 15 Mai - 23:58

Cray
J'ai 50 ans et je vis à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis employé de maison et je m'en sors comme un chien. Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je peux me transformer en chien, c’était pas une façon de parler. Enfin parfois, je me pose la question : je suis peut-être un chien qui peut se transformer en homme. Au fond, est-ce que ça ferait une différence ?
Entre chien et loup ~ - Page 2 Sans-titre-2
Je travaille pour Marjo Paavolainen, occultiste, en fait ma famille travaille pour sa famille depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne. Ses travaux tournent autour du vaudou et je vais souvent prospecter sous les tropiques pour lui ramener de l’information.

Un sorcier local s’y rend aussi, de plus en plus souvent ces dernières années, auquel cas les Paavolainen me « prêtent » et il me sert de maître de substitution. Il est terrifiant, mais c’est la vie.

En le fréquentant, j’ai croisé les amis de son fils à la fac et de fil en aiguille, je me suis retrouvé père, à 48 ans, c’était vraiment pas sérieux.
A mi-pente, Cray s’est arrêté, surpris. Il fixe le visage dont la lune rehausse chacun des traits, déposant même une lueur sur la pointe de chaque cil. Les êtres qui peuvent se métamorphoser en créatures sauvages disposent d’une mobilité, générale mais surtout faciale, qui les met à part de tous les autres. C’est un phénomène qu’il aime observer, mais en ce moment, il est presque aux aguets, essayant de comprendre ce qui s’est passé. Lui, il a fait peur au loup. Ça n’a pas de sens ! Le coeur serré, il revient sur ses pas et, après un temps d’arrêt, repousse la portion de pain qui lui est offerte.

« Faut pas avoir peur de moi, tu sais, je ne veux de mal à personne. Même si j’étais flic, je ne te ferais pas de mal. De toute façon, je serais abonné à la circulation, à tous les coups, alors t’as vraiment rien à craindre. »

D’un geste rapide, il fait signe qu’il n’a pas faim, ouvre une bière et la lève pour montrer qu’il trinque symboliquement – on ne va pas secouer des récipients qui émettent de la mousse – avant de boire pour reprendre ses esprits. Bon, la tension est retombée. Le sourire du loup est magique : c’est un signal au-delà duquel les inquiétudes s’évaporent. Dans une démonstration d’apaisement, Cray s’efforce de se comporter comme si tout était normal dans cette affaire, et déjà, la peine s’efface et sombre dans l’oubli.

« T’avais raison, on ne va pas passer la nuit ici. J’aurais dû comprendre que tu ne te sentais pas en sécurité. C’est moi qui te demande pardon, je connais pas trop de chamanes et, des loups, tu peux imaginer. On ira… ailleurs… on verra. »

C’est bête d’en arriver là, inquiéter quelqu’un juste parce qu’il n’a pas su prévoir sa réaction. Ce n’est pourtant pas faute de s’intéresser aux gens et de les observer avec attention. Parfois Cray assiste à des échanges entre sorciers auxquels il ne comprend strictement rien. Il les dévisage sans s’ennuyer, il essaie de capter les émotions qui passent sur leur visage, comme on se couche dans un champ pour regarder passer les nuages. Pas besoin d’être météorologue pour ça.

En ce moment, il sent bien que le loup s’intéresse à ses mages noirs, pas d’une façon positive, mais il aimerait quand même bien pouvoir lui répondre. L’ennui, c’est qu’il ne sait pas quoi lui dire. Autant l’interroger sur la politique internationale. Tout ce que ça lui inspire c’est un sketch qu’il a vu il y a des lustres qui se terminait par « sans compter les Ouzbeks », un fou rire idiot, et une immense confusion. Pas de quoi avoir honte, ce n’est simplement pas son rayon, comme si on lui demandait de tirer un traîneau, il ferait probablement n’importe quoi. Sa tâche à lui, c’est de fureter, retrouver une piste, et s’assurer que son maître accède à ce qu’il recherche ; c’est une chose qu’il fait très bien. Oui, peut-être qu’en abordant la question sous cet angle, Crow en aura une meilleure idée.

Tiens, d’ailleurs, où est-ce qu’on travaille, comme chamane ? Dans les hôpitaux, peut-être ? Paraît qu’il y a des représentants de toutes les religions qui viennent consoler les gens, et discuter avec les mourants. Ils en parleront, si ils continuent à parler. C’est intéressant.

« Je peux pas t’expliquer ce que font mes patrons, j’ai jamais entièrement compris, mais c’est un peu comme… Indiana Jones, j’imagine ? C’est des savants, ils retrouvent des objets perdus, ils les étudient, ils publient des articles. Je dois juste aller lire une inscription qui est au fond d’une galerie, un humain ne pourrait pas se faufiler là-bas. Je ressors, je note » - il montre un vieux carnet tiré de son sac - « et c’est bon, on peut rentrer, enfin je veux dire... »

A la pensée qu’ils pourraient non seulement dormir côte à côte, mais partager la journée de demain, Cray s’est illuminé malgré lui. Mais cette lumière l’effraie un peu. S’il se fait trop d’espoirs et doit ensuite y renoncer, il se doute qu’il aura mal à nouveau. Voilà pourquoi il est toujours si volontaire pour venir explorer les souterrains du cimetière. C’est sinistre, c’est dangereux, c’est juste dérangeant, mais il y a les rencontres qu’on fait ici, et qui sont toujours si simples… d’habitude. Celle d’aujourd’hui est tout sauf simple.

« Moi je t’invite, après tu fais ce que tu veux. Je ne suis pas… je ne suis pas une cage. » Brusquement, ses idées s’éclairent : voilà ce qui lui a fait mal au coeur, l’idée qu’on se trompe à ce point sur lui. Ils sont du même clan, malgré leurs dissemblances, ils devraient se comprendre mieux que quiconque. C’est l’ombre du néant qui a plané sur leur dialogue, la crainte d'une disparition totale, imminente, non seulement hors du monde mais hors des mémoires, voilà le vide qu’il a ressenti. Et, en revers de médaille, la mince fierté qu’il éprouve à être exactement celui qu’il est, et à vouloir que celui-là soit reconnu. « C’est le contraire. Je suis une porte ouverte. Tu me crois ? »



Entre chien et loup ~ - Page 2 Ezgif-com-gif-maker-2022-04-25-T100505-014
Dear Dictator
At the trial, they'll be no jury, all the dead are going to play witness.
It's not too late to say you're sorry, but it's too late to truly mean it.
Val
Messages : 166
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Lun 16 Mai - 14:33

Amka Wraith,
dit « Valravn ou Crow »  

J'ai 33 ans et je vis pour le moment à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis .. . que dire ? J'ai fait à peu près tous les métiers qui ne demandent que de la bonne volonté et du muscle, pas que je sois idiot, mais je n'ai pas en tête de « faire carrière » dans aucun. En fait, je suis chamane en quête du Savoir qui fera de moi un sage porteur de sagesse auprès de tous. Je suis célibataire, mon rôle ici bas n'est pas de procréer, mais de transmettre autrement l'humanité et la paix. Je dois être libre, attaché à tous et non à l'un(e), pour aller au bout de ma quête,.

Sur mes papiers, il est écrit Amka Wraith... Avant ce que je continue à appeler la colonisation avec une rancoeur qui m'honore peu, nous nous appelions Uyarak, Je suis Amka Uyarak, et répond aux surnoms de Valravn que j'utilise souvent comme prénom, et de Crow...




A quatorze ans, j'ai accueilli lors d'un rituel initiatique, l'esprit du loup. A seize, le Corbeau m'a été donné, le « Valravn » que certains disent "Crow", celui qui accompagne les âmes aux mortes de l'Autre côté, au delà des brumes sur la glace...

Depuis, je suis fidèle à ma double mission, aider de mon mieux les vivants et les morts... Et à ma double nature, homme, et loup... J'aurais voulu pouvoir m'incarner en oiseau, voler dans les airs, mais aux dires des Anciens, un seul esprit de bête entre en toi, et le loup m'a choisi. Qui sait ? Les anciens voient et savent, mais pas tout parfois ?

Oh... En passant... J'ai un passeport américain, mais je suis inuit, quand je ne parle pas le Yupik sibérien, assez peu usité dans le reste du monde, j'ai une préférence pour le Russe, appris avec les marins sur les bateaux de pêche puis les cargos où j'ai commencé ma carrière professionnelle. Pourquoi ? Parce que disons que les USA et moi sommes un peu en froid, c'est une longue histoire, depuis la mort de mon père ! Mais bien sûr, je peux vous répondre en Anglais, et même en Français, une autre histoire... Un jour, je conterais peut-être tout cela.




avatar :copyright: inconnu

Entre chien et loup

Cray & Amka

Entre chien et loup ~ - Page 2 Avatar12Entre chien et loup ~ - Page 2 Ethan-14

Mai 2022

« Je ne suis pas une cage, c'est le contraire, je suis une porte ouverte. Tu me crois ? »

Je voudrais, je veux. Une porte ouverte... C'est ce que je suis aussi moi, une porte ouverte entre deux mondes, celle qui permet de passer de l'un à l'autre,  ou pour accompagner l'âme d'un défunt ou pour lui permettre de revenir chercher une explication, une justification, de s'apaiser avant de repartir... Et puis, je suis vivant pour faire des rencontres ? Toutes sortes de rencontres, des belles, et des moins belles. Toutes participent de l'expérience de la vie, et te permettent d'arriver à la maturité nécessaire à l'exercice de ton art. Un chamane fermé, c'est  comme un nuage qui ne crèverait jamais pour donner de l'eau, un arbre qui s'interdirait de bourgeonner, une abeille qui cracherait le pollen entre deux fleurs pour retenir l'éclosion de la vie...

Je ne sais pas ce que j'ai ce soir. Je me sens comme appelé, pourtant, il n'a pas l'air de tant souffrir, et le froid de la mort n'est pas sur lui ? Pourquoi ai-je le sentiment que si je ne connais pas cette âme-là j'aurais loupé quelque chose ? Ça n'a rien d'un « désir » charnel, je maîtrise très bien ces désirs là même si … M'accoupler avec une femme ou donner et recevoir du plaisir d'un homme, ça revient au même pour moi, j'ai depuis longtemps acquis que je ne sèmerai aucune autre vie que celle -spirituelle- que je tente de communiquer à tous les morts de l'époque, ceux qui tels des zombies continuent à avancer, agissent, veulent, rêvent même, sans se rendre compte qu'ils n'existent plus qu'en tant que clones d'une « normalité » stéréotypée et réductrice. Ils sont légions, partout, ces morts-vivants qui se figurent être encore de ce monde alors qu'ils ont perdu l'essence même de la vie, en oubliant que leur individualité n'est qu'une facette du Tout, et que quoi qu'ils fassent ils retourneront dans son uniformité pour lui rendre sa force.

La mort en soi n'a rien de triste, elle n'est que l'achèvement d'un cycle. Ce n'est pas elle qui pose problème mais ceux qui la refusent, ou avancent son heure. Dans toutes les cultures il y a une légende qui met en lice des figures -souvent féminines- qui tissent ta vie. Quoi que tu fasses, les tisseuses continuent leur œuvre, et si tu brises le fil trop tôt ou refusent qu'elles le coupent, alors, l'équilibre est compromis. Tout l'équilibre, pas uniquement ta destinée, parce que tu n'es qu'une partie du Tout, une minuscule particule d'un immensément grand, immuable et éternel...

J'ignore ce que ses employeurs ont en tête, mais quelque chose me dit que ça me déplairait. La question n'est pas là, et quoiqu'ils fassent ses « Indiana Jones » j'ai bien peur de ne pas pouvoir me dresser contre eux, je pourrais éventuellement en aviser d'autres veilleurs, mais nous sommes désormais si peu nombreux, j'ai peur que le Tout ne doive s'en dépêtrer seul quel que soit l'impact de leur action sur l'équilibre de la vie.  « Je dois juste aller lire une inscription qui est au fond d’une galerie, un humain ne pourrait pas se faufiler là-bas. Je ressors, je note » ? Pourquoi ? Ici c'est un cimetière. Je ne savais pas qu'il y avait des catacombes en dessous, mais... C'est le lieu où des dépouilles mortelles attendent et se ressourcent afin de permettre à leur âme une nouvelle existence ? Qui sont-ils ces gens qui pour la science ou l'art, ou je ne sais quoi, s'imaginent le droit de déranger les morts dans leur demeure intermédiaire ? En fait, qu'il y ait des galeries, sous le niveau de la mer, ça rejoint les légendes de mon peuple où Anguta emmène les défunts dans le monde souterrain, où ils doivent dormir avec lui pendant un an. Un court instant, j'en appelle mentalement à Torngasak, le bon esprit, représentant tout ce qui est bon et utile à l'homme dans la nature... Je ne peux incanter ou lancer un rituel, les esprits savent de toute manière bien plus que les chamanes, ce que je découvre, à n'en pas douter, ils en sont témoins depuis que ça existe.

 « T’avais raison, on ne va pas passer la nuit ici. Je ressors, je note et c’est bon, on peut rentrer, enfin je veux dire... »

« On peut rentrer », donc lui... et moi. Le chien et le loup, c'est curieux, venir chasser et se trouver invité dans la niche d'un chien... Je souris, un de ces sourires que je ne sais pas doser. A l'heure qu'il est, comment compte-t-il « rentrer » ? A pied ? Moi je suis venu à la nage, en loup, négligeant le pont qui relie l'île à la ville, mais je ne pourrais pas repartir de même, mon bras gauche me fait mal, il a trop travaillé. A-t-il un véhicule ? C'est probable, il n'y a que moi qui voyage avec pour seuls biens mon corps et un sac à dos.

« Je t'attends, mais prends garde, certains morts n'aiment pas qu'on les importune dans leur sommeil.   »



Entre chien et loup ~ - Page 2 Leposa10



@mandrin
Mandrin
Messages : 57
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Noob
Mandrin
Lun 16 Mai - 15:52

Cray
J'ai 50 ans et je vis à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis employé de maison et je m'en sors comme un chien. Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je peux me transformer en chien, c’était pas une façon de parler. Enfin parfois, je me pose la question : je suis peut-être un chien qui peut se transformer en homme. Au fond, est-ce que ça ferait une différence ?
Entre chien et loup ~ - Page 2 Sans-titre-2
Je travaille pour Marjo Paavolainen, occultiste, en fait ma famille travaille pour sa famille depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne. Ses travaux tournent autour du vaudou et je vais souvent prospecter sous les tropiques pour lui ramener de l’information.

Un sorcier local s’y rend aussi, de plus en plus souvent ces dernières années, auquel cas les Paavolainen me « prêtent » et il me sert de maître de substitution. Il est terrifiant, mais c’est la vie.

En le fréquentant, j’ai croisé les amis de son fils à la fac et de fil en aiguille, je me suis retrouvé père, à 48 ans, c’était vraiment pas sérieux.
Soulagé de voir les protestations éteintes et les inquiétudes disparues, Cresus se sent l'esprit libre à nouveau, une forme d'alliance rétablie. Prêt à se lancer dans cette petite formalité si lugubre pourtant, mais qu'il choisit de ne pas considérer sous cet angle-là.

« Tu veux pas venir avec moi ? Comme ça tu surveilles. Que je pique pas un os au passage ou quelque chose... »

Le chien a envie de jouer. Ce n’est pas qu’un jeu, c’est une prise de risque, on peut toujours se retrouver piégé ou se noyer comme un rat au fond de son trou, être pris sous l’effondrement d’une galerie… les fantômes ça ne lui fait pas peur, jamais un fantôme ne lui a fait du mal. Il y en a sans doute quelques-uns (sinon, les maîtres sont tous fous et font semblant depuis le début, ce qui serait plus terrifiant que tout le reste) mais ils doivent bien sentir ses intentions : celles d’une bête de passage, pas plus malveillante qu’une autre. La neutralité fondamentale de celui qui ne sait pas pourquoi il est là, et qui ne fait que passer. Cresus termine sa bière et plie la canette pour la caler dans une poche latérale, observe un temps le langage corporel de son nouvel ami, et finit par reconnaître :

« C’est surtout pour moi, j’avoue. J’aimerais bien comprendre ce que tu fais. Chamane. Mais je crois que si je te vois faire, ça sera plus simple que si tu expliques. J’ai pas… je suis pas… quelqu’un de très intelligent. »

Il rit, ce n’est pas grave, tant qu’il peut regarder le monde et ressentir ce qu’il n’apprend pas par d’autres méthodes, il n’est pas démuni. Dépliant un plan, il montre un point sur le papier, puis désigne un assemblage de vieux tombeaux devant eux, entre les arbres :

« Tiens, c’est les concessions là-bas. Tu vois la grande croix noire, ça fait comme des cœurs au bout des branches ? En creusant dessous, normalement y a un passage, la dalle est un peu descellée. C’est un leurre, y a rien. C’est juste l’entrée. Après ça plonge sur une dizaine de mètres et ça aboutit sous la crypte là-bas... »

Un bloc de pierres taillées, aux petites fenêtres lourdement grillagées, où sèchent sans doute des fleurs fanées dans des vases anciens, que personne ne vient jamais refleurir. Il n’aime vraiment pas ce genre de tombes, il trouve ça kitsch et anxiogène comme un huis-clos bourgeois névrosé ; jamais il ne voudrait être enfermé là-dedans. Bah, dans son cas, la question ne se pose pas et c’est tant mieux. Chassant sa moue désapprobatrice de son visage, il reprend son air d’enthousiasme immédiatement, revenu à la pensée qui fait courir plus vite le sang dans ses veines, celle de faire découvrir son métier et de découvrir celui de l’autre, peut-être, s’il y a lieu.

« C’est fermé par une chape de métal au-dessus, c’est pour ça, faut entrer par dessous. On dérange personne, on se balade. Comme les amoureux à la surface. »

D’avoir expliqué, Cresus a hâte d’y aller maintenant. Bon, il va falloir se déshabiller à nouveau, ça devient une habitude entre eux.



Entre chien et loup ~ - Page 2 Ezgif-com-gif-maker-2022-04-25-T100505-014
Dear Dictator
At the trial, they'll be no jury, all the dead are going to play witness.
It's not too late to say you're sorry, but it's too late to truly mean it.
Val
Messages : 166
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Lun 16 Mai - 23:00

Amka Wraith,
dit « Valravn ou Crow »  

J'ai 33 ans et je vis pour le moment à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis .. . que dire ? J'ai fait à peu près tous les métiers qui ne demandent que de la bonne volonté et du muscle, pas que je sois idiot, mais je n'ai pas en tête de « faire carrière » dans aucun. En fait, je suis chamane en quête du Savoir qui fera de moi un sage porteur de sagesse auprès de tous. Je suis célibataire, mon rôle ici bas n'est pas de procréer, mais de transmettre autrement l'humanité et la paix. Je dois être libre, attaché à tous et non à l'un(e), pour aller au bout de ma quête,.

Sur mes papiers, il est écrit Amka Wraith... Avant ce que je continue à appeler la colonisation avec une rancoeur qui m'honore peu, nous nous appelions Uyarak, Je suis Amka Uyarak, et répond aux surnoms de Valravn que j'utilise souvent comme prénom, et de Crow...




A quatorze ans, j'ai accueilli lors d'un rituel initiatique, l'esprit du loup. A seize, le Corbeau m'a été donné, le « Valravn » que certains disent "Crow", celui qui accompagne les âmes aux mortes de l'Autre côté, au delà des brumes sur la glace...

Depuis, je suis fidèle à ma double mission, aider de mon mieux les vivants et les morts... Et à ma double nature, homme, et loup... J'aurais voulu pouvoir m'incarner en oiseau, voler dans les airs, mais aux dires des Anciens, un seul esprit de bête entre en toi, et le loup m'a choisi. Qui sait ? Les anciens voient et savent, mais pas tout parfois ?

Oh... En passant... J'ai un passeport américain, mais je suis inuit, quand je ne parle pas le Yupik sibérien, assez peu usité dans le reste du monde, j'ai une préférence pour le Russe, appris avec les marins sur les bateaux de pêche puis les cargos où j'ai commencé ma carrière professionnelle. Pourquoi ? Parce que disons que les USA et moi sommes un peu en froid, c'est une longue histoire, depuis la mort de mon père ! Mais bien sûr, je peux vous répondre en Anglais, et même en Français, une autre histoire... Un jour, je conterais peut-être tout cela.




avatar :copyright: inconnu

Entre chien et loup

Cray & Amka

Entre chien et loup ~ - Page 2 Tumblr53Entre chien et loup ~ - Page 2 Ethanh10

Mai 2022

« Tu veux pas venir avec moi ? Comme ça tu surveilles. Que je pique pas un os au passage ou quelque chose...»

Je ne peux retenir un sourire à nouveau, et un geste de la tête de droite à gauche, qu'il pique un os ! Cabot va !

« Tu n'a pas faim, tu m'as laissé ton repas, si tu piques un os, ça sera du fétichisme... Et puis il ne doit pas y avoir grand-chose à ronger sur les dépouilles là-dedans.   »

Sur son plan, il y a des dates, ses « concessions » sont centenaires, il y a certainement plus de poussière que d'os, encore que, tout dépend comment ils ont été inhumés. Ce n'est pas le fait qu'il pique un os, bien que les défunts aient le droit à rester intacts, qui m'inquiète, plutôt ce qu'il pourrait réveiller. Mais je me fais sans doute des idées, je suis déjà venu ici et n'ai rien perçu.

Par contre, le suivre, ce n'est peut-être pas une si mauvaise idée, des caveaux centenaires, des galeries aussi vieilles si ce n'est plus, sous le niveau de la mer, dans une île offerte aux vagues, aux tempêtes... Si quelque chose s'effondre, au moins je pourrais le tirer, gratter, si je reste assez en arrière pour ne pas prendre un plafond sur le crâne moi aussi.

« J’aimerais bien comprendre ce que tu fais. Chamane. Mais je crois que si je te vois faire, ça sera plus simple que si tu expliques. J’ai pas… je suis pas… quelqu’un de très intelligent. »

Pour une fois que je tombe sur quelqu'un que le terme « chamane » n'épouvante pas, ne rebute pas... J'aurais dû me taire, je l'ai déconcerté. Je n'ai rien à montrer, du moins là, dans l'immédiat... Chamane c'est un état, pas un métier. Je suis perpétuellement en recherche de l'équilibre, celui de ce qui m'entoure, nature, hommes, bêtes, éléments, je suis, prôneur de paix et de concorde, je repousse toute violence, j'essaie de me rendre utile. J'ai ce qu'on appelle entre nous la « longue vision », je suis capable de communiquer avec le Tout, comment lui expliquer cela ? Le cosmos ? L'univers ? Je crois que chaque créature, aussi infime soit-elle est reliée aux autres, et que toute vie a de l'importance, je fais partie des fous qui n'écrasent pas un insecte ou ne brisent pas une branche d'arbre, je célèbre les saisons, j'accompagne la mort, car les morts ne sont que de futurs vivants...

Si comme il dit il n'est pas « très intelligent », je traduis peu instruit, il ne pourra peut-être pas tout « comprendre », mais il n'a pas besoin de comprendre, juste de sentir.

«  Je ne « fais » rien. Je me contente d'essayer de permettre un équilibre entre tout ce qui constitue ce monde, toutes les faces de la vie, y compris la mort. Je suis un peu comme un veilleur, un chien de garde si tu veux, qui guette ceux qui pourraient abîmer la maison.   »

Est-ce que ça lui parlera plus ? C'est ça en fait. Je veille à l'équilibre, et s'il est amoindri, je tente d'y remédier. Tous les équilibres, ceux de la nature, comme ceux des fluides vitaux d'un être, je soigne, j'apaise, tout, et tous. C'est ce que j'ai reçu comme don, et ce que j'ai souhaité être. Je joue de mon corps et de mon esprit... C'est difficilement explicable.

« On dérange personne, on se balade. Comme les amoureux à la surface...»

J'aimerais le croire, il est sincère. Je ne sais pas s'il manque en effet d'intelligence ou s'il est juste ignorant, mais il n'a aucune volonté de nuire, et ça, s'il y a des esprits en déshérence, ils le sentiront. Ça ne veut pas dire qu'ils en tiendront compte, les esprits, sont comme les hommes : il y en a des bons, et des mauvais. Certains le provoqueront, d'autres l'ignoreront, parce qu'il est dénué de malice et de méchanceté.

Il commence à se dévêtir, pliant proprement ses vêtements. Il me regarde, soucieux de ma réponse on dirait, presque anxieux ? Je me suis trompé, tout à l'heure, j'ai dit qu'il n'avait pas besoin de moi, qu'il ne semblait pas en souffrance... Il cherche de la compagnie, pas uniquement pour sentir un corps contre lui et assouvir des besoins que certains disent « vitaux », il veut communiquer, rompre une solitude... intense.

Cette découverte me fait mal, je n'aime pas sentir le malaise dans un autre. Se sentir isolé, c'est un déséquilibre en fait... Je retire mon manteau et ma chemise, les plie soigneusement moi aussi, avant de continuer, mes chaussures sont restées au fond du sac, contrairement à lui je n'ai pas froid, il fait entre cinq et huit degrés... à vue de « peau », au dessus de zéro ! C'est... caniculaire pour le nordique que je suis !

«  En fait, tu voulais me revoir à poil ? C'est ça ? Avoue.   »



Entre chien et loup ~ - Page 2 Kulosa10



@mandrin
Mandrin
Messages : 57
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Noob
Mandrin
Mar 17 Mai - 0:20

Cray
J'ai 50 ans et je vis à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis employé de maison et je m'en sors comme un chien. Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je peux me transformer en chien, c’était pas une façon de parler. Enfin parfois, je me pose la question : je suis peut-être un chien qui peut se transformer en homme. Au fond, est-ce que ça ferait une différence ?
Entre chien et loup ~ - Page 2 Sans-titre-2
Je travaille pour Marjo Paavolainen, occultiste, en fait ma famille travaille pour sa famille depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne. Ses travaux tournent autour du vaudou et je vais souvent prospecter sous les tropiques pour lui ramener de l’information.

Un sorcier local s’y rend aussi, de plus en plus souvent ces dernières années, auquel cas les Paavolainen me « prêtent » et il me sert de maître de substitution. Il est terrifiant, mais c’est la vie.

En le fréquentant, j’ai croisé les amis de son fils à la fac et de fil en aiguille, je me suis retrouvé père, à 48 ans, c’était vraiment pas sérieux.
Un chien de garde ?… C’est difficile à imaginer. Mais Cresus s’entend bien généralement avec les chiens de garde. Mieux qu’avec ceux qui sont forcés à combattre, et dont la souffrance ressemble trop à la sienne, ou ceux qui mènent les troupeaux, servent de bibelots, ou autres usages. Ses fréquentations favorites, ce sont les chiens de thérapie, et ceux qui étaient nés pour être chiens de garde s’épanouissent généralement dans ces rôles, quand ils ont un bon caractère doux et sérieux. Mais il n’avait jamais rêvé d’un loup qui adopterait cette attitude. Il imagine la bête noire qu’il a vue plus tôt, dans un joli harnais, aidant une personne aveugle à évoluer dans la ville. C’est étrange et touchant.

« Je serai toujours content de te voir, habillé ou non. »

C’est une boutade, une provocation en réponse à celle de Crow, mais c’est aussi une vérité. En quelques minutes, il s’est attaché, et il faut beaucoup pour qu’un tel attachement se brise. A croire que, plus Cresus porte de laisses autour du cou, plus il est content… Il y a bien des gens qui collectionnent les paires de chaussures, ou les petits chiens de faïence. Ou les livres de nécromancie. Il n’est pas pire qu’un autre. Et une laisse rattachée à la main d’un type qui déteste les laisses, de toute façon, ce n’est pas une contrainte ; ça ne saurait durer.

Eh bien, les voilà nus à nouveau, les affaires à l’abri. Juste avant de se transformer, Cray profite à nouveau du paysage. Pourquoi pas ? Ils sont aussi à l’aise l’un que l’autre avec cette vision, clairement. Ce ne sera pas aussi simple dans quelques instants quand la bête de cauchemar aura réapparu. Il le sait, et il s’y prépare ; tout ce qui peut le familiariser avec la silhouette en face de lui est utile, et s’il pouvait apprendre son aura par coeur, il le ferait, dans l’espoir de la reconnaître de l’autre côté de la transformation. Pour cacher son appréhension, il flirte, avançant une main prudente pour frôler le bras de cet homme intrépide, qui ne semble pas gêné par le froid.

« Mais si tu veux savoir, je te trouve magnifique sans tes vêtements, tes cheveux suffisent parfaitement à t’habiller. Et faut bien que je m’habitue à ta forme de loup, sinon, on n’est pas vraiment amis... »

Très vite, il franchit le dernier pas pour lui donner un baiser sur la joue, entre dans la zone de chaleur dégagée par le corps, puis se recule avec le rire fier d’un voleur qui ne connaît pas la discrétion. Vite, il se transforme, redevient cette créature ébouriffée et sans grâce particulière qui semble être sa tenue la plus naturelle, s’ébroue et part en direction de la première tombe. La mission fera oublier son geste, ou pas. La dalle n’est pas droite sur son support, un espace s’aperçoit entre le lierre et la terre, il suffit de creuser un peu. Rapidement, Cray dégage un passage et aperçoit la fosse obscure sous la terre ; le fond semble pavé de larges pierres plates, il y règne une atmosphère terreuse et humide, quelques racines traversent les parois de terre battue en quête de quelque chose à boire…

C’est une nuit terrible, entre ses maîtres qui l’envoient littéralement dans la tombe et ce loup qui s’attache à ses pas, comme une ombre étrangement semblable à la sienne. Mais en ce moment, Cray se sent investi d’un courage et d’une détermination qui l’étonnent. Peut-être qu’il en a juste assez d’errer sur cette île et de se faire des amis de quelques minutes, et il a hâte de se mettre à la tâche parce qu’il a hâte d’avoir fini. Allons ! Il faut se jeter à l’eau. Presque littéralement, car après s’être infiltré dans la fosse, il aperçoit le tunnel qui s’enfonce plus profondément encore sous la terre… et il reconnaît le bruit qui en émane, déformé par les échos.

C’est la marée que l’on perçoit jusqu’ici, qui communique avec cette galerie inquiétante. Qui a creusé ce complexe ? A quelle date et dans quel but ? Parfois, ce n’est pas plus mal de ne pas avoir toutes les réponses. Le métamorphe s’aventure dans l’ombre, droit devant lui, et bientôt il ne se repère plus qu’à tâtons. Où est passée la lumière ? Comment y verra-t-il, arrivé au bout de la route ? Pourvu qu’une légère lueur filtre à travers quelques crevasses dans la pierre, sinon il ne pourra pas lire… il n’avait pas pensé à ça. De toute façon, bientôt le boyau devient trop impraticable pour n’importe quel humain normalement constitué. Le chien rampe, nage la truffe seule hors de l’eau, sent le plafond descendre encore sur lui, prend une dernière inspiration et plonge. Il ne reste que quelques mètres… si le plan était correct.

Une fois sous l’eau, il y a beaucoup plus de place tout à coup, et, oui, une légère lumière, quelques algues ça et là au long des parois, qui émettent une luminescence irréelle et hypnotique. De vagues filons d’aurore boréale inversée qui s’étirent comme des anguilles sur la roche taillée et la terre moussue. Cet endroit, qu’il pourrait presque qualifier de salle, a quelque chose d’initiatique. Cray perd la notion du temps. Combien de secondes peut-il encore retenir sa respiration ? Et puis, tout à coup, sans trop savoir comment il a terminé son trajet, sa tête crève la surface. Avant d’examiner ce qui l’entoure, il reprend une inspiration et replonge. Où est passé le loup ? Il ne doit pas être loin...




Entre chien et loup ~ - Page 2 Ezgif-com-gif-maker-2022-04-25-T100505-014
Dear Dictator
At the trial, they'll be no jury, all the dead are going to play witness.
It's not too late to say you're sorry, but it's too late to truly mean it.
Val
Messages : 166
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Mar 17 Mai - 10:44

Amka Wraith,
dit « Valravn ou Crow »  

J'ai 33 ans et je vis pour le moment à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis .. . que dire ? J'ai fait à peu près tous les métiers qui ne demandent que de la bonne volonté et du muscle, pas que je sois idiot, mais je n'ai pas en tête de « faire carrière » dans aucun. En fait, je suis chamane en quête du Savoir qui fera de moi un sage porteur de sagesse auprès de tous. Je suis célibataire, mon rôle ici bas n'est pas de procréer, mais de transmettre autrement l'humanité et la paix. Je dois être libre, attaché à tous et non à l'un(e), pour aller au bout de ma quête,.

Sur mes papiers, il est écrit Amka Wraith... Avant ce que je continue à appeler la colonisation avec une rancoeur qui m'honore peu, nous nous appelions Uyarak, Je suis Amka Uyarak, et répond aux surnoms de Valravn que j'utilise souvent comme prénom, et de Crow...




A quatorze ans, j'ai accueilli lors d'un rituel initiatique, l'esprit du loup. A seize, le Corbeau m'a été donné, le « Valravn » que certains disent "Crow", celui qui accompagne les âmes aux mortes de l'Autre côté, au delà des brumes sur la glace...

Depuis, je suis fidèle à ma double mission, aider de mon mieux les vivants et les morts... Et à ma double nature, homme, et loup... J'aurais voulu pouvoir m'incarner en oiseau, voler dans les airs, mais aux dires des Anciens, un seul esprit de bête entre en toi, et le loup m'a choisi. Qui sait ? Les anciens voient et savent, mais pas tout parfois ?

Oh... En passant... J'ai un passeport américain, mais je suis inuit, quand je ne parle pas le Yupik sibérien, assez peu usité dans le reste du monde, j'ai une préférence pour le Russe, appris avec les marins sur les bateaux de pêche puis les cargos où j'ai commencé ma carrière professionnelle. Pourquoi ? Parce que disons que les USA et moi sommes un peu en froid, c'est une longue histoire, depuis la mort de mon père ! Mais bien sûr, je peux vous répondre en Anglais, et même en Français, une autre histoire... Un jour, je conterais peut-être tout cela.




avatar :copyright: inconnu

Entre chien et loup
Cray & Amka

Mai 2022














« ...je te trouve magnifique sans tes vêtements... il faut que je m’habitue à ta forme de loup, sinon, on n’est pas vraiment amis...  »

Amis ? Si vite ? Il est une énigme parmi les siens. Je me demande si certains ne le jugent pas faible à cause de cela, ce côté instinctif, « naturel », dénué de calcul et de stratégie... Il trouve quelqu'un sympa, et en fait un ami, sans se demander quel en sera l'avantage, si l'ami lui servira à avancer dans l'existence, s'il lui ouvrira des portes... Tout cela, au figuré, parce qu'un ami aide toujours à avancer dans l'existence, même le plus fauché, le plus bête, ce qui fait sa valeur ce n'est pas sa position sociale, ses relations utiles ou sa richesse, c'est les sentiments qu'il inspire... Mis à part mes proches que j'ai perdus de vue et quelques chamanes disséminés dans le monde entier, rencontrés au gré de mes voyages, je n'ai pas d'amis. Personne ne souhaite dans ce monde où réussite rime avec argent se faire un ami d'un nomade misérable. Personne -pas même quelques réalistes taxés d'utopistes par leurs pairs- n'a eu l'idée de me proposer plus qu'une rencontre sans lendemain, pour échanger sur l'avenir de la planète ou de l'humanité, confronter nos points de vue, puis partir, chacun un peu plus riche de la pensée de l'autre.

Ces trois lettres me touchent. Profondément. A M I...

Je le suis, à une certaine distance, s'il s'enfonce dans un souterrain dangereux, et qu'il est en danger, être trop près ne pourrait que m'empêcher de le secourir. Il est décidément dit que mon loup nagera aujourd’hui, ma patte avant gauche me gêne, je n'ai pas pensé en acceptant de l'accompagner que mon bras me fait souffrir, trop sollicité par ma baignade précédente. Tant pis, je vais me ménager, mais il n'est pas question que je lui fasse faux bond. La douleur est comme tout, elle se contrôle et se régule. Même le jour de l'accident, j'ai réussi à la contenir alors que j'étais écartelé, en faisant appel à toutes les techniques de relaxation mentale et de dépassement de soi que je connaissais.

Un long couloir immergé... des algues, des trous dans la paroi qui expliquent l'eau...  Je le vois disparaître, happé par un coude, remonter si j'en crois une ombre de queue en panache ? Je presse un peu l'allure, rien ne nous a broyés en s'effondrant, une salle, en partie engloutie, et plus loin dans un coin, une autre ouverture, plus près du plafond. Un escalier a du disparaître au fil du temps, il ne reste que la porte qui s'ouvre sur une autre cavité, avec quelques centimètres d'eau seulement. Épargnée. Où se trouve l'inscription qu'il cherche, dans la salle basse ou dans cette espèce de crypte qui la surplombe.

J'ai pris pied à l'étage supérieur, cherchant quelque chose d'écrit, de dessiné, n'importe quoi qui serait un message laissé à des explorateurs... Je plonge à nouveau pour voir où lui se trouve.

Ne sommes-nous pas deux fous en train d'explorer des grottes sous-marines ? Deux gamins insouciants du danger ? Le loup n'a rien d'un animal aquatique, après m'être assuré qu'il est en bonne santé, je retourne dans la salle à l'air libre et m'ébroue comme n'importe quel canidé mouillé... D'après l'aspect de la pierre celle-ci n'a jamais plus de soixante centimètres d'eau, seule la base des murs est couverte d'algues, le reste a une teinte jaunâtre due aussi à l'étrange lumière qui y pénètre. De gros piliers créent des zones d'ombre, j'ai l'idée loufoque qu'on pourrait tendre un hamac entre deux, et dormir là, caché de tous. C'est une manie chez moi de dormir dans les cimetières, les morts sont souvent de meilleure compagnie que les vivants, et ont l'avantage d'en repousser certains.

Si j'étais humain, je lui demanderais ce qu'il cherche au juste, là, je me contente de lui tourner autour, tentant de recueillir sa pensée. C'est un endroit bizarre... Malgré la croix visible à l'extérieur, je n'ai pas l'impression d'être dans un tombeau chrétien. D'ailleurs, je n'ai pas du tout l'impression d'être dans un tombeau ! L'évidence me frappe soudain, ni ossuaire ni sarcophage, pas de sépulture identifiable ? Plutôt... un lieu de culte, quel culte ?

Je tends mon âme, cherche des relents que lui ne peut peut-être pas capter. Le nez en l'air, ma fourrure se hérisse, je dois prendre sur moi pour ne pas détaler...





@mandrin
Mandrin
Messages : 57
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Noob
Mandrin
Mar 17 Mai - 15:43

Cray
J'ai 50 ans et je vis à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis employé de maison et je m'en sors comme un chien. Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je peux me transformer en chien, c’était pas une façon de parler. Enfin parfois, je me pose la question : je suis peut-être un chien qui peut se transformer en homme. Au fond, est-ce que ça ferait une différence ?
Entre chien et loup ~ - Page 2 Sans-titre-2
Je travaille pour Marjo Paavolainen, occultiste, en fait ma famille travaille pour sa famille depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne. Ses travaux tournent autour du vaudou et je vais souvent prospecter sous les tropiques pour lui ramener de l’information.

Un sorcier local s’y rend aussi, de plus en plus souvent ces dernières années, auquel cas les Paavolainen me « prêtent » et il me sert de maître de substitution. Il est terrifiant, mais c’est la vie.

En le fréquentant, j’ai croisé les amis de son fils à la fac et de fil en aiguille, je me suis retrouvé père, à 48 ans, c’était vraiment pas sérieux.
C’est quand même beau ici. Chaque fois que Cray a le privilège d’être invité dans ce genre de constructions impies, il admire : ce sont les humains, ses humains qui ont construit tout ça, et quand on sait à quel point leurs corps sont faibles à côté de celui d’un animal, pour avoir expérimenté les deux conditions dans sa propre chair… Lui, ça lui donne envie de les admirer. Ils sont ses dieux, même si ce sont des dieux jaloux et destructeurs, il ne peut pas leur retirer cette admiration passionnée.

La perfection de l’architecture fixe son attention quelques secondes, avant qu’il se mette en chemin dans la salle, le regard attentif à chaque petit signe qui pourrait former une écriture. Ça doit être écrit dans une langue qu’il comprend, puisqu’on lui a simplement demandé de mémoriser et de noter. Il comprend notamment les dialectes caréliens, qui sont en quelque sorte sa langue maternelle, quoique le concept maternel soit un peu contrarié dans une éducation comme celle qu’il a reçue. C’est sans doute pour ça qu’on l’a envoyé. Et en effet, il tombe en arrêt devant une ligne de caractères gothiques. La lecture, ça n’a jamais été son point fort, alors quand c’est écrit comme ça…

Une inscription perdue d’un chant de Väinämöinen, apparemment. Bon, tant mieux. C’était très poétique, les syllabes se répétaient pour former un rythme chantant, c’était fait pour être retenu de mémoire et récité, en un temps où l’écriture n’existait pas.

Tandis que le chien, les yeux levés, figé dans une fascination d’écolier, se concentrait sur sa tâche, une atmosphère étrange et presque électrique s’intensifiait entre les colonnes, luisantes d’algues phosphorescentes. Une brume intangible semblait s’élever lentement des eaux. Cresus n’y prêtait aucune attention. Il lisait et relisait la strophe de phrases ésotériques. Ça n’avait guère de sens à ses yeux mais ce serait précieux pour ses maîtres. Quant au dessin qui entourait l’inscription, il n’y prêtait pas attention non plus, puisqu’on ne le lui avait pas ordonné : une sorte de porte gravée dans la roche, dont la lettre finale formait le trou de la serrure…

Il est des épées qui forgent, hors du monde, il est des granits forgés,
Mais seul le feu qui court sous la terre est de force à fondre la pierre,
Seul un roi qui règne sous la terre est de force à manier telle épée
Et l’air de glace les figera tous s’ils osent lui déclarer la guerre.

Une histoire de volcan, probablement. Heureusement il n’était pas envoyé pour faire un commentaire littéraire. Ayant mémorisé le message, il se tourna vers son compagnon et jappa pour signifier qu’ils pouvaient repartir. L’air devenait irrespirable ; il n’aurait pas su dire à quoi c’était dû exactement, mais cette brume qui s’infiltrait entre les pierres pourtant scellées avait quelque chose de toxique, de quoi faire tourner la tête. Pourvu que ça ne lui fasse pas oublier l’inscription, sinon il serait forcé de faire une seconde expédition.

Où était l’entrée, déjà ? Cray était désorienté. On n’y voyait plus clairement, et dès qu’il inspirait pour tenter de se repérer aux odeurs de la salle, il absorbait davantage de cette atmosphère déplaisante… et les sons étaient soudain pleins d’échos. Combien étaient-ils dans cette salle, exactement ?





Entre chien et loup ~ - Page 2 Ezgif-com-gif-maker-2022-04-25-T100505-014
I am not a fool entire, no, I know what is coming
You’ll bury me beneath the trees I climbed
when I was a child
I know I shouldn’t love you but I do

Val
Messages : 166
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Mar 17 Mai - 17:55

Amka Wraith,
dit « Valravn ou Crow »  

J'ai 33 ans et je vis pour le moment à Helsinki, Finlande. Dans la vie, je suis .. . que dire ? J'ai fait à peu près tous les métiers qui ne demandent que de la bonne volonté et du muscle, pas que je sois idiot, mais je n'ai pas en tête de « faire carrière » dans aucun. En fait, je suis chamane en quête du Savoir qui fera de moi un sage porteur de sagesse auprès de tous. Je suis célibataire, mon rôle ici bas n'est pas de procréer, mais de transmettre autrement l'humanité et la paix. Je dois être libre, attaché à tous et non à l'un(e), pour aller au bout de ma quête,.

Sur mes papiers, il est écrit Amka Wraith... Avant ce que je continue à appeler la colonisation avec une rancoeur qui m'honore peu, nous nous appelions Uyarak, Je suis Amka Uyarak, et répond aux surnoms de Valravn que j'utilise souvent comme prénom, et de Crow...




A quatorze ans, j'ai accueilli lors d'un rituel initiatique, l'esprit du loup. A seize, le Corbeau m'a été donné, le « Valravn » que certains disent "Crow", celui qui accompagne les âmes aux mortes de l'Autre côté, au delà des brumes sur la glace...

Depuis, je suis fidèle à ma double mission, aider de mon mieux les vivants et les morts... Et à ma double nature, homme, et loup... J'aurais voulu pouvoir m'incarner en oiseau, voler dans les airs, mais aux dires des Anciens, un seul esprit de bête entre en toi, et le loup m'a choisi. Qui sait ? Les anciens voient et savent, mais pas tout parfois ?

Oh... En passant... J'ai un passeport américain, mais je suis inuit, quand je ne parle pas le Yupik sibérien, assez peu usité dans le reste du monde, j'ai une préférence pour le Russe, appris avec les marins sur les bateaux de pêche puis les cargos où j'ai commencé ma carrière professionnelle. Pourquoi ? Parce que disons que les USA et moi sommes un peu en froid, c'est une longue histoire, depuis la mort de mon père ! Mais bien sûr, je peux vous répondre en Anglais, et même en Français, une autre histoire... Un jour, je conterais peut-être tout cela.




avatar :copyright: inconnu

Entre chien et loup
Cray & Amka

Mai 2022














J'ignore pourquoi, mais l'inscription que je déchiffre avec difficulté, elle n'est ni en anglais ni en russe, me fait ressortir une multitude de mythes et légendes glanés dans les bibliothèques... Des contextes qui me paraissent  à la fois similaires et différents, mais qui pourraient bien se rapporter à la même entité, ou culte. Quand j'ai étudié les religions du monde entier, enfin étudié... Disons que mes lectures quand je me réfugie dans une bibliothèque publique sont souvent centrées sur quelques thèmes :  religions, légendes et mythes ; soins naturels, plantes ; magie -réelle ou supposée- ; connaissance du vivant, scientifique, philosophique... J'ai donc lu beaucoup de choses, en anglais surtout, on trouve beaucoup plus de textes traduits en anglais qu'en russe. Et me remonte d'un passé lointain une citation d'un prêtre chrétien, sur des traits de feu dont l'Ennemi se servirait pour perdre les âmes vaines en allumant des passions sans fin et destructrices.

A ce que j'avais compris, l'auteur parlait de l'enfer et du diable. Une créature de tromperie qui utiliserait les passions et les aspirations les moins avouables des hommes pour les corrompre. Nous avons un équivalent,  Irdlirvirisissong, le cousin démon de la lune qui charme et abuse les mortels pour les mener au trépas. En fait, toutes les cultures ont un ou des démons ennemis du vivant et des belles âmes, une créature qui vise l'annihilation de la vie et le néant. Tout cela, pour expliquer que la lecture de ces phrases sur un roi qui manierait une épée de granit née du feu des enfers ne me plaît pas du tout. Après, c'est une interprétation qui peut être fausse. Elle m'est dictée par la forme de l'incantation, les termes utilisés, je peux me tromper et comprendre de travers.

Toutefois il y a ici une magie qui n'a rien de « blanche » et  des veilleurs se sont semble-t-il éveillés... Cresus a dû réciter mentalement la formule, plutôt que de la photographier du regard, il semble perdu, incapable de sortir, alors je bondis et le repousse vers l'issue, s'il le faut, je le saisirais par le cou comme font les louves à leur petits rétifs ! Il faut quitter cette salle, retourner à l'air libre, et apaiser les forces à l'origine de cette étrange brume !

Il a dit que ses « sorciers » pratiquaient ou étudiaient la magie noire ? Ce que l'on appelle « magie noire, ou de l'ombre » n'est qu'un ensemble de rites dont le but est de renverser l'équilibre... Je pousse le chien, assez brutalement dans le couloir plein d'eau, lui barre le passage s'il avait idée de retourner en arrière, il a peur des loups ? Je montrerais les crocs si ça permet de le faire décamper plus prestement ! En moi-même, je psalmodie des incantations qui n'ont rien a voir avec la formule écrite, je ne peux pas les prononcer mais puisqu'il lui a suffi de lire pour que le phénomène se déclenche, je devrais pouvoir le repousser par la pensée ?

J'ai l'impression que nous mettons des heures à ressortir, si les brumes ne se propagent pas, le froid lui devient intense, beaucoup trop pour la saison et cette contrée.

« Et l’air de glace les figera tous s’ils osent lui déclarer la guerre. »

Avons-nous déclaré la guerre ?

A peine sorti, je reprends ma forme humaine, j'ai besoin de mes mains ! Je me rue, nu, vers mon sac, en sort les pierres rituelles et le tambourin que j'emporte partout avec moi, je n'ai pas le feu qui intensifierait la prière, tant pis ! Le feu de mon âme en fera office... J'appelle les esprits alentours, les âmes pures, les « souffles » de toutes les créatures vivantes environnantes, je prie les défunts de pardonner cette intrusion, j'offre ce que je sais offrir... La pureté, l'innocence, la communion. Le dire ainsi est dénaturer ma foi et mon action, mais je repousse de toutes les forces qui m'entourent et me secondent la chose réveillée...

Je n'ai pas le temps de m'occuper de Cresus pour l'instant, encore que... Je lui colle une des pierres dans une main, garde l'autre dans la mienne, je lui montre comment la serrer, et crée une sorte de chaîne en liant nos doigts.

«  Pense à tout ce qui te rend heureux de vivre, des choses positives, joyeuses...   »

Je ne peux pas lui demander de réciter des prières qu'il ne connaît pas, mais au moins, il peut communiquer sa volonté de vivre !





@mandrin
Contenu sponsorisé
Entre chien et loup ~
Page 2 sur 6
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Sujets similaires
-
» J'ai un cœur de loup et un loup dans le cœur (avec Ash)
» Chassez le surnaturel, il revient à pas de loup. (Aura ♥)
» Une histoire de chien et chat [ft. Hiyorin]
» Messagerie instantanée > Comme chien et chat
» Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: